Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours

 | 
Martine Aubry
, 
Isabelle Chave
, 
Vincent Doom

Deuxième partie : Les bâtiments d'archives

Les bâtiments d’archives dans la France du Nord au XIXe siècle : une architecture en quête d’identité

Stéphanie Quantin

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point l’article de Christian Hottin, dans ce volume.

1En préambule, il convient de préciser que cette intervention traitera exclusivement des constructions spécifiques, à l’exclusion des salles converties en dépôt, des ailes de préfecture, des programmes mixtes, des réaménagements1. Bien que ces autres cas de figure répondent à la même dénomination, ils n’offrent aucun éclairage sur l’image architecturale du bâtiment d’archives au XIXe siècle, et c’est précisément le propos de cet exposé.

  • 2 N. Georges, « Mémoire de plomb. Sur la crise des Archives nationales et la manière d’en sortir », C (...)
  • 3 D. Bezombes, « Stratégies de programmation », Journées d’études de la direction des Archives de Fra (...)

2Si l’on considère le projet « Une Cité pour les Archives », la question matérielle est aujourd’hui plus que jamais d’actualité. Or, au regard des débats, même des combats, suscités par ce projet immobilier2, il semble évident qu’un bâtiment d’archives est bien plus qu’un simple dépôt : il constitue le témoin matériel des évolutions contemporaines de l’institution, il véhicule l’image que l’institution veut se donner d’elle-même3. Ce n’est pas un hasard si, dans la langue française, le terme « archives » désigne à la fois l’objet et, par métonymie, l’institution et le lieu de conservation. Cette identification totale entre le contenu et le contenant se vérifie tout au long du XIXe siècle, qui marque la véritable naissance de ce nouveau type architectural.

3À ce titre, le nord de la France fait figure de pionnier : c’est dans cette aire géographique que s’élèvent les premiers bâtiments indépendants. D’ailleurs, le rythme des chantiers ira croissant jusqu’au début de la première guerre mondiale : de façon approximative, on peut dire que, entre 1789 et 1914, les deux tiers des chantiers sont entrepris par des départements situés au nord de la Loire. Sous le Second Empire, on observe une forte concentration de ces nouveaux dépôts dans les régions de Normandie, de Champagne, et de Bourgogne, tandis que, sous la Troisième République, une seconde vague de constructions concerne la Bretagne et le nord-est du territoire. Bien que le sud offre quelques exemples particulièrement novateurs, on peut tout de même considérer le nord de la France comme le laboratoire de ce nouveau programme : alors que, au début du XIXe siècle, les administrations des provinces se satisfaisaient d’une simple salle de dépôt au sein de leurs bureaux, on peut s’interroger sur les facteurs qui ont motivé la naissance de cette architecture archivistique et la multiplication de ces constructions indépendantes. Parallèlement, les différents types de représentations architecturales constituent l’autre pôle de cette question matérielle. Initialement annexe administrative, réservée à l’usage du personnel préfectoral, le bâtiment d’archives devient progressivement un établissement autonome, un service à vocation scientifique, ouvert à tous les citoyens. C’est ce lent processus, cette métamorphose que raconte l’architecture de ces bâtiments d’archives tout au long du XIXe siècle.

4Afin d’assurer une cohérence politique, culturelle et artistique, cette analyse sera menée en trois temps : durant la première moitié du siècle, les constructions spécifiques, très rares, apparaissent comme un privilège réservé aux élites détentrices de fonds pécuniaires et archivistiques importants. Lieu de pouvoir, le dépôt manifeste la permanence de la tradition des archives monarchiques, comme titres prouvent le droit et réservés à l’usage du pouvoir. À partir du Second Empire, l’interventionnisme croissant de l’État aboutit à la première vague de constructions indépendantes, qui restent néanmoins conçues comme des dépendances du palais urbain de la préfecture. C’est seulement sous la Troisième République que s’esquisse ce processus d’autonomisation du bâtiment d’archives, annonçant leur futur rôle de laboratoire de l’histoire.

La première moitié du XIXe siècle

  • 4 G. Richou, Traité théorique et pratique des archives publiques, Paris, P. Dupont, 1883.

5Si la loi du 5 brumaire an V (26 septembre 1796) ordonne le rassemblement aux chefs-lieux des départements de tous « les titres et papiers appartenant à la République »4, les archives restent, tout au long de la première moitié du siècle, considérées comme les unités minimales des archives centrales : la localisation des dépôts au sein de l’enceinte préfectorale manifeste la permanence d’une conception strictement utilitaire des archives, comme moyen de gouvernement mis à la disposition d’un État centralisé, dont les administrations des provinces ont pour seule vocation la garde et le dépôt.

  • 5 M. Duchein, « Les bâtiments des archives départementales en France », Archivum, vol. IV, chap. II, (...)

6Dans le cadre de cette loi du 5 brumaire, l’article 2 précise que ces archives pourront être provisoirement placées dans les édifices nationaux, et autant que possible, dans les édifices destinés aux séances de l’administration centrale du département. Ainsi, durant les années 1800-1830, le manque de place conduit les autorités à improviser des dépôts dans les seules pièces disponibles, généralement dans les combles des nouvelles préfectures, elles-mêmes installées dans les anciennes intendances, soit des locaux peu adaptés à cette nouvelle destination5. Du fait de ce désengagement général des autorités locales, rares sont les aménagements spécifiques et, dans la plupart des cas, les liasses d’archives, ni classées, ni inventoriées, y sont entreposées dans le plus grand désordre.

7Sous la monarchie de Juillet, le renouvellement de l’historiographie impulsé par le ministère de l’Instruction publique suscite un certain regain d’intérêt pour les matériaux d’archives. De tous les textes de lois réglementant le fonctionnement des services départementaux, on peut citer la loi du 10 mai 1838, complétée par la circulaire du 8 août 1839, qui inscrit au rang des dépenses obligatoires des conseils généraux, les frais de garde et de conservation des archives, ainsi que l’entretien des archivistes. Cependant, malgré des progrès évidents, les archives départementales restent conçues comme la partie d’un tout : pour les départements du nord de la France, comme pour ceux de l’ensemble du territoire, les premiers locaux aménagés afin d’accueillir les archives se présentent comme des dépendances des palais départementaux, c’est-à-dire une salle ou un étage, plus rarement une aile entière, ou encore un réaménagement.

8Si ce lien entre les archives départementales et leurs structures de production demeure le schéma dominant au cours de cette période, certains services, précédés par une longue tradition archivistique et donc dotés de fonds particulièrement importants, se réclament non pas de l’institution préfectorale, mais directement des Archives centrales.

  • 6 M. Bruchet, « Les archives départementales du Nord », Extrait des publications du congrès de l’Asso (...)
  • 7 Il faut attendre 1839 pour que la nomination d’un archiviste paléographe devienne obligatoire.
  • 8 En fait, cette entreprise avait déjà eu des précédents, parmi lesquels on peut citer le dépôt des a (...)

9C’est notamment le cas des archives départementales du Nord, qui rassemblent tous les paramètres propres à justifier une mesure aussi exceptionnelle que l’érection d’un local indépendant : tout d’abord, la formation du premier noyau datant de la création des archives de la chambre des comptes par Philippe le Hardi, en 1386, - elles constituent le dépôt le plus important de France après les Archives nationales - ; d’autre part, le Nord est un département riche, capable d’un effort financier conséquent pour ses archives. En 1839, le département prescrit sur le budget une somme de 11 500 F pour le service6, soit la somme plus importante que l’on puisse signaler à l’époque. Enfin, l’action d’un préfet éclairé, le baron Méchin (1830-1839), va être à l’origine de la naissance d’un véritable service d’archives : en 1833, il crée la Commission des archives du Nord ; deux ans plus tard, devançant les instructions ministérielles régissant l’organisation des services départementaux, il nomme un archiviste, le docteur Le Glay, alors bibliothécaire de Lille7. Grâce à l’intervention de ce dernier, le conseil général arrête, en 1839, la construction d’un local spécial, dont les plans sont confiés à l’architecte du département, Victor Leplus. Le 26 août 1844 est inauguré le premier bâtiment d’archives départementales indépendant de France8 (fig. 1), dont le coût, assez considérable, revient à environ 224 000 F.

10Situé à proximité de la préfecture, l’hôtel des archives consiste en un corps central à 3 étages, flanqué de deux ailes en retour d’équerre sur la façade postérieure qui encadrent une petite cour. Cette disposition apparaît comme une fusion de la typologie de l’hôtel classique français, entre cour et jardin, et du modèle du palais florentin de la Renaissance, centré autour d’une cour intérieure. Concernant l’ordonnance extérieure, l’aspect sévère du bloc, la hauteur décroissante des étages, le dégradé soigné des bossages, ainsi que la multiplication des fenêtres disposées régulièrement sur toutes les façades de l’édifice, citent d’emblée le Palais Médicis (1444-1457) à Florence, tandis qu’au rez-de-chaussée, le dessin de la porte d’entrée s’inspire directement de celle du Palais Farnèse (1559-1564) à Rome. En outre, les arcs toscans, qui couvrent les ouvertures du soubassement, empruntent également à l’architecture des palais florentins et romains de la Renaissance. Enfin, le dernier étage est conçu dans l’esprit de la travée rythmique de Bramante : il est scandé par de courts pilastres à chapiteaux corinthiens, entre lesquels sont creusées des niches circulaires abritant les huit médaillons sculptés des comtes de Flandres. Ainsi, Leplus exploite l’aspect fortifié, l’impression de « puissance calme » héritée des palais italiens auxquels il fait signifier le rôle de protection des archives. Parallèlement, la référence italienne lui permet de transposer l’aura palatiale sur l’hôtel des archives, qui devient non plus l’incarnation du pouvoir d’une grande famille de notables, mais la luxueuse vitrine de la richesse matérielle et culturelle d’un département. Mais le véritable morceau de bravoure consiste en l’escalier en vis à cinq pans (fig. 2), hors œuvre, qui orne la façade postérieure. Cette cage de lumière, qui sert également de pivot distributif, reprend sur une échelle plus modeste le dessin de l’escalier du château de Blois (aile François Ier, XVIe s.), ou encore celui de Chambord (XVIe s.).

Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure

Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure
  • 9 R.-H. Bautier, « La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archiv (...)
  • 10 Arch. dép. Nord, 4 N 20 : lettre du préfet au comte de Montalivet, 23 juin 1843.

11De façon complémentaire, cet édifice se réclame donc également de prestigieux modèles français : la citation ostensible des escaliers des châteaux de la Renaissance française évoque indirectement la tradition des trésors des chartes, dont les premières demeures ont été les châteaux du roi et de ses seigneurs. En fait, ces deux références, française et italienne, se rencontrent dans la mesure où toutes deux relèvent de l’architecture privée. En effet, l’absence de salle de lecture met en exergue le caractère confidentiel de ces archives : en dépit de la loi de publicité du 7 messidor an II (25 juin 1794)9, il semble que la consultation des pièces soit réservée non plus à la jouissance d’un grand seigneur, mais, par transposition, à celle d’une élite locale, composée des autorités et de quelques érudits. D’ailleurs, le préfet revendique cette tradition monarchique : « [le bâtiment] sera digne par sa construction de renfermer un dépôt si riche en titres précieux qu’on peut le considérer plutôt comme un dépôt d’archives souveraines que comme un dépôt départemental »10. Cette ambition de s’élever à un statut national explique le modèle palatial et le luxe du parti pris architectural, si bien qu’on pourrait considérer cet édifice comme le Palais des archives des provinces. Placés sous la protection des comtes de Flandres et du roi Louis-Philippe, contenu et contenant s’inscrivent dans la lignée des archives monarchiques et revendiquent le statut de dépôt satellite des Archives centrales.

12Premier jalon de cette architecture archivistique française, l’hôtel des archives du Nord apparaît comme un cas tout à fait exceptionnel : d’une part, ce􏰀chantier ne reflète pas la situation de l’ensemble des archives départementales françaises, pour la plupart en déshérence dans les locaux préfectoraux ; d’autre part, les largesses de la maîtrise d’ouvrage, mais aussi les faiblesses de la maîtrise d’œuvre (d’où une cruelle absence de fonctionnalité), expliquent que cet édifice n’ait jamais fait figure de modèle par la suite. Néanmoins, ce dépôt semble tout à fait représentatif de la conception des archives de cette première moitié du siècle, qui perpétue leur fonction régalienne : concentrés en un volume imposant et organisé, les fonds d’archives constituent un puissant moyen de gouvernement, et le dépôt n’est que la traduction matérielle de cette définition.

Le Second Empire

  • 11 M. Duchein, op. cit.

13C’est sous le Second Empire, période prospère, qu’on entreprend de grandes campagnes de construction et de rénovation urbaine, dans lesquelles les préfectures, et avec elles, les archives départementales, sont englobées11. Au-delà du facteur conjoncturel, la saturation des locaux explique également ce premier mouvement bâtisseur. Malgré la diversité des propositions, la mission administrative des archives offre un remarquable élément de cohérence pour comprendre ces devinettes architecturales : ces dépôts restent avant tout conçus comme des annexes de la préfecture ; en effet, le matériel archivistique sert principalement à documenter les services administratifs des départements, l’apport à la recherche demeurant accessoire malgré la demande croissante de communications.

  • 12 Arch. dép. Gironde, 3 T 1 : lettre du ministre de l’Intérieur Duchâtel au préfet de la Gironde, 7 m (...)

14Les entreprises de constructions de dépôts départementaux résultent en grande partie de l’attitude beaucoup plus interventionniste de l’État, dans une optique d’uniformisation du paysage archivistique français. À ce titre, le ministère de l’Intérieur met en avant la question matérielle à travers le règlement général des archives départementales du 6 mars 1843, lequel comporte en annexe des « Observations complémentaires » relatives aux conditions de conservation que doit garantir le local destiné aux archives12. Au nombre de ces recommandations, on en retiendra une seule : le dépôt devra être isolé. La protection des archives contre les menaces de l’environnement, mais aussi la volonté de préserver les bureaux préfectoraux contre les dangers d’incendie, sont à l’origine de la séparation matérielle des archives et de leurs structures de production. Autrement dit, ce décret a joué, avec le manque de place, un rôle essentiel dans la naissance du bâtiment d’archives en tant que construction indépendante.

  • 13 R.-H. Bautier, « Les Archives », dans C. Samaran, L’Histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, (co (...)
  • 14 V. Dignac, « Les bâtiments d’archives au XIXe siècle dans le fonds du conseil général des Bâtiments (...)

15Parallèlement, il convient de souligner le rôle prépondérant des anciens élèves de l’École des chartes qui, à partir du décret du 4 février 1850, détiennent le monopole des services d’archives départementaux13. Dans le cadre de ces chantiers, il revient souvent aux archivistes le mérite d’intéresser les administrateurs aux conditions de conservation des papiers et de les convaincre de la nécessité d’un local adapté14. Cependant, leur marge de manœuvre, tout comme celle des architectes départementaux, est considérablement limitée car soumise tant aux exigences du préfet, qu’aux conditions budgétaires posées par les conseillers généraux. Cette question de la maîtrise d’ouvrage permet de comprendre le choix de la grande majorité des architectes, qui, jusqu’à la fin du siècle, élaboreront des programmes correspondant plus à un établissement administratif qu’à un édifice culturel. À l’image du rapport hiérarchique entre l’archiviste et le préfet (le premier étant considéré comme un agent de l’administration préfectorale), le bâtiment d’archives demeure une annexe des bureaux préfectoraux.

  • 15 Le département est rebaptisé Seine-Maritime à partir de la loi du 4 septembre 1941.
  • 16 C.-V. Langlois, Les hôtels de Clisson et de Guise et de Rohan-Soubise au Marais, Paris, 1922.

16Malgré leur séparation matérielle, la permanence de ce lien entre les archives et leurs centres producteurs se manifeste d’ores et déjà dans le choix du site : afin de faciliter les échanges entre les bureaux et le service des archives, le dépôt sera, au cours de cette période, toujours localisé à proximité de la préfecture. Les bâtiments des départements de la Seine-Inférieure15 et de l’Eure offrent deux exemples de dépôts dont l’ordonnance est clairement différenciée de celle des locaux préfectoraux, mais dont l’implantation est tout à fait significative : à Rouen, le bâtiment (1855 - septembre 1857) élevé d’après les plans de Louis-François Desmarest (fig. 3), est situé dans l’enceinte préfectorale ; afin de prévenir les dangers d’incendie liés à l’utilisation des cheminées et des poêles, l’architecte du département a choisi de séparer les bureaux du service, qui sont isolés dans une aile de la préfecture. Contrastant avec l’architecture officielle de l’ensemble préfectoral, l’élévation antérieure, complètement aveugle (à l’exception de la travée centrale), est seulement ornée de motifs décoratifs représentant les armoiries des villes du département, et égayée par la polychromie des matériaux - brique, pierre, tôle – dans la continuité du style Louis XIII. Le quadrillage de la surface par des ressauts donne l’impression d’une multitude de boîtes empilées les unes sur les autres, comme si le contenant reflétait son contenu. En effet, le thème de l’architecture aveugle est un des premiers signes architecturaux propres à caractériser le bâtiment d’archives : cet aspect hermétique donne une connotation fortifiée au dépôt et permet à Desmarest d’exprimer la protection des archives contre les menaces de l’environnement (feu, eau, humidité). C’est à la même esthétique que ressortit l’aile des Grands Dépôts aux Archives nationales, sorte de « coffre-fort sans serrure »16 - selon l’expression de Langlois -, construit par Henri Janniard entre 1859 et 1865.

Fig. 3. Dépôt des archives de la Seine-Inférieure (1855-1857)

Fig. 3. Dépôt des archives de la Seine-Inférieure (1855-1857)

Fig. 4. Dépôt des archives et de l’Eure (1857-1859)

Fig. 4. Dépôt des archives et de l’Eure (1857-1859)
  • 17 Arch. dép. Eure, 26 N 1 : Mémoire de travaux de maçonnerie faits pour la construction des archives (...)

17À Évreux, l’architecte Étienne Bourguignon livre également une sorte de boîte monumentale (1857-1859) (fig. 4), située à proximité des bureaux préfectoraux. Comme si la fonction avait engendré la forme, l’identité du bâtiment d’archives sera une réplique surdimensionnée de la boîte d’archives : réalisé en brique, l’édifice se présente sous la forme de deux blocs compacts accolés, deux volumes d’aspect monolithique posés sur un soubassement. Les élévations se succèdent selon une alternance de façades ouvertes et aveugles. Dans les années 1850, le bâtiment d’archives apparaît donc comme une sorte de container monumental mis à la disposition de l’administration. Cependant, le dépôt ébroïcien marque une certaine évolution dans la typologie, dans la mesure où la distribution intérieure témoigne d’une volonté nouvelle de fonctionnalité : la grande salle des archives, de 11 mètres de hauteur, est divisée en trois travées transversales à triple étage, au moyen de colonnettes de fonte montant de fond, sur lesquelles sont fixées les armatures des étagères de rangement. Les deux niveaux supérieurs sont distribués par des galeries garnies de balcons, longeant chaque travée17.

  • 18 En raison de sa conception défectueuse, l’hôtel des archives du Nord fait plus figure de contre-exe (...)
  • 19 M. Saboya, « La travée de Sainte-Geneviève à l’hôtel des archives départementales de la Gironde : u (...)
  • 20 Hypothèse suggérée par C. Hottin.

18Cette disposition, déjà employée pour le dépôt de l’Aube (inauguré en 1853), apparaît comme une variante de celle de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1843-1850), construite par Henri Labrouste à Paris. En effet, le bâtiment d’archives est toujours considéré comme un programme inédit18 sous le Second Empire. L’absence de modèle conduit donc les architectes à s’emparer des types architecturaux préexistants, dont les préoccupations fonctionnelles font écho à celles des archives : comme l’a montré Marc Saboya19, c’est ainsi que s’impose assez logiquement le grand modèle à vocation de stockage, la bibliothèque. Bien que cette solution entraîne un gaspillage d’espace conséquent et rende difficile le travail de manutention, ce dépôt d’apparat révèle tout de même un processus de programmation plus abouti, qui associe fonction de conservation (emprunt au type de la bibliothèque, architecture de la boîte) et mission administrative (situation dans le quartier de la préfecture), afin de constituer une sorte de « centre de documentation » destiné au personnel préfectoral20, comme l’atteste l’aménagement d’une petite salle de lecture et d’une bibliothèque administrative au sein même de l’édifice.

  • 21 V. Legentil, « Notice sur Léon Marcotte », Bulletin de la Société des beaux-arts de Caen, t. VIII, (...)

19Outre le choix du site, les architectes optent souvent pour la paraphrase architecturale des bâtiments préfectoraux, afin de signaler le rapport hiérarchique entre les deux institutions : à Caen, le dépôt (1865-1867) signé par Léon Marcotte, se présente sous la forme d’un large parallélépipède, flanqué de deux corps latéraux de même hauteur, dont l’un communique directement avec l’hôtel préfectoral. Destiné au stockage des archives, le corps principal, dont la distribution intérieure reprend la formule employée dans l’Eure, emprunte largement à la façade de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1843-1850) de Labrouste, dont Marcotte fut l’élève lors de son passage à l’École des beaux-arts21. Le dessin des hautes et larges fenêtres, les impostes sur lesquelles reposent les arcs en plein-cintre des baies, le décor de patères dans les écoinçons, le cordon finement sculpté couronnant l’élévation et la forme du toit à faible pente relèvent exactement de la même esthétique que la travée de Labrouste. Cependant, les deux pavillons affectés aux bureaux du service s’harmonisent avec le parti des bâtiments préfectoraux contigus, en adoptant des proportions et un langage architectural similaires. Ainsi, cette subtile gradation permet non seulement d’intégrer la référence à Labrouste dans un contexte urbain prédéfini tout en évitant un contraste trop soutenu, mais aussi d’inscrire le bâtiment d’archives dans le quartier de la préfecture.

  • 22 Centre hist. des Arch. nat., F21 1856 : rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Grisart (...)

20L’architecte départemental de la Marne, Rémy-Eugène Collin, use des mêmes moyens architecturaux pour caractériser le dépôt chalonnais (1864-1866) et propose également une synthèse entre la travée de Labrouste et l’hôtel de la préfecture. Par le choix du site, l’architecte instaure un dialogue architectural entre le palais départemental et le bâtiment des archives, une sorte de face à face assez audacieux qui souligne la filiation entre les deux institutions. En outre, la disposition entre cour et jardin, le recours à l’ordre colossal, les pilastres à chapiteaux, la balustrade ainsi que la toiture à longs pans et croupes, empruntent à l’architecture du petit palais urbain de la préfecture. Cependant, l’intervention du Conseil des bâtiments civils en faveur d’un dépôt plus « caractérisé » aboutit à une solution architecturale hybride22 (fig. 5) ; la forme parallélépipédique de l’édifice, le bossage chanfreiné du soubassement et la forme élancée des fenêtres thermales citent la travée de Sainte-Geneviève. De plus, la référence à l’œuvre-phare de Labrouste se poursuit à l’intérieur, puisque la grande et unique salle répète le dispositif expérimenté à Évreux.

Fig. 5. Dépôt des archives de la Marne (1864-1866)

Fig. 5. Dépôt des archives de la Marne (1864-1866)

21Finalement, les exemples assez proches de la Marne et du Calvados offrent une représentation architecturale ambivalente du bâtiment d’archives, qui concilie des conceptions pourtant antagonistes, celle de la maîtrise d’ouvrage (préfecture, conseil général) et celle de la maîtrise d’œuvre (architecte départemental et/ou Conseil des bâtiments civils) : entre édifice privé et monument public, entre imitation de l’hôtel classique et avatar de la première grande bibliothèque moderne de France, entre architecture administrative et connotation culturelle, ces deux dépôts traduisent-ils les évolutions contemporaines de la politique archivistique, marquée par les nombreuses publications d’inventaires et la multiplication des ouvrages d’érudition ? Pour autant, la référence au type de la bibliothèque ne résulte pas d’une volonté d’inscrire le bâtiment d’archives dans l’architecture culturelle. En effet, dans les dépôts du Calvados et de la Marne, comme dans la grande majorité des dépôts français, les architectes n’ont prévu aucune salle de consultation. Alors que, à Caen et à Châlons-sur-Marne, la distribution intérieure tout comme l’ordonnance extérieure s’inspirent très largement de la travée de Labrouste, les architectes ont délibérément amputé le programme de sa partie la plus essentielle, la salle de lecture. En définitive, ce faux paradoxe souligne le fait que le bâtiment d’archives n’est ni un programme culturel, ni un édifice patrimonial, mais bel et bien une annexe des services préfectoraux, une sorte de bibliothèque destinée à documenter l’administration départementale.

22Sous le Second Empire, les interventions gouvernementales attestent une réelle prise de conscience de la corrélation entre la conservation des papiers et le bâtiment : en effet, la formulation des premiers principes de sécurité aboutit à la séparation matérielle des archives et de leurs centres producteurs, donnant ainsi naissance à un nouveau type architectural. Si cette évolution coïncide avec une valorisation de la finalité historique des archives, les services départementaux restent néanmoins prioritairement dévoués à leur mission administrative, tout comme les dépôts demeurent conçus comme la partie d’un tout. C’est seulement sous la Troisième République, qui marque la consécration de la finalité historique des archives, que les architectes évolueront vers des solutions sui generis.

La Troisième République

23Au tournant du siècle éclôt, dans toute l’Europe, un mouvement en faveur des matériaux d’archives, qui va de pair avec le développement de l’histoire positiviste : en France, ce phénomène se traduit par l’essor des activités scientifiques au sein des services départementaux. Outre ce regain d’intérêt, la saturation des locaux départementaux aboutit à une intensification du rythme des chantiers et à un processus d’autonomisation du bâtiment d’archives.

  • 23 G. Richou, Traité théorique et pratique..., op. cit.
  • 24 G. Desjardins, Le Service des archives départementales, Conférences faites aux élèves de l’École de (...)

24Sous la Troisième République, la nécessité de préserver les archives amène les archivistes à réfléchir sur les conditions de conservation et la question du local : en effet, dès 1880, on ajoute à l’enseignement doctrinal de l’École des chartes une sorte d’enseignement professionnel, qui comprend des conférences pratiques et la visite de quelques dépôts23. Le 10 juin 1890, Gustave Desjardins, chef du bureau des archives du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, consacre sa première conférence au bâtiment d’archives24. Pour la première fois, l’orateur pose en principe la participation de l’archiviste à la maîtrise d’œuvre : il lui revient tout d’abord de définir la capacité ; dans l’idéal, il conviendrait de prévoir la moitié du métrage linéaire actuel en plus. Au nombre des remarques intéressantes, l’archiviste doit veiller à ce que le terrain sur lequel s’élèvera le futur dépôt soit assez vaste pour permettre une extension, et à ce que la maçonnerie soit assez solide, en prévision d’une surélévation, ou encore d’une éventuelle surcharge. Si ces indications peuvent aujourd’hui sembler évidentes, elles attestent non seulement une meilleure analyse des besoins du service, mais surtout une reconnaissance de la complexité de ce type de programme. En effet, c’est au cours de cette période qu’on commence à différencier la construction de bâtiment d’archives d’une annexe de la bibliothéconomie : à l’imitation des autres modèles à vocation de conservation se substitue une définition de plus en plus précise des fonctions du bâtiment d’archives, annonçant le concept de « spécificité fonctionnelle ». En outre, ces premières réflexions théoriques permettent d’instaurer un dialogue entre archivistes et architectes. Bien que, jusqu’au milieu du XXe siècle, la marge de manœuvre des premiers se limite à la voix consultative, - notamment parce que leur compétence ne s’étend pas encore aux techniques constructives -, on peut toutefois établir un parallèle entre le degré d’implication des archivistes et le processus de normalisation de l’architecture archivistique.

  • 25 « Programme-type pour la construction des bâtiments d’archives départementaux en France », dans M.  (...)

25À partir du XXe siècle, la prise en compte des conditions physiques de conservation des documents et une meilleure évaluation des besoins du service vont permettre une optimisation des systèmes de stockage. Cette révolution dans le processus de programmation des dépôts est rendue possible par les nombreux progrès techniques, principalement la généralisation du ciment et du béton armés dans les années 1890-1900, dont le coût de production baisse grâce à la standardisation des éléments de production. Incombustibilité et résistance à la compression : les propriétés physiques du béton en font l’élément incontournable du bâtiment d’archives, des années 1910 à nos jours25.

  • 26 « L’annexe des archives départementales du Nord à Lille », La Construction moderne, samedi 26 mars (...)

26L’annexe des archives du Nord, construite par Léonce Hainez entre 1908 et 1909, marque l’un des premiers emplois de ce matériau dans le cadre de ce programme. Toutefois, si le dispositif de stockage garantit, avec une efficacité jusque-là inédite, la sécurisation des magasins, l’architecte reproduit certains errements traditionnels : la structure du dépôt, réalisée entièrement en béton armé et exécutée selon le système Hennebique, repose sur de larges piliers, qui sont entretoisés par des passerelles d’une largeur de 2,50 m26. En fait, cette distribution peu commode apparaît comme une transposition dans un matériau moderne du système de galeries « façon Labrouste » des dépôts des années 1860. En outre, l’architecte étend l’usage du béton aux rayonnages, qui s’avèrent difficiles à manipuler en raison de leur poids considérable.

Fig. 6. Dépôt des archives de la Meuse (1911-1913)

Fig. 6. Dépôt des archives de la Meuse (1911-1913)
  • 27 « Les archives départementales de la Meuse », La Construction moderne, 19 avril 1914, p. 340-344, p (...)

27Le bâtiment des archives de la Meuse (1911-1913) (fig. 6), élevé d’après les plans des architectes départementaux Maurice et Edmond Royer, offre un exemple de mise en œuvre nettement plus convaincante à partir du même matériau : d’une logique structurelle irréprochable, le dépôt est divisé en sept niveaux par des planchers en béton armé, exécutés selon le système Hennebique et supportés par des piliers rectangulaires en ciment armé, lesquels jouent aussi le rôle de montants pour les rayonnages en bois27.

  • 28 Pour comparaison, les dépôts de l’Eure, de la Seine-Inférieure et du Calvados développent respectiv (...)
  • 29 Dans les années 1880, la largeur des allées avoisinait les 2 m ; considérant la norme actuelle (lar (...)
  • 30 Durant tout le XIXe siècle, la hauteur des étages est comprise entre 3 et 4 m ; ce n’est qu’à parti (...)

28Outre la protection anti-feu et la résistance aux charges, le système poteau-poutre constitue le point de départ d’une rationalisation de plus en plus calibrée des espaces de conservation et rend possible cette inflation du métrage linéaire à partir des années 1910 (7 000 ml à Bar-le-Duc)28 ; en outre, la diminution de la largeur des allées à 1,40 m29 permet aussi d’économiser l’espace, tandis que la réduction de la hauteur des étages à 2,15 m30 participe de l’amélioration de l’accessibilité des documents. Ce paramétrage, qui annonce le processus de normalisation des années 1950, est complété par une réflexion nouvelle sur la circulation du personnel et des documents : l’aménagement d’une salle de tri, à l’entrée du bâtiment, mais aussi la présence d’un monte-charge, constituent deux innovations tout à fait représentatives de ce nouvel effort de fonctionnalité. D’autre part, une attention nouvelle portée au mode d’éclairage, à la salubrité, ainsi qu’aux conditions thermiques et hygrométriques, conforte ces tentatives de modernisation des dispositifs de conservation : à Bar-le-Duc, au niveau des planchers, les passages entre chaque épi de rayonnages sont ajourés et équipés tantôt de claires-voies métalliques, qui assurent une libre circulation de l’air et de la lumière, tantôt de dalles de verre, qui préviennent l’accumulation de poussière et évitent une trop grande déperdition de chaleur. En outre, l’électrification des magasins – la toute première occurrence pour ce type de construction –, la présence d’un appareil de chauffage central par la vapeur et d’un système électrique de nettoyage par le vide, viennent compléter ce dispositif conçu pour garantir la bonne préservation des documents.

29Synthèse de toutes les innovations contemporaines, le dépôt de la Meuse marque une étape décisive dans l’histoire de ce type constructif, dans la mesure où il met en exergue la singularité de cette architecture archivistique, qui n’est plus assimilée à une sous-catégorie de la bibliothéconomie et devient un objet d’étude à part entière. Enfin, ce processus d’autonomisation se manifeste également par la multiplication des espaces publics : dans la Meuse, l’aménagement d’une bibliothèque et d’une salle de lecture, qui s’impose dans les programmes dès les années 1880, apparaît comme la conséquence logique de la reconnaissance du rôle culturel des archives. En effet, c’est sous la Troisième République que se produit ce phénomène de mutation des matériaux d’archives, et les services, tout en restant attachés à leur fonction administrative, connaissent un premier développement de leurs activités scientifiques. Dès lors, le bâtiment d’archives n’apparaît plus seulement comme une dépendance mise à la disposition du personnel préfectoral, mais comme un service public de plus en plus autonome, soucieux de répondre aux attentes du public. Ainsi, édifié à la veille de la première guerre mondiale, le dépôt de la Meuse peut être considéré comme l’un des premiers bâtiments d’archives modernes, dans la mesure où il􏰀préfigure les constructions de l’après-guerre.

  • 31 Les Préfectures françaises par les archivistes en chef des départements, Niort, Association des ami (...)

30Cette volonté de singulariser le bâtiment d’archives se traduit également en façade : en effet, la rupture de plus en plus sensible entre les archives et les bureaux préfectoraux, ainsi que le passage à des proportions beaucoup plus monumentales, permettent aux architectes une plus grande liberté dans leur recherche de nouveaux types de représentations architecturales. À Rouen, l’extension (1893-1895) confiée à Lucien Lefort, est édifiée dans le prolongement de l’ancien dépôt de Desmarest, et se termine, à l’angle du jardin de la préfecture, par un luxueux pavillon, qui devient ainsi le nouveau frontispice des archives de la Seine-Inférieure. Or, le parti pris architectural de ce pavillon se caractérise par une monumentalité et une richesse tout à fait exceptionnelles, qui justifient en grande partie les 270 000 F portés au devis31 : en effet, la silhouette élancée de la façade, le soubassement en bossage, les baies cintrées de l’étage noble et surtout la grande hauteur de combles donnent à cet édifice des allures de petit théâtre français du XIXe siècle, tels ceux de Beauvais, de Calais, ou encore de Laon. De plus, tandis que le corps de bâtiment principal suit une disposition traditionnelle avec des étages voûtés en brique, le pavillon répète, de façon assez tardive, la distribution héritée de la bibliothèque Sainte-Geneviève. Mais, contrairement aux dépôts du Second Empire, le système de galeries « façon Labrouste » ne vient pas se substituer au dispositif de stockage : il est délibérément choisi pour son effet esthétique et sa valeur symbolique. En effet, à Rouen, cette réappropriation de deux types à vocation culturelle, à savoir le théâtre et la bibliothèque, est mise au service d’une valorisation de l’archive, voire d’une mise en scène : c’est en utilisant des moyens architecturaux identiques que le bâtiment peut, d’une part, acquérir une visibilité immédiate en tant qu’édifice public dans un contexte urbain et, d’autre part, prétendre à un statut aussi prestigieux que celui des institutions culturelles rivales.

  • 32 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, « Les archives départementales de la Mayenne », 303, Arts, Recherc (...)
  • 33 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, op. cit., 1992.
  • 34 Ibid.

31Cet affranchissement par rapport aux grands modèles de l’architecture administrative trouve son point d’orgue avec le bâtiment des archives de la Mayenne (1913-1914/1920-1923). À ce titre, l’historique du projet mérite d’être relaté32 : alors que, à la fin des années 1900, le conseil général de la Mayenne a résolu l’édification d’un nouveau dépôt, les interventions successives de deux inspecteurs généraux des archives, envoyés à Laval en février et mai 1910, orientent les maîtres d’ouvrage vers le bâtiment des archives de Lot-et-Garonne (1905-1908), alors considéré comme un modèle du genre ; l’auteur de ce dépôt agenais, l’architecte Albert Courau, est donc invité à Laval en février 1911, afin de présenter à la commission quelques-uns de ses plans, à la suite de quoi il sera chargé de fournir un avant-projet, puis un projet définitif complet. Parallèlement, à la suite du décès de l’architecte départemental, la maîtrise d’œuvre du dépôt est confiée à un ingénieur des Ponts et Chaussées, Jules-Félix Castaing. Ce travail de concertation entre un architecte expérimenté et un ingénieur compétent, auxquels s’associent des inspecteurs généraux des archives et l’archiviste départemental, expliquent le caractère résolument novateur de ce projet, qui, quoique réaménagé et agrandi, offre encore aujourd’hui une image architecturale tout à fait convaincante du bâtiment d’archives. Tout d’abord, la singularité de ce dépôt tient à son emplacement, sur une parcelle de l’ancien cimetière, assez éloignée de la préfecture et à proximité de la gare, dans un quartier encore peu loti. En effet, conformément aux souhaits du maire de la ville, l’implantation des archives devait participer de l’urbanisation de cette zone encore couverte de près et de champs33. En outre, cette rupture avec les centres producteurs se traduit également dans la pierre, car Courau se détache peu à peu des modèles traditionnels : dans la première version de 1911, la signature de l’architecte du dépôt du Lot-et-Garonne, librement inspiré du dessin du Capitole de Toulouse (1750-1760), est tout à fait perceptible, tandis que la version finale de 1912 ne doit plus rien à la typologie de l’hôtel de ville. En définitive, Courau, peut-être influencé par Castaing, livre non pas une variante de son dépôt agenais, mais une œuvre nouvelle, à connotation culturelle : parallélépipède parfait, le bâtiment, réalisé en granit et pierre blanche, donne l’impression de « deux boîtes » monumentales superposées, couronnées par un attique qui, tel un « couvercle »34, vient sceller cet écrin de pierre.

  • 35 Ibid.
  • 36 Les parties publiques comprennent un vestibule, des bureaux, une salle de consultation et une bibli (...)
  • 37 D. Bezombes, op. cit.

32Certes, l’architecte ne déroge pas au langage conventionnel de l’architecture officielle : l’aspect monolithique de ce bloc compact, le dessin strictement géométrique de l’édifice, le parement à bossage, l’ordre colossal, et enfin la finesse et la sobriété du vocabulaire décoratif, inscrivent cet édifice dans la continuité du courant néoclassique. Mais, contrairement à la typologie traditionnelle des dépôts, une distanciation s’opère par rapport aux grands modèles de l’architecture administrative, que sont l’hôtel de la préfecture et l’hôtel de ville : affranchie de ces références, l’architecture apparaît comme le reflet de ce processus d’autonomisation par rapport au pouvoir administratif, phénomène qui concorde avec l’essor de la vocation culturelle du service, comme en témoigne la présence de l’ordre ionique, « toujours recommandé pour les édifices à caractère culturel »35. Finalement, toute la genèse du projet, depuis le choix d’un site éloigné du centre administratif jusqu’à la conception des espaces publics, très complets pour l’époque36, semble annoncer cette mutation des archives en centre scientifique, qui n’interviendra véritablement qu’après le second conflit mondial. Au cours de cette période de libre circulation des idées, la multiplication des acteurs dans le domaine de l’architecture archivistique détermine une première réflexion théorique, menée par des archivistes, et une approche différente de la part des architectes : d’une part, le développement des services départementaux impose de reconsidérer le programme du bâtiment d’archives, en se basant sur la reconnaissance de sa spécificité et sur les nouvelles exigences de fonctionnalité. D’autre part, les quelques projets évoqués témoignent aussi d’une volonté de singulariser l’image architecturale du dépôt, qui n’est plus considéré comme une subdivision de l’architecture administrative, ni comme un avatar de l’architecture culturelle : à la systématisation de la copie, pratique courante sous le Second Empire, se substitue la recherche de l’identité, qui rend possible l’architecture archivistique.
Au cours de ce siècle historiciste, le bâtiment d’archives reflète, par son processus de programmation comme par son image architecturale, les profondes mutations de cette nouvelle institution. Dans le nord de la France, depuis l’hôtel des archives du Nord jusqu’au dépôt de la Mayenne, le lien entre les archives et leurs structures de production s’est considérablement relâché. Dans la première moitié du siècle, si ce n’est le dépôt lillois, on considère le local dévolu aux archives comme une ligne mineure, voire accessoire, du programme de l’ensemble urbain de la préfecture. Sous le Second Empire, c’est au nom des premiers principes de sécurité que s’impose la séparation entre les dépôts et les bureaux préfectoraux : par conséquent, il s’agit à proprement parler d’une naissance de facto, et non d’une création spontanée d’un nouveau type architectural. D’ailleurs, jusqu’à la fin du XIXe siècle, le bâtiment d’archives reste conçu comme une annexe du palais départemental : par sa localisation et son ordonnance extérieure, l’édifice reste trop affilié à l’hôtel préfectoral - qui relève de la tradition de l’habitat privé - pour être jamais perçu comme un monument public. C’est seulement sous la Troisième République que l’on peut évoquer la véritable invention d’une architecture archivistique, qui repose sur une recherche plus ciblée des caractéristiques fonctionnelles et une démarche plus libre en termes de représentation architecturale. Alors que les services départementaux concilient de façon plus marquée fonctions administrative et culturelle, le bâtiment d’archives gagne progressivement sa place dans la cité, au cœur de la vie publique. Néanmoins, malgré la réalité de ce processus d’autonomisation, la transformation des services d’archives en établissements culturels ne s’effectuera qu’après la seconde guerre mondiale, grâce à la diversification des activités scientifiques. D’autre part, si le véritable apport du XIXe siècle est d’avoir permis ce passage du bâtiment d’archives de la sphère privée à l’architecture publique, la question du sens de cette architecture dans la cité et dans la vie des citoyens est encore ouverte aujourd’hui37.

Notes

1 Voir sur ce point l’article de Christian Hottin, dans ce volume.

2 N. Georges, « Mémoire de plomb. Sur la crise des Archives nationales et la manière d’en sortir », Commentaire, n° 300, hiver 2002-2003, p. 949-956.

3 D. Bezombes, « Stratégies de programmation », Journées d’études de la direction des Archives de France Bâtiments d’archives, bâtiments de l’avenir, Annecy, 27-28 mai 2003, publication électronique : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/batiments/colloques/.

4 G. Richou, Traité théorique et pratique des archives publiques, Paris, P. Dupont, 1883.

5 M. Duchein, « Les bâtiments des archives départementales en France », Archivum, vol. IV, chap. II, Presses Universitaires de France, 1956, p. 108-176.

6 M. Bruchet, « Les archives départementales du Nord », Extrait des publications du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, tenu à Lille en 1909, note 1, p. 5 (Arch. dép. Nord, 3 T 173).

7 Il faut attendre 1839 pour que la nomination d’un archiviste paléographe devienne obligatoire.

8 En fait, cette entreprise avait déjà eu des précédents, parmi lesquels on peut citer le dépôt des archives du ministère des Affaires étrangères (1761-62), construit par l’ingénieur Jean-Baptiste Berthier. Néanmoins, à l’échelon local, il s’agit effectivement de la première construction indépendante.

9 R.-H. Bautier, « La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archives et la naissance de l’archivistique (XVIe-début XIXe s.) », Archivum, t. XVIII, 1968, p. 149.

10 Arch. dép. Nord, 4 N 20 : lettre du préfet au comte de Montalivet, 23 juin 1843.

11 M. Duchein, op. cit.

12 Arch. dép. Gironde, 3 T 1 : lettre du ministre de l’Intérieur Duchâtel au préfet de la Gironde, 7 mars 1843 : Règlement général des archives départementales, décret du 6 mars 1843. Bien que publiée sous la monarchie de Juillet, cette première formulation des besoins des archives semble n’avoir eu de véritable impact que sur les projets élaborés sous le Second Empire (la conception du dépôt de Lille datant de 1839).

13 R.-H. Bautier, « Les Archives », dans C. Samaran, L’Histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, (coll. « Encyclopédie de la Pléiade »), 1986, p. 1120-1167.

14 V. Dignac, « Les bâtiments d’archives au XIXe siècle dans le fonds du conseil général des Bâtiments civils », Gazette des Archives, t. 164, 1994, p. 24-43 : l’auteur a déjà souligné l’influence de ces nouveaux archivistes, qui tiennent la question du bâtiment au premier rang de leurs préoccupations.

15 Le département est rebaptisé Seine-Maritime à partir de la loi du 4 septembre 1941.

16 C.-V. Langlois, Les hôtels de Clisson et de Guise et de Rohan-Soubise au Marais, Paris, 1922.

17 Arch. dép. Eure, 26 N 1 : Mémoire de travaux de maçonnerie faits pour la construction des archives départementales, 1857, par H. Cherel fils, approuvé par l’architecte Bourguignon le 5 octobre 1857.

18 En raison de sa conception défectueuse, l’hôtel des archives du Nord fait plus figure de contre-exemple.

19 M. Saboya, « La travée de Sainte-Geneviève à l’hôtel des archives départementales de la Gironde : une traversée des signes », dans J.-M. Leniaud, Des Palais pour les Livres : Labrouste, Sainte-Geneviève et les bibliothèques, Actes du colloque international du 11 octobre 2001, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 95-99.

20 Hypothèse suggérée par C. Hottin.

21 V. Legentil, « Notice sur Léon Marcotte », Bulletin de la Société des beaux-arts de Caen, t. VIII, 1888, p. 205-212.

22 Centre hist. des Arch. nat., F21 1856 : rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Grisart, 13 décembre 1859 ; rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Gilbert, 21 septembre 1862.

23 G. Richou, Traité théorique et pratique..., op. cit.

24 G. Desjardins, Le Service des archives départementales, Conférences faites aux élèves de l’École des chartes les 10, 18, 25 et 30 juin 1890, Paris, E. Bourloton, 1890.

25 « Programme-type pour la construction des bâtiments d’archives départementaux en France », dans M. Duchein, Les bâtiments d’archives en France : constructions et équipements, Paris, Archives nationales, 1985, annexe III : aujourd’hui encore, on préconise une ossature en béton pour les magasins de conservation.

26 « L’annexe des archives départementales du Nord à Lille », La Construction moderne, samedi 26 mars 1910, XXe année, n° 26, p. 303-305, pl. 64.

27 « Les archives départementales de la Meuse », La Construction moderne, 19 avril 1914, p. 340-344, pl. 71-72.

28 Pour comparaison, les dépôts de l’Eure, de la Seine-Inférieure et du Calvados développent respectivement 3000, 5000 et 3666 mètres linéaires de rayonnages.

29 Dans les années 1880, la largeur des allées avoisinait les 2 m ; considérant la norme actuelle (largeur minimum de 1,20 m), le dépôt de Bar-le-Duc témoigne d’un progrès considérable.

30 Durant tout le XIXe siècle, la hauteur des étages est comprise entre 3 et 4 m ; ce n’est qu’à partir de la décennie 1910 qu’on constate une diminution de la hauteur des niveaux, et à cet égard, les 2,15 m du dépôt de la Meuse correspondent aux normes dimensionnelles en vigueur aujourd’hui.

31 Les Préfectures françaises par les archivistes en chef des départements, Niort, Association des amis des Archives de France, Presses des établissements Soulisse et Cassegrain, 1953 : le coût de construction de l’avant-projet proposé par Lefort s’élevait à 350000 F, somme réduite à 270000 F par la suite.

32 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, « Les archives départementales de la Mayenne », 303, Arts, Recherches et Créations, n° 31, mars 1992, p. 27-37.

33 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, op. cit., 1992.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Les parties publiques comprennent un vestibule, des bureaux, une salle de consultation et une bibliothèque.

37 D. Bezombes, op. cit.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hôtel des archives du Nord, inauguré en 1844
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 3. Dépôt des archives de la Seine-Inférieure (1855-1857)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4. Dépôt des archives et de l’Eure (1857-1859)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 5. Dépôt des archives de la Marne (1864-1866)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6. Dépôt des archives de la Meuse (1911-1913)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540