Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

II. Le rôle des facultés dans leur milieu

Au sujet de la thèse de Raoul Blanchard sur la Flandre

Firmin Lentacker

Texte intégral

1En 1906, Raoul Blanchard soutenait sa thèse de doctorat-ès-Lettres devant l’Université de Lille. Cette thèse paraissait à Lille, la même année, sous le titre suivant La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande.

2Cet ouvrage magistral a fourni, en son temps et depuis, une référence toujours retenue pour la connaissance des pays flamands.

3Que peut-on en penser à présent ? Près d’un siècle a passé.

4Il convient tout d’abord de souligner que Raoul Blanchard n’avait que 29 ans en 1906. Il faut saisir les conditions qui pouvaient prévaloir lors de l’élaboration de sa thèse : conditions tenant à l’auteur lui-même et celles qui tenaient aux conflits d’opinion de l’époque.

5Des données récentes peuvent compléter nos informations à cet égard. Elles proviennent : des mémoires de Raoul Blanchard lui-même, parues en 1961 et 1963… émaillés d’aveux souvent désarmants ; du fonds Rectorat aux Archives Départementales du Nord, accessible à présent pour l’époque considérée, du registre lecteurs de la Bibliothèque universitaire de Gand où Blanchard a mené ses recherches en 1904 pendant quelques semaines en vue de compléter la documentation qu’il avait pu consulter à Lille.

6L’itinéraire et le tempérament du jeune Raoul Blanchard sont à prendre en considération : il s’agit d’un très « brillant sujet », élève pendant trois ans (1897-1900) à l’École Normale Supérieure, où il s’oriente vers la Géographie sous l’influence de Vidal de la Blache, alors sous-directeur à l’ENS et y tenant un cours le samedi et sous l’influence aussi de Gallois, professeur en titre. Le personnel géographe de la rue d’Ulm était complété par Albert Demangeon, maître-surveillant, faisant alors sa thèse sur la plaine picarde. À retenir qu’une certaine mésentente existait entre Vidal et Blanchard, ce dernier renonçant au sujet de DES prévu pour lui parce qu’il répugnait à faire un peu d’allemand.

7Raoul Blanchard passe l’Agrégation en 1900. Ne pouvant rester rue d’Ulm, la place de surveillant se trouvant tenue par Demangeon, il entame sa carrière dans l’enseignement secondaire. De 1900 à 1902, il assure son service au Lycée de Douai et épouse en 1901 « une beauté flamande », la fille de son logeur. Ses vœux de carrière sont précis : l’enseignement supérieur.

8Dès 1901, Raoul Blanchard s’engage dans la voie de la thèse. Son sujet, la Flandre : ni Vidal, ni Gallois n’y sont favorables parce qu’il ne s’agit pas pour eux d’une région naturelle à l’exemple de la plaine picarde étudiée par Demangeon sous la direction de Vidal, objet de la thèse soutenue en Sorbonne en 1905. Blanchard persiste dans son projet (son point de vue se trouvera développé au chapitre I de sa thèse). Il multiplie les contacts avec l’Institut de Géographie de Lille, alors très à l’avant-garde sous la direction d’Ardaillon. Et c’est en 1902 que Raoul Blanchard dépose sa thèse à l’Université de Lille sous la direction d’Ardaillon.

9La mise ne congé de l’enseignement secondaire ne s’est pas accompagnée de difficultés financières insurmontables pour le jeune ménage Blanchard qui s’installe à Lille avec un enfant. Une bourse et, même un petit traitement de la Faculté ainsi que des cours assurés en remplacement d’Ardaillon, procurèrent les ressources nécessaires.

10L’état d’esprit du jeune « thésard » se trouvait conforté par les encouragements officiels venant de la faculté et sans doute plus encore de Bayet, ancien Recteur de l’Académie de Lille (1891-1895) devenu Directeur de l’Enseignement Supérieur (1902-1908). La préparation de la thèse, en trois années (1903-1905), fut un « purgatoire » selon Raoul Blanchard, livré à lui-même, sans conseils de la part d’Ardaillon qui n’était qu’un « géographe de contrebande ». La recherche trop prolongée devenait fastidieuse et paralysante pour Raoul Blanchard capable d’écrire vite, presque sans brouillon, servi par le sens de l’observation, le talent de la description clans l’esprit de la géographie vidalienne. Et puis... Blanchard était peut-être très pressé dans l’espoir de devancer Demangeon pour la soutenance et le choix d’un poste en faculté.

11Pour l’essentiel, la documentation put être trouvée à Lille, en Bibliothèque Universitaire, en Bibliothèque Municipale, à l’Institut de Géologie, aux Archives Départementales. Une documentation complémentaire fut trouvée à l’Université d’État de Gand, Blanchard négligeant tout contact avec l’Université Catholique de Louvain et avec l’Université Libre de Bruxelles (libre au sens belge de libre-pensée) où enseignait Elisée Reclus. À Gand, le chercheur français reçu par le sous-bibliothécaire (De Vreese) fut aidé dans sa recherche par un employé (Noens), « un vieux monsieur timide au nom flamand compliqué », qui fut condamné en 1919 pour incivisme et qui mourut en exil aux Pays-Bas.

Portrait de Raoul Blanchard

Portrait de Raoul Blanchard

12Raoul Blanchard paraît bien alors demeurer tout à fait indifférent au mouvement d’opinion demandant la flamandisation de l’Université de Gand : une issue acquise un moment (1917-1918) sous l’occupation allemande, puis définitivement en 1930.

13Sur le terrain, la recherche résulta d’excursions pédestres (des essais en vélo n’eurent pas de suite) et surtout d’enquêtes auprès des notables locaux parlant tous français et donnant les versions officielles retenues par les instances en place. Mais pas d’examen des cadastres qui pouvaient révéler l’extrême parcellisation des terres au profit des rentiers du sol ; pas de contact avec les milieux de la petite bourgeoisie, du paysannat, des travailleurs à domicile, des ouvriers de fabriques, tous gens s’exprimant en un flamand considéré comme incompréhensible par Raoul Blanchard.

14Il faut enfin tenir compte des antagonismes politiques du temps qui partageaient l’opinion au niveau national et à l’échelon régional : l’instauration de la laïcité dans renseignement public, l’affaire Dreyfus, la séparation de l’Église et de l’État en 1905, les inventaires avec leurs violences (affaire de Boeschepe en mars 1906), autant d’épisodes consacrant l’existence d’un nouveau régime républicain. À Lille, une Université libre (Catholique) avait pu se mettre en place en application de la loi du 12 juillet 1875 qui accordait la liberté de l’enseignement supérieur et instituait des jurys mixtes pour la collation des grades. Mais la République devenant laïque, la loi du 18 mars 1880 rétablissait l’État dans son monopole universitaire, interdisait l’appellation d’Université libre, et supprimait les jurys mixtes. Rassemblées à Lille en 1887, les Facultés d’État purent constituer l’Université de Lille en 1896 avec toutes les dotations nécessaires, dans des bâtiments modernes.

15Lille de la Belle époque connaissait un essor prodigieux et pouvait apparaître comme un phare de modernité avec sa bourgeoisie éclairée dénonçant l’obscurantisme bigot des Flandres, françaises et a fortiori belges.

16En mars 1905, Raoul Blanchard put reprendre un service d’enseignement, un poste étant crée pour lui au Lycée Faidherbe de Lille. La soutenance intervint le 6 mai 1906 : une première à Lille, une apothéose pour son Université, son Institut de Géographie, un triomphe pour les partisans de l’enseignement supérieur laïque et républicain. Tous les corps de l’État, toutes les notabilités officielles avaient pris place dans l’assistance aux côtés du Directeur de l’Enseignement Supérieur, Bayet, venu expressément de Paris.

17Il convient toutefois de signaler que Vidal de la Blache, pressenti pour le rapport, s’était récusé en déclarant que la fonction de rapporteur devait revenir à Demangeon, lequel venait de remplacer Ardaillon à la tête de l’Institut de Géographie de Lille. Et puis, les réserves exprimées, au niveau du jury, sans écho pour le public, ont tout de même été relevées dans les publications savantes. Demangeon avait trouvé l’étude des sols insuffisante et signalé les carences dans la consultation des archives et du cadastre. Quant à Gallois, il estimait que l’agriculture était bien plus étudiée que les villes, le commerce et l’industrie ; il signalait aussi l’ambiguïté du nom de Flandre qui recouvre une entité politique alors que la plaine flamande désigne un espace naturel.

18Que peut-on penser à présent de la thèse de Raoul Blanchard ? Elle donne une image de la Flandre du XIXe siècle, figée dans les « zwarte jaaren » : une Flandre sous l’impact de la pauvreté que la décadence des industries à domicile aggravait, isolée par « un dialecte que les Flamands eux-mêmes considéraient naguère comme inférieur », par sa défiance envers l’étranger, par son attachement au catholicisme. Pour en venir à l’ultime conclusion de Blanchard, au ton très malthusien : « Victime de sa population débordante, la Flandre doit continuer à peiner et à souffrir pour rendre de plus en plus habitable cette terre peu favorisée ».

19De pareilles assertions révèlent assez l’influence des circonstances de l’époque et des idées reçues alors dans le monde officiel tant en France qu’en Belgique. Sans cesse avancées depuis, elles n’ont pas favorisé la compréhension mutuelle entre la Flandre et la France du Nord, ce qui n’est pas sans conséquence de nos jours pour une métropole lilloise à prétention européenne.

20En 1906, une nouvelle Flandre était en vue : l’instruction publique en flamand fonctionnait depuis une génération et donnait corps à une classe moyenne flamande ; l’action sociale et culturelle du Vooruit (socialiste) et celle du Boerenboud (social-chrétien) se répercutait dans le monde ouvrier comme dans les milieux ruraux. Rien n’en est dit dans la thèse de Raoul Blanchard. Sans doute trop d’empressement de la part de l’auteur qui révèle dans ses Mémoires qu’en août 1906, le jeune docteur-ès-lettres passant (par hasard) rue de Grenelle au Ministère de l’Instruction Publique y apprend qu’un arrêté ministériel va le nommer Maître de Conférences à Grenoble et pousse alors une exclamation révélatrice : « Enfin... patron ! »

Table des illustrations

Titre Portrait de Raoul Blanchard
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540