Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

I. La création de l'université de Lille

Les mutations et les enjeux dans le cadre de l'urbanisme universitaire à la fin du xixe siècle

Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve

Texte intégral

  • 1 M. Culot dir., Recherches sur l'architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, t. 1 : Le siècle (...)

1Le développement industriel et commercial considérable que connaît Lille dans la première moitié du 19e siècle est à l'origine de l'agrandissement de la ville autorisé par les décrets impériaux de 18581. La superficie urbaine est multipliée par cinq par le rattachement des communes de Moulins, Wazemmes, Esquermes, Fives et du faubourg de Saint-Maurice-des-Champs. Ceci accroît de façon spectaculaire le potentiel humain et économique de la ville et place cette dernière à la tête de la compétition qui sévit au sein des régions s'étendant entre Paris et Bruxelles. La nécessite de former les cadres et les hommes qui entretiendront cette expansion incite les dirigeants, les édiles et l'administration à multiplier les initiatives dans le domaine de l'enseignement supérieur.

L'ORGANISATION UNIVERSITAIRE AU MILIEU DU 19e SIECLE

2L'enseignement supérieur est alors réparti entre Douai et Lille. Le Droit et les Lettres sont à Douai. Une faculté des Sciences est créée à Lille par décret impérial le 22 août 1854, celle de Médecine et de Pharmacie l'est en novembre 1875.

  • 2 M. J. Lussien-Maisonneuve, « Fascination médiévale et architecture des Facultés Catholiques », dans(...)
  • 3 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, Association Française pour l'avancement des Sciences, Im (...)

3Toutefois, ce sont la fondation des Facultés Catholiques et l'aménagement, dès 1879, d'un véritable « quartier latin chrétien » au nord-ouest de la ville agrandie2 qui déterminent la municipalité, sous l'égide de Jules Dutilleul, puis de Géry Legrand, élu maire en 1881, à hâter le démembrement des anciennes installations universitaires restées à Douai au profit de Lille. C'est en outre le vœu des élites lilloises. Depuis la rentrée solennelle de l'Université en 1855 qui s'est déroulée à Lille, à l'instigation de Louis Pasteur, premier doyen de la faculté des Sciences, tous souhaitent le regroupement des facultés à Lille3. Dès le 24 avril 1880, à l'occasion de la pose de la première pierre de la faculté de Médecine et de Pharmacie par le ministre Jules Ferry, venu rehausser le niveau de la cérémonie par sa présence, un regroupement d'instituts et de facultés est à l'étude au sud-est de la ville moderne. Tout ceci aboutit à la convention du 18 mars 1887 qui répartit, entre la Ville de Lille et l'État, les charges de l'installation de la totalité des ensembles universitaires au sein de la dynamique capitale septentrionale.

LA VIABILISATION DU QUARTIER UNIVERSITAIRE

  • 4 19 231 m2 de terrains constituent les terre-pleins centraux, 22 308 m2 en tenant compte de la moiti (...)

4La première étape consiste à aménager les terrains nus appartenant aux Hospices et s'étendant au sud de l'immense place de la République, « nouveau centre géométrique de la ville agrandie » occupant plus de deux hectares de terrains à construire et terrasser4. Le réseau de boulevards d'une largeur de 32 mètres, auquel appartient le boulevard de la Liberté, a été mis en place dès 1863. Entre la place Philippe Le-Bon et la porte de Paris, les principaux axes ont été ouverts entre 1864 et 1870. Ce sont en fait des artères d'une largeur de 20 mètres et des percées secondaires de moindre ampleur, qui concernent le nouveau quartier prévu pour recevoir les installations universitaires. Articulées à la rue Solférino, avenue principale du quartier qui ouvre l'espace urbain vers le sud depuis 1864, les rues Inkerman, de Valmy, Jean Bart, Jeanne d'Arc au nord-est, les rues des Postes, des Pyramides, de Fleurus, de l'actuelle rue Brûle Maison et Barthélémy Delespaul au sud-ouest, quadrillent l'espace et attirent naturellement les futurs chantiers d'instituts et de facultés. En cours de viabilisation, équipées d'égouts couverts reliés au grand collecteur venant de la place de Tourcoing achevé en 1868, ces rues sont remblayées à l'aide de scories de houille et pavées au centre sur une largeur de 4 mètres afin de permettre la circulation des charrois et des voitures à cheval desservant les premiers chantiers ouverts sur leurs marges. Toutefois le taux d'appropriation des fronts de rue est encore faible et l'éclairage est inexistant.

L'AMENAGEMENT DU PAYSAGE URBAIN

5La transformation de ces quartiers en un paysage urbain appelle un nouveau rythme. Briser le caractère exagérément rectiligne des nouvelles artères est le fait de places, de carrefours et de ronds-points. Ils sont conçus pour fonctionner dans la ville en véritables relais qui renvoient par des tronçons de boulevards successifs à d'autres relais analogues qui débouchent sur les nouveaux faubourgs.

Place Philippe Le-Bon. Statue de Pasteur inaugurée le 9 avril 1899
(ADN, 15 J/24/599 – Cliché Levé, reproduction J.-L. Thierry)

6La personnalisation de ces véritables points forts du réseau passe par leur mise en valeur qui représente un volet non négligeable de l'urbanisation. L'objectif des concepteurs de l'aménagement est d'en faire des écrins destinés à abriter un édifice public ou religieux, un groupe sculpté, un monument historique restauré, voire une fontaine ou un jardin. Rien n'est négligé. Toutefois les emplacements prioritaires sont toujours conçus en harmonie avec l'histoire de la ville. C'est bien le sens qu'il faut donner à l'aménagement de la Place Philippe Le-Bon, lancé par le concours de 1868 pour la construction de l'église Saint-Michel et achevé par l'inauguration de la statue de Pasteur le 9 avril 1899.

7Des remarques analogues peuvent être faites pour l'organisation du rond-point de l'ancienne porte de Paris.

La porte de Paris en cours d’aménagement pour l’inauguration de 1895
(ADN 15 J/24/610 – Cliché Spriet – Reproduction J.L. Thieffry)

  • 5 A. Langlet, M. J. Lussien-Maisonneuve, « Concurrences et collaborations des in-génieurs et des arch (...)

8Construite par Simon Voilant en 1690, elle est sauvée lors du démantèlement des fortifications après une intervention définitive de Charles Garnier (1825-1899). Ce dernier, brillant concepteur de l'Opéra de Paris, reste jusqu'à sa disparition le chef de file incontesté de l'éclectisme en France. A ce titre, par l'intermédiaire des inspecteurs du conseil des Bâtiments Civils chargés du département du Nord et par celui de l'architecte départemental Charles Marteau (1814-1892) qui assume cette responsabilité depuis 1851, il est en contact étroit avec les maîtres d'œuvre du grand chantier urbain lillois. Il est ainsi en mesure d'aider les architectes locaux à freiner les ardeurs du service des Travaux Municipaux de la ville de Lille dirigé successivement, entre 1860 et 1896, par Auguste Masquelez, ingénieur des travaux publics, et Alfred Mongy, ingénieur des arts et métiers, deux personnalités dynamiques et efficaces5.

9Quelques architectes, dont Charles-César Benvignat (1806-1875), ont déjà esquissé quelques perspectives pour le prestigieux monument de la porte de Paris, presque deux fois centenaire, à l'occasion de son entretien. Toutefois, c'est l'aménagement des quartiers universitaires qui sera déterminant pour la poursuite du projet de mise en valeur du site historique.

La porte de Paris après l’agrandissement de Lille de 1858
(ADN, 15J/24/610 – reproduction J.-L. Thieffry)

10Son ultime transformation par l'architecte Louis-Marie Cordonnier (1854-1940) permettra l'inauguration solennelle de la nouvelle place Simon Voilant en même temps que celle de l'Université, lors des festivités du mois de juin 1895.

  • 6 Catalogue de l'exposition un Palais pour un musée, 1885-1985, Lille, Musée des Beaux-Arts, 1985, p. (...)

11En définitive, c'est la place de la République, qui organise l'équilibre des quartiers universitaires s'étendant au sud de la ville. Placée au centre géométrique du nouveau dispositif lillois, elle commande toutes les perspectives urbaines. A ce titre, son aménagement revêt une importance stratégique. Certes, l'hôtel de la Préfecture, commencé en 1865 est antérieur à la décision de regrouper les établissements d'enseignement supérieur à Lille. Toutefois, son pendant monumental qu'est le palais des Beaux-Arts, construit de 1885 à 1890, correspond exactement à la volonté du maire Géry Legrand de doter la nouvelle faculté de Droit et des Lettres d'un institut d'Histoire de l'Art, identifiable sur les plans d'Alfred Mongy dès 1890. Dans ce contexte, vers 1890, l'abandon du projet paysagé conçu par l'architecte Émile Vandenbergh (1827-1909) pour la place de la République représente une grande occasion manquée6. Faute de moyens financiers, cette place, foyer de brillantes perspectives urbaines, en particulier celles des quartiers universitaires, n'abritera jamais de théâtre de plein air, grandiose synthèse entre le bâti, les espaces verts et l'eau.

UN NOUVEAU QUARTIER LATIN LAÏC

12En opposition avec la visibilité néo-gothique affichée dès 1879 au sein du quartier latin chrétien et poursuivie jusqu'en 1893, la caractéristique essentielle du nouveau quartier universitaire réside dans l'organisation symbolique et méthodique de la laïcité au sein du paysage urbain. Trois repères monumentaux organisent les sommets du triangle de la tolérance : ce sont les flèches abritant les porches du temple protestant, de l'église Saint-Michel et l'imposant fronton de la synagogue. La proximité de ces trois lieux de culte édifiés entre 1868 et 1891 annonce une ère nouvelle conformément à l'attente des édiles et des milieux éclairés.

  • 7 M. J. Lussien-Maisonneuve, « L'événement artistique européen de 1854 », dans Histoire de Lille, t.  (...)
  • 8 R. Robinet, « Les collections photographiques de la Commission historique du Nord. Aux origines de (...)

13Les programmes de l'église Saint-Michel et du temple protestant, lancés dès 1868 à l'occasion de concours publics d'architecture, reçoivent l'adhésion de tous les lillois. Le contexte des compétitions ouvre Lille à des influences stylistiques extérieures et renoue avec l'atmosphère de fièvre artistique qui avait entouré la compétition internationale pour la construction de Notre-Dame de la Treille en 18547. Le lauréat retenu pour la construction du temple de l'Église Réformée, l'architecte strasbourgeois Alphonse Roederer, mène rapidement le chantier afin de remplacer le précédent sanctuaire, logé dans l'ancienne chapelle des Bons Fils qui vient d'être éventrée par la percée de la rue de la Gare8.

  • 9 J.-M. Leniaud, Les cathédrale au XIXe siècle, étude du service des édifices diocésains, Paris, Cais (...)

14Le lauréat primé pour la construction de Saint-Michel est un parisien, Alfred Coisel (1839-1883), un ancien élève de Constant-Dufeux à l'École des Beaux-Arts. Il dirige le chantier de l'église et du presbytère jusqu'en 1875. Il est classé sixième, sur soixante-dix-huit projets présentés, au concours pour la construction du Sacré-Coeur de Montmartre de 1874 et sera nommé en 1879, architecte diocésain de Rennes9.

  • 10 R. Joly, « Petite histoire de la synagogue de Lille », dans La synagogue de Lille, 1891-1991, TSAFO (...)
  • 11 D. Jarrasse, « La synagogue fin de siècle, entre affirmation d'identité et déjudaïsation », dans La (...)
  • 12 A. Raguenet, « Temple consistorial israélite à Lille », dans Monographies de bâtiments modernes, Pa (...)

15L'édification de la synagogue, ou temple consistorial israélite, est plus tardive. En 1889, la quête d'un terrain se concrétise enfin rue Gauthier de Châtillon qui a été percée en 1864, mais dont les marges, avant la jonction avec la rue Jean Bart, sont encore libres. Réfugié de Flieze (Ardennes), Théophile-Albert Hannotin (1843-1909), ancien élève de François Cendrier et de Jules André à l'École des Beaux-Arts, en dessine les plans et mène le chantier en 189110 Les caractéristiques formelles de cette synagogue, « plus française que juive », « d'une monumentalité démonstrative »11 correspondent exactement à l'attente des maîtres d'œuvres du quartier universitaire et expliquent vraisemblablement la diffusion du modèle auprès des milieux cultivés français12.

16Dès lors, l'établissement de ces trois monuments religieux au sein du nouveau quartier illustre bien l'ère nouvelle de la laïcité et de la tolérance qui doit régner au sein d'une capitale intellectuelle septentrionale. Les composantes d'un nouveau quartier latin laïc se trouvent réunies tandis que les constructions universitaires sortent du sol.

17Le lillois Carlos Batteur (1844-1914) qui a lancé, entre la place Philippe Le-Bon et la rue Jean-Bart, en 1886, le chantier de la faculté de Médecine et de Pharmacie, enchaîne, en 1892, avec celui de l'institut de Physique, rue Gauthier de Châtillon. Un avant-projet de Conservatoire, esquissé en 1882 à l'extrémité de la rue Joséphine (actuelle rue Angellier) par l'architecte de la ville, Alfred Mongy (1840-1914), est remplacé, à partir de 1890, par ses projets définitifs pour une faculté de Droit et de Lettres. Il fournit ensuite les plans d'un Institut de Chimie, rue Barthélemy Delespaul, à partir de 1891, puis en 1892, les plans d'un institut des Sciences Naturelles, entre la rue Gosselet et la rue de Bruxelles.

  • 13 A. Langlet, Alfred Louis Mongy et la construction de ta Faculté de Droit et des Lettres de Lille, 1 (...)
  • 14 Cent ans d'Institut Pasteur de Lille, 1894-1994, Neuilly-sur-Seine, ADC International, s.d., p. 6 e (...)

18À ces installations fondamentales, il faut ajouter les établissements de l'enseignement professionnel supérieur et quelques annexes qui achèvent de donner au quartier une physionomie universitaire si particulière13 L'Institut Industriel du Nord, élevé de 1873 à 1875, par l'architecte départemental Charles Marteau, entre les rues Jean-Bart, Jeanne d'Arc et de Bruxelles, représente le premier chantier universitaire de ce quartier latin laïc. Les installations progressent ensuite à l'ouest du boulevard de la Liberté avec l'édification, le long du boulevard Louis XIV, de 1881 à 1900, de l'école des Arts et Métiers par Jules Batigny (1838-1909), un brillant disciple de Charles Garnier, puis de 1895 à 1899, celle de l'institut Pasteur par Léonce Hainez14 La bibliothèque universitaire commencée en 1895, place Georges Lyon, et la maison des Étudiants, en 1905 me de Valmy, conçues par l'architecte Delemer avec des frontons très décorés, seront inaugurées ensemble en mai 1907.

L'ORIGINALITE LILLOISE

  • 15 P. Pierrard, Lille, dix siècles d'histoire, Paris, Stock-Norsogepress, 1re édition 1972, 2e édition (...)

19En 1972, Pierre Pierrard écrivait dans Lille, Dix siècles d'histoire, « ...le quartier des écoles officielles, entre la Porte de Paris et la Place Philippe Le Bon, se hérisse de bâtiments universitaires et académiques répondant aux exigences d'un style composite prétentieux ou d'un art industriel petit et triste... »15

20Les progrès de la recherche et du goût permettent, de nos jours, de mieux cerner les subtilités de cette architecture universitaire.

21Certes de nouveaux matériaux dits industriels, comme la fonte et le verre, ont fait leur apparition, mais c'est essentiellement la brique régionale qui triomphe en prenant possession des murs et des monuments. Elle organise la lisibilité des bâtiments et met en valeur leur structure. Elle introduit la transparence des parois, rythme les travées et ménage sous les arcs de décharge la verticalité des grandes baies vitrées. Enfin elle se substitue aux matériaux nobles, que sont le marbre et la pierre, pour devenir le matériau de base, quelquefois polychrome, du pilastre, du chapiteau, de l'entablement et de la corniche, tant au niveau des façades que dans les vestibules de prestige et sur les portiques des cours intérieures. L’« ordre de la brique » rythme les bâtiments de l’Université

22La symbolique et les emblèmes revêtent une importance capitale. Ils rehaussent les entrées monumentales et les portails dans ce royaume de la brique, en justifiant l'unique recours à la noblesse de la pierre.

23L'observation de cet immense complexe monumental s'étendant au sud de la ville agrandie, permet de mettre en évidence un urbanisme universitaire au service de la Science et de la Raison. Si la conception de chaque unité reste plus ou moins tributaire des formules de l'architecture collective, voire monastique, par son enceinte, ses enfilades de cours et ses portiques, l'effort des architectes porte sur la diffusion de la lumière et la transparence des bâtiments. Grâce à l'architecture, une nouvelle pédagogie peut triompher dans l'enseignement. Tout est conçu pour l'éclairage maximal des nouveaux laboratoires, ateliers, galeries, musées et bibliothèques, afin de favoriser le développement des méthodes d'observation scientifique et d'analyse comparative désormais indispensables aux sciences exactes, aux sciences juridiques et aux sciences humaines. La création à la faculté des Lettres d'instituts de pédagogie, d'histoire de l'art ancien et moderne avec laboratoire photographique et musée, autant que la mise au point d'un laboratoire de phonétique, sont les exemples révélateurs de ces tendances.

LES EQUIPEMENTS DE LOISIRS DU QUARTIER UNIVERSITAIRE

24Sur les cartes et vues d'ensemble du quartier, le dispositif universitaire fait fortement ressortir les trouées du parcellaire et les alignements des lotissements privés. Les rangs de maisons des particuliers et les immeubles ditsde rapport, destinés à la location par appartement, gagnent progressivement les marges des rues. Les boutiques et les cafés se multiplient.

  • 16 M. Heraud, Histoire de la paroisse Saint-Michel à Lille et de son quartier, Lille, 1995, p. 43 ; No (...)
  • 17 « L'Hippodrome lillois », dans Le Grand Hebdomadaire Illustré du 27 novembre 1932, p. 760-762 ; M. (...)
  • 18 Archives Départementales du Nord, Registre des cartes et plans. Renseignement communiqué par M. Hér (...)

25Dans ce contexte, les plages vides du parcellaire attirent des équipements de loisirs, d'un type inconnu dans le reste de la ville, mais qui participent au rayonnement urbain. Le panorama de la rue Jean-Bart16 et l'hippodrome de la rue Nicolas Leblanc17 méritent une attention particulière. Ils sont parfaitement identifiables sur la première feuille de la section K1, dite de Wazemmes du plan de Lille par section, dressé au 1/500 par le géomètre de première classe Katz, versl88518.

  • 19 O. de la Deule, Lille en 1889, Lille, Imprimerie du Nouvelliste et de la Dépêche, 1890, p. 67.

26La rotonde du panorama mesure quarante mètres de diamètre, quarante mètres de hauteur et peut contenir cinq mille spectateurs. Construite vers 1881, au cœur du parcellaire triangulaire compris entre les rues Solférino, Jeanne d'Arc et Jean-Bart, elle donne par une entrée monumentale rehaussée de trophées sur cette dernière rue, en face de la faculté de Médecine et de Pharmacie. La grande fresque de la bataille de Bapaume de Charles-Édouard Armand-Dumaresq est présentée sur ses murs dès l'ouverture de la salle au public. Elle attire une affluence considérable d'amateurs et d'étudiants. La toile quitte Lille pour Paris le 15 mars 1889, afin d'être présentée à l'Exposition Universelle19 et semble ne pas en être revenue.

Plan de Lille, section K1, dite de Wazemmes (vers 1885) dressé par le géomètre Katz

  • 20 Y.-M. Hilaire dir., Histoire de Lille, t. IV, Paris, Perrin, (sous presse), en particulier notre ch (...)

27L'hippodrome lillois de la rue Nicolas Leblanc est construit en 1875 sur les plans de l'architecte Lestienne. Sa vaste piste entourée de gradins permet d'accueillir cinq mille spectateurs assis, qui peuvent voir et entendre clans d'excellentes conditions. Habituellement, la salle est utilisée pour des spectacles de cirque, des représentations d'amateurs données au profit d'œuvres diverses, des exercices équestres et de gymnastique, des concerts et des pièces de théâtre, des représentations de cinéma, enfin des congrès religieux et politiques qui ont marqué les étudiants du temps et la vie politique lilloise, par exemple les joutes oratoires de Jules Guesde, Jean Jaurés, Marc Sangnier ou Léon Daudet. Le monument est démoli à la fin de l'année 1932 pour permettre la construction d'un immeuble d'appartements à loyers modérés20. Les difficultés de l'entre-deux-guerres sonnent le glas d'une époque révolue.

L’Hippodrome, rue Nicolas Leblanc

28Lors de l'inauguration solennelle de l'Université en juin 1895, quarante ans se sont écoulés depuis la création de la faculté des Sciences, le 22 août 1854. Ce sont aussi quarante années de bouleversements, de chantiers et de dépenses considérables, assumés conjointement par la Ville et l'État, qui ont renforcé les liens unissant Lille et Paris. Le déroulement de ces chantiers gigantesques, où s'affirme l'éclectisme néo-classique, sous la direction des Charles Marteau, Carlos Batteur, Alfred Mongy, Jules Batigny et quelques autres, en relation étroite avec les Bâtiments Civils, par l'intermédiaire des architecte et inspecteur départementaux, est un excellent exemple de fonctionnement harmonieux des institutions. Toutefois, cette originalité fonctionnaliste des bâtiments universitaires, que nous avons mise en évidence, est liée à l'emploi rigoureux de la brique locale, qui se poursuivra triomphalement à travers les grands chantiers régionalistes de Louis-Marie Cordonnier, offrant ainsi de prestigieuses références au régionalisme septentrional.

Notes

1 M. Culot dir., Recherches sur l'architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, t. 1 : Le siècle de l'éclectisme, Lille, 1830-1930 ; t. 2 : Les châteaux de l'industrie, Archives d'Architecture Moderne, Paris-Bruxelles, 1979 ; Cl. Fouret, L'aventure des villes. Les villes du nord de la France de 1850 à 1950, catalogue de l'exposition organisée par le service éducatif des Archives du Nord en 1997, Lille, 1997, p. 32 et suivantes ; Ph. Marchand, « Naissance d'un foyer industriel » et M. J. Lussien-Maisonneuve, « Le grand bouleversement », dans Atlas historique des villes de France, Centre de Culture Contemporaine de Barcelone, Hachette, Paris, 1996, p. 102-105 ; R. Marquette, J. Naveaux, C. Reynaert, Patrimoine lillois, l'explosion urbaine du XIXe siècle, Dossier du CRDP de Lille, 1995 ; R. Robinet, Ph. Marchand, Une ville nouvelle : Lille agrandie 1858-1900, catalogue de l'exposition du service éducatif des Archives du Nord, novembre 1974mai 1975, Lille, 1974.

2 M. J. Lussien-Maisonneuve, « Fascination médiévale et architecture des Facultés Catholiques », dans Ensemble de la Fédération Universitaire et Polytechnique de Lille, t. 34, 1977, p. 279-289 ; Catalogue de l'exposition Paris-Bruxelles-Paris, les relations artistiques entre la France et la Belgique, 1848-1914, Paris-Anvers, RMN-Fonds Mercator, 1997, p. 85 ; M. J. Lussien-Maisonneuve, « Contagion néogothique et urbanisme dans les villes septentrionales au XIXe siècle », dans Revue du Nord, t. 79, 1997, p. 629-641.

3 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, Association Française pour l'avancement des Sciences, Imprimerie Léonard Danel, 1909, p. 20 et suivantes ; L. Trenard, De Douai à Lille... une université et son histoire, Villeneuve d'Ascq, Université de Lille 3, 1978 ; Les travaux encore inédits de J.-F. Condette concernant l'ancienne faculté des Lettres de Lille.

4 19 231 m2 de terrains constituent les terre-pleins centraux, 22 308 m2 en tenant compte de la moitié de la surface du réseau des boulevards périphériques, selon M. Pierre Bruyelle, professeur à l'Université de Lille 1 ; B. Foucart, « Définition de la place à travers sa figuration monumentale », dans Monuments Historiques, no 120, 1982, p. 59 ; M. J. Lussien-Maisonneuve, « La Place de la République : les avatars d'un grand projet », dans Catalogue de l'exposition un Palais pour un musée, 1885-1985, Lille, Musée des Beaux-Arts, 1985, p. 5.

5 A. Langlet, M. J. Lussien-Maisonneuve, « Concurrences et collaborations des in-génieurs et des architectes des villes et des départements au XIXe siècle », A. Thomine, « Paris-Lille/Lille-Paris : concurrences et influences architecturales (1840-1914) », dans Les métamorphoses des réseaux urbains dans la France du Nord de Louis XIV à nos jours, Journées d'études des 23 et 24 avril 1999 organisées par le CRHEN-O de l'Université de Lille 3, sous presse.

6 Catalogue de l'exposition un Palais pour un musée, 1885-1985, Lille, Musée des Beaux-Arts, 1985, p. 6 ; J. Caudrelier et J.-E. Grislain, « Émile Vandenbergh : des maisons, des palais... », dans Recherches sur l'architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, t. 1 : Le siècle de l'éclectisme, Lille, 1830-1930, Paris-Bruxelles, Archives d'architecture Moderne, 1979, p. 105.

7 M. J. Lussien-Maisonneuve, « L'événement artistique européen de 1854 », dans Histoire de Lille, t. 4, Paris, Perrin (sous presse), p. 14 ; A. Plateaux, « Le rêve néo-gothique et la construction de Notre-Dame de la Treille à Lille », dans Revue du Nord, t. 71, 1989, p. 415-436. M. J. Lussien-Maisonneuve, « Une lettre inédite de Viollet le Duc à propos de Notre-Dame de la Treille », dans Bulletin de la Commission Historique du Nord, t. 41, 1977-1979 (1981), p. 153-166.

8 R. Robinet, « Les collections photographiques de la Commission historique du Nord. Aux origines de la rue Faidherbe, 1869 », dans Bulletin de la Commission Historique du Nord, t. 46, 1991-1992, p. 103-120, avec planches.

9 J.-M. Leniaud, Les cathédrale au XIXe siècle, étude du service des édifices diocésains, Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites-Economica, 1993, p. 647 ; C. Laroche, « Le concours de 1874 ou le roman obligé », dans Le Sacré-Cœur de Montmartre, un voeu national, Paris, Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, collection Paris et son patrimoine, 1995, p. 114 ; M. Heraud, Histoire de la paroisse Saint-Michel à Lille et de son quartier, Lille, 1995, p. 7 et suivantes. Nous remercions vivement Monsieur le Docteur Héraud pour tous les renseignements qu'il nous a communiqués afin de pouvoir enrichir cette étude du quartier Saint-Michel.

10 R. Joly, « Petite histoire de la synagogue de Lille », dans La synagogue de Lille, 1891-1991, TSAFON, Revue d'études juives du Nord, 1991, no 6-7, p. 33 ; « Notice nécrologique et portrait », dans L'architecture et la construction dans le Nord, no 7, 1909, p. 77-78 ; M. Heraud, Histoire de la paroisse Saint-Michel à Lille et de son quartier, Lille, 1995, p. 20.

11 D. Jarrasse, « La synagogue fin de siècle, entre affirmation d'identité et déjudaïsation », dans La synagogue de Lille, 1891-1991, TSAFON, Revue d'études juives du Nord, 1991, no 6-7, p. 13.

12 A. Raguenet, « Temple consistorial israélite à Lille », dans Monographies de bâtiments modernes, Paris, éditions Ducher, s.d., nombreuses planches.

13 A. Langlet, Alfred Louis Mongy et la construction de ta Faculté de Droit et des Lettres de Lille, 1887-1895, Lille 3, Maîtrise, 1996 sous la direction de M.-A. Stalter et M.-J. Lussien-Maisonneuve ; A. Langlet, M. J. Lussien-Maisonneuve, « Concurrences et collaborations des ingénieurs et des architectes des villes et des départements au XIXe siècle », A. Thomine, « Paris-Lille/Lille-Paris : concurrences et influences architecturales (1840-1914) », dans Les métamorphoses des réseaux urbains dans la France du Nord de Louis XIV à nos jours, Journées d'études des 23 et 24 avril 1999 organisées par le CRHEN-O de l'Université de Lille 3, sous presse ; Lille et la région du Nord en 1909, Lille, Association Française pour l'avancement des Sciences, Imprimerie Léonard Danel, 1909, p. 366 et 378.

14 Cent ans d'Institut Pasteur de Lille, 1894-1994, Neuilly-sur-Seine, ADC International, s.d., p. 6 et suivantes.

15 P. Pierrard, Lille, dix siècles d'histoire, Paris, Stock-Norsogepress, 1re édition 1972, 2e édition 1979, p. 156.

16 M. Heraud, Histoire de la paroisse Saint-Michel à Lille et de son quartier, Lille, 1995, p. 43 ; Nous remercions vivement Monsieur le Professeur François Robichon pour les informations qu'il nous a communiquées concernant le panorama de Lille afin d'enrichir cette étude du quartier, en particulier, Guide de la ville de Lille, Lille, L. Quarré, 1889, p. 18 et p. 41, Bataille de Bapaume. panorama de Lille par M. Armand-Dumaresq, s.l., 1882.

17 « L'Hippodrome lillois », dans Le Grand Hebdomadaire Illustré du 27 novembre 1932, p. 760-762 ; M. Heraud, op. cit., p. 39, et « Il était une fois l'Hippodrome », dans Journal de la paroisse Saint-Michel, 1996, p. 5, présentant aussi une gravure ancienne de l'entrée du Panorama de la rue Jean Bart.

18 Archives Départementales du Nord, Registre des cartes et plans. Renseignement communiqué par M. Héraud.

19 O. de la Deule, Lille en 1889, Lille, Imprimerie du Nouvelliste et de la Dépêche, 1890, p. 67.

20 Y.-M. Hilaire dir., Histoire de Lille, t. IV, Paris, Perrin, (sous presse), en particulier notre chapitre 8, Reconstruire et embellir la ville, 1919-1939, concernant la construction d'immeubles à loyer modéré.

Table des illustrations

Légende Place Philippe Le-Bon. Statue de Pasteur inaugurée le 9 avril 1899(ADN, 15 J/24/599 – Cliché Levé, reproduction J.-L. Thierry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende La porte de Paris en cours d’aménagement pour l’inauguration de 1895(ADN 15 J/24/610 – Cliché Spriet – Reproduction J.L. Thieffry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende La porte de Paris après l’agrandissement de Lille de 1858(ADN, 15J/24/610 – reproduction J.-L. Thieffry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Plan de Lille, section K1, dite de Wazemmes (vers 1885) dressé par le géomètre Katz
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende L’Hippodrome, rue Nicolas Leblanc
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540