Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Les multiples dimensions de l'étrangeté

L'étranger au-delà du terroir

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1L'actualité de l'automne 1994 a livré deux illustrations contradictoires du rapport qu'au village on entretient avec l'Autre. En septembre, la presse relatait un fait divers dans une localité de l'Hérault : une famille originaire du Languedoc qui, après un séjour parisien, s'était installée sur place à la fin des années 70, mais qui vivait, en fait, complètement en marge de la collectivité venait d'être anéantie : désespéré à force d'isolement et de misère, le père avait tué les siens avant de se donner la mort, c'est là le village dur aux nouveaux venus, entretenant une vision très extensive et exclusive des étrangers. Dans Le Monde du 9 novembre 1994, étaient insérées 4 pages de publicité payées par le « Mécénat Seita » de soutien aux sciences sociales et consacrées à un débat sur le thème : « Être de plusieurs lieux et milieux à la fois » ; parmi les questions introductives, j'ai relevé la référence à « la planète que les technologies de la communication ont réduite aux dimensions d'un village », le village est ici invoqué en tant que conservatoire, supposé idéal, des échanges interpersonnels et d'un lien social fort.

2En évoquant « L'étranger au-delà du terroir », je voudrais ébaucher l'histoire de cette représentation contradictoire en analysant les dynamiques sociales qui naissent et s'entretiennent à partir de l'existence de ces pôles opposés. Pourquoi l'histoire de la communauté villageoise est-elle construite sur ce stéréotype d'une forte solidarité interne entretenue par un repli-sur-soi tel que l'Autre ou l'étranger s'incarnerait indifféremment dans les voisins de la localité d'à côté aussi bien que dans l'intrus venu de territoires plus lointains ?

3L'analyse portant sur des exemples puisés dans les actuels départements du Nord-Pas-de-Calais et s'étendant de la fin du XVIe siècle au milieu du XIXe, le sujet est à la fois restreint et dangereusement étendu : restreint puisque j'écarte à la fois l'étude des migrations et le problème du villageois devenu étranger quand il quitte son village, dangereusement étendu compte tenu de la longue durée, de la variété des campagnes concernées et du fait que je prends ici le mot étranger dans son acception large ; en somme, c'est tout le système social, politique et culturel dans lequel s'insèrent les villages qui se trouve interrogé.

4En fait quelques indicateurs suffisent pour montrer que le village septentrional n'échappe pas à la multidimensionnalité de l'étrangeté ; par ailleurs, il s'avère que celle-ci découle d'une hiérarchie d'enjeux complexes qui impliquent différemment les diverses composantes des communautés d'habitants ; si bien qu'au total, ce sujet plus qu'une réponse à une question s'avère une entrée en matière à une recherche élargie sur le processus communautaire

1. De l’étranger voisin à l’étrangeté multiforme

5L'identification de ceux que les villageois de la France du Nord perçoivent comme étrangers conduit à désigner prioritairement et paradoxalement le voisin.

La figure forte de l'Autre proche

  • 1 R. MUCHEMBLED, La violence au village, Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au (...)
  • 2 Ibid., p. 104.

6De fait, l'Autre c'est d'abord l'habitant des villages du second cercle de l'espace vécu, ce territoire d'une dizaine de kilomètres de rayon qui n'est ni sien, ni tout à fait inconnu. Les archives judiciaires des XVIe et XVIIe siècles, exploitées sous les directions successives de Pierre Deyon, Alain Lottin et Robert Muchembled, révèlent que les rixes ayant entraîné des coups et blessures sont d'une fréquence particulière entre habitants de villages contigus, entre jeunes notoirement. Pour l'Artois, Robert Muchembled repère 223 affrontements plus ou moins graves dont le motif, explicite ou sous-entendu, s'avère l'appartenance des protagonistes à des communautés voisines1. Parmi les nombreux exemples, relevons un scénario caractéristique, celui qui se déroule à Laventie le 23 avril 1645 et que résume Robert Muchembled : « Trois fils à marier de Richebourg boivent tranquillement jusqu'au soir dans un cabaret de Laventie. Au retour, ils passent près d'une troupe nombreuse de célibataires locaux qui les suivent à distance. Des flaques d'eau amènent l'un des trois étrangers à jurer. Aussitôt un adolescent de Laventie vient leur demander s'ils font cela pour chercher une querelle. Celle-ci devient alors inévitable, car les deux groupes souhaitent au fond en découdre. Pierre Venien, de Laventie, tombe mort d'un coup de fusil »2.

  • 3 Cité par Louis DEFROMONT, L'Avesnois au XVIIIe siècle, contribution à l'étude des sociétés rurales(...)

7Les travaux sur le XVIIIe siècle attestent la permanence de ces rivalités de clocher. Les ducasses et les réjouissances diverses sont des occasions privilégiées pour les membres d'une collectivité locale d'affirmer leur appartenance à cette collectivité en défiant les habitants des villages voisins. Le subdélégué de Maubeuge ne s'y trompe pas quand il signale à l'intendant qu'à l'occasion de la ducasse d'Eccles, plusieurs habitants de Bérelles sont venus jouer du violon « par ostentation et comme pour braver ceux d'Eccles, un jour de réjouissance... [chose qui] ne laisse pas d'être de conséquence suivant l'usage de ce pays parce que ces sortes de bravades ne tendent qu'à troubler la fête et à provoquer les habitants et notamment la jeunesse du village à se battre »3. Les mécanismes de la vie sociale qui entretiennent ce cloisonnement demeurent nombreux au XVIIIe siècle ; l'un des mieux connus, grâce à la démographie historique, s'avère l'endogamie spatiale au mariage puisque les unions contractées entre conjoints de la même paroisse représentent entre les deux tiers et les quatre cinquièmes du total des mariages.

8Au XIXe siècle, la permanence des rixes entre villageois de communes voisines est attestée tant par les archives judiciaires que par les faits divers relatés dans la presse locale. J'en vois un autre indicateur dans l'usage généralisé de surnoms pour désigner péjorativement les habitants des communes proches. Une enquête auprès de personnes âgées des arrondissements d'Arras et Lens révèle l'usage, immémorial et vivace jusque dans les années 1950, de qualificatifs de dénigrement. Les plus nombreux sont puisés dans le registre animal : « les pourchauts » (les cochons) d'Acq, les « ourlons » (les hanetons) de Berles-au-bois, les « arnards » (les renards) de Camblain, par exemple, sont autant de références à un bestiaire dévalorisant ; quelques surnoms se veulent plus explicitement dégradants : il est ainsi question des sots d'Ablain-St-Nazaire ou des « capituleux » (c'est-à-dire des lâches) de Souchez ; d'autres surnoms enfin font appel à des caractéristiques moins immédiatement intelligibles mais ils stigmatisent des comportements considérés avec mépris ou crainte : les « rongueux d'och » d'Aubigny (rongeurs d'os, terme disqualifiant la pingrerie), les « monte à prones » d'Habarcq (réputation de maraudeurs), les « méteux d'fu » de Givenchy-en-Gohelle ou de Wanquetin (incendiaires coléreux et bagarreurs).

9Il ne fait donc pas de doute que les campagnes septentrionales, certainement comme toutes leurs homologues, se caractérisent par la permanence d'une vision où l'étrangeté commence au-delà des limites du village et se nourrit d'une dialectique sans cesse vivifiée entre un vigoureux sentiment d'appartenance à la communauté villageoise et la défiance plus ou moins agressive à l'égard des voisins. Mais une analyse plus fouillée révèle que cette dimension forte de l'étrangeté s'assortit de nuances manifestes qui relativisent la portée de ce facteur comme composante du lien social dans les campagnes.

Une étrangeté polymorphe qui se réfère à des territoires multiples

  • 4 Par exemple, en 1525, des habitants du hameau de Baillon-lez-Valhuon, attaquent les bergers du vil (...)
  • 5 A Anzin-Saint-Aubin (Pas-de-Calais), un conflit oppose pendant plusieurs décennies du XIXe siècle, (...)
  • 6 R. MUCHEMBLED, op. cit., p. 98.
  • 7 Ibid., p. 93 et 87.

10Dans les nombreux exemples cités par Robert Muchembled aussi bien que dans les querelles répertoriées au XIXe siècle, l'Autre apparaît toujours comme quelqu'un d'un autre territoire, mais celui-ci se définit très différemment selon l'objet de la confrontation. La ligne de partage peut passer à l'intérieur de la collectivité villageoise ; par exemple, les habitants d'un hameau s'opposent à ceux du centre pour le bénéfice d'un droit d'usage sur des prés4 ou pour l'implantation de l'église paroissiale5. Dans certains cas, la rivalité entre communautés voisines se double de références à des petits pays. Par exemple, la rivalité entre villages du Haut-Pays artésien et ceux du Bas-Pays est une constante de notre histoire régionale. Jusqu'à une époque récente les habitants de la région d'Aire regardaient « cheux d'in hiaut » (ceux d'en haut) avec le mépris que méritent des « retardataires ». Or en 1611 déjà, J. Crachet s'écrie à l'occasion de la fête de la confrérie des archers de Moulle dans le Bas-Pays : « Vive le Hault-pays » ; le lieutenant du village tente de le calmer, mais des compatriotes de Crachet viennent le soutenir et la bagarre se généralise. L'exemple est d'autant plus intéressant qu'il montre que les références territoriales qui désignent l'autre peuvent emboîter des territoires multiples. Au cours de l’échauffourée, le cri de guerre devient « Vive le Hault Pays ! Et chassons tous ces bougres de flamens, Houlle, Moulle et Serques... par-delà la rivière [l'Aa] »6. Ainsi, s'affirme une identité et une xénophobie provinciales qui semblent surtout fortes dans les zones de contact et qui se modulent aussi selon les vis-à-vis en présence jusqu'à faire référence à des appartenances plus larges encore. Par exemple, en 1597, un nobliau artésien se voit injurieusement qualifié « d'espagnol » par un habitant de Saint-Pol et, en 1582, tandis que deux villageois de la région de Bapaume s'opposent, l'un, laboureur en Picardie, lance à l'autre : « que les François éstoient François et que les Bourguignons ne vailloient point ung pet »7. La géométrie de l'étrangeté est donc finalement très variable.

  • 8 Je ne reprends pas ici la nécessaire critique du mode d'expression et des auteurs des cahiers. Je (...)
  • 9 L'article 18 du cahier de la communauté de Niembourg, dans le Boulonnais, est particulièrement exp (...)
  • 10 Habarcq, par exemple, demande que « les bénéfices ne soient possédés que par des personnes nés, do (...)

11Les cahiers de doléances constituent une contre-épreuve significative et d'autant plus intéressante qu'elle nous confronte à une mode particulier d'expression villageoise puisque la source se rattache à un type de texte formalisé ou la collectivité cherche à donner d'elle-même une image unifiée et policée, en sachant que le cahier a pour vocation d'être lu à l'extérieur8. Une première observation s'impose en démenti de notre affirmation initiale : les références à l'étranger en tant qu'habitant du village voisin sont exceptionnelles et limitées à des questions très précises de communaux notamment. A l'opposé, l'étranger stricto sensu, au sens de « non sujet du roi de France », est un peu plus présent, mais exclusivement sur le registre économique au travers de la question des grains, des importations de charbon, du traité de commerce avec l'Angleterre. Finalement, les seules références fréquentes à l'étranger se rencontrent à propos de deux registres très spécifiques : en premier lieu, l'exigence de poursuites contre les « étrangers errants et pauvres » s'affirme un peu partout9 ; ensuite, la dénonciation des administrateurs, des prélats ou des bénéficiers étrangers à la province revient régulièrement, en Artois plus particulièrement10.

  • 11 Voir à ce sujet la communication introductive de J. F. DUBOST.

12On le voit, l'image de l'Autre n'est pas plus fixée au village que dans les autres sphères de la société11 ; d'ailleurs le test de l'endogamie lui-même supporte des nuances manifestes ; il invite notamment à des correctifs sociaux importants.

La relativité de l'endogamie

  • 12 C. POUYEZ, Une communauté rurale d'Artois : Isbergues (1598-1826), Lille III, Thèse 3e cycle, manu (...)
  • 13 R, HUBSCHER, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du XIXe siècle à 1 (...)

13Dans sa thèse sur Isbergues, Christian Pouyez relève que la fermeture villageoise est relativisée par un renouvellement non négligeable des patronymes surtout sensibles dans les temps difficiles du XVIIe siècle au terme duquel près de 40 % des familles sont originaires de l'extérieur, des villages voisins surtout. Un cadre géographique restreint aurait donc été « le théâtre d'une mobilité intense »12. Le renouvellement semble, il est vrai, se ralentir au XVIIIe, mais en 1872, l'exogamie dans les campagnes du Pas-de-Calais atteint 69 % et près d'un ménage sur trois est d'origine externe13.

  • 14 J. P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution, Artois 1760-1848. Vill. d’Ascq, PUL, 1987, 308 p (...)

14Par ailleurs, les enfants des gros exploitants, des grands fermiers notamment, ont toujours convolé plus que les autres villageois hors du cadre local et même au-delà du voisinage. J'ai étudié 171 mariages d'enfants de fermiers dans 20 villages artésiens entre 1750 et 1850 : les unions se répartissent en trois tiers à peu près égaux, le premier est celui des corésidents, le deuxième est formé de mariés habitant à moins de 10 km, le troisième regroupe les enfants de fermiers dont le conjoint est d'origine plus éloignée. Ces mariages extra-villageois donnent lieu à deux observations complémentaires : ils sont plus nombreux pour les enfants qui ne restent pas sur l'exploitation (75 %) ; ils se nouent moins au hasard que par le biais de réseaux relationnels préétablis qui laissent supposer la pratique fréquente de ce que l'on nomme dans le patois artésien « des emmanchures ». Autrement dit, dans ce groupe dominant paysan, la pratique sociale l'emporte nettement sur l'atavisme local14.

15Nous nous trouvons donc face à deux séries d'observations contradictoires : les unes confirment avec force le stéréotype d'un « localo-centrisme » villageois qui amène à considérer comme étranger tout individu qui n'appartient pas à la communauté de résidence ; les autres montrent la variabilité des critères de l'étrangeté selon les circonstances, les catégories sociales et, aussi, les sources que l'historien mobilise. Cette relativisation invite d'abord à affiner la hiérarchie des enjeux qui amènent la collectivité rurale à considérer l'autre comme étranger ; elle implique aussi l'examen des interactions entre les comportements individuels, les conduites de groupes et les attitudes communautaires ; elle suppose encore l'étude croisée des phénomènes de rejets ou d'affrontements et des situations d'intégration de l'autre.

2. Des enjeux

16L'exemple contemporain de la xénophobie liée à la compétition pour l'emploi inciterait à créditer les enjeux économiques d’une influence primordiale et pourtant, l'interférence de ces enjeux avec la construction de l'image de l'Autre demeure très inégale.

La question agraire et le marché du travail rural : une mobilisation marginale contre le horsin

  • 15 Grâce aux rôles fiscaux. Voir notamment pour le Nord G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord pendant la R (...)
  • 16 Le cahier d'Ambrines affirme par exemple en son article 27 : « Que, pour obvier aux procès et cont (...)
  • 17 Pour un bilan critique plus complet sur ce point, voir J. P. JESSENNE « The Land : Redefinition of (...)

17Le décalage s'avère manifeste entre la concurrence potentielle que recèlent les modes d'exploitation de la terre et les revendications formulées par la paysannerie. En ce domaine, on ne dispose de données conséquentes qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle15. Elles révèlent l'importance, à la fin de l'Ancien Régime de la propriété des horsins ou forains - ce sont les termes les plus couramment utilisés Cette propriété oscille entre 80 % à Sailly-en Ostrevent et 40 % à Marenla et voisine le plus souvent les 60 %. Il est vrai que le système d'exploitation atténue les effets de cette situation puisque les horsins exploitants ne contrôlent qu'entre 42 % des superficies à Labuissière et 10 % à Duisans, le pourcentage s'élevant rarement à plus de 20 %. Il n'empêche que dans un contexte connu pour être dominé par la faim de terre et un morcellement croissant, il est quand même étonnant que cette présence extérieure n'ait guère laissé trace de protestation. Tout juste note-t-on, dans dix cahiers artésiens, qu'il est injuste que les forains ne paient pas les impôts dans la localité où ils exploitent16. Évidemment on songe à opposer à ce diagnostic d'acceptation, la célèbre analyse, par Georges Lefebvre, des mobilisations villageoises pour bloquer les enchères foraines sur les biens nationaux mis en vente en 1791-1792 et pour assurer une acquisition commune suivie d'un partage. Mais, d'une part, ces pratiques avérées dans le Cambrésis, n'apparaissent qu'exceptionnellement ailleurs, d'autre part, il n'est pas sûr que Georges Lefebvre, et beaucoup après lui, n'aient pas érigé un peu abusivement les pratiques confirmées pour Neuvilly, Quiévy et quelques autres localités - guère plus d'une dizaine au total - en dynamique applicable à la majeure partie des villages du secteur17. Enfin, quelle que soit l'extension effective du mouvement, n'est-il pas surprenant que ce soit dans un secteur de très forte implantation de la proto-industrie textile et d'hétérogénéité maximale de la collectivité villageoise que ces comportements se soient manifestés ? Faut-il que la communauté soit notoirement éclatée entre d'un côté quelques très grands fermiers et marchands-fabricants et de l'autre une masse de manouvriers-mulquiniers pour que s'affirme une prétention collective à intervenir contre les appétits fonciers extérieurs ? Loin d'être le signe d'une forte cohérence communautaire, l'agressivité à l'égard du dehors, pour ces motifs, ne serait-elle pas plutôt le signe d'une communauté conflictuelle ?

  • 18 Ces regroupements sont dénoncés dans une trentaine de cahiers de Flandres et du Boulonnais.

18Deux observations confirment, en tout cas, que la question foncière est, dans les circonstances courantes, avant tout envisagée comme un problème interne à la communauté. D'abord, on relève que les régions de moindre polarisation entre grandes et petites exploitations, comme la Flandre ou le Boulonnais, formulent davantage des revendications agraires dans les cahiers de doléances ; celles-ci ne mettent nullement en cause des partenaires extérieurs mais la pratique du regroupement des fermes18 ; comme si la redistribution des cartes internes à la collectivité mettait davantage en cause la communauté que la présence de partenaires extérieurs.

  • 19 Par exemple à Ouve-Wirquin, près de Saint-Omer, en 1658 (dans R. MUCHEMBLED, op. cit., p. 56), à E (...)

19Cette ordre de priorité est confirmé par une autre dimension de la question agraire, celle des communaux et des droits d'usage. La virulence des réactions des communautés qui considèrent que leurs voisines ont empiété sur leurs biens propres, le souci de réserver le bénéfice aux résidents reconnus, le caractère minoritaire des décisions de partage et leur localisation dans des secteurs ruraux socialement très contrastés sont une constante avérée du XVIe au XIXe siècle19.

  • 20 Voir notammment D. TERRIER, Les deux âges de la proto-industrialisation, les tisserands à domicile (...)

20Pour terminer sur le registre des conditions de la production, je note que ni dans les documents sur le travail agricole, ni dans les thèses consacrées à la proto-industrie, on ne relève de manifestations d'une volonté de réserver l'ouvrage aux résidents20. Au total, dans l'ordre de l'interférence entre les rapports économiques, les comportements collectifs et les interventions étrangères, se dessinent deux sphères distinctes : l'une est précocement - quand ? - régie sur un mode individualisé qui ne suscite qu'exceptionnellement une réaction communautaire ; l'autre met en cause la collectivité dans ses assises communes et suscite des réactions fortes, voire disproportionnées eu égard à l'importance économique réelle des enjeux, comme si la communauté était atteinte non seulement dans ses biens, mais dans son identité.

21Une articulation aussi complexe entre les comportements relevant des relations individuelles ou de groupes et l'identité communautaire se retrouve dans les pratiques de sociabilité.

La sociabilité communautaire et les groupes villageois

  • 21 Cité par L. DEFROMONT, op. cit., 1972, p. 894.
  • 22 A. D. P-d-C, 20 B1.

22La fréquentation des filles à marier par les « étrangers » constitue à cet égard un test révélateur et l'aventure qui survient à Jean-Paul Bantignies de Marbaix, en Hainaut, est significative. Un soir de février 1755, il rend visite à Marie Marguerite Gosset en sa ferme de Flaumont ; ils sont surpris dans l'étable par une bande d’une trentaine de jeunes du village ; Jean-Paul raconte la suite : « Ils ont eu la témérité de le mettre sur une table pour lui couper et ôter les parties honteuses en les exposant à tous ceux qui étaient présents en la maison de J. Lahanier cabaretier au dit lieu, en disant que cela ne se pourrait faire, qu'il fallait aller chercher Louis Magnier de Felleries sur le champ pour le châtrer et lui couper ce qu'il portait. Non contents de ces faits, ils firent encore plus puisqu'ils le lièrent et garrottèrent sur son cheval, le faisant tourner et retourner comme une girouette... Ils le conduisirent à travers les villages de Wandrechies, d'Avesnelles et même jusqu'aux portes d'Avesnes où ils lui firent plus de mille outrages... lui demandant un écu de six francs pour payer leur écot »21. Nous sommes ici évidemment dans l'ordre des comportements collectifs, sommes-nous pour autant dans celui des engagements de la communauté d'habitants ? En s'attaquant à un bouc-émissaire extérieur, les protagonistes affirment leur appartenance à un même village, mais le comportement collectif est avant tout celui d'un groupe d'âge : des jeunes gens à marier veulent garder le monopole des filles du village et font d'une pierre deux coups en punissant l'intrus tout en s'amusant. Ce type de comportement relève de l'appartenance à une communauté tout en n'engageant qu'une fraction de celle-ci si bien qu’une tension se fait jour entre ces pratiques traditionnelles et les règlements de la vie collective qui tentent de les limiter. Des bans villageois, comme ceux de Lisbourg en août 1776, précisent : « ceux qui molesteront ou chagrineront de quelque manière que ce soit les étrangers qui viendroient audit lieu rechercher quelque fille en mariage encourront une amende de dix livre chacun »22, D'ailleurs, les grandes manifestations de la sociabilité villageoise, comme les ducasses, ne sont pas fermées aux « étrangers » pourvu qu'ils ne provoquent pas les autochtones et qu'ils se plient à des sortes de rites initiatiques, le paiement de leur écot par exemple. Ces rites concernent aussi les nouveaux venus dans le village, y compris le curé dans certains cas.

23Ainsi l'exclusion de l'autre est-elle loin d'être systématique et assimilable à une réaction de la communauté en tant que corps. Cette exclusion n'est finalement quasi automatique que dans deux types de situation très différents.

L'intrus misérable et l'intrus dominateur

  • 23 Voir J. DEPAUW, « Pauvres, pauvres mendiants, mendiants valides ou vagabonds ? Les hésitations de (...)

24L'exclusion de l'intrus misérable vise en fait l'errant inconnu, a fortiori s'il est mendiant. La distinction, plus ou moins reprise par la législation23, entre le pauvre résident connu et le mendiant, vagabond, étranger - c'est-à-dire non-résident dans le village - est au cœur des réactions des communautés qui acceptent et aident les premiers et refusent les seconds comme de véritables ennemis. Les nombreux textes de toute nature qui attestent la force de cette distinction montrent qu'elle mêle étroitement trois considérations :

  • l'inconnu est d'abord perçu comme potentiellement dangereux, « sans foi, ni loi », « sans aveu » ; évidemment les peurs collectives face aux épidémies, aux brigands, etc. se focalisent d'autant plus spontanément sur lui que les intérêts de tous les villageois convergent sur son exclusion.
  • de plus, le mendiant étranger est forcément mal venu parce qu'il va grever les ressources des institutions d'assistance quand elles existent et /ou solliciter des secours privés, voire empiéter sur les biens communautaires.
  • enfin, le mendiant vagabond est suspecté de fausse pauvreté, c'est-à-dire d'une pauvreté non liée à la force des choses mais à la paresse.

25Dans ce cas, l'absence de statut de l'Autre lui vaut rejet ; à l'inverse celui-ci peut naître de ce que la communauté ressente, chez certains personnages, un abus de statut. L'exclusion de l'intrus dominateur mêle le refus de la superbe et de l'ingérence d'autorités extérieures dans les affaires communes. Au cours de la période, ce refus se manifeste sous des formes et à l'encontre de cibles très variées.

  • 24 Y.M. BERCE, Croquants et Nu-Pieds, les soulèvements paysans en France du XVIe au XIXe siècle, Gall (...)

26La politique fiscale de Louis XIV dans le Boulonnais et le Pays de Montreuil suscite deux révoltes qui n'atteignent pas l'ampleur des grandes jacqueries du Sud-ouest ou de Normandie, mais qui provoquent les mêmes réflexes communautaires. En juillet 1687, vingt-cinq ans après le soulèvement des « Lustucrus » du Boulonnais, la chasse par les villageois des vallées de la Canche et de l'Authie aux agents du fisc venus arracher les plants de tabac, jugés frauduleux, mobilise aussi bien les tabaquiers que les curés et les lieutenants de villages24.

  • 25 L. DEFROMONT, op. cit., 1972, p. 1060.
  • 26 A en juger par la lettre du fils de l'avocat Wartelle que P. Marchand a édité dans le Florilège de (...)

27Dans l'Avesnois du XVIIIe siècle, Louis Defromont relève la fréquence des refus par les communautés de syndics imposés du dehors et a fortiori d'agents de contrôle eux-mêmes non-résidents. D'ailleurs, dans les années 1780, le subdélégué Faussabry se plaint : « Il suffit d'être officier du Roy et français pour être perpétuellement en butte à des contradictions les plus mal fondées »25. Dans une logique voisine, plus de la moitié des cahiers de doléances artésiens ne mettent pas en cause la propriété bourgeoise, en revanche plus de la moitié d'entre eux dénoncent le monopole urbain sur la représentation du Tiers aux États provinciaux et demandent fermement un rééquilibrage au profit des campagnes. Dans le bailliage de Lille, les délégués villageois manifestent leur volonté de ne pas s'en remettre à des mandatés extérieurs, fut-ce du Tiers urbain, en imposant deux élus paysans pour Versailles à la grande surprise de la bourgeoisie lilloise26.

  • 27 Archives nationales, DIV/52/1413. Pour une étude plus approfondie de ce comportement en 1790 voir (...)

28L'aspiration communautaire à l'auto-administration se manifeste aussi fortement en 1790 quand il s'agit d'établir les communes ; chaque communauté veut désigner sa municipalité. La plainte de la communauté de Saint-Martin contiguë à Aire-sur-la-Lys et menacée de rattachement à la ville est significative : « Si la municipalité de Saint-Martin n'a pas lieu, il en résulte les plus grands troubles [...] c'est en vain que les bons patriotes récitent la liberté si une paroisse de 800 individus n'a pas le droit de choisir elle-même ses juges tandis que les villages qui lui sont les plus voisins [...] qui ne comprennent pas ensemble plus d'habitants et de territoire ont cependant chacun leur municipalité ». L'exposé des motifs plus précis est très révélateur : « Dans un village tout se tient si on n'est pas parent on est ami par ce moien tout s'arrange. La tranquillité et la bonne police exigent que nos juges soient pris parmi nous »27. Cette volonté d'exister comme corps communal, mais aussi paroissial, se manifeste encore au XIXe siècle dans les difficultés que soulèvent les tentatives pour susciter des regroupements de communes.

29J'ai conscience que nous sommes ici à la limite de notre sujet sur l'image de l'Autre et pourtant le moyen le plus sûr de rester étranger au village c'est de vouloir imposer une autorité qui ne soit pas reconnue comme légitime.

30Aussi sommaire qu'il ait fallu être dans le nombre et dans l'évocation des exemples, il apparaît, me semble-t-il nettement, qu'au postulat initiai d'une définition étroitement localo-centrique de l'étrangeté, il faut substituer une dynamique composite mêlant les composantes symboliques et les intérêts matériels, différenciant les sphères privées et publiques de la vie rurale, associant les comportements de groupes et les références communautaires.

3. Des perspectives sur la dynamique de l’inclusion et de l’exclusion

31J'ai fait le choix délibéré d'une troisième partie avant tout exploratoire et interrogative dans la mesure où, dès le début de la conception de notre colloque, nous souhaitions qu'il constituât un point de départ vers de nouveaux travaux.

32Le caractère polymorphe de l'étrangeté rend illusoire la recherche d'une définition et d'un processus générique ; l'étrangeté se construit et se transforme en rapport permanent avec les institutions sociales et les territoires dans lesquels les hommes s'inscrivent à une époque donnée. La vie des campagnes s'organisant, jusqu'au XIXe siècle, très largement autour des collectivités villageoises, la compréhension des processus communautaires s'imposent comme axe de recherche prioritaire.

L'appartenance à la communauté villageoise

33C'est une évidence que dans la vie rurale traditionnelle, en particulier sous l'Ancien Régime, l'appartenance à une communauté constituait une condition décisive de la sécurisation des individus qui trouvaient dans le corps commun à la fois une identité, une dignité, un statut économique et éventuellement une assistance, ou encore un cadre de sociabilité. Partant de cette évidence, la tentation est grande de considérer la communauté villageoise - au sens plein de collectivité au sein de laquelle les membres entretiennent des solidarités fortes - comme un état de fait découlant automatiquement du mode d'habitat, des pratiques agraires, du mode de vie au village en général. Or dans la collectivité villageoise comme dans tout corps social, les membres se positionnent selon des modalités complexes qui mettent en jeu l'âge, les réseaux familiaux, la dépendance ou l'autonomie économique, les manières d'être, le vouloir-vivre ensemble. Intégration ou exclusion se modulent sans cesse en fonction de ces facteurs. Ces observations induisent trois principales directions de recherche :

  • La première porte sur le rapport entre l'insertion des nouveaux venus dans les familles et les réseaux familiaux et l'intégration communautaire ; elle devrait conduire à étudier, au sein d'un village, les positions respectives des vieilles familles et des nouveaux venus. Dans ces directions, Hugues Neveux a ouvert quelques chantiers intéressants grâce à l'étude des testaments de quelques localités d’Île de France qui permettent de suivre les cercles familiaux dans et entre les villages28.
  • La formation et l’emboîtement des différents sous-groupes - d'âge, de métiers, etc. - autour desquels s'organise la vie collective constituent un deuxième domaine d'investigation.
  • Une troisième perspective conduit à envisager le rapport avec l'étranger comme composante du pouvoir au village ; elle se décline en de multiples questions possibles : par exemple, comment s'opère le tri qui fait que certains rapports aux horsains impliquent immédiatement la communauté et d'autres peu ou pas du tout ? Dans quelle mesure les notables villageois jouent-ils sur la défiance des villageois à l'égard de l'étranger pour asseoir leurs fonctions de janus bifrons ? La référence négative à l'étranger sert-elle d'écran pour souder la communauté et masquer les divergences ? Le refus de l'autorité étrangère n'entre-t-il pas pour une part non négligeable dans les crises épisodiques du système de l'autorité, à la fin de l'Ancien Régime ou pendant la Révolution par exemple ?

34Cette ultime question introduit à une exigence de la recherche sur les processus communautaires : chaque communauté ne peut pas être considérée comme un isolat.

L’image de l'Autre et l’insertion des collectivités villageoises dans l’État

35Dans une perspective de longue durée, l'exploration de ce vaste domaine de recherche ne peut s'exempter d'une dimension chronologique. Pour faire bref, je distinguerai grossièrement quatre phases et quatre séries d'interrogations, évidemment sans négliger les chevauchements entre elles :

  • De la fin du XVIe siècle à la conquête française ou à la charnière des années 1680, on peut s'interroger sur les effets conjugués de situations d'autorité et de rattachement territorial fort incertaines d'une part, de la forte emprise de l’Église tridentine d'autre part : le tiraillement entre des tutelles extérieures très concurrentielles durcit-il l'attitude des communautés villageoises à l'égard des étrangers ? Quels sont les effets de la répression du non-conformisme religieux ?
  • Dans quelle mesure le vécu de l'étrangeté participe-t-il à la dialectique entre le renforcement de la monarchie absolue et les réticences des communautés villageoises à l'égard d'un contrôle externe accru ? La question se pose dès le XVIe siècle mais revêt une acuité plus évidente quand le rattachement à la France se stabilise.
  • Sans tomber dans l'illusion d'une Révolution française synonyme d'une rupture totale et immédiatement fondatrice de l'unité nationale, il est indéniable que l'affirmation de l'État/Nation, la conception de la citoyenneté et la place nouvelle conférée aux collectivités locales dans la refondation institutionnelle modifient largement les données territoriales et les rapports entre personnes. Dans quelle mesure ces changements provoquent-ils une transformation de la manière de vivre l'étrangeté et l'appartenance communautaire ? La réponse ne peut pas être univoque, car, dès 1789, se profile une tension entre une démarche reconnaissant les communautés devenues communes comme cellules de base de la Nation et une autre visant à distinguer des citoyens dignes et indignes, ou plutôt pas encore dignes, donc voués à la passivité politique. Ainsi, l'étrangeté, définie en fonction de la communauté nationale, se trouvait reportée à la frontière, mais une forme d'extériorité, en matière de pratique politique, était introduite dans chaque communauté. De cette ambiguïté naissent des évolutions d'autant plus contrastées que d'autres enjeux sont portés au premier plan : questions des communaux, des biens nationaux, de l'assistance, des deux clergés, etc.. Autant d'éléments qui conjuguent les occasions d'éclatement interne des communautés avec des raisons pour elles de refuser des irruptions de plus en plus fréquentes d'autorités externes qui font aussi de plus en plus référence à « l'ennemi étranger »29. Après un repli manifeste sur la communauté sous le Directoire, le XIXe siècle commence par sur un hiatus entre une forte intériorisation de l'identité nationale chez une partie des Français et la rétraction sur la collectivité locale pour la majorité des ruraux ; ceux-ci deviennent, dans une certaine mesure, des étrangers de l'intérieur, non par atavisme, mais par réaction à des dynamiques politiques et culturelles qu'ils récusent.
  • À la suite de ce processus et du refoulement citoyen provoqué par l'Empire, la réintégration des collectivités villageoises dans l'État-Nation prend la majeure partie du XIXe siècle et pose la question de la manière dont fut vécue la multiplication des formes de l'étrangeté et des contacts avec les étrangers.

36Ces perspectives générales peuvent être assorties de la recherche d'éventuelles spécificités régionales : la fréquence des guerres modifie-t-elle la dialectique du dedans et du dehors pour les communautés villageoises ? Des comportements différents sont-ils décelables selon les traditions des petits pays ? Dans quelle mesure les profils agraires différenciés, la diffusion très variable de la proto-industrie, les contacts inégaux avec les villes, la plus ou moins grande proximité des frontières influencent-ils l'image de l'Autre au village ?

37Je terminerai en poussant à son terme le parcours qui nous a rapprochées des temps les plus contemporains, mais pour mieux poser un point de méthode qui vaut pour la longue durée de mon sujet.

L’historicité de la communauté villageoise et de l'image de l'Autre

  • 30 G. FERRÉOL, Intégration et exclusion dans la société française contemporaine, Lille, PUL, 1992, 45 (...)
  • 31 C. CAMILLERI, « Communautés et lien social : une première approche » dans l'ouvrage cité ci-dessus (...)

38Des analyses sur le problème très actuel de l'intégration se réfèrent volontiers aux communautés « naturelles » ou « traditionnelles » ; le terme est utilisé par Pierre Hassner dans les pages sur le multiculturalisme évoquées en introduction et, dans l'ouvrage dirigé par Gilles Ferréol30, Carmel Camilleri, au fil d'un article, par ailleurs fort intéressant, utilise la notion de « communauté pleine » pour définir « les sociétés traditionnelles » qui seraient caractérisées par « la communion du groupe entier sur l'ensemble des significations qu'il assume, [… et par le fait que l'existence de] sous-groupes confirme et renforce à tout instant la configuration significative d'ensemble qui entretient la communauté ». L'auteur oppose cette communauté pleine à la simili-communauté entretenue parmi les immigrés31.

39Je ne puis juger si des communautés pleines ont un temps existé, mais en revanche, il me paraît qu'appliquer cette notion à la ruralité de l'époque préindustrielle prêterait à équivoque. S'il est exact qu'une sorte de fusion des individus et des sous-groupes dans des valeurs communes était observable, la dynamique communautaire était indissociable d'autres rapports bâtis sur la dépendance et, surtout, elle oscillait déjà entre la consolidation et l'éclatement, entre l’exclusion et l'intégration. En un mot, la communauté est une construction sociale soumise à des contradictions et à des transformations.

  • 32 L'œuvre de Louis Pergaud est à cet égard significative car elle associe les deux versants.

40L'incitation à échapper à la mystification que risque d'introduire la notion de « communauté traditionnelle » revêt une portée à la fois historique et citoyenne. Sur le premier plan, l’histoire des campagnes ne peut pas ignorer que dans le temps même où la société rurale subissait les transformations lourdes de la seconde moitié du XIXe siècle, naissaient les thèmes de l'unité paysanne, de l'authenticité du travail de la terre et de la cohésion des communautés villageoises. Ces thèmes devenaient un argument politique, notamment pour les conservateurs, tandis que, parallèlement, se développait la folklorisation de l'esprit de clocher considéré tantôt avec un amusement condescendant, tantôt avec l'idée d'une nécessaire soumission des ruraux à une opération d'intégration nationale32. Quelles qu’aient été les intentions, l'historien doit prendre garde à ne pas figer l'interprétation des modes de vie ruraux dans les stéréotypes fabriqués voici environ un siècle.

41La distance critique à l'égard de ces représentations instrumentalisées est d'autant plus importante qu'elles risquent d'obscurcir la réflexion sur notre époque en favorisant une opposition manichéenne entre un soi-disant âge d'or de la communauté désormais révolu et un présent perdu dans la décomposition du lien social.

42La réflexion sur l'image de l'Autre est décidément une entrée dans l'histoire qui ouvre sur des dimensions très variées de la vie des hommes en société. Elle a notamment pour vertu de rendre possible et fructueux le rapprochement d'objets d'étude et de moments en apparence très éloignés les uns des autres. Le rapport à l'étranger entretenu dans les communautés villageoises constitue un de ces objets qui mérite sans doute bien d'autres explorations.

Notes

1 R. MUCHEMBLED, La violence au village, Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Brépols, 1989, p. 99.

2 Ibid., p. 104.

3 Cité par Louis DEFROMONT, L'Avesnois au XVIIIe siècle, contribution à l'étude des sociétés rurales, Lille III, Thèse de 3e cycle, dir. M. Trénard, 1972, 4 t., 1142 p. (manuscrit), p. 764.

4 Par exemple, en 1525, des habitants du hameau de Baillon-lez-Valhuon, attaquent les bergers du village-centre qui font paître leurs moutons sur un territoire que les premiers considérent comme leur étant réservé. Signalé par R. MUCHEMBLED, op. cit., p. 55.

5 A Anzin-Saint-Aubin (Pas-de-Calais), un conflit oppose pendant plusieurs décennies du XIXe siècle, les habitants du chef-village, Anzin, qui veulent édifier une église au centre de la paroisse, à ceux du hameau de Saint-Aubin où se trouvait la chapelle paroissiale ; le conflit est l'occasion de nombreux incidents entre les habitants. Voir l'étude de M. LOISON, Anzin du temps des laboureurs à celui des rurbains. Anzin, 1992, chapitre IV.

6 R. MUCHEMBLED, op. cit., p. 98.

7 Ibid., p. 93 et 87.

8 Je ne reprends pas ici la nécessaire critique du mode d'expression et des auteurs des cahiers. Je renvoie à la publication des deux florilèges assurée par le CHRN en 1989, sous la responsabilité de P. MARCHAND pour le Nord, de D. ROSSELLE et de moi-même pour le Pas-de-Calais.

9 L'article 18 du cahier de la communauté de Niembourg, dans le Boulonnais, est particulièrement explicite : « Demander l'expussion des gens sans aveu, errans et vagabonds qui se font des cabanes et des habitations dans les grands flégards [...]. La province purgée de cette espèce de sujets gui ne connaissent ni Roi, ni loi ni seigneur, ni pasteur et qui ne sont attachés, pourvoirait par cette expussion à sa sûreté et à celle des propriétés [...] ». H. LORIQUET, Les cahiers de doléances du Pas-de-Calais, Arras, 1891, t. 2, p. 372.

10 Habarcq, par exemple, demande que « les bénéfices ne soient possédés que par des personnes nés, domiciliés et résidant continuellement dans la province ». ibid., t. 1, p. 323.

11 Voir à ce sujet la communication introductive de J. F. DUBOST.

12 C. POUYEZ, Une communauté rurale d'Artois : Isbergues (1598-1826), Lille III, Thèse 3e cycle, manuscrit. 1971, dir. P. Deyon, 757 p.

13 R, HUBSCHER, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du XIXe siècle à 1914, Arras, 1979, 2 t., 964 p„ p. 673.

14 J. P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution, Artois 1760-1848. Vill. d’Ascq, PUL, 1987, 308 p., p. 213.

15 Grâce aux rôles fiscaux. Voir notamment pour le Nord G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, (1924), rééd. A. Colin, 1972 et L. DEFROMONT, op. cit., 1972 ; pour le Pas-de-Calais, R. LAUDE, Les classes rurales en Artois à la fin de l'Ancien Régime, Lille, 1914 ainsi que la série de thèses et mémoires de maîtrise dirigés par MM. DEYON et LOTTIN dans les années 1970. Un autre indice corrobore la faiblesse des griefs directement liés à la non-appartenance des propriétaires ou des exploitants à la communauté : dans les opérations de mauvais gré, les preneurs de bail mis en cause semblent visés parce qu'ils ont évincé un fermier en place, non parce qu'ils viennent du dehors

16 Le cahier d'Ambrines affirme par exemple en son article 27 : « Que, pour obvier aux procès et contestations entre les communautés, chacun paye les deniers royaux de son teritoire, c'est à dire qu'il ni ait plus de forains », H. LORIQUET, op. cit., p. 145.

17 Pour un bilan critique plus complet sur ce point, voir J. P. JESSENNE « The Land : Redefinition of the Rural Community », dans K. BAKER, The French Revolution and the Modernisation of Political Culture, t. IV, The Terror, Pergamon, 1994, p. 223-249.

18 Ces regroupements sont dénoncés dans une trentaine de cahiers de Flandres et du Boulonnais.

19 Par exemple à Ouve-Wirquin, près de Saint-Omer, en 1658 (dans R. MUCHEMBLED, op. cit., p. 56), à Eppe-sauvage dans l'Avesnois où il faut être né et baptisé dans le village pour profiter des bois de commune (L. DEFROMONT, op. cit., 1972, p. 758), dans la vallée de la Sensée où plusieurs communautés se disputent, à la fin de l'Ancien Régime, les vastes communaux (Voir réponses au Questionnaire de 1790, dans L. N, BERTHE, P. BOUCARD, D. CANLERS, J. P. JESSENNE, Villes et villages du Pas-de-Calais en 1790, Arras, 1990, t. 1, district de Bapaume, canton d'Oisy) ou encore à Ferques, dans le Boulonnais, au moment du projet de partage en 1792 (M. P. HERBERT-LAMPS, Un village du Boulonnais pendant la Révolution. Ferques. Mémoire de maîtrise, Lille III, dir. M. Lottin, 1990, p. 71). Pour un bilan sur les partages, voir J. M. SALLMANN, La question des biens communaux en Artois de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Thèse de l'Ecole des Chartes, 1974, 324 p. et J. P. JESSENNE, supra note 17.

20 Voir notammment D. TERRIER, Les deux âges de la proto-industrialisation, les tisserands à domicile dans les villages du Cambrésis et du Saint-Quentinois, Thèse de doctorat d'État, Lille, dir M. Deyon, 1991, t. 2, p. 407 et suivantes.

21 Cité par L. DEFROMONT, op. cit., 1972, p. 894.

22 A. D. P-d-C, 20 B1.

23 Voir J. DEPAUW, « Pauvres, pauvres mendiants, mendiants valides ou vagabonds ? Les hésitations de législation royale », Revue d'histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1974, p. 401-418.

24 Y.M. BERCE, Croquants et Nu-Pieds, les soulèvements paysans en France du XVIe au XIXe siècle, Gallimard, 1974, 240 p., p. 104.

25 L. DEFROMONT, op. cit., 1972, p. 1060.

26 A en juger par la lettre du fils de l'avocat Wartelle que P. Marchand a édité dans le Florilège des cahiers de doléances du Nord, op. cit., 1989, p. 176.

27 Archives nationales, DIV/52/1413. Pour une étude plus approfondie de ce comportement en 1790 voir mon article « La mise en place des administrations locales dans le Pas-de-Calais en 1790 : adhésions et conflits », dans R. DUPUY (dir.), Pouvoir local et Révolution, Rennes, 1995, p. 169-193.

28 H. NEVEUX, « Individu, famille et communauté à Villiers-le-Bel (1573-1587), d’après les testaments », Actes du 114e congrès national des sociétés savantes, Paris, CTHS, 1990, p. 405-419.

29 Se reporter sur ce point à la communication de Laurent Petit.

30 G. FERRÉOL, Intégration et exclusion dans la société française contemporaine, Lille, PUL, 1992, 454 p.

31 C. CAMILLERI, « Communautés et lien social : une première approche » dans l'ouvrage cité ci-dessus, p. 429-439, p. 430.

32 L'œuvre de Louis Pergaud est à cet égard significative car elle associe les deux versants.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540