Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

II. Le rôle des facultés dans leur milieu

L’enseignement de l’histoire à la Faculté des Lettres de Lille et son insertion dans le milieu local (1890-1914)

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Sur les transformations des facultés des lettres sous la IIIe République, cf. Victor Karady, « Les (...)

1C’est sans cloute un lieu commun de rappeler que la IIIe République constitue un véritable âge d’or pour l’histoire et les historiens dans les facultés des lettres jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale. De nombreux travaux ont montré qu’on assiste pendant ces décennies à un véritable épanouissement de l’histoire dans les facultés, une histoire qui devient scientifique et s’organise en fonction de sa mission de formation pour l’enseignement et la recherche1 Les études historiques prennent une place de plus en plus autonome avec la spécialisation de la licence, la création du diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie permettant de juger de l’aptitude de l’étudiant à la recherche, avec enfin la volonté de professionnaliser l’agrégation. Des moyens matériels importants sont mis à la disposition des historiens. Toutes les facultés, tant à Paris qu’en province, bénéficient de cette marche en avant. Après avoir évoqué rapidement cette mutation dans le cadre de la jeune faculté des lettres de Lille, ces quelques pages analyseront les rapports qui se sont créés entre les historiens de la faculté et l’environnement local. Plusieurs articles de ce volume abordent déjà le problème des rapports entre la ville et ses institutions scientifiques. À notre tour, nous voulons donc poser une question simple : quelle marque les historiens de la faculté des lettres ont-ils essayé d’imprimer à la ville et à la région dans laquelle ils vivent et ils travaillent ? Il nous a semblé qu’on peut la repérer dans trois domaines : l’exploration scientifique du passé de la région en le faisant sortir du cercle confidentiel des sociétés savantes locales pour le mettre à la disposition d’un large public, la tentative de fédération et d’organisation scientifique de la recherche érudite locale, enfin la participation à la formation des maîtres de l’école élémentaire.

QUELQUES MOTS SUR L’INSTITUT D’HISTOIRE 1854-19142

  • 2 Sur les débuts de l’Institut d’histoire et ses enseignants, cf. Louis Trénard, De Douai à Lille... (...)
  • 3 Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte rendu de MM. les Doyens sur la situation et les (...)
  • 4 Deux candidats se présentent à la session de juin 1909 pour subir les épreuves de la licence, un s (...)
  • 5 A.D. Nord 2 T 776. Préparation par correspondance à l’agrégation et à la licence : registre des in (...)
  • 6 André Chervel, Les lauréats des concours d’agrégation de l’enseignement secondaire 1821-1950. Pari (...)
  • 7 Cf. les tableaux annuels des effectifs des facultés des lettres publiés dans le Bulletin administr (...)

2À l’ouverture de la faculté des Lettres à Douai en 1854, l’enseignement de l’histoire est représenté par une seule chaire occupée par Charles Filon de 1854 à 1858, puis par Abel Dejardins de 1858 à 1886.Les premiers renforts arrivent en 1883 avec la nomination d’Henri Cons professeur d’histoire et de géographie des temps modernes et la création d’un enseignement d’histoire et d’épigraphie romaines attribué à Charles-Victor Langlois chargé en même temps d’un cours de paléographie. Le transfert de la faculté des Lettres à Lille en 1887 n’est suivi d’aucune transformation. Les enseignants changent mais leur nombre n’augmente guère jusqu’en 1902. Cette année là, deux enseignants s’ajoutent à l’équipe en place. Toutes les périodes académiques de l’histoire sont désormais représentées et illustrées par quelques noms restés célèbres dans l’historiographie française. On citera en particulier ceux de Pierre Jouguet, de Charles Petit-Dutaillis, de Philippe Sagnac, d’Albert Mathiez. Si les cours publics attirent un large auditoire, il n’en va pas de même de la préparation à l’agrégation et à la licence. Les tableaux publiés dans les rapports des doyens montrent que, de 1890 à la Première guerre mondiale, le nombre des étudiants inscrits en licence ne dépasse jamais la quinzaine et reste très souvent proche de la dizaine3. Quelques sessions d’examens sont vite achevées faute de candidats4. Quant aux étudiants préparant l’agrégation, ils sont rarement plus de cinq à suivre les cours ce qui n’empêche pas la faculté de compter quelques succès. Pour être complet, il faut compter les étudiants appelés correspondants, tous enseignants en poste dans les lycées, collèges communaux et écoles primaires supérieures de l’académie. Leur nombre important dans les années qui suivent le transfert — on en compte jusqu’à une quinzaine - diminue sensiblement dans la décennie précédant la guerre5. L’un d’entre eux, Georges Lefebvre, le futur historien des paysans du Nord sous la Révolution, est reçu à l’agrégation en 18996. En ne tenant compte que des étudiants suivant les cours, la faculté des lettres de Lille se classe au 6e rang des facultés de province derrière Bordeaux, Lyon, Rennes, Toulouse et Dijon pour l’histoire7.

LE DÉVELOPPEMENT D’UN ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE D’HISTOIRE LOCALE ET RÉGIONALE

  • 8 Cf. Charles Petit-Dutaillis, « Notice sur la vie et les travaux de Jules Flammermont et de Paul Fa (...)
  • 9 Cf. annexe II.
  • 10 Jules Flammermont, Lille et le Nord au Moyen Âge. Leçons rédigées par C. Buellet. Lille, Librairie (...)

3La naissance d’un enseignement universitaire d’histoire locale et régionale est le fruit d’une initiative de la ville de Lille qui fonde, en 1892, un cours public d’histoire de la Flandre et de Lille confié à Jules Flammermont. Spécialiste de la période moderne, professeur d’histoire et de géographie de l’Antiquité à la faculté depuis 1887, Flammermont s’était beaucoup investi dans la réorganisation des archives communales et dans l’aménagement du nouveau musée de Lille8. De 1892 à 1897, il étudie l’histoire de Lille et de la Flandre depuis l’Antiquité jusqu’au siècle de la domination espagnole. En 1897-1898, il consacre son cours à l’histoire de l’industrie à Lille. Deux de ses étudiants, Buellet et Saint-Léger, transcriront une partie de ses leçons9. Les deux volumes ainsi publiés constituent une référence pour les chercheurs locaux pendant quelques années10.

  • 11 Sur ces réformes, cf. les arrêtés des 12 juillet 1894 et 31 décembre 1894 dans le Bulletin adminis (...)
  • 12 Alexandre de Saint-Léger, « De l’organisation du travail historique dans la région du Nord » dans (...)

4En 1894, la réforme de l’agrégation d’histoire rendant obligatoire l’obtention du diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie pour passer le concours, puis celle de la licence ès lettres offrant la possibilité aux candidats de présenter un mémoire en lieu et place d’une des compositions écrites, confortent la place de l’histoire locale dans l’enseignement universitaire11. Commentant cette réforme quelques années plus tard, Alexandre de Saint-Léger peut écrire : « Les Facultés se sont désintéressées trop longtemps du travail historique local et cela malgré des exhortations réitérées. Tout cela est resté lettre morte jusqu’au moment de la formation des Universités et de la réforme des examens. Alors les Universités ont pu créer dans les Facultés des Lettres un cours d’histoire de la région et les étudiants ont pu choisir pour la licence, pour le diplôme d’études supérieures, pour le doctorat de l’Université et pour le doctorat ès lettres des sujets de l’histoire du pays »12.

  • 13 Cf. Bulletin de l’Université de Lille, 1895, p. 49-53.

5Dans la liste des sujets de mémoire pour le diplôme d’études supérieures proposée par les enseignants au cours de l’année universitaire 1895-1896 et reconduite dans les années suivantes, l’histoire locale et régionale occupe une place de choix à côté de l’histoire grecque, de l’histoire romaine et de l’histoire du moyen âge envisagée dans sa dimension nationale. Jules Flammermont propose des mémoires sur les États de Flandre Wallonne, du Cambrésis, d’Artois, sur l’histoire sociale, économique et financière13.

  • 14 L’Université de Lille en 1900. Lille, Le Bigot frères, 1900, 248 p., p. 222.

6La disparition brutale de Flammermont, en 1898, interrompt cet enseignement. Philippe Sagnac, chargé d’un cours d’histoire moderne en 1899, assure partiellement sa succession en faisant étudier la répartition de la propriété foncière dans la Flandre Wallonne à la fin de l’Ancien Régime et en assurant le suivi des thèses de doctorat ès lettres commencées sous la direction de Flammermont14.

  • 15 Pour la biographie d’Alexandre de Saint-Léger (13 avril 1866-11 octobre 1944) ; cf. le discours pr (...)
  • 16 La thèse latine (future thèse complémentaire), De Flandriae comitatus primordiis..., s’intéressait (...)
  • 17 Cf. Rapport annuel du Conseil de l’Université 1900-1911, p. 81 Bulletin administratif de l’Instruc (...)

7Le flambeau de l’histoire locale est repris par Alexandre de Saint-Léger15. Ancien élève de Flammermont qui avait dirigé son mémoire de diplôme d’études supérieures sur l’histoire de la franchise du port de Dunkerque présenté en 1898, Alexandre de Saint-Léger soutient ses thèses de doctorat en 1900. La thèse principale consacrée à La Flandre maritime et Dunkerque sous la domination française (1659-1789) lui vaut le prix Thiers de l’Académie française16. Professeur à l’École supérieure de commerce de Lille, il se voit confier un cours complémentaire public d’histoire des Provinces du Nord de la France au début de l’année universitaire 1901-1902. En janvier 1902, le cours complémentaire ouvert par le Conseil de l’Université devient maîtrise de conférences grâce à une subvention du Conseil général du département du Nord. En novembre 1907, une subvention complémentaire de la ville de Lille permet de créer une chaire d’Histoire de Lille et des Provinces du Nord de la France dont Alexandre de Saint-Léger sera le titulaire jusqu’à sa retraite en 193617.

  • 18 Archives belges, 1905, 5e année, p. 183.
  • 19 Cf. annexe III.
  • 20 Aristote Crapet, Lille au Moyen Âge d’après le cours de M. de Saint-Léger. Lille, Imp. Dubar, 1908 (...)

8Alexandre de Saint-Léger commence par donner un cours public portant sur l’histoire de la Flandre. Il retient l’attention de la revue Archives belges qui le signale à ses lecteurs en 1903 en regrettant « que la faculté catholique de Lille malgré le nombre plus considérable de ses étudiants en histoire n’ait pas encore suivi l’exemple donné par sa voisine »18. Le succès est tel qu’un second cours public, consacré à l’histoire de Lille est ouvert en 190719. Le cours sur l’histoire de Lille est transcrit et publié par un de ses étudiants, Aristote Crapet, à partir de 190820.

  • 21 Alexandre de Saint-Léger, « Le travail d’histoire moderne en province. Flandre française, Artois, (...)

9Outre ses conférences publiques, Alexandre de Saint-Léger donne chaque semaine « une conférence de méthode pour diriger les candidats préparant des mémoires de licence, des diplômes d’études supérieures et des thèses de doctorat ayant pour objet l’histoire du Nord de la France ». Il emmène ses étudiants se familiariser avec les principaux instruments de travail de la Bibliothèque communale de Lille et des Archives départementales du Nord21.

  • 22 Cf. annexe IV.

10Sous sa direction, mais aussi sous celle du médiéviste Petit-Dutaillis et de Philippe Sagnac, les diplômes d’études supérieures et les thèses d’histoire régionale se multiplient. Parmi les travaux les plus importants présentés devant la faculté des Lettres, on retiendra les thèses de Joseph Peter, de F. Lennel, les mémoires de diplômes d’études supérieures de J. Carpentier, de Doudelez, d’A. Crapet22.

  • 23 Sur l’œuvre du Comité du Nord pour l’histoire économique de la Révolution française, on se reporte (...)
  • 24 Alexandre de Saint-Léger et Philippe Sagnac, Les Cahiers de la Flandre maritime en 1789. Dunkerque (...)

11La création en juillet 1904 du Comité du Nord pour l’histoire économique de la Révolution française, section départementale du Comité d’études relatives à la vie économique de la Révolution française constituée à l’initiative de Jean Jaurès sous l’égide du ministère de l’Instruction publique, ouvre de nouveaux horizons aux historiens de la faculté des lettres. Animé par Philippe Sagnac, Alexandre de Saint-Léger, secrétaire, et Georges Lefebvre, le Comité du Nord se montre très actif23. Le plan de travail primitif prévoie la recherche de tous les documents relatifs aux subsistances et à l’agriculture de 1789 à l’an VIII en faisant appel aux membres des sociétés savantes, aux professeurs, aux instituteurs, notaires et receveurs de l’enregistrement. Par la suite, le Comité proposera la recherche des cahiers de doléances. Les animateurs du Comité paieront largement de leur personne en publiant deux recueils de documents qui peuvent être considérés comme des modèles du genre immédiatement reconnus par la communauté scientifique24.

NAISSANCE D’UNE REVUE HISTORIQUE UNIVERSITAIRE : LA REVUE DU NORD

  • 25 Cf. Michel Mollat, « Note préliminaire » dans Revue du Nord, Tables des années 1910 à 1950. Lille, (...)

12Ainsi constitués, la recherche et l’enseignement de l’histoire locale et régionale trouvent leur prolongement dans la publication d’une revue universitaire historique régionale. L’idée de doter la région d’une revue historique n’est pas nouvelle. On rappellera les tentatives faites en 1833, 1838 et 1854 par l’archiviste de Lille, Brun-Lavainne, puis en 1869 par Émile Desplanques, archiviste du département du Nord, et Jules Gosselet, professeur à la faculté des Sciences, enfin en 1890 par Henri Carnoye, professeur au lycée Louis-le-Grand, et Alcius Leleu, conservateur à la Bibliothèque Nationale25. Cette dernière tentative n’avait guère suscité l’intérêt des historiens de la faculté.

  • 26 A.D. Nord 2 T 929. Prospectus de lancement des Annales du Nord et de l’Est de la France. Cf. égale (...)
  • 27 A.D. Nord 2 T 930. Cette lettre est du 3 octobre 1909.

13La situation change en 1905. La faculté des lettres de Nancy, qui publiait depuis 1887 une revue historique régionale et la faculté des lettres de Lille décident de s’associer pour la publication de deux revues dont une serait consacrée à l’histoire. Les historiens des deux facultés se mettent d’accord pour lui donner le nom d’Annales de l’Est et du Nord de la France. Le prospectus de lancement se fixe pour programme l’étude des provinces limites des deux facultés, soit la Flandre, l’Artois, la Picardie, le Cambrésis, le Hainaut et les Ardennes pour la partie nord de la revue. Chaque livraison trimestrielle proposera à ses lecteurs des articles de fond, des mélanges, des chroniques et des bibliographies traitant à égalité de l’histoire de chaque ensemble régional. Alexandre de Saint-Léger rallie à ce projet ses collègues de la faculté (Petit-Dutaillis, Sagnac) des enseignants de la faculté de droit (Ardaillon, Collinct), des bibliothécaires, des conservateurs de musées et des archivistes de la région, enfin d’anciens étudiants devenus professeurs de lycées et collèges (Georges Lefebvre, Lennel)26. Le succès est au rendez vous. En l’absence d’indications précises sur la diffusion dans la région, on retiendra ce qu’écrit le doyen de la faculté des lettres de Lille au recteur de l’Académie : « Je dois ajouter que cette partie dirigée avec le plus grand zèle par Monsieur le Professeur de Saint-Léger a déjà conquis une situation scientifique excellente. L’influence ainsi exercée sur les études d’histoire locale et régionale est considérable et ne laisse pas de contribuer très efficacement à l’action que l’Université de Lille doit avoir dans le pays où il convient qu’elle soit une des forces morales les plus puissantes »27.

  • 28 A.D. Nord 2 T 929. Prospectus de lancement de la Revue du Nord. La citation est de Michel Mollat d (...)
  • 29 A.D. Nord 2 T 930. Revue du Nord projet de budget, 18 juin 1909.

14En 1910, aux Annales de l’Est et du Nord succède la Revue du Nord. La fondation de la Revue du Nord n’est pas comme le laisse entendre son prospectus de lancement le résultat d’une volonté d’indépendance des universitaires lillois conscients que « le champ d’action initialement embrassé était trop vaste »28. La réalité est différente. La lettre du doyen citée ci-dessus montre que la faculté des lettres de Nancy a souhaité la rupture du contrat passé avec la faculté des lettres de Lille pour la publication des Annales et de la Revue germanique. Les documents consultés ne disent rien du motif du divorce. Alexandre de Saint-Léger sauve la situation. Il obtient des Amis de l’Université et du Ministère de l’Instruction publique les soutiens financiers nécessaires à la poursuite de la publication d’une nouvelle revue29. En janvier 1910, le premier numéro de la nouvelle Revue du Nord sort des presses. Au plan général adopté par les Annales, Alexandre de Saint-Léger, directeur de la revue, ajoute une rubrique - Variétés - ouverte à des informations scientifiques à caractère local et à la publication de documents inédits. La Revue du Nord s’affirme rapidement comme une revue scientifique de haut niveau reconnue tant en France qu’à l’étranger. De plus, avec sa nouvelle rubrique, elle devient un maillon structurant de la recherche érudite locale.

LA TENTATIVE DE FÉDÉRATION ET D’ORGANISATION DE LA RECHERCHE LOCALE

15Les érudits locaux passionnés d’histoire sont nombreux dès la première moitié du XIXe siècle dans la région du Nord et les sociétés savantes, quelques-unes sont déjà fort anciennes, font preuve de dynamisme. Leurs membres publient des travaux de qualité. Les historiens de la faculté des lettres ne peuvent donc revendiquer d’avoir créé la recherche historique locale. Mais ils vont essayer de contribuer à son animation et à son organisation.

  • 30 Bulletin du Comité flamand de France, 1906, p. 456-462.

16Ici encore, Alexandre de Saint-Léger joue un rôle moteur. En 1903, il publie un article dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine dressant l’état des recherches des historiens locaux sur la période moderne en Flandre française, Artois, Hainaut français et Cambrésis. Son article retient l’attention de la revue Archives belges qui en donne un long résumé. Au congrès d’histoire régionale organisé par l’Académie d’Arras en juillet 1904, il participe à une discussion « sur l’organisation du travail historique dans les provinces du nord de la France ». Enfin, répondant à l’invitation de Bayet, directeur de l’enseignement supérieur, encourageant les universitaires à coordonner les travaux des sociétés historiques locales, il prend la parole devant le Comité flamand de France en 1905. Sa conférence publié en 1906 sous le titre De l’organisation du travail historique dans la région du Nord est un manifeste pour la mise en œuvre d’une recherche historique locale de haut niveau scientifique30. Il y voit deux conditions. C’est tout d’abord l’investissement des sociétés savantes et de leurs membres dans la publication de documents inédits. Il écrit : « Les sociétés savantes publient soit des documents soit des études érudites entrant dans le genre des monographies, soit des travaux de synthèse. Ces derniers sont assez rares et il n’est pas à souhaiter qu’ils se multiplient car les villes de province se prêtent assez mal, pour des raisons diverses, à leur rédaction. En ce qui concerne les monographies, il faut distinguer : on en trouve de bien faites ; d’autres n’ont aucune valeur. Il est rare que le reste, c’est à dire la majorité, ne fournisse pas de renseignements intéressants et utiles, noyés le plus souvent au milieu de développements philosophiques et de réflexions historiques. Mais c’est surtout par la publication de documents inédits que les sociétés savantes peuvent rendre de grands services à l’histoire. Il est à regretter que les travaux de ce genre ne tentent pas davantage les érudits, qui sont si bien placés pour explorer les archives des petites villes et les collections particulières ».

17La seconde condition résulte du constat fait de « l’état inorganique » de la recherche historique locale préjudiciable à ses progrès. « Par suite du défaut d’entente entre les travailleurs » souligne-t-il « des efforts méritoires restent vains ; certains grands sujets sont laissés de côté, d’autres ne sont traités qu’à moitié, d’autres sont étudiés plusieurs fois ». Alexandre de Saint-Léger propose donc « d’établir des relations plus suivies entre les érudits et si cela est possible d’organiser le travail collectif ». Prudent, car il n’ignore pas l’esprit de clocher qui règne dans nombre de sociétés locales, il propose l’organisation d’une association mutuelle sur la base d’une « Commission centrale des sociétés savantes ». Composée des délégués des sociétés historiques locales, elle coordonnerait les recherches. « Elle pourrait, sinon entreprendre des travaux collectifs, du moins diriger les efforts vers un même but ; elle organiserait des congrès périodiques, etc. ; en un mot, elle servirait de trait d’union entre tous les érudits ».

18Le vœu d’Alexandre de Saint-Léger devait rester lettre morte en dépit de la tenue d’un congrès des sociétés savantes régionales à Dunkerque en 1907.

AU SERVICE DE L’ÉCOLE PRIMAIRE

  • 31 Philippe Sagnac, « L’enseignement de l’histoire à l’école primaire » dans Bulletin de l’Académie d (...)

19Comme quelques-uns de leurs collègues parisiens et provinciaux, les historiens de la faculté des lettres de Lille s’intéressent aux questions d’enseignement. En témoigne leur investissement dans la réflexion sur l’enseignement de l’histoire à l’école primaire. Sensible aux sollicitations de Georges Lefevre, fondateur de l’enseignement de la « science de l’éducation » à la faculté, Philippe Sagnac participe aux conférences « organisées au profit de toutes les personnes curieuses de pédagogie » rassemblant en fait un important public d’instituteurs et d’institutrices. En juin 1901, il traite de l’enseignement de l’histoire à l’école primaire31. Sa conférence ne se borne pas à quelques remarques générales comme il est souvent de mise dans ce type d’exercice. Certes, quelques uns de ses propos — par exemple sa classification des souverains en bons rois (Saint Louis), en mauvais rois (Louis XV), en rois habiles (Philippe le Bel), enfin en grands rois (Louis XIV) fondée sur la morale... — peuvent faire sourire. Mais en conseillant aux instituteurs et aux institutrices de problématiser leur enseignement de l’histoire, en leur suggérant de faire des leçons de synthèse au cours moyen et au cours supérieur, en leur présentant une progression, Philippe Sagnac fait preuve d’une réelle modernité bien reçue de ses auditeurs.

  • 32 Cf. Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries. Enseignement primaire et se (...)
  • 33 Alexandre de Saint-Léger, F. Lennel, Notre pays à travers les âges. Histoire de Flandre et d’Artoi (...)

20La campagne menée dans les années 1910 en faveur de l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales à l’école primaire sanctionnée par la circulaire ministérielle du 25 février 1912 et par la fondation d’une Société nationale de l’histoire locale à l’école trouve un écho profond auprès des historiens de la faculté. Rappelons que s’il n’est pas question de créer un enseignement spécifique de la géographie et de l’histoire locales à l’école primaire, il est demandé aux instituteurs « qu’elles soient lin objet de constante préoccupation » ce qui doit les inciter à « mêler intimement l’enseignement de la géographie et de l’histoire locales et celui de la géographie et de l’histoire nationales en prenant le plus possible les exemples dans le milieu même où les élèves résident, qu’ils connaissent et qu’ils aiment »32. Conscient des besoins des instituteurs en documents d’histoire locale, Alexandre de Saint-Léger publie en collaboration avec un de ses anciens étudiants, F. Lennel, Notre pays à travers les âges. Histoire de Flandre et d’Artois, recueil de morceaux choisis empruntés aux meilleurs historiens de la région. Le succès est immédiat et dès 1913 une seconde édition est mise sur le marché avec des compléments dus à Aristote Crapet et à Georges Lefebvre33.

  • 34 Sur l’activité de la Société d’encouragement aux études locales cf. Philippe Marchand, Enseigner l (...)

21Poursuivant son action en faveur de l’enseignement de l’histoire locale, Alexandre de Saint-Léger fonde, le 13 juin 1912, une Société d’encouragement aux études locales, filiale de la Société nationale. Si le président, Scrive-Loyer industriel, et le vice-président, C. Peltier, inspecteur d’académie, sont des personnalités extérieures au mode universitaire, le secrétariat général de la Société revient à Saint-Léger. On peut la considérer comme une antenne de la faculté des lettres qui accueille toutes ses manifestations publiques. Sous l’impulsion d’Alexandre de Saint-Léger, d’Henri Potez, professeur de littérature, d’André Vacher, maître de conférences de géographie, de Georges Lefebvre, professeur au lycée Faidherbe, et d’Aristote Crapet, professeur à l’École normale de Douai, la Société oriente ses activités dans trois directions : des conférences publiques — la première, prononcée par Alexandre de Saint-Léger le 13 juin 1912 est consacrée à L’histoire locale : son rôle, sa place dans l’enseignement -, des exposés de méthodologie pour les auteurs de travaux d’histoire locale, enfin des concours de monographies locales ouverts aux instituteurs. Il n’est pas dans notre propos de décrire par le menu les activités de la Société. On signalera cependant que les comptes rendus qu’en donnent le Bulletin départemental de l’enseignement primaire du Nord et la Revue du Nord témoignent de son dynamisme entre juin 1912 et le déclenchement de la guerre : cinq conférences suivies par un nombreux public, deux concours avec de quelques 36 monographies sans compter la publication de deux bulletins. La guerre arrête les activités de la Société et empêche en particulier le déroulement du concours sur l’histoire des communes pendant la Révolution initié par Georges Lefebvre. On signalera enfin la réalisation par Alexandre de Saint-Léger d’un corpus de textes d’histoire locale utilisés comme textes de dictées par les instituteurs du Pas-de-Calais34.

  • 35 A.M. Lille. Registre aux délibérations du Conseil municipal, 6 août 1907, p. 557-558.

22L’engagement des historiens de la faculté des lettres de Lille ne leur est pas spécifique. Dans les mêmes année, des historiens des facultés des lettres de Caen, de Lyon, de Dijon, de Rennes explorent le passé local avec leurs étudiants, essaient d’organiser la recherche érudite locale, s’intéressent au rôle de l’histoire locale dans l’enseignement de l’histoire, font profiter le grand public de leurs découvertes. Le mouvement est donc général. Mais avec le transfert de la faculté des lettres à Lille, il prend une autre tonalité dont le maire de la ville rend compte dans son rapport sur la création d’un cours public d’histoire de Lille en déclarant « L’Université de Lille tient de plus en plus à partager notre vie communale et à conquérir définitivement le droit de cité que nous lui avons volontiers accordé »35. Ces propos du maire, suivis d’un hommage appuyé à Alexandre de Saint-Léger et à ses collègues, montrent la place tenue par les historiens pour l’intégration de la faculté dans la ville.

Annexes

Annexe I : Les effectifs de l’Institut d’Histoire 1892-1913

a Étudiant suivant les cours
b Étudiants correspondants
c Total
Source : Rapport annuel du Conseil de l’Université. Comptes rendus de MM. Les doyens sur la situation et les travaux des Facultés, 1892-1913.

Annexe II : Cours d’histoire régionale professés par Jules Flammermont

Année 1892-1893

Histoire de la Flandre et de Lille depuis les origines jusqu’au XIIIe siècle.

Année 1893-1894

Histoire de Lille et de la Flandre au XIIIe siècle.

Année 1894-1895

Histoire de la Flandre et de Lille à la fin du Moyen Age.

Année 1895-1896

Histoire de la Flandre et de Lille sous la domination espagnole

Année 1895-1897

La Flandre et Lille sous la domination espagnole (suite).

Année 1897-1898

Histoire de l’industrie à Lille.

Annexe III : Cours d’histoire régionale professés par Alexandre de Saint-Léger

Année 1901-1902

La Flandre wallonne sous la domination française.

Année 1902-1903

La Flandre jusqu’au XIIe siècle.

Année 1903-1904

La Flandre aux XIIe et XIIe siècles.

Année 1904-1905

La Flandre au XIVe siècle.

Année 1905-1906

La Flandre au XVe siècle, pendant la domination bourguignonne

Année 1907-1908

Histoire de la Flandre française de la fin du XVIe siècle aux guerres de Louis XIV
Histoire de la ville de Lille des origines au XIVe siècle.

Année 1908-1909

La réunion à la France des « Pays-Bas conquis » et leur organisation
Histoire de la tille de Lille au XVe siècle.

Année 1909-1910

Étude des provinces du nord de la France des origines à la Révolution : le Hainaut
Histoire de Lille sous la domination espagnole.

Année 1910-1911

Histoire des provinces du nord de la France de la fin du XVe siècle à la Révolution
Histoire de Lille depuis les origines jusqu’à la conquête française.

Année 1912-1913

La vie dans le nord de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles
Histoire de Lille de 1667 jusqu’à la Révolution française.

Annexe IV : Diplômes d’études supérieures et thèses d’histoire régionale soutenus à la faculté des lettres de Lille

Diplômes d’études supérieures

1897

Alexandre deSaint-Léger, Dunkerque et la Flandre maritime sous la domination française (1662-1789)
Jean-Paul Thomas, Études sur l’histoire de Jean sans Peur (1. Les registres des chartes de Lille ; 2. La campagne de 1414)

1901

Henri Dubrulle, Les évêques de Cambrai au Moyen Âge

1904

* Régnier Bouillier, Les Hôtels de Ville flamands. 12 p.

1905

Joachim Carpentier, L’Artois pendant la Révolution des Pays-Bas depuis l’origine des troubles jusqu’à la réconciliation des provinces wallonnes (1565-1579)

1908

Aristote Crapet, L’industrie en Flandre wallonne à la fin de l’Ancien Régime (grande médaille de vermeil décernée par la Société des Sciences de Lille)
Max Hurel, L’évolution du droit de vengeance privée en Flandre
Joseph Peter, Contribution à l’étude du domaine temporel de l’abbaye bénédictine de Liessies en Hainaut
Joseph Richard, Essai sur l’histoire religieuse du département du Nord pendant les premières années de la Révolution française

1909

*Gustave Doudelez, La Révolution communale de 1280 en Flandre

1911

Damien Valette, L’industrie textile à domicile du Cambrésis et du Vermandois

1913

François Laude, Les classes rurales en Artois à la fin de l’Ancien régime
Maurice Naert, Les Huguenots de Calais au XVIIe siècle
Jean Velaine, L’esprit public à Lille de la Convocation des États généraux jusqu’au lendemain de Varennes (1789-1791)

Sources : AD Nord VM 165.074
Les mémoires de diplômes d’études supérieures précédés d’un astérisque sont conservés au Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest (Université Charles-de-Gaulle, Lille 3. Les rapports de soutenance envoyés au ministère de l’Instruction publique n’ont pas été retrouvés.
Les certificats d’aptitude conservés aux AD Nord précisent les sujets des cinq épreuves du diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie, donnent les notes et les mentions obtenues

Thèses d’histoire régionale soutenues à la Faculté des lettres de Lille

1903

A.M. Gossez : Thèse de doctorat d’université : Le département du Nord sous la IIe République 1848-1852 (publiée).

1905

Henry Dubrulle : Thèse principale : Cambrai à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècle) (publiée)

1909

F. Lennel : Thèse principale : Calais au moyen âge, des origines au siège de 1346 (publiée)
Thèse complémentaire : L’instruction primaire dans le départentent du Nord (1789-1802) (publiée)

1912

Joseph Peter : Thèse principale : L’abbaye de Liessies en Hainaut depuis ses origines jusqu’à la réforme de Louis de Blois 764-1566 (publiée)
Thèse complémentaire : L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la Révolution 1789-1902

Source : Annales de l’Est et du Nord de la France, Revue du Nord
Les soutenances de thèses de Dubrulle, Peter et Lennel ont fait l’objet de comptes rendus dans les Annales de l’Est et du Nord de la France.

Deux historiens célèbres : Alexandre de Saint-Léger et Georges Lefebvre (Cliché G. Naessens)

Deux historiens célèbres : Alexandre de Saint-Léger et Georges Lefebvre (Cliché G. Naessens)

Notes

1 Sur les transformations des facultés des lettres sous la IIIe République, cf. Victor Karady, « Les universités de la Troisième République » dans Jacques Verger, dir., Histoire des universités en France. Toulouse, Bibliothèque historique Privat, 1986, 432 p., p. 322-366. Sur la place de l’histoire et des historiens dans les facultés des lettres, cf. Gérard Noiriel, Sur la « crise de l’histoire ». Paris, Belin, Socio-Histoires, 1996, 343 p., p. 211-235.

2 Sur les débuts de l’Institut d’histoire et ses enseignants, cf. Louis Trénard, De Douai à Lille... Une Université et son histoire. Lille, Presses de l’Université de Lille III, 1978, 145 p, p. 79, p. 98-101.

3 Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte rendu de MM. les Doyens sur la situation et les travaux des facultés 518 921 913). Cf. annexe I.

4 Deux candidats se présentent à la session de juin 1909 pour subir les épreuves de la licence, un seul à la session de septembre.

5 A.D. Nord 2 T 776. Préparation par correspondance à l’agrégation et à la licence : registre des inscriptions 1881-1910.

6 André Chervel, Les lauréats des concours d’agrégation de l’enseignement secondaire 1821-1950. Paris, INRP Service d’histoire de l’éducation, 1993, 150 p. George Lefebvre est reçu 8e.

7 Cf. les tableaux annuels des effectifs des facultés des lettres publiés dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique.

8 Cf. Charles Petit-Dutaillis, « Notice sur la vie et les travaux de Jules Flammermont et de Paul Fabre » dans Bulletin de l’Universités de Lille et de l’Académie de Lille, 1899, 4e année, p. 1-20.

9 Cf. annexe II.

10 Jules Flammermont, Lille et le Nord au Moyen Âge. Leçons rédigées par C. Buellet. Lille, Librairie centrale, 1888, 350 p. ; Jules Flammermont, Histoire de l’industrie à Lille. Conférences publiées par M. A. de Saint-Léger. Lille, Progrès du Nord, 1897, 107 p.

11 Sur ces réformes, cf. les arrêtés des 12 juillet 1894 et 31 décembre 1894 dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique, 1894, t. LV et LVI.

12 Alexandre de Saint-Léger, « De l’organisation du travail historique dans la région du Nord » dans Bulletin du Comité flamand de France, 1906, p. 456-462, p. 459.

13 Cf. Bulletin de l’Université de Lille, 1895, p. 49-53.

14 L’Université de Lille en 1900. Lille, Le Bigot frères, 1900, 248 p., p. 222.

15 Pour la biographie d’Alexandre de Saint-Léger (13 avril 1866-11 octobre 1944) ; cf. le discours prononcé par Denis du Péage lors de ses obsèques suivi d’une bibliographie exhaustive dans Bulletin de la Commission historique du Nord (1948, t. XXXVI, p. 173-180) et la notice rédigée par Édouard Perroy dans Revue du Nord (1944, t. XVII p. 165-170).

16 La thèse latine (future thèse complémentaire), De Flandriae comitatus primordiis..., s’intéressait aux origines du comté de Flandre. L’auteur y faisait justice de la célèbre légende des Forestiers de Flandre. Cette thèse « devenait vite pour les médiévistes de France et de Belgique un modèle de bonne et saine critique » (E. Perroy).

17 Cf. Rapport annuel du Conseil de l’Université 1900-1911, p. 81 Bulletin administratif de l’Instruction publique, 14 décembre 1901 — Lille et la région du nord en 1910. p. 217.

18 Archives belges, 1905, 5e année, p. 183.

19 Cf. annexe III.

20 Aristote Crapet, Lille au Moyen Âge d’après le cours de M. de Saint-Léger. Lille, Imp. Dubar, 1908, 141 p. ; Aristote Crapet, Lille sous la domination des ducs de Bourgogne d’après le cours de M. de Saint-Léger. Lille, Impr. Dubar, 1909, 126 p. ; Aristote Crapet, Lille sous la domination autrichienne et espagnole (première partie) d’après le cours de M. de Saint-Léger. Lille, Impr. Dubar, 1910, 134 p. ; Aristote Crapet, Lille sous la domination autrichienne et espagnole (deuxième partie). Lille, Imp. Dubar, 1991, 136 p. Un dernier volume consacré à La vie à Lille de 1667 à 1789 paraît en 1920.

21 Alexandre de Saint-Léger, « Le travail d’histoire moderne en province. Flandre française, Artois, Hainaut français et Cambrésis. Année 1902 » dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 6, 1903-1904, p. 183-188.

22 Cf. annexe IV.

23 Sur l’œuvre du Comité du Nord pour l’histoire économique de la Révolution française, on se reportera aux comptes rendus annuels publiés dans les Annales du Nord et de l’Est de la France puis dans la Revue du Nord.

24 Alexandre de Saint-Léger et Philippe Sagnac, Les Cahiers de la Flandre maritime en 1789. Dunkerque, Société dunkerquoise, Paris, Picard, 1906-1908, 2 tomes en 3 volumes de LXIII-472p., 541 p. et 26l p. ; Georges Lefebvre, Documents relatifs à l’histoire des subsistances dans le district de Bergues pendant la Révolution. (1788-an V). Lille, Imprimerie-Librairie Camille Robbe, collection des documents inédits sur l’histoire économique de la Révolution française, 1914, t. 1, CXXIV-670 p.

25 Cf. Michel Mollat, « Note préliminaire » dans Revue du Nord, Tables des années 1910 à 1950. Lille, Collection du Centre régional des Études historiques, no 1, 1955, 149 p.

26 A.D. Nord 2 T 929. Prospectus de lancement des Annales du Nord et de l’Est de la France. Cf. également l’Avertissement publié dans le premier numéro des Annales.

27 A.D. Nord 2 T 930. Cette lettre est du 3 octobre 1909.

28 A.D. Nord 2 T 929. Prospectus de lancement de la Revue du Nord. La citation est de Michel Mollat dans sa Note préliminaire.

29 A.D. Nord 2 T 930. Revue du Nord projet de budget, 18 juin 1909.

30 Bulletin du Comité flamand de France, 1906, p. 456-462.

31 Philippe Sagnac, « L’enseignement de l’histoire à l’école primaire » dans Bulletin de l’Académie de Lille et de l’Université de Lille, 2e série, 6e année, 1902, p. 157-172. Ce texte est le résumé de la conférence de Sagnac. Il contient « tout ce que l’auteur a jugé essentiel ».

32 Cf. Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries. Enseignement primaire et sentiment d’appartenance en France sous la IIIe République. Thèse de doctorat, janvier 1994, Université de Paris I, 4 vol., 1147p., p. 1011-1030.

33 Alexandre de Saint-Léger, F. Lennel, Notre pays à travers les âges. Histoire de Flandre et d’Artois, préface de C. Peltier, Directeur départemental de l’Instruction primaire du Nord. Lille, Imprimerie-librairie Camille Robbe, 1912, 360 p., 2e édition revue et augmentée, 1913.

34 Sur l’activité de la Société d’encouragement aux études locales cf. Philippe Marchand, Enseigner la France septentrionale XIXe-XXe siècles (à paraître).

35 A.M. Lille. Registre aux délibérations du Conseil municipal, 6 août 1907, p. 557-558.

Table des illustrations

Légende a Étudiant suivant les coursb Étudiants correspondantsc TotalSource : Rapport annuel du Conseil de l’Université. Comptes rendus de MM. Les doyens sur la situation et les travaux des Facultés, 1892-1913.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Deux historiens célèbres : Alexandre de Saint-Léger et Georges Lefebvre (Cliché G. Naessens)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Université de Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540