Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

Avant-propos

Le centenaire des Universités lilloises

André Varinard

Texte intégral

1Au milieu du siècle dernier, nombreux étaient ceux qui ressentaient la nécessité de rétablir en France les Universités, telles qu'elles avaient existé avant leur suppression, juste après la Révolution française en 1794.

2Leurs efforts aboutirent et c'est ainsi que purent être recréées, à Lille, quatre facultés d’État dont l’inauguration, grandiose, fut réalisée au mois de juin 1895.

3Il était plus que judicieux, un siècle plus tard, de célébrer l'anniversaire de cet événement.

4Un anniversaire de cette nature aurait eu, de mon point de vue, bien peu de sens s'il avait été exclusivement commémoratif, limité à un strict rappel à caractère historique.

5Il aurait en effet été dommage de ne pas profiter d'une pareille aubaine, à la faveur de ce regard porté sur le passé, pour donner à tous ceux qui, à des titres divers, sont concernés ou intéressés par la place de l’Université dans notre Région, son rôle actuel et son devenir, l'occasion de prendre part à une réflexion commune sur ces sujets.

6C’est bien ainsi que ses organisateurs conçurent le colloque « Cent ans d’Université lilloise » qui s’est déroulé à Lille les vendredi 6 et samedi 7 décembre 1996.

7Ayant participé à une partie de cette manifestation, j'ai été impressionné par la qualité des différentes interventions et tables rondes figurant au programme. Celles-ci ont permis de souligner qu’institutions solides et stables les universités se révélaient aussi être pleinement des organismes vivants, attentifs aux adaptations nécessaires et aptes à contribuer au développement économique et culturel d'une région.

8Il y a en effet une permanence de l'Université. Celle-ci s’exprime d'abord à travers ses structures, son mode de fonctionnement et parfois ses rites. Elle résulte surtout de la perpétuation réussie de sa vocation la plus ancienne et la plus fondamentale qui est la transmission et la production de connaissances, au sens le plus éminent du terme. L'Université demeure, par excellence, le lieu des études et de la recherche.

9Mais, l’Université lilloise - les Universités devrais-je dire - est aussi un organisme qui, depuis un siècle, surtout ces dernières décennies, ne cesse de connaître des évolutions.

10L’évolution qui conditionne toutes les autres est sa démographie. De 1 639 étudiants en 1896, l’effectif est passé à plus de 97 000 en 1996 pour l’ensemble du Nord-Pas-de-Calais.

11Ce colloque a clairement montré les répercussions de cet accroissement considérable du nombre des étudiants.

12Pour y faire face, il a d'abord fallu étoffer les structures existantes, ensuite les reconstruire, puis en venir aux délocalisations et enfin, surtout plus récemment, procéder à de nouvelles créations ex nihilo, ce qui, en l'occurrence, a fait perdre à Lille son statut d'unique ville universitaire du Nord-Pas-de-Calais.

13En 1895, pour permettre qu'elles remplissent pleinement leur mission, les facultés de notre région avaient été regroupées à Lille. Telle était alors la condition de leur plus grande efficacité. Aujourd'hui, participant en cela au bon aménagement du territoire, elles ont dû essaimer, dans les limites compatibles avec ce même souci d’efficacité qu'est l'indissociable relation enseignement-recherche.

14Mais ce colloque a aussi montré que le nouveau type de public accueilli, tout comme l’évolution des besoins de notre économie, a conduit les Universités - les Universités lilloises comme les autres -, sans pour autant quelles renient leur vocation première, à infléchir leur politique de formation et de recherche, notamment en élargissant l’éventail de leurs missions, par une ouverture de plus en plus grande sur le monde extérieur, afin qu’elles soient en mesure, elles aussi, de contribuer à une meilleure insertion professionnelle et sociale de leurs étudiants.

15Comme le souhaitaient les organisateurs du colloque, ce centenaire, au-delà donc de la pure commémoration, a vraiment été l’occasion d’un constat lucide et d’une réflexion approfondie tant sur le devenir des universités - des doyennes lilloises mais aussi des dernières-nées - que sur les problèmes auxquels elles sont aujourd’hui ou seront demain confrontées.

16Ce fut pour moi une grande satisfaction d'avoir été invité à apporter ma contribution à ces échanges fructueux et je suis heureux que ces actes puissent permettre au plus grand nombre de disposer d’une référence pour apprécier de quelle belle et utile manière ces cent ans d'université lilloise ont été célébrés.

Auteur

Recteur de l'Académie de Lille
(1996)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540