Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest : regards croisés

Images de l’Angleterre en Allemagne entre les deux guerres mondiales : pérennité de l’Angleterre et « crise britannique du xxe siècle »

Pierre Vaydat

Texte intégral

  • 1 Cf. Werner WEIDENFELD, Die Englandpolitik Gustav Stresemanns, Mainz, von Hase v. Koehler Verlag, 19 (...)

1Une remarque préliminaire s’impose : l’aspect qualitatif ne pourra être retenu comme critère de choix. Les deux visions de l’Angleterre dont les conséquences ont été déterminantes en ce qui concerne l’action politique sont celle de Stresemann, puis celle de Hitler. Elles sont passablement sommaires l’une et l’autre. D’autre part, il faut relever d’emblée que, durant les années de la République de Weimar, les partis n’ont pas de programmes précis en matière de politique extérieure1. Il faudra donc recourir à des textes signés d’universitaires et de publicistes, et situer hypothétiquement leurs prises de position dans le vaste spectre de ce qu’il est convenu d’appeler l’opinion publique. Une étude exhaustive de la presse s'imposerait ; dans ce domaine, une tâche considérable incombe à la recherche.

2Au plan de la périodisation, l’époque à considérer se caractérise surtout par un manque évident d'unité. Il y a deux périodes distinctes, fortement contrastées, la césure étant l’arrivée au pouvoir des hitlériens en janvier 1933. Ce qui fait de la deuxième période un tout, du moins quant à l’objet de cette étude, c’est naturellement le fait que seules comptent désormais les idées du dictateur nazi. Quant à la première période, celle de la République de Weimar, il est bien établi qu'elle offre au regard de l’historien une tripartition. Durant les années de l’après-guerre (1919-1923), l’Allemagne est en situation de guerre civile tantôt ouverte, tantôt larvée. Puis viennent les cinq années de la pseudo-stabilisation, du début de 1924 à octobre 1929 ; c’est l’époque où la politique extérieure est dirigée de façon continue par Stresemann. Enfin, à partir de fin 1929, après la mort de Stresemann et le krach de Wall Street, s’ouvre la période terminale de la République, qui est désormais un régime présidentiel, le système parlementaire étant bloqué par l’incapacité du Reichstag à mettre sur pied des majorités de gouvernement. La nécessité de tenir compte de cette périodisation complexe ne manquera pas de produire un effet d’éparpillement dans l'analyse du corpus. Cela dit, il reste possible de le structurer en dégageant certaines lignes de force.

3À l’arrière-plan des considérations que l’on va examiner, on trouve un constat que les médiateurs allemands font unanimement, qu’ils soient des nationalistes ou, inversement, des esprits plutôt favorables à la République : il s’agit de la faillite de leurs propres élites dirigeantes ; et, en regard, du prestige dont continuent de jouir les classes dirigeantes britanniques, malgré les difficultés que connaît l’Angleterre et son indéniable déclin. Aussi les médiateurs se demandent-ils quelles leçons il faut tirer de ce phénomène pour réformer les mœurs publiques et les mœurs politiques en Allemagne. Les interrogations portent sur la possibilité d'une régénération éventuelle du parlementarisme allemand par l'adoption de nouveaux comportements qui pourraient s’inspirer de la décence en vigueur outre-Manche ; mais davantage encore, puis exclusivement à partir de 1933, sur les chances qu’offrirait l’adaptation de certains processus jugés typiquement britanniques de sélection des leaders, lesquels ont abouti au fil des siècles à créer une élite dirigeante stable, bénéficiant d’un consensus qui n’existe pas en Allemagne de 1919 à 1933, la pseudo-stabilisation n’étant qu’un compromis précaire. Sous la République de Weimar, les observateurs allemands de l’Angleterre y reviendront constamment : il n’y a pas dans l’Allemagne d’alors, soulignent-ils non sans mélancolie, un système de valeurs comparable à celui qui s’est ancré en Angleterre, et que tous les citoyens ont intériorisé.

  • 2 Ibid., p. 34-35.

4L’autre objectif des médiateurs est d’évaluer les possibilités d’un « entente globale » (P. Guillen) entre l’Allemagne et l’Angleterre. À cela, il y a d’abord entre 1923 et 1929 une raison conjoncturelle : les Allemands ont compté sur l’appui de l’Angleterre pour obtenir aux dépens de la France une révision du Traité de Versailles. On misait d’une part sur le « fair play » dont on créditait l’opinion britannique. Mais on basait aussi ces calculs sur des facteurs ressortissant à la Realpolitik : sur une francophobie visible qui s’était développée en Grande-Bretagne lors de l’occupation de la Ruhr par Poincaré, et qui suscitait d’ailleurs des attentes excessives ; et surtout sur l’attachement proverbial de l’Angleterre à l’équilibre européen, ce qui devait exclure en bonne logique un affaiblissement excessif de l’Allemagne. Ces espoirs se sont concrétisés dans une certaine mesure par la coopération entre Stresemann et l'ambassadeur d’Angleterre à Berlin, Lord d'Abernon2.

  • 3 Cf. Dietrich AIGNER, Das Ringen um England / Das deutsch-britische Verhältnis / Die öffentliche Mei (...)

5Cette préoccupation de voir se rapprocher l’Allemagne et l’Angleterre correspondait aux vues des républicains libéraux, mais elle était violemment rejetée par les communistes, et surtout par l’extrême-droite imprégnée d’anticapitalisme antisémite. En revanche, l’entente globale est un objectif primordial pour Hitler, qui se montre dans ce domaine peu influençable par les idées qui ont cours dans son propre camp3. Il est superflu de préciser que l’Angleterre que Hitler admire est celle qui présente un visage impérialiste et superbement guerrier. Le Führer tentera de mettre à profit la politique de l'Appeasement pour obtenir une alliance en bonne et due forme afin d’assurer l'hégémonie de l’Allemagne sur le continent, moyennant la garantie de ne rien entreprendre contre l’Empire britannique, mais les Anglais refuseront de le suivre sur ce terrain.

6Sous la République de Weimar, la perception des réalités britanniques est commandée soit par le ralliement du médiateur à la coalition des partis démocratiques ou réputés tels, soit au contraire par son appartenance à la « Droite Nationale », vaste front fanatiquement hostile à la République, englobant le parti national-allemand (DNVP), différents courants et groupuscules d’extrême-droite et le parti nazi. Quant aux partis qualifiés de « weimariens », ce qui signifie qu’ils soutiennent en principe le régime démocratique, ce sont le SPD, le DDP (Parti Démocrate Allemand), le Centre catholique (Zentrum) et, non sans tiraillements, le DVP (Parti Populaire Allemand) de Stresemann (que celui-ci a bien du mal fort souvent à convaincre de soutenir sa politique extérieure axée sur la réconciliation avec les puissances occidentales victorieuses, en premier lieu avec les pays anglo-saxons).

7La dichotomie qui vient d'être rappelée présente un caractère absolu. Le trait fondamental qui caractérise l'Allemagne de Weimar est précisément l'absence de valeurs ou même d’évidences communes, la haine réciproque de l'humanisme et du bellicisme. Le point de vue libéral d’une part, les options intransigeantes du conservatisme autoritaire et du fascisme d’autre part s’opposent sur tous les points, étant fondés sur des principes totalement inconciliables tant au plan anthropologique qu’au plan politique.

8Le point de vue libéral est aisé à comprendre. Les républicains prônent le ralliement massif et sans réserves des Allemands au modèle de la démocratie occidentale. Dans le domaine des relations extérieures, ils militent donc par principe pour le rapprochement avec l'Angleterre et les États-Unis, d’autant plus qu’ils jugent les Anglo-Saxons susceptibles d’exercer sur la France, demeurée méfiante et hostile, du moins jusqu’en 1924, une influence modératrice.

9Il est beaucoup moins facile de faire apparaître un point de vue homogène lorsqu’on présente les positions de la Droite Nationale. En effet, celle-ci est marquée, idéologiquement comme dans sa structure sociale, par le dualisme qui s’est instauré après 1918 entre un nationalisme traditionnel, hérité de l’Allemagne bismarckienne et wilhelmienne, et ce que l’on appelait en ce temps-là le « nouveau nationalisme ». Chez les adhérents et les sympathisants du Parti national-allemand, ce qui prime, c’est l’attachement au principe monarchique, la nostalgie du régime impérial. Or, le nouveau nationalisme renonce quant à lui d’avance à la perspective d’une restauration, il écarte la fidélité dynastique comme la référence chrétienne, bannissant non sans ostentation moderniste les convictions formant l’ancienne idéologie « du trôné et de l’autel ». Après les élections de septembre 1930, le nazisme, devenu le mouvement de masses du néo-nationalisme, va gagner très rapidement du terrain et absorber une partie considérable de l’électorat national-allemand. Si l’on dresse un inventaire des idées communes aux nationaux-allemands et aux nationaux-socialistes, on relève que l’antiparlementarisme, les ambitions pangermanistes, l’antisémitisme et l’anticapitalisme petit-bourgeois sont des thèmes ressassés avec une égale virulence. Un antagonisme existe néanmoins. Il s’enracine dans les mentalités qui opposent longtemps, jusqu’au moment où éclate la crise économique mondiale, les deux électorats. Le nazisme est populiste, son révolutionnarisme excite ouvertement les masses. Le DNVP et les courants intellectuels dits de la « Révolution Conservatrice » affichent plutôt un certain élitisme, ils demeurent marqués par l’esprit de caste qui a régné en Allemagne jusqu’en 1914, et même bien après. Le nationalisme traditionnel regrette le monde ancien, il voudrait en revenir en gros à l’Allemagne d’avant 1914. Le nationalisme modernisé ne voit, lui, dans le retour de l’Allemagne à ses frontières d’avant le Traité de Versailles et dans le réarmement prétendument paritaire qu’un premier objectif, le second étant la mainmise sur l'Europe centrale (plus, pour les nazis, la conquête de la Russie d’Europe).

10Tels sont, brièvement décrits, les axes idéologiques suivant lesquels on interprète outre-Rhin, après la première guerre mondiale, le devenir de la Grande-Bretagne, sa civilisation, son attitude présente vis-à-vis de l’Allemagne, et en référence auxquels on formule des conjectures sur son avenir.

  • 4 Oswald SPENGLER, Preussentum and Sozialismus, 1920, dans Politische Schriften, München, C.H. Beck’s (...)

11L’axe idéologique principal est sans contredit celui d’un nationalisme véhiculant une conception autoritaire de la politique et de la société. La plupart des livres qui ont contribué à modeler la représentation que les classes moyennes allemandes se faisaient de l’Angleterre ont été rédigés par des publicistes œuvrant pour renverser la République de Weimar et pour instaurer à sa place un régime militariste et raciste. Leurs ouvrages sont les seuls, étant donné l’imprégnation des milieux universitaires d’alors par le nationalisme et l’antisémitisme, qui aient bénéficié d'une véritable notoriété. La façon dont ils présentent la civilisation britannique vise en général à montrer que celle-ci est fort loin de constituer une démocratie au sens où l’entendent les libéraux. La conception libérale remontant au XVIIIe siècle, et largement diffusée au XIX, selon laquelle la Grande-Bretagne aurait montré à l’Europe continentale le chemin de l’émancipation en réalisant le modèle de la révolution bourgeoise limitée et contrôlée, fait l’objet chez les auteurs de la Droite Nationale d’une vive polémique. On lui oppose une thèse essentiellement ethno-psychologique énonçant que les valeurs tant vantées de l’Angleterre sont en réalité les résultats d’un déterminisme géopolitique et racial ; que les Anglais respectent ces valeurs tant qu’ils sont entre eux sur leur île, mais s’empressent d’en faire fi lorsqu’ils affrontent d’autres peuples ou qu’ils veulent leur imposer leur volonté. Telle est l’idée directrice que l’on retrouve dans tous les textes émanant de médiateurs nationalistes. Les plus connus sont Prussianisme et socialisme de Oswald Spengler (1920), L'Angleterre de Wilhelm Dibelius (1ère éd., 1923, 6 éd. jusqu’en 1931, c’était le manuel de « civilisation » le plus répandu chez les anglicistes) et Peuple sans espace de Hans Grimm (1926), roman colonial dont l’action se déroule d’ailleurs à l’époque précédente, dans le monde révolu d’avant 19144. Pour les auteurs qui viennent d’être nommés, l’Angleterre n'incarne pas du tout, contrairement à son discours, des valeurs de liberté. Si elle constitue néanmoins un modèle, c’est à un autre titre : les Anglais montrent aux autres peuples, et d’abord aux Allemands dont ils sont ethniquement parents, par le simple fait qu’ils sont des exemplaires d'humanité réussie par excellence, ce que devrait être une vie nationale fondée sur des bases vraiment saines. Ils donnent un exemple magistral : celui de la cohésion et de la discipline, de la force de caractère alliée à la science du compromis politique, celui également du sentiment indélébile, imperturbable, de supériorité ethnique sans lequel il n’est pas de peuple dominateur. Dans ce tableau, l’admiration n’empêche donc pas l’hostilité foncière.

  • 5 Adolph HALFELD, England - Verfall oder Aufsieg?, Jena, Eugen Diederichs Verlag, 1933.

12Il existe cependant un point de vue qui, tout en étant également conservateur, c’est-à-dire très critique envers la République de Weimar, rejoint l’anglophilie des libéraux. Dans son livre L'Angleterre - déclin ou ascension ?, publié en 19335, mais dont l’essentiel a été conçu manifestement avant l’accession des hitlériens au pouvoir, le journaliste Adolf Halfeld met l’accent sur les vertus de continuité, de tolérance et de compromis qui ont fait et continuent de faire la grandeur de l’Angleterre, vertus que l’Allemagne national-socialiste en train de naître aurait intérêt à ne pas perdre de vue.

  • 6 Erich MARCKS, Entwickelung und Hauptziele der britischen Reichspolitik ; Friedrich BRIE, Der englis (...)

13Si l’on veut émettre une appréciation d'ensemble sur les médiateurs de la Droite Nationale, il faut relever que l’ère wilhelmienne a très fortement marqué leur vision de l’Angleterre. La plupart d’entre eux avaient élaboré leurs convictions essentielles à ce sujet bien avant 1918. C’est le cas de Erich Marcks, de Friedrich Brie6, de Hans Grimm, de Spengler. L’époque de Guillaume II était celle de la « Weltpolitik », de la politique d'affirmation de l’Allemagne à l’échelle mondiale. Le conflit, redouté autant qu'espéré, avec l’Angleterre a maintenant eu lieu. Il s’est terminé par la victoire de la Grande-Bretagne. Victoire militaire et politique, puisque l’Allemagne a perdu sa flotte de guerre, ses colonies, ses avoirs, et que la monarchie des Hohenzollern a disparu. Le « Rule Britannia » semble avoir triomphé. Mais, pour les observateurs de la Droite Nationale, cette victoire est précaire, car elle est le produit d’un rapport de forces conjoncturel. La Grande-Bretagne a bien gagné la guerre, mais elle est vouée, écrit-on, à un déclin probablement lent, mais irrémédiable à la longue ; et surtout, la puissance de l’avenir, ce sont les USA, sans l’aide desquels l’Angleterre n’aurait pas triomphé et dont elle est maintenant la débitrice.

  • 7 WEIDENFELD, op. cit., cf. note 1.

14Que trouvons-nous dans l’autre camp, chez ceux qui adhérent aux valeurs démocratiques ? En premier lieu, il faut évoquer les orientations de Stresemann. Originellement, son attitude était celle de la bourgeoisie nationale-libérale dont il était issu, admiratrice de Bismarck et de son unification autoritaire de l’Allemagne, mais soucieuse en même temps de créer et de gérer un pays économiquement et intellectuellement moderne. Avant 1914, Stresemann a plaidé pour le rapprochement avec l’Angleterre. Il s’est attaché à réfuter le point de vue selon lequel les deux nations étaient avant tout des rivaux dont les intérêts inconciliables empêcheraient un cheminement commun. Stresemann mettait l'accent, au contraire, sur la communauté de destin des deux peuples marchant à l’avant-garde de la civilisation, sur la nécessité qui en découlait d’une coopération économique qui aurait eu pour effet de faire diminuer progressivement d’intensité leur antagonisme. Pendant la première guerre mondiale, Toutefois, Stresemann s’est aligné sur les positions impérialistes outrancières de Guillaume II et de Ludendorff. Cependant, bientôt après la signature du Traité de Versailles, Stresemann entrevoit la possibilité d’obtenir par le truchement de l’Angleterre des adoucissements au sort de l’Allemagne. Il suppute, premièrement, que les rapports de la Grande-Bretagne avec la France et les États-Unis ne tarderont pas à se détériorer. En second lieu, il calcule que l’Empire britannique n’est pas appelé à durer, qu’il est menacé de dislocation à brève échéance par les revendications des Dominions et surtout par les mouvements indépendantistes qui se développent chez les peuples colonisés. À cela vient s’ajouter, troisièmement, qu’il est de l’intérêt de l’Angleterre de ne rien négliger pour que l’Allemagne demeure préservée du bolchevisme. W. Weidenfeld7 insiste en outre sur un aspect important de la pensée de Stresemann en matière de politique intérieure, inspiré, comme Stresemann l’a lui-même reconnu, par l’observation des mœurs constitutionnelles britanniques : Stresemann est un admirateur du parlementarisme d’outre-Manche, plus particulièrement de la façon dont les Anglais s'entendent à concilier la transparence du débat politique avec la solidité du consensus national.

15Cela dit, les idées de Stresemann concernant l’Angleterre sont celles d’un leader politique, d’un homme d’action. Elles sont empiriques et pragmatiques. Il est vain de chercher dans ses discours et ses écrits des analyses plus approfondies.

16Sous la République de Weimar, les textes reflétant un point de vue démocratico-libéral, et pouvant donc être considérés comme fournissant à la politique conciliatrice inaugurée par Rathenau et poursuivie par Stresemann son arrière-plan idéologique, s’ils sont relativement peu nombreux, témoignent d’une remarquable lucidité.

  • 8 Gerhart von SCHULZE-GAEWERNITZ, Britischer Imperialismus und englischer Freihandel zu Beginn des zw (...)
  • 9 Gerhart von SCHULZE-GAEWERNITZ, England und Deutschland/Beitrage zur Weltwirtschaft und Weltpolitik (...)

17Un cas exemplaire est celui de Gerhart von Schulze-Gaewernitz, professeur d’économie à l’Université de Fribourg, et dont faisait autorité avant la guerre le maître ouvrage intitulé L’Angleterre entre l’impérialisme et le libre-échangisme au début du XXe siècle8. En 1912, Schulze-Gaewernitz avait été élu député au Reichstag. Son groupe parlementaire était le Parti Populaire du Progrès (Fortschrittliche Volkspartei), parti de centre-gauche, très minoritaire par rapport aux nationaux-libéraux. Schulze-Gaewernitz a donc été dès avant la guerre l’un de ceux qui défendaient des positions témoignant d’un libéralisme avancé et qui envisageaient, au grand scandale de la bourgeoisie bien-pensante, de s’allier aux sociaux-démocrates, formant donc le projet d’une coalition gouvernementale qui sera précisément, après la défaite et la révolution de 1918, celle des républicains dans l’Allemagne de Weimar. Pendant la guerre, Schulze-Gaewernitz, tout en se déclarant solidaire par patriotisme de la cause allemande, a défendu des objectifs modérés. En 1919, il est élu député du Parti Démocrate à l’Assemblée Constituante de Weimar. Schulze-Gaewernitz est un adversaire de Lüdendorff et des pangermanistes. Il souhaite que l’Allemagne devienne une authentique démocratie parlementaire, seul régime concevable selon lui pour un pays industriel moderne. Il conseille aux Allemands de jouer contre la France, qui semble se raidir dans une position irréductiblement hostile, la carte anglo-saxonne. Mais il s’agit uniquement, dans son esprit, d’inciter la Grande-Bretagne à s’interposer de manière pacifique entre une Allemagne désormais convertie à l’esprit démocratique et une France incapable de dépasser l’esprit de revanche. En ce qui concerne le problème des Réparations, qui sert d'aliment aux vitupérations de la Droite Nationale, Schulze-Gaewernitz se prononce, comme Rathenau et le chancelier Wirth, pour une politique « d’exécution » conforme aux exigences des Alliés, en faisant le pari que cette preuve de docilité entraînera l’allégement progressif des payements et le relèvement des finances du Reich par une injection massive de crédits européens et britanniques : on reconnaît l'annonce du plan Dawes. Parallèlement, Schulze-Gaewernitz attache une importance suprême aux valeurs spirituelles dont l’Allemagne de l’après-guerre doit s’affirmer détentrice : un humanisme nourri par l’apport de Fichte, de Kant, de Goethe, de Hegel et de Marx, dont Schulze-Gaewernitz, procédant à sa façon habituelle, regroupe les messages pour aboutir à un syncrétisme actualisé9. Cette Allemagne régénérée spirituellement se joindra aux Anglo-Saxons, écrit l'économiste fribourgeois, pour promouvoir la « démocratie mondiale » (« Weltdemokratie »).

  • 10 Hermann KANTOROWICZ, Der Geist der englischen Politik und das Gespenst der Einkreisung Deutschlands(...)
  • 11 Ibid., p. 9.
  • 12 Ibid., p. 291.
  • 13 Ibid., p. 183.

18On peut aussi évoquer un autre ouvrage important qui propose une vision libérale de l’Angleterre : le livre de Herman Kantorowicz qui s’intitule L'esprit de la politique britannique et le spectre de l'encerclement de l'Allemagne10. Kantorowicz proclame son soutien à la « nouvelle Allemagne », terme par lequel il faut entendre le régime républicain, et dont les piliers ont été ou sont : Rathenau, Wirth, Hans Luther, Wilhelm Marx, Hindenburg et Stresemann. L’énumération indispose le lecteur d’aujourd’hui ; mais Kantorowicz veut créer, pour que son ouvrage soit favorablement reçu, le consensus le plus vaste possible, reflétant exactement le regroupement des sensibilités durant la période de stabilisation11. Le but explicite de l'ouvrage est de convaincre le monde universitaire allemand de surmonter ses préjugés anti-anglais datant de l’ère wilhelmienne et attisés par le Traité de Versailles. A l’instar de Schulze-Gaewernitz, Kantorowicz plaide pour une « englische Orientierung » de la politique allemande. Elle seule garantirait que l'Europe soit préservée d’une « deuxième guerre mondiale qui engloutirait tout »12. Pourtant, et c’est l’autre tonalité de son livre, Kantorowicz ne manifeste guère d’espoir. Il sait que la tendance qu’il représente est très minoritaire, et il pense qu’une deuxième guerre mondiale est inévitable étant donné le déploiement anarchique des nationalismes. Cette guerre toute proche signifiera la fin de la civilisation européenne, et celle de l'Angleterre, « son dernier rempart »13.

19La représentation propagée par les libéraux considère dans l’ensemble les différences de mentalité comme secondaires et relevant plutôt du pittoresque, sauf lorsqu'elles contribuent à expliquer l'aptitude particulière des Britanniques à une vie nationale et à un impérialisme civilisés. Ce qui compte avant tout, aux yeux des républicains, c'est la communauté des valeurs occidentales. C’est en son nom qu’ils veulent convaincre l’Allemagne de faire cause commune avec le monde anglo-saxon, un monde dans lequel ils se sentent d’ailleurs plus proches de l'Angleterre que des États-Unis, dont la puissance grandissante est constatée par eux non sans un certain regret pour l’ancienne position dominante de l’Europe.

20En revanche, la Droite Nationale se complaît à mettre en relief les différences irréductibles de mentalité. Sa vision de l’Angleterre est un mélange parfois comique d’étonnement admiratif et d’agacement.

  • 14 Cf Volker RADDATZ, Konzeptionen einer Eglandkunde für höhere Schulen im Wardel deutscher Erz iehung (...)

21En 1933, l’arrivée des nazis au pouvoir étouffe les voix démocratiques. Mais elle n’entraîne pas dans l’immédiat une détérioration des rapports anglo-allemands : Hitler, pour les raisons évoquées précédemment, tient à se montrer ouvertement conciliant envers les Britanniques. La propagande hitlérienne évitera longtemps de se déchaîner contre l'Angleterre ; dans l’enseignement secondaire et supérieur, il est prescrit de mettre l’accent, de façon à susciter l'admiration et l’émulation, sur la grandeur de l'œuvre impérialiste accomplie sous l’Union Jack14.

  • 15 Johannes STOYE, So Schwach ist England!, Leipzig, Paul List Verlag, 1939.

22Le pouvoir nazi ne renoncera pas volontiers au rêve de l’entente globale. Nous en trouvons la preuve dans un ouvrage tardif, celui de Johannes Stoye, L'Angleterre, pays faible15, publié fin 1939, après le déclenchement des hostilités. Stoye répète la thèse de son Führer : l’avenir est aux grands espaces autarciques. Ce principe offre aux Britanniques une porte de sortie : Que l’Angleterre accepte de voir l’Allemagne se constituer le sien, en renonçant enfin à s’immiscer dans les affaires d’une Europe sous hégémonie nazie : en contrepartie, l’Allemagne lui concédera le droit de maintenir l’intégrité de son Empire.

23Le cadre ainsi tracé, reste à indiquer quelques contenus.

24La crise britannique du XXe siècle (l’ouvrage célèbre d'André Siegfried qui porte ce titre est paru, rappelons-le, en 1931, et a été aussitôt traduit en allemand) n’a pas échappé aux observateurs d'outre-Rhin. Les républicains déplorent le déclin de la puissance britannique, les nationalistes ne s’en réjouissent pas toujours.

25La conclusion de Kantorowicz (« Des ombres sur l’Angleterre ») est un diagnostic de décadence, émis en des termes qu’un adversaire nationaliste des Anglais ne désavouerait pas : outillage industriel vieillissant, chômage structurel, fléchissement de l’énergie nationale. Bien qu’il soit libéral et cosmopolite par conviction, Kantorowicz se déclare inquiet de la vogue que connaissent outre-Manche depuis le début des années 20 les idées pacifistes et internationalistes, grands desseins humanitaires louables en soi, mais préjudiciables à l’esprit patriotique ; d’où la possibilité d’une conséquence funeste : l'Angleterre, cet ultime défenseur des libertés occidentales, pourrait devenir une proie pour des adversaires fanatiquement résolus et sans scrupules.

  • 16 Erich OBST (professeur à l'Université Technique de Hanovre), England, Europa und die Welt / Eine ge (...)
  • 17 Christian ECKERT (professeur à l'Université de Cologne), Englands Aufstieg und Gefährdung in der We (...)
  • 18 A. HALFELD, op. cit., p. 46-49.

26Les analystes du déclin économique sont nombreux et compétents. Comme chez A. Siegfried, les symptômes majeurs sont mis en relation avec l’émergence de nouvelles puissances industrielles. C’est le livre de Erich Obst, L’Angleterre, l’Europe et le monde16, paru en 1927, qui décrit de la façon la plus ample et la plus nette les difficultés auxquelles la Grande-Bretagne se trouve confrontée dès les années qui succèdent à l’euphorie de la victoire. Cette mise en évidence du mal ne s’accompagne d’aucune jubilation hargneuse. Le point de vue du professeur Obst est que la crise frappe en fait le monde occidental dans son ensemble, qui est en train de succomber à la concurrence des pays d’outre-mer, dont certains sont des Dominions ou des colonies britanniques, comme le Canada, l’Inde et l’Australie. Erich Obst plaide en conséquence pour une union des pays européens qui inclurait l’Angleterre, mais à la condition que celle-ci se reconnaisse comme faisant partie intégrante de l’Europe et donc renonce à défendre des positions impérialistes contraires aux intérêts de celle-ci et qui sont de toute façon en train de devenir des chimères. Quelques années plus tard, un autre économiste, Christian Eckert, porte sur l’évolution de l’industrie et du commerce britanniques un jugement à peu près analogue dans L'Angleterre et l’économie mondiale : une ascension compromise, publié en 193217. Mais, contrairement à E. Obst, qui peignait dans sa conclusion une Angleterre à la veille de sombrer, Christian Eckert se garde de dresser un tableau uniformément négatif, soulignant notamment l’apparition d’industries nouvelles et une certaine reprise des « exportations invisibles ». Surtout, il conteste avec vigueur que l’Allemagne puisse espérer tirer des difficultés économiques que traverse la Grande-Bretagne un avantage quelconque. De même, le journaliste conservateur anglophile Adolf Halfeld porte sur le comportement des Anglais face à la crise une appréciation plutôt élogieuse, et qui est loin d’être pessimiste18. Lors de la débâcle financière de 1931, écrit-il, la réaction des Britanniques a été admirable. La Grande-Bretagne a remboursé ses créanciers en or. En décembre 1932, elle a remboursé l’intégralité de ses dettes de guerre aux USA (inexact). Cette attitude exemplaire montre de quel effort national l’Angleterre reste capable. Un autre point positif relevé par Halfeld est que les classes moyennes britanniques n’ont pas été ruinées par la révolution et par l’inflation, comme cela a été le cas en Allemagne. En revanche, Halfeld se montre aussi sévère qu’André Siegfried envers l’Angleterre de la « dole », cette forme de protection sociale n'étant à ses yeux rien d’autre qu’une démission de la mentalité collective, une installation morale dans le paupérisme.

  • 19 Cf. Walther RATHENAU, Rede im « Bund der technischen Angestellten und Beamten », 4 Mai 1920, dans W (...)
  • 20 M. BEER, Das England der Gegenwart (L'Angleterre du temps présent), Berlin, Verlag für Sozialwissen (...)

27L’affaiblissement ne se manifeste pas qu’au plan économique. Il est aussi militaire et colonial. Jusqu'en 1923, les Allemands ont jugé que la puissance britannique demeurait prodigieuse, tout en notant qu’au plan financier l’Angleterre était en voie d’être supplantée par les États-Unis19. Assez vite, cependant, la stupéfaction admirative inspirée par le spectacle de l’Angleterre victorieuse a fait place à l’évaluation réaliste. Le traité de Washington instituant la parité navale entre la Grande-Bretagne et les USA (1922) est perçu même par un auteur indiscutablement socialiste comme la fin d’une époque qui durait depuis 1763, celle de l’Angleterre glorieuse, seule maîtresse des mers20.

  • 21 Erich MARCKS, texte cit., p. 43.
  • 22 H. KANTOROWICZ, op. cit., p. 473.

28On s’intéresse également de près en Allemagne aux changements qui interviennent dans la structure de l’Empire britannique. Dès 1921, Erich Marcks recense les menaces intérieures et extérieures : la volonté d’autonomie des Dominions ; les nationalismes qui se renforcent chez les peuples soumis, en Inde, en Égypte ; les proximités dangereuses, à savoir le Canada jouxtant les États-Unis, le Japon susceptible de jeter son dévolu sur l’Australie et l’Inde, la Russie qui pourrait bien continuer de convoiter la péninsule indienne malgré le passage du tsarisme au bolchevisme21. Six années plus tard, H. Kantorowicz envisage également la désagrégation prochaine de l’Empire : l’Angleterre est haïe en Chine, détestée dans « l’Eurasie bolchevisée » ; elle a beaucoup d’ennemis dans le monde islamique ; et il est douteux que les peuples anglophones des Dominions lui vouent encore longtemps une fidélité quasiment absolue22.

  • 23 Sur la « lassitude » de l'Angleterre, dont les accords de Westminster seraient l’un des principaux (...)

29En 1934, Spengler estime que le statut de Westminster (promulgué en 1931) a marqué la fin de l’Angleterre comme véritable puissance mondiale. En institutionnalisant la transformation de l’Empire en Commonwealth, déclare-t-il, l’Angleterre a renoncé pour toujours à sa prééminence. Dès demain, le Canada et l’Australie peuvent se tourner vers les USA s’ils se sentent menacés par le Japon. D’autre part, l’Angleterre a perdu la maîtrise effective de l’Asie au-delà de Singapour ; et si elle doit abandonner l’Inde, la domination qu’elle exerce sur l’Égypte et le contrôle qu’elle s’arroge sur la Méditerranée n’ont plus d’objet. Spengler, il faut le rappeler, est foncièrement anglophobe. Il conserve pour ce qui a trait aux rapports germano-britanniques une conception wilhelmienne des choses et juge inévitable un nouvel affrontement23.

  • 24 Christian ECKERT, op. cit., p. 58-63.
  • 25 H. KANTOROWICZ, op. cit., p. 243sq., 328sq.

30Les anglophiles portent sur l’évolution du colonialisme britannique un jugement plus nuancé. Pour Christian Eckert24, les Anglais ont donné au monde l’exemple de la sagesse politique : ils ont eu l’habileté d’apporter à temps les assouplissements nécessaires à la structure de leur Empire. Pour A. Halfeld, le fait essentiel demeure l'énorme puissance que représente la communauté des peuples britanniques, entre lesquels la liberté est devenue un lien plus solide que l’ancienne dépendance. Les Anglais, poursuit Harfeld, savent d’instinct que dans l’édification d’une communauté d’États, les liens d'une civilisation commune comptent davantage que le cadre institutionnel. Des interprétations de cette sorte (on trouve chez H. Kantorowicz une apologie surprenante de l’expansion coloniale britannique comme une forme d’humanisme appliqué25) sont moins éloignées à tout prendre de la conscience des Anglais (voir par exemple le livre fameux de Seeley, The Expansion of England, 1883) que les constats et les prédictions de Spengler, trop enclin à ne concevoir l’exercice de la domination qu’en faisant appel aux catégories prussiennes.

  • 26 SPENGLER, Preussentum und Sozialismus, éd. citée, p. 17-18; Der Untergang des Abendlandes (Le Décli (...)
  • 27 DIBELIUS, op. cit., t. I, p. 166-309.
  • 28 Ibid., t. II, p. 235.

31La vision de l’Angleterre est également très vite actualisée au plan des changements sociaux et institutionnels. Dans son étude de 1921, E. Marcks relève les deux nouveautés marquantes : le passage d’un libéralisme oligarchique de fait à la démocratie de masses ; et l'emprise croissante du parti ouvrier. Marcks rappelle que le « Radicalism » est au pouvoir depuis 1906 et qu’il a consolidé son ancrage depuis 1916, l’année où s’est mise en place la « dictature » de Lloyd George. Selon l’historien conservateur, la vie parlementaire s’était déjà modifiée sous Gladstone, le pouvoir parlementaire proprement dit ayant fait place dès cette époque à celui de grands leaders s’appuyant sur leur popularité auprès d’un électorat élargi. On s’achemine, conclut Erich Marcks, vers la toute-puissance de fait du Premier Ministre. Ce thème est orchestré non sans une sombre satisfaction antidémocratique par Spengler26, ainsi que par Dibelius27. La très longue analyse de Dibelius contient, il est vrai, des vues plus profondes que la diatribe spenglerienne. Mais l’antiparlementarisme, chez Dibelius, est tout aussi virulent : ce qui convient en fait à la mentalité allemande, écrit Dibelius28, c’est la démocratie plébiscitaire : il en veut pour preuve le succès du référendum en Haute-Silésie et l’élection au suffrage universel du maréchal von Hindenburg à la présidence du Reich en 1925.

  • 29 M. BEER, op. cit., voir chapitres IV à VIII.
  • 30 E. OBST, op. cit., p. 305sq.

32En ce qui concerne la deuxième nouveauté, la poussée du Labour donne lieu à des espoirs excessifs dans les milieux de gauche, espoirs qui s évanouiront après l’échec de la grève générale de 192629. Pourtant, on trouve encore chez le professeur Obst, en 1927, la crainte de voir l’Angleterre se bolchéviser30.

33Toutefois, l’opinion qui prévaut chez les experts du camp libéral comme chez les conservateurs est que l’Angleterre ne risque en aucun cas d’être contaminée par la subversion communiste, car sa pérennité est ancrée dans le caractère national. Sous ce rapport, la Grande-Bretagne est présentée comme demeurant identique à elle-même malgré ses adaptations successives aux réalités modernes.

  • 31 A. HALFELD, op. cit., p. 222sq.
  • 32 Ibid., p. 113sq.

34Les textes consacrés à l’analyse de la mentalité britannique sont très nombreux, et mériteraient une étude séparée. Dans le cadre restreint de cette contribution, il faudra se contenter d’évoquer des traits fondamentaux, sur l’existence desquels les médiateurs s'accordent, mais dont ils offrent des interprétations divergentes. Les principaux d’entre eux sont l’intégrité préservée de l’identité nationale, le respect de la tradition et de la coutume, l'influence persistante des valeurs aristocratiques dans la vie politique comme dans la vie quotidienne (le rôle du gentleman comme modèle d'identification), la conscience de la supériorité raciale, la volonté dominatrice s’accompagnant du sens du commandement et des responsabilités mais sachant s’allier au respect de la liberté individuelle et à l’esprit de tolérance, et se combinant en outre avec la recherche fructueuse du compromis. Tout cela est ressenti comme contrastant de façon frappante avec le culte déclamatoire des grands principes abstraits auquel se vouent les nations de l’Europe continentale. De là vient, comme le note A. Halfeld31, la réussite politique dont peut se targuer l’Angleterre, et avec laquelle contraste déplorablement le spectacle d'une Allemagne déchirée entre le nationalisme et l’emprise des Internationales, souffrant d’une perpétuelle honte de soi. Voilà pourquoi, poursuit Halfeld, la démocratie fonctionne d’une façon satisfaisante en Grande-Bretagne, où sa mise en oeuvre peut donc être considérée comme légitime, alors que son instauration forcée a donné dans l’Allemagne de Weimar des résultats consternants. Halfeld juge les Allemands incapables d’accéder à la liberté politique, faute de véritable discipline intérieure ; or, celle-ci est en Angleterre une caractéristique ethnique. Les Allemands ont donc besoin (et Halfeld rejoint ici, ignorant ses propres contradictions, Spengler et Dibelius) de la discipline prussienne32. Ce qu’il faut retenir et que Halfeld a bien vu, c’est que l’Angleterre a toujours réussi, contrairement à l’Allemagne, à éviter de donner d’elle-même une contre-image.

  • 33 Pour des points de vue opposés sur le bien-fondé de cette politique, cf. Ian COLVIN, Vansittart in (...)
  • 34 Sur cette vision, lancée par Seeley et Joseph Chamberlain, puis relayée par les Round Tablers inspi (...)
  • 35 Cf. TIDRICK, op. cit., p. 279: « The man (Hitler) who adored Lives of a Bengal Lancer (Les Trois La (...)

35Quant aux nazis, les anglophiles parmi eux, au premier rang desquels on trouve Hitler en personne, ont vu à leur grand désarroi l’Angleterre se dérober à leurs offres d’alliance, malgré la conclusion de compromis dont le plus retentissant fut l’accord naval de 1935, et malgré la politique d'apaisement menée par Londres contre l’avis de Churchill et de Vansittart33. L’idée fondamentale de Hitler en matière de relations germano-britanniques était de présenter au peuple anglais et à ses dirigeants un tout autre visage que ne l’avaient fait Guillaume II et Tirpitz. Dans ses interviews et ses déclarations, le dictateur nazi s’ingénie à parler en conformité avec le discours hyper-impérialiste des Anglais qui s’accrochent à l'utopie du « Greater Britain »34. Hitler est allé jusqu’à proposer carrément de voler au secours de l’Empire britannique au cas où celui-ci serait attaqué, une fois l’entente globale dûment acquise. Il n’a jamais compris pourquoi les Anglais se sont finalement décidés à lui faire la guerre, démentant ainsi son image vulgarisée35 de l’autre race prétendument supérieure.

Notes

1 Cf. Werner WEIDENFELD, Die Englandpolitik Gustav Stresemanns, Mainz, von Hase v. Koehler Verlag, 1972, p. 138sq.

2 Ibid., p. 34-35.

3 Cf. Dietrich AIGNER, Das Ringen um England / Das deutsch-britische Verhältnis / Die öffentliche Meinung 1933-1949 / Tragödie zweier Völker, München u. Esslingen, Bechtle Verlag, 1969, p. 31sq.; Axel KUHN, Hitlers aussenpolitisches Programm / Entstehung und Entwicklung 1919-1939, Stuttgart, Klett, 1970, p. 84sq.

4 Oswald SPENGLER, Preussentum and Sozialismus, 1920, dans Politische Schriften, München, C.H. Beck’sche Verlagsbuchandlung. 1934, p. 1-105 : Wilhelm DIBELIUS, England, Stuttgart, Leipzig u. Berlin, Deutsche Verlags-Anstalt, 1929, 2 vol. Les références sont empruntées à la 5e édition ; 1ère édition, 1923. Hans GRIMM, Volk ohne Raum, München, Albert Langen, 1926, 2 vol.

5 Adolph HALFELD, England - Verfall oder Aufsieg?, Jena, Eugen Diederichs Verlag, 1933.

6 Erich MARCKS, Entwickelung und Hauptziele der britischen Reichspolitik ; Friedrich BRIE, Der englische Nationalcharakter. Ces deux textes figurent parmi les études réunies « à l’initiative du Conseil des Etudes de langues et civilisations de l’Université de Berlin » : Lebensfragen des Britischen Weltreiches, Berlin, E. Mittler u. Sohn, 1921.

7 WEIDENFELD, op. cit., cf. note 1.

8 Gerhart von SCHULZE-GAEWERNITZ, Britischer Imperialismus und englischer Freihandel zu Beginn des zwanzigsten Jahrhunderts, Leipzig, Dunckler u. Humblot, 1906.

9 Gerhart von SCHULZE-GAEWERNITZ, England und Deutschland/Beitrage zur Weltwirtschaft und Weltpolitik, Berlin, Buchholz und Weisswange, 1922, cf. notamment p. 120.

10 Hermann KANTOROWICZ, Der Geist der englischen Politik und das Gespenst der Einkreisung Deutschlands, Berlin, Ernst Rowohlt Verlag, 1929.

11 Ibid., p. 9.

12 Ibid., p. 291.

13 Ibid., p. 183.

14 Cf Volker RADDATZ, Konzeptionen einer Eglandkunde für höhere Schulen im Wardel deutscher Erz iehungsziele 1866-1945, Dissertation, Saarbrücken, 1974, p. 161sq.

15 Johannes STOYE, So Schwach ist England!, Leipzig, Paul List Verlag, 1939.

16 Erich OBST (professeur à l'Université Technique de Hanovre), England, Europa und die Welt / Eine geopolitisch-wirtschaftliche Studie, Berlin-Grunewald, Kurt Vowinkel Verlag, 1927.

17 Christian ECKERT (professeur à l'Université de Cologne), Englands Aufstieg und Gefährdung in der Weltwirschaft, Berlin, Junkker u. Dünnhaupt Verlag, 1932.

18 A. HALFELD, op. cit., p. 46-49.

19 Cf. Walther RATHENAU, Rede im « Bund der technischen Angestellten und Beamten », 4 Mai 1920, dans W. RATHENAU, Schriften und Reden, Frankfurt-am-Main, Auswahl u. Nachwort v. Hand Werner Richter, Fischer Verlag, 1964, p. 392-393 ; Maximilien HARDEN, Deutschland Franckreich England, Berlin, Erich Reiss Verlag, 1923, p. 171-172 ; ainsi que le texte de Erich MARCKS cité précédemment, p. 41-42.

20 M. BEER, Das England der Gegenwart (L'Angleterre du temps présent), Berlin, Verlag für Sozialwissenschaften, 1924, p. 27-28. Max Beer avait succédé à E. Bernstein comme correspondant à Londres du Vorwarts en 1901. Cf. Christian FÄLSCHLE, Rivalität als Prinzip / Die englische Demokratie im Denken des wilhelminischen Deutschland 1900-1924, Bern, Peter Lang, 1991, p. 241.

21 Erich MARCKS, texte cit., p. 43.

22 H. KANTOROWICZ, op. cit., p. 473.

23 Sur la « lassitude » de l'Angleterre, dont les accords de Westminster seraient l’un des principaux symptômes, cf. SPENGLER, Jahre der Entscheidung, 1ère éd., 1933 ; rééd. Deutscher Taschenbuch Verlag, 1961, p. 83-86. Cf. en outre, du même O. SPENGLER, Neue Formen der Weltpolitik, dans Politische Schriften, éd. citée, p. 176 ; également Politische Pflichten der deutschen Juugend, ibid., p. 137-138, où Spengler esquisse la perspective d’un nouveau blocus continental mis en oeuvre cette fois par les Allemands et qui sera infiniment plus efficace, à l'en croire, que celui de Napoléon.

24 Christian ECKERT, op. cit., p. 58-63.

25 H. KANTOROWICZ, op. cit., p. 243sq., 328sq.

26 SPENGLER, Preussentum und Sozialismus, éd. citée, p. 17-18; Der Untergang des Abendlandes (Le Déclin de l’Occident), éd. en 1 vol., München, Verlag C.H. Beck, p. 1081 (chapitre « Staat und Geschichte »).

27 DIBELIUS, op. cit., t. I, p. 166-309.

28 Ibid., t. II, p. 235.

29 M. BEER, op. cit., voir chapitres IV à VIII.

30 E. OBST, op. cit., p. 305sq.

31 A. HALFELD, op. cit., p. 222sq.

32 Ibid., p. 113sq.

33 Pour des points de vue opposés sur le bien-fondé de cette politique, cf. Ian COLVIN, Vansittart in Office, London, Gollancz, 1965 ; Gottfried NIEDHART, « Appeasement : Die britische Antwort auf die Krise des Weltreichs und des internationalen Systems vor dem zweiten Weltkrieg », dans la Historiscbe Zeitschrift, 1978, bd. 226, p. 67-68. Paul Kennedy rejoint les conclusions de Niedhart (la politique d'appeasment était fondée non sur une démission face au nazisme, mais sur des considérations objectives quant à l'affaiblissement relatif de l’Angleterre) dans l'un de ses derniers ouvrages : cf. The Rise and Fall of the Great Powers, London, éd. Fontana Press, 1989, p. 407-413.

34 Sur cette vision, lancée par Seeley et Joseph Chamberlain, puis relayée par les Round Tablers inspirés à l’origine par Cecil Rhodes et Alfred Milner, cf. Kathryn TIDRICK, Empire and the English Character, London, I.B. Tauris & Co, 1992 (1ère éd., 1990), chapitre « Épilogue : Grand Illusions, 1900-1940 ».
C’est dans le chapitre IV du 1er tome de Mein Kampf que Hitler argumente en faveur d’une alliance germano-britannique. En 1936, Hitler propose officieusement aux Anglais, par l’intermédiaire de Ribbentrop, de défendre l'Empire britannique, même en Extrême-Orient, contre d’éventuelles attaques des Soviétiques et des Japonais. (Cf. Axel KUHN, op. cit., p. 195; Dietrich AIGNER, op. cit., chapitre I: « Das Britische Weltreich in Hitlers Konzeption ». Mais plus Hitler parle d’une délimitation mutuelle et définitive des zones d’intérêt, souligne D.A., plus le Foreign Office contrecarre ces tentatives de rapprochement en lui demandant de se porter garant de l’indépendance des nations de l’Europe orientale). Après 1937, Hitler abandonne l’idée d’une alliance et se prépare à un affrontement éventuel.
AIGNER, op. cit., p. 65 (les nazis sont déconcertés par le « philosémitisme » des Britanniques) ; voir également la conclusion de cet ouvrage, dans laquelle est évoquée la méfiance que Hitler et les chefs nazis inspiraient aux Anglais.

35 Cf. TIDRICK, op. cit., p. 279: « The man (Hitler) who adored Lives of a Bengal Lancer (Les Trois Lanciers du Bengale, film de Henry Hattaway), of Englishmen holding a continent in thrall, had colossally missed his point ».

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540