Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

Henri VIII pensionnaire de François Ier

Charles Giry-Deloison

Texte intégral

  • 1 Frederick C. DIETZ a donné quelques chiffres pour ces pensions mais certains sont inexacts et l'en (...)

1Dans le contexte singulier des relations franco-anglaises des années 1509-1547, les pensions versées par le roi de France au roi d'Angleterre tiennent une place centrale. Bien plus qu'un paiement semestriel au titre du règlement financier de certaines clauses de traités conclus entre les deux royaumes, les pensions sont l'expression et le rappel des droits imprescriptibles des rois d'Angleterre sur la couronne de France1.

  • 2 Philippe de COMMYNES, Mémoires, dans Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge, p. 945-1448, éd. Alb (...)
  • 3 L.P., vol. XIX, 2, no 180.

2À la réplique anglaise aux railleries du vicomte de Narbonne quelques jours après Picquigny : « Appelez-vous l'argent que le roy nous donne, pension ? c'est un tribut »2, répondent en écho les termes de la lettre d'Henri VIII à Nicholas Wotton, chargé de recevoir les propositions des envoyés français en septembre 1544 : « the realm of France, Normandy, Aquytany and Guienne belong to his [Henry VIII's] inheritance, but, for the sake of peace, he [Henry VIII] has, for the forbearing of that right, accepted from the French king a pension of about a hundred thousand crowns »3.

  • 4 Foedera, vol. V, 3, p. 67-68.
  • 5 Voir Élisabeth LALOU, « Les négociations diplomatiques avec l'Angleterre sous le règne de Philippe (...)

3Certes, la pratique des pensions versées par la France aux rois d'Angleterre et à certains de leurs sujets remonte à Louis XI et au traité de Picquigny4, mais des précédents existent. Ainsi en 1286, Édouard Ier avait accepté de renoncer au Quercy moyennant une rente annuelle de 3.000 livres tournois5.

4De 1509 à 1547, pas moins de douze traités ou obligations tentent de régler la question de ces pensions. Les plus importants, ceux qui modifient le montant, la durée ou la nature des versements, sont conclus lors des grandes négociations qui rythment les relations diplomatiques entre les deux royaumes : 1514, 1518, 1525, 1527, 1529, 1530, 1546.

I. Écus d'or à la couronne ou au soleil ?

5Lorsque Ton tente de comprendre le système des pensions, on se heurte immédiatement à une double difficulté qui est de déterminer, d'une part, en quelle monnaie et surtout à quel cours le montant des sommes allouées est fixé par chaque traité et, d'autre part, en quelle monnaie et à quel cours ces sommes sont effectivement payées.

  • 6 Foedera, vol. V, 3, p. 67.
  • 7 Pour les clauses financières du traité de Picquigny, voir Joseph CALMETTE et Georges PERINELLE, Lo (...)

6Il faut remonter au traité de Picquigny. Le 29 août 1475, Louis XI accepte de remettre chaque année et jusqu'au décès du dernier des deux contractants, 50.000 écus d'or à la couronne à Edouard IV : « Notum facimus quod per Praesentes (...) Promittimus, & Obligavimus Nos (...) Illustrissimo Principi Edwardo, eadem gratia, Anglia Regi, (...), singulis annis, Vitâ utriusque nostrûm durante, Quinquaginta Millia Scutorum Auri (unoquoque eorum Scutorum Triginta très magnos Albos valente) »6. En 1477 il est décidé que la pension continuera à être servie pendant une année entière après la mort du premier des deux contractants7.

7Ceci est capital car par la suite certains traités fixent le montant des pensions annuelles également en écus d'or à la couronne. C'est le cas des traités de 1492, 1518 et 1525. Or, la frappe des écus d'or à la couronne cesse le 2 novembre 1475 et ces pièces sont remplacées par des écus d'or au soleil Dans les traités de 1514, 1527, 1530 et 1546 les montants des nouveaux versements sont fixés en écus d'or au soleil mais les reliquats des anciennes dettes continuent à être évalués en écus d'or à la couronne.

  • 8 Pour les variations des cours des monnaies françaises et étrangères circulant en France, voir Deni (...)
  • 9 Ibid., tableau 1, p. 377. Ordonnances, vol. I, p. xxii-xxix.

8Les modifications apportées au cours des écus d'or à la couronne et au soleil créent une difficulté supplémentaire. Le cours de l'écu d'or à la couronne ne change qu'une seule fois entre 1509 et 1547. Il avait été fixé par l'ordonnance du 30 juillet 1487 à 35 st L'ordonnance d'Amboise du 27 novembre 1516 l'établit à 39 st8. En revanche, le cours de l'écu d'or au soleil change deux fois durant la même période. Fixé à 36 st. 3 dt. par l'ordonnance du 30 juillet 1487, il est porté à 40 st. le 27 novembre 1516 et à 45 st. le 5 mars 15339. Ceci posa de sérieuses difficultés aux négociateurs et plus encore à ceux chargés de payer les pensions.

  • 10 Voir les comptes de Guillaume Restout pour les années 1476-1478, BN, Fr. 10375, f° 1-27. Pourtant (...)

9Enfin, la dette française est échelonnée en versements semestriels (aux 1er mai et 1er novembre) et est généralement évaluée en livres tournois mais toujours payée en écus d'or au soleil (sauf de 1475 à 1492, lorsque les versements sont effectués en écus d'or à la couronne10).

II. Dette, pension viagère ou rente perpétuelle ?

10À l'avènement d'Henri VIII la situation est encore relativement claire.

1. L'héritage (1475-1509)

  • 11 Foedera, vol. VI, 1, p. 15-16.
  • 12 Ibid., vol. VI, l, p. 9-11.
  • 13 Ibid., vol. V, 4, p. 54-55.
  • 14 Ibid., vol. V, 3, p. 199-203.

11Le 23 juillet 151011, pour compléter le renouvellement de la paix conclue à Londres le 23 mars12, Louis XII se reconnaît débiteur envers Henri VIII du reliquat des 745.000 écus d'or à la couronne (1.303.750 lt) dus selon le traité d'Étaples du 3 novembre 149213 Ces 745.000 écus représentent l'arriéré de 125.000 écus du traité de Picquigny plus 620.000 écus qu'Anne de Bretagne devait à Henri VII en vertu du traité de Redon du 10 février 148914.

  • 15 Joseph CALMETTE et Georges PERINELLE, op. cit., p. 248, note 1 et p. 256, note 1. Dans le manuscri (...)

12Édouard IV étant mort le 9 avril 1483, quatre mois avant Louis XI, « L'Aquict de l'Obligation que le feu Roy Edouard avoit du feu Roy Loys, & des arrerages de Huit Termes montans Cent Vingt cinq Mil Escus d'Or » dont fait état le traité d'Étaples, correspond en réalité à cinq, et non huit, termes de 25.000 écus impayés : ceux de la Saint-Michel 1480, de la Saint-Michel 1482, de Pâques et de la Saint-Michel 1483 et de Pâques 148415.

13Toutefois, le montage financier convenu à Étaples paraît être le résultat d'un accord entre les deux parties et non d'un calcul très précis. Ni les Français ni les Anglais ne connaissent le montant exact de la dette d'Anne de Bretagne. Le chiffre de 620.000 écus est avancé par les Anglais : « Pour l'Acquict de l'Obligation que a le Roy d'Angleterre, de Madame Anne de Bretaigne Royne de France, (...) lesquels Deepens & Mises les dis Ambassadeurs d'Angleterre afferment (...) qu’ils montent a la Somme de Six Cens Vingt Mil Escus d'Or ». Les Anglais s'engagent à apporter les preuves nécessaires et à laisser les commissaires français vérifier leurs comptes. Enfin, il ne s'agit plus d'une pension mais d'une dette.

  • 16 Nous possédons les comptes pour les années 1493 (BN, Fr. 10377), 1496 (BN, Fr. 6762), 1500 (BN, Fr (...)
  • 17 Voir supra, p. 56, note 21.

14Pour l'éteindre, il est décidé à Étaples que des versements annuels de 50.000 lt. (28.571 écus d'or à la couronne 15 st.) seront effectués, 25.000 lt au 1er mai et 25.000 lt. au 1er novembre de chaque année. A raison de 35 st. l'écu, le remboursement est échelonné sur 26 annuités (soit jusqu'en 1518). De 1493 à 1510, celles-ci semblent avoir été régulièrement acquittées16 sauf en 1495 lorsqu'Henri VII prêta l'équivalent des termes de mai et novembre à Charles VIII17. De sorte qu'en juillet 1510, 16 annuités et demie de 50.000 lt ont été versées et il doit donc rester 478.750 lt. (273.571 écus d'or à la couronne 15 st.) à rembourser.

  • 18 Comptes de Jean Duprat, BN, Fr. 10380, f° 76-122v°.

15De 1510 à la rupture de 1512, Henri VIII reçoit chaque année l'argent promis18

2. Les premières modifications (1514-1520)

  • 19 « Quinquaginta Milia Francorum, unoquoque Franco valente Viginti Solidos Turonenses, quae faciunt (...)

16L'affaire se complique en 1514. Le 7 août, les ambassadeurs français signent au nom de Louis XII une obligation envers Henri VIII de 1.000.000 écus d'or dont il est décidé que le remboursement se fera par versements semestriels de 50.000 lt, c'est-à-dire 26.315 écus d'or au soleil 30 st., jusqu'à extinction totale de la dette19.

  • 20 Gilbert JACQUETON, La Politique extérieure de Louise de Savoie : relations diplomatiques de la Fra (...)
  • 21 Ibid.,p. 26.
  • 22 Foedera, vol. VI, 1, p. 93-95; Ordonnances, vol. I, no 57.
  • 23 Foedera, vol. VI, 1, p. 151-154 ; Ordonnances, vol. II, no 168.
  • 24 AN, KK 349 et PRO, PRO 31/8,137(1), f° 4r°.

17La première difficulté est de savoir s'il s'agit d'écus d'or à la couronne ou au soleil. Gilbert Jacqueton a consacré plusieurs pages aux clauses pécuniaires des traités signés entre 1492 et 152620. Traitant de celui de 1514 que, par erreur, il date du 17 août, il écrit qu'il s'agit d'écus à la couronne21. Or, il me semble que le texte même du traité est clair : « Promittimus per Praesentes Summan Unius Millionis Sive Decies Centum Milium Coronarum Auri de Sole ». Il s'agit bien d'écus d'or au soleil. Ceci est confirmé par l'obligation relative au paiement de cette somme souscrite par François Ier le 5 avril 151522 Le texte mentionne : « Summam Unius Millionis Sive Decies Centum Millium Coronarum Auri de Sole ». À l'inverse, lorsqu'en 1518 François Ier accepte de verser 600.000 écus d'or à la couronne pour le rachat de Tournai, l'accord indique : « ad summam sexcentorum millium coronarum auri, boni auri et justi ponderis estimatam, unaquaque corona valente in pecunia gallica triginta quinque solidos turonensium »23. L'erreur n'est guère possible, d'autant que les lettres patentes d'Austremoine Faure commis au paiement de la dette stipulent qu'il s'agit d'écus d'or au soleil : « Ait este par nous promis et accorde paier a nred. [notre dit] frere et Cousin la somme dun million descuz dor au soleil.. »24.

  • 25 Gilbert JACQUETON évalue le reliquat du traité de 1510 à 200.000 écus d'or à la couronne, op. cit. (...)

18La seconde difficulté est de savoir à quoi correspond cette somme. Il s'agit d'une part du reliquat du traité de 1510, c'est-à-dire probablement 202.142 écus d'or à la couronne 30 st. (353.750 lt) et, d'autre part, d'une dette que Charles d'Orléans, père de Louis XII, avait contracté le 7 mars 1445 vis-à-vis de la duchesse Marguerite de Somerset dont Henri VIII était l'héritier25.

  • 26 Gilbert JACQUETON, op cit., p. 27.
  • 27 Foedera, vol. VI, 1, p. 84.

19Par ailleurs, lors du mariage de Louis XII avec Marie, la soeur d'Henri VIII, le 11 octobre 1514, il avait été convenu que la part en argent de sa dot serait payée par une quittance à valoir sur ce million26. Selon Gilbert Jacqueton, cette part représente la moitié de la dot de 400.000 écus d'or à la couronne, l'autre moitié ayant été payée en bijoux et en meubles. En réalité, il me semble que Gilbert Jacqueton a commis une erreur. Le texte du reçu signé par Louis XII le 3 octobre 1514 stipule que la valeur totale des bijoux et meubles qui viennent d'être remis au roi de France est de 200.000 écus d'or au soleil et que ces biens font partie de la dot de 400.000 écus d'or à la couronne27. Il reste donc 168.421 écus d'or au soleil 2 st à payer et c'est cette somme qui doit être défalquée des 1.000.000 écus d'or au soleil.

20En d'autres termes, en novembre 1514, Louis XII doit 831.578 écus d'or au soleil 36 st. à Henri VIII.

  • 28 Le 5 avril 1515. Voir supra note 22.
  • 29 Le 5 novembre 1514, Foedera, vol. VI, 1, p. 85.

21En avril 1515, François 1er renouvelle cette obligation28, avec deux correctifs toutefois. D'une part, Louis XII étant mort, la quittance de 168.421 écus d'or au soleil 2 st de la dot de Marie est annulée et réintégrée au total dû qui passe donc, de nouveau, à 1.000.000 d'écus d'or au soleil. Mais en novembre 1514, Louis XII avait versé 50.000 lt.29. François 1er ne doit donc plus que 973.684 écus d'or au soleil 8 st. (1.850.000 lt.).

  • 30 Le 4 octobre 1518. Voir supra note 23.
  • 31 Voir pour le détail des calculs Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 29,38-39.

22En octobre 1518 François Ier accepte de payer 600.000 écus d'or à la couronne pour le rachat de Tournai, soit à raison de 35 st. l'écu, 1.050.000 lt.30 II accepte également de prendre à sa charge la dette des habitants de Tournai envers Henri VIII. Celle-ci se monte en novembre 1518 à 20.000 lt. auxquelles on ajoute vraisemblablement 3.000 lt pour le remboursement d'une moitié des frais de construction de la citadelle. Ceci porte cette dette particulière à 23.000 lt31 Trois comptes distincts sont tenus et les versements sont également séparés : 50.000 lt. le 1er mai et le 1er novembre pour le remboursement de la dette ; 25.000 lt aux mêmes dates pour le rachat de Tournai ; 2.000 écus d'or au soleil en deux versements pour la dette des habitants de la ville. Dès lors, le total dû à Henri VIII en octobre 1518 s'élève à : 1.500.000 lt. (reliquat des 1.850.000 lt. de la dette de 1514-1515), plus 1.050.000 lt. (rachat de Tournai), plus 23.000 lt. (dette des habitants) soit 2.573.000 lt. (1.354.210 écus d'or au soleil).

  • 32 Foedera, vol. VI, I, p. 185 ; Ordonnances, vol. II, no 257. Le mariage de la fille d'Henri VIH ave (...)

23Lors de l'entrevue du Camp du Drap d'Or en juin 1520, Wolsey obtient une double concession des Français. L'annuité de 100.000 lt. pour le paiement de la dette de 1514-1515 est maintenue jusqu'au mariage effectif de la princesse Marie avec le Dauphin même si la dette est remboursée avant Si l'union est célébrée, l'annuité de 100.000 lt sera servie jusqu'à la mort d'Henri VIII32.

24Ainsi, en 1520 on passe insensiblement du remboursement par annuité d'une dette au versement d'une pension viagère.

3. Des pensions perpétuelles pour prix d'une paix perpétuelle (1525-1527)

  • 33 Traité du More, Foedera, vol. VI, 2, p. 25-29.
  • 34 Voir pour le calcul de ces « épingles » Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 136-137. Voir également le (...)

25En 1525, le 30 août, les envoyés de la Régente signent au nom de François Ier une obligation de 2.000.000 écus d'or à la couronne envers Henri VIII33. A cette somme, Wolsey, jouant de la position dominante de l'Angleterre, réussit à faire ajouter 52.631 écus d'or au soleil 22 st Ce que Gilbert Jacqueton nomme des « épingles », c'est-à-dire un surplus à payer qui, dans ce cas précis, correspond à 1 st par écu à la couronne34. Au total, la dette s'élève à 3.600.000 lt (1.894.736 écus d'or au soleil 32 st).

  • 35 Pour le détail de cette « obligation des Généraux », voir Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 138-140 (...)
  • 36 Un document en français non daté fait état des différents versements effectués de 1514 à 1521 et d (...)

26Ces 2.000.000 écus d'or à la couronne représentent le reliquat de la dette de 1514-1515 (685.714 écus d'or à la couronne 10 st), plus le reliquat du rachat de Tournai (500.000 écus d'or à la couronne), plus celui de la dette des habitants de la ville (13.142 écus d'or à la couronne 30 st), plus « l'obligation des Généraux », c'est-à-dire une dette de marchands italiens à l'égard d'Henri VIII que les Généraux des Finances ont accepté d'honorer dès 1520 (501.600 écus d'or à la couronne)35, plus, enfin, une somme supplémentaire (« crue ») de 299.542 écus d'or à la couronne 30 st que Wolsey a réussi à imposer aux Français en sus des « épingles »36.

  • 37 Lettre de Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, Gilb (...)
  • 38 Instructions du Privy Council à Sir William Paget, ambassadeur en France, State Papers, King Henry (...)

27À nouveau le remboursement de cette dette est transformé en pension viagère, puisqu'il est stipulé dans le traité qu'elle sera remboursée par annuités de 100.000 écus d'or à la couronne (92.105 écus d'or au soleil 10 st) plus les épingles (2.631 écus d'or au soleil 22 st) et que si Henri VIII survit à l'extinction de la dette, cette annuité lui sera servie jusqu'à son décès : « Ladicte masse persolve, ladicte somme de Cm. couronnes serait continué à la vie de ce Roy et par sa mort serait ladicte pension extainte »37. C'est donc 94.736 écus d'or au soleil 32 st. qu'Henri VIII doit recevoir tous les ans, une moitié le 1er mai, l'autre le 1er novembre. Par ailleurs, si Henri VIII vient à mourir avant l'extinction de la dette, le reliquat de celle-ci sera versé à ses successeurs. En 1543, le Privy Council expliqua ainsi cette pension viagère : « (...) and morever if His Majestie survived the full payment of two myllyons, beyng 20ti yeres, thenne a yerely pention of 100000 crownes to be payd unto His Highnes yerely duryng his life ; which was in recompense of a yerely pention of 100000 frankes promysed unto His Majestie by the French King at theyr being at Arde ; although it be not soo specified and expressed in the same treatie »38. On notera qu'en 1525, la pension viagère concédée dans le cas où Henri survivrait à l'extinction de la dette, n'est plus de 100.000 lt. mais de 100.000 écus d'or à la couronne, c'est-à-dire de 92.105 écus d'or au soleil 10 st. et non de 52.631 écus au soleil 23 st. 9 dt Une augmentation de 75 % dont les négociateurs français - et anglais ? - ne semblent pas avoir conscience.

28En avril puis en août 1527, les clauses financières du traité du More sont renouvelées et confirmées. De surcroît, de nouveaux accords financiers très favorables à Henri VIII sont conclus.

  • 39 AN, J 651 A, no 7 ; Ordonnances, vol. V, no 452, p. 49-51.
  • 40 AN, J 651 A, no 9 ; Carps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 472476 et 487492 ; Foedera, vol. VI, 2, p.  (...)

29Le 30 avril 1527 à Westminster, les ambassadeurs français acceptent de verser au roi d’Angleterre une pension annuelle à vie, en sel de Brouage, d'une valeur de 15.000 écus d'or à la couronne (au taux de 35 st l'écu), payable en trois acomptes en mai, juin et juillet. La clause du traité du More relative au reliquat de la dette de 2.000.000 écus d'or à la couronne dans le cas où Henri VIII meurt avant son extinction est reconduite39. Quatre mois plus tard, le 18 août à Amiens, Wolsey obtient des concessions supplémentaires. François Ier confirme l'ensemble des traités de Westminster, s'engage à verser aux héritiers d'Henri VIII une pension annuelle perpétuelle de 50.000 écus d'or à la couronne (46.052 écus d'or au soleil 24 st) et transforme la pension viagère de sel de Brouage en pension perpétuelle.40

  • 41 Correspondance Castillon, no 375, p. 361.

30Henri VIII obtient ces deux nouvelles pensions en contrepartie de sa renonciation à ses prétentions à la couronne de France : « Davantaige la promesse desdictes pensions, tant des cinquante mil escuz que des quinze mil escuz pour le sel, estoit faicte en contemplacion de la quictance que faisoit le roy d'Angleterre au droict, tiltre et seigneurie qu'il prétendoit en ceste couronne »41.

4. Une spirale sans fin ? (1529-1534)

  • 42 Ordonnances, vol. V, no 507 : « ledit seigneur roi treschretien acquictera led. seigneur empereur (...)
  • 43 Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 4849. Voir L.P., vol. IV, 3, no 5832. Voir aussi ibid., vol. IV (...)
  • 44 Pour le détail des négociations relatives au remboursement de ces sommes, voir Victor-Louis BOUKRI (...)

31Le 5 août 1529, lors de la « Paix des Dames » à Cambrai, Louise de Savoie s'engage, au nom de son fils François Ier, à reprendre à son compte les dettes que Charles Quint a contractées envers Henri VIII. Ces dettes sont estimées à 290.000 écus d'or au soleil42. Le lendemain, les négociateurs anglais et français se mettent d'accord sur le montant exact de ces dettes (150.000 écus d'or au soleil, 35.000 écus d'or à la couronne et 40.000 nobles angelots) et sur les modalités du remboursement. Celui-ci sera effectué par tranches : 50.000 écus d'or au soleil les 1er novembre 1530, 1er mai et 1er novembre 1531 ; 30.000 nobles angelots le 1er mai 1532 et 10.000 nobles angelots et 35.000 écus d'or à la couronne le 1er novembre 153243. En réalité, cet accord ne porte que sur une partie des sommes qu'Henri VIII prétend lui être dues par l'Empereur. Ainsi, il ne tient pas compte de la restitution de la « fleur de lys », ni de l'« indemnité de Windsor » du 19 juin 152244.

  • 45 Ordonnances, vol. V, no 512. François Ier renouvela l'obligation le 29 janvier 1530, Foedera, vol. (...)
  • 46 L.P., vol. IV, 3, no 5515. Voir aussi PRO, PRO 31/8,137(4), f° 331-332r° et AN, J 923, no 8(2). Vo (...)
  • 47 Il s'agit là d'une hypothèse de ma part car aucun document ne fait état de la remise par Wolsey du (...)

32Le 12 novembre 1529, François Ier fait parvenir à Henri VIII une lettre de garantie pour le remboursement de 512.222 écus d'or au soleil 22 st. 6 dt, somme que le roi d'Angleterre lui aurait avancée pour la rançon de ses fils retenus par Charles Quint45. Le document ne détaille pas cette somme mais indique seulement qu'elle comprend des remises de pension, de l'argent comptant et la « fleur de lys » finalement évaluée à 44.444 écus d'or au soleil 22 st 6 dt. Le reste, dont la provenance n'est pas précisée (soit 467.778 écus d'or au soleil), représente, en réalité, compte tenu de la date de la lettre de garantie, la contribution anglaise aux guerres en Italie (168.438 écus d'or au soleil en argent comptant et 239.472 en remise de pensions), ainsi que le terme de mai 1529 de la pension d'Henri VIII (47.368 écus d'or au soleil)46 et vraisemblablement le terme de mai 1529 de la pension de Wolsey (12.500 écus d'or au soleil)47.

  • 48 Foedera, vol. VI, 2, p. 148-149 ; Ordonnances, vol. VI, no 524.
  • 49 Foedera, vol. VI, 2, p. 149-150 ; Ordonnances, vol. VI, no 525.
  • 50 Foedera, vol. VI, 2, p. 150-152. Les ambassadeurs français repartirent avec la « fleur de lys » dè (...)

33L'année suivante, le 18 février 1530, trois nouveaux accords sont signés. Le premier a trait à la redevance de sel. François Ier se reconnaît débiteur envers Henri VIII de 45.000 écus d'or à la couronne, c'est-à-dire des arriérés de 1528 et 1529 (30.000 écus d'or à la couronne) et de 15.000 écus pour l'année 1530. Cette dette doit être réglée en trois tranches payables en mai, juin et juillet 153048. Le deuxième stipule qu'Henri VIII renonce au terme impayé de mai 1529 de sa pension (47.368 écus d'or au soleil 16 st) à condition qu'il soit consacré à la délivrance des fils de François Ier49. Le troisième concerne la « fleur de lys ». Henri VIII accepte de donner le bijou à François Ier pour que celui-ci le remette à l'Empereur lors de la libération de ses deux enfants50

  • 51 LP., vol. VI, no 578.
  • 52 Ordonnances, vol. VI, no 556, p. 144-145.

34Le 10 juin 1530 à Bordeaux, François Ier accepte d'inclure dans les dettes de Charles Quint qu'il a pris à sa charge, 32.000 florins d'or du Rhin (« obligation de Bordeaux »). C'est le montant d'une obligation de Maximilien envers Henri VII, datée du 3 juillet 1512, et dont les négociateurs anglais viennent de retrouver la trace51. François Ier exige toutefois que ceux-ci produisent la preuve de cette dette. En mars 1531, ces 32.000 florins sont évalués à 24.000 écus d'or au soleil52.

  • 53 L.P., vol. IV, 3, no 6755-6756.

35Le 2 décembre 1530, la redevance annuelle de sel de Brouage, qui n'a toujours pas été acquittée, est commuée en une pension annuelle à vie de 10.000 écus d'or au soleil (au taux de 40 st. l'écu), à raison de 5.000 écus d'or au soleil au 1er mai et au 1er novembre de chaque année. François 1er s'engage également à rembourser, en quatre versements de 7.500 écus d'or au soleil, les arrérages de la redevance estimés à 30.000 écus d'or au soleil53.

5. Les dernières négociations (1541-1546)

  • 54 Voir ci-dessous p. 136-137.

36À l'été 1541, il semble que les Anglais essayent de profiter de la confusion qui règne dans les comptes des pensions, qui ne sont plus servies depuis novembre 153454, pour affirmer que celle perpétuelle de 50.000 écus promise en 1527 est due du vivant d'Henri VIII.

  • 55 L.P., vol. IV, 2, no 2726, 2771. Voir également, ibid., vol. IV, 2, no 2974, 2980, 3105 et vol. IV (...)
  • 56 Ibid., vol. IV, 2, no 3105.
  • 57 Ibid., vol. IV, 2, no 2980, lettre de John Clerk, évêque de Bath et Wells, à Wolsey datée du 24 ma (...)

37Cette pension avait fait l'objet de longues et difficiles tractations commencées dès la fin de 152655. Les Anglais voulaient qu'elle soit aussi versée à Henri VIII56. Les Français, quant à eux, en refusèrent d'abord le principe, puis cherchèrent à en limiter le bénéfice aux héritiers de Marie et du duc d'Orléans (Henri, second fils de François Ier)/dont le mariage était alors en négociation57. Finalement, à Amiens, Wolsey obtint qu'elle serait versée à tous les successeurs d'Henri VIII, sans restriction. Le traité est tout à fait clair sur ce point.

  • 58 Correspondance Castillan, no 375, p. 359.
  • 59 Ibid., p. 360.
  • 60 Ibid., p. 360.

38Au mois de novembre 1541, l'ambassadeur français en Angleterre, Charles de Marillac, demande qu'un état des versements lui soit envoyé au plus vite afin qu'il puisse répondre aux prétentions des Anglais. Le 15 il reçoit un « mémoire sur les pensions » dans lequel il est dit que la pension perpétuelle aurait dû courir dès mai 1527 : « Par autre traicté du dernier jour d'avril Vc XXVII, qu'on appelle le traicté de paix perpétuelle, est promise la somme de cinquante mil escuz couronne par chacun an, à xxxv sols chacun escu, et paiables à deux termes comme dessus perpétuellement toutefoys au roy d'Angleterre et à ses successeurs »58. Pourtant, les Français ne sont pas entièrement convaincus du bien-fondé des deux pensions promises en 1527 : « ne que ladicte pension de cinquante mil escuz soit deue ne aussi la promesse de quinze mille escuz de sel ou la modération desdictz quinze mil escuz »59. Marillac lui-même n'est pas sûr que la pension perpétuelle ait jamais été versée : « Et si aucun paiement en avoit esté faict, dont ne peult avoir de présent congnoissance, jusques à les advertissemens et pièces venues de la chambre des comptes »60.

  • 61 Ibid., p. 361.

39Les Français ne semblent plus disputer le fait que la pension perpétuelle soit aussi destinée à Henri VIII mais en contestent sa validité, ainsi que celle de la pension de sel (qu'ils ont pourtant payée de 1530 à 1534), en arguant qu'Henri VIII a renoncé à ses prétentions à la couronne de France lors du traité du More sans obtenir pour autant de pensions supplémentaires. Dès lors, celles promises en août 1527 seraient sans fondement : « Et par autre traicté aussi de paix perpétuelle, de l'an Vc XXV (...) Par lesquelz traictez ne se réserve le roy d'Angleterre aulcune querelle en ceste couronne ; mais au contraire y renonce suffisamment en telle manière que la rénovation qu'il en avoit faicte par le traicté de l'an Vc XXVII, qui porte la promesse des périssions de cinquante mil escuz et quinze mil escuz pour le sel, ne seroit qu'une chose superhabondante et de nul effect, et partant lesdictes pensions promises sans cause »61.

  • 62 Lettre de Charles de Marillac à François Ier, Londres le 21 mars 1542, ibid., no 402, p. 399.
  • 63 State Papers King Henry the Eighth..., op. cit., vol. IX, no 1305, p. 279.
  • 64 L.P., vol. XIX, 2, no 235 ; C.S.P. Sp., vol. VII, no 220.

40Pour autant, les Anglais ne reculent pas. En mars 1542, ils rappellent à Charles de Marillac que « par le traicté de paix perpétuelle faict l'an Vc XXVII, il y a obligation de pension paiable à luy [Henry VIII] et à ses successeurs de cinquante mil escuz sans le bruage de sel »62. Pourtant en 1543, probablement du fait de la résistance des Français, les Anglais reviennent aux clauses du traité d'août 1527. En janvier, le Privy Council donne pour instruction à l'ambassadeur Sir William Paget de rappeler à François Ier que, par le traité de paix perpétuelle, il s'est engagé à ce que « 50000 crownes to be payde perpetually unto His Graces heyres after his deceasse »63. Il n'est plus question d'Henri VIII. La reprise de la guerre met définitivement fin aux prétentions anglaises. En octobre 1544, les négociateurs français reçoivent pour instruction de faire valoir qu'Henri VIII a rompu la paix et que dès lors François Ier n'est pas tenu de lui servir la pension perpétuelle mais que, néanmoins, il consentira à le faire à condition que Boulogne lui soit restituée et que l'Empereur approuve l'accord64.

  • 65 Foedera, vol. V, 3, p. 136-137 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 305-308. Voir L.P., vol. XXI, (...)

41Finalement, lors du traité d'Ardres le 7 juin 1546, les deux parties conviennent d'un nouveau règlement financier65. Premièrement, toutes les pensions accordées à Henri VIII et à ses successeurs par les traités de 1525 et 1527 sont confirmées et reconduites (article neuf). Deuxièmement, François Ier s'engage à rembourser les 512.022 écus d'or au soleil 22 st. 6 dt. qu'il doit à Henri VIII en vertu de la lettre d'obligation du 12 novembre 1529, sous réserve des conclusions de la commission chargée d'en vérifier le bien-fondé (article onze). Troisièmement, le roi de France accepte de racheter Boulogne pour 2.000.000 écus d'or au soleil payables en huit annuités. Henri VIII conservera la ville durant ces huit ans, c'est-à-dire jusqu'à l'automne 1554 (articles dix et douze à quinze).

III. Un difficile bilan

42Il est évidemment extrêmement difficile de dire ce qui, de ce complexe ensemble de pensions et de dettes, fut réellement payé. Nous disposons de certains des comptes de ceux qui furent commis au paiement de ces sommes :

  • comptes de Jean Duprat, de mai 1510 à novembre 151266.
  • comptes d'Austremoine Faure, de novembre 1514 à mai 151667.
  • comptes d’Antoine Bohier, de novembre 1516 à mai 152168.
  • comptes d’Antoine Bohier pour le rachat de Tournai, de 1519 à 152169.
  • comptes de Jean-Joachim de Passano, d’octobre 1525 à novembre 152770 et de novembre 153271.
  • compte partiel d'Antoine Bonacorsi, de novembre 154672.
  • 73 « Mandement à la Chambre des Comptes d'allouer aux comptes de Jean-Joachim de Passano et de Luc d' (...)
  • 74 Ibid., vol. II, no 4479, 4656-4657, 4759, 5087-5088, 5211, 5224, 5896, 6426 ; vol. VII, no 26921, (...)

43À ces comptes il faut ajouter les informations complémentaires contenues dans le recueil des Letters and Papers... d'Henri VIII ainsi que quelques indications éparses dans des manuscrits de la Bibliothèque nationale et des registres des Archives nationales. Celles-ci sont d'ailleurs reprises, pour la plupart, dans le Catalogue des Actes de François Ier. Ainsi, il apparaît des documents français que Luc d'Ansaldo, neveu de Jean-Joachim de Passano, fut commis au paiement des pensions de 1529 à 1531, probablement sous la surveillance de son oncle73 puisque celui-ci conserva la charge de ces paiements jusqu'en 153374.

  • 75 Le dernier paiement que nous ayons dans les documents français est celui de novembre 1533, C.A.F.,(...)

44Les versements cessèrent en novembre 1534 et celui dû le 1er mai 1535 ne fut pas réglé75. En d'autres termes, les pensions et dettes furent acquittées au cours de quatre périodes distinctes :

1. De 1509 à 1512

  • 76 Voir Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25 et les comptes de Jean Duprat Ceux-ci laissent à entendre que l (...)

45Quatre annuités de 50.000 lt. sont versées, soit 200.000 lt, ce qui, à raison de 36 st 3 dt. l'écu d'or au soleil, représente 110.344 écus d'or au soleil 30 st.76

2. De novembre 1514 à mai 1521

46Quatorze versements semestriels de 50.000 lt. sont effectués en règlement de la dette d'août 1514-avril 1515. Ce sont donc 700.000 lt., soit 368.421 écus d'or au soleil 2 st qui sont remis à Henri VIII.

  • 77 Voir PRO, SP 1/22, f° 191r° mentionné dans L.P., vol. ΙII, 1, no 1321 pour un récapitulatif des ve (...)

47À cela, il convient d'ajouter les sommes versées de 1518 à 1521 au titre du rachat de Tournai. Un premier acompte de 50.000 lt est versé en 1519 et chacun des termes de 25.000 lt. de mai et novembre 1519 et 1520 et de mai 1521 est honoré. Ainsi, Henri VIII reçut 175.000 lt, soit 92.105 écus d'or au soleil 10 st77 pour Tournai.

48Dans les deux traités, le taux de l'écu d'or au soleil a été fixé à 38 st.

3. D'août 1525 à novembre 1534

49Les comptes deviennent plus compliqués. Il en ressort tout de même que :

  • 78 LP., vol. V, no 1505. Ce que confirme le compte de novembre 1532 (voir, supra, notes 71 et74).
  • 79 Nous ne disposons que du compte de novembre 1532 (voir, supra, note 71) qui mentionne le paiement (...)

50Pour la pension de sel (1527-1534), l'arrérage de 30.000 écus d'or au soleil est réglé de 1530 à 1532 en quatre versements de 7.500 écus d'or au soleil chacun78. La pension annuelle de 10.000 écus d'or au soleil est, semble-t-il, régulièrement acquittée de 1530 à 153479. Ainsi, de 1530 à 1534, cette pension rapporta 80.000 écus d'or au soleil au roi d'Angleterre.

  • 80 Lettre de Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, Gilb (...)

51Pour la pension annuelle de 94.736 écus d'or au soleil 32 st., les versements sont également régulièrement effectués d'août 1525 à novembre 1534. Compte tenu qu'un premier versement de 47.368 écus d'or au soleil 16 st. est remis en octobre 1525, quarante jours après la signature du traité du More80, le montant total des versements s'élève à 947.368 écus d'or au soleil 16 st.

  • 81 L.P., vol. V, no 1504-1505.
  • 82 Ibid., vol. IV, 3, no 6710.
  • 83 C.A.F., vol. VII, no 27661.
  • 84 L.P., vol. V, no 1600 et C.A.F., vol. II, no 4479.
  • 85 L.P., vol. V, no 1065.
  • 86 Ibid., vol. V, no 1505.
  • 87 Deux autres reçus existent l'un pour mai, l'autre pour novembre 1532. Celui de mai est pour « 50.0 (...)

52Pour les dettes de l'Empereur, la totalité est remboursée du 1er novembre 1530 au 1er novembre 153281. Nous savons qu'il y a eu trois versements de 50.000 écus d'or au soleil : le 1er novembre 153082, le 1er mai 153183 et le 1er novembre 153184. Le 1er mai 1532, 48.214 écus d'or au soleil 12 st. sont remis en payement de 30.000 angelots85 et le 1er novembre 1532, 48.571 écus d'or au soleil 18 st. en payement de 10.000 angelots et 35.000 écus d'or à la couronne86. Ce sont donc 246.785 écus d'or au soleil 30 st qu'Henri VIII reçoit au titre des dettes de l'Empereur, soit un peu moins que l'estimation faite lors de la « Paix des Dames »87

  • 88 C.A.F., vol. II, no 5896.

53Pour l'obligation de Bordeaux de juin 1530, François Ier en règle le montant de 24.000 écus d'or au soleil le 1er mai 153388.

  • 89 L.P., vol. V, no 1485. A ma connaissance, ceci n'est confirmé par aucune autre source.

54Pour ce qui est de l'obligation de novembre 1529 (512.022 écus d'or au soleil 22 st. 6 dt.), les choses sont bien confuses. Certains documents laissent à penser qu'en deux occasions Henri VIII a fait remise d'une partie de cette dette. En février 1530, les ambassadeurs français repartent, selon Victor-Louis Bourrilly (supra note 50), avec la « fleur de lys » évaluée à 44.444 écus d'or au soleil 22 st., et Henri affirme renoncer à sa pension de mai 1529, soit 47.368 écus d'or au soleil 16st. (supra p. 131). En octobre 1532, lors de 1 entrevue de Boulogne, il aurait donné aux enfants de François Ier 300.000 écus que le roi de France « lui devait encore pour leur rançon »89. Au total donc quelques 391.812 écus d'or au soleil. Mais il faut considérer ceci avec précaution. Le mémoire sur les pensions adressé en novembre 1541 à Charles de Marillac (supra, p. 132-133) ne fait pas état de ces deux remises et, surtout, à Ardres en juin 1546, les Anglais réclament le remboursement de la totalité de l'obligation de 1529 (supra, p. 134). À l'évidence, les contemporains eux-mêmes avaient les plus grands difficultés à s'y retrouver. Quoiqu'il en soit, Henri ne reçut rien au titre de cette obligation.

55Enfin, la pension perpétuelle de 50.000 écus d'or à la couronne par an, dont les négociateurs anglais et français avaient discuté en 1527 et à nouveau en 1530 et 1543 n'est, bien entendu, pas acquittée.

4. Du 7 juin 1546 au 28 janvier 1547

  • 90 BN, Fr. 10375, f° 36r°.

56Un seul versement est effectué. Le 1er novembre 1546 à Calais, Antoine Bonacorsy remet aux envoyés anglais 47.368 écus d'or au soleil 16 st. au titre de la pension annuelle de 1525 et 5.000 écus d'or au soleil au titre de la pension de sel de 1527-1530. Le montant total de cet unique versement s'élève ainsi à 52.368 écus d'or au soleil 16 st90

IV. De ce qui est dû à ce qui est payé

  • 91 Ce calcul est fait sur la base du cours de l'écu d'or au soleil fixé dans les différents traités : (...)

57Avançons un chiffre. Il semble raisonnable d'estimer que 1509 à 1547 les rois de France versèrent environ 1.921.393 écus d'or au soleil 28 st (soit 3.651.893 lt91) à Henri VIII :

05/1509-11/1512

110.344 écus d'or au soleil 30 st.

11/1514-05/1521

460.526 écus d'or au soleil 12 st.

08/1525-11/1534

1.298.154 écus d'or au soleil 8 st.

06/1546-01/1547

52.368 écus d'or au soleil 16 st

58Il s'agit bien entendu d'une estimation qu'il faut considérer avec précaution mais, tout de même, elle permet de saisir l'importance de l'effort financier consenti par la monarchie française pour maintenir des relations convenables avec l'Angleterre.

59Toutefois, ce montant ne correspond en réalité ni à ce que le roi d'Angleterre reçut, ni à ce que les rois de France déboursèrent

1. Ce que reçut Henri VIII

  • 92 L.P., vol. VII, 1, no 784.

60Henri VIII ne reçut jamais la totalité des 1.921.393 écus d'or au soleil 28 st, principalement parce qu'il fit remise à François Ier de plusieurs termes de sa pension. Ainsi ,ceux de mai et novembre 1527 et 1528 sont affectés au financement des guerres de François Ier en Italie et celui de mai 1529 à la délivrance des fils du roi. De plus, le terme de mai 1534 fut différé et Henri VIII accepta que François Ier s'en servît pour tenter d'empêcher que Ferdinand ne soit reconnu roi des Romains et pour aider le duc de Würtemberg à recouvrer son duché92. Par conséquent, ce sont six termes de 47.368 écus d'or au soleil 16 st., soit 284.210 écus d'or au soleil 20 st (540.000 lt), qu'il convient de retrancher de ce montant théorique.

61Le texte du traité d Ardres de juin 1546 donne à penser qu'Henri VIII considère qu'il a prêté ces 284.210 écus d'or au soleil 16 st. à François Ier mais le roi ne rentra jamais en possession de cet argent.

  • 93 La valeur de l'écu d'or au soleil était de 38 st pour chacun de ces six termes.

62Dès lors, il est vraisemblable que le montant total de l'argent qu'Henri VIII put conserver s'éleva seulement à 1.637.183 écus d'or au soleil 8 st., soit 3.111.8931t.93

  • 94 Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25.
  • 95 L.P., vol. VI, no 1384.
  • 96 Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25.

63Par ailleurs, aucun des versements semestriels ne parvint intégralement à Londres. Une partie était distraite à Calais pour récompenser ceux qui avaient convoyé l'argent depuis Paris, pour payer certaines dépenses à Calais ou pour rembourser des dettes contractées sur Continent Ainsi, de 1509 à 1511, Henri VIII fit remettre deux fois par an 150 écus d'or au soleil à Jean Duprat qui se déplaçait jusqu'à Calais94 En novembre 1533, 462 ls. furent prises sur le terme qui venait d'arriver et affectées aux travaux en cours dans la ville95. Enfin, le plus souvent, lors de chaque versement, une cinquantaine d'écus d'or au soleil était immédiatement envoyée à Henri VIII afin qu'il pût juger par lui-même de la qualité et du poids des pièces livrées par les Français96.

  • 97 Ibid., vol. VI, 1, p. 25.

64Ce qui reste de chaque terme n'est pas toujours expédié en Angleterre. Un document daté du 6 décembre 1511 révèle que l'argent dû au 1er novembre avait été remis aux Anglais le 1er décembre et, qu'une fois certaines dépenses défalquées, il fut conservé en « Quatre Sacz de Toille, chascun Sac portant sa Valeur Escript en Eticquettes de Parchemyn Scellé des Sceaulx d'iceulx Commissaires, & en leurs Presences mis ferme & cloz avecque les aultres Six Paymens, qui de present sont dedens le Coffre du Roy en la charge d'icelluy Messire Richard Carew ou dit Chasteau de Calais ». Le tout représentait « Vingt huit Sacz de Toille Scellez »97.

2. Ce qu'il en coûta à Louis XII et François Ier

  • 98 Ainsi en 1533, ces frais de change s'élevaient à 4 deniers par livre tournois, C.A.F., vol. II, no(...)
  • 99 AN, KK 349.
  • 100 BN, Fr. 12158, f° 5-20.
  • 101 C.A.F., vol. V, no 18546.
  • 102 Ibid., vol. VII, no 28273.
  • 103 Ibid., vol. II, no 5896. Voir aussi pour 1533, ibid., vol. II, no 6426 et vol. VII, no 28521.

65Si Henri VIII reçut en définitive moins que ce qui lui avait été promis, Louis XII et François Ier furent en revanche contraints de dépenser plus que ce à quoi ils s'étaient engagés. La raison essentielle en est que durant toutes ces années, il exista une différence parfois importante entre le cours de l'écu d'or au soleil déterminé dans les traités et le cours « commercial » du même écu, c'est-à-dire le prix auquel il était acheté par ceux commis au paiement des dettes et pensions. La plupart des comptes mentionnent ce surcoût, qui dans les documents des années 1530 et parfois appelé « frais de change » et calculé par rapport à la livre tournois98. Ainsi Austremoine Faure doit payer l'écu d'or au soleil 38 st. 6 dt. en novembre 1514 et 40 st. 6 dt en novembre 1515, et Antoine Bohier, 40 st 9 dt en novembre 1516 et 46 st 6 dt en novembre 151999 Les comptes de Jean-Joachim de Passano laissent à penser que d'octobre 1525 à mai 1527, il aurait payé l'écu d'or au soleil 40 st100, mais un document daté du 22 mars 1526 fait état d'un versement de 6.914 lt. pour les frais de transport et de change de 141.0001t. dues au roi d'Angleterre le 1er mai101. En 1531, Passano paye l'écu 44 st 1 dt.102 et en juin 1533, 45 st.103

66Lors de chaque négociation, la détermination des cours de l'écu d'or à la couronne et de l'écu d'or au soleil était capitale pour les deux parties. Puisque la dette est payée en écus d'or au soleil, lorsque celle-ci est évaluée en écus d'or à la couronne, l'intérêt des Anglais est d'obtenir un cours élevé pour l'écu d'or à la couronne. En effet, la conversion de ces écus se fait par le biais de la livre tournois. Dès lors, plus le cours de cet écu est élevé, plus la somme en bvres tournois est importante et, par conséquent, en écus d'or au soleil. Ainsi, en août 1525 le cours de l'écu d'or à la couronne retenu dans le traité est de 35 st. À ce cours, les 2.000.000 écus d'or à la couronne représentent 3.500.000 lt, mais si les négociateurs anglais avaient pu imposer le cours officiel de 39 st., le montant aurait été de 3.900.000 lt. À 38 st. l'écu d'or au soleil, cet écart de 3 st. par écu d'or à la couronne constitue pour les Anglais une perte de 210.526 écus d'or au soleil 12 st.

67En revanche, les Anglais avaient intérêt à proposer un cours de l'écu d'or au soleil inférieur à son cours commercial. Pour reprendre l’exemple des accords financiers du traité du More, le cours fut fixé à 38 st., c'est-à-dire que les 2.000.000 écus d'or à la couronne valaient 1.842.105 écus d'or au soleil 10 st. Si le cours officiel de 40 st avait été retenu, Henri VIII n'aurait obtenu que 1.750.000 écus d'or au soleil en paiement de ces 2.000.000 écus. De même, si en mai 1532 le terme échu de 50.000 écus d'or à la couronne avait été payé en écus d'or au soleil au cours commercial de celui-ci (soit 45 st.), Henri VIII aurait reçu 38.888 écus d'or au soleil 40 st. et non les 47.368 écus 16 st. promis par le traité, soit 18 % de moins.

  • 104 Lettre de Brinon et Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, publiée par Gilbert JACQU (...)

68On comprend dès lors l'âpreté des négociations dont certains documents nous ont conservé la trace. Le 27 juillet 1525, Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano proposent à Wolsey que les 2.000.000 écus d'or à la couronne soient payables en écus d'or au soleil à 40 st l'écu. Wolsey refuse catégoriquement et affirme que « pour riens il ne haulseroit l'estimation et que plustost il perderoit le braz et que se le faisoit on le tiendrait pour ung rêveur et auroit-on cause de le faire, veues les estimations précédentes ». Le lendemain, les Français sont obligés de céder et le cours de l'écu est ramené à 38 st104

69Ainsi, la variation des cours des deux écus définis dans les traités témoigne du rapport de force entre la France et l'Angleterre. Elle témoigne également de cette pratique diplomatique qui, dans la première moitié du XVIe siècle, consistait, par tradition, continuité et probablement facilité, à ne pas réactualiser dans les traités, dont les clauses financières reprenaient certains points d'un traité antérieur, la monnaie de référence, ni le cours des écus d'or à la couronne et au soleil C'est tout le sens de la remarque de Wolsey en juillet 1525. En revanche, lors de la signature d'un nouveau traité, sans liens avec des actes précédents, la monnaie et son cours peuvent être changés. C'est ainsi qu'en décembre 1530 la pension de sel est évaluée en écus d'or au soleil à 40 st l'écu, alors même que la pension annuelle est payée en écus d'or au soleil au taux de 38 st.

  • 105 C.A.F., vol. V, no 15982-15983,16137-16139,16235.
  • 106 Ibid., vol. V, no 17106.
  • 107 Ibid., vol. V, no 17453-17455.
  • 108 Ibid., vol. II, no 4657.

70Outre ce surcoût, le remboursement des dettes entraîna d'autres dépenses pour les rois de France, notamment celles des gages de ceux commis au paiement des dettes et pensions : 950 lt par semestre pour Austremoine Faure en 1515-1516105, 800 lt. pour Antoine Bohier en mai 1519106 puis 1.425 lt. en 1520-1521107. Parfois il revenait aux rois de France de payer les frais de transport de l'argent jusqu'à Douvres. Ainsi, le 20 juin 1532 Guillaume Prudhomme, trésorier de l'Épargne, reçoit ordre de remettre 2.251 lt à Jean-Joachim de Passano pour couvrir les frais de transport de 135.087 lt 5 st en écus d'or au soleil destinées aux Anglais, soit 1,67 % de la somme convoyée108.

71Il est impossible, compte tenu de la documentation lacunaire dont nous disposons, de chiffrer ces dépenses supplémentaires auxquelles Louis XII et surtout François Ier eurent à faire face, mais il est certain qu'elles s'élevèrent à plusieurs centaines de milliers de livres tournois.

  • 109 Charles GIRY-DELOISON, « Money and Early Tudor Diplomacy. The English Pensioners of the French Kin (...)

72Enfin, dans un tel calcul il faudrait également tenir compte du remboursement de la dot de Marie, qui fit à partir de 1525 l'objet d'un règlement séparé et, surtout, des quelques 548.457 lt accordées, à titre de pensions, à vingt-cinq Anglais entre 1509 et 1547109.

IV. Une couronne sans prix, une paix hors de prix

73Sans aucun doute, l'argent que les rois de France furent ainsi contraints de débourser représenta pour eux un tribut élevé à payer pour maintenir la paix sur la frontière nord de leur royaume. Ceci est particulièrement vrai durant les années 1525-1529 lorsque la France et François Ier se relevaient de l'humiliation de Pavie. Il reste pourtant que cette ponction semestrielle ne greva guère les ressources du Trésor français et n'empêcha pas François Ier de porter la guerre contre l'Empereur, ni d'investir des sommes considérables dans ses palais.

  • 110 Edward HALL, Hall's Chronicle, éd. Sir Henry ELLIS, Londres, J. Johnson, 1809,p.733 ; cité par Fre (...)

74Pour Henri VIII, cet argent fut certainement un important complément à ses revenus par ailleurs modestes. C'est précisément cet argument que Wolsey fit valoir aux conseillers et aux notables qu'il avait réunis dans la Chambre Étoilée (Star Chamber) à son retour de France en 1527 : « the kyng (...) by this league [traité d'Amiens] shalbe the richest prince of the world, for I assure you he shall haue more treasure out of Frauce yerely then all his reuenewes and customes amount to, yea and count his wardes, forfeites and all suche casualties »110.

  • 111 L.P., vol. III, 2, no 2292.
  • 112 Lettre d'Eustache Chapuys à Charles Quint du 22 septembre 1536, L.P., vol. XI, no 479.

75Ce fut aussi un argument politique majeur dans ses rapports avec la France. Tant que les dettes et pensions étaient acquittées, Henri VIII n'interviendrait pas contre François Ier. Lorsque le 29 mai 1522 Thomas Benoit, roi d'armes Clarencieux, apporte à François Ier, alors à Lyon, la déclaration de guerre d'Henri VIII, parmi les motifs énumérés, figure l'interruption du service de la dette111. En 1543 lorsque pour la troisième fois Henri VIII déclare la guerre au roi de France, l'une des raisons qu'il fait valoir est, à nouveau, que les pensions n'ont pas été payées, cette fois depuis 1534. Il est vrai toutefois que de 1534 à 1543 cet argument ne fut pas suffisant pour décider Henri à renouer alliance avec Charles Quint Selon le roi, dont Eustache Chapuys rapporta les propos en 1536, « il n'en résultait pas que chaque manquement à la parole donnée dût conduire à la guerre »112.

  • 113 Ibid., vol. XIX, 2, no 563.

76La paix universelle de 1518 et celle perpétuelle de 1527 furent de courte durée et apparaissent surtout comme des parenthèses, largement imposées par les circonstances, dans une politique anglaise par tradition anti-française, reflet de la profonde antipathie de la population anglaise à l'égard des Français. Néanmoins, même si en fin de compte Wolsey échoua dans sa tentative de faire de l'Angleterre l'arbitre de l'Europe, il n'en demeure pas moins que la politique de paix envers la France, dont il fut le principal artisan, contribua grandement à l'accroissement de la richesse et, partant, de la gloire d'Henri VIII. C’est ce que le Privy Council réuni à Calais fit valoir à Henri VIII en novembre 1544 : « le roi Henri VII avait juste 50.000 francs de pension alors que le roi a une pension de 100.000 écus en plus, et une pension de 50.000 écus pour son fils »113.

  • 114 Édouard IV reçut 300.000 écus d'or à la couronne au cours de 32 st 1 dt, soit 481.250 lt (voir pag (...)
  • 115 Charles GIRY-DELOISON, art. cit.

77De 1475 à 1547, les rois de France versèrent plus de deux millions et demi d'écus d'or au soleil (2.668.232) aux rois d'Angleterre mais, en un même nombre d'années, Henri VIII reçut de Louis XII et surtout de François 1er, deux fois et demie ce que ses prédécesseurs avaient obtenu de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (environ 746.839 écus d'or au soleil114). N'oublions pas non plus que de 1475 à 1534 ils déboursèrent 377.626 écus d'or au soleil (714.722 lt) pour leurs autres pensionnaires anglais115. Plus de trois millions d'écus en moins d'un siècle : au regard des résultats obtenus le coût de cet investissement politique est astronomique.

78Pour Henri VIII, la couronne de France n'avait pas de prix, pour François Ier la paix avec l'Angleterre n'en avait pas non plus.

Notes

1 Frederick C. DIETZ a donné quelques chiffres pour ces pensions mais certains sont inexacts et l'ensemble n'est pas fiable, English Public Finance 1485-1641, Londres, Frank Cass and Co., 2e éd. 1964,2 vol. , vol. I : English Government Finance 1485-1558, p. 51-59,100-102.

2 Philippe de COMMYNES, Mémoires, dans Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge, p. 945-1448, éd. Albert PAUPHILET et Edmond POGNON, Paris, Gallimard (collection Bibliothèque de la Pléiade), 1952, p. 1150.

3 L.P., vol. XIX, 2, no 180.

4 Foedera, vol. V, 3, p. 67-68.

5 Voir Élisabeth LALOU, « Les négociations diplomatiques avec l'Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », dans La « France anglaise » au Moyen Âge. Actes du 111e congrès national des Sociétés savantes, (Poitiers, 1986), Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1988, p. 327. Elle fut effectivement payée en 1287 et 1288.

6 Foedera, vol. V, 3, p. 67.

7 Pour les clauses financières du traité de Picquigny, voir Joseph CALMETTE et Georges PERINELLE, Louis XI et l'Angleterre (1461-1483), Paris, Picard (collection Mémoires et Documents publiés par la Société de l'Ecole des Chartes, vol. XI), 1930, p. 202-256.

8 Pour les variations des cours des monnaies françaises et étrangères circulant en France, voir Denis RICHET, « Le cours officiel des monnaies étrangères circulant en France au XVIe siècle », RH, t CCXXV, 1961, p. 359-396.

9 Ibid., tableau 1, p. 377. Ordonnances, vol. I, p. xxii-xxix.

10 Voir les comptes de Guillaume Restout pour les années 1476-1478, BN, Fr. 10375, f° 1-27. Pourtant Philippe de Commynes affirme que les pensions des seigneurs anglais sont payées en écus d'or au soleil « car en autre espèce ne donnoit jamais argent à grands seigneurs estrangers », Philippe de COMMYNES, op. cit., p. 1239. Voir Joseph CALMETTE et Georges PERINELLE pour les tentatives d'Édouard IV de se faire payer en écus d'or au soleil op cit p. 236-250.

11 Foedera, vol. VI, 1, p. 15-16.

12 Ibid., vol. VI, l, p. 9-11.

13 Ibid., vol. V, 4, p. 54-55.

14 Ibid., vol. V, 3, p. 199-203.

15 Joseph CALMETTE et Georges PERINELLE, op. cit., p. 248, note 1 et p. 256, note 1. Dans le manuscrit BN, Fr. 15885, f° 7v°-8r° il est indiqué que des paiements ont été effectués en 1476, 1477, 1478, 1480, 1481 et 1482, mais sans mention de sommes sauf pour les années 1476, 1477 et 1481.

16 Nous possédons les comptes pour les années 1493 (BN, Fr. 10377), 1496 (BN, Fr. 6762), 1500 (BN, Fr. 10378), 1501 (BN, Fr. 10379), 1502 à 1506 (BN, Fr. 10380). Les paiements de 1494 et 1497 sont mentionnés dans BN, Fr. 10377, f° 26-27v° et ceux de 1499 dans BN, Fr. 11092, f° lr° et également, pour le 1er mai, dans C.S.P. Ven., vol. I, no 799. Nous possédons également les reçus anglais de mai et novembre 1493 (Foedera, vol. V, 4, p. 63 et 72), mai 1496 (ibid., vol. V, 4, p. 101 et 103), mai et novembre 1498 (ibid., vol. V, 4, p. 124-125 et 130-131), novembre 1499 (ibid., vol. V, 4, p. 144-145) et mai 1510 (ibid., vol. VI, 1, p. 13). Le reçu de novembre 1499 mentionne la totalité des versements depuis 1493. Pour les années 1507, 1508 et 1509, nous disposons seulement d'un reçu daté du 5 novembre 1508 pour un montant de 25.0001t (ibid., vol. V, 4, p. 263). Toutefois, un document de décembre 1511 fait apparaître qu'à cette date sept versements semestriels étaient conservés à Calais, c'est-à-dire ceux remis par les Français depuis novembre 1508, ibid., vol. VI, 1, p. 24-25. Enfin, nous disposons d'un résumé des « pensions et bienfaictz » payés chaque année de 1493 à 1511 à l'exclusion de 1495 (voir supra, p. 56, note 21), BN, Fr. 15885, f° 11 v°-12r°.

17 Voir supra, p. 56, note 21.

18 Comptes de Jean Duprat, BN, Fr. 10380, f° 76-122v°.

19 « Quinquaginta Milia Francorum, unoquoque Franco valente Viginti Solidos Turonenses, quae faciunt Summam Viginti Sex Millium Tricentorum Quindecim Coronarum de Sole & Triginta Solidorum Turonensium », Foedera, vol. VI, 1, p. 70-71. Pour la durée de ces remboursements semestriels,voir les lettres patentes d'Austremoine Faure datées du 27 août 1514 : « Et a la fin du paiement desd. dix cent mil escuz lad. obligacion et ratifficacion pour estre rompue et cancellee comme solue et acquictee... », AN, KK 349 et PRO, PRO 31/8,137 (1), f° 7r°.

20 Gilbert JACQUETON, La Politique extérieure de Louise de Savoie : relations diplomatiques de la France et de l'Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, E. Bouillon, 1892, p. 25 et sq.

21 Ibid.,p. 26.

22 Foedera, vol. VI, 1, p. 93-95; Ordonnances, vol. I, no 57.

23 Foedera, vol. VI, 1, p. 151-154 ; Ordonnances, vol. II, no 168.

24 AN, KK 349 et PRO, PRO 31/8,137(1), f° 4r°.

25 Gilbert JACQUETON évalue le reliquat du traité de 1510 à 200.000 écus d'or à la couronne, op. cit., p. 26. Voir également le texte des lettres patentes d'Austremoine Faure du 27 août 1514 (voir supra notes 19 et24).

26 Gilbert JACQUETON, op cit., p. 27.

27 Foedera, vol. VI, 1, p. 84.

28 Le 5 avril 1515. Voir supra note 22.

29 Le 5 novembre 1514, Foedera, vol. VI, 1, p. 85.

30 Le 4 octobre 1518. Voir supra note 23.

31 Voir pour le détail des calculs Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 29,38-39.

32 Foedera, vol. VI, I, p. 185 ; Ordonnances, vol. II, no 257. Le mariage de la fille d'Henri VIH avec le fils aîné de François Ie’est conclu à Londres le 4 octobre 1518, Foedera, vol. VI, 1, p. 151-154 ; Ordonnances, vol. II, no 167.

33 Traité du More, Foedera, vol. VI, 2, p. 25-29.

34 Voir pour le calcul de ces « épingles » Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 136-137. Voir également le « mémoire sur les pensions » daté du 15 novembre 1541 et adressé à Charles de Marillac, ambassadeur de France à Londres dans Correspondance Castillan, no 375, p. 358, et le compte de Jean-Joachim de Passano pour octobre 1525, BN, Fr. 12158, f° 5v°-7v°.

35 Pour le détail de cette « obligation des Généraux », voir Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 138-140 et BN, Fr. 10385, f° 1-75.

36 Un document en français non daté fait état des différents versements effectués de 1514 à 1521 et de ce à quoi correspondent les deux millions d'écus : AN, J 923, no 8(6) et PRO, PRO 31/8, 137(4), f° 336r° mentionné dans L.P., vol. IV, 1, no 1604 (1). Corroboré par les comptes d'Austremoine Faure et d'Antoine Bohier (infra, notes 67-69) et par un document non daté en latin qui détaille les versements effectués au titre de la dette de 1514-1515 et du rachat de Tournai, PRO, SP 1/22, f° 191r° mentionné dans L.P., vol. ΙII, 1, no 1321. Le « mémoire sur les pensions » adressé à Castillon en novembre 1541 (supra, note 34) donne des chiffres identiques pour les différentes dettes sauf pour l'obligation des Généraux évaluée à 412.000 écus d'or au soleil et non 472.000. Il s'agit peut-être d'une simple erreur. Enfin, les chiffres fournis par les négociateurs français Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano dans leur lettre à la Régente datée du 29 juillet 1525 diffèrent sur le montant qu'il reste à payer du traité de 1514-1515 : 685.685 écus d'or à la couronne et donc aussi sur le montant de la « crue » : 285.577 écus d'or à la couronne, Gilbert JACQUETON, op. cit., pièce justificative no ΧII, p. 325.

37 Lettre de Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 324. Voir aussi Foedera, vol. VI, 2, p. 26. En outre,il est précisé que « si ledit Roy moderne de Angleterre décédoit avant ladicte masse persolve, ce que resterait à payer à ses successeurs serait réduit à ladicte raison de Lm couronnes par an ».

38 Instructions du Privy Council à Sir William Paget, ambassadeur en France, State Papers, King Henry the Eighth, Londres, Record Commission, 1830-1852,11 vol. , vol. IX, no 1305, p. 279 et L.P., vol. XVIII, l, no 91.

39 AN, J 651 A, no 7 ; Ordonnances, vol. V, no 452, p. 49-51.

40 AN, J 651 A, no 9 ; Carps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 472476 et 487492 ; Foedera, vol. VI, 2, p. 88-91. Ordonnances, vol. V, no 466, p. 91-94.

41 Correspondance Castillon, no 375, p. 361.

42 Ordonnances, vol. V, no 507 : « ledit seigneur roi treschretien acquictera led. seigneur empereur des sommes de deniers par lui deuz au roy d'Angleterre d'argent preste sur gaiges, dont il apparra deûement et par cedules et lectres obligatoires de Sa Magesté, que l'on dit pourter environ deux cens quatre-vingtz dix mil escuz d'or au soleil ». Voir également, Joycelyne G. RUSSELL, « Women diplomats: the Ladies' Peace of 1529 », dans Diplomats at Work: Three Renaissance Studies, Stroud, Alan Sutton, 1992, p. 94-163.

43 Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 4849. Voir L.P., vol. IV, 3, no 5832. Voir aussi ibid., vol. IV, appendix no 69 pour un mémoire des dettes de l'Empereur envers Henri VIII. Voir également, ibid., vol. IIΙ, 2, no 2333 pour l'obligation de 150.000 écus d'or au soleil.
Le texte de l'accord détaille l'origine des dettes de l'Empereur : « Comme Très illustre Prince Charles, élû Empereur de Rome, ait en divers tems emprunté grandes Sommes de deniers de nôtreditSeigneur le Roi d'Angleterre & de France, Défenseur de la Foi, & Seigneur d'Irlande, à savoir par une Obligation faite à Windsor le vintième de Juin l'an 1522. cent cinquante mille écus d'or Soleil.
Item par autre Obligation donnée à Midelburg le vint-unieme Aoust 1517. quarante mille Nobles Angelots.
Item Par Obligation donnée à Midelburg le vint-deuxième Aoust l'an 1517. trente-cinq mille écus d or Soleil ; toutes lesquelles Sommes & chacune d'elles demeurent encore dues et non paiées par ledit Empereur ».
Quelle était la nature des 35.000 écus d'or ? Dans ce passage ils sont dits « Soleil », mais quelques lignes plus loin ils sont simplement « écus d'or ». Pour ma part, je pense qu'il s'agit d'écus d'or à la couronne. Ceci me semble attesté par les documents anglais qui font état de « 150.000 écus (ou écus d'or au soleil dans un des documents), 40.000 angelots et35.000 écus d'or » (L.P., vol. IV, 3, no 6710 et vol. V, no 1065, 1505) et confirmé par deux reçus qui donnent l'équivalent en écus d'or au soleil des angelots. Celui du 1er novembre 1532 indique que « 48.571 écus d'or au soleil 18st représentent l'exacte valeur de 10.000 angelots, 35.000 écus d'or à la couronne » (L.P., vol. V, n” 1505). Si l'on se base sur un cours de l'écu d'or à la couronne de 35 st et sur un cours de l'écu d'or au soleil de 38 st, cela signifie qu'en 1532 10.0000 angelots équivalaient à 16.334 écus d'or au soleil 24 st C'est-à-dire qu'un angelot valait 62 st 1 dt Le second, daté du 1" mai 1532, indique : « reçu [à remettre] pour François Ier de 48.214 couronnes d'or, 12 sous (il s'agit ici d'écus d'or au soleil), remis à Calais, en payement de 30.000 angelots pour ce terme » (L.P., vol. V, no 1065). Dans ce cas, un angelot valait 61 st 1 dt Ces deux cours sont très proches de celui fixé à 61 st par l'ordonnance d'Amboise du 27 novembre 1516 (voir Denis RICHET, art. cit., tableau II, p. 380-381).

44 Pour le détail des négociations relatives au remboursement de ces sommes, voir Victor-Louis BOUKRILLY, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey 1491-1543, Paris, G. Bellais, 1905, p. 64-91. Le 19 juin 1522 à Windsor, les ambassadeurs de Charles Quint avaient accepté de remettre à Henri VIII 133.305 écus au soleil par an pour le dédommager de la perte des annuités que François I" avait cessé de lui verser depuis novembre 1521. Cette obligation prit le nom « d'indemnité de Windsor » (AN, J 922, no 1 et PRO, PRO 31/8,137(4), f 285 et aussi PRO, SP 1/24, f° 295-303,312 mention dans L.P., vol. ΙII, 2, no 2333 (13, 14, 17, 25)). En fait Charles Quint n'honora jamais son engagement et c'est pourquoi Henri VIH tint absolument à l'incorporer dans le total des dettes de l'Empereur remboursées par François Ier (voir le texte du traité de Madrid du 14 janvier 1526, Ordonnances, vol. IV, no 412, en particulier p. 198-199). Après de laborieuses négociations, Henri VIII reconnut que le remboursement de cette indemnité avait été pris en compte dans le montage financier du traité du More. La « fleur de lys »,était un bijou que Maximilien avait laissé en gage à Henri VII et qui était évalué à 50.000 écus.

45 Ordonnances, vol. V, no 512. François Ier renouvela l'obligation le 29 janvier 1530, Foedera, vol. VI, 2, p. 142-143. Le calcul de Victor-Louis BOURRILLY est sensiblement différent II estime qu'elle « se décomposait ainsi : 44.444 écus d'or soleil 20 sous 6 deniers, représentant la valeur de la « fleur de lys » ; 218.438 écus, en argent ; le reste en quittances représentant cinq termes de la pension royale (de nov. 1527 à 1529) et un terme (nov. 1527) de la pension de Wolsey », op. cit., p. 89.

46 L.P., vol. IV, 3, no 5515. Voir aussi PRO, PRO 31/8,137(4), f° 331-332r° et AN, J 923, no 8(2). Voir aussi, infra, note 49. Deux documents anglais conservés dans les archives du marquis de Salisbury confirment cette ventilation et donnent sa valeur en livres sterling : « Paid to the aforesaid King in the city of Amiens on the 25th of August in the 19th year (1527) the sum of £ 32,999 17s. Paid to the aforesaid King by the hands of the Grand Master of France, 11 Nov. 1527, the sum of £ 14,499 18s. Paid out of the pension due to our King 1 May 1529, £ 10,157 16s. Pay by the hands of the Bishop of Bayonne, 17 Nov. 1528, £ 44,480. Paid in a certain jewel £ 10,000. Sum Total: £ 112,437 11s. »; Hatfield, vol. I, no 27,43. À raison de 4s. 2d. l'écu d'or au soleil, cela représente 499.720 écus. Les instructions de Paget de janvier 1543 font état de ces 512.222 écus mais son*· erronées quant à leur utilisation et confuses quant au montant exact de la contribution d'Henri VIH, à la fois incluant la « fleur de lys » dans le montant total tout en la comptabilisant à part : « howe His Grace contributed 512000 crownes in contemplation of the perpetual peace, howe His Grace gave the juel in contemplation therof », State Papers King Henry the Eighth..., op. cit., vol. IX, no 1305, p. 281.

47 Il s'agit là d'une hypothèse de ma part car aucun document ne fait état de la remise par Wolsey du terme de mai 1529 de sa pension. Néanmoins, le montant du terme correspond à la différence entre la somme que François 1er s'engagait à rembourser (467.778 écus) et celle dont nous sommes certain qu'elle fut versée (455.278 écus). Elle correspond également à la différence entre les £ 112,437 (soit 499.720 écus à raison de 4s. 6d. l'écu d'or au soleil) mentionnés dans les deux documents anglais (voir supra note 46) et les 512.222 écus garantis par François Ier. De plus, un tel geste de la part de Wolsey aurait été en parfaite conformité avec son attitude de 1527 et 1528, vraisemblablement dictée autant par le souci de ne pas se démarquer de son roi que par sa volonté de ne pas ternir son image sur la scène internationale.

48 Foedera, vol. VI, 2, p. 148-149 ; Ordonnances, vol. VI, no 524.

49 Foedera, vol. VI, 2, p. 149-150 ; Ordonnances, vol. VI, no 525.

50 Foedera, vol. VI, 2, p. 150-152. Les ambassadeurs français repartirent avec la « fleur de lys » dès la signature des accords, Victor-Louis BOURRILLY, op. cit., p. 89.

51 LP., vol. VI, no 578.

52 Ordonnances, vol. VI, no 556, p. 144-145.

53 L.P., vol. IV, 3, no 6755-6756.

54 Voir ci-dessous p. 136-137.

55 L.P., vol. IV, 2, no 2726, 2771. Voir également, ibid., vol. IV, 2, no 2974, 2980, 3105 et vol. IV, appendix no 105.

56 Ibid., vol. IV, 2, no 3105.

57 Ibid., vol. IV, 2, no 2980, lettre de John Clerk, évêque de Bath et Wells, à Wolsey datée du 24 mars.

58 Correspondance Castillan, no 375, p. 359.

59 Ibid., p. 360.

60 Ibid., p. 360.

61 Ibid., p. 361.

62 Lettre de Charles de Marillac à François Ier, Londres le 21 mars 1542, ibid., no 402, p. 399.

63 State Papers King Henry the Eighth..., op. cit., vol. IX, no 1305, p. 279.

64 L.P., vol. XIX, 2, no 235 ; C.S.P. Sp., vol. VII, no 220.

65 Foedera, vol. V, 3, p. 136-137 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 305-308. Voir L.P., vol. XXI, 1, no 1014-1015.

66 BN, Fr. 10380, f° 84-122r°. Voir aussi pour 1511, BN, Fr. 15885, f° 11.

67 AN, KK 349. Voir également C.A.F., vol. I, no 80.

68 AN, KK 349 ; BN, Fr. 3091, f° 43 pour mai 1518. Sa commission est datée du 17 septembre 1516, C.A.F., vol. I, no 518.

69 BN, Fr. 10382, f° 16-57 et AN, KK 349. Voir C.A.F., vol. V, no 16846, 17026. Une copie des comptes d'Austremoine Faure et d'Antoine Bohier se trouve au Public Record Office, PRO 31/8,137(1), f° 6-18r°. Ces comptes sont résumés dans L.P., vol. IIΙ, 1, no 1321(1-11).

70 BN, Fr. 12158, f° l-12v° pour octobre 1525-mai 1527. PRO, PRO 31/8, 137(4), f° 318-319r° et AN, J 923 no 8(1) pour novembre 1527.

71 PRO, PRO 31/8,137(1), f° 44-45r° ; AN, J 923 no 8(4).

72 BN, Fr. 10375, f° 29-39. Sa commission date du 30 juin 1546, ibid., f° 30v°-32r° et C.A.F., vol. V, no 15175.

73 « Mandement à la Chambre des Comptes d'allouer aux comptes de Jean-Joachim de Passano et de Luc d'Ansalde, consécutivement commis au paiement de la dette d'Angleterre (...) », C.A.F., vol. VII, no 27823. Voir également ibid., vol. II, no 4013 et 4420.

74 Ibid., vol. II, no 4479, 4656-4657, 4759, 5087-5088, 5211, 5224, 5896, 6426 ; vol. VII, no 26921, 27661,28521,28270-28273. En mai 1529, Passano était encore en charge des paiements, PRO, PRO 31/8,137(4), f° 331-332r° et AN, J 923, no 8(2).

75 Le dernier paiement que nous ayons dans les documents français est celui de novembre 1533, C.A.F., vol. II, no 6426 et vol. VII, no 28521. Les reçus pour les pensions de mai 1535 furent préparés à Londres mais ne furent jamais remis aux Français, L.P., vol. VIII, no 802. Le 23 août 1535, Thomas Cromwell écrivit à Sir John Wallop, alors ambassadeur en France, pour le remercier au nom d'Henri VIH des efforts qu'il déployait pour que les pensions soient envoyées, ibid., vol. IX, no 157. Le 1er novembre 1535, Eustache Chapuys rapporta à Nicolas Perrenot, sieur de Granvelle, que « la pension française n'avait pas été versée cette année. A la manière dont l'ambassadeur français en parle, il ne pense pas qu'elle sera payée bientôt », ibid., vol. IX, no 733.

76 Voir Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25 et les comptes de Jean Duprat Ceux-ci laissent à entendre que le terme de novembre 1512 fut effectivement acquitté. Pourtant, il est surprenant que Louis ΧII ait accepté de verser ce terme alors même que Thomas Wall, héraut d'armes Lancastre, lui avait apporté la déclaration de guerre d'Henri VIH le 23 avril 1512, L.P., vol. I, 1, no 1157 et 1169.

77 Voir PRO, SP 1/22, f° 191r° mentionné dans L.P., vol. ΙII, 1, no 1321 pour un récapitulatif des versements de novembre 1514 à mai 1521. Voir aussi PRO, PRO 31/8, 137(1), f° 6r°-18v° et AN, KK 349, mentionné dans L.P., vol. III, 1, no 1321(1-11).

78 LP., vol. V, no 1505. Ce que confirme le compte de novembre 1532 (voir, supra, notes 71 et74).

79 Nous ne disposons que du compte de novembre 1532 (voir, supra, note 71) qui mentionne le paiement du terme de 5.000 écus, et de quelques reçus anglais. Néanmoins, Henri VIII ne réclama jamais d’arrérages au titre des années 1530-1534 et, des lors, il n’y a aucune raison de penser que la pension de sel ne fut pas bien acquittée. Voir C.A.F., vol. VII, no 27661 pour 1531 ; L.P., vol. V, no 1065,1504-1505,1600 et C.A.F., vol. II, no 4479 pour 1532 ; L.P., vol. VI, no 578, 1384, 1481 et C.A.F., vol. II, no 5896, 6426 pour 1533.

80 Lettre de Jean Brinon et Jean-Joachim de Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, Gilbert J ACQUETON, op. cit., p. 324. Voir aussi les comptes de Jean-Joachim de Passano,BN, Fr. 12158, f° 5v°-7v° et C.A.F., vol. II, no 4479 pour novembre 1531.

81 L.P., vol. V, no 1504-1505.

82 Ibid., vol. IV, 3, no 6710.

83 C.A.F., vol. VII, no 27661.

84 L.P., vol. V, no 1600 et C.A.F., vol. II, no 4479.

85 L.P., vol. V, no 1065.

86 Ibid., vol. V, no 1505.

87 Deux autres reçus existent l'un pour mai, l'autre pour novembre 1532. Celui de mai est pour « 50.000 écus d'or au soleil, payés à Calais, pour les dettes de l'Empereur » (L.P., vol. V, no 1065) et celui de novembre est pour « 46.785 écus d'or au soleil (...) étant le dernier acompte des sommes (...) dues par Charles V » (L.P., vol. V, no 1504-1505). Le total est extrêmement proche de celui des deux autres reçus de 1532 (96.695 écus d'or au soleil 30 st) : 96.785 écus d'or au soleil. Bien qu'il soit difficile d'expliquer la raison de ces quatre reçus, la différence (90 écus) ne me paraît pas significative. En revanche, le compte de Passano pour novembre 1532 (voir supra note 71), indique que 49.285 écus d'or au soleil furent remis « Aud. Roy d'Angleterre pour le pfaict et dernier paiement de la debte a luy deue a cause de lempereur escheu aud. mois de novembre ». En dépit de ces différences et des incertitudes qu'elles soulèvent ; j'ai retenu pour mes calculs les sommes citées dans le texte en raison de la précision des chiffres données par les documents (supra, notes 85 et 86) et de la valeur en écus au soleil des angelots (voir supra note 43).

88 C.A.F., vol. II, no 5896.

89 L.P., vol. V, no 1485. A ma connaissance, ceci n'est confirmé par aucune autre source.

90 BN, Fr. 10375, f° 36r°.

91 Ce calcul est fait sur la base du cours de l'écu d'or au soleil fixé dans les différents traités : 38 st pour toutes les dettes remboursées de 1509 à 1521 ainsi que pour la pension annuelle de 1525 à 1534 ; 40 st pour la pension de sel versée de 1530 à 1534. Pour les cas où les cours n'étaient pas indiqués, j'ai procédé de la manière suivante : dettes de l'Empereur : 38 st car le montant fut arrêté en 1529 à un moment où les autres dettes étaient remboursées à ce cours ; obligation de Bordeaux : 40 st car en décembre 1530 c'est ce cours qui fut retenu pour la pension de sel ; pension versée en 1546 : 38 st car il était de coutume de reprendre le cours fixé dans le traité de référence, c'est-à-dire ici celui de 1525 ; pension de sel versée en 1546 : 40 st, pour la même raison.

92 L.P., vol. VII, 1, no 784.

93 La valeur de l'écu d'or au soleil était de 38 st pour chacun de ces six termes.

94 Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25.

95 L.P., vol. VI, no 1384.

96 Foedera, vol. VI, 1, p. 24-25.

97 Ibid., vol. VI, 1, p. 25.

98 Ainsi en 1533, ces frais de change s'élevaient à 4 deniers par livre tournois, C.A.F., vol. II, no 5896,6426.

99 AN, KK 349.

100 BN, Fr. 12158, f° 5-20.

101 C.A.F., vol. V, no 18546.

102 Ibid., vol. VII, no 28273.

103 Ibid., vol. II, no 5896. Voir aussi pour 1533, ibid., vol. II, no 6426 et vol. VII, no 28521.

104 Lettre de Brinon et Passano à Louise de Savoie datée du 29 juillet 1525, publiée par Gilbert JACQUETON, op. cit., p. 323-328.

105 C.A.F., vol. V, no 15982-15983,16137-16139,16235.

106 Ibid., vol. V, no 17106.

107 Ibid., vol. V, no 17453-17455.

108 Ibid., vol. II, no 4657.

109 Charles GIRY-DELOISON, « Money and Early Tudor Diplomacy. The English Pensioners of the French Kings (1475-1547) », MH, t ΙII, 1993, p. 128-146.

110 Edward HALL, Hall's Chronicle, éd. Sir Henry ELLIS, Londres, J. Johnson, 1809,p.733 ; cité par Frederick C. DIETZ, op. cit., p. 101.

111 L.P., vol. III, 2, no 2292.

112 Lettre d'Eustache Chapuys à Charles Quint du 22 septembre 1536, L.P., vol. XI, no 479.

113 Ibid., vol. XIX, 2, no 563.

114 Édouard IV reçut 300.000 écus d'or à la couronne au cours de 32 st 1 dt, soit 481.250 lt (voir page 123 pour le nombre de termes payés). L'ordonnance du 2 novembre 1475 fixa le cours de l'écu d'or au soleil à 33 st Si l'on s'en tient à ce cours officiel (probablement inférieur au cours commercial), Édouard IV reçut l'équivalent de 291.666 écus d'or au soleil 22 st Pour sa part Henri VII reçut 455.172 écus d'or au soleil 15 st (16 annuités et demie de 50.000 lt à raison d'un cours de l'écu d'or au soleil fixé par le traité d'Étaples à 36 st 3 dt).

115 Charles GIRY-DELOISON, art. cit.

Auteur

Université d'Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540