Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest : regards croisés

L’Autre dans le discours des représentants du Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale (1871-1875)

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

1Le Pas-de-Calais, département frontalier, est naturellement au contact de l’étranger ; mais à cette période, le problème de la relation à l’Autre, en général, prend une nouvelle dimension en raison de l’occupation partielle du territoire et de la succession de traumatismes politiques.

  • 1 Gabriel HANOTAUX, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), 4 volumes, Paris, Combet, 1904, (...)

2L'Assemblée nationale de 1871 qui « a reçu le pays dans la ruine et le désordre » et qui dispose « d’une puissance sans bornes »1 se fait l’écho de ces différents chocs et de leurs conséquences d’autant que tous les sujets peuvent y être abordés longuement et librement. Or, les députés du Pas-de-Calais participent, certes de façon très inégale, à ces débats. Notre échantillon, présenté dans le tableau ci-joint est bien entendu limité (17 élus) et partiale (un seul républicain et encore...) mais cependant représentatif.

3En effet, le Pas-de-Calais est un département peuplé et dynamique dont les caractéristiques de la députation recoupent grosso modo celles de l’ensemble des députés quant à l’âge, la situation sociale ou la coloration politique. En outre, une majorité d'entre eux n'ignore ni le reste de la France ni l'étranger :

4Louis FOULER de RELINGUES a épousé en seconde noce une Anglaise ;

5Eugène de DIESBACH séjourne régulièrement en Suisse d'où sa famille est originaire ;

6Louis de CLERCQ dont la parenté est autant belge que française a voyagé en Italie, Asie Mineure et Syrie ; Paul DUSSAUSSOY, industriel de la dentelle, établi à Calais, commerce avec l’Angleterre mais chez lui, le contact avec l’étranger est complété par une connaissance de la diversité française puisqu'il a suivi son militaire de père dans ses différentes garnisons. Il en est de même avec :

7Charles LEVERT, préfet sous le Second Empire, de la Vienne, l’Ardèche, le Pas-de-Calais, les Bouches-du-Rhône mais aussi de l’Algérie ;

8Édouard SENS, polytechnicien, ingénieur des mines qui a été successivement en poste à Mont-de-Marsan, Arras, Chalon-sur-Saône, et a été envoyé en mission en Espagne.

9Joseph RENARD de SAINT-MALO qui réside partiellement dans les Pyrénées-Orientales ou Louis MARTEL, possessionné dans l’Eure confirment cette ouverture d'horizon de la représentation du Pas-de-Calais dont plusieurs membres interviennent dans les travaux parlementaires où la question de l'Autre dans son acception la plus large est souvent abordée.

10Cette étude - dont les sources ont été les compte rendus des séances de l’Assemblée nationale publiés au Journal Officiel, les procès-verbaux des séances de certaines commissions parlementaires (série C des Archives nationales) ainsi que les souvenirs de certains témoins tels Juliette ADAM, Albert de BROGLIE ou Émile ZOLA - aborde le problème de la relation d’altérité sous trois angles :

  • l’étranger, en tant que pays ou peuple ;
  • l'Autre envisagé d’un point de vue social, c'est-à-dire les classes laborieuses et les horsains, deux thèmes auxquels on peut agréger celui de la vision de la capitale ;
  • l'Autre au point de vue politique et philosophique.

11À plusieurs reprises, des représentants du Pas-de-Calais évoquent un pays étranger et d'abord le Royaume-Uni qui est un partenaire, mais aussi une super puissance et à certains égards un modèle. Paul DUSSAUSSOY, en janvier 1872, à l’occasion du débat sur le relèvement des droits de douane dresse un bilan positif du traité de libre-échange de 1860 qui est notamment bénéfique pour l’industrie de la laine. Un peu dans le même esprit, Auguste PARIS et Louis de CLERCQ, au sein de la commission chargée d'étudier le projet de construction d’un tunnel sous la Manche - à laquelle participent six élus du Pas-de-Calais - insistent pour que « cette grande affaire soit promptement menée » (C. 2853, février 1875). Pour justifier certaines mesures relatives à la fiscalité de la bière ou à la législation bancaire Eugène de DIESBACH (le 1er septembre 1871) et Achille ADAM (26 avril 1872) font référence aux dispositions anglaises qui, selon eux, donnent entière satisfaction. Lors de la discussion du texte sur la liberté de l’enseignement supérieur, Auguste PARIS dans un aparté avec Jules FERRY, loue la qualité des juristes britanniques (12 juin 1875). Mais cette relative admiration pour les voisins d’outre-Manche se double parfois d’une certaine inquiétude pour leur puissance économique, financière et commerciale qui peut déboucher sur une vision critique amenant par exemple Paul DUSSAUSSOY à comparer l’Angleterre à une sangsue : « Messieurs, il y a un fait qui m’a toujours frappé, je suis du Pas-de-Calais, j'habite Calais, j'ai de grands rapports avec l'Angleterre, et, certes j'estime et j'honore Beaucoup ce grand pays, mais ce qu’il y a de certain, c'est qu’il a une puissance et un esprit d’assimilation qui le portent en raison de sa richesse, de ses capitaux et de ses compagnies puissantes, à absorber partout les richesses des autres peuples. Ce grand peuple a des suçoirs établis dans toutes les parties du monde, et c'est au moyen de ces suçoirs qu’il attire en Angleterre la fortune de tous les autres peuples » (6 février 1873, question au gouvernement sur la nouvelle compagnie des malles assurant le trafic entre Calais et Douvres).

12Ici percent les craintes d’un chef d'entreprise français mais aussi, peut-être, la déception et la rancune d’un bonapartiste.

13La Belgique est le deuxième pays auquel les représentants du Pas-de-Calais font parfois allusion. Si pour Paul DUSSAUSSOY elle est un concurrent dangereux pour l'industrie française puisque « la matière première y est libre » (17 janvier 1872, débat sur le relèvement des droits de douane), pour Louis de CLERCQ - qui la connaît bien - elle est plutôt un modèle politique dont il vante à plusieurs reprises (20 juillet 1871, débat sur la loi d’organisation départementale ; 1er juin 1874, débat sur la loi d’organisation municipale) « la liberté absolue, la stabilité et la prudente décentralisation » à tel point qu’il propose de reprendre pour l'organisation du Conseil général français l’article 104 de la loi provinciale belge qui accorde au préfet une place relativement importante.

14Il n’est pas étonnant que l'Allemagne soit également évoquée mais cela arrive très rarement, tant le sujet est douloureux et comme si le conseil de Léon GAMBETTA - « y penser toujours, n’en parler jamais » - était déjà largement suivi. Traitant de la réorganisation de la magistrature en Lorraine, Auguste PARIS parle du pays « conquis par l'ennemi » et « des familles en contact perpétuel avec le vainqueur » (25 mars 1872).

  • 2 Cf. Claude DIGEON, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959. 568 pages.

15Le registre utilisé demeure celui de l’affrontement et du rejet. Toutefois, Louis de CLERCQ, dans un rapport de pétition, le 9 décembre 1871, suggère que l’Allemagne soit imitée en matière scolaire pour mieux préparer « la revanche » - seule fois où le terme est employé par un élu du Pas-de-Calais -. L’avis du maire d'Oignies correspond à l'opinion largement répandue alors selon laquelle un des secrets de la force des Allemands résiderait dans leur supériorité intellectuelle et morale2.

  • 3 Cf. Charles-Robert AGERON, « L'évolution politique de l'Algérie sous le Second Empire » dans Polit (...)

16L’Algérie, enfin, retient l’attention de Joseph RENARD de SAINT-MALO, Louis de CLERCQ et surtout Victor HAMILLE qui siègent dans différentes commissions relatives à l’organisation judiciaire ou à la législation bancaire de ce territoire (commissions du 1er septembre 1871, 26 février 1872, 9 juin 1973. C. 2803). Le conseiller général de Campagne-les-Hesdin intervient encore le 18 décembre 1874 dans la deuxième délibération de la proposition visant à nommer une commission chargée de faire une enquête sur la situation de l’Algérie et de préparer un projet de loi sur le régime de cette colonie. Si le député bonapartiste ne repousse pas les mesures voulues par les Républicains et qui tendraient à une assimilation progressive, il souhaite toutefois une politique plus généreuse et plus respectueuse des indigènes conformément au projet de Royaume arabe conçu par Napoléon III3.

17Pour ces nobles et ces bourgeois du Pas-de-Calais, l’Autre, c'est également l'ensemble des catégories les plus modestes de la population et d’abord les classes laborieuses pour lesquelles ils éprouvent de la compassion - surtout pour celles des campagnes - ou de la méfiance - surtout pour celles des villes -.

18C'est ainsi qu’Auguste PARIS ou Eugène de DIESBACH réclament, en septembre 1871, lors du débat budgétaire, l'exemption fiscale sur la bière fabriquée à domicile, la chicorée, le sucre de betterave ou certaines huiles parce qu’elles servent « à l'alimentation des classes laborieuses » et parce qu’il convient « de préserver les intérêts des agriculteurs et des classes ouvrière ». Le questionnaire établi par la commission d’enquête sur l’exploitation du monopole des tabacs et des poudres, présidée par Victor HAMILLE manifeste quelques préoccupations relatives aux conditions de travail des employés de ces secteurs (C. 3082, 29 juillet 1873). Toutefois, cette sensibilité aux problèmes sociaux, notamment chez quelques élus proches du catholicisme social comme Charles de BRYAS, Eugène de DIESBACH ou Auguste PARIS n’apparaît que par le biais de textes fiscaux ou économiques et non lors de l’examen de lois sociales - comme la loi Keller limitant le travail des femmes et des enfants (19 mai 1874) ou la loi Roussel sur la protection des enfants du premier âge (19 décembre 1874)-, ce qui peut révéler des mobiles moins nobles... En outre, l’emploi systématique du pluriel - « les classes laborieuses », « les classes ouvrières » - et non la classe ouvrière traduit l'ignorance ou le refus de la lutte des classes. Certaines expressions, telles que « la protection sérieuse que méritent nos travailleurs » (Auguste PARIS, le 14 mars 1873) ont un aspect paternaliste qui limite la portée des propos mais sont typiques d’une certaine charité recommandée par l’Église catholique. Ces notables préfèrent les bonnes œuvres qu'ils peuvent diriger aux réformes sociales.

19Tout comme le représentant du Centre Droit Auguste PARIS qui entend « protéger les grands intérêts sociaux. » (31 juillet 1874, débat de la loi d'organisation municipale), son collègue du Centre Gauche Louis MARTEL est un ardent partisan du libéralisme économique et de la propriété privée, ainsi que l’atteste son intervention du 20 avril 1871 dans la discussion du texte sur les loyers qui prévoit d’annuler certaines dettes. L’avocat audomarois parle moins « des petits locataires, tellement proches de la pauvreté » que des propriétaires « ruinés et qui peuvent être tentés, à bon droit, de jeter hors de leurs logements leurs débiteurs ».

  • 4 Cf. Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié (...)

20C’est moins par humanité que par intérêt bien compris que les propriétaires sont incités à ne pas agir ainsi : ils éviteraient « un danger considérable pour la sécurité publique que créeraient tous ces sans-abri ». Ici apparaît nettement l'association mentale entre « classes laborieuses » pour ne pas dire misérables et « classes dangereuses »4.

21Cette association est également présente lors du débat relatif à la loi municipale (mars-avril 1871) qui tend à exclure de l’électorat les citoyens venus chercher du travail en ville. L’Autre, pour ces personnages établis, c’est donc aussi le horsain. Auguste PARIS critique ce projet car pour lui, « il n’y a que des citoyens d’une même patrie à antérieur de laquelle ils se déplacent de plus en plus librement ». En janvier 1874, au sein de la Commission des Trente qui examine le projet de loi électorale politique (C*II 607 à 618), il conseille encore à ses collègues de ne pas faire d'« élimination imprévoyante qui ferait autant d’ennemis de la société ». En revanche, Louis MARTEL trouve pertinentes les exigences de résidence qui favorisent les possédants. Finalement, tous les représentants du Pas-de-Calais votent ce texte le 14 avril 1871, manifestant ainsi leur crainte face à cette population instable, crainte confirmée par l’avocat arrageois qui un peu plus tard stigmatise « les nomades » en proie à des sentiments primaires que flattent les grandes villes, à commencer par la capitale « rendez-vous de toutes les convoitises et de toutes les illusions » (débat sur la police municipale de Paris, 25 janvier 1872).

  • 5 L’élu arrageois reprend les propos tenus à Bordeaux, en février 1871, par le légitimiste de la Hau (...)

22Il exprime ainsi la méfiance à l’égard de Paris et des Parisiens qui représentent un monde complètement différent - l’Autre encore une fois - pour ces députés provinciaux et conservateurs. Voulant échapper à « la mauvaise influence politique » de la capitale où « l'émeute une fois triomphante a pour habitude d’expédier en province, par dépêche télégraphique, une révolution toute faite » (Auguste PARIS, 25 janvier 1872)5, ils multiplient les précautions en ce sens et sont évidemment favorables à la décentralisation, à la nouvelle organisation municipale de Paris ou au transfert de l’Assemblée nationale à Versailles sur lequel Victor HAMILLE veille tout particulièrement (C. 2839). Dans le même ordre d'idées, Auguste PARIS entend limiter l'écho de la presse parisienne et notamment des feuilles radicales qui y sont plus nombreuses qu'ailleurs (discussion du texte sur le transport des journaux, 9 septembre 1871). Les discours de Louis MARTEL, Victor HAMILLE et Auguste PARIS véhiculent donc une image négative de la capitale sur le plan moral - Paris, lieu de perdition -, sur le plan social - Paris, refuge des errants -, sur le plan politique - Paris, mais aussi Lyon, ville de la révolution -, ces deux dernières dimensions participant de l’altérité politique et philosophique.

23Pour les représentants du Pas-de-Calais, en effet, l'Autre, c’est enfin celui qui ne partage pas leurs opinions politiques.

  • 6 Émile ZOLA, La République en marche. Chroniques parlementaires (13 février 1871-3 mai 1872), Texte (...)
  • 7 Eugène DIESBACH, Comte de, Souvenirs et mémoires du Comte Eugène de DIESBACH de BELLEROCHE, ancien (...)
  • 8 Sur le mythe du complot, voir Raoul GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, « (...)

24Il est d’abord situé à gauche et à l’extrême gauche. Dans ce cas, il est haï et rejeté. Ce phénomène est patent à propos de la Commune et des Communards que Paul DUSSAUSSOY, Louis MARTEL et Auguste PARIS ne cessent de fustiger. Le premier insiste sur leur isolement - « La France peut vivre sans vous et vous ne pouvez vivre sans la France ! » (21 mars 1871) - et sur leur cruauté en proposant un service funèbre et un monument commémoratif pour les otages exécutés, présentés comme de « saintes victimes » (29 mai 1871). Le deuxième qualifie l’action de Versailles contre « l'émeute » de « guerre de la France contre la jacquerie » (20 mars 1871). De retour d'une visite aux soldats versaillais blessés, il rend hommage à « ces héros, nobles victimes de la plus abominable des insurrections » alors que les Communards n’ont droit à aucune compassion de sa part (22 avril 1871). D’ailleurs, en tant que président de la Commission des grâces, il ne fait preuve d'aucun esprit de miséricorde (C. 3103). Chez Auguste PARIS qui assimile la Commune aux excès de la révolution jacobine (13 avril 1871), la rancune et la méfiance sont telles quelles troublent son esprit d'équité et son respect pour la chose jugée puisqu'il continue de tenir en grande suspicion « les dix sept mille cent cinquante huit individus arrêtés à la suite de l’insurrection de mars qui, par suite d’ordonnances de non-lieu, sont rentrés dans Paris » et à propos desquels il ajoute : « si innocents qu’on les suppose, vous admettrez que dans l'intérêt de la France, le gouvernement ait l’œil ouvert sur eux » (débat sur la police municipale de Paris, 25 janvier 1872). Le surlendemain, dans La Cloche, Zola, favorable à la République, fait ce commentaire : « A l'écouter, je me demandais si nous n’étions pas à la veille d’un 18 mars ! »6. Mais c’est sans doute chez Eugène de DIESBACH que l’incompréhension et la haine envers les Communards sont les plus fortes comme le prouvent quelques extraits de ses Mémoires. Assistant depuis la terrasse de Meudon et du Mont Valérien au bombardement de Paris, il écrit que « sa curiosité est satisfaite, [que] son cheval est étonnamment tranquille et [que] le coup d'œil est féérique mais vraiment émotionnant ». D’après lui, il y a parmi les Communards « des femmes avinées et capables des crimes les plus affreux »7. Il poursuit : « il faut avoir vu de près ces forfaits pour se rendre compte des excès auxquels se porte un peuple en démence et surexcité par des doctrines perverses et trompeuses », agissant dans le cadre d'un complot maçonnique8.

25L’Internationale est l’objet d’une vindicte semblable de la part de Paul DUSSAUSSOY, Victor HAMILLE et Auguste PARIS lors de la discussion du projet de loi visant à établir des peines contre les affiliés de cette association où ils se font remarquer par leurs interruptions (mars 1872).

26Ce mode d’expression [l’interruption], fréquemment utilisé, l’est d'abord contre les adversaires politiques de gauche mais aussi de droite. C’est un acte d’impolitesse et de violence verbale qui atteint son maximum avec le bonapartiste Charles LEVERT qui aurait ainsi menacé les Républicains : « Nous vous imposerons silence un jour ! » (discussion du texte relatif à l’électorat municipal, 2 juin 1874). Le plus souvent, il s’agit de déstabiliser ou de flétrir l'Autre :

  • en l’accusant de mentir : DUSSAUSSOY contre GAMBETTA, le 28 février 1873 à propos de l'éventuelle dissolution de l’Assemblée nationale ;
  • en l’accusant d’être hostile à l’ordre et à la liberté : PARIS contre TOLAIN (représentant d’extrême gauche de la Seine), le 31 juillet 1871, dans le débat sur le conseil général ;
  • en l’accusant d’être un criminel : PARIS et DUSSAUSSOY contre CHALLEMEL-LACOUR (représentant d’extrême gauche des Bouches-du-Rhône), le 1er février 1873, dans la discussion sur les marchés passés à Lyon au temps de la Défense nationale ;
  • en l'accusant d'être un fauteur de guerre civile : PARIS contre ROUHER (représentant bonapartiste de la Corse), le 19 novembre 1873, dans le débat sur la prorogation des pouvoirs de MAC-MAHON ;
  • en le ridiculisant : PARIS contre de DOUHET (représentant légitimiste du Puy-de-Dôme), le 26 juillet 1875, dans la discussion du projet de loi organique sur l’élection des sénateurs ;
  • en l’interrompant systématiquement : les bonapartistes DUSSAUSSOY, HAMILLE et SENS contre le duc d'AUDIFFRET-PASQUIER (représentant orléaniste de l'Orne), le président de l’Assemblée nationale (à partir de mars 1875), leur « bête noire ».

27L’Autre est aussi combattu par l’exclusion de certains mots du discours tels que Commune, République, Empire... qui sont quasiment absents comme pour mieux les exorciser et nier leur réalité. Parfois, au contraire, la critique est explicite et développée, surtout de la part d’Auguste PARIS qui dénonce les différentes secousses révolutionnaires comme facteurs d’ébranlement du système judiciaire (deuxième délibération du projet de réorganisation de la magistrature, 22 février 1872), ou qui blâme le complot entre les Républicains et quelques extrémistes bonapartistes ou légitimistes lors de l'élection des sénateurs inamovibles (10 décembre 1875). Mais le reproche le plus fréquent à l’égard des Républicains consiste à se présenter en face d'eux comme les défenseurs des « Honnêtes gens » (Victor HAMILLE, le 29 août 1871, au sein de la commission chargée d'examiner le texte contre l’Internationale, C. 2841), c’est-à-dire comme les partisans de l'ordre social et du respect des valeurs religieuses. Ainsi, l’avocat arrageois attaque-t-il la municipalité lyonnaise menée par le radical et très anticlérical Désiré BARODET qui serait à l’origine du « désordre moral qui lui-même enfante le désordre matériel » (discussion sur l'organisation de la police lyonnaise, 13 mars 1873).

28De la dénonciation du désordre moral, certains députés passent facilement à la critique de l’anticléricalisme, de la laïcité et au-delà de l’athéisme. Henri-Louis TOLAIN essuie les foudres de Victor HAMILLE pour avoir calomnié le clergé en laissant entendre qu'il aurait encouragé certaines grèves (dans la discussion du texte relatif à l’Internationale, le 4 mars 1872) ; Paul BERT (représentant d'extrême gauche de l’Yonne) qui refuse la présence d'ecclésiastiques au sein du conseil supérieur de l’enseignement public rencontre l’opposition d'Auguste PARIS (13 janvier 1872). Le même, dans le débat sur la liberté de l’enseignement supérieur stigmatise la laïcité présentée comme « une doctrine qui consisterait à attribuer à l'État une mission d’enseignement qui lui permettrait d'imposer une doctrine philosophique, scientifique et littéraire... de faire peser la plus lourde des tyrannies sur les intelligences et les consciences » (6 juin 1875). Ses allusions répétées à Dieu et à son engagement catholique peuvent être considérées comme des violences faites à des collègues plus indifférents, mais c’est sans doute le 30 mai 1872 que ses propos sont le plus percutants. Ce jour-là, en effet, il demande au Garde des Sceaux, Jules DUFAURE, de réagir aux déclarations - répréhensibles selon lui - du Procureur de la République de Lyon qui aurait fait profession de « socialisme, de matérialisme et d’athéisme ». Pour l’élu arrageois, ce magistrat est tout à fait blâmable, car chargé de faire appliquer la loi, il doit se conformer aux règles de la société dont il est le représentant ; or, en se conduisant ainsi, « il sape les bases de la morale sans laquelle aucune société n'existe ». Et il ajoute : « il ne saurait y avoir de morale sans ces grands principes, la croyance en Dieu et l'immortalité de lame, la liberté humaine et la responsabilité ». S’il est souvent approuvé par les droites, il est aussi fréquemment interrompu par les gauches aux cris de : « l'Assemblée n'est pas un concile ! ; c’est de la délation ! ; respectez la liberté de conscience ! ». Ce à quoi il répond : « il n’y a pas de conscience sans croyance en Dieu ; la conscience n’est qu'un vain mot pour ceux qui professent ouvertement des doctrines matérialistes ».

  • 9 Daniel HALEVY, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, 383 p. ; Livre de poche, 1972, p. 21- (...)

29Toutefois, cette profession de foi n’est guère éloignée de celle de VOLTAIRE ; de même dans le débat relatif à la construction de la basilique du Sacré-Cœur, cet orléaniste souhaite un texte de loi qui soit le plus neutre possible, refusant ainsi de « sanctionner par un vote la confusion d’un acte de puissance politique et d'un acte de foi »9 (juillet 1873).

30Cette relative modération est confirmée par sa courtoisie habituelle dans cette assemblée, où les rapports sont si tendus, et par ses fréquents appels à l’unité, la concorde, la conciliation auxquels ses collègues ne sont guère sensibles.

  • 10 Juliette ADAM, Juliette LAMBER, Mes angoisses et nos luttes (1871-1873), Paris, Alphonse LEMERRE, (...)
  • 11 Albert BROGLIE, Duc de, Mémoires, Paris, Calmann-Lévy, 1941, t. 2. 1870-1875, 403 pages, p. 147.
  • 12 Anatole CLAVEAU, Souvenirs politiques et parlementaires d'un témoin. Le principat de Monsieur THIE (...)
  • 13 Émile ZOLA, op. cit., p. 243.

31En effet, l’image des élus du Pas-de-Calais renvoyée par l’Autre est souvent à leur désavantage. Le journal Le Siècle pour ridiculiser le pèlerinage des députés catholiques à Paray-le-Monial, en mai 1873, évoque ainsi cette manifestation : « Monsieur le Comte de Diesbach, député du Pas-de-Calais, homme de six pieds et quelques pouces portait la bannière ». Si Juliette ADAM prétend avoir « des rapports de grande sympathie » avec Louis MARTEL10, en revanche le duc de BROGLIE (représentant orléaniste de l’Eure, chef du gouvernement de mai 1873 à mai 1874) en parle comme du « plus médiocre des vice-présidents dont l’unique titre est d’être entièrement dévoué à THIERS »11. Mais c’est normalement Auguste PARIS, le plus actif, qui est la cible principale. Anatole CLAVEAU insiste sur sa disgrâce physique : « Monsieur PARIS dont le nom justifie mal ce nom mythologique »12. Les Républicains d’extrême gauche tels Paul CHALLEMEL-LACOUR ou Jean-Baptiste FERROUILLAT (Var) mettent en doute son patriotisme (30 janvier 1873), stigmatisent « son intolérance, son irritation » et le qualifient de « redresseur d'ordre moral » (16 janvier 1873). Ernest PICARD, représentant républicain modéré de la Meuse, ancien ministre, pour discréditer son opposition à la capitale et nier la prétendue supériorité des diplômes parisiens, fait un jeu de mots sur son nom : « remarquez que ce n'est pas Paris, c’est Monsieur PARIS qui dit ces choses-là ! Cela vient de la province » (débat sur la liberté de l'enseignement supérieur, 10 juillet 1875). Enfin, il est évident que la plupart des élus du Pas-de-Calais tombe sous le coup de cette condamnation prononcée par ZOLA à l’occasion de la discussion de la loi sur les lieux de déportation des Communards - à la commission de laquelle Victor HAMILLE a participé activement (C. 2867) - : « Ce qui navre, c'est l'attitude des royalistes, de ces prétendus chrétiens, dont le cœur n’a pas encore désarmé et qui rêvent des raffinements dans leurs vengeances politiques » (23 mars 1872)13.

  • 14 Tzvetan TODOROV, La conquête de l'Amérique. La question de l'autre, Paris, Le Seuil, « Collection (...)

32Cette évocation des regards croisés à l’Assemblée nationale peut déboucher sur une esquisse de typologie de la relation d'altérité qui reprendrait la grille de lecture élaborée par Tzvetan TODOROV dans son livre La conquête de l'Amérique, sous titré « la question de l'Autre »14. Cet auteur propose trois axes d’analyse :

  • celui du jugement de valeur ou plan axiologique : l'Autre est bon ou mauvais, je l’aime ou non ;
  • celui de la distance ou plan praxéologique : c’est la soumission de l'Autre ou la soumission à l'Autre ;
  • celui de la connaissance ou plan épistémologique : je connais ou j’ignore l'Autre.

33Sur ces trois axes il peut y avoir neutralité ou indifférence.

34Or il semble que nous puissions dégager trois grands types de rapport à l'Autre dans le discours des représentants du Pas-de-Calais :

  • 15 Chez Victor HAMILLE, la relation à l'Algérie, sur le plan praxéologique, est ambivalente : l’assim (...)

351er type : ils connaissent et prennent volontiers pour modèle certains pays étrangers mais ils n’éprouvent de réelle sympathie que pour la Belgique, redoutent l’Angleterre et rejettent l’Allemagne qu’ils connaissent sans doute moins bien15.

362e type : ils ne connaissent guère, n'aiment pas et veulent soumettre les classes laborieuses urbaines, les errants, les grandes villes. Ils partagent les mêmes sentiments pour leurs adversaires politiques qu'ils connaissent toutefois un peu mieux, tout comme la capitale.

373e type : ils prétendent connaître et estimer les classes laborieuses paysannes dont ils apprécient la soumission.

  • 16 Cette communication tire l'essentiel de ses informations de notre thèse : Le travail parlementaire (...)

38Ce sont donc normalement « les autres » les moins biens connus - l’Allemagne, les classes laborieuses urbaines, les grandes villes - qui sont les plus rejetés. Ces trois types de comportement n’ont rien de surprenant dans le contexte général de l'époque, ils correspondent à la conscience chez les élus du Pas-de-Calais de la situation diplomatique et économique du pays ainsi qu’à leur condition de notables provinciaux, conservateurs et catholiques16.

Les représentants du Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale (1871-1875)

Les représentants du Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale (1871-1875)
  • 1 Les tirets signifient conseiller municipal.
  • 2 Les tirets signifient conseiller d’arrondissement.
  • 3 Tous sont conservateurs, mais seul MARTEL est républicain.
  • 4 Invalidé.
  • 5 Invalidé.

Lib. : Libéral
D. : « Droite » (légitimiste en 1871)
Bon. : Bonapartiste (« Appel au Peuple » en 1872)
C.D. : « Centre Droit » (orléaniste)
C.G. : « Centre Gauche » (républicain modéré)
Ex. D : « Extrême Droite » [« Chevau-Légers »]
Note 11
Note 22
Note 33
Note 44
Note 55

Notes

1 Gabriel HANOTAUX, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), 4 volumes, Paris, Combet, 1904, t. 3, p. 479, 481.

2 Cf. Claude DIGEON, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959. 568 pages.

3 Cf. Charles-Robert AGERON, « L'évolution politique de l'Algérie sous le Second Empire » dans Politiques coloniales au Maghreb. Paris, PUF, 1973, p. 45-89 ; Annie REY-GOLDZIEGUER, Le Royaume arabe : la politique algérienne de Napoléon III (1861-1870), Alger, Société nationale d’édition et de diffusion, 1977, 814 pages.

4 Cf. Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Pluriel, 1978, 729 pages.

5 L’élu arrageois reprend les propos tenus à Bordeaux, en février 1871, par le légitimiste de la Haute-Garonne, Louis de BELCASTEL, auquel, du haut des tribunes, un jeune socialiste, Gaston CREMIEUX, avait répondu : « A bas les ruraux ! » ; sur Paris, ville de perdition, voir Pierre CITRON, La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, Éditions de Minuit, 1961, 2 volumes. 439 et 532 pages.

6 Émile ZOLA, La République en marche. Chroniques parlementaires (13 février 1871-3 mai 1872), Texte présenté par Jacques KAYSER, 2 tomes, Paris, Fasquelles 1956. t. 2, p 124.

7 Eugène DIESBACH, Comte de, Souvenirs et mémoires du Comte Eugène de DIESBACH de BELLEROCHE, ancien député à l’Assemblée nationale de 1871. (1817-1905), Namur, Dupagne-Counet, 1911, 431 pages, p. 317 et ss.

8 Sur le mythe du complot, voir Raoul GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, « Collection l'Univers historique », 1986, 222 pages.

9 Daniel HALEVY, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, 383 p. ; Livre de poche, 1972, p. 21-22.

10 Juliette ADAM, Juliette LAMBER, Mes angoisses et nos luttes (1871-1873), Paris, Alphonse LEMERRE, 1907, 406 pages, p. 386.

11 Albert BROGLIE, Duc de, Mémoires, Paris, Calmann-Lévy, 1941, t. 2. 1870-1875, 403 pages, p. 147.

12 Anatole CLAVEAU, Souvenirs politiques et parlementaires d'un témoin. Le principat de Monsieur THIERS (1871-1873), Paris, Plon, 1914, 468 pages, p. 264.

13 Émile ZOLA, op. cit., p. 243.

14 Tzvetan TODOROV, La conquête de l'Amérique. La question de l'autre, Paris, Le Seuil, « Collection Points Essais », 1991 343 pages. La typologie des relations à autrui est étudiée aux pages 233-253.

15 Chez Victor HAMILLE, la relation à l'Algérie, sur le plan praxéologique, est ambivalente : l’assimilation doit être prudente, il convient de respecter les indigènes.

16 Cette communication tire l'essentiel de ses informations de notre thèse : Le travail parlementaire à l'Assemblée nationale de 1871, à travers les représentants du Pas-de-Calais. Familles politiques et tempéraments régionaux, sous la direction de Monsieur Le Professeur Philippe LEVILLAIN. Paris X Nanterre, décembre 1991, 778 pages et 163 pages de tableaux, graphiques et documents.

Notes de fin

1 Les tirets signifient conseiller municipal.

2 Les tirets signifient conseiller d’arrondissement.

3 Tous sont conservateurs, mais seul MARTEL est républicain.

4 Invalidé.

5 Invalidé.

Table des illustrations

Titre Les représentants du Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale (1871-1875)
Légende Lib. : LibéralD. : « Droite » (légitimiste en 1871)Bon. : Bonapartiste (« Appel au Peuple » en 1872)C.D. : « Centre Droit » (orléaniste)C.G. : « Centre Gauche » (républicain modéré)Ex. D : « Extrême Droite » [« Chevau-Légers »]Note 11Note 22Note 33Note 44Note 55
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540