Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Perspective générale

Appartenance locale et unité nationale : contribution à l’histoire de la culture politique sous la IIIe République

Jean-François Chanet

Texte intégral

  • 1 A. ARMENGAUD, « Enseignement et langues régionales au XIXe siècle. L’exemple du Sud-Ouest toulousa (...)
  • 2 Cf. C. BERTHO, « L'invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », in Actes de la rech (...)
  • 3 Cf. en particulier J. et M. OZOUF, « Le Tour de la France par deux enfants, le petit livre rouge d (...)

1Le sens commun porte à considérer « l'unité dans la diversité » comme l’un des traits distinctifs de ce que Vidal de la Blache appelait la personnalité de la France. Mais longtemps la question de la persistance de particularités irréductibles, sous des formes et à des degrés variables, dans la France républicaine, n’a guère retenu l’attention des historiens, comme si, suggérait voici vingt ans un précurseur, André Armengaud, « la conception lavisséenne d’une unité française préétablie, incréée, s’imposait plus ou moins consciemment à eux »1. À la suite de leurs travaux sur la « genèse sociale » des stéréotypes régionaux et sur la constitution du vaste champ éditorial grâce auquel fut assurée la diffusion de la production littéraire régionaliste, Catherine Bertho et Anne-Marie Thiesse ont réuni autour d’elles des ethnologues, des sociologues, des géographes et aussi quelques historiens2. Tout récemment enfin, Pierre Nora a su faire converger vers cet étagement des appartenances les regards de plusieurs historiens, parmi lesquels Maurice Agulhon, Alain Corbin, Mona et Jacques Ozouf, Jacques Revel ou Marcel Roncayolo3. Il y aurait bien de l’outrecuidance à rouvrir après eux ce dossier, si nous ne nous étions cependant attaché à mettre en lumière les liens, de sentiment aussi bien que d'autorité, par lesquels l’école primaire a pu, de Jules Ferry à Jean Zay, attacher les enfants davantage à la Patrie sans affaiblir en eux l'appartenance au petit pays où ils étaient nés.

2Si l’école a été le cadre social où devait être assurée l’articulation civique du local et du national, c’est au nom d’un programme politique, intellectuel et moral, dont la réalisation, incomplète et accidentée, reflète les avancées comme les infléchissements de la vie démocratique dans le pays. Ce sont précisément ces retards, ces contrastes, quelquefois ces contradictions entre la doctrine initiale et les réalités de l’exercice du pouvoir qui retiendront ici notre attention. Nous voudrions en particulier suggérer que les dirigeants de la IIIe République, d’abord impuissants à bouleverser l’organisation administrative dont ils héritaient, contraints de miser sur le temps, sur l’enracinement paisible et laborieux de leurs projets, non sur l’éradication propre aux impromptus révolutionnaires, sont devenus les dépositaires d’une culture de gouvernement qui les a tôt accoutumés à voir dans la satisfaction des besoins locaux la plus sûre garantie de l’ordre démocratique.

1. L’unité continuée

  • 4 M. OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national : fédérations, fédéralis (...)

3Préoccupées, chacune suivant la pente de ses dogmes et de ses intérêts, de mettre un terme au cycle des révolutions, les « familles spirituelles » de la France avaient en commun de devoir fixer, au lendemain de la Commune, un avenir à l’organisation comme aux représentations territoriales sur lesquelles reposait l’existence de la patrie. Elles étaient donc également redevables aux constituants de 89 d'avoir, dans l’établissement des cadres spatiaux nécessaires à la réalisation de l’idée nationale, révélé, ne fût-ce qu’en négatif, la présence pérenne de « petites patries » sans nombre, sans unité de taille et par là sans contours. Cette rupture décisive, qui avait fait apparaître « la Bigarrure régionale comme une enfance de la nation »4, avait posé sans le résoudre le problème de concilier l’affermissement de la France une et indivisible et la libre expression de ses membres distincts.

  • 5 Cf. Valmy. La démocratie en armes, présentée par Jean-Paul Bertaud, Paris, Julliard, coll. « Archi (...)

4L’on connaît les effets du surcroît d’efficacité donné par les régimes autoritaires du XIXe siècle aux institutions révolutionnaires, et plus encore à la Constitution de l’an VIII, dont le principe essentiel – attribuer la souveraineté, en droit issue du peuple, à un chef de gouvernement investi de la confiance publique et qui, en échange, veillait à assurer le bien de tous – n’était ni éloigné de l’exercice du pouvoir par le Comité de salut public, ni tout à fait contraire à la philosophie politique des Lumières. Du jacobinisme, on ne voulut plus dès lors retenir que la tendance irrépressible à la centralisation du pouvoir, au risque d’oublier qu’il entendait la tempérer par l’expression des relations directes entre les citoyens. Et dans le geste fondateur par lequel le peuple de Valmy s’était donné à l'universalité, au nom même d'un pays, d'un territoire où l’on ne comptait plus que des hommes libres et égaux5, il était naturel que les conservateurs de 1871 ne vissent qu’un vain paradoxe, une redoutable utopie.

  • 6 « Certes les hommes de la révolution établissaient aisément dans leur esprit une distinction entre (...)

5L’un d’eux, Émile Montégut, a livré à la Revue des Deux Mondes ses vues sur « la démocratie et la révolution » et « les transformations de l'idée de patrie ». « Qui dit patrie dit contraction et resserrement des éléments de vie commune épars entre certaines bornes géographiques, droit à l'indépendance, à l'autonomie, triomphe du particularisme, pour employer une expression de nos vainqueurs teutoniques, et en un mot le contraire même d’universalité. » Montégut est l’un des meilleurs porte-parole du courant de pensée pour qui la Révolution, réduisant « à l'état de pure abstraction, de généralité métaphysique » le lien charnel au « lieu natal », a blessé à mort la notion même de patrie. « La patrie telle que la révolution la fit, c’est une philosophie, ce n’est pas une religion : or il faut qu’elle soit une religion pour la plus grande partie des hommes, sans quoi elle n'est point »6.

  • 7 F. BUISSON, discours à la distribution des prix aux élèves des cours d'adultes de l’Association ph (...)

6Ces lignes délimitent on ne peut mieux le cadre idéologique dans lequel la République a dû faire la preuve de sa capacité à donner corps et rendre force à l’idée de patrie. Elles aident aussi à comprendre pourquoi, après les échecs répétés des révolutions passées eu ce domaine, c'est en parachevant l'organisation de l’enseignement primaire public, accessible à tous et obligatoire pour tous, que les républicains ont réussi à diriger sans la détruire l'appartenance concrète, immédiate, vivante, vers la construction nationale, unitaire, délibérée. Il ne s’agissait pour eux ni d'« établir une distinction entre la patrie et le passé », ni de porter atteinte aux attaches particulières et spontanées au profit d'une citoyenneté uniforme et désincarnée. Nul ne l'a dit avec plus de clarté que Ferdinand Buisson dans son discours de Montmorency, le 22 mai 1881 : il importe désormais de « prouver par la pratique » qu'« en France, République et Instruction sont synonymes », d'attester que « ce souci de l’instruction du peuple est bien vivant au cœur même de la société française ». « Et en y contribuant, nous aurons fait acte de bons citoyens, car nous aurons prouvé que nous unissons dans un même et patriotique amour la vieille France et la jeune République »7.

  • 8 M. CRUBELLIER, L’école républicaine. 1870-1940, Paris, Éd. Christian, coll. « Vivre l’histoire », (...)
  • 9 Baron de RAVIGNAN, délibération du Sénat sur la proposition de loi Paul Bert, 17 juill. 1879, in M (...)

7Longtemps il fut d’usage de conclure au monolithisme rigoureux de l’institution scolaire ainsi ramifiée « jusque dans les hameaux perdus de la montagne ». C’était laisser de côté le fait qu’ensemble pouvoir et service, pour reprendre la juste distinction de Maurice Crubellier8, celle-ci n’était pas moins départementale – par le cadre de formation et d’administration des maîtres – et communale - par leur cadre d’exercice et de vie sociale – que nationale. En vain les adversaires de la loi de 1879 sur les écoles normales ont-ils cherché à opposer, tel le baron de Ravignan, la décentralisation politique, qu’ils n’estimaient pas désirable, et la décentralisation pratique, « utile, qui consiste à laisser Ces corps constitués se mouvoir dans la sphère des attributions qui leur appartiennent, à les consulter, à rechercher leur avis, à s’éclairer de leur opinion pour mieux résoudre les questions et assurer ainsi à la solution qui intervient l’autorité que donne le respect du droit et de la liberté »9.

  • 10 M. AGULHON. « Plaidoyer pour les Jacobins. La gauche, l’État et la région dans la tradition histor (...)
  • 11 Cf. J.-F. CHANET, L'école républicaine et les petites patries, Enseignement primaire et sentiment (...)

8Que le gouvernement ne dût pas renoncer au caractère impératif de la loi, l’opposition elle-même l’admettait donc, et Maurice Agulhon a eu raison de rappeler que « sans le pouvoir d’État démultiplié par l'institution préfectorale, il est des communes et même des départements où les lois Ferry sur l'instruction publique n'auraient pu être appliquées »10. Qu’il se soit cependant efforcé de composer avec des assemblées départementales dont la majorité ne lui était pas acquise, ou dont le budget n’offrait pas les ressources nécessaires, la preuve en est donnée par l’exécution même de la loi du 9 août 1879. Celle-ci fixait un délai maximum de trois ans pour que les conseils généraux des départements qui en étaient dépourvus se dotent d'écoles normales pour les garçons et les filles, mais leur laissait le droit de s’associer avec un département voisin pour l’entretien à frais communs de ces deux établissements. Or en 1886, trois ans encore après la limite légale, l’Eure, la Mayenne, l’Indre, la Vienne, la Creuse, le Lot, l’Aveyron et le Tarn ne disposaient toujours pas d’une école normale de filles11.

  • 12 E. RENAN, La Réforme intellectuelle et morale, 1871, Œuvres complètes, éd. définitive établie par (...)
  • 13 L.-X. de RICARD, président de la Fédération régionaliste française (1900-1904), in Le Figaro. 4 ao (...)

9« La cause de la décentralisation administrative est trop complètement gagnée pour que nous y insistions, écrivait Ernest Renan en 1871. Que si l'on veut parler d’une décentralisation plus profonde, qui ferait de la France une fédération d’États analogue aux États-Unis d'Amérique, il faut s'entendre. Il n'y a pas d'exemple dans l'Histoire d'un État unitaire et centralisé décrétant son morcellement »12. Dans l’ensemble comme dans le détail de leur réorganisation des pouvoirs publics et des cadres d’expression de la vie locale, les républicains ont su faire avancer une « sage décentralisation », comme disait Michelet, qui, suivant l’ironique remarque de Louis-Xavier de Ricard, « à force d’avoir collaboré rétrospectivement tout le long de notre histoire avec la monarchie, avait fini par considérer notre unité nationale comme son œuvre propre et tremblait toujours qu’on la lui cassât »13.

  • 14 Rappelons que parmi les dix-neuf auteurs du Projet de décentralisation figuraient aussi bien des m (...)
  • 15 G. CLEMENCEAU, « Les modérés et la décentralisation », in L'Aurore, 31 juill. 1903, repris in J. P (...)

10La loi du 29 août 1871 sur les conseils généraux avait marqué un premier et significatif prolongement de l’alliance paradoxale des « décentralisateurs » qui, depuis 1865, se réclamaient du Programme de Nancy14. De 1879 à 1884, ce sont, sans ambiguïté cette fois, les partis républicains qui ont assuré l’adoption des grandes réformes municipales, syndicales et universitaires. Attaqué par le Temps sur le chapitre du jacobinisme, Clemenceau s’est fait en 1903 l’historien, juste quoiqu’engagé, de cette étape de la construction républicaine : « L’Assemblée nationale entreprit de faire une loi de décentralisation au profit des conseils généraux. Elle était guidée, il faut bien le dire, par l'espoir de renforcer l'esprit de réaction. En quoi l’expérience montra son erreur, car la médiocre réforme servit principalement de véhicule à l'esprit républicain. Et qui donc s’opposa à cette loi de décentralisation ? M. Thiers, d’abord, qui n’était, je pense, ni radical, ni socialiste. [...] Et Gambetta, chef de l'opportunisme à la mode du Temps, fit le grand effort de s’abstenir. Enfin, quelle résistance pour l'élection des maires par les conseils municipaux ! Je n’ai pas les scrutins sous les yeux mais je sais bien que tout le parti radical en masse donna ce jour-là du côté de la décentralisation »15.

  • 16 Cité par Jean ROHR, « L’idée de la décentralisation dans la pensée politique française », in Vertu (...)

11La loi du 29 août 1871 – « médiocre réforme », en ce qu’elle n’accroissait guère les pouvoirs du conseil général, mais qui lui permettait d’exercer malgré tout un contrôle sur le préfet, et le constituait en un centre vivant d’expression politique – a parachevé l’organisation du département, « collectivité territoriale » désignée par l’expérience comme la mieux adaptée à l’équilibre des pouvoirs, et pour cette raison associée à la bonne marche de l’école républicaine. C’est, ne l’oublions pas, devant le conseil général que l’inspecteur d’académie devait, chaque année, présenter son rapport sur l’état de l’enseignement primaire dans le département. Quant à la loi du 5 avril 1884 sur l’organisation municipale, Clemenceau eût pu rappeler que si Paris y conservait un régime d’exception, il fallait y voir un signe de la méfiance persistante de la province à l’égard de la capitale des révolutions. Telle quelle pourtant, elle donnait satisfaction même à la gauche. Louis Blanc, s’adressant aux électeurs de 1876 au nom du parti radical, n’avait-il pas demandé « qu’on introduise dans l'administration la centralisation politique qui est la force dans l'unité. Mais qu’à la centralisation administrative, on substitue la vie et la liberté communales »16.

12Au risque de surprendre, il est permis de soutenir que le régime parlementaire issu du compromis constitutionnel de 1875, puis consolidé par l’échec des hommes du 16 mai, illustre à sa manière les remarques de Tocqueville, dans son journal de voyage en Angleterre et en Irlande, en 1835, au sujet des « conséquences de ce que le pouvoir centralisant est dans les mains de la législature et non de l'exécutif » :

13« Conséquences fâcheuses :

14 Lenteurs, dépenses, impossibilité de certaines mesures, inspection impossible.

15 Conséquences heureuses :

  • 17 A. de TOCQUEVILLE, « Manchester, 3 juill. 1835. Centralisation », Voyages en Angleterre, Irlande, (...)

16 Publicité, respect des droits, obligation de s’en rapporter aux autorités locales de l'exécution des lois ; tendance naturelle à diviser l'autorité administrative, afin de ne pas créer un pouvoir rival trop fort. Centralisation très incomplète, par là même qu’elle est exercée par un corps législatif ; de principes plutôt que de faits ; générale, malgré sa volonté de détailler » 17.

17Ce constat, toutefois, nous laisse devant deux questions, l’une sur le caractère des revendications décentralisatrices, ou fédéralistes, de la droite monarchiste à la fin du XIXe siècle, l’autre sur les raisons qui a la même époque ont ravivé, dans le camp républicain, l’opposition entre « régionalistes » et « jacobins ».

2. L’unité enracinée

  • 18 Ch. MAURRAS, « Que la République ne peut pas décentraliser », in La Gazette de France, 30 et 31 ju (...)

18L’essor du mouvement fédéraliste monarchiste, qui a trouvé en Maurras son héraut le plus éloquent, peut aisément être compris comme une conséquence de ce que le pouvoir centralisant était désormais placé au moins autant dans les mains de la législature que dans celles de l’exécutif. Il est clair, en effet, que le programme décentralisateur d’inspiration traditionaliste, sous la IIIe République, est devenu absolument antiparlementaire. Lorsqu’en 1903 Maurras veut démontrer, dans la Gazette de France. « que la République ne peut pas décentraliser », il abandonne le terrain où Montégut disputait de la capacité du régime démocratique à incarner la patrie. Son objet n’est plus la condamnation de l'abstraction, mais le procès de dérives visibles, de la tyrannie exercée par l'élu sur l’électeur, de la « feinte » qui, selon lui, permettait à l’État de reprendre aux communes « fiscalement ce qu’il avait paru concéder au point de vue administratif et légal »18.

  • 19 M. OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national... », op. cit., p. 53-54
  • 20 « Œuvre politique de la Monarchie, notre France, sans monarchie, est, vous le voyez bien, menacée d (...)

19Le cadre idéologique du débat reste celui qu’avait produit la décennie révolutionnaire, dans lequel la perception des variétés régionales s’était à la fois « dramatisée et politisée »19. Car la contrepartie pour ainsi dire mécanique de l’expansion de la vie démocratique, conçue, administrée comme un moyen d'enraciner la volonté unitaire, ne pouvait être que la dramatisation, la politisation des réclamations particularistes. Que le pouvoir central fût toujours renforcé par le nécessaire arbitrage entre les prétentions nées de l’amour-propre local, les monarchistes ne pouvaient s’y résigner, puisque ce pouvoir même, à leurs yeux, résultait d’un encadrement, d’une canalisation abusive de la vox populi, et ne pouvait manquer, en cas de crise civile, de dresser les Français les uns contre les autres. Seul légitime, le trône pouvait seul garantir à la France son unité et l’empêcher de « périr d’une congestion parisienne »20.

  • 21 A. THIBAUDET, Mistral, ou la République du soleil, Paris, Hachette, coll. « Le passé vivant », 193 (...)

20Or de ce postulat du caractère séparatiste de tout régionalisme sous le régime républicain, l’expérience a montré à peu près constamment la fausseté. L’histoire du Félibrige en offre des preuves en suffisance. Dans sa biographie de Mistral, Albert Thibaudet a décrit en termes définitifs la doctrine du poète, ce « fédéralisme du oui », jamais du non : « J'entends par fédéralisme du non le fédéralisme qui est contre quelqu'un, ou quelque chose : en France, contre la centralisation. [...] Si un gouvernement, au XIXe siècle, fut centralisateur, c’est bien, n’est-ce pas ? celui de la Constitution de 1852, de la nomination des maires par le gouvernement, et des préfets satrapes. Or ce gouvernement, né du coup d’État, est le seul, avec la République de 1848, auquel Mistral ait témoigné un loyalisme patent, et en faveur duquel il ait mobilisé son lyrisme. En 1860, il rédige, à la demande du sous-préfet, le compliment en vers dit à l’Impératrice à Arles, au moment du voyage des souverains en Provence. [...] La République, pour honorer Mistral, ne lui en demandera jamais autant »21.

  • 22 Ibid., p. 229-230.

21Allons plus loin. Leur adhésion au Félibrige n’a pas empêché quelques parlementaires de conquérir, à défaut de la pourpre, un maroquin. Et il n’est pas indifférent que bon nombre d’entre eux aient séjourné rue de Grenelle : Georges Leygues – qui prit dans son cabinet le félibre Lintilhac et qui fit fleurir la rosette à la boutonnière de Mistral –, Maurice Faure, Louis Barthou, Léon Bérard, Édouard Daladier, pour ne citer que les plus considérables. Thibaudet exagère donc lorsqu’il écrit qu’en politique, « le Félibrige n’a rien donné, absolument rien ». Mais il a raison d’ajouter : « Des hommes politiques ordinaires, moyens, ou médiocres, s’en sont servis un peu, l'ont aussi et surtout servi. Toutes les fois qu'il a voulu prendre place parmi les camarades de la République, son couvert a été mis, on a bu à sa santé et à celle de Mistral, on lui a passé les cigarettes, les cigares, même les bureaux de tabac. Quelques purs jugent que la République a été pour lui trop bonne fille, qu’un peu de persécution venue de Paris eût arrangé ses affaires, éveillé sa conscience, tonifié la Cause »22.

  • 23 Cf. J.-F. CHANET, op. cit., p. 688-693 et 704-728.

22Orageuses aux jours où Mistral dénonçait, dans son Aióli, les persécutions subies par le provençal à l’école, les relations entre le Félibrige et l’institution scolaire ne démentent pourtant pas, pour l’essentiel, cette entente cordiale. Ne nous laissons pas abuser par les turbulences épisodiques : au moins deux raisons empêchaient les doléances extrêmes de devenir un mouvement d’opposition de masse. En premier lieu, les méthodes répressives, particulièrement l’usage injuste du signal – en Bretagne, le symbole –, ont été vivement contestées de l’intérieur même du corps enseignant public. Et si le règlement scolaire proscrivait l’idiome local de l’école, il n’a cependant jamais détourné ceux des maîtres qui approuvaient les conseils de Michel Bréal d’y voir un utile auxiliaire pour l’enseignement du français. Il n’a jamais empêché les instituteurs félibres comme Prosper Estieu ou Antonin Perbosc d’en recommander l'usage à leurs collègues, ni de contribuer à sa renaissance littéraire23. D’autre part et surtout, la véhémence même de la revendication linguistique n’a jamais fait qu’elle fût approuvée par la masse du peuple. « Une langue – fait encore observer Thibaudet – ne peut opérer son redressement, comme l'a fait le flamand, que si le peuple y tient, s'il se met, par ses assemblées et ses représentants, du côté des mainteneurs qualifiés de cette langue. Rien de pareil dans la France méridionale. Jamais une liste municipale, même à Maillane, jamais un candidat aux élections législatives ne s’est efforcé de gagner des voix par des revendications linguistiques. Jamais la concurrence entre les Frères et l'école laïque n’a été nourrie par un débat de ce genre. [...]

  • 24 A. THIBAUDET, op. cit., p. 209-211 et 231.

23 La grande déception de Mistral et, il faut bien le dire, son grand échec, c’est que le Midi de tous les partis se refusa toujours à faire entrer dans sa politique, aussi bien à droite qu’à gauche, les revendications félibréennes. Un peuple n’a qu'une manière de s’exprimer, son bulletin de vote, et la République, c’est le gouvernement du bulletin de vote. Jamais on n'a demandé aux Méridionaux leur bulletin de vote en faveur de leur langue, et, si on ne le leur a pas demandé, c’est qu’ils ne l'auraient pas donné » 24.

  • 25 M. LAGRÉE, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 241-242. Cf. ensui (...)

24Bien sûr, l’affirmation de Thibaudet gagne en force de persuasion ce qu'elle perd en nuances et en précision. Il y eut bien un temps où le front de la guerre des langues se confondit avec celui de la guerre des écoles. Ce lut le temps du Bloc, où Combes prétendit à la fois chasser les derniers crucifix des écoles publiques et mettre fin à l’enseignement du catéchisme dans la langue régionale. Décadence du dreyfusisme en « talion », ainsi que le pensait Péguy, en tous cas vain retour à l’intolérance : au tournant du siècle, note Michel Lagrée, si « le Breton et la foi » demeurent frère et sœur, la transmission religieuse de la langue doit « Bien entendu vaincre les réticences de certains parents, qui rappellent aux responsables de l’enseignement privé que les enfants vont à l'école pour apprendre le français »25. De même est-ce l'abbé Lemire, représentant de la Flandre au Parlement, qui intervient auprès de la Direction des Cultes pour résoudre le conflit qui oppose l’administration et l’archevêché de Cambrai à propos de la prédication et du catéchisme en flamand.

  • 26 Cf Ch. MAURRAS, op. cit., p. 80, et Jean TOUCHARD, « Le nationalisme de Barrès », in Maurice Barré (...)

25Ce n’est en rien un hasard si ce temps est précisément celui où renaît au grand jour le débat entre « décentralisateurs » monarchistes et républicains. L’ardeur des nationalistes – Barrès avait lancé le mot au début des années 189026 –, activée tour à tour par la parade boulangiste, la chasse aux « chéquards » et le triomphe momentané de l’antidreyfusisme, a rendu sa pertinence à l’opposition soulignée par Émile Montégut entre un patriotisme-philosophie et un patriotisme-religion. Mais la cause de la décentralisation, foin d’être devenue le monopole du traditionalisme, a continué comme aux premiers jours de la République à susciter l’intérêt officiel. Il y a certes là un paradoxe apparent : la centralisation ne semble plus alors être défendue par personne. Le discours dominant sur l’organisation administrative du pays se distingue par un unanimisme à peu près vide de substance, et de ce fait, suivant le mot de Daniel Halévy, plus propice au retentissement de la parole.

  • 27 Cf. en particulier D. HALÉVY, La République des comités, Essai d'histoire contemporaine (1895-1934 (...)
  • 28 A. THIBAUDET, op. cit., p. 223, et aussi La République des professeurs, Paris, Grasset, coll. « Le (...)

26L’auteur de La République des comités est, avec Thibaudet, de ceux qui ont le mieux décrit le glissement du « tissu » radical vers les provinces, l’enracinement de la puissance du Parti dans les réseaux de la vie provinciale, après la conversion de Paris, son foyer initial, au nationalisme27. Une interprétation rétrospective un peu précipitée, qui s’appuierait sans restriction sur l’un des raccourcis dont Thibaudet était expert – « la troisième Répub1ique c'est la province »28 –, pourrait conduire à conclure en ces termes : les forces politiques installées dans l’État se sentaient au tournant du siècle assez sûres de leur pouvoir, assez enracinées, assez représentatives, assez stables pour repousser une décentralisation qui leur semblait ne rien devoir ajouter à la satisfaction des besoins locaux.

  • 29 Ch. BELLET, préface à La République et la décentralisation, op. cit., p. 5-16 pour l’ensemble de c (...)

27Ce serait oublier à la fois les conditions psychologiques et politiques de la « défense républicaine », et le désir exprimé par quelques socialistes de voir le régime combler par la décentralisation le déficit démocratique qui à leurs yeux l’affaiblissait. Soulignons ici l’intérêt des douze articles regroupés dans le volume publié en janvier 1905 à Toulouse sous le titre Un débat nouveau sur la République et la décentralisation. L’homme qui a pris l’initiative de cette publication et qui en a rédigé la préface, Charles Bellet, précise qu’à l'exception de celle de Maurras, les opinions exprimées ont été recueillies dans les « divers partis républicains : progressistes, radicaux socialistes », afin de « travailler à la diffusion du régionalisme ». Son postulat est le suivant : « à claque progrès des idées républicaines, la pensée première est de décentraliser ; mais, dès que le nouveau régime s’est affermi, il invoque les difficultés du gouvernement pour oublier ses aspirations primitives. » Sa conception du régionalisme se veut sans ambiguïté : elle « n'est que l'extension même de la démocratie, devenue une réalité positive, à tous les degrés de la production ; aussi a-t-elle été combattue par ceux ne voient dans la décentralisation qu'un moyen d’arrêter l'essor des idées républicaines. [...] Aucune confusion n’est possible, il ne saurait être question d’opposer au pouvoir central les groupes administratifs ou économiques, mais bien de procéder à un partage d’attributions. » Le but est donc de rechercher « le point d'équilibre », non « le morcellement ». « Jusqu’ici, conclut Charles Bellet, notre démocratie a eu peur des initiatives de la liberté, elle a hésité à accorder aux citoyens la jouissance de leurs droits. Nous conservons sous une étiquette républicaine l'état d’esprit du premier Empire »29.

3. L'unité libératrice

  • 30 Pour l'ensemble des citations suivantes de cet article, cf. La République et la décentralisation, (...)

28Tel est aussi le point de vue de l’homme qui a lancé le débat, Joseph Paul-Boncour, jeune avocat proche du socialisme, dont l’article intitulé « La République et la décentralisation » a paru dans la livraison du 15 juillet 1903 de la Renaissance latine30. Jamais il n’est question pour lui d’abandonner la perspective unitaire. Mais « une unité nationale vivante et réelle ne peut exister maintenant que si elle exprime la riche diversité des besoins, des intérêts, des formes de propriété, des modes d’exploitation, des idées, des sentiments qui se partagent la société moderne ». C’est pourquoi les régionalistes républicains ne doivent pas s’attarder « aux vieilles conceptions de l’individualisme libéral ». « Ils ne veulent pas d’un individu livré à ses seules forces, sans défense contre les hasards et les misères de la lutte pour la vie. Profondément imbus des données de la sociologie moderne, ils savent que l'individu ne prend toute sa valeur qu’au sein de la société et des groupements dont elle se compose : famille, race, région, corporation, nation. Si donc ils veulent l’arracher aux contraintes de l'État, ce n’est pas pour l'enfermer dans un isolement néfaste, impossible d'ailleurs, mais au contraire pour fortifier les collectivités dans lesquelles il peut seulement trouver les milieux favorables à son développement. S'ils veulent enlever à l'État certaines de ses attributions, c’est pour les reporter sur les groupements sociaux. »

29Nous nous trouvons ici au cœur de la doctrine de ce disciple de Proudhon, chef de cabinet de Waldeck-Rousseau au temps où celui-ci faisait voter la loi sur les syndicats professionnels, auteur, en 1901, d’un livre consacré au Fédéralisme économique que le président du Conseil avait préfacé. Visiblement il n’envisageait pas que ce fût par le groupement en une confédération nationale unitaire des forces, innombrables autant que dispersées, du syndicalisme français que la classe ouvrière pût conquérir audience et puissance dans la cité. En revanche, il comprenait et décrivait avec lucidité les raisons historiques et politiques pour lesquelles la République, spontanément décentralisatrice, avait été conduite à suspendre la réalisation nécessaire de ce programme.

30 « J'entends bien que dans un pays d’obédience catholique soumis à la hiérarchie centralisée de l'Église romaine la nécessité d’y opposer le prestige et la force d'une hiérarchie laïque peut faire illusion aux plus sincères.

31 Quand toute la vie d’un pays dépend de ceux qui détiennent le pouvoir, chaque parti vit lui-même dans la crainte ou le désir perpétuel de se le voir arraché ou de le conquérir. [...] Donc imposons notre unité, de peur de nous en voir imposer une autre.

32 Reconnaissons-le : cette crainte correspond à des dangers trop réels, et à ce point de vue toute diversité est grosse d'incertitudes. Allons plus loin : tant que la centralisation subsistera, chacun de nous devra se préoccuper, au sein de son propre parti, d’assurer tant bien que mal la ligne de bataille, et, sous prétexte que la décentralisation serait préférable, il ne faut pas permettre à nos adversaires d’exercer contre nous la centralisation existante. [...]

33 Depuis vingt-huit ans que la République existe, elle passe son temps à se prémunir, à se défendre contre les fauteurs de réaction, dans l’incessante alternative ou de s’affaiblir en refusant à son pouvoir exécutif les prérogatives nécessaires, ou, si elle les lui accorde, de lui donner les moyens de l’étouffer.

  • 31 Cf. en complément, et pour mieux étayer la référence à Tocqueville, ces remarques de Thibaudet : « (...)

34 Tant qu’on s’obstinera à maintenir cette centralisation imbécile, les moins enthousiastes de l'omnipotence parlementaire seront forcés de reconnaître que celle-ci est encore le seul moyen pratique de sauvegarder le peu de République qu’aient bien voulu nous concéder les monarchistes honteux de 1875, de garder l'exécutif de tentations dangereuses et de donner quelque expression imparfaite aux doléances et aux vœux de nos régions. Tant que la centralisation durera, c’est par leurs représentants seuls que nos régions courbées sous sa tyrannie auront le moyen d’en tempérer les excès ; toute augmentation des pouvoirs de l'exécutif équivaudrait à la renforcer encore » 31.

  • 32 A. VARENNE, « L'Église d’abord », in L'Action, 27 juill. 1903, repris in La République et la décen (...)

35Cette analyse de premier ordre méritait, nous a-t-il semblé, une citation un peu longue, car elle nous instruit sur la forme républicaine de la fièvre obsidionale, si aiguë au tournant du siècle, sur cet état d’esprit qui consistait à la fois, depuis le 16 mai et l’ascension de Boulanger, à se défier de toute augmentation des pouvoirs de l’exécutif, et, depuis l’affaire Dreyfus, à identifier l’ennemi dans l’alliance du sabre et du goupillon. Dans sa réponse à Paul-Boncour, l’avocat et journaliste socialiste Alexandre Varenne le déclare sans ambages : « À l’heure présente, la décentralisation aurait pour effet de désarmer la République en présence de l'ennemi qui la guette. [...] Nous sommes convaincus, en effet, que la tâche urgente et primordiale du parti républicain est d’en finir avec l'Église ; que la démocratie a dans le prêtre éducateur et politicien son adversaire le plus redoutable et qu’il n’y a rien de sérieux à espérer pour l'avenir tant que cet obstacle n’aura pas disparu »32. Il n’est certes pas indifférent de rappeler qu’en 1919, l’auteur de ces lignes a fondé à Clermont-Ferrand le journal La Montagne, devenu aujourd’hui le quotidien où se reflète le mieux la variété des familles politiques et des traditions de l’Auvergne.

  • 33 Pour l’ensemble des citations de G. Clemenceau, cf. ibid., p. 157-164.
  • 34 G. WORMSER, La République de Clemenceau, Paris, PUF, 1961.

36L’on n’est guère surpris de voir Clemenceau lui prêter main forte et prétendre à son tour que le projet des monarchistes « est de décentraliser non la liberté, mais la réaction »33 : « La décentralisation, pour nous, c'est la création de foyers de liberté. Pour eux c’est la constitution d’enclaves romaines tenant garnison contre le droit libérateur de la République française. » Et d’opposer à la décentralisation de liberté une « décentralisation de servitude », par laquelle « communes ou provinces remettront la société civile sous le joug de l’Église, lui rendront ses « libertés » d’Ancien Régime qui n’ont, devant le droit commun, qu’un nom : le privilège. À la vérité, il ne doute pas que, dans un avenir dont il ne fixe pas le terme, « à mesure que se fortifiera chez nous la vie provinciale et communale – source de force pour le pays –, à mesure que se développera l'initiative individuelle, les pouvoirs politiques seront mis en demeure d’agrandir le champ des pouvoirs locaux et de laisser progressivement chaque région pourvoir à la gestion des intérêts régionaux, comme ta nation, dans son ensemble, règle souverainement tout ce qui est du domaine des intérêts nationaux. La République, ayant pour principe organique le droit dans la liberté, ne comporte pas d’autre solution au problème. » Il est donc tout à fait abusif de vouloir enserrer la pensée politique de Clemenceau, subtil mélange d’empirisme et de rigidité, dans l'habit étriqué du jacobin de caricature. « Pour l'homme, pour la nation, contre l’État », résumait justement le fidèle Georges Wormser34. « Je professe qu’il faut en finir avec la centralisation napoléonienne tombée aux mains d’un État anonyme de ronds-de-cuir où la routine tue toute initiative et toute responsabilité. Mais que le Temps y prenne garde, ce n’est pas moins qu’une révolution politique et sociale qu’il nous recommande. [...] Terrible, cette politique modérée qui, pour être contente, a besoin d’une révolution. » La personnalité – et les contradictions – de l'homme libre ne sont-elles pas visibles ici tout entières ?

37Car enfin le plus important, le décisif, dans cette profession de foi, demeure la conviction de devoir travailler avant tout à la consolidation d’un régime resté fragile. « La victoire de la République d’abord. Ensuite la libre discussion entre les républicains pour la substitution progressive des institutions démocratiques aux institutions de la monarchie. Voilà le programme général dont nous ne pourrions nous départir sans porter préjudice à la cause du droit républicain, et de la France elle-même qui ne peut attendre sa future grandeur que d’un retour à ses traditions révolutionnaires de justice et de liberté. » Qu’est-ce à dire, sinon que l’ancien maire de Montmartre, rentré au Parlement en 1902 comme sénateur du Var, gardait de sa méfiance envers un « vote rural » trop docile aux pouvoirs de l’Église et des notables ?

  • 35 J, PAUL-BONCOUR, op. cit., p. 30.

38Le débat ne portait donc pas sur les vertus de la décentralisation, reconnues de toutes parts, mais sur les conditions de sa mise en pratique. La première étape, celle de la reconnaissance des personnalités provinciales en raison de leur adhésion irréversible à l’État-nation démocratique, était à l’évidence acquise dès les premières décennies de la IIIe République. La seconde, celle de la descente de l'administration vers des masses désormais capables de l’exercer sans heurt avec l’intérêt national, identifié à celui du régime, pouvait quant à elle sembler avoir été classée « parmi les juvenilia du radicalisme », « reléguée au nombre des vieilles chimères, bonnes pour l’opposition, encombrantes au pouvoir »35.

39Encore importait-il de définir la nature, la valeur, la fonction des particularismes admis à l’expression, sinon au statut politique, dans la France républicaine. La IIIe République, dit Thibaudet, c’est la province.

  • 36 A. FRANCE, Histoire contemporaine, I, L’orme du mail, Œuvres complètes, XI, Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)

40Nuançons, en nous rappelant les paroles placées par Anatole France dans la bouche de l’abbé Lantaigne, qui n’aime pas la République « parce qu'elle est la diversité »36. Pour les régionalistes de gauche, au tournant du siècle, elle ne l'est pas assez, il faut qu’elle le devienne. « La seule unité qu'elle comporte — écrit encore Paul-Boncour —, c’est l'unité nationale de citoyens unis pour défendre contre tous les dogmatismes les droits de l'homme à choisir librement ses sentiments et ses idées, ses admirations et ses haines. Entendez-vous donc exclure de son libre choix la riche floraison dont il est redevable à ce “déterminisme superbe de la terre natale”, que saluait récemment en termes excellents un jeune socialiste, P.-L. Garnier ? »

41C’était là en effet le problème fondamental. L’universalité des droits de l’homme est-elle compatible avec le lien consubstantiel à la terre et aux morts ? Le « libre choix » ne doit-il pas exclure tout « déterminisme », par quelque force affective ou morale que celui-ci attache l’individu à son premier foyer ? Est-ce bien la nation qui doit primer, élargir, compléter jusqu’à faire oublier la race, ou est-ce le contraire ? La réponse la plus « moderne » à ces questions, nous ne la trouvons pas dans l’article de Paul-Boncour, mais dans celui qu'a publié en guise de réponse, dans la Petite République, l’un des chefs de file du groupe socialiste à la Chambre de 1898 à 1902, le député de l’Aisne Eugène Fournière.

42« Le provincialisme des conservateurs [...] n’est pas une expansion de l’individu dans l'humanité, mais une contraction. Dans le fédéralisme révolutionnaire, le groupe de catégorie, le groupe d’option tend à prendre le pas sur te groupe imposé par la nature des lieux et des choses, guette que devienne d’ailleurs ta mobilité de l’individu par la multiplicité et la facilité des moyens de communication. Dans le provincialisme ou régionalisme, le groupe est formé par la localité, la localité est enfermée dans l'esprit de race ou de clocher, et l'individu y est emprisonné, comprimé, persécuté, martyrisé, comme les institutrices auxquelles, en Bretagne, le boulanger ou le boucher refusent de vendre des vivres. [...]

  • 37 E. FOURNIÈRE, « Fédéralisme et nationalisme », in La Petite République socialiste, 29 juill. 1903, (...)

43 La raison révolutionnaire et la volonté scientifique nous affranchissent du groupe naturel, héréditaire, où veulent nous emmurer les prétendus sociologues du conglomérat nationaliste ou de l'exclusion antisémite, patriotes de toutes les petites patries archaïques où la pensée et l'action se réduisent aux dimensions du terroir »37.

44 Expansion, et non point contraction : l’idéal de Fournière s'oppose terme à terme à celui de Montégut. Si noircie qu’elle puisse paraître ici, la condition de l’institutrice publique illustre la fonction émancipatrice de l’école. Entre toutes les institutions établies ou consolidées par la République, l’école est assurément de celles qui ont le plus contribué à ce que la patrie, comme disait Tocqueville à la vue du fonctionnement de la démocratie américaine, « se fasse sentir partout », non pour avoir été en elle-même le produit d’une construction fédéraliste, mais pour avoir su elle aussi ménager l’étagement, la complémentarité des appartenances. L’école républicaine a puissamment aidé à la constitution d’une appartenance nationale équilibrée, à mi-chemin entre l’uniformité imposée par l’appareil des lois et des programmes officiels et le culte de la particularité pour elle-même, le « nationalisme de clocher » que Fournière apercevait dans le régionalisme.

45Son texte, d’autre part, nous aide à comprendre pourquoi l’alternative à la « contraction » traditionaliste fut seulement la crispation conservatrice des radicaux de gouvernement. Si le fédéralisme socialiste tel qu’il le définit ici fut condamné à demeurer une espérance et un combat, sans doute est-ce en raison des équivoques maintenues, dans la réalité des débats politiques, sous l’étiquette de régionalisme, dont usèrent à la fois, on le sait, des « réactionnaires » et des « progressistes ». Mais c’est aussi parce que, de 1870 à 1940, les forces politiques dominantes ont misé sur l’enracinement contre la révolution.

  • 38 Cf. par exemple les souvenirs de Pierre Jakez HÉLIAS, Le cheval d'orgueil, Mémoires d’un Breton du (...)
  • 39 M. AGULHON, La République, De Jules Ferry à François Mitterrand, 1880 à nos jours, Paris, Hachette (...)
  • 40 Cf. entre autres F. JEAN-DESTHIEUX, L’évolution régionaliste, Du Félibrige au Fédéralisme, préface (...)

46L’évolution du régime après 1918 s’en trouve bien sûr éclairée. Certes, la promiscuité des tranchées, le rapprochement soudain et prolongé des provinces et des classes a, pour beaucoup de « poilus » ruraux, précipité l’expérience de l’altérité aliénante, ce gui était encore une façon d’attester l'existence de fortes particularités locales38. S’il est aisé de comprendre pourquoi la guerre a généralisé la prise de conscience de l’utilité de bien connaître le français et de la valeur sociale du certificat d’études primaires, il n’en est pas moins juste d’admettre que pour nombre de survivants, elle avait préparé des lendemains propices à l’expression des différences régionales. Le repli sur les valeurs protectrices et menacées des coutumes rustiques répondait à la fois au rejet du patriotisme exterminateur, à la peur née d’une victoire si peu assurée d’elle-même, d’une paix si incertaine, à l’affaiblissement enfin du « vouloir-vivre national »39. Non seulement la diversité maintenue n’avait pas nui à la démonstration de l’unité, mais encore elle justifiait la rationalisation économique et administrative du territoire, réclamée et même annoncée, en juin 1917, par Étienne Clémentel, ministre du Commerce de 1915 à la fin de la guerre40.

  • 41 L. GISTUCCI, « La langue provençale et nos écoles primaires », 1920, cité in J.-F. CHANET, op. cit (...)

47Cet appel, dira-t-on, est resté sans portée pratique. Il y faut voir, précisément, un indice parmi d’autres du raidissement conservateur qui caractérise alors la culture politique des dirigeants français. La fin de non-recevoir opposée par Édouard Herriot aux revendications linguistiques des Alsaciens, l'immobilisme affiché par le ministre radical de l’Instruction publique Anatole de Monzie, dans sa circulaire du 14 août 1925 relative aux idiomes locaux, en apportent aussi d’éloquents témoignages. L’essentiel, pourtant, n’est pas là. « De principes plutôt que de faits, générale, malgré sa volonté de détailler », cette tendance permanente à la centralisation reste, ou plutôt, devient de plus en plus impuissante à empêcher la manifestation des particularismes. Nul interdit venu d’en haut n’a détourné, par exemple, Léon Gistucci, inspecteur d’académie du Var, de préconiser dans le Bulletin officiel de son département la défense de « la langue provençale » : « Nos vœux à nous sont pour la renaissance des études provençales, que Mistral rêva, à laquelle Bréal eût applaudi. Elles ne peuvent, ces études, si généralisées soient-elles, qu’aider par ces temps de vague trouble moral né de la guerre, à l’affermissement de l'amour de la grande Patrie, qui fit cette guerre et la gagna, parce qu'elle était une patrie »41.

  • 42 Thierry GASNIER, « Le local », op. cit., p. 518.

48En réalité, sous le prétexte irénique d’inventorier, afin de mieux les préserver, les caractères originaux de la variété qui est l'autre nom de la civilisation française, la République continue, s’efforce toujours davantage à mesure qu’elle décline, de jouer « la diversité régionale contre les tensions politiques et sociales »42. Relisons les belles paroles prononcées le 10 novembre 1939 par Jean Giraudoux, Commissaire général à l’Information, pour célébrer l’anniversaire de l'armistice, et reconnaissons-le : ce que nous y admirons, c’est pour une part la « beauté du mort ».

49« Pourquoi l'absence d’une seule province défigure-t-elle, amoindrit-elle à ce point la France, alors que d’autres nations peuvent garder, malgré la douleur d’une amputation, l'essentiel de leur esprit et de leur honneur ?

50 C’est que la France n'est pas « une » dans sa terre et dans sa race. Ce pays, hautement majeur, est fait de minorités.

  • 43 J. GIRAUDOUX, Alsace et Lorraine, allocution radiodiffusée du 10 nov. 1939, Paris, Gallimard, 1939 (...)

51 La nation française est la démonstration la plus éclatante de ce principe : que le mélange sur un sol des races les plus éloignées, amenées au hasard des invasions les plus diverses, installées au cours d'époques coupées de siècles, forme un ensemble plus qualifié qu'une race unique pour trouver dans leur intégrité et leur humanité les devises et les vertus de l'État civilisé »43.

  • 44 G. RODENBACH, Bruges-la-Morte, roman, 1892, rééd. Paris, Flammarion, 1978, p. 45.

52Nous ne prétendons certes pas que soit morte avec la débâcle « une certaine idée de la France ». Mais Vichy a discrédité une certaine idée de la province. Or notre temps, justement prompt à voir en elle un signe d’étroitesse et, sinon d’archaïsme ou de sénilité, à tout le moins d’incomplétude, incertain, d'autre part, des nouveaux équilibres politiques, économiques et sociaux que commandent à la fois une régionalisation inachevée et une construction européenne hypothétique, entretient avec elle des relations où la curiosité n'exclut jamais la nostalgie. Osons dire plus : la résurrection des diversités est devenue, en même temps qu’objet légitime de recherche « scientifique », œuvre civique, dont le détournement à caractère et à usage « touristique » met en lumière l’ambivalence, la mutabilité de l'appartenance-gigogne au pays. Mais nous nous aventurons loin des limites de notre étude. Georges Rodenbach a écrit tout un petit roman, son célèbre Bruges-la-Morte, pour montrer que « la ressemblance est la ligne d'horizon de l'habitude et de la nouveauté »44. Dans la France où la République a réussi à s’enraciner, la particularité, contribuant, fût-ce sur le mode de l'effusion poétique ou de l’esprit de clocher, à la richesse et à l’intégrité de la nation, non aux tensions et tentations sociales séparatistes fut la ligne d’horizon de la réforme et de la tradition ; la variété, demeurait ainsi harmonie.

Notes

1 A. ARMENGAUD, « Enseignement et langues régionales au XIXe siècle. L’exemple du Sud-Ouest toulousain », in Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, Actes du colloque de Strasbourg, 11-13 oct. 1974, publiés par Christian Gras et Georges Livet, Paris, PUF, 1977, p. 265.

2 Cf. C. BERTHO, « L'invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », in Actes de la recherche en sciences sociales, no 35, L'identité, nov. 1980, p. 45-62 ; Ethnologie française, t. 18, no 3, Régionalismes, juill.-sept. 1988 ; A.-M. THIESSE, Écrire la France, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, coll. « Ethnologies », 1991.

3 Cf. en particulier J. et M. OZOUF, « Le Tour de la France par deux enfants, le petit livre rouge de la République », in Les lieux de mémoire, sous la dir. de P. Nora, Paris, Gallimard, « Bibliothèque illustrée des histoires », I, La République, 1984, p. 291-321 ; A. CORBIN, « Paris-province », ibid., III, Les France, 1, Conflits et partages, 1992, p. 777-823 ; M. AGULHON, « Le centre et la périphérie », ibid., p. 825-849 ; J. REVEL, « La région », ibid., p. 851-883 ; M. RONCAYOLO, « Le département », ibid., p. 885-929 ; T. GASNIER, « Le local », ibid., 2, Traditions, p. 462-525 ; Ph. MARTEL, « Le Félibrige », ibid., p. 567-611.

4 M. OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national : fédérations, fédéralisme et stéréotypes régionaux », L'école de la France, Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1984, p. 27.

5 Cf. Valmy. La démocratie en armes, présentée par Jean-Paul Bertaud, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1970, et Louis DUMONT, L'idéologie allemande, France-Allemagne et retour, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1991, p. 263.

6 « Certes les hommes de la révolution établissaient aisément dans leur esprit une distinction entre la patrie et le passé ; mais, comme la distinction n’était pas fondée sur la nature, le mot survécut, tandis que la chose recevait une atteinte mortelle. Qu’importe que vous prétendiez épargner un tout, si vous attaquez successivement chacune de ses parties ? qu'importe que vous prétendiez respecter un nom, si vous faites dérision et mépris de toutes les choses qu’il exprime ? » ; É. MONTÉGUT, « La démocratie et la révolution. Les transformations de l'idée de patrie », in Revue des Deux Mondes, 15 nov. 1871, p. 421-423 et 436. L’auteur a repris cette étude dans le recueil de ses Libres opinions morales et politiques, 2e éd., Paris, Hachette, 1888.

7 F. BUISSON, discours à la distribution des prix aux élèves des cours d'adultes de l’Association philotechnique de Montmorency, 22 mai 1881, Conférences et causeries pédagogiques, Paris, Musée pédagogique et Bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, aux bureaux de la Revue pédagogique, 1888, p. 49-50.

8 M. CRUBELLIER, L’école républicaine. 1870-1940, Paris, Éd. Christian, coll. « Vivre l’histoire », 1993, p. 31 sq.

9 Baron de RAVIGNAN, délibération du Sénat sur la proposition de loi Paul Bert, 17 juill. 1879, in Manuel général de l'instruction primaire, 1879, no 32, p. 384.

10 M. AGULHON. « Plaidoyer pour les Jacobins. La gauche, l’État et la région dans la tradition historique française », in Le débat, no 13, juin 1981, p. 62.

11 Cf. J.-F. CHANET, L'école républicaine et les petites patries, Enseignement primaire et sentiment d’appartenance en France sous la IIIe République (1879-1940), thèse de doctorat, université de Paris-I, 1994, t. 1, p. 54-55.

12 E. RENAN, La Réforme intellectuelle et morale, 1871, Œuvres complètes, éd. définitive établie par Henriette Psichari, t. I, Paris, Calmann-Lévy, 1947, p. 389.

13 L.-X. de RICARD, président de la Fédération régionaliste française (1900-1904), in Le Figaro. 4 août 1903, repris in J. PAUL-BONCOUR et Ch. MAURRAS, La République et la décentralisation, Un débat de 1903, préface de Charles Bellet, Toulouse, Société provinciale d’édition, « Bibliothèque de propagande régionaliste », no 3, s. d. [1905], rééd. Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1923, p. 176.

14 Rappelons que parmi les dix-neuf auteurs du Projet de décentralisation figuraient aussi bien des monarchistes catholiques que des républicains francs-maçons. Cf. Odette VOILLIARD, « Autour du Programme de Nancy (1865) », in Régions et régionalisme..., op. cit, p. 287-302.

15 G. CLEMENCEAU, « Les modérés et la décentralisation », in L'Aurore, 31 juill. 1903, repris in J. PAUL-BONCOUR et Ch. MAURRAS, La République et la décentralisation, op. cit., p 156-157.

16 Cité par Jean ROHR, « L’idée de la décentralisation dans la pensée politique française », in Vertus et limites de la décentralisation, colloque des 2 et 3 mai 1985, Université de Clermont-Ferrand, Les Cahiers du droit public, 1985, p. 29-30.

17 A. de TOCQUEVILLE, « Manchester, 3 juill. 1835. Centralisation », Voyages en Angleterre, Irlande, Suisse et Algérie, Œuvres complètes, t. V, texte établi et annoté par J.-P. Mayer et A. Jardin, avertissement de J.-P. Mayer, Paris, Gallimard, 1958, p. 83. L’on se rappelle que, dans son Histoire sincère de la nation française, Charles Seignobos s’est proposé de « décrire l'adaptation à la démocratie française du régime parlementaire anglais » ; Ch. SEIGNOBOS, Histoire sincère de la nation française, Essai d'une histoire de l’évolution du peuple français, Paris, PUF, 1ère éd. 1933, 8e éd., coll. « Quadrige », 1982, p. 11.

18 Ch. MAURRAS, « Que la République ne peut pas décentraliser », in La Gazette de France, 30 et 31 juill. 1903, repris in La République et la décentralisation, op. cit., p. 94.

19 M. OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national... », op. cit., p. 53-54.

20 « Œuvre politique de la Monarchie, notre France, sans monarchie, est, vous le voyez bien, menacée d'étouffer ou de se rompre en trente-six morceaux » ; André BUFFET, cité par Ch. MAURRAS, op. cit., p. 102.

21 A. THIBAUDET, Mistral, ou la République du soleil, Paris, Hachette, coll. « Le passé vivant », 1930, p. 138-139.

22 Ibid., p. 229-230.

23 Cf. J.-F. CHANET, op. cit., p. 688-693 et 704-728.

24 A. THIBAUDET, op. cit., p. 209-211 et 231.

25 M. LAGRÉE, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 241-242. Cf. ensuite J.-M. MAYEUR, L'abbé Lemire, 1853-1928. Un prêtre démocrate, Tournai, Casterman, 1968, p. 304.

26 Cf Ch. MAURRAS, op. cit., p. 80, et Jean TOUCHARD, « Le nationalisme de Barrès », in Maurice Barrés, actes du colloque de Nancy, 22-25 oct. 1962, Nancy, Annales de l’Est, mémoire no 24, 1963, p. 161-173.

27 Cf. en particulier D. HALÉVY, La République des comités, Essai d'histoire contemporaine (1895-1934), Paris, Grasset, coll. « La Cité française », 1934, p. 26.

28 A. THIBAUDET, op. cit., p. 223, et aussi La République des professeurs, Paris, Grasset, coll. « Les Écrits », 1927, p. 106-112.

29 Ch. BELLET, préface à La République et la décentralisation, op. cit., p. 5-16 pour l’ensemble de ces citations.

30 Pour l'ensemble des citations suivantes de cet article, cf. La République et la décentralisation, op. cit., p. 24-26, 30 et 35-38.

31 Cf. en complément, et pour mieux étayer la référence à Tocqueville, ces remarques de Thibaudet : « Tocqueville voyait dans le suffrage universel une force conservatrice. En tout cas, les cadres du suffrage universel sont des cadres conservateurs. Les comités radicaux et socialistes, à l’intérieur des partis, fonctionnent plus encore comme freins que comme moteurs [...] Ils marquent un retard sur les individus. Dans l’horlogerie politique, ils ressemblent davantage au Sénat qu’à la Chambre, ils sont les sénaticules de la petite démocratie locale. [... ] Les cadres ont leurs travers et leurs ridicules. Mais il faut reconnaître en eux la respiration même d'une démocratie. Ils sont seuls, avec la presse, à représenter le citoyen contre l'État, à constituer une puissance organique de contrôle, autre que cette poussière de puissance qu’est le bulletin de l'urne. Le comité, c'est le contrôlé, ou, si l'on veut, une part de contrôle, un peu de contrôlé. L’anticomitard parisien fait plus ou moins le lit du césarisme. » (A. THIBAUDET, Les idées politiques de la France. Paris, Stock, 1932, p. 140-141 et 151-152.)

32 A. VARENNE, « L'Église d’abord », in L'Action, 27 juill. 1903, repris in La République et la décentralisation, op. cit., p. 130-133.

33 Pour l’ensemble des citations de G. Clemenceau, cf. ibid., p. 157-164.

34 G. WORMSER, La République de Clemenceau, Paris, PUF, 1961.

35 J, PAUL-BONCOUR, op. cit., p. 30.

36 A. FRANCE, Histoire contemporaine, I, L’orme du mail, Œuvres complètes, XI, Paris, Calmann-Lévy, 1927, p. 145.

37 E. FOURNIÈRE, « Fédéralisme et nationalisme », in La Petite République socialiste, 29 juill. 1903, repris in La République et la décentralisation, op. cit., p. 150-152.

38 Cf. par exemple les souvenirs de Pierre Jakez HÉLIAS, Le cheval d'orgueil, Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris, Plon, coll. « Terre humaine », 1975, p. 214-217, ou la belle étude de Gérard BACCONNIER, André MINET et Louis SOLER, La plume au fusil, Les poilus du Midi à travers leur correspondance, Toulouse. Privat, coll. « Le Midi et son histoire », 1985.

39 M. AGULHON, La République, De Jules Ferry à François Mitterrand, 1880 à nos jours, Paris, Hachette, coll. « Histoire de France », 5, 1990, p. 206.

40 Cf. entre autres F. JEAN-DESTHIEUX, L’évolution régionaliste, Du Félibrige au Fédéralisme, préface de Charles Le Goffic, Paris, Éd. Bossard, 1918, p. 29 et 123 sq.

41 L. GISTUCCI, « La langue provençale et nos écoles primaires », 1920, cité in J.-F. CHANET, op. cit., p. 741.

42 Thierry GASNIER, « Le local », op. cit., p. 518.

43 J. GIRAUDOUX, Alsace et Lorraine, allocution radiodiffusée du 10 nov. 1939, Paris, Gallimard, 1939, p. 8-9.

44 G. RODENBACH, Bruges-la-Morte, roman, 1892, rééd. Paris, Flammarion, 1978, p. 45.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540