Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Perspective générale

Remarques sur l’étranger au haut Moyen Âge

Régine Le Jan

Texte intégral

1Il ne peut être question d'aborder ici tous les aspects et tous les problèmes posés par l'étrangeté et l'étranger au Moyen Âge, même en se limitant à la période du haut Moyen Âge. Je m'en tiendrai donc à quelques remarques sur la perception de l'étrangeté et sur les comportements à l'égard des étrangers, en commençant par une définition lexicographique et conceptuelle de l'étrangeté.

1. Approche lexicographique et conceptuelle de l'étrangeté

2Le terme le plus couramment utilisé dans les textes latins du haut Moyen Âge pour désigner l'étranger est peregrinus qui a finalement donné le français pèlerin. Dans son acception classique, peregrinus qui vient de per ager désigne effectivement l'étranger. Avant l'édit de Caracalla qui, en 212, a concédé à tous les provinciaux les droits de la citoyenneté romaine, il désignait aussi ceux qui, en tant qu'étrangers, ne jouissaient pas de la citoyenneté pleine et entière. D'une certaine manière, l'acception juridique du vocable se retrouve au haut Moyen Âge, puisque l'étranger, le peregrinus, ne relève pas de la juridiction publique ordinaire et qu'il est donc nécessaire de lui appliquer un droit particulier ou de le protéger.

3Cependant, le terme étranger a finalement donné pèlerin en français. Comment le glissement sémantique s'est-il produit ? Dans le latin classique, si le terme peregrinus signifie étranger, le verbe peregrinor désigne à la fois celui qui voyage à l'étranger, qui va en pays étranger, qui séjourne à l'étranger, la peregrinatio est le voyage à l'étranger et le séjour à l'étranger. On trouve donc ici l'idée du séjour dans un pays étranger et celle du voyage dans un pays étranger. De là le glissement sémantique qui s'est produit. Au haut Moyen Âge, le peregrinus, c'est l'étranger, mais c’est aussi le voyageur, celui qui quitte son pays pour aller à l'étranger ; la peregrinatio, c'est le voyage qu'il accomplit hors de chez lui. Le pèlerin est un voyageur un peu particulier, mais un voyageur quand même. Son voyage a un but pénitentiel, sa destination est le tombeau d'un saint. La multiplication des voyages pour le Christ, pregregrinationes pro Christi, explique que le mot peregrinatio en soit venu à désigner le pèlerinage.

  • 1 Capitula per missos cognita facienda, 803/813 c.4, Boretius-Krause éd., Monumenta Germanie Histori (...)

4L'idée de voyage, de mobilité, de déplacement se retrouve également dans le vocable adventicius qui signifie celui qui arrive d'ailleurs1. Aux peregrini transeuntes, adventicii s'adjoignent les marchands étrangers, mercatores de diverses nationalités.

5Le terme latin extraneus d'où vient notre mot étranger désigne également en latin classique celui qui vient de l'extérieur, qui est étranger à la famille. Cependant, s'il a donné le français étranger, il est aussi à l'origine d'étrange, différent, incompréhensible. On retrouve cette notion de différence dans alienus, terme latin fréquemment utilisé pour désigner l'Autre, celui qui est extérieur, qui n'appartient pas à la communauté.

6Cette brève enquête lexicographique montre toute l'ambiguïté de la notion d'étranger. Il convient donc de définir les différents niveaux de l'étrangeté.

  • 2 F. L. GANSHOF, « L'étranger dans la monarchie franque », L'étranger, Recueil de la Société Jean Bo (...)

7On peut s'en tenir à la définition juridique, comme l'a fait en 1958 François-Louis Ganshof dans un article resté célèbre sur l'étranger dans la monarchie franque. Il définit l'étranger comme celui qui n'est pas soumis à l'autorité personnelle du roi, parce que, venu d'ailleurs, il n'est pas libre, ou qu'il relève d'un autre roi, ou qu'il n'est pas fixé à demeure dans le royaume franc2.

8Cette définition permet d'appréhender plusieurs catégories d'étrangers, mais elle est réductrice car elle ne prend pas en compte les formes d'étrangeté qui échappent au cadre juridique, - l'étranger à la famille, l'étranger à la communauté villageoise, l'étranger à lapatria... -, elle ne permet pas davantage de comprendre les réactions, les comportements à l'égard des étrangers. Il faut donc partir d'une autre définition, plus floue, plus culturelle, celle qui ressort des mots. L'étranger, c'est d'abord l'Autre, l'alienus, celui qui est différent. Il se définit toujours par rapport à une communauté de référence qui est la communauté normative. Il n'appartient pas à cette communauté, on ne l'identifie pas à elle. Comment cette différence est-elle perçue ?

2. La perception de la différence

9La différence étant affaire d'identité culturelle, elle se perçoit de l'extérieur.

10A la périphérie de l'étrangeté, il y a l'étranger que l'on identifie comme tel à son costume, à sa langue, à ses coutumes.

  • 3 PAUL DIACRE, Histoire des Lombards IV, 22, trad. F. Bougard, Turnhout, Brepols, 1994, p. 85.

11Le costume est facteur d'identité, de cohésion, il joue un rôle fondamental dans la définition de la communauté. Celui qui ne porte pas le costume national est d'emblée perçu comme un étranger. Paul Diacre décrit dans l'Histoire des Lombards le costume des anciens Lombards : « Ils se rasaient ta nuque jusqu'à l'occiput et, devant, laissaient pendre les cheveux jusqu'à hauteur de la bouche, en les séparant par une raie au milieu du front ; ils portaient des vêtements larges, en lin pour l'essentiel comme ceux des Anglo-Saxons, ornés sur les bords de bandes assez larges tissées dans des couleurs variées ; leurs chaussures étaient ouvertes presque jusqu'au bout du gros orteil et maintenues par des lacets de cuir croisés. Par la suite, ils se mirent à porter des chausses par dessus lesquelles, lorsqu'ils étaient à cheval ils mettaient des guêtres de laine - mais c'est une habitude qu'ils avaient prise aux Romains »3.

12L'acculturation, ici l'assimilation, est donc passée par l'adoption des vêtements romains.

  • 4 EGINHARD, Vie de Charlemagne c.23, éd. et trad. L. Halphen, Paris, Les Classiques de l'Histoire de (...)

13Eginhard rapporte également que Charlemagne « portait le costume national des Francs : sur le corps, une chemise et un caleçon de toile de Un ; par dessus, une tunique bordée de soie et une culotte ; des bandelettes autour des jambes et des pieds ; un gilet en peau de loutre ou de rat lui protégeait en hiver les épaules et la poitrine ; il s'enveloppait d'une saie bleue et avait toujours suspendu au côté un glaive dont la poignée et le 6audrier étaient d'or ou d'argent... Mais il dédaignait les costumes des autres mitions (peregrina indumenta), même les plus beaux et, quelles que fussent les circonstances, se refusait à les mettre ».4

  • 5 ERMOLD LE NOIR, Poème sur Louis le Pieux vers 2278, éd. et trad. E. Faral, Paris, Les Classiques d (...)

14L'adoption d'un nouveau costume est donc une forme d'adhésion à un nouveau système de valeurs. C'est pourquoi lorsqu'en 826, le roi danois Harold vient à la cour de Louis le Pieux se faire baptiser avec sa suite, on fait revêtir aux Danois des habits à la mode franque5.

  • 6 ERMOLD le NOIR, op.cit., vers 399, p. 35 ; vers 446, 468 p. 38 ; PAUL DIACRE, op.cit., vers 400, 4 (...)

15L'étranger pratique parfois une autre religion, il est alors l'Infidèle, le non-chrétien, le barbare païen ou arien au Ve siècle, le Juif, le Danois ou le Maure à l'époque carolingienne. Son aspect physique est alors souvent perçu comme le reflet extérieur de la différence religieuse. Lorsqu'Ermold le Noir relate la prise de Barcelone par Louis le Pieux, il insiste donc sur le teint des Infidèles, leur sombre visage, leurs poings noirs, leurs cheveux bruns6. En définitive, l'étranger qui se définit par son costume, ses mœurs, sa langue, sa religion, est celui qui n'appartient pas à la même aire culturelle.

16Mais l'étrangeté transcende ce critère par le biais du lieu de naissance qui intervient comme autre facteur de différenciation.

  • 7 P. TOUBERT, « La part du grand domaine dans le décollage économique de l'Occident (VIIIe-Xe siècle (...)
  • 8 P. BONNASSIE, « La croissance agricole du Haut Moyen Âge dans l'Espagne du Nord-Ouest et la Gaule (...)

17À l'échelon local, sont considérés comme étrangers ceux qui sont nés ailleurs, dans une antre région ou même dans un autre village, même s'ils sont installés à demeure. Ceux-là sont nombreux car, quoi qu'on en pense souvent, la société du haut Moyen Âge se caractérise par une forte mobilité des hommes et des familles : les agents du roi, hauts fonctionnaires ou vassaux royaux francs installés en Italie, en Frise, en Saxe ou en Aquitaine pour tenir les régions conquises, les Saxons déportés par Charlemagne en Francie ou plus simplement les jeunes ménages installés sur de nouvelles tenures, aux marges des domaines7, les esclaves en fuite qui défrichent et colonisent les vallées catalanes8, tous ceux-là sont des étrangers....

  • 9 A. WEINER, Inalienable Possessions, University of California Press, 1992.

18À partir du VIIe siècle, on voit également émerger la notion de patria. Il ne s'agit pas d'un concept ethnique, comme la gens ou le populus du très haut Moyen Âge, mais d'un concept territorial. La patria, lieu de naissance des Aquitanii, des Burgundiones ou des Franci, est un de ces biens communs inaliénables qui cimentent la cohésion d'un groupe9.

  • 10 R. LE JAN, « L'aristocratie lotharingienne : structure interne et conscience politique », Lotharin (...)
  • 11 R. LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc VIIe-Xe siècle. Essai d'anthropologie sociale, P (...)
  • 12 Gesta episcoporum Cameracensium, éd. Bethmann, M.G.H. SS.VII, I, c. 93, p. 439.
  • 13 RICHER, Histoire de France, éd. et trad. R. Latouche, Paris, Les Classiques de l'Histoire de Franc (...)
  • 14 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., op.cit., p. 138.

19Aux VIIIe et IXe siècles, la patria des aristocrates francs s'étale largement de la Loire au Rhin, au cœur de l'espace franc10. Les frontières de 843 qui séparent ensuite la Francia en deux, déterminant une Francie occidentale et une Lotharingie, ne correspondent alors à rien de profond et pour les rois carolingiens du Xe siècle, obsédés par le désir de reprendre pied à Aix-la-Chapelle et à Metz, elle reste purement artificielle. Néanmoins, à la fin du IXe -début du Xe siècle, un basculement fondamental se traduit par la consolidation idéologique des royaumes nés de l'empire carolingien. Tandis que la montée du pouvoir aristocratique conduit à l'apparition des principautés territoriales en Francie et des duchés en Allemagne, chaque royaume devient un bien commun, indivisible et inaliénable qu'il n'est plus question de partager ni de donner à un prince qui n'en soit pas issu11. La patria s'identifie progressivement à la couronne et dans son extension maximale, elle en vient à s'étendre au royaume, ce dernier étant formé d'un conglomérat de principautés et de duchés, en d'autres termes de petites patriae. À la fin du Xe siècle, pour les Francs qui vivent en deçà de l'Escaut, la patria s'arrête aux frontières du royaume et les Lotharingiens sont devenus des étrangers, même si les anciennes solidarités familiales sont encore vivaces, si de multiples alliances viennent les conforter, si elles servent encore à consolider les positions ou à assurer la sécurité des lignages. On continue à chercher refuge dans le royaume voisin, auprès des parents et des amis12, mais il n'est plus question de partager le pouvoir avec eux : en 920, les grands de Francie occidentale abandonnent le roi Charles le Simple parce qu'il leur préfère Haganon, à qui ils reprochent ses origines médiocres13. En réalité, ils n'acceptent pas que le roi ait pour favori un étranger, en d'autres termes un Lotharingien, même si Charles le Simple est à ce moment-là roi de Lotharingie14.

  • 15 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 9, M.G.H. Capit. I, no 46, p. 131.

20Enfin il y a ceux qui ne font que passer, comme les pèlerins, ou les marchands qui circulent le plus souvent en groupes. Voyagent aussi les marginaux et les errants qui paraissent avoir été tellement nombreux qu'on a cherché à les recenser et à les fixer15, les aristocrates qui circulent entre les différents points d'ancrage de leur groupe familial.

21Il y a donc plusieurs sortes d'étrangers et les réactions qu'ils suscitent sont éminemment variables, selon que l'étranger présente ou non un danger pour la communauté et selon que le contact se fait à l'extérieur ou l'intérieur de la patria.

3. De la curiosité à la xénophobie

  • 16 TACITE, La Germanie, éd. et trad. J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 1983.
  • 17 EGINHARD, op.cit, c. 7, p. 22-23.

22Lorsque le contact avec les peuples étrangers se fait à l'occasion d'un voyage, la description qu'on en fait s'apparente parfois à un récit ethnologique, comme Tacite le fit au Ier siècle, lorsqu'il écrivit la Germania16. Mais la plupart du temps, il faut combattre ces peuples et les soumettre. Ils suscitent alors tout naturellement l'hostilité. Multiforme, l'hostilité trouve sa justification dans l'opposition religieuse : à propos de la guerre de Saxe, Eginhard écrit dans la Vie de Charlemagne : « Aucune ne fut plus longue, plus atroce, plus pénible pour le peuple franc. Car les Saxons, comme presque toutes les nations de Germanie, étaient d'un naturel féroce ; ils pratiquaient le culte des démons, se montraient ennemis de notre religion et ne voyaient rien de déshonorant à violer ou transgresser les lois divines ou humaines ».17

  • 18 ERMOLD le Noir, op. cit., vers 450-530, p. 40-43.
  • 19 Ibid., vers 555-571, p. 43-45.
  • 20 Ibid., vers 1296-1310, p. 100-103.

23Ermold le Noir est plus indulgent pour les Maures. Pour lui, ces infidèles qui ne connaissent pas le Christ et qui refusent d'adhérer à la religion chrétienne ne manquent ni de fierté ni de valeur guerrière. Lors du siège de Barcelone, conduits par un chef courageux, Zado18, ils combattent jusqu'à ce qu'épuisés par le siège, ils soient obligés de s'incliner devant la supériorité des Francs à qui ils ouvrent finalement les portes de la ville19. Il en va tout autrement des Bretons : « Cette nation, perfide et insolente, écrit Ermold, a toujours été rebelle et dénuée de bons sentiments. Traîtresse à sa foi, elle n'est plus chrétienne que de nom : car d'œuvres, de culte, de religion, plus de trace. Nul égard pour les enfants, ni pour les veuves, ni pour les églises ; le frère et la sœur partagent le même lit ; le frère prend l'épouse du frère ; tous vivent dans l’inceste et dans le crime. Ils habitent les bois et installent leurs couches dans les fourrés ; ils vivent de rapt, semblables à des bêtes sauvages. Chez eux n'existe nul asile pour la justice, et les règles du droit sont bannies ».20

  • 21 Ibid., vers 1316, p. 102.

24Ermold ne reconnaît à ce peuple étranger, peregrina gens21, conduit par un roi faible, soumis à sa femme et porté sur la boisson, aucune des qualités qu'il prête aux Maures. Cette attitude n’est pas nouvelle. Elle explique le parti-pris de Grégoire de Tours en faveur des Francs païens et son aversion pour les Goths ariens. À la périphérie de l'étrangeté, le critère religieux est déterminant, il conduit à préférer le païen au chrétien hérétique ou au pseudochrétien.

  • 22 EGINHARD, op.cit., c. 21, p. 64-65.
  • 23 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., op.cit., p. 85-86.

25À l'intérieur de la patria, quelle est l'attitude à l'égard des voyageurs, des ambassadeurs, des missionnaires, des pèlerins et des marchands ? Certains d'entre eux sont accueillis avec beaucoup de générosité. On sait que Charlemagne « aimait les étrangers et (qu') il les accueillait avec beaucoup d'égards ». On peut citer parmi eux l'anglo-saxon Alcuin, l'espagnol Théodulfe, les italiens Pierre de Pise, Paul Diacre et beaucoup d'autres. Malgré la charge que cet accueil représentait pour le palais et le royaume, Eginhard ajoute qu'il « avait assez de grandeur d'âme pour ne pas s'en montrer affecté et pour trouver dans la réputation de largesse le bon renom que cette attitude lui valait une compensation à tous ses ennuis »22. C'est que la largesse fonde la supériorité royale, qu'elle fait partie intégrante de l'éthique royale mais aussi aristocratique. L'accueil des étrangers au palais ou dans la domus noble, leur séjour, les banquets organisés en leur honneur, participent an système de représentation que la société aristocratique se fait d'elle-même23.

  • 24 JONAS de BOBBIO, Vita Columbani, éd. Krusch, M.G.H. SSRM in usum scholarum, Hanovre, 1905, I, 22, (...)
  • 25 Vita Geretrudis, éd. Krusch, M.G.H. SSRM. 2, p. 455.
  • 26 Virturtes Fursei, éd. Krusch, M.G.H. SSRM. IV, p. 447.
  • 27 Sur les banquets comme rite de pacification et d'échange, voir K. LEYSER, « Ritual, Zeremonie und (...)

26On ne compte plus les missionnaires qui, au VIIe siècle, ont été accueillis par les aristocrates : saint Colomban fut reçu dans la maison de l'illustre Autharius, père de saint Ouen. Il alla ensuite près de Meaux, chez l'illustre Chagnoald et son épouse Leudegunde24. Eustase, disciple de Colomban et premier abbé de Luxeuil, séjourna un moment dans la villa du duc Gunduin, à Mosa. Saint Amand, un aquitain venu évangéliser les contrées du nord-est de la Gaule, séjourna dans la maison de Pépin Ier, maire du palais d'Austrasie25. Le maire du palais de Neustrie Erchinoald accueillit chez lui l'Irlandais Fursy26... De telles pratiques confortaient les positions sociales des aristocrates, tout comme les banquets auxquels étaient conviés les étrangers de marque27.

  • 28 Sur la mission en Angleterre, voir A. ANGENENDT, « The conversion of the anglo-saxons considered a (...)

27Néanmoins, il s'en fallait de beaucoup pour que tous les étrangers fussent considérés et accueillis avec autant d'égard. Bien au contraire, le sentiment profond qui semble se dégager des lois ou des récits est une agressivité plus ou moins rentrée. La première mission d'Augustin auprès des Anglo-Saxons se solda par un échec, puisque le missionnaire ne parvint même pas au nord de la Gaule. Lors de sa deuxième expédition, il prit donc soin d'obtenir des sauf-conduits de la reine Brunehaut et de s'entourer d'interprètes, en d'autres termes il avait des protections28.

  • 29 R. LE JAN, Famille et pouvoir, op.cit., p. 389-392.
  • 30 Ibid., p. 392-393.

28La société du haut Moyen Âge étant une société segmentaire, la nécessité de la protection est vitale, c'est une condition de la survie. L'étranger isolé doit donc obligatoirement s'assurer une protection efficace. C'est ainsi que les voyages de Colomban et de ses disciples, leurs séjours et donc leurs missions, ne furent pas le fait du hasard, mais qu'ils s'appuyèrent au contraire sur le soutien logistique d'un groupement de parenté formé par un certain nombre de grandes familles aristocratiques alliées entre elles29. Il est possible que l'action de saint Amand dans le nord-est de la Gaule se soit appuyé sur un autre de ces groupements30.

  • 31 Capitulare missorum generale no 33, 802, c. 27, op.cit., p. 96 : « Precipimusque ut in omni regno n (...)
  • 32 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 9, M.G.H. Capit. I, no 46, p. 131.

29Les portes se fermaient devant ceux qui ne disposaient pas d'un tel soutien. Si l'on rappelait incessamment à tout un chacun et aux clercs en particulier que les pauvres, les errants, les pèlerins avaient droit à l'hospitalité, c'est que celle-ci leur était fréquemment refusée. Il fallait leur fournir un toit, un foyer, de l'eau31 pour les empêcher d'aller mendier ailleurs : « Quant aux mendiants qui courent le pays, nous voulons que chacun nourrisse ses pauvres ou sur les revenus de son bénéfice ou sur ceux de sa famille, sans les laisser aller mendier ailleurs ».32.

  • 33 Sur la protection royale, voir F. L. GANSHOF, « L'étranger... », art.cit., p. 19-31.
  • 34 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 5, M.G.H., I no 46, p. 131.
  • 35 Lex Baiowariorum, M.G.H. LL. V.2, p. 335-336.
  • 36 « ...cum pace sim perturbatione ut vadeant suo itimre, secum necessaria portantes... », Alcuini epi (...)
  • 37 Capitulare missorum generale no 33, op. cit., M.G.H. Capit. I; no 33, c. 27.
  • 38 Voir par exemple le serment de paix de Verdun-sur-le-Doubs (1021-1022) dans Sources d'histoire méd (...)

30Les risques et dangers menaçaient de toute part. Les capitulaires francs ou les lois anglo-saxonnes s'efforcèrent de protéger les voyageurs, marchands ou pèlerins qui se rendaient sur les tombeaux des saints en leur accordant la protection royale ainsi que des mesures particulières comme les exemptions de tonlieux33 ou une protection en justice34. Ces lois nous aident à préciser les comportements des autochtones à l'égard des voyageurs : la loi des Bavarois, mise par écrit vers 744 mais reprenant sur ce point un édit mérovingien perdu (VIIe siècle) interdit de voler l'étranger, de le blesser, de le tuer ou de le vendre comme esclave35. L'étranger risquait donc des atteintes contre ses biens (vol), mais également contre sa personne (blessures, meurtre, réduction en esclavage). N'imaginons pas qu'il s'agissait de pratiques peu courantes ou limitées à l'époque mérovingienne. Les capitulaires carolingiens luttent contre ces mêmes pratiques, ce qui prouve que les mentalités n'avaient guère changé. L'étranger restait un individu menacé, une proie d'autant plus tentante qu'il était isolé : en 796, Charlemagne s'engage par écrit auprès du roi Offa de Mercie à protéger les pèlerins anglo-saxons se rendant à Rome, de sorte qu'ils puissent circuler en paix, sans dommage, avec tout leur bagage36. Le grand capitulaire programmatique de 802 reprend les mêmes interdictions : il interdit de réduire en esclavage les étrangers se déplaçant dans l'empire, de les vendre ou de les aliéner sous peine de mort37. Tout cela rappelle étrangement les serments de paix de la fin des Xe et XIe siècles qui contiennent des articles protégeant les marchands, les pèlerins, les voyageurs avec leurs biens des attaques des milites38... On voit que la violence à l'égard des étrangers était un phénomène ancien, sinon structurel. Bien que jouissant de la protection royale, les étrangers ont toujours été menacés.

  • 39 LIUDGER, Vita Liudgeri, M.G.H. SS. II, p. 403-419.
  • 40 Sur les mécanismes de compromis, voir The Seulement of Disputes in Early Medieval Europe, W. Davie (...)

31L'hostilité à l'égard des étrangers, les risques qu'ils encourent au cours de leurs voyages ou lorsqu'ils résident en pays étranger, expliquent qu'ils aient circulé en groupe, pour mieux se défendre, ce qui engendre en retour des réactions de xénophobie. Les missionnaires des VIIe et VIIIe siècles allaient à plusieurs, comme les pèlerins ou les marchands. Rimbert raconte dans la vie du frison Liudger que le jeune homme fit le voyage de Frise en Angleterre avec des marchands qui se rendaient à York pour y commercer. Plus loin, le récit éclaire les conditions de vie des Frisons vivant à York. Les marchands frisons y forment une petite colonie de gens qui partagent les mômes distractions que les autochtones, en d'autres termes qui fréquentent les mêmes tavernes. À la suite d'une altercation entre un Frison et le fils d'un noble anglo-saxon, le Frison tue le jeune noble... Dans ces sociétés où l’affront rejaillit sur l'ensemble de la parenté, un tel meurtre déclenche un mécanisme de réparation compensatrice, la faide. La parenté offensée a le droit de se venger ou d'exiger de l'agresseur une compensation, le wergeld. Dans le cas présent, le conflit dégénère, à cause de l'hostilité et de l'agressivité accumulée à l'égard des étrangers. La parenté du jeune homme s'en prit non seulement à l'agresseur, mais aussi à toute la colonie frisonne, comme si celle-ci était globalement responsable du meurtre commis par l'un de ses membres. Les marchands frisons durent quitter la ville et le jeune Liudger qui étudiait alors auprès d'Alcuin à l'école d'York, se trouva menacé. Son maître dut l'obliger à suivre ses compatriotes pour rentrer chez lui, car ses jours étaient en danger39. La violence de la réaction tient d'abord à ce que les mécanismes de compromis qui conduisent normalement les parentèles à trouver un terrain d'entente pour rétablir rapidement la paix n'ont pu jouer dans ce cas précis, puisque les étrangers se trouvaient loin de leurs familles respectives40. Mais il est également certain que cette décharge d'agressivité dépasse ici le cadre de la vengeance familiale, qu'elle a pris un caractère général qui trahit une xénophobie trop longtemps contenue.

32La colonie frisonne d'York nous a permis d'aborder le problème des résidents étrangers, immergés dans un groupe hostile. Le problème est un peu différent lorsqu'il s'agit d'individus isolés.

  • 41 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 5, M.G.H., Capit. I, p. 131.

33Il arrive en effet fréquemment que des étrangers cherchent à s'installer dans des villages d'où ils ne sont pas originaires. On les appelait des hospites, des hôtes. L'intégration était parfois longue et en période de difficulté, les flambées de xénophobie n'étaient pas rares. Lors de la disette de 806, Charlemagne dut protéger les étrangers : « Quant aux étrangers, nous ordonnons qu'ils ne puissent être expulsés sans motif d'un lieu où ils demeurent, où ils sont mariés depuis longtemps, et sans avoir commis de crime ».41

  • 42 Sur les viciai, voir A. C. MURRAY, Germanie Kinship Structure. Studies in Law and Society in Antiq (...)
  • 43 Transiatio sancti Petri et Alexandri, éd. Krusch, M.G.H. SS. II, p. 680.
  • 44 A. LESORT, « Chroniques et chartes de l'abbaye de Saint-Mihiel », Mettensia VI, Paris, 1909, no 33

34Au très haut Moyen Âge, l'étranger qui voulait s'installer dans une villa devait obtenir l'accord des vicini, c'est-à-dire de la communauté des voisins qui formait un groupe solide42. Le nouveau venu devait donc vaincre les résistances des résidents et s'insérer dans la communauté villageoise en trouvant des soutiens. C'était la condition de sa survie : une Frisonne hébergée en Saxe dans la seconde moitié du IXe siècle faillit être vendue par sa logeuse qui avait découvert qu'elle était étrangère, donc sans réseau de protection. Privée de soutien légal, donc dépourvue de droits, elle était à la merci des autres. Elle ne dut sa survie qu’au fait qu'elle réussit rapidement à se trouver un patronus, un protecteur43. Mais l'agressivité qui se manifeste ici à l'égard de la Frisonne tient moins de la xénophobie que de la violence à l'égard des faibles : privée de protection, la femme est une faible, elle risque de perdre son indépendance, sa liberté est menacée. Pris isolément, l'étranger qui ne s'insère pas dans un système de relations horizontales ou hiérarchiques (famille, amitié, fidélité), est un pauper, un libre sans protection, en butte aux oppressions des puissants. Et il en va de même pour les autochtones : celui qui perd ses soutiens, familiaux ou autres, est condamné à perdre son indépendance, comme le prouve l'exemple de cette veuve nommée Gysa qui, au XIe siècle, se lit tributaire de Saint-Mihiel, en d'autres termes qui se plaça sous la protection du monastère, parce qu'elle était persécutée par les cohabitatores de son village44. A l'inverse, l'étranger, l'hôte qui s'est intégré, qui a tissé des liens avec les voisins, qui a des amis ou un protecteur, n'est pas menacé.

35En conclusion, l'étrangeté est au haut Moyen Âge un phénomène multiple, aussi divers que les réactions qu'il engendre. La xénophobie qui se déchaîne dans des circonstances bien précises n'a rien de spécifiquement haut médiévale, les jugements de valeur portés sur les peuples étrangers ne le sont pas davantage, même si la justification religieuse de ces mêmes jugements leur donne une tonalité un peu particulière. Ce qui caractérise davantage la période médiévale, c'est l'agressivité à l'égard de tous ceux qui voyagent, qui passent, agressivité qui n'est pas différente de celle qui s'exerce sur tous ceux, étrangers ou non, qui sont en situation de faiblesse, de précarité. Ce qui compte dans ces sociétés segmentarisées, c'est le système de relations dans lequel chacun s'insère au plan local, c'est la protection immédiate et non lointaine, protection horizontale de la parenté ou protection hiérarchique du puissant.

Notes

1 Capitula per missos cognita facienda, 803/813 c.4, Boretius-Krause éd., Monumenta Germanie Historica (M.G.H.) Capitularia regum Francorum. I, no 67, p. 157 : « De adventiciis ut, cummissinostri ad placitum nostrum venerint, habeant descriptum quanti adventicii sunt in eorum missatico et de quo pago sunt et nomina eorum, et qui sunt seniores ».

2 F. L. GANSHOF, « L'étranger dans la monarchie franque », L'étranger, Recueil de la Société Jean Bodin t. X, Deuxième partie, p. 5-36.

3 PAUL DIACRE, Histoire des Lombards IV, 22, trad. F. Bougard, Turnhout, Brepols, 1994, p. 85.

4 EGINHARD, Vie de Charlemagne c.23, éd. et trad. L. Halphen, Paris, Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Âge, 1981, p. 68-71.

5 ERMOLD LE NOIR, Poème sur Louis le Pieux vers 2278, éd. et trad. E. Faral, Paris, Les Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge, 1964, p. 174-175.

6 ERMOLD le NOIR, op.cit., vers 399, p. 35 ; vers 446, 468 p. 38 ; PAUL DIACRE, op.cit., vers 400, 446, 4685, p. 35, 38, 39.

7 P. TOUBERT, « La part du grand domaine dans le décollage économique de l'Occident (VIIIe-Xe siècle) », La croissance agricole du Haut Moyen Âge, Rencontres de Flaran, Auch, 1990.

8 P. BONNASSIE, « La croissance agricole du Haut Moyen Âge dans l'Espagne du Nord-Ouest et la Gaule du Midi », dans La croissance agricole..., op.cit., note 7.

9 A. WEINER, Inalienable Possessions, University of California Press, 1992.

10 R. LE JAN, « L'aristocratie lotharingienne : structure interne et conscience politique », Lotharingia. Eine europaische Kernlandschaft um das Jahr 1000. Une région au centre de l'Europe autour de l'an Mil, Saarebrück, 1995.

11 R. LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc VIIe-Xe siècle. Essai d'anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 243-249.

12 Gesta episcoporum Cameracensium, éd. Bethmann, M.G.H. SS.VII, I, c. 93, p. 439.

13 RICHER, Histoire de France, éd. et trad. R. Latouche, Paris, Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Âge, 1930-1937, 1, 15. p. 38.

14 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., op.cit., p. 138.

15 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 9, M.G.H. Capit. I, no 46, p. 131.

16 TACITE, La Germanie, éd. et trad. J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 1983.

17 EGINHARD, op.cit, c. 7, p. 22-23.

18 ERMOLD le Noir, op. cit., vers 450-530, p. 40-43.

19 Ibid., vers 555-571, p. 43-45.

20 Ibid., vers 1296-1310, p. 100-103.

21 Ibid., vers 1316, p. 102.

22 EGINHARD, op.cit., c. 21, p. 64-65.

23 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., op.cit., p. 85-86.

24 JONAS de BOBBIO, Vita Columbani, éd. Krusch, M.G.H. SSRM in usum scholarum, Hanovre, 1905, I, 22, 26, p. 95-100

25 Vita Geretrudis, éd. Krusch, M.G.H. SSRM. 2, p. 455.

26 Virturtes Fursei, éd. Krusch, M.G.H. SSRM. IV, p. 447.

27 Sur les banquets comme rite de pacification et d'échange, voir K. LEYSER, « Ritual, Zeremonie und Gestik : das ottonische Reich », Frühmittelalterliche Studien 27 (1993), p. 1-27 et R. LE JAN, Famille et pouvoir...op. cit., p. 85.

28 Sur la mission en Angleterre, voir A. ANGENENDT, « The conversion of the anglo-saxons considered against the Background of the early medieval Mission », Angli e Sassoni al di qua et al di là del mare, Settimane di studi sul alto medioevo XXXII, Spolète, 1983, p. 787-781.

29 R. LE JAN, Famille et pouvoir, op.cit., p. 389-392.

30 Ibid., p. 392-393.

31 Capitulare missorum generale no 33, 802, c. 27, op.cit., p. 96 : « Precipimusque ut in omni regno nostro neque divitibus neque pauperibus neque peregrinis nemo hospitium denegare audeat, id est sive peregrinis propter Deum perambutantibus terram sive cuilibet iteranti propter amorem Dei et propter salutem animae suae tectum et focum et aquam illi nemo deneget. Si autem amplius eis aliquid boni facere voluerit, a Deo sibi sciat retributionem optimam, ut ipse dexit : "Qui autem susciperit unum parvulum propter me, me sucepit", et alibi : "Hospes fui et suscepistis me" ».

32 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 9, M.G.H. Capit. I, no 46, p. 131.

33 Sur la protection royale, voir F. L. GANSHOF, « L'étranger... », art.cit., p. 19-31.

34 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 5, M.G.H., I no 46, p. 131.

35 Lex Baiowariorum, M.G.H. LL. V.2, p. 335-336.

36 « ...cum pace sim perturbatione ut vadeant suo itimre, secum necessaria portantes... », Alcuini epistolae n° 100, éd. Dummler, M.G.H. Epp. IV, p. 145.

37 Capitulare missorum generale no 33, op. cit., M.G.H. Capit. I; no 33, c. 27.

38 Voir par exemple le serment de paix de Verdun-sur-le-Doubs (1021-1022) dans Sources d'histoire médiévale IXe -milieu du XIVe siècle, éd. G. Brunei et E. Lalou, Paris, 1992, p. 131-132. Sur le mouvement de paix, on consultera en particulier La paix de Dieu Xe-XIe siècle. Actes du Colloque du Puy, sept. 1987, Le Puy, 1988 et H.W GOETZ, « La paix de Dieu en France autour de l'an Mil : fondements et objectifs, diffusions et participants », dans Le roi de France et son royaume autour de l'an mil, Paris, p. 13-143.

39 LIUDGER, Vita Liudgeri, M.G.H. SS. II, p. 403-419.

40 Sur les mécanismes de compromis, voir The Seulement of Disputes in Early Medieval Europe, W. Davies et P. Fouracre éd., Oxford 1986 ; P. GEARY, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1200) », Annales ESC (1986), p. 1107-1133 et S. D. WHITE, « Feuding and making peace in Touraine around 1100 », Traditio 42 (1986), p. 195-263.

41 Capitulare missirum Niumagae datum, 806, c. 5, M.G.H., Capit. I, p. 131.

42 Sur les viciai, voir A. C. MURRAY, Germanie Kinship Structure. Studies in Law and Society in Antiquity and the Early Middle Ages, Studies and texts 65, Pontifical Institute of medieval Studies, Toronto, 1983, p. 68-69 et R. LE JAN, Famille et pouvoir..., op.cit., p. 81-83

43 Transiatio sancti Petri et Alexandri, éd. Krusch, M.G.H. SS. II, p. 680.

44 A. LESORT, « Chroniques et chartes de l'abbaye de Saint-Mihiel », Mettensia VI, Paris, 1909, no 33.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540