Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Perspective générale

Au-delà du limes : le barbare

Patrick Thollard

Texte intégral

1. Images de barbares

  • 1 H. WALTER, « Les Barbares de l'Occident romain. Corpus des Gaules et des provinces de Germanie », (...)
  • 2 Dans une perspective sémiotique, on peut articuler cette opposition entre plan du signifiant (en g (...)

1Parmi les très nombreux monuments figurés de la Gaule à l’époque romaine, toute une série représente des barbares. Dans un ouvrage récent, Hélène Walter vient d’en dresser un premier inventaire, dénombrant plus de 150 figures et ce catalogue est loin d’être exhaustif1. Ce sont, principalement, des statues ou bas-reliefs en pierre et des statuettes ou appliques en bronze qui montrent l’étranger, l'autre, le « barbare », tel qu'on se le représentait dans l'Antiquité ou, plutôt, tel qu'on voulait le représenter. La précision est importante : entre l’idée qu’on peut se faire d’un étranger, quel qu’il soit, et la représentation qu’on en donne, il y a toute la distance qu’introduit l’image. Interviennent, en effet, à la fois les traditions artistiques auxquelles on se réfère (une représentation donnée s'inspire plus ou moins fidèlement d’un modèle, renvoie plus ou moins fortement à un archétype) et le contenu symbolique, voire la portée idéologique qui accompagnent cette représentation2. Cet aspect, du reste, ne caractérise pas seulement l’art officiel, mais se rencontre également, pour l’époque romaine, dans les manifestations privées. Quand un notable d’une cité, par exemple, fait ériger un mausolée pour sa famille, le choix des formes architecturales et des thèmes décoratifs est l’occasion pour lui d’affirmer son intégration dans la société en revendiquant son appartenance à la culture romaine. Une telle démarche implique nécessairement une expression conventionnelle (ou codée) des valeurs dans lesquelles il se reconnaît. C'est pourquoi il n’apparaît pas nécessaire de faire de différence entre le décor des monuments publics (les arcs) et celui des monuments privés (les mausolées ou les stèles funéraires).

2Parmi ces représentations figurées nombreuses, j'en ai choisi trois appartenant à une même aire géographique (la Gaule méridionale) - dont l’éloignement par rapport aux régions concernées par nos débats de ces journées ne constitue pas, on le verra, un obstacle à la compréhension des phénomènes - et élaborées à une même époque, située assez précisément dans les trois premières décennies de notre ère (cas de figure relativement rare, on le sait, pour les monuments de la période gallo-romaine). À cette unité spatiale et temporelle s’ajoute une identité formelle (ce sont trois bas-reliefs ornant des arcs monumentaux) qui facilite la comparaison et permet de mieux cerner la perspective (au sens de point de vue) sous laquelle Rome et les Gaulois romanisés des provinces voulaient qu'on voie les étrangers : Gaulois et Germains.

  • 3 G. Ch. PICARD, Les trophées romains, Paris, 1957.
  • 4 Pierre GROS parle de « la présence obsédante » de ce thème décoratif : P. GROS, « Pour une chronol (...)
  • 5 P. GROS, « Note sur deux reliefs des « Antiques » de Glanum : le problème de la romanisation », Re (...)

3Sur les arcs romains conservés de Carpentras, d'Orange et de Glanum, on trouve le même motif des barbares enchaînés, généralement par couple, à un trophée d'armes, dépouilles prises à l’ennemi vaincu. Le thème est classique3 mais sa présence répétée sur les trois monuments est déjà un sujet d’étonnement4. Pour autant, le motif n'est pas reproduit à l’identique sur chaque édifice. Outre les variations admises sur le thème (le couple comprend tantôt deux hommes, tantôt un homme et une femme - dans ce dernier cas, d’ailleurs, la femme peut être une personnification du peuple vaincu), il y a d’autres différences, plus subtiles mais tout autant révélatrices. Sur l'arc de Carpentras (fig. 1), les barbares sont représentés sur la face latérale. La tenue vestimentaire constitue l'élément d’identification le plus évident : ainsi la tunique en peau de bête aux longs poils du personnage de droite le désigne d'une manière évidente : 1) comme un barbare, 2) comme d'origine germanique. Sur l’arc d'Orange (fig. 2), l’origine des captifs enchaînés qui ornent les petits côtés de l'arc se devine moins au vêtement qu’à l’armement : les boucliers ovales et les grandes trompettes (carnyx), les enseignes au sanglier sont typiquement gaulois. A Glanum, le thème orne les faces de l'arc, encadrant la baie (et non les petits côtés). Parmi les groupes, celui de la face nord-ouest (fig. 3), offre une image un peu différente, si l’on se réfère à l’analyse qu’en a donnée P. Gros5. A droite, un Gaulois enchaîné, représenté de manière classique : le torse nu, vêtu du pantalon gaulois - les braies -, le manteau à franges (sagum) sur l’épaule ; derrière lui, le bouclier ovale caractéristique. À gauche un autre personnage pose la main sur le captif. Malgré l’absence de la tête, sa pose et sa tenue permettent de voir en lui un homme libre, Gaulois romanisé qui porte encore les braies et le manteau à franges mais qui le drape à la romaine. La figure se dote ici d'une dimension supplémentaire offrant une sorte de tableau allégorique de la civilisation où le Gaulois romanisé, donc civilisé, montre à la province (c'est-à-dire à ceux qui entrent à Glanum par cette porte monumentale qu’est l’arc) le temps de la barbarie désormais révolu. Car ces arcs honorifiques, érigés à l’entrée des villes à une époque, rappelons-le, où la province conquise depuis longtemps (125-121 av. J.-C.), est déjà bien entrée dans la voie de la romanisation, ne commémorent aucun événement militaire particulier, contrairement à ce qu'on a longtemps cru. Le choix des thèmes décoratifs - et parmi eux, celui des barbares enchaînés - doit donc s’interpréter d’une manière très générale, universelle, comme l’illustration de la puissance militaire de Rome qui triomphe toujours de ses ennemis. Cette valeur universelle du « message » du décor des arcs de Narbonnaise s’applique également à la représentation des barbares. On peut y voir une expression intemporelle, éternelle de l'Autre.

  • 6 Si on garde la perspective sémiotique déjà esquissée plus haut, il s’agit des « déterminants » qui (...)

4Dès lors, il importe de repérer dans ces images les caractéristiques auxquelles on reconnaît les barbares, ce qui les distingue immanquablement des Romains et permet l’identification par le spectateur de la figure à un étranger6. Ces traits doivent avoir vocation à l’universalité. En d’autres termes, pour que le contenu symbolique du décor des arcs soit lu clairement par ceux qui le regardent, il faut pouvoir identifier sans ambiguïté les protagonistes des scènes.

  • 7 Faut-il y voir simplement, comme le pense H. WALTER, op. cit., p. 66, à la suite de J.-J. HATT, La (...)

5Mais à quoi reconnaît-on un Gaulois ou un Germain ? À quelques traits spécifiques qu’on retrouvera sur toutes les figurations et qui constitueront, pendant l’époque romaine, les signes distinctifs du « barbare » : la chevelure longue, la barbe hirsute, la nudité (partielle qui se différencie de la nudité totale héroïque), l’armement caractéristique. La codification de ces signes est très forte, au point qu’un élément, même isolé, permet la reconnaissance du type. Ainsi, une des stèles fameuses conservées au musée de Mayence représente un cavalier foulant aux pieds un barbare, selon un schéma que l’on retrouve sur plusieurs autres bas-reliefs. Le Germain sous les sabots du cheval est réduit à sa seule tête dont la coiffure s’orne d’un chignon sur le côté (fig, 4) : ce seul détail suffit à l’identification7.

6Dans cette perspective, la distinction d'origine (entre Gaulois et Germains par exemple) n’importe que dans la mesure où elle renforce la facilité d’identification du sujet en tant qu’étranger et barbare, (torque ou braies pour les Gaulois, tunique en peau de bête, coiffure avec mèche sur le devant de la tête ou chignon sur le côté pour les Germains). Allons plus loin : le choix de la nationalité des « étrangers » représentés vaincus est un facteur de reconnaissance supplémentaire. Contrairement à ce qu’on pourrait croire au premier abord, Gaulois et Germains ne sont pas choisis pour incarner les barbares parce que l’on se trouve en Gaule ou près de la Germanie mais parce qu’ils sont les ennemis de toujours, qu’ils représentent l’ennemi absolu. Parce que tout Romain du début de l'Empire a à l’esprit les conquêtes de César en Gaule ou les expéditions menées du temps d’Auguste en Germanie, l’image d’un Gaulois ou d’un Germain renvoie automatiquement à celle d’étranger et de barbare, même si, à l'époque de la construction des monuments sur lesquels ils figurent, les provinces gauloises vivent en paix sous la domination romaine et que leurs habitants s’intègrent de plus en plus dans le monde romain. Ce qu'on veut donner à voir, ce n’est pas un représentant de la Gaule ou de la Germanie, mais un étranger.

7Le processus d’identification est renforcé également par l’unicité d’inspiration des représentations figurées de barbares dans le monde romain. On a souligné depuis longtemps l’influence qu’avaient jouées, dans la diffusion de l'image du barbare, les œuvres réalisées par les artistes hellénistiques à Pergame au IIe s. av. J.-C., après la victoire d’Attale sur les Gaulois, œuvres disparues mais qu'on connaît par des copies faites à l’époque romaine - dont le Gaulois mourant du Capitole est l’exemple le plus fameux. C'est aux modèles pergaméniens que l’on doit les attitudes typiques dans lesquelles sont campés les barbares : debout, visage baissé et tourné vers le côté dans une expression d’abattement après la défaite ou, au contraire, genou en terre et visage tourné vers le ciel, bouche grand ouverte dans un cri de rage et d’impuissance. En elles-mêmes ces poses, parce qu’elles traduisent des sentiments contraires à l’idéal romain de la dignité et de la réserve, apparaissent comme un signe distinctif. Il y a codification des attitudes comme il y a codification des attributs ou des caractères physiques, la codification étant d’autant plus forte que la référence à l’archétype pergaménien est marquée.

8Le système de représentation met en jeu plusieurs éléments qui appartiennent à des domaines différents (physique, vêtement, armement, attitude). Le déchiffrage (l’interprétation des scènes) est facilité par deux phénomènes qu’on peut analyser en termes de sémiotique : la redondance des signes, d’une part, et leur structuration en une série d’oppositions très tranchées, de l’autre. Redondance des signes parce que les divers détails s'ajoutent les uns aux autres : aux critères de distinction purement physiques permettant de reconnaître un étranger viennent s’ajouter des détails vestimentaires ou touchant l'armement ou bien encore des attitudes. Souvent un seul suffirait. La multiplication a donc valeur d’insistance. On remarquera, dans ce cas, que comme le but de la représentation est non seulement de conduire à la reconnaissance du type (étranger) mais aussi de provoquer un sentiment chez le spectateur (dégoût, crainte, mépris etc.), les détails appartenant au domaine moral (attitudes) se superposent à ceux propres au domaine physique (type de chevelure).

9D’autre part chacun des détails choisis, quel que soit le domaine auquel il appartient, est « lu » sans ambiguïté parce qu'il s’oppose à un autre qui est son exact contraire (les braies à la toge, le chignon à la chevelure soignée, etc.). Ces oppositions dans les détails des figures correspondent très exactement à des oppositions dans le plan du référent (ou du contenu, comme on voudra) comme le montre le tableau ci-dessous.

  • 8 L’opposition signifiant - signifié renvoie aux théories linguistiques bien connues, celle signe ic (...)

Note 88

10On voit où réside la subtilité de la représentation de l’arc de Glanum et de quel croisement de signes de sens opposés le personnage de gauche tire son statut intermédiaire : il porte le manteau gaulois qui réfère à « étranger » et à « barbare » mais le drape comme une toge, ce qui renvoie à « romain » et à « civilisé ».

2. Étranger et Barbare

11Dans ces représentations figurées, on a vu que l’étranger n’était jamais dissocié de la notion de barbare. Ce recours obligé à la barbarie pour envisager « l’autre » s’explique par la dimension qu’a prise cette notion à l’époque romaine.

  • 9 Y.-A. DAUGE, Le Barbare. Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation (...)

12S’appuyant sur une étude de l'ensemble de la littérature latine, Yves-Albert Dauge, a pu montrer9 que le concept de barbarie constituait un des éléments essentiels de la pensée romaine. Certes, comme à l’époque grecque, la notion de barbarie sert à décrire le monde extérieur et permet aux Romains de se situer face aux autres. Mais, et c'est là la nouveauté, le concept permet aussi de définir une morale, de guider les actions, individuelles ou collectives, et, enfin, d’expliquer et de construire l'histoire. Ce qui a changé, bien évidemment, par rapport à l’époque grecque, c'est la confrontation de Rome avec l’« hégémonie », avec la conquête puis l’organisation du monde conquis. À cet égard, la domination, l'Empire de Rome sur le monde habité qui trouve son achèvement sous le règne d'Auguste (aux dires d’Auguste lui-même), implique une réflexion sur « l’Autre » radicalement différente des époques précédentes. Il faut à la fois pouvoir justifier de la conquête réalisée, intégrer les peuples récemment conquis et enfin expliquer pourquoi la conquête s’est arrêtée ici plutôt qu’ailleurs (pourquoi, par exemple, le Rhin constitue la limite de l’orbis romanus).

13De là découlent les deux aspects fondamentaux de la barbarie à l’époque romaine.

14D'abord, l’idée que la barbarie est « un état inférieur » de l’être (je reprends l’expression d'Y.-A. Dauge) et ne se réduit pas à des contingences : pays que l’on habite, langue, culture. Cet état peut se définir par une série de traits de caractère (sauvagerie, inhumanité, irréflexion, manque de tempérance etc.) donc de mœurs (le temps passé à la guerre, le goût pour les bijoux, la tendance à s’enivrer, la pratique des sacrifices humains etc.) touchant aussi bien un individu qu’une collectivité et pouvant se rencontrer aussi bien chez un peuple que chez un autre, la spécificité ethnique jouant ici un rôle mineur.

15En second lieu, l’idée que la barbarie n’est pas un état stable, fixe ni définitif : elle connaît des degrés et on peut y échapper (se civiliser) tout comme on risque toujours, si on ne fait pas un effort suffisant, d’y retomber (on sait l’utilisation que feront de ce thème les moralistes latins).

16L’image de l'Autre est directement tributaire de ces deux aspects.

17Ainsi s’explique qu’il n’y ait pas, dans une perspective romaine, de différence qualitative, spécifique, entre nationalités. Ce qui distingue Gaulois, Germains (habitant outre-Rhin) et Bretons (habitant outre-Manche), c’est un degré dans la possession d’un certains nombre de caractères communs aux peuples barbares. Très significative à cet égard est la description des Bretons chez Strabon à l’époque augustéenne (d'autant plus intéressante qu’elle se réfère à une expérience vécue) :

« Les Hommes ont une plus grande stature que tes Celtes tout en étant moins blonds et de constitution plus lymphatique. Pour porter témoignage de leur taille, nous en avons vu nous-mêmes à Rome qui, à peine sortis de l'enfance, dépassaient [es plus grands de la ville (parfois d’un demi-pied !), mais ils avaient tes jambes cagneuses et, pour te reste, un physique disgracieux.
Quant à leurs mœurs, elles sont en partie semblables à celles des Celtes mais, à d’autres égards, plus frustes et plus barbares, à tel point que certains d’entre eux, qui disposent de tait en abondance, ne fabriquent pas de fromage faute de savoir te faire, ou encore ignorent aussi bien te jardinage que tes autres pratiques agricoles ! » (Géographie, IV, 5 2)

  • 10 Souvenons-nous de ce que César dit des Belges au début de la Guerre des Gaules ou du portrait qu’i (...)

18Pour lui, les Bretons sont donc simplement des Gaulois aux traits plus barbares, en grande partie parce qu’habitant des contrées plus septentrionales - suivant en cela un schéma hérité de Poseidonios et selon lequel le degré de barbarie est en rapport direct avec l’éloignement des centres de civilisation10.

19Deuxième conséquence. Dans cette manière, toujours relative, d’envisager l'étranger, la frontière entre civilisé et barbare ne cesse d’évoluer avec le temps. Ceux qui ont été barbares jadis, deviennent aujourd’hui civilisés, le cercle de la civilisation s’étendant avec la conquête. L’image que l'on donne des peuples conquis ou à conquérir est en rapport direct avec les visées hégémoniques de Rome. Ce n'est donc pas l’image de l’autre qui se modifie dans le temps mais celui ou ceux à qui elle s’applique. D’où cette manière de présenter les Germains comme étant, à l’époque augustéenne, ce que les Gaulois ont été avant la conquête. En d’autres termes, c’est l’intérêt politique qui détermine l’image de l’autre ou, plutôt qui fait ranger tel ou tel peuple dans une catégorie plutôt qu’une autre, barbare « récupérable » ou barbare « non récupérable » par exemple.

  • 11 BG, VI, 11-28
  • 12 On se souvient des recommandations d'Auguste à Tibère dans la dernière partie de son testament lui (...)

20Si les Gaulois et les Bretons entrent dans la première (voir les textes de Strabon pour les uns et de Tacite pour les autres), les Germains appartiennent, semble-t-il, toujours à la seconde. Du moins, c’est l’impression que l’on retire à la fois du texte de César11 et de la Germanie de Tacite. Chez César, le portrait juxtaposé des Gaulois et des Germains fait passer une nette ligne de discrimination entre les deux peuples dont on a pu dire qu’elle était à la fois la justification de sa conduite et un conseil pour les dirigeants à venir (conseil qui sera suivi, du moins partiellement12). Chez Tacite, la présentation des Germains mêle habilement défauts barbares et vertus du « bon sauvage ». Mais d’une façon telle que ce peuple apparaît aussi éloigné par les qualités que par les vices de ce que connaissent les lecteurs romains de Tacite. Nulle ambiguïté donc dans la présentation que fait l'historien : les vertus des Germains sont toujours des vertus barbares.

  • 13 Voir à ce sujet deux ouvrages récents : C.-R. WHITTAKER, Les frontières de l'Empire romain, Annale (...)

21Des frontières existent donc, mais pas là où nous les attendons et pas sous la forme que nous attendons. C'est bien l’image du limes, nom générique par lequel on désigne les régions frontalières fortifiées de l’empire romain. Le limes n’a jamais constitué une ligne de séparation absolue entre deux mondes culturellement totalement différents, pas plus qu’il n’a représenté une frontière au sens moderne du terme (et les ouvrages de fortifications ne doivent pas nous abuser), mais bien plutôt une zone contrôlée d'échanges et de contacts et, dans certains cas un pôle de romanisation (par la présence de l’armée)13. Le barbare est de l’autre côté de cette « non-limite », dans un au-delà souvent mythique : image précise et présente dans la conscience de tous mais bien plus difficilement situable dans l’univers réel.

Fig. 1 : L'Arc de Carpentras, les barbares représentés sur la face latérale

Fig. 2 a : Arc d'Orange, captifs enchaînés ornant les petits côtés

Fig. 2 b : Arc d’Orange, trophées du petit côté de l’arc. Gravure extraite de l’Arc d’Orange, t. II, Pl. 20, par R. Amy avec le concours de J. Bruchet. XVe supplément à Gallia, CNRS, 1962.

Fig. 3 : Arc de Glanum, face nord-ouest.

Fig. 4 : Stèle représentant un cavalier foulant aux pieds un barbare (Musée de Mayence) ; Espérandieu, 5784, Recueil des bas-reliefs et monuments figurés de la Gaule.

Notes

1 H. WALTER, « Les Barbares de l'Occident romain. Corpus des Gaules et des provinces de Germanie », Annales littéraires de l'Université de Besançon, no 494, Paris, 1993.

2 Dans une perspective sémiotique, on peut articuler cette opposition entre plan du signifiant (en gros le courant artistique) et le plan du signifié ou du référent (le contenu symbolique). Cf. Groupe µ, Traité du signe visuel. Pour une rhétorique de l'image, Paris, Le Seuil, 1992.

3 G. Ch. PICARD, Les trophées romains, Paris, 1957.

4 Pierre GROS parle de « la présence obsédante » de ce thème décoratif : P. GROS, « Pour une chronologie des arcs de triomphe de Gaule Narbonnaise », Gallia, 1979, 37, p. 83.

5 P. GROS, « Note sur deux reliefs des « Antiques » de Glanum : le problème de la romanisation », Revue Archéologique de Narbonnaise, 1981, XIV, p. 159-172.

6 Si on garde la perspective sémiotique déjà esquissée plus haut, il s’agit des « déterminants » qui permettent la reconnaissance du « type » /étranger/ou/barbare/.

7 Faut-il y voir simplement, comme le pense H. WALTER, op. cit., p. 66, à la suite de J.-J. HATT, La tombe gallo-romaine, Paris, Picard, réed. 1986, p. 144, une « maladresse du sculpteur », incapable de « rendre un corps étendu » ? Ne peut-on mettre en avant aussi la volonté de se cantonner à l'essentiel dans la figuration ? J.-J. Hatt rappelle que selon certains commentateurs, le reste du corps aurait été peint. Dans ce cas, le traitement spécifique de la tête en bas-relief serait un indice supplémentaire de l'attention qu'il faut apporter aux caractéristiques distinctives du visage.

8 L’opposition signifiant - signifié renvoie aux théories linguistiques bien connues, celle signe iconique-référent est son équivalent dans le domaine visuel défini par les travaux du Groupe µ, cités en référence plus haut.

9 Y.-A. DAUGE, Le Barbare. Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation. Bruxelles, 1981.

10 Souvenons-nous de ce que César dit des Belges au début de la Guerre des Gaules ou du portrait qu’il fait des Nerviens expliquant la valeur guerrière - trait typiquement barbare - par l’absence de contacts avec les marchands romains et les raffinements de la civilisation - au premier rang desquels, le vin (BG, II, 15).

11 BG, VI, 11-28

12 On se souvient des recommandations d'Auguste à Tibère dans la dernière partie de son testament lui conseillant, selon Dion Cassius (LVI, 33), de se contenter des limites actuelles de l'empire sans chercher à les étendre.

13 Voir à ce sujet deux ouvrages récents : C.-R. WHITTAKER, Les frontières de l'Empire romain, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 390, Paris, 1989 ; P. BRUN, S. VAN DER LEUW, C.-R. WHITTAKER (dir.), Frontières d'Empire. Nature et signification des frontières romaines. Actes de la table-ronde internationale de Nemours (1993), Mémoires de la société du Musée Préhistorique de Nemours, 1994.

Table des illustrations

Légende Note 88
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 1 : L'Arc de Carpentras, les barbares représentés sur la face latérale
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 2 a : Arc d'Orange, captifs enchaînés ornant les petits côtés
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 2 b : Arc d’Orange, trophées du petit côté de l’arc. Gravure extraite de l’Arc d’Orange, t. II, Pl. 20, par R. Amy avec le concours de J. Bruchet. XVe supplément à Gallia, CNRS, 1962.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 3 : Arc de Glanum, face nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Légende Fig. 4 : Stèle représentant un cavalier foulant aux pieds un barbare (Musée de Mayence) ; Espérandieu, 5784, Recueil des bas-reliefs et monuments figurés de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540