Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

Une alliance contre nature ?

La paix franco-anglaise de 1525-1544

Charles Giry-Deloison

Texte intégral

  • 1 L.P., vol. 1,1, no 5.

1Contrairement aux apparences, l'Angleterre connaît au cours du règne d'Henri VIII une période de paix exceptionnellement longue avec la France. De 1525 à 1544, pendant près de vingt ans, les armées anglaises et françaises cessent de s'affronter sur les champs de bataille du nord de la France. Situation paradoxale, où c'est au plus guerrier des Tudors qu'il revint de s'allier le plus durablement avec l'ennemi héréditaire, alors même qu'il avait voulu lui déclarer la guerre dès son accession1 Au-delà de cet aspect ironique, le rapprochement franco-anglais eut de considérables implications.

2La première est le renversement complet des alliances anglaises, traditionnellement pro-espagnoles ou pro-impériales. Au cours de ces années, et plus particulièrement entre 1525 et 1532, Henri VIII et François Ier entrent dans une série d'alliances offensives et défensives contre l'Empereur.

  • 2 Ordonnances, vol. IV, no 394, p. 95.

3Au More le 30 août 1525, les deux parties conviennent d'une neutralité réciproque et, surtout, d'une aide militaire mutuelle contre les « envahisseurs, perturbateurs et agresseurs hostiles » (« contra invasores, pertubatores et hostiles aggressores »)2. Certes, l'ennemi n'est pas nommé, mais il est patent qu'il ne peut s'agir que de l'Empereur ou du Turc.

  • 3 Foedera, vol. VI, 2, p. 75-76 ; Ordonnances, vol. IV, no 428.

4En 1526, Thomas More et Jean-Joachim de Passano précisent cette alliance. L'article premier du traité signé à Hampton Court le 8 août3 prévoit qu'Henri VIII et François Ier ne pourront traiter séparément avec Charles Quint pour obtenir, le premier l'argent qui lui est dû, le second la libération de ses deux fils retenus en otages depuis mars. Les articles deux et cinq stipulent qu'aucun des deux monarques ne doit aider Charles Quint de quelque manière que ce soit.

  • 4 Voir Charles GIRY-DELOISON, « A Diplomatic Revolution? Anglo-French Relations and the Treaties of 1 (...)

5L'année 1527 est marquée par une intense activité diplomatique entre la France et l'Angleterre. En avril, mai, août et septembre, les deux rois signent non moins de six traités et deux accords et obligations4.

  • 5 La France, la papauté, Venise, Florence et Francesco Sforza, duc de Milan, avaient adhéré à cette l (...)
  • 6 Voir notamment la lettre de John Clerk, évêque de Bath et Wells, alors ambassadeur en France, à Tho (...)
  • 7 Ordonnances, vol. IV, no 412.

6En dépit de certaines difficultés créées par Wolsey, qui n'a pas voulu que l'Angleterre participât à la Ligue de Cognac conclue le 22 mai 15265 et qui en octobre a proposé à François Ier d'épouser la princesse Marie, sachant pourtant que le roi de France s'est promis à Eléonore de Habsbourg, soeur de Charles Quint6 (selon les termes du traité de Madrid du 14 janvier 15267), les événements d'Italie conduisent l'Angleterre et la France à resserrer davantage leurs liens.

7La trêve conclue par Clément VII et Charles de Lannoy, vice-roi de Naples, le 15 mars 1527 ; le sac de Rome le 6 mai par les troupes impériales et la captivité du Pape, après qu'il eut signé un traité avec Lannoy le 5 juin, inquiètent vivement Henri VIII et François Ier. Il est vrai pour des raisons différentes. L'emprisonnement de Clément VII aux mains des Impériaux gêne considérablement les projets de divorce d'Henri. Jamais Charles Quint n'acceptera de conseiller au pape d'annuler le mariage de sa tante Catherine d'Aragon. Pour François Ier, l'Empereur est devenu trop puissant et la perte du Milanais est inacceptable.

8Le traité de Westminster du 30 avril est de nouveau un traité d'alliance offensive contre Charles Quint II rappelle les clauses du traité d'Hampton Court et prévoit l'envoi d'une ambassade commune auprès de l'Empereur pour régler les différends entre les trois puissances. L'article neuf précise que, si dans un délai de vingt jours l'Empereur n'accepte pas leurs propositions ou s'il détient les ambassadeurs, les deux alliés lui feront parvenir une déclaration de guerre. Selon les termes de ce traité, c'est à la France qu'il revient de supporter les coûts de la guerre (article dix).

  • 8 Foedera, vol. VI, 2, p. 85-87.

9Enfin, le 18 août 1527 à Amiens, Wolsey et les évêques français décident de ne participer à aucun concile durant la captivité de Clément VII afin d'empêcher toute ingérence de l'Empereur8.

  • 9 Ibid., vol. VI, 2, p. 171-473.

10Le dernier acte de cette « Entente cordiale » avant l'heure se joue à l'été 1532. A Londres, le 23 juin, un nouveau traité d'alliance est conclu9. Il confirme les traités antérieurs mais, surtout, il prévoit qu'en cas d'agression de Charles Quint contre l'un des deux contractants, l'autre devra porter secours à son allié dans un délai de trois mois. Le traité détaille le nombre d'hommes d'armes que chacun devra envoyer : François Ier fournira cinq cents cavaliers et Henri VIII mille cinq cents archers et une armée sur mer de mille cinq cents hommes pendant six mois.

  • 10 Ordonnances, vol. VI, no 605.
  • 11 Ibid., vol. VI, no 605, p. 291 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 89-90.
  • 12 Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 90.

11Moins de deux mois plus tard, du 20 au 30 octobre, les deux rois se retrouvent à Calais et à Boulogne-sur-Mer. Le 28 ils signent à Calais un traité pour mettre sur pied une armée commune de quatre-vingt mille hommes, dont quinze mille cavaliers, destinée à s'opposer aux Turcs10. Pourtant ce traité, avant même d'être signé, a perdu beaucoup de sa raison d'être. L'armée turque vient de battre en retraite devant les Impériaux non loin de Vienne et elle ne menace ni la France ni l'Angleterre. Les rédacteurs du traité le reconnaissent eux-mêmes : « et que pour les advertissemens, que, dempuis icelle assemblée, avons eu de la retraicte d'iceluy Turcq (...) il sembleroit qu'il ne fust pas a present grant besoing de y donner aultre provision »11. En réalité, la finalité du traité est de montrer à l'Empereur la profonde amitié qui lie Henri et François. Une déclaration annexe précise tout de même la contribution de chacun à la constitution et au financement de cette armée commune. Celle d'Henri VIII sera : « nous Defenseur de la Foi, soudoierons pour nôtre part & portion desdits quatre-vint mille hommes, le nombre de vint-sept mille hommes, dont il y aura quatre mille chevaux, & trois mille Pionniers, & Gens d'Artillerie »12. Le roi d'Angleterre s'engage également à payer l'entretien de ce contingent de vingt-sept mille hommes durant toute la campagne militaire. Les efforts consentis sont bien inégaux.

  • 13 L.P., vol. XVII, no 440.
  • 14 Ibid., vol. XVIII, 1, no 754.
  • 15 Ibid., vol. XIX, 1, no 836, 921.

12Si au cours des années suivantes les relations entre les deux royaumes se détériorent lentement, Henri VIII ne cédera pourtant que tardivement aux insistantes pressions de Charles Quint. Ainsi, il est remarquable que si Henri VIII signe un traité secret avec l'Empereur le 29 juin 154213, il attend le 22 juin 1543 pour déclarer la guerre à François Ier14 et l'été 1544 pour entamer des opérations militaires15. Certes, l'affaire d'Écosse doit impérativement être réglée avant que les armées anglaises ne puissent franchir à nouveau la Manche mais, en toute logique, Henri VIII aurait pu rompre avec François Ier bien avant 1542.

13Les implications financières du rapprochement sont également importantes.

  • 16 Ibid., vol. V, no 459 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 483485.
  • 17 L.P., vol. V, no 459, p. 71.
  • 18 C.A.F., vol. VI, no 19248.

14Le 29 mai 1527 à Westminster16 les négociateurs anglais et français concluent un traité qui règle les modalités de l'aide financière anglaise à l'expédition française en Italie. Celle-ci est prévue pour le 1er juin sous la conduite d'Odet de Foix, seigneur de Lautrec et maréchal de France. A Westminster, Henri promet de verser une contribution mensuelle de 32.222 écus d'or au soleil pour l'entretien de l'armée française forte de trente mille hommes de pied et mille cavaliers17. Il s'engage également à renoncer à sa pension semestrielle de 47.368 écus d'or au soleil 16 st. échue au 1er mai précédent18.

  • 19 AN, J 651B, no 15 ; Foedera, vol. VI, 2, p. 82-84.
  • 20 L.P., vol. IV,2, no 4524. La contribution mensuelle fut portée à 32.800 écus d'or au soleil, Foeder (...)

15Lors des négociations à Amiens en août, Wolsey obtient que cette contribution ne sera due que jusqu'en octobre19. Mais en réalité Henri VIII et Wolsey céderont aux pressions françaises : ils versent une contribution en novembre et décembre 1527 et en juillet 1528 un nouveau traité est signé à Londres, financièrement moins favorable aux Anglais20.

  • 21 Instructions d'Henri VII à Roger Machado, roi d'armes Clarencieux, datées du 5 mars 1496 : « le Roy (...)

16Le geste d'Henri VIII est d'importance. C'est la seconde fois seulement qu'un roi d'Angleterre accepte de différer un terme de sa pension. En 1495, pour aider Charles VIII alors en Italie, Henri VII n'avait pas exigé sa pension annuelle de 50.000 lt (environ 27.586 écus d'or au soleil)21.

  • 22 L.P., vol. IV, 3, no 5515.
  • 23 Cette première contribution avait été calculée ainsi : 20.000 écus pour juin ; 30.000 écus pour jui (...)
  • 24 Le reçu est daté du 1er décembre 1527. Cette somme représente la participation financière anglaise (...)
  • 25 Cette somme correspond au financement de 6 mois de guerre en Italie de mi-juin à mi-décembre 1528, (...)

17La contribution d'Henri VIII aux guerres d'Italie fut plus significative que celle de son père. De mai 1527 à novembre 1528, elle se monta à 407.910 écus d'or au soleil22 : 146.666 écus sont promis à Amiens le 25 août 152723 ; 64.4444 écus sont remis le 11 novembre 1527 à Anne de Montmorency, alors ambassadeur en Angleterre24 et 196.800 écus le 17 novembre 1528 à l'ambassadeur français à Londres, Jean du Bellay, évêque de Bayonne25.

  • 26 L.P., vol. IV, 3, no 5515. Le document indique qu'un écu d'or au soleil vaut 4s. 6d.
  • 27 Ibid., vol. IV, 1, no 1604. Voir aussi pour novembre 1527, Foedera, vol. VI, 2, p. 94 et pour 1528,(...)

18Néanmoins, seulement 53,55 % de cette somme sont directement payés par le roi d'Angleterre. Un document anglais daté de mai 1529 intitulé « sommes payées au roi de France » indique que 49.148 ls. 11 s., c'est-àdire 218.438 écus d'or au soleil, proviennent des coffres royaux26. Le reste (189.472 écus) est constitué par la remise qu'Henri accorde à François Ier, en 1527 puis à nouveau en 1528, de sa pension annuelle de 94.736 écus d'or au soleil 32 st.27

  • 28 Pour l'emploi du terme de mai 1529 voir infra, p. 131,138.
  • 29 PRO, PRO 31/8,137 (4), f° 331-332r° et AN, J 923, no 8 (2). Il semble que Passano ne versa pas le t (...)
  • 30 PRO, SP 1/35, f° 277 r° et L.P., vol. IV, 1, no 1604 (3).
  • 31 C.A.F., vol. VI, no 19259,19297.
  • 32 Foedera, vol. VI, 2, p. 94.
  • 33 Ceci semble en partie confirmé par le fait qu'en août 1527 Jean-Joachim de Passano fut chargé de re (...)

19En réalité, la contribution directe d'Henri VIII est encore plus faible. Plusieurs documents d'origine française mentionnent que Wolsey fit également remise de sa pension. En particulier, un compte de Jean-Joachim de Passano récapitule les termes des pensions d'Henri et de Wolsey qui sont restituées à François 1er entre 1527 et 1529 : ceux de mai et novembre 1527 et 1528 et de mai 1529 d'Henri VIII28 et ceux de mai et novembre 1527 et 1528 de Wolsey29. Deux autres documents confirment que Wolsey, à l'instar de son roi, fit remise de la totalité de sa pension annuelle de 25.000 écus d'or au soleil en 1527 et en 1528 et que ces 50.000 écus venaient en déduction des sommes dues par Henri VIII30 Enfin, trois documents apportent quelques détails supplémentaires. Deux font état de la remise de 25.625 lt. (soit 13.486 écus d'or au soleil 32 st.) en mai 1527 « sur ce qui devait être payé pour le terme de mai dernier au cardinal d'York, ladite somme remise par celui-ci au roi de France pour l'aider dans ses affaires »31. Le troisième indique que Wolsey fit remise du terme de novembre 1527 de sa pension et que ce terme faisait partie des 64.444 écus donnés à Anne de Montmorency32. Ainsi, Henri VIII n'aura eu que 168.438 écus d'or au soleil à débourser pour financer les guerres de François 1er (91.374 écus en 1527 et 77.064 écus en 1528), soit moins de la moitié (41,29 %) du montant promis33.

  • 34 Voir infra, p. 137.

20De surcroît, dès novembre 1529, François Ier s'engagea à rembourser la totalité des sommes versées par le roi d'Angleterre et son ministre. Mais il est vrai que cette obligation ne fut jamais acquittée34.

  • 35 C.A.F., vol. VI, no 19248.
  • 36 Ibid., vol. VI, no 19258-19259. Voir également ibid., vol. VI, no 19297.
  • 37 BN, Fr. 5499, f° 171 ; L.P., vol. IV, appendix, no 195.

21Cet argent servit effectivement aux armées du maréchal de Lautrec. Le 23 juin 1527, Jean-Joachim de Passano commis au paiement des pensions, reçoit ordre de prélever sur celle de mai qu'Henri VIII n'a pas exigée, 2.026 lt 16 st 6 dt., et de remettre cette somme aux trésoriers des guerres, Jean Grolier et René Thizart35. Le 29 juin, il reçoit un second ordre de prélèvement, cette fois de 32.079 lt. 3 st 7 dt, et de les délivrer, avec les 25.625 lt de la pension de Wolsey, à Pierre d'Apestigny, trésorier de France et receveur général des finances extraordinaires et parties casuelles36. Le 12 août 1528, Anne de Montmorency écrit de Paris à Jean du Bellay, ambassadeur à Londres, que Charles du Solier vient de partir pour l'Italie avec 6.000 écus de la contribution anglaise37. La déroute française à Landriano le 21 juin 1529 met fin à cette contribution.

22C'est probablement la nature même de la paix franco-anglaise qui retient le plus l'attention des contemporains.

  • 38 AN, J 651 A, no 7 ; Ordonnances, vol. V, no 452.

23Le 30 avril 1527, pour la première fois depuis qu'Henri Plantagenêt devint roi d'Angleterre le 19 décembre 1154, un traité de paix perpétuelle est signé à Westminster entre la France et l'Angleterre38. Jusqu'alors, les actes passés entre les deux royaumes étaient des trêves ou, au mieux, des traités de paix qui prenaient fin à la mort du dernier des deux contractants. Tant que les rois d'Angleterre revendiquèrent la couronne de France, il ne pouvait, ni sur le plan juridique et moins encore sur celui de l'honneur, en être autrement.

  • 39 Foedera, vol. IV, 3, p. 171-174.
  • 40 23 août 1514, BN, Fr. 2930, f° 38.
  • 41 25 novembre 1530, BN, Fr. 2997, f° 14.

24Une paix perpétuelle signifie explicitement le renoncement à cette couronne que Charles VI avait abandonnée à Henri V le 21 mai 1420 à Troyes39. Le caractère exceptionnel de la paix signée à Westminster est attesté par le fait qu'après 1527, Henri VIII fit modifier l'adresse dans sa correspondance avec François Ier. Précédemment, lorsque les relations entre les deux monarques étaient bonnes, la formule généralement employée était : « très hault et très puissant prince nre [notre] très cher et très ame frere cousin et bon compere »40. En 1527, elle devient : « très hault et très puissant prince nre [notre] très cher et très ame frere cousin compere et perpetuel allye »41. Elle ne sera pas changée avant le milieu des années 1530.

  • 42 AN, J 651 A, no 9 ; Foedera, vol. VI, 2, p. 88-91 ; Ordonnances, vol. V, no 466 ; Corps Diplomatiqu (...)

25Le traité d'Amiens du 18 août 152742, qui confirme et complète celui de Westminster, contient deux articles relatifs au règlement définitif de la question des possessions anglaises en France (articles quatre et cinq). Au nom d'Henri VIII et de ses successeurs, les ambassadeurs anglais s'engagent à ce que les rois d'Angleterre ne recourront plus aux armes pour tenter de recouvrer ces biens (article cinq).

  • 43 Foedera, vol. VI, 2, p. 21-25 ; Ordonnances, vol. IV, no 394.
  • 44 L.P., vol. IV, 2, no 3105 : « Mais Wolsey répondit que ce traité [More] n'avait d'effet que durant (...)

26C'est à l'insistance de Thomas Wolsey qu'un nouveau traité est conclu en avril 1527. Claude Dodieu, l'un des ambassadeurs français, rapporte que Wolsey estimait que le traité du More du 30 août 152543 n'aurait d'effet que durant la vie des deux monarques. En dépit des dénégations répétées de l'ambassadeur Antoine le Viste, qui lui fait remarquer que le traité mentionne le roi et ses successeurs, Wolsey tient absolument à ce que la paix qui sera signée soit perpétuelle44.

  • 45 Ordonnances, vol. IV, no 394, p. 94.
  • 46 Ibid., vol. V, no 452, p. 47.
  • 47 Mémoire sur les pensions daté du 15 novembre, Correspondance Castillon, no 375, p. 359.

27Il est vrai que le traité du More n'est pas très clair sur ce point II y est dit que les ambassadeurs ont autorité suffisante pour traiter d'une « firma pace, amicia et vera concordia » et, quelques lignes plus loin, que la cessation d'hostilités est conclue « inter predictos illustrissimos et potentissimos principes, eorumque heredes et successores »45. En revanche, celui de Westminster stipule expressément que la paix sera perpétuelle (« perpetue pacis ») : « usque ad infinita seculorum secula, per utrosque potentissimos reges, heredes et successores suos in omnibus ac per omnia, fideliter et inviolabiliter observandus »46. En novembre 1541, l'ambassadeur Charles de Marillac rappelle ce que le traité de Westminster signifie : « Et par ledict traité le roy d'Angleterre quicte le droict, tiltre et seigneurie qu'il prétendoit en la couronne de France »47.

28Pourtant, le renversement des alliances anglaises, souvent considéré comme une véritable révolution diplomatique, ne doit pas masquer ce qui constitue le trait permanent de la politique d'Henri VIII à l'égard de la France : la revendication de l'héritage d'Henri V.

  • 48 Voir en particulier John J. SCARISBRICK, Henry VIII, Londres, Eyre & Spottiswoode, 1968, p. 40-64.

29Les prétentions du roi d'Angleterre et les arguments juridicopolitiques et historiques avancés par Henri et ses contemporains pour les justifier ont été étudiés par ailleurs48. Il est vrai qu'Henri VIII fit preuve d'une très grande flexibilité à l'égard de cette revendication et d'une cer taine prudence quant à la possibilité effective de recouvrer la couronne de France.

  • 49 L.P., vol. IV, 1, no 1212.

30Ainsi, le 31 mars 1525, Cuthbert Tunstall et Sir Richard Wingfield sont dépêchés auprès de Charles Quint pour tenter de raviver l'alliance impériale après la capture de François Ier à Pavie le 9 mars. Leurs instructions sont de demander à l'Empereur d'aider Henri à prendre possession de son héritage français. Toutefois, ces instructions stipulent aussi qu'ils doivent adapter les revendications territoriales du roi à la bonne - ou mauvaise - volonté impériale. En fin de compte, la seule revendication sur laquelle ils ne doivent pas transiger est qu'Henri doit obtenir « la Picardie et une pension annuelle de 100.000 écus »49.

  • 50 Ibid., vol. XI, no 479.

31Dix ans plus tard, le 22 septembre 1536, l'ambassadeur impérial à Londres, Eustache Chapuys, écrit à Charles Quint qu'Henri VIII lui a assuré qu'il ne récusera pas son amitié avec la France de peur de « perdre le certain pour l'incertain ». Chapuys ajoute qu'à son avis, le roi refuserait de dépenser des sommes importantes pour reconquérir la France et que, probablement, il ne voudrait pas du royaume français à cause des difficultés et du coût de le conserver50.

  • 51 Ibid., vol. XIX, 2, no 175,235,546; C.S.P. Sp., vol. VII, no 220-222.

32Certes, à la mi-octobre 1544, Henri VIII n'accepte les conditions de paix proposées par François Ier, en particulier la reprise du remboursement de la dette de 1525 et le versement de la pension perpétuelle de 50.000 écus d'or à la couronne par an, que si, en outre, le roi de France renonce à Boulogne, tombée aux mains des Anglais le 13 septembre, au Boulonnais et au comté de Guînes. Mais il informe également François Ier que si celui-ci estime que le paiement de la pension perpétuelle est une charge trop lourde, il acceptera en échange la ville de Montreuil et le comté de Ponthieu51. L'entrée solennelle à Paris et le sacre à Reims sont bien oubliés.

  • 52 L.P., vol. XIX, 2, no 563.

33Le sentiment qui prévaut est qu'à l'automne 1544 Henri VIII préféré, pour un temps tout au moins, le certain à l'incertain. Il accepte de se contenter de gains territoriaux immédiats, certes non négligeables, mais somme toute modestes au regard de ses prétentions à la couronne de France. C'est ce même souci de prudence qui le conduit à offrir de renoncer à cette pension perpétuelle, qui ne serait servie qu'à sa mort, en échange de la ville de Montreuil En novembre 1544, le Privy Council avance des arguments fort similaires pour l'inciter à mettre fin aux hostilités avec la France : « l'expérience a montré que le coût pour obtenir le paiement de ce revenu considérable [la pension] ne laisse pas ou peu de profit, ils [les conseillers] pensent qu'Henry (...) devrait, en lieu et place de la pension, accepter le comté de Guînes et la ville d'Ardres (...), avec la confirmation que Boulogne lui appartient et que le Boulonnais lui sera livré »52.

34Tout de même, il est remarquable qu'Henri VIII ne perdit jamais espoir de ceindre un jour la couronne de France. Ni les résultats peu glorieux des expéditions de 1513 et 1523, ni les expériences décevantes des précédentes alliances militaires avec les Pays-Bas et l'Espagne puis l'Empire, ne découragent Henri de tenter sa chance, une fois encore, à l'été 1544. À 53 ans, vieilli et malade, le roi rêve toujours des chevauchées légendaires d'Henry V.

  • 53 C.S.P. Ven., vol. IV, no 105. Voir également, Simon THURLEY, « The Banqueting and Disguising Houses (...)

35Même au plus fort de l'amitié franco-anglaise, Henri VIII tenait à rappeler qu'il n'avait pas abandonné ses prétentions à la couronne de France. Lorsque les ambassadeurs français pénètrent le 6 mai 1527 dans le pavillon de banquet à Greenwich, où doit se dérouler la somptueuse fête donnée en leur honneur, ils passent sous un arc de triomphe. Au dos de celui-ci, Holbein, sur les ordres d'Henri, a peint une vue panoramique du siège de Thérouanne et de la victoire anglaise à Guinegatte, lors de la « Journée des Éperons », le 16 août 151353.

  • 54 Voir Charles CRUICKSHANK, Henry VIII and the Invasion of France, Stroud, Alan Sutton, 1990, p. 103- (...)
  • 55 Aujourd'hui encore la belle et poignante complainte « The Flowers of the Forest » commémore la défa (...)

36Guinegatte n'était pas une grande victoire. Les forces étaient disproportionnées, les pertes françaises furent modestes (moins de deux cents morts) et les prisonniers de renom guère nombreux (Bayard, le comte de Danois et le duc de Longueville...)54. Pourtant, parce que des troupes françaises avaient été défaites, Henri VIII magnifia la « Journée des Éperons », oubliant que la vraie victoire anglaise en 1513 fut celle de Flodden55, le 9 septembre, contre Jacques IV d'Écosse. Henri n'était ni à Guinegatte ni à Flodden.

  • 56 Voir le récit de la fête donné par Bernardino RINCIO, « Le livre et forest de messire Bernardin Rin (...)

37Le 23 décembre 1518, l'entrée de la fête organisée dans la cour de la Bastille pour les ambassadeurs anglais avait, elle aussi, été marquée par un arc de triomphe, mais François Ier n'avait pas cru nécessaire d'y faire représenter Formigny ou Castillon56.

Notes

1 L.P., vol. 1,1, no 5.

2 Ordonnances, vol. IV, no 394, p. 95.

3 Foedera, vol. VI, 2, p. 75-76 ; Ordonnances, vol. IV, no 428.

4 Voir Charles GIRY-DELOISON, « A Diplomatic Revolution? Anglo-French Relations and the Treaties of 1527 », dans Henry VIII: A European Court in England, éd. David STARKEY, Londres, Collins & Brown, 1991, p. 77-83.

5 La France, la papauté, Venise, Florence et Francesco Sforza, duc de Milan, avaient adhéré à cette ligue implicitement dirigée contre l'Empereur.

6 Voir notamment la lettre de John Clerk, évêque de Bath et Wells, alors ambassadeur en France, à Thomas Wolsey, datée du 3 novembre 1526, L.P., vol. IV, 2, no 2606.

7 Ordonnances, vol. IV, no 412.

8 Foedera, vol. VI, 2, p. 85-87.

9 Ibid., vol. VI, 2, p. 171-473.

10 Ordonnances, vol. VI, no 605.

11 Ibid., vol. VI, no 605, p. 291 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 89-90.

12 Corps Diplomatique, vol. IV, 2, p. 90.

13 L.P., vol. XVII, no 440.

14 Ibid., vol. XVIII, 1, no 754.

15 Ibid., vol. XIX, 1, no 836, 921.

16 Ibid., vol. V, no 459 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 483485.

17 L.P., vol. V, no 459, p. 71.

18 C.A.F., vol. VI, no 19248.

19 AN, J 651B, no 15 ; Foedera, vol. VI, 2, p. 82-84.

20 L.P., vol. IV,2, no 4524. La contribution mensuelle fut portée à 32.800 écus d'or au soleil, Foedera, vol. VI, 2 ,p. 112-113. Voir aussi L.P., vol. IV, appendix, no 183. François Ier ratifia le traité le 21 décembre 1528, Ordonnances, vol. V, no 499 et Foedera, vol. VI, 2, p. 112-113.

21 Instructions d'Henri VII à Roger Machado, roi d'armes Clarencieux, datées du 5 mars 1496 : « le Roy très content de l.... et quieter la somme dargent qui luy est deue pour une anne... entière escheuta la toussains derreniere passee », BL, Cotton MSS, Caligula D VI, f° 22-27. Voir également la lettre de Charles VIII à Pierre de Beaujeu datée du 8 mai 1495, Lettres de Charles VIII, éd. Bernard de MANDROT et Paul PÉLICIER, Paris, H. Laurens, 1898-1907, 6 vol. , vol. IV, no 872. Les comptes d'Henri Bohier font apparaître qu'il n'y eut aucun versement en 1495 : « En csideracion des grans fraiz mises et despen. qui luy [H. Bohier] a crem. supporter por. le faict de sad. emission durant les ann. finies mil CCCC ΠΠχχ xiij, IIIIxx xiiij, IIIIxx xvj et quatrevings dix sept dont il a faict led. paiemt », BN, Fr. 10377, f° 26 v°. Ce qui est confirmé par la copie d'un extrait des comptes de 1493 à 1511 dans lequel l'année 1495 n'est pas mentionnée, BN, Fr. 15885, f° 11. En mai 1495 Henri VU fit une première fois remise de 25.000 lt à Charles VIH (Foedera, vol. V, 4, p. 79). En novembre, une quittance pour le second terme fut rédigée, probablement par avance (ibid., vol. V, 4, p. 81). Roger Machado remit une lettre de quittance à Charles VIII pour ces sommes en mars 1496. La comptabilité relative aux dettes françaises tenue par les Anglais ne fait pas une place spécifique à l'année 1495. Ainsi deux documents relatifs au paiement du terme de novembre 1499 indiquent que celui-ci est le quatorzième : « Et quia Prima Dies Mensis Novembris, quae erit Quartridecimus Terminus Solutionis antedicto », Foedera, vol. V, 4, p. 144-145, ce qui était effectivement le cas, si l'on inclut les deux de 1495, puisque le premier eut lieu en mai 1493. Il est clair qu'Henri VIH considérait cette remise comme un prêt Gilbert JACQUETON date, à tort, cette remise de 1496, La Politique extérieure de Louise de Savoie ; relations diplomatiques de la France et de l'Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, E. Bouillon, 1892, p. 26, note 2.

22 L.P., vol. IV, 3, no 5515.

23 Cette première contribution avait été calculée ainsi : 20.000 écus pour juin ; 30.000 écus pour juillet ; 32.222 écus pour août ; 32.222 écus pour septembre et 32.222 écus pour octobre 1527, AN, J 651B, no 15 et Foedera, vol. VI, 2, p. 82-83. Voir aussi C.A.F., vol. VI, no 19342. En août 1527, Jean-Joachim de Passano fut chargé de recouvrer 68.000 écus d'or au soleil en Angleterre, ibid., vol. VI, no 19326,19342 et BN, Fr. 10385, f° 1-75.

24 Le reçu est daté du 1er décembre 1527. Cette somme représente la participation financière anglaise à la guerre pour les mois de novembre et décembre (32.222 écus d'or au soleil par mois), L.P., vol. IV, 2, no 3626 et Foedera, vol. VI, 2, p. 94.

25 Cette somme correspond au financement de 6 mois de guerre en Italie de mi-juin à mi-décembre 1528, à raison de 32.800 écus d'or au soleil par mois, Foedera, vol. VI, 2, p. 112-113 ; Ordonnances, vol. V, no 499. Un document conservé dans les archives anglaises explique la ventilation de cette contribution : 16.400 écus pour juin, 32.800 écus pour juillet ; 32.800 écus pour août et 114.800 écus pour septembre, octobre, novembre et 15 jours en décembre, PRO, SP 1/35, f° 275r°-276r°. Le document n'est pas daté, mais il est vraisemblable qu'il fut rédigé à la fin de l'année 1528. Il est résumé dans L.P., vol. IV, 1, no 1604 (2) mais incorrectement classé comme datant d'août 1525. Pour juillet 1528, voir BN, Fr. 5499, f° 25 mentionné dans L.P., vol. IV, appendix, no 183. Deux autres documents anglais donnent la valeur en livres sterling de ces contributions: « Paid to the aforesaid King in the city of Amiens on the 25th of August in the 19th year (1527) the sum of £ 32,999 17s. Paid to the aforesaid King by the hands of the Grand Master of France, 11 Nov. 1527, the sum of £ 14,499 18s. (...) Paid by the hands of the Bishop of Bayonne, 17 Nov. 1528, £ 44,480 »; Hatfield, vol. I, no 27,43.
En janvier 1543, le
Privy Council écrivit à Sir William Paget; alors ambassadeur en France, que « His Majestye (...) spent in contribution to the warres in Italye 512000 crownes », State Papers, King Henry the Eighth, Londres, Record Commission, 1830-1852, 11 vol. , vol. IX, no 1305, p. 280 et L.P., vol. XVIII, 1, no 91. C'est-à-dire que le Privy Council inclut dans la contribution le terme de mai 1529 de la pension du roi (47.368 écus d'or au soleil), un bijou appelé « fleur de lys » (44.444 écus d'or au soleil) et la pension de mai 1529 de Wolsey (12.500 écus d'or au soleil). Il s'agit là d'une erreur des conseillers du roi : Henri VIII remit ces sommes pour la libération des fils de François Ier voir, infra, p. 131.

26 L.P., vol. IV, 3, no 5515. Le document indique qu'un écu d'or au soleil vaut 4s. 6d.

27 Ibid., vol. IV, 1, no 1604. Voir aussi pour novembre 1527, Foedera, vol. VI, 2, p. 94 et pour 1528, ibid., vol. VI, 2, p. 112-113 et Ordonnances, vol. V, no 499. Il semble que les 64st ne furent pas pris en compte.

28 Pour l'emploi du terme de mai 1529 voir infra, p. 131,138.

29 PRO, PRO 31/8,137 (4), f° 331-332r° et AN, J 923, no 8 (2). Il semble que Passano ne versa pas le terme de mai 1527 mais qu'en revanche, les aubes termes des deux pensions furent remis aux Anglais qui les reversèrent par la suite aux Français.

30 PRO, SP 1/35, f° 277 r° et L.P., vol. IV, 1, no 1604 (3).

31 C.A.F., vol. VI, no 19259,19297.

32 Foedera, vol. VI, 2, p. 94.

33 Ceci semble en partie confirmé par le fait qu'en août 1527 Jean-Joachim de Passano fut chargé de recouvrer 68.000 écus d'or au soleil en Angleterre, voir supra, note 23.

34 Voir infra, p. 137.

35 C.A.F., vol. VI, no 19248.

36 Ibid., vol. VI, no 19258-19259. Voir également ibid., vol. VI, no 19297.

37 BN, Fr. 5499, f° 171 ; L.P., vol. IV, appendix, no 195.

38 AN, J 651 A, no 7 ; Ordonnances, vol. V, no 452.

39 Foedera, vol. IV, 3, p. 171-174.

40 23 août 1514, BN, Fr. 2930, f° 38.

41 25 novembre 1530, BN, Fr. 2997, f° 14.

42 AN, J 651 A, no 9 ; Foedera, vol. VI, 2, p. 88-91 ; Ordonnances, vol. V, no 466 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 472-476, 487-492 ; L.P., vol. IV, appendix, no 105. Pour la ratification de ces traités le 18 septembre 1527 par Henri VIII, voir Frédéric LEONARD, Recueil des traitez de paix, de Trève, de neutralité, de confédération, d'alliance, et de commerce, faits par les rois de France avec tous les princes et potentats de l'Europe, et autres, depuis près de trois siècles, Paris, 1693, 6 vol., vol. II, p. 286-296 ; Corps Diplomatique, vol. IV, 1, p. 476 ; mention dans L.P., vol. IV, 2, no 3439.

43 Foedera, vol. VI, 2, p. 21-25 ; Ordonnances, vol. IV, no 394.

44 L.P., vol. IV, 2, no 3105 : « Mais Wolsey répondit que ce traité [More] n'avait d'effet que durant la vie des deux rois, et qu'ils [les ambassadeurs français] ne pourraient pas le persuader du contraire ».

45 Ordonnances, vol. IV, no 394, p. 94.

46 Ibid., vol. V, no 452, p. 47.

47 Mémoire sur les pensions daté du 15 novembre, Correspondance Castillon, no 375, p. 359.

48 Voir en particulier John J. SCARISBRICK, Henry VIII, Londres, Eyre & Spottiswoode, 1968, p. 40-64.

49 L.P., vol. IV, 1, no 1212.

50 Ibid., vol. XI, no 479.

51 Ibid., vol. XIX, 2, no 175,235,546; C.S.P. Sp., vol. VII, no 220-222.

52 L.P., vol. XIX, 2, no 563.

53 C.S.P. Ven., vol. IV, no 105. Voir également, Simon THURLEY, « The Banqueting and Disguising Houses of 1527 », dans David STARKEY, op. cit., p. 64-68.

54 Voir Charles CRUICKSHANK, Henry VIII and the Invasion of France, Stroud, Alan Sutton, 1990, p. 103-115; Jean JACQUART, Bayard, Paris, Fayard, 1987, p. 214-219.

55 Aujourd'hui encore la belle et poignante complainte « The Flowers of the Forest » commémore la défaite de Flodden Field. Jouée par les cornemuses des régiments écossais, elle est depuis l'origine, incluse dans le programme musical du Remembrance Day.

56 Voir le récit de la fête donné par Bernardino RINCIO, « Le livre et forest de messire Bernardin Rince(...) contenant et explicant bresvement l’appareil du bancquet faict à Paris pour la venue des orateurs et ambassadeurs d’Angleterre », dans Les rues et églises de Paris vers 1500, une fête à la Bastille en 1518..., éd. Alfred BONNARDOT, Paris, L. Willem, 1876, p. 53-74. Voir également Anne-Marie Lecoq, « Une fête italienne à la Bastille en 1518 », dans « Il se rendit en Italie » : études offertes à André Chastel, Rome et Paris, Edizioni dell'Elefante et Flammarion, 1987, p. 149-168.

Auteur

Université d'Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540