Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de l'autre dans l'Europe du Nord-Ouest à travers l'histoire

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Préface

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Alors que Bernard Ménager dirigeait le Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest avec l'ouverture aux suggestions de l'Autre qui le caractérise, le conseil scientifique du Centre a décidé de promouvoir un type de colloque un peu original dans ses intentions et ses démarches : il s'agissait de favoriser la confrontation d'idées entre chercheurs spécialistes de diverses disciplines et périodes ; l'intention était de favoriser une approche plus exploratoire que canalisée dans des catégories de savoir conventionnelles. Le thème de l'image de l'Autre, suggéré initialement par Robert Muchembled, s'est imposé à la fois par sa richesse problématique et par sa conformité avec la vocation du Centre de favoriser les recherches sur la région du Nord dans son contexte nord-ouest européen.

2Nous en sommes donc arrivés à un projet dont je rappelle les principales orientations : « examiner les diverses acceptions de la notion d'étranger et leurs fluctuations tant au plan des statuts juridiques sociaux ou politiques que dans la perception de ce (ou ceux) qui est (ou sont) considéré(s) comme étranger(s) » ; orienter la réflexion sur « la dynamique de l'attraction ou de l'assimilation et de la répulsion ou de l'exclusion ». Dans cette approche, nous n'avions voulu exclure aucun niveau d'appartenance, du village ou du quartier aux peuples ou aux nations, pourvu que le cadre demeurât l'Europe du Nord-Ouest. La démarche reposait sur le pari d'un rapprochement fructueux entre la vision du « barbare » à proximité du limes au temps de l'Empire Romain et la représentation des immigrés ou des occupants dans le Nord au XXe siècle - pour prendre des exemples aux deux termes chronologiques d'une trentaine de communications abordant toutes les périodes.

3Dans le volume que nous vous proposons ici, ces communications sont présentées dans un ordre qui respecte pour l'essentiel le déroulement de la rencontre. C'est ainsi que nous avons fait précéder l'approche des dimensions nord-ouest européennes des relations à l'Autre d'un parcours historique de l'Antiquité à nos jours, sans délimitation géographique, mais guidé par le souci de cerner les lignes de force des regards sur l'Autre aux différentes époques. Au terme de ce parcours, les suggestions du sociologue, et, comme en écho en fin du colloque, celles du philosophe montrent la multiplicité des interrogations et des enjeux qui croisent les investigations de l'historien.

4Le poids des guerres dans le passé régional et l'influence, évidemment pressentie, de celles-ci sur les rapports à l'étranger justifiaient qu'une place particulière fût faite à ce thème qui constitue donc le second volet du volume.

5Celui-ci se poursuit par un chapitre camaïeu, mais qui ne résulte nullement d'une gêne pour classer certaines communications : le projet était délibérément de faire exploser la tendance à figer l'image de l'Autre autour de certaines figures et de confronter des dimensions variées de l'étrangeté. Ainsi sont rapprochés l'Autre d'une religion minoritaire, l'Autre du village d'à côté, l'Autre flamand ou italien venu travailler dans l'industrie du Nord ; en l'absence de communications sur d'autres situations, les débats révèlent d'ailleurs de multiples formes d'altérité et des appréhensions parfois inattendues.

6Il était logique de poursuivre notre démarche en élargissant le champ géographique et de consacrer une ultime séance aux regards croisés entre peuples et nations dans l'Europe du Nord-Ouest. Cette dernière partie nous fait par exemple découvrir qu'un bourgeois bourguignon installé à Paris peut très bien, pendant la Guerre de 100 ans, garder une image fort nuancée des Anglais, que ceux-ci ne se départissent pas d'un regard positif sur les Français à l'époque des tentatives hégémoniques de Louis XIV et que, dans l'Allemagne de l'entre-deux-guerres, l'image de l'Angleterre est loin d'être univoque. Au terme de ce cheminement aux directions très diverses, Philippe Guignet a le mérite de proposer un bilan qui souligne quelques lacunes et les principaux apports ; nous le remercions d'avoir assumé cette lourde tâche qui valorise la richesse de ce colloque.

7Ce bilan rendant inutile une préface qui insisterait sur les enseignements historiques du tout, je me borne à relever deux points de portée générale.

8Je retiens d'abord la valeur heuristique de la démarche choisie : le pari d'un rapprochement de chercheurs aux préoccupations très diverses s'est avéré particulièrement fructueux ; il a conduit à conjuguer l'analyse des comportements de longue durée, enracinés dans l'anthropologie, avec la recherche des explications circonstancielles multiples, dont l'historien est plus familier, et avec l'interrogation des processus identitaires et communautaires, à la rencontre du Soi et de l'Autre, sur lesquels les sociologues ou les philosophes mettent l'accent.

9En second lieu, j'attire avant tout l'attention sur une évolution des rapports à l'étranger riches d'enseignement pour l'historien comme pour le citoyen : au cours des siècles les figures de l'altérité ont été le plus souvent fragmentées et irréductibles à un schéma unifié. Longtemps la multiplicité des termes pour désigner l'étranger a rendu compte du caractère polymorphe de l'Autre. Au-delà des mots, les diverses études attestent que la vision de l'Autre se construit en associant des rapports apparemment paradoxaux avec l'étranger : d'une par., elle se dilue en s'incarnant dans des individus et des groupes très différents, tantôt l'habitant du village d'à-côté, tantôt l'inconnu ou encore celui qui parle une autre langue et parfois enfin, l'étranger stricto sensu (rencontre qui n'est finalement pas la plus courante) ; d'autre part, le regard sur l'étranger se cristallise par le recours à des stéréotypes dévalorisants, notamment résumés par l'usage de dénominations dépréciatives. Ces fixations n'impliquent pas forcément une agressivité constante, même si elles débouchent facilement sur des affrontements dans les circonstances propices comme les rencontres entre jeunes gens ou les compétitions pour l'embauche. Ainsi de longues périodes de l'histoire restent caractérisées par des représentations de l'étranger éclatées et sans crispations particulières. Les guerres elles-mêmes ou les occupations peuvent alors ne pas déboucher sur la xénophobie. En revanche, certains moments sont marqués par la cristallisation des représentations négatives de l’Autre autour d'une cible privilégiée voire exclusive, cas du Barbare dans l'Empire Romain, de l'Allemand entre 1870 et la Première Guerre mondiale. Cette cristallisation, largement liée aux mobilisations idéologiques suscitées par les États, repose sur un regard où l'Autre devient l'inverse de l'idéal d'humanité qu'on prétend incarner et se diffuse par le choc d'une mythologie nourrie d'obsessions.

10Au total c'est toute la complexité et la fluidité, irréductible à une trajectoire linéaire, de la construction de l'image de l'Autre sur laquelle nous sommes ainsi conduits à réfléchir. Dans une certaine mesure, ce colloque et les actes qui en gardent la trace, donnent une profondeur historique à la relativisation des diagnostics sur les processus identitaires et communautaires. Il contribue à éclairer une enquête de l'INED dont les résultats ont été rendus publics en mars 1995 sans avoir pour autant les échos qu'ils méritaient : cette enquête montre que le creuset français continue d'intégrer les étrangers plus efficacement que ne laissent supposer certains signes alarmants, peut-être insuffisamment replacés dans leur contexte.

11Ces actes invitent en tout cas à pousser plus loin la réflexion et la démarche collectives. Philippe Guignet relève dans son bilan une série de lacunes qui mériteraient investigation. Par ailleurs, nous avons ressenti au cours des discussions que la contribution à la compréhension des rapports avec l'Autre gagnerait beaucoup à une clarification des concepts. Celle-ci pourrait être poursuivie en suivant deux axes de recherches qui se dégagent plus précisément de cette rencontre exploratoire.

12Il s'agit d'abord d'analyser, au-delà des identités légalement définies et en dépassant la tendance à la réification de certains groupes ou stéréotypes, d'une part comment les individus et les groupes vivent leurs appartenances à des communautés d'échelles différentes, d'autre part comment s'agencent les relations entre ces diverses communautés. Ainsi pourrions-nous examiner comment s'opèrent l'oscillation permanente entre la coexistence et les rivalités, entre l'inclusion dans des communautés élargies, nationales entr'autres, et le repli sur des communautés restreintes. Voilà une question susceptible de nous faire aller plus loin dans la voie, ouverte par des travaux pionniers comme ceux de Gérard Noiriel ou par ce colloque, d'une histoire décloisonnée et attachée à la longue durée.

13Par ailleurs, il reste à mieux cerner si la situation frontalière et l'histoire économique et culturelle de la région du Nord suscitent ou non des comportements particuliers. La question n'a de sens qu'en prolongeant la comparaison internationale dans deux directions : elle devrait d'abord porter sur les modalités diverses ou convergentes des constructions communautaires dans les différents territoires ; en second lieu, elle pourrait s'attacher à l'examen des variations dans les regards croisés que les peuples européens jettent les uns sur les autres. Par la décentration à la fois chronologique et spatiale, nous pouvons ainsi, en tant qu'historiens, contribuer à une meilleure connaissance de nous-mêmes par celle des autres, opération qui semble essentielle pour la redéfinition des liens communautaires en cette fin du vingtième siècle.

14La poursuite de ce programme est d'autant plus prometteuse que ce colloque a été le point de départ d'une coopération entre chercheurs de divers horizons qui ont désormais la possibilité de se réunir dans un Institut de recherche intitulé Échanges, Cultures, Mémoire (Écume) dont le Centre d'Histoire de la région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest, sous la direction de Régine Le Jan, est l'un des principaux partenaires.

  • 1 Pour la restitution de ces débats, nous avons fait le choix d’une synthèse organisée et forcément (...)

15Cette projection vers les projets me conduit à remercier tous ceux qui ont permis le déroulement de notre rencontre, en commençant par les communicants et les participants qui ont donné une réelle densité à la réflexion. Les présidents de séance ont contribué à cette densité ; ainsi, sommes-nous reconnaissants à Jacques Sys, Bernard Ménager, Alain Lottin, Régine Le Jan, Philippe Guignet, Pierre Vaydat, Robert Muchembled, John Horne et Colette Beaune. Audelà du résultat visible du colloque, je dois souligner que la conception et l'organisation furent bien le résultat d'une démarche collective où furent associés plusieurs collègues du CHRN et du CESERE ; leur participation si précieuse est rappelée en couverture de ce volume. Évidemment, la préoccupation financière ne saurait être ignorée : notre rencontre n'aurait pas pu se tenir sans le soutien de la Région Nord-Pas-de-Calais et du Conseil scientifique de l'Université Charles de Gaulle-Lille III. Je réserve une notation particulière pour ceux qui ont participé à la mise au point de ce volume : Annette Becker, Bernard Ménager et JeanMarc Guislin ont aidé à la synthèse des débats1 : Jean-Marc Guislin a aussi participé aux relectures avec Marc de Ferrière : évidemment, Martine Aubry fut la cheville ouvrière de l'ensemble. Que tous soient chaleureusement remerciés.

Notes

1 Pour la restitution de ces débats, nous avons fait le choix d’une synthèse organisée et forcément sélective. Nous nous sommes évidemment efforcés de respecter les interventions de chacun : des incompréhensions ne sont toutefois pas exclues et nous en assumons la responsabilité.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III Directeur-adjoint du CHRN

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540