Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest : regards croisés

Les « Flaminds » avant 1914 en Wallonie. Du dénigrement à l’assimilation

Yves Quairiaux

Texte intégral

  • 1 Pour la compréhension du lecteur, signalons que les termes « Flandre » et « Flamands » sont à lire (...)

1La situation décrite dans la communication de Mme Danielle Delmaire, consacrée aux « Vlamingues », ces immigrés d'origine belge qui inondèrent le Nord au 19e siècle, présente d'étonnantes similitudes avec le mouvement migratoire flamand qui affecta la Wallonie à la même époque.1

2Cet apport démographique fut déterminant. L'abondance des patronymes flamands en zones de vieille industrialisation et de grandes cultures, ainsi que dans les régions voisines de la frontière linguistique ne permet pas d'en douter. À titre d'exemple : la Wallonie, 3.200.000 habitants, compte environ 100.000 résidents dont le nom de famille débute par le préfixe néerlandophone VAN. Leur intégration est à ce point totale, que l'on ne s'étonne plus de rencontrer des personnalités politiques au patronyme flamand connues pour leur engagement wallon ou francophone. Comme L. Outers, ancien président du FDF (Front démocratique des francophones), A. Cools (Liège), ancien président du Parti socialiste, G. Spitaels, qui lui succéda et devint Président de la Région wallonne, ainsi que J.-Cl. Van Cauwenbergh (Charleroi) actuel ministre du budget de cette même région et ardent défenseur de la cause wallonne. Son remplaçant à la tête de la municipalité de Charleroi se nomme tout simplement J. Van Gompel.

3Cette situation n'est pas neuve. Le 27 janvier 1932 à la Chambre des Représentants, le député socialiste de Seraing (Liège), F. Van Belle, futur président du mouvement « Wallonie libre », interpellé avec ironie sur la contradiction entre ses origines flamandes et son radicalisme wallon, répond : « Oui, je suis fils de Flamands ; mes parents ont abandonné la terre de Flandre, parce qu'ils n'y trouvaient pas le pain nécessaire à leur subsistance et qu'ils manquaient de tout ce dont ils avaient besoin pour se nourrir eux-mêmes et pour élever leurs enfants. Ils ont trouvé dans cette Wallonie le travail et le pain qui leur manquaient en Flandre. Ils y ont trouvé les écoles pour leurs enfants, ils y ont trouvé de la sympathie et une atmosphère de liberté, une atmosphère d'émancipation. Ils ont été accueillis en Wallonie à bras ouverts ; on leur a appris là ce qu'étaient les droits de l'homme ».

4Cette déclaration illustre un certain nombre de clichés, que nous examinerons, engendrés par le mouvement migratoire flamand en Wallonie.

5On ne dispose toujours d'aucune étude exhaustive analysant ce sujet. Le matériel heuristique existe cependant, depuis qu'en 1846, le législateur impose aux pouvoirs communaux, en plus de l'État-Civil, la tenue de registres renseignant le mouvement des administrés. Le dépouillement systématique de ces données pour l'ensemble des communes wallonnes (plus d'un millier) est difficilement envisageable. Le travail se trouve facilité depuis qu'en 1931, l'Institut National de Statistique se préoccupa de dresser le tableau des migrations internes entre arrondissements. Ceci avec une fiabilité relative. L'instauration en 1989 du Registre national permet l’exploitation de données complètes et sûres.

6Pour la période qui nous préoccupe, l'historien doit se contenter d'approches indirectes, comme celle provenant de l'examen du volet linguistique des recensements décennaux organisés à partir de 1846 permettant de dénombrer les locuteurs flamands installés en Wallonie.

7L'interprétation des résultats présente cependant des incertitudes en raison de la divergence des rubriques d'un recensement à l'autre. Sans compter qu'en 1856 et 1876, la question relative à la langue usitée ne fut pas posée. L'étude de ces données, complétée par les rares monographies scientifiques disponibles, permet cependant de retracer les grandes lignes de ce mouvement et de distinguer deux phases migratoires.

1. Aux origines de l’immigration flamande en Wallonie. Les premières images.

8La première vague d’immigration remonte aux années 1845-1850. Son origine n'est pas douteuse, elle s'explique par la crise économique frappant les Flandres depuis 1845. À l'époque, ces provinces se trouvent confrontées au problème du déclin de l'industrie linière à domicile, concurrencée par la production mécanisée anglaise et évincée du marché français par une politique résolument protectionniste. Situation d'autant plus préoccupante que l'activité linière occupait plus du tiers de la main-d'œuvre des deux provinces de Flandre orientale et occidentale. Dans les campagnes, près de la moitié de la population s'adonne à cet artisanat, de moins en moins rémunérateur, en même temps qu'aux travaux agricoles. Aux problèmes de l'industrie textile s'ajoute une grave crise vivrière : en 1845, comme en Irlande, une maladie détruit la récolte de pommes de terre. L'année suivante, toutes les céréales donnèrent une récolte inférieure. La population flamande, sous-alimentée, subit deux épidémies meurtrières : le typhus en 1847, le choléra deux ans plus tard. Le paupérisme et la criminalité provoqués par la famine affectent toutes les régions des deux Flandres. Les déficiences sur le plan physiologique et culturel furent durables. La courbe démographique baisse et l'illettrisme se généralise.

9Cette situation va contribuer puissamment à l'élaboration d'un stéréotype de l'« arriération flamande » longtemps vivace au sein de l'opinion wallonne. L'origine de cette image se développe d'abord au sein des classes dirigeantes wallonnes et même dans une fraction de la bourgeoisie francophone de Flandre. On y incrimine d'abord l'impuissance des pouvoirs publics, particulièrement locaux. L'analyse des débats parlementaires, entre autres, démontre l'aveuglement des élites flamandes, soutenant contre toute logique économique, un artisanat anachronique. Cette défense n'était pas exempte de préoccupation philosophique. Le maintien de l'industrie à domicile semblait préserver la cellule familiale dans un cadre rural et l'influence du clergé contre l'« odieux progrès ». De son côté, la population ouvrière des arrondissements liniers témoigne d'une apathie surprenante. E. Ducpetiaux, économiste et réformateur de renom, compare, dans son étude Le paupérisme en Flandre, l'ouvrier américain à celui des Flandres : « Quel contraste entre ce pionnier hardi et infatigable et le travailleur flamand, timide, irrésolu, étranger au progrès, qui n'a jamais perdu de vue le clocher de sa commune (...) il se résigne sur place aux plus dures privations ; sans rien changer à ses habitudes, il réduit son ordinaire ; victime de la routine, il succombe sur son métier sans avoir pensé même à l'abandonner ».

10Lors de la séance à la Chambre du 3 juillet 1848, deux députés flamands confirment ce point de vue et y trouvent même motif à fierté. D'après Toussaint, représentant de l'arrondissement de Thielt : « Le Flamand est comme la garde impériale : il meurt et ne se plaint pas ». De même, Sinave, représentant de Bruges, se félicite que « la tranquilité des Flandres est due au bon sens de ses habitants et à l'influence du clergé qui les exhorte à la résignation ». G. Jacquemyns, professeur à l'ULB et auteur d'un mémoire, consacré à l'Histoire de la crise économique des Flandres (1845-1850) publié en 1928, conclut son étude en ces termes : « La Flandre méconnut la loi du progrès, elle s'accrocha obstinément au passé. L'ouvrier routinier succomba en tissant du mauvais fil sur un vieux métier qu'il aurait dû abandonner. Une grande part de responsabilité incombe aux riches marchands et aux Représentants du peuple flamand ».

11Les discussions parlementaires consacrées à la crise des Flandres mettent en lumière une sorte de fracture au sein du groupe des élus wallons. D'un côté, les catholiques, plutôt discrets, dont l'analyse des réactions individuelles ne permet pas de dégager une attitude doctrinale cohérente. De l'autre, l'aile libérale où domine l'idée d'une Flandre condamnée au déclin par la pratique d'un patois l'isolant du monde moderne et par l'action d'un clergé rétrograde. Parmi les nombreux témoignages concordants, nous retiendrons celui du député montois J. D. Sigart. Ce libéral modéré, docteur en médecine et lexicographe réputé, prononce le 12 décembre 1846 un discours remarqué. Comparant la situation respective des Flandres appauvries et de la Wallonie industrieuse, il s'interroge : « La race flamande serait-elle d'une nature inférieure comme les races africaine et américaine ? (...) J'ai hâte de dire que non. (...) Son malheur est d'être isolée par sa langue... ».

12D'ailleurs, les villes flamandes prospèrent grâce à l'usage de la langue française. C'est aussi par la « puissante civilisation française » que les populations rurales flamandes pourront échapper à « la misère, l'avilissement, la dégradation », causés par les excès de la « théocratie » et du « cléricalisme ».

13Cette conception de l'émancipation par le français conduit de nombreux parlementaires francophones, dont plusieurs catholiques, à prôner l'enseignement obligatoire du français dans toutes les écoles primaires flamandes. C. Rogier, ministre libéral de l'Intérieur, recommande vivement cette solution. Elle permettrait de briser l'isolement où croupit l'ouvrier flamand et surtout de lui ouvrir les voies de l'émigration vers la Wallonie. Rappelons que si l'article 23 de la Constitution instaure la liberté et l'égalité formelle des langues, le français a, dans les faits, seul droit de cité. Il domine même en droit, puisque le législateur reconnaît le français comme seule langue officielle pour la promulgation des actes émanant de l'autorité publique. La première brèche dans ce monopole date seulement de 1873, lorsque la Loi introduit l'usage du flamand dans la procédure pénale. Il n'en reste pas moins que pour la majorité de l'opinion wallonne, appuyée par des éléments de la bourgeoisie flamande, le français reste la seule langue véritablement nationale. L'idiome flamand est généralement considéré comme un dialecte à l'égal du wallon. L'instauration du suffrage plural en 1893-1894, allait définitivement hypothéquer l'espoir d'une hégémonie francophone.

14L'exode flamand profite, en fait, d'abord aux rares centres industriels de la région : Gand, Anvers, banlieue de Bruxelles et au Nord de la France. Le mouvement gagne ensuite le bassin charbonnier wallon des provinces de Hainaut, à l'exception du Borinage.

15À titre d'exemple et malgré la fragilité des données, examinons le tableau de la répartition des locuteurs unilingues flamands (Ndl) et bilingues flamands français (Ndl/F), supposés d'origine flamande dans l'arrondissement de Charleroi, d'après les recensements de 1846, 1866, 1880, 1890, 1910. Cet arrondissement compte un noyau charbonnier, où se concentre la population flamande, et des communes périphériques où celle-ci est pratiquement absente.

Arrondissement de Charleroi

Années de recensement

Total habitants

Total unilingue flam. et bil. (Ndl/F)

% de flamands supposés

1846

111.857

652
ne tient pas compte des chiffres biling. Doit être revu à la hausse

0,58

1866

202.659

9.314

4,59

1880

258.261

10.565

4,09

1890

127.179

15.912

4,86

1900

175.590

21.266

5,63

1910

421.024

26.986

6,40

16Remarques :

  • 1846, répartition entre les communes charbonnières et les centres de batellerie ou de grands travaux. Population masculine nettement majoritaire.

  • Pour 1866, implantation dans les communes charbonnières, où le pourcentage avoisine les 10 %, et les sites de grands travaux. La commune de Gilly dépasse les 20 % de locuteurs flamands ou bilingues. Charleroi atteint près de 18 %. Majorité masculine.

  • Pour 1880, léger tassement.

  • Pour 1890, mêmes caractéristiques générales.

  • Pour 1890, idem.

  • Pour 1910, même constat. Avec un maximum enregistré à Chatelineau : 26,97 %.

17Le développement économique rapide du « croissant fertile » du sillon Haine-Sambre et Meuse a tôt fait d'y épuiser les ressources locales en main-d'œuvre. Dès les années 1830-1840, commence une campagne de construction de cités ouvrières destinées à attirer et fixer un personnel qui commence à faire défaut. D'où la naissance des grands ensembles intégrés tels que ceux du Grand-Hornu dans la région boraine (entre Mons et Valenciennes) et de Bois-du-Luc dans le « Centre » du Hainaut. Plus tard les sociétés charbonnières inaugureront une politique volontariste de recrutement en Flandre, qui ne cessera qu'avec le déclin du bassin wallon. En période de haute conjoncture, surtout, de véritables campagnes d'embauche s'organisent : publicité par voie de presse, envoi d'émissaires salariés dans les campagnes flamandes victimes du chômage... Dès les années 1830, une forme de nomadisme saisonnier apparaît dans les campagnes pour les ouvriers agricoles employés aux travaux de la moisson et de l'arrachage des betteraves, en France et en Wallonie. De même pour les terrassiers œuvrant au creusement des canaux charbonniers, en particulier pour celui de Bruxelles-Charleroi et de ses embranchements, inaugurés respectivement en 1832 et 1839. Certains finiront par se sédentariser, comme ceux qui s'installèrent au hameau du Hocquet à La Louvière (Centre du Hainaut), créant ainsi l'un des premiers « quartiers flamands » en Wallonie. Ce noyau se maintiendra et gagnera en importance. Ce qui explique la fondation à La Louvière d'un quotidien flamand au début de ce siècle : De Vlaamsche werkman in het Walenland (1902-1904). La première vague d'immigration flamande en Wallonie laissa, malgré sa faiblesse relative, des traces dans l'opinion wallonne. Cette situation s'explique par sa « visibilité » nouvelle. Jusqu'ici l'arrivée de travailleurs flamands prenait l'allure d'une « infiltration ». Depuis la crise des Flandres, le phénomène ressemble, selon certains observateurs, à une « invasion », pour reprendre l'expression du Dr Schoenfeld (1855), auteur d'un mémoire couronné par l'Académie royale de Médecine. Cette « invasion » n'apparaît telle que parce qu'elle se concentre dans certains hameaux et quartiers du Hainaut et de Liège. L'arrivée de ces « premiers » Flamands a suscité diverses réactions. Parmi celles-ci, relevons plusieurs études émanant de médecins hygiénistes : Kuborn, Hanot, Gallez, Boens, Schoenfeld. Tous s'attachent à décrire l'état sanitaire des houilleurs, les accidents et difformités inhérentes au métier de la mine et les moyens propres à même d’y remédier.

18Ces auteurs aboutissent à une typologie de l'ouvrier mineur opposant le « médiocre » travailleur étranger et essentiellement flamand, au mineur autochtone. Sa suprématie proviendrait de la constitution par voie d'hérédité d'un type humain particulier, apte de manière innée au travail charbonnier. Un sentiment d'aristocratie ouvrière gagne les classes populaires wallonnes. Il se trouve conforté par le caractère généralement subalterne des tâches confiées aux immigrés flamands : hercheurs à la mine, manœuvres dans l'industrie, saisonniers dans l'agriculture, terrassiers dans les grands travaux. L'aspect misérable de ces populations impressionne plus d'un observateur et suscite des appréciations peu flatteuses. L. Callez, médecin de Gilly (Charleroi), n'hésite pas à écrire qu' : « en 1847-1848 (...) époque de l'affreuse misère des Flandres, on vit notre bassin (...) envahi par toute une population aux abois (...) C'est donc avec ce que j'appellerais « le mouvement flamand » que fut portée à son comble l'immoralité... ». Et plus loin : « L'ouvrier qui ne se lave pas est flétri par l'épithète d'« étranger », de « flamand », pour tout dire ».

19L'apparence rustique de ce prolétariat flamand, nouveau venu dans le terroir, inspire un véritable florilège d'expressions populaires. Celle-ci sont exprimées dans l'idiome du cru, wallon ou picard. La littérature et le folklore wallons s'enrichiront de quantités de chansons, contes et blasons populaires, pièces de théâtre..., mettant en scène le personnage de l'émigré flamand. Leur examen systématique, et aussi exhaustif que possible, a permis de retrouver de nombreux traits stéréotypés. Ils naissent et s'enracinent dans les mentalités populaires en même temps que se développe le mouvement d'exode vers la Wallonie industrielle. La pauvreté, l'origine rurale et l'absence de tradition ouvrière expliquent la docilité de cette main-d'œuvre flamande. Sa présence massive à certains endroits hypothèque la réussite des luttes revendicatives menées par les travailleurs wallons. En 1855, le Dr. M. Schoenfeld écrivait à propos des mineurs flamands : « Ces houilleurs nouveaux ont empêché depuis un grand nombre d'années, la mise en grève des houilleurs wallons ».

20Ajoutons-y le fait que, confinés dans les fonctions sous-qualifiées, ces Flamands, peu exigeants, y provoquent un avilissement des salaires.

21Cet état de choses explique les difficultés de cohabitation que l'on rencontre dans les quartiers ouvriers où se côtoient Flamands et Wallons. L'Étoile belge, second quotidien belge en importance, s'en fait même l'écho dans son numéro du 7 mars 1859 lorsqu'il évoque les bagarres continuelles opposant à Gilly (Charleroi) travailleurs flamands et wallons. À titre d'exemple, deux auteurs, traitant du « folklore wallon » de Montignies-sur-Sambre (bassin de Charleroi), relèvent une série significative d'expressions dialectales inspirées par ces premiers immigrés flamands. Nous en reproduisons quelques-unes accompagnées de leur interprétation :

22« Chez nous, pour dire de quelqu'un qu'il manque d'esprit, on dira c'è-st-in flamind » (c'est un Flamand).

23« On dit aussi : Lès Flaminds ç'n'èst nén dès djins » (les Flamands ne sont pas des personnes). Expression, selon les auteurs, qu'il ne faut pas prendre « à la lettre mais simplement dans le sens que les Flamands sont des étrangers, ils ne sont pas de notre peuple ».

24« On dit encore que les Flamands sont des man’dâyes. Ceux-ci, jadis, étaient des manœuvres qui était occupés aux plus basses besognes. Les premiers Flamands qui arrivèrent dans nos régions furent naturellement affectés à ces besognes de deuxième ou troisième ordre, d'où association du terme man'dâye à leur état ».

25« Une injure populaire (...) suite aux excès des Flamands du Taillis-Prés, aux confus de gilly et de Châtelineau fut mourdrèl di Flamind, littéralement Flamand meurtrier. C'est qu'aux endroits où ils vivaient groupés, il était parfois dangereux de s'y aventurer seul... ».

26« Les Flamands, dirait-on, ont sèt'aunes di boyaux di pus qui les djins » (ont sept aunes de hoyaux de plus que les [autres] personnes). En raison de leur misère - il ne faut pas oublier que durant des années ce furent les plus malheureux qui vinrent habiter Montignies - les Flamands donnaient l'impression de se dôrér (jeter) sur les aliments qu'ils ingurgitaient en grande quantité ».

27Tous les Flamands de ce premier flux migratoire ne firent pas souche. La phase aiguë de la crise textile passée, un nombre appréciable de familles retournèrent au pays. Celles qui restèrent en Wallonie « en ont pris les mœurs, ont fait souche de charbonniers. Elles n’ont plus aujourd'hui de flamand que le nom » note E. Harze, directeur des charbonnages de Sars-Longchamps à La Louvière (Centre du Hainaut).

28Après cette première phase s'achevant dans les années 1850, ce courant migratoire flamand se ralentit, sans disparaître complètement, en raison de la diminution du revenu agricole causée par la concurrence des céréales étrangères et la conversion des terres en pâturages. Le chômage en Flandre rurale profite alors à la Wallonie industrielle. À cela s'ajoutent certains facteurs conjoncturels comme la crise de l'industrie cotonnière gantoise due à la guerre de Sécession. Elle provoque vers Verviers (centre textile de la province de Liège) l'émigration de nombreux tisserands. Elle fut organisée de concert entre les administrations communales de Gand et de Verviers et les sociétés textiles des deux villes. Cette nouvelle main-d'œuvre s'ajoute aux nombreux ouvriers allemands déjà présents. Dans le Rapport annuel pour 1861 de la « Chambre de commerce et d'industrie » de Verviers, on peut lire ce commentaire : « L'harmonie qui règne entre tous les ouvriers wallons, allemands et flamands témoigne du progrès des mœurs ; nous devrions retrancher le mot allemand car dans notre langue populaire tout ce qui n'est pas wallon est flamand fut-il un anglais avéré ; le mot est resté mais il ne comporte plus l'expression d'un sentiment de haine et de rivalité ».

2. Après 1880 : une nouvelle vague génératrice de rapports sociaux difficiles

29Une nette reprise se manifeste après 1880. Elle résulte d'une double convergence. Celle de la faiblesse persistante du salaire agricole et de la diversification industrielle en Wallonie qui provoque une désertion des emplois peu qualifiés des houillères vers ceux, moins pénibles et mieux rémunérés, d'industries nouvelles. L'exode rural flamand reprend vigueur. L'institution des abonnements sociaux ferroviaires ne semble pas l'avoir entravé. Ce système, inauguré en 1870, procède en partie d'intentions moralisatrices et politiciennes : on espère ainsi éviter l'entassement de populations rurales dans les centres urbains « où elles contractent des habitudes de démoralisation et de désordre ». Après un démarrage difficile, 32.972 demandes en 1872, le succès dépasse toutes les espérances, on dénombre 798.135 abonnements en 1887, 2.204.613 en 1896, 6.384.243 en 1908. La prépondérance de l'élément flamand engendrera l'expression « trains de Flaminds » désignant ces convois. La configuration du réseau ferroviaire détermine les régions d'origine, les axes de pénétration et les zones de distribution. Schématiquement, les navetteurs œuvrant dans la région dite du « Centre » (Hainaut) proviennent des Flandres et du Sud-ouest du Brabant, ceux de Charleroi du Brabant flamand, ceux de Liège du Limbourg. Lassés par la longueur et la fatigue de ces transports, certains de ces abonnés finissent par s'installer à demeure en Wallonie et s'y intègrent. Ce n'est évidemment pas le cas des navetteurs quotidiens, souvent employés aux travaux de nuit dans des tâches auxiliaires. Ils y deviennent parfois majoritaires, au grand dam de leurs collègues wallons. On leur reproche un travail souvent bâclé, dû notamment à leur inexpérience, pénalisant ainsi la sécurité et le rendement de l'équipe d'abatteurs, essentiellement wallons. À titre d'exemple, les rapports de la « Commission d'enquête sur la durée du travail dans les mines de Houille », publiés en 1907, fourmillent de critiques adressées par les houilleurs wallons à leurs collègues flamands. En 1906-1907, le syndicat catholique des « Francs mineurs » organise une enquête sur le travail houiller et incrimine les défauts spécifiques de la main-d'œuvre flamande : « Partout où ils sont utilisés, les ouvriers venant des Flandres, malgré la bonne volonté et la force qu'ils peuvent apporter, ne parviennent pas à donner satisfaction... »

30De source syndicale également, cet avis de M. Renard publié dans l'organe socialiste L'Ouvrier mineur du 25 janvier 1913 : « La main-d'œuvre flamande (...) est inexperte, adaptable uniquement aux travaux n'exigeant que des efforts purement matériels et routiniers, sans la moindre connaissance technique ».

31L'ingénieur en chef Libotte de l'Inspection des Mines partage cet avis puisqu’en 1912, il « croit utile de signaler l'insuffisance de capacité des ouvriers flamands qui n'ont pas à leur actif une pratique assez longue du métier de mineur ». Son rapport fut lu et approuvé par le député-mineur socialiste Cavrot, lors de la séance de la Chambre du 6 février 1912. Au cours de son enquête consacrée aux» Ouvriers mineurs abonnés aux chemins de fer en Belgique » (Annales des Mines de Belgique, 1911, p. 67-68), E. Mahaim a pu dresser de manière exhaustive le tableau de la distribution géographique des différentes catégories d'ouvriers de trois sociétés charbonnières wallonnes : « L'Espérance et Bonne-Fortune » (Liège), « Ougrée-Marihaye » (Division Marihaye-Liège), « Bois-du-Luc » (Centre-Hainaut), totalisant ensemble 8.359 ouvriers mineurs sur les 150.000 que compte la Wallonie à cette époque. Le tableau ci-dessous illustre l'absence de qualification des travailleurs flamands pratiquement absents des postes de maîtrise, d'abattage et de techniciens. Cette statistique ne rend compte que des ouvriers flamands « navetteurs », c'est-à-dire se déplaçant quotidiennement ou hebdomadairement de Flandre vers le bassin charbonnier de Liège ou du Hainaut. Elle ignore donc les travailleurs flamands établis à demeure en Wallonie. On sait qu'à Bois-du-Luc, par exemple, la main-d'œuvre d'origine flamande, avoisine le tiers de l'effectif ouvrier.

32Aussi ne faut-il pas s'étonner des demandes répétées d'interdiction de recrutement d'ouvriers flamands, introduites par les délégués des mineurs des charbonnages de Mariemont-Bascoup (Centre). L'expression dialectale travail di Flamind, désignant tout travail grossier et négligé, apparaît à cette époque. Cette situation d'infériorité professionnelle s'atténuera avec le temps.

33En 1930, l'ingénieur H. Deligne, analysant les mutations récentes du milieu charbonnier, note que « il y a trente ou quarante ans, quand à la faveur des abonnements ouvriers, les Flamands arrivèrent dans les fosses (...), ils commencèrent par des besognes subalternes. Le terme de « flamand » fut longtemps dans les fosses une épithète de mépris pour désigner quelqu'un qui ne savait pas travailler. Puis les Flamands se fixèrent, épousèrent des Wallonnes et ils donnèrent des fils qui, en une ou deux générations, ne se distinguaient plus des meilleurs ».

34Quant aux abonnés hebdomadaires, ils fournissent l'essentiel de la population des « semainiers » ou « logeurs », catégorie qui contribue le plus à l'élaboration d'un stéréotype négatif du Flamand en Wallonie. Il s'agit des travailleurs domiciliés en région flamande, mais logeant en semaine à proximité du lieu de travail, en raison de la durée excessive des déplacements. Une faible minorité d'entre eux choisit la location d'une chambre dans une hostellerie ouvrière organisée par une entreprise ou une œuvre sociale. La plupart préfèrent s'établir dans « une maison de logeurs », souvent annexée à un débit de boissons, ou chez un collègue wallon. Les conditions d'hygiène y sont souvent déplorables, ainsi n'est-il pas rare qu'un même lit serve à plusieurs locataires.

35Ces logeurs sont à l'origine de l'image du Flamand ivrogne et bagarreur. Une chanson populaire en Wallonie et dans le Nord, « L'Flamind » résume bien l'image du logeur flamand, rude et courageux, mais ayant l'alcool mauvais et le coup de couteau facile. Sa diffusion fut telle que plusieurs observateurs la considèrent comme une création « folklorique » anonyme et collective. Son auteur est en réalité le médecin carolorégien A. Culot. Il met en scène un brave campagnard flamand venu tout droit de son « villaze » avec son « flacon » et son « balusson » et trouvant « d'l'ouvraze sur une sarbonnaze ». Aussitôt installé dans une cambuse, il se régale de « raspape » (rijspap : riz au lait) et devient bientôt le « maize lozeur » (maître logeur : ouvrier pensionnaire qui séduit la patronne, mariée, de la maison de logement). D'abord épouvanté par la mine, il s'y habitue et descend dans la fosse « mes mains dans mon posse » (les mains dans ses poches). Notons ce trait de vantardise naïve souvent attribué aux Flamands. De retour au logis, un soir de « quézènne » (paiement de quinzaine), il s'enivre et si on lui cherche noise, il n'hésitera pas à trouer la « pense » de la « crapule » avec « ma poignard ». Un sondage de presse effectué auprès d'organes quotidiens de La Louvière, Charleroi et Liège, entre 1880 et 1914, (Les Nouvelles, Gazette du Centre, Le Pays wallon, Le Journal de Charleroi, L'Express), révèle une série impressionnante de faits-divers relatant les violences de logeurs flamands. À titre d'exemple, cet extrait d'un fait-divers intitulé « Exploits de Flamands », publié par le journal louviérois Les Nouvelles, du 10 novembre 1909 : « Binche. Dimanche soir des Flamands se trouvaient dans une salle de danse de la localité. Tout à coup deux d'entre eux se prirent de querelle. Les couteaux furent tirés (...) ». Et de conclure : « Jolies, les mœurs flamandes ! Seulement, ces brutes feraient bien de ne pas venir les implanter en Wallonie. Sans prétendre que tous les Wallons soient des agneaux il nous est tout au moins permis de constater qu'ils ont des mœurs moins sauvages que celles des populations du Far-West flamand (...) ». Et « chaque fois qu'une scène de ce genre éclate à La Louvière, on trouve toujours des Flamands jouant du couteau ».

36D’après le Journal de Charleroi du 5 mars 1911, commentant le tableau, plutôt sombre, de la criminalité dans l'arrondissement de Charleroi : « ... il faut en chercher la raison, qui n'est pas ailleurs que dans l'influence des immigrés flamands dans nos localités industrielles (...) il est à remarquer que la plupart des méfaits ont pour auteurs des individus dont les noms ont des désinences flamandes... »

37On se souvint longtemps dans la région de Charleroi des bagarres qui ensanglantèrent le quartier flamand de Taillis-Prés à Charleroi. Particulièrement des événements tragiques du 13-14 août 1899 qui motivèrent l'installation d'une brigade de gendarmerie dans ce quartier turbulent. À son tour, le journal bruxellois, Le Soir, se fait l'écho de ces violences communautaires, y consacrant même son éditorial du 13 septembre 1904. Selon l'auteur, il faut incriminer la marginalité, le statut social et culturel inférieur, le déracinement, le travail abrutissant de la fosse... Cette analyse est reprise par le statisticien et criminologue C. Jacquart dans une étude publiée en 1912. Notons que le problème fera l'objet de polémiques entre feuilles catholiques et socialo-libérales. Les premières dénonçant « l'irréligion » et « l'influence pernicieuse du socialisme », « contaminant ces fils de Flandre ». Les seconds accusant ceux « qui ont laissé croupir les Flandres dans l'ignorance et la plus déprimante superstition ».

38Le folklore local conserve des traces vivaces des débordements d'immigrés flamands. De nombreuses expressions et chansons populaires en perpétuent le souvenir. L'une des plus répandues évoque le « beau flamand » séduisant sans scrupules la jeune fille wallonne, engrossée puis abandonnée, avant d'avouer « En mon pays de Flandre / J'y ai femme et enfants ».

39Une autre critique concerne la passivité et le manque de solidarité ouvrière. L'abondance et la discipline de cette main-d'œuvre rurale, peu exigeante, isolée par l'obstacle de la langue la rend souvent réfractaire à l'action syndicale. De plus, nombre de ces migrants s'absentent à la bonne saison pour les travaux agricoles. Quant aux navetteurs quotidiens, souvent confinés aux travaux de nuit, ils n'entretiennent guère de contacts avec leurs collègues wallons. Au « Congrès de l'Union des mineurs [socialistes] du bassin de Liège », organisé en 1907, un délégué déplore cette situation : « les camarades flamands en Wallonie qui nous arrivent par chemin de fer, échappent à l'action de notre propagande et se nuisent en nuisant à tous (...) nos frères flamands qui se trouvent en trop petit nombre dans nos organisations se font, hélas, trop souvent plutôt les soutiens des patrons ».

40Ces craintes, souvent exagérées, ne sont pas complètement dénuées de fondement. Limitons-nous à l'exemple de l'importante société charbonnière de Bois-du-Luc (Centre), employant le plus grand nombre de main-d'œuvre flamande en Hainaut. A l'occasion des grandes grèves politiques de 1893, 1905 et 1913, la gare de transit (Houdeng) des travailleurs flamands sera occupée militairement et les mineurs conduits aux fosses sous la protection des forces de l'ordre.

41Il faut également ajouter l'institution d'œuvres catholiques (patronages, mutuelles, syndicats, groupements culturels), visant à regrouper les familles flamandes immigrées et à les prémunir contre les « influences délétères » du milieu d'accueil. Cette politique appuyée par les forces catholiques wallonnes locales ne réussit guère.

42Les sources syndicales de l'époque contiennent plusieurs allusions, généralement imprécises, à l'intervention de « jaunes » ou briseurs de grèves flamands en Wallonie. À l'examen, ce reproche semble exagéré. La statistique officielle des grèves et lock-out dressée par le Ministère de l'Industrie et du Travail ne révèle aucune situation de ce genre. À notre connaissance, l'action de « supplanteurs » flamands, se manifeste cependant à au moins deux reprises en Hainaut. Ainsi aux carrières d'Ecaussinnes (Centre) en 1899, à l'occasion d'une grève suivie d'un lock-out comme à Montignies-sur-Sambre (Charleroi), aux établissements sidérurgiques « Sambre-et-Moselle » en 1925. Dans les deux cas, cette tactique patronale échoua en raison de l'absence de qualification des travailleurs flamands. Cette main-d'œuvre facilement disponible a néanmoins exercé une influence négative sur la progression des salaires dans les emplois moins qualifiés. Elle apparaît également, à tort ou à raison, aux ouvriers locaux comme une menace en cas de conflits sociaux.

43Dans les campagnes, la présence flamande se remarque également. L'industrie hennuyère et liégeoise ayant épuisé les ressources humaines des campagnes wallonnes voisines, la main-d'œuvre flamande y supplée. Dès la seconde moitié du vingtième siècle certaines catégories d'ouvriers agricoles proviennent principalement, voire exclusivement des Flandres. C'est le cas de ceux qui dans les grandes exploitations de la zone limoneuse assurent le sarclage, l'arrachage des betteraves et les travaux de la moisson. Réputés pour leur ardeur au travail, ces travailleurs saisonniers, en raison de leur aspect fruste, souffrent d’un manque évident de considération. Témoignage parmi d’autres, cette réponse d'un secrétaire de comice hennuyer, lors de l'enquête agricole de 1920 : « Les ouvriers agricoles sont d'ordinaire des personnes âgées que l'industrie n'occuperait plus ; souvent aussi des jeunes gens d'origine flamande ou d'autres laissant à désirer sous le rapport des facultés mentales. Dans ces conditions d'état psychologique, on conçoit que la situation d'infériorité dans laquelle se trouvent les ouvriers agricoles se remarque dans la masse de la population rurale... ».

3. La littérature dialectale et l’expression populaire de l’image de l’immigré flamand

44La littérature lyrique et dramatique dialectale de la Belgique romane fournit un champ d'investigation privilégié pour l'étude de l’image stéréotypée du Flamand en Wallonie. Cette littérature, l'une des plus anciennes et des plus vivaces du domaine des langues d’oïl, apparaît aux confins des 16e-17e siècles. Sous l'Ancien Régime, elle se cantonne à l'espace liégeois qui fournit 90 % des textes recensés. Sur le plan thématique, les sujets traités s'inspirent de l'actualité politique et religieuse ainsi que des faits-divers de la vie sociale et familiale. D'où la réflexion du professeur M. Piron : « Cette production relève plutôt de l'histoire et des historiens ».

45Les premiers essais de l'art scénique wallon apparaissent dans la seconde moitié du 18e siècle. Quatre opéras burlesques, dans le ton poissard en vogue, forment le « Théâte ligeoi », œuvres de membres de l'aristocratie principautaire. Par leur peinture de mœurs locales et de personnages dessinés à gros traits, ces comédies annoncent le théâtre réaliste qui triomphera après 1885.

46Ce répertoire dramatique, clôturé en 1914 dans notre recherche, atteint probablement les 5 000 titres, pour la plupart datés d'après 1885. Nous avons pu consulter 4 300 livrets dont le plus grand nombre est conservé à Liège dans les fonds de la « Société de langue et de littérature wallonne ». D'abord réduite à la région liégeoise, la littérature patoisante gagne au 19esiècle tout le bassin wallon, de Verviers à Tournai. Autre innovation : les littérateurs appartiennent de plus en plus aux milieux populaires.

47Une étude sociologique en cours montre que sur les 1 559 auteurs actifs répertoriés entre 1830 et 1914, 1 430 exercent une profession identifiée. Contrairement à l'Ancien Régime, l'aristocratie, la cléricature et la magistrature y sont peu représentées : 37 noms au total. En revanche, on y dénombre 102 employés, 92 fonctionnaires, généralement de rang modeste, 21 instituteurs, 32 ouvriers typographes, 18 mineurs, 155 artisans, etc. Les provinces industrielles de Liège et du Hainaut fournissent l'essentiel du contingent respectivement 75 5 et 488 auteurs. Sur les 4.300 pièces retrouvées, 225 mettent en scène un rôle flamand ou évoquent la Flandre.

48On peut y distinguer deux types de personnages :

  • Celui du Flamand de comédie, chargé de tous les ridicules, sorte d'ilote dont on se moque en toute impunité. Généralement accoutré de manière grotesque, coiffé d'une perruque rousse et s'exprimant dans un sabir franco-flamand ou wallo-flamand, souvent imbibé de genièvre, il finit par se faire expulser de la scène. On le rencontre dans quelques dizaines de grosses « farces » du répertoire wallon. Il y est presque toujours désigné sous la simple étiquette de « flamind », sans prénom ni patronyme.

  • La plupart des rôles flamands présentent cependant des silhouettes moins sommaires, même si le côté burlesque est rarement absent. Les personnages masculins dominent, par souci de conformité à la réalité de la présence flamande en Wallonie, mais aussi en raison des réticences à présenter des rôles féminins ; d'où la fréquence des pièces écrites « po tos hommes » (pour rôles masculins).

49À l'analyse, les personnages se cantonnent dans une honnête médiocrité : domestique, servante, valet de ferme, colporteur, ouvrier, artisan, batelier, militaire, etc. Ces statuts professionnels sont relativement fidèles à la distribution socio-professionnelle des immigrés flamands, avec cependant des activités sous-représentées, comme celle de la mine et de l'agriculture. D'autres professions sont surestimées : domestiques, marchands ambulants, policiers, ceci dans une perspective d'exploitation burlesque.

50Le théâtre wallon, tout comme la tradition populaire et la chanson, véhicule différents traits stéréotypés des Flamands parfois contradictoires qui composent un portrait générique le plus souvent dépréciateur. On peut le résumer par ce tableau volontairement incomplet :

4. Une vision manichéenne et valorisante

51Tous les Flamands ne connaissent pas un statut social aussi dévalorisé. On relève en Wallonie un nombre appréciable de fonctionnaires, d’écclésiastiques, d'enseignants et d'avocats d'origine flamande. Mais intégrés au sein d'une bourgeoisie francisée, ils échappent aux yeux de l'opinion populaire. Seules paraissent visiblement flamands les immigrés de la première génération, en raison de leur ignorance relative du français ou du dialecte local.

52Le spectacle de ce prolétariat - qualifié par certains auteurs flamands de « coolies » - inspire aux populations wallonnes des sentiments mélangés où domine une certaine dose d'autosatisfaction. Elle s'exprime de manière particulièrement explicite face à la montée des revendications flamandes d'égalité linguistique. Celles-ci rencontrent une incompréhension quasi totale. Parmi l'abondante production dialectale brocardant ces « prétentions » flamandes, relevons ces quelques vers datés de 1913, œuvre de L. Dupuis, auteur patoisant du Centre. Celui-ci réagit à l'« incongruité » de la demande d'un enseignement supérieur en langue flamande : « ... c'est nous avu nos industries qui leu donne à mindjie et pourtant no n'couninchons nie l'flamind ». Plus loin « ...les flamingants [partisans des revendications flamandes] voûrine-ti qu'in Belgique/C'roût tout pou ieusses, nous autes nos n’comptons pus/,.../A ces djins là, criyons qu'l'Wallonie s'avance première din l'kemin d'l'instruction,/ Comme èle est riche, pa touté s'n'industrie, c'est li qui pâye el grasse contribution... ».

53Cette opinion se cristallise après 1912, année où le cartel électoral libéral socialiste, dominé par les francophones, connaît la défaite face à la majorité catholique quasi omnipotente en Flandre. Un large pan de l'opinion wallonne reconnaît la dualité communautaire de la Belgique sous une forme stéréotypée opposant :

  1. d'un côté une Flandre rurale catholique et réactionnaire, industriellement et culturellement sous-développée, mais politiquement majoritaire ;

  2. de l'autre côté, la Wallonie, industrielle et progressiste, pourvoyeuse d'emplois pour de nombreux Flamands et principale bailleuse de fonds pour l'État belge, mais politiquement minoritaire.

54Cette vision polémique trouvera son expression littéraire dans la fameuse Lettre au Roi (1912) de J. Destrée. Elle ne doit pas faire oublier l'assimilation quasi complète des immigrés flamands dès la deuxième génération. Les auteurs contemporains, wallons comme flamands l'expliquent généralement de la même manière. Ils mettent en avant d’abord le souci d'intégration définitive en région wallonne et l'infériorité culturelle de cette population confrontée au milieu unilingue francophone ou patoisant. Ils n’oublient pas non plus les pressions du milieu d'accueil peu favorable au maintien d'une identité culturelle flamande en Wallonie, et cela malgré la politique d'associations flamingantes et pannéerlandaises comme l'« Algemeen Nederlands Verbond », ou catholiques hostiles à l'assimilation. Mais en ce domaine l'échec sera patent.

55Pour conclure, il n'en reste pas moins que pour des générations de Wallons issus de milieux populaires, le Flamand apparaît, dans l'horizon étroit de la vie quotidienne, comme la seule référence visible à l'« autre ». Dans la réalité, il s'agit de l'immigré flamand de la première génération dont les caractéristiques sociologiques inspirent l'émergence d'une image stéréotypée étendue abusivement à l'ensemble de la communauté flamande. Le déclin du vieux bassin minier wallon, conjugué à l'essor économique de la Flandre au cours des dernières décennies rend anachronique cette vision négative. Elle n'en laisse pas moins des traces profondes dans les mentalités collectives.

Orientation bibliographique

56Sur l'exploitation des recensements linguistiques et des registres de populations, on consultera P. M. G. LEVY, « La statistique des langues en Belgique », Revue de l'Institut de Sociologie, ULB (Université libre de Bruxelles), 1938, no 3, p. 507-570 et M. POULAIN, « Du registre de populations aux statistiques de migration interne en Belgique », Bruxelles, Population et famille, 1978, 3, p. 1-45. Pour la période contemporaine, une étude exploite les données établies sur base du Registre National depuis 1989 : J. P. GRIMMEAU, « Les migrations entre la Flandre et la Wallonie », Bulletin du Crédit communal, 1955/2, p. 23-41. Sur le problème particulier de l'immigration flamande en Wallonie, une seule étude démographique lui est exclusivement consacrée : M. POULAIN et M. FOULON, « L'immigration flamande en Wallonie : évaluation à l’aide d'un indicateur anthroponymique », RBHC (Revue belge d’histoire contemporaine), XII, 1981, 1-2, p. 205-244. Une enquête personnelle inédite fondée sur l’analyse des recensements linguistiques et un sondage effectué dans les registres de population des communes charbonnières de la région du Centre (Hainaut) indique, pour 1910, un pourcentage de résidents d'origine flamande variant de 5 à 12 % avec des pointes de 20 %. Sur le plan démographique et sociologique, une monographie remarquable, malheureusement inédite, a été consacrée à la commune flamande de Vollezele, grosse pourvoyeuse de main-d'œuvre charbonnière : Dr J. REYGAERTS, Pajottenlandse mijnwerkers van voor WOI [avant la première guerre mondiale]. Enkele aspecten te Vollezele en naburige gemeenten. 83 p., [1992]. Sur la crise économique des Flandres, outre l'ouvrage de G. JACQUEMYNS, cité en texte, on dispose de deux publications plus récentes : B. VERHAEGEN, Contribution à l'histoire économique des Flandres, 2 t., Louvain-Paris, 1961 et L. SCHEPENS, Van Vlaskustser tot Franschman. Bijdrage tot de geschiedenis van de Westvlaamse platteland. Brugge, 1973. Concernant l'immigration flamande vers le nord de la France et ses aspects socio-politiques : F. LENTACKER, La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d'une frontière_internationale sur la vie de relations. Thèse. Université de Lille III, 1973, demeure incontournable. Sur ce sujet, voir la note (1) de l'article de Mme D. Delmaire. On y ajoutera ; V. AELBRECHT, « L'immigration ouvrière belge à Tourcoing sous la Restauration et sous la monarchie de Juillet », Mémoires_de la Société d'histoire de Mouscron et de la région, t. XIII, 2, 1991, p. 35-59. L'article de D. BIGORGNE fournit d’utiles comparaisons : "Immigrés belges et xénophobie dans les Ardennes frontalières », La Vie wallonne, T. LXVI, 1992, p. 129-148. Sur le plan de l'immigration saisonnière flamande en France et en Wallonie, on consultera avec profit : B. WOESTENBORGHS, Vlaamse arbeiders in de vreemde, Gent-Leuven, 1993.

57Comme exemple régional d'implantation flamande en Wallonie envisageant également les problèmes d'intégration et de vie associative : Y. QUAIRIAUX, « Présence flamande dans le Centre », dans Mémoires d’une région. Le Centre (1830-1914), Musée Royal de Mariemont, 1984, p. 182-229 et p. 302-307. Concernant le problème particulier des ouvriers navetteurs flamands, les deux enquêtes anciennes, publiées par E. MAHAIM restent irremplacées : Les abonnements d'ouvriers sur les lignes de chemins de fer belges et leurs effets sociaux. Bruxelles, 1910 et « Les ouvriers mineurs abonnés aux chemins de fer en Belgique », dans Annales des Mines de Belgique. t. 16, 1911, p. 67-116. Les données statistiques rassemblées permettent de dresser le profil socio-professionnel des ouvriers navetteurs flamands, leur provenance et leur distribution géographique. Sur le plan de la vie associative flamande en Wallonie, on lira l'abondante notice de G. DURNEZ : « Taalminderheden in België, Vlamingen in Wallonïe », publiée dans Encyclopédie van de Vlaamse beweging, t. II, p. 1575-1593. L'auteur, malgré une riche bibliographie, s'est limité aux sources publiées en néerlandais et a manifestement privilégié la documentation émanant des milieux catholiques.

58Enfin, le personnage du Flamand dans l'opinion wallonne a suscité plusieurs publications. La plus ancienne se fonde exclusivement sur la tradition orale : O. COLSON, « Les Flamands dans le folklore wallon », dans Wallonia, octobre 1907, p. 277-301. Voir également, Y. QUAIRIAUX et J. PIROTTE, « L'image du Flamand dans la tradition populaire wallonne depuis un siècle », Res Publica, Revue de l'Institut belge de Science politique, t. XX, 1978, no 3, p. 391-406 ; Y. QUAIRIAUX, « Le stéréotype du Flamand en Wallonie », dans Stéréotypes nationaux et préjugés raciaux aux XIXe et XXe siècles. Louvain-la-Neuve. 1982, p. 138-151 ; Y. QUAIRIAUX, « Immigrés et stéréotypes. Les Flamands en Wallonie avant 1914 », dans Les Cahiers de la Fonderie, Revue d'histoire sociale et industrielle de la région bruxelloise, no 12, juin 1992 p 30-33.

59Signalons aussi un article dont le présent texte reproduit de larges extraits : Y. QUAIRIAUX, « les Flamands, premiers « étrangers » en Wallonie. Images de l'immigré flamand en Wallonie avant 1914 », Migrances, Paris, 1994, 4-5, p. 28-39.

60Enfin, il n'est pas inutile de signaler le recueil d'études publié sous la direction de L. COURTOIS et J. PIROTTE, Images de la Wallonie dans le dessin de presse (1910-1961), Louvain-la-Neuve, 1993. Ces images s'établissent souvent en contre-point d'une vision collective de la Flandre.

Notes de fin

1 Pour la compréhension du lecteur, signalons que les termes « Flandre » et « Flamands » sont à lire dans leur acception contemporaine : celle désignant les habitants des provinces néerlandophones de Belgique : Flandre occidentale, Flandre orientale, Brabant flamand. Anvers et Limbourg. De même la « Wallonie » désigne les provinces francophones du Hainaut, du Brabant wallon, de Namur, de Liège et de Luxembourg. Par dialecte wallon, il faut entendre l'ensemble des dialectes de Belgique romane : le Picard à l'ouest du Hainaut, le Wallon à l'Est et au Sud dans le reste de la Wallonie, hormis l'extrême sud du Luxembourg où l'on trouve le gaumais ou lorrain et quelques villages ardennais relevant de l'idiome champenois. Pour être complet, plusieurs localités de la botte de Givet (Ardennes françaises) usent d'un dialecte wallon.

Auteur

Assistant au Musée Royal de Mariemont Doctorant en Histoire, Université de Louvain-la-Neuve

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540