Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

Introduction

Charles Giry-Deloison

Texte intégral

  • 1 William SHAKESPEARE, Henry V, acte V, scène 2, 1, vers 344-346, dans William Shakespeare. The Comp (...)

«(...) the contending kingdoms Of France and England, whose very shores look pale With envy of each other's happiness»1.

1Qui mieux que Shakespeare a su exprimer la nature des liens qui unissent les royaumes de France et d'Angleterre depuis que le jour de Noël 1066 le duc Guillaume de Normandie, Guillaume le Conquérant, devint aussi Guillaume Ier d'Angleterre ? Dans la chronologie de ce jeu complexe du « je t'aime moi non plus », de cette rivalité de deux États somme toute issus de souches communes, le XVIe siècle, dans ses premières décennies, est celui de la prééminence française.

  • 2 Foedera, vol. V, 3, p. 67-68.
  • 3 Gilbert JACQUETON, La Politique extérieure de Louise de Savoie ; relations diplomatiques de la Fra (...)
  • 4 L.P., vol. Π, p. clxx.

2De 1509 à 1547, Henri VIII mène - ou tente de mener - une politique interventioniste sur la scène politico-militaire continentale. Or, pour l'Angleterre, tant pour des raisons historiques que géographiques, la France constitue l'essentiel de cette scène. En revanche, sitôt la trève de Picquigny conclue le 29 août 14752, les rois de France tournent leurs convoitises et leurs armées vers la Bourgogne et la Bretagne, puis vers l'Italie. Fascinés par le mirage italien, les successeurs de Louis XI se désintéressent grandement de l'Angleterre. Gilbert Jacqueton a pu écrire à propos des clauses financières du traité de Londres de 1518 : « on dirait d'un gros chien d'humeur débonnaire agacé par un méchant roquet et lui abandonnant pour s'en débarasser un os à ronger »3. Il est vrai que c'était en 1892 et qu'il répondait à des propos guère plus amènes de John Brewer4.

3Tandis que le regard du Français est fermement braqué sur les richesses « par-delà les monts », sur ces trésors artistiques que Charles VIII, avant lui, a commencé à piller au nom de droits bien ténus, l'Anglais pense encore aux joutes, tournois et fêtes de l'époque bourguignonne. Deux mondes. Si Henri VIII rêve de reconquérir la couronne de France, François Ier ne rêve pas de ceindre celle d'Angleterre.

4Pour autant, le roi de France ne peut exclure le royaume Tudor de ses projets politiques. Pour porter la guerre en Italie, pour s'affirmer face à Charles Quint, il lui faut préserver la paix avec Henri VIII. A défaut de vouloir l'obtenir par les armes, François Ier, à l'instar de ses prédécesseurs, s'évertuera à l'acheter en versant des pensions, souvent élevées, au roi d'Angleterre et à plusieurs de ses conseillers et courtisans.

  • 5 David STARKEY, The King's Privy Chamber, 1485-1547, thèse dactylographiée de l'Université de Cambr (...)
  • 6 Sur les mignons à la Cour de France, voir Philippe CONTAMINE, « Pouvoir et vie de Cour dans la Fra (...)

5Nouveau parent pauvre après les heures de gloire d'Henri V, le roi d'Angleterre observe avec envie son « très cher et très ame frere cousin et bon compere » de France. Pour l'élite anglaise, la France devient alors un modèle. Politique bien sûr. On sait depuis les travaux pionniers de David Starkey qu'Henri VIII créa en 1518 la charge de gentilhomme de la Chambre privée (gentleman of the Privy Chamber) à l'imitation de la Cour de France5. À cette charge il nomme ses plus proches compagnons, ceux qui font partie du cercle le plus intime de ses familiers, ceux que les contemporains nomment, à la mode française, ses minions6. Mais peut-être plus encore, la France offre à l'aristocratie anglaise un modèle culturel· La mode - certes mâtinée d'italianisme - est française. Henri VIII ne s'y trompe pas. La fête qu'il donne à Greenwich en 1527, pour éblouir les ambassadeurs français, rappelle de trop près pour que ce ne soit que simple coïncidence fortuite, celle qui avait été tenue en 1518 dans la cour de la Bastille, pour célébrer la ratification des traités de Londres.

  • 7 Voir le catalogue de l'exposition : Henry VIII : A European Court in England, éd. David STARKEY, L (...)

6À l'été 1991 les visiteurs de l'exposition de Greenwich (« Henry VIII at Greenwich »), qui commémorait le cinq centième anniversaire de la naissance d'Henri VIII, eurent l'occasion d'apprécier l'importance des influences continentales, et surtout françaises, à la Cour d'Henri7. Prenant prétexte de cette exposition - remarquable tant par sa conception que par la qualité des pièces présentées-, l'Institut français du Royaume-Uni réunit au mois de mai 1991 des seizièmistes français et anglais afin qu'ils mettent en commun leurs réflexions sur les relations entre les deux royaumes au cours des années henriciennes. On en trouvera, ci-après, les principales communications et les résultats de ces trois journées de débats amicaux et fructueux.

  • 8 Philippe CONTAMINE, Charles GIRY-DELOISON et Maurice H. KEEN, éd., Guerre et société en France, en (...)
  • 9 Charles GIRY-DELOISON et Roger ΜΕΓΤΑΜ, éd., Patronage s et clientéismes 1550-1750 (France, Anglete (...)

7Mais au-delà de cette raison conjoncturelle, le colloque s'inscrivait dans une perspective plus large. Il participait d'une volonté de développer à l'Institut - alors encore centre culturel - l'histoire comparative, notamment mais non exclusivement tant s'en faut, franco-anglaise. En ce sens, le colloque de mai 1991 fait suite à celui de 1989 consacré aux problèmes de la guerre à la fin du Moyen Âge8, et à celui de 1990 portant sur le patronage et le clientélisme à l'époque moderne en Europe occidentale9, tous trois ayant en outre en commun une interrogation croisée sur la formation de l'État dit « moderne ».

******

8La dimension politique des relations franco-anglaises constitue, en bonne logique, le principal pan des études réunies ici. Steven Gunn s'interroge sur la pertinence de la politique étrangère d'Henri VIII. Il relève le coût exhorbitant des guerres menées par le roi, exhorbitant tant au regard de ses propres revenus, des sommes impliquées, des conséquences économiques et sociales pour le pays (mouvements de révoltes, dépréciation de la monnaie, dilapidation du capital des monastères, etc.) que, finalement, des résultats obtenus.

  • 10 Charles GERY-DELOISON, « Money and Early Tudor Diplomacy. The English Pensioners of the French Kin (...)

9Pourquoi alors Henri VIII a-t-il si souvent entraîné son royaume dans la guerre contre la France (l'Écosse n'étant pas un but de guerre pour Henri) ? Steven Gunn examine les explications les plus courantes (démonstration de force au service d'une diplomatie musclée, moyen de résoudre ou d'occulter des problèmes internes, influence des factions guerrières à la Cour et au Conseil...), pour souligner que l'essentiel est ailleurs. La guerre relève de la volonté souveraine du monarque. Wolsey prêche la paix et la concorde dans les années 1514-1525 (avec une conviction qui n'est pas seulement feinte) et ni lui ni Cromwell ne sont là lors des conflits de la fin du règne. De même, il n'existe pas de faction pro ou anti-guerre dans les allées du pouvoir ni, j'ai essayé de le montrer ailleurs, de parti français en dépit des pensions versées par Louis XII et François Ier10. Pour Henri, la guerre avec la France participe de ce que Steven Gunn nomme un « double contest for honour » : égaler ses prédecesseurs - Edouard III et Henri V - et surpasser François Ier. Henri ne fait pas la guerre à la France, il reconquiert le bien de ses ancêtres et, par ses prouesses et par ses victoires, il venge leur honneur. Il renoue avec les temps glorieux, mythiques d'Henri V. Steven Gunn montre comment, à la fois, la démarche d'Henri s'inscrit dans un contexte de renouveau chevaleresque et le suscite. La rivalité avec François Ier est de la même essence et l'on comprend mieux ainsi les excès des sentiments d'Henri à l'égard de François, dont il se fait tour à tour l'indéfectible allié et l'irréductible ennemi. François est trop à l'image de ce qu'Henri voudrait être et la Chrétienté ne peut avoir qu'un roi-chevalier.

10Premier des chevaliers de son royaume, héritier des grands rois d'Angleterre, investi d'un devoir quasi sacré et monarque dont l'unique rival en honneur et en gloire est le roi de France, Henri se doit de faire la guerre comme la paix : avec panache et splendeur. Or ses expéditions coûteuses manquent cruellement de telles qualités. La guerre de sièges (Tournai, Thérouanne, Boulogne) n'enflamme pas les esprits et la Journée des Eperons est un pâle exploit au regard des chevauchées d'Henri V.

11Alors, faute de pouvoir s'imposer à François sur les champs de bataille, il essaye de le surpasser dans le faste déployé lors des paix. A Greenwich en mai 1527 mais plus encore au Camp du Drap d'Or en juin 1520, Henri fait étalage d'un luxe ostentatoire inouï. En février 1520, fin diplomate et remarquable connaisseur des volontés de son roi, Wolsey a obtenu de François Ier la responsabilité de mettre sur pied la rencontre prévue de longue date. Les Anglais sont donc en charge des opérations ce qui accroît le prestige d'Henri, même s'ils se rangent sans faire trop de difficultés aux souhaits des Français.

  • 11 Henri aurait sans aucun doute était ravi de connaître les mots que Shakespeare fit prononcer au du (...)

12Robert Knecht propose une analyse très fine et très détaillée des circonstances et des préparatifs de l'entrevue, ainsi que des moments forts de ces deux semaines, quelque peu irréelles, durant lesquelles deux des rois les plus puissants d'Occident jouent à surprendre, à émerveiller à dépasser l'autre11. Entre Guînes et Ardres, Wolsey et les commissaires anglais et français recréent les éléments des grandes fêtes chevaleresques d'antan. A moins de cent kilomètres de là, Charles Quint observe et attend.

13On a du mal à s'imaginer l'ampleur de l'entreprise et l'ingéniosité de ceux commis à sa réalisation. Robert Knecht donne des chiffres ; ils parlent d'eux-mêmes : 250 charpentiers participent à la construction du palais temporaire d'Henri VIII ; 466 chevaux sont nécessaires pour transporter de Tours à Ardres les tentes françaises ; on va en Auvergne et en Forez trouver du bois ; on transporte les ateliers des armuriers de Greenwich à Guînes...

14La paix coûte donc cher, très cher. Les Français le savent bien, qui, depuis Louis XI, versent de substantielles pensions aux monarques anglais. J'ai voulu rouvrir ce dossier pour tenter de chiffrer le coût de cette pratique. Les chiffres auxquels j'arrive, qui nécessairement ne peuvent être qu'une approximation, sont astronomiques : plus de deux millions et demi d'écus d'or au soleil entre 1475 et 1547, dont près de deux millions (plus de trois millions et demi de livres tournois) payés au seul Henri VIII. Pour Henri lui-même la paix avec François Ier a un prix (certes bien moindre) : pour honorer le traité de Westminster du 29 mai 1527, il contribue, avec Wolsey, pour un peu plus de quatre cent mille écus d'or au soleil aux guerres d'Italie.

  • 12 Par exemple, l'abbé d'Aumale, Guillaume III Le Roux, fit sculpter sur la galerie de son Hôtel à Ro (...)

15Or, tout comme la guerre, les résultats de la paix ne sont pas à la hauteur des espérances. Les énormes pensions françaises (n'oublions pas celles versées aux courtisans anglais) n'ont à aucun moment empêché l'Angleterre de reprendre les hostilités. Elles n'ont même pas, semble-t-il, réellement diverti pour un temps Henri VIII de ses projets de reconquête. Les serments de paix perpétuelle échangés avec tant de force et de conviction en avril puis à nouveau en août 1527 n'ont guère tenu. Dès 1532-1533 les relations sont à nouveau bien froides. Robert Knecht remarque que si la rencontre du Camp du Drap d'Or n'a pas exacerbé la rivalité des deux rois, elle était néanmoins vouée à l'échec avant même d'avoir Heu. Les contemporains le savaient-ils ? Certes tous s'émerveillent de l'événement qui est « médiatisé » à travers toute la Chrétienté12 mais pouvaient-ils croire à la pérennité d'une paix faite sans - contre - Charles Quint ? De même pouvaient-ils vraiment penser que la paix franco-anglaise serait perpétuelle ? La question mérite d'être posée.

16Qu'il y ait dans les premières décennies du XVIe une réelle volonté de restaurer la concorde entre les princes est vraisemblable. Érasme, pour ne citer que lui, exhorte les puissants à cesser leurs querelles. Il faut retrouver l'unité de la Chrétienté - si tant est qu'elle ait jamais existée-, c'est là le devoir des rois. Je crois erroné de penser que Wolsey n'ait pas été sensible à cela, que la paix universelle de 1518, le Camp du Drap d'Or de 1520, la paix perpétuelle de 1527, qui tous trois sont ses oeuvres, n'aient été que des leurres, que des manifestations d'un machiavélisme diabolique destinées à tromper l'ennemi pour mieux le surprendre. Il me paraît également hautement improbable que lors des entrevues de 1520 et de 1532 (rappelons l'absence de Wolsey à cette dernière) Henri ait sciemment cherché à berner François Ier en lui proposant une alliance à laquelle il n'aurait pas cru. Ce d'autant qu'en 1532 il a besoin de l'appui de la France pour son divorce.

17Pour autant, c’est bien la guerre qui rythme les relations entre les deux royaumes et c'est bien la reconquête des provinces perdues qui obnubile Henri. La paix, même celle durable des années 1525-1544, ne peut se comprendre que dans cette optique. Les intérêts politiques des deux monarques sont trop opposés pour qu'une alliance puisse durer et comme le rappela un jour le général de Gaulle, « il n'y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités ». Surtout, dans l'univers chevaleresque dans lequel très consciemment Henri évolue, la paix avec François ne peut être qu'un temps de pose, de répit, qu'une provisoire suspension des hostilités.

18Dès lors, la paix, même dite universelle ou éternelle, ne pouvait faire illusion. Par ailleurs, le coût de la guerre et de la paix est indifférent à Henri parce que la guerre comme la paix sont deux modes du jeu chevaleresque et doivent concourir, tous deux, à son honneur. Or, nous l'avons vu, pour Henri le chemin du vrai honneur se trouve en France.

  • 13 Cité par Charles CRUICKSHANK, Henry VIII and the Invasion of France, Stroud, Alan Sutton, 1990, p. (...)
  • 14 Idem, p. 177.

19Calais illustre l’ampleur du décalage entre Henri VIII et François Ier à ce propos. Le port et ses environs proches, le Pale, sont anglais depuis 1347. L'attachement de la monarchie à ces quelques kilomètres carrés sur le Continent est réel. Le statute de 1536 [27 Hen. VIII, c. 63] rappelle que la ville est « one of the most principal treasures belonging to this his realm of England »13. Protégée au sud par les châteaux d'Hames et de Guînes, par Fort Nieulay (ou Newnhambridge) sur la route de Boulogne et par Fort Risban (ou Rushbank) du côté du large, elle dispose de bonnes fortifications. De plus, une garnison aguerrie d'environ mille hommes y est stationnée en permanence. Mais après les menées militaires de 1513, la ville connaît un déclin et en dépit du statute de 1536 ses défenses semblent être mal entretenues. En 1544, le conseil de Calais adresse au Privy Council un rapport alarmiste sur l'état de la garnison14.

  • 15 Idem, p. 54.

20Or, il est remarquable que, sauf en août 1513, les Français ne tentent pas de prendre Calais. Même l'attaque de 1513 n'est guère plus qu'un raid sur la campagne environnante, les troupes de Louis XII n'assiègent pas la ville15. Pour les Français, Calais n'est ni une priorité ni un objectif militaire : la ville est à l'écart des routes commerciales qu'ils fréquentent, elle n'est pas une des « clés » du royaume et, surtout, le centre de gravité de leurs intérêts s'est déplacé vers l'Italie. En revanche, pour les Anglais, la charge symbolique de Calais, seul témoignage de leur splendeur passée, surpasse de loin son importance économique et militaire. On sait leur réaction lorsque la ville fut prise par surprise - traîtreusement diront-ils - le 7 janvier 1558. Les Français d'ailleurs ne s'y trompèrent pas : le prestige de la victoire consolida grandement la position du duc François de Guise au Conseil.

  • 16 Voir David STARKEY, Henry VIII : A European Court in England, op. cit., p. 9,55, 79-82,84,86.
  • 17 Voir, par exemple, Anthony BLUNT, « L'influence française sur l'architecture et la sculpture décor (...)

21Souvent assortis de riches illustrations, les traités de paix, de commerce, de mariage, que signent à intervalles réguliers les deux rois, se situent aux frontières du politique et du culturel. C'est en particulier le cas de ceux d'août 1527, du traité de Windsor de 1532 et du traité d'Ardres de 154616. Au terme d'une minutieuse étude de la Ratification du Traité du Camp (Ardres), Sylvie Béguin attribue la miniature d'Henri VIII qui l'orne à l'artiste italien Nicolas Beilin da Modena. Au-delà de son importance pour la composition du catalogue de l'artiste, cette attribution montre le flux artistique qui, en provenance de France, irrigue la vie culturelle anglaise. Venant d'Itahe, Nicolas Bellin rejoint d'abord la Cour de François Ier où il occupe la charge de valet de garde-de-robe du roi. Compromis dans le scandale de la fraude du Président René Gentil, il se réfugie, vers 1534, auprès d'Henri VIII qui lui accorde des lettres de naturalisation en 1541. Or, comme le souligne Sylvie Béguin, Bellin da Modena, est « l'un des meilleurs introducteurs » en Angleterre de l'art bellifontain17.

22La présence de Bellin da Modena à la Cour d'Henri VIII n'est pas un hasard. Nous savons que nombre d'autres artistes et artisans étrangers travaillaient pour le roi. Parmi ceux-ci, quelques uns étaient français : le Normand Sébastien Le Seney était l'horloger du roi, Jean Mallard avait obtenu la charge de poète de cour, Jean Rotz, de Dieppe, celle d'hydrographe du roi...

  • 18 Voir infra p. 83.
  • 19 Hugh BAILLIE, « Les musiciens d'Henri VIII au Camp du Drap d'Or », dans Fêtes et cérémonies au tem (...)
  • 20 L.P., vol. ΧXII, no 1870.
  • 21 Voir infra p. 50.
  • 22 L.P., vol. V, no 1485.

23Dans le domaine des arts, ce n'est donc pas de rivalité qu'il convient de parler mais de retard anglais. Comme l'écrit non sans ironie Eric Ives, « in artistic, literary and social terms, Henry VIII's England was a colony of France »18. Pour combler ce retard et pour tenter de ne pas faire trop piètre figure devant François 1er ou ses ambassadeurs, Henri doit faire appel à des Continentaux. Ainsi, il était notoire que le jeu des organistes anglais était inférieur à celui de l'étranger et, pour y remédier, Henri stipendiait depuis 1516 le célèbre organiste et compositeur allemand Benedict de Opitiis. Il n'est d'ailleurs pas exclu que celui-ci ait accompagné la Chapelle d'Henri VIII au Camp du Drap d'Or19. C'est du Continent que viennent les nouveautés et les choses les plus rares qui, le plus souvent, feront la mode à la Cour d'Angleterre : ainsi les deux cents poiriers que lui envoie un jour François Ier20 v ou les vêtements que portaient les Françaises au Camp du Drap d'Or21... À Boulogne en 1532, peut-être faute de pouvoir rivaliser avec le somptueux présent de six « pieces de chevaux » que lui offre François Ier, Henri VIII se contente de faire grâce au roi de France d'une partie de ses dettes22.

  • 23 L.P., vol. V, no 1474. François Ier avait été élu dans l'Ordre de la Jarretière en octobre 1527, u (...)

24On imagine alors la satisfaction d'Henri VIII de pouvoir réunir un chapitre de l'Ordre de la Jarretière le 27 octobre 1532 à Calais en présence de François Ier, et d'y faire élire Anne de Montmorency et Philippe Chabot23. Henri soulignait ainsi que, tout comme les ordres continentaux, celui de la Jarretière était international. Au moins, en ce domaine, il n'avait rien à envier au Français.

25Il existe à la Cour d'Angleterre, dans les années 1520, un fort courant francophile dont Anne Boleyn est le centre. Dans un long poème composé peu de temps après son exécution, Lancelot de Caries dira l'impression qu'Anne fit sur la Cour. Déjà en 1515, Charles Brandon et sa jeune épouse Marie (soeur d'Henri VIII et veuve si vite consolée de Louis XII), étaient rentrés conquis de leur séjour parisien. Mais l'influence d'Anne est toute autre et Anne tient depuis peu le coeur et la raison du roi.

26Eric Ives s'est attaché à montrer son rôle central dans l'introduction de la Réforme française en Angleterre. Qu'Anne soit acquise aux idées nouvelles qui circulent en France dans les années 1520-1530 est attesté par un faisceau de preuves : six des seuls neuf livres de sa bibliothèque qui nous soient parvenus sont des ouvrages réformistes (dont une Bible de 1534 dans l'édition de Jacques Lefèvre) ; elle est en contact étroit avec Jean du Bellay et Jean de Dinteville, les ambassadeurs français réformistes à Londres ; elle contribue à faire libérer le poète Nicolas Bourbon de Vandoeuvre, un des familiers des cercles humanistes et réformistes de Marguerite d'Angoulême, et à lui trouver refuge à Londres...

27En Angleterre, Anne évolue dans les milieux humanistes et évangélistes qui, eux-mêmes, entretiennent des relations avec le Continent. Eric Ives estime que son frère George, plusieurs fois ambassadeur près François Ier, fut probablement l'un de ces intermédiaires. Un poème anonyme de 1536 fait dire à George Boleyn sur l'échafaud :

  • 24 Regretz que Messire Millort de Rocheffort, chevalier, frere de la Royne d'Angleterre, feist sur l' (...)

En ce royaulme, en voix commune on dict
Que j'ay aimé l'evangelicque dict,
Et que la voix et parolle de Dieu
J'ay avancé et fait lyre en maint lieu,
Comme d'icelle ung des favorisans.
Las ! bien le scay, telz dictz sont vray disans24.

28Si, faute de sources, il est difficile de préciser l'étendue de l'adhésion d'Anne aux positions les plus tranchées, les plus novatrices des premiers protestants anglais (doctrine sacramentaire, justification par la foi seule, etc.), elle participe néanmoins activement aux premières étapes de la Réformation en Angleterre. C'est ainsi qu'elle encourage Henri à imposer son autorité comme chef suprême de l'Église d’Angleterre, qu'elle soutient Cranmer dans son action, qu'elle s'implique dans la réforme des monastères.

29Certes, Anne n'eut plus de contact direct avec la France après son départ de Paris à la fin de l’année 1521, et son influence auprès du roi ne dura guère. Pourtant, Eric Ives estime que son apport à la réforme anglaise est plus important que ne le laissent à entendre les historiens anglais. Anne introduisit les écrits réformistes français à la Cour, c'est-à-dire là où politique et mode se décidaient, et à un moment critique où Henri VIII était réceptif aux thèses venant du Continent. Anne Boleyn était au bon endroit au bon moment.

30Ce mouvement réformiste français est analysé par Nicole Lemaître dans Tune de ses composantes principales : les évêques de la décennie 1520-1529. Soulignant que l'élan réformateur humaniste est contemporain du luthéranisme mais ne lui est pas directement hé, Nicole Lemaître insiste sur le niveau intellectuel élevé des évêques réformateurs de cette décennie et de la qualité du personnel dont ils s'entourent C'est ainsi que l'on trouve parmi ceux qu'ils choisissent comme vicaires généraux, des hommes tels que Alain de Varènes, Jacques Lefèvre d'Étaples, Josse Clichtove... La même remarque s'applique aux évêques suffragants. Non schismatiques, les évêques cherchent à mettre en pratique l'enseignement qu'ils ont reçu dans les grands collèges (Navarre, Montaigu ou Boncourt). Redoublant d'activité, certains résident effectivement dans leur évêché et s'épuisent dans les visites pastorales.

31Mais dès 1521, dès la condamnation de Luther en avril, la position des réformistes français devient difficile. L'appui de Marguerite de Navarre ne semble plus suffire ; le groupe de Meaux est dispersé en 1525... Dans leur croisade contre Luther, les catholiques conservateurs ne s'accommodent d’aucune nuance et amalgament, pour mieux les dénoncer, hérésie luthérienne et réforme non schismatique. Dès lors, les évêques français cherchent par d'autres biais à poursuivre leur oeuvre : formation approfondie des curés et de leurs vicaires, visites pastorales exemplaires... Cette action réformatrice est encouragée par la monarchie parce qu'elle s'inscrit dans la lutte antiluthérienne. Mais, faute de temps, elle ne parvient pas à s'imposer.

  • 25 Voir Georges ASCOLI, op. tit., p. 62 note 2 et p. 195. Les réponses de Fisher à Lefèvre avaient ét (...)

32On sait qu'à la fin des années 1510 John Fisher, évêque de Rochester, avait soutenu une discussion théologique avec Jacques Lefèvre d'Etaples25 ; on sait qu'il existait des liens étroits entre les évêchés de Winchester et de Rouen... On connaît aujourd'hui, grâce à Eric Ives, le rôle d'Anne Boleyn dans la diffusion des idées réformistes françaises en Angleterre. L'article de Nicole Lemaitre montre que les deux Églises ont de nombreux points communs : tentatives de réforme dès la fin du XVe ; qualité intellectuelle de l'épiscopat ; rôle des évêques ; influence de la Cour... Une étude comparative plus poussée des deux Églises serait sans nul doute intéressante.

33Le dernier volet de ce recueil concerne le domaine financier. Sybil Jack parle de « mirage » à propos des revenus et dépenses d'Henri VIII, tant les différences sont grandes entre les chiffres avancés par les contemporains et ceux auxquels aboutissent les quelques historiens qui se sont lancés dans les méandres des comptes royaux. Ce mirage semble d'ailleurs avoir été volontairement créé et entretenu par Henri lui-même à des fins politiques. Un prince de la stature d'Henri ne peut être que riche.

  • 26 Voir aussi l'article de Dale HOAKS, « The Secret History of the Tudor Court; the King's Coffers an (...)

34Sybil Jack décrit la fragmentation des méthodes comptables employées dans la première moitié du XVIe siècle. Elle consiste en particulier à attribuer le suivi d'une opération financière (engagement, contrôle de la dépense, etc.) à des officiers de différentes caisses dont chacun ne connaît pas nécessairement les agissements de l'autre, vraisemblablement excluant par là toute possibilité de saisir le coût réel d'une opération. Fragmentation dont se satisfait le roi, peut-être faussement conforté par l'argent qui arrive encore dans son privy purse et ses privy coffers26, même si, dans les dernières années du règne, inflation et coûts croissants rendent de plus en plus délicate la tâche de ceux chargés de financer les guerres. Aux yeux d'Henri, cette méthode de gestion a également un avantage majeur en ce qu'elle lui permet de contrôler, avec le Conseil, les circuits financiers. En acceptant de multiplier les caisses (Court of Augmentations, Court of First Fruits and Tenths, etc.), en s'immiscant directement dans la gestion de certains revenus, Henri restreint le pouvoir de l'Échiquier, c'est-à-dire du lord trésorier, les très puissants et politiquement peu sûrs ducs de Norfolk.

35Dès lors, Henri VIII apparaît comme un roi bien plus actif dans le domaine financier qu'on ne l'avait, jusqu'alors, supposé. Contrairement à l'image reçue, la présence du roi est réelle, parfois omniprésente, et elle se fait sentir : Henri surveille les dépenses de la Cour, participe au montage des opérations qui l'intéressent au plus près (accroissement du domaine royal, constructions), signe lui-même nombre d'actes... Sybil Jack nous rappelle qu'au même titre que la guerre et la justice, les finances relèvent bien d'abord du monarque et, souvent, de sa prérogative.

36Cet intérêt porté aux affaires d'argent est aussi notable dans le choix des hommes à qui Henri confie la gestion des questions financières qui lui tiennent le plus à coeur. Sybil Jack dessine un groupe restreint de serviteurs, qui se connaissent, qui ne sont pas tous des officiers de finances, mais qui ont la confiance du roi. Henri recourt là à une méthode de gouvernement chère à son père (souvenons-nous que parmi les plus proches conseillers d'Henri VII, plusieurs n'occupaient aucune charge gouvernementale : Giles baron Daubeney, Sir Richard Guildford, Sir John Riseley par exemple) et qu'il pratique également dans d'autres domaines, tel la diplomatie. À côté de structures gouvernementales officielles, de plus en plus clairement identifiables et « lisibles », persistent des circuits informels de décision, intrinsèquement liés à la personne même du monarque et qui relèvent bien plus du féodalisme bâtard que de l'État moderne. À ce titre, une étude prosopographique de ces cercles dirigeants permettrait de mieux saisir le fonctionnement effectif du pouvoir à l'époque d'Henri VIII.

37Les similitudes avec la France sont grandes. Analysant le contrôle politique des finances royales, Philippe Hamon souligne, qu'en dernier ressort, toutes les décisions importantes relèvent de l'autorité souveraine de François Ier. Si nécessaire, cette autorité s'exerce au détriment de tel ou tel membre du groupe dirigeant. A partir des cas de Semblançay, de l'amiral Chabot et du connétable de Bourbon, il montre que la disgrâce est une redoutable et efficace (sauf peut-être dans le cas du cardinal de Toumon) arme de régulation politique aux mains du roi.

38Ce groupe fait partie - constitue ? -, au sein du Conseil du roi, d'un ensemble plus restreint, une sorte de Conseil étroit, où l'on débat des affaires d'argent et où, en présence du roi, les décisions sont prises. Philippe Hamon note qu'un membre de ce groupe est plus particulièrement chargé de suivre les questions financières, jouant ainsi le rôle capital de « tuteur » financier, probablement plus politique que technicien. Décideurs, les membres du groupe dirigeant sont également pourvoyeurs de fonds, le plus souvent engageant leurs propres biens au service du monarque dans l'espoir de bénéfices futurs.

39À ce niveau de pouvoir, les luttes sont âpres et Philippe Hamon rappelle que la présence physique auprès du roi est cruciale pour faire avancer ses propres intérêts. Vérité fondamentale dans ces structures de pouvoir du XVIe, dont il arrive même aux plus puissants d'en faire l'amère expérience. L'échec de Wolsey, alors au faîte de sa puissance, qui ne parvient pas à imposer à l'été 1519 une refonte durable de la Privy Chamber, tient aussi à ce que, pendant plusieurs mois, il se trouva éloigné d'Henri VIII et ne put, de ce fait, empêcher le retour auprès du roi des mignons qu'il venait de faire exclure de la Cour. Il reste que ces rivalités au sein du groupe dirigeant ne débouchent pas sur des crises graves car l'autorité du roi bloque l'ascension d'individualités trop marquées.

******

  • 27 Philippe HAMON, L'argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l'Histoire Eco (...)
  • 28 Robert J. KNECHT, Renaissance Warrior and Patron: The Reign of Francis I, Cambridge, Cambridge Uni (...)

40Il est bien sûr dommage que ces actes n'aient pu être publiés plus tôt. Cinq années, ou presque, est un laps de temps trop long alors même que la recherche historique, et fort heureusement, a progressé depuis ce mois de mai 1991. Ainsi le premier volume de la belle thèse de Philippe Hamon est aujourd'hui parue et le second est en cours de publication27. Ainsi Robert Knecht nous a-t-il livré une deuxième édition revue et grandement augmentée de sa magistrale étude de François Ier28 Ce retard incombe au seul éditeur. Les auteurs des contributions ont, dans toute la mesure du possible, réactualisé leur texte en intégrant les acquis ou les hypothèses des travaux les plus récents.

41On trouvera en fin de volume une liste alphabétique des ouvrages et des articles cités dans les contributions. Il ne s'agit pas d'une bibliographie exhaustive des différentes questions abordées dans les pages qui suivent Elle eut été difficile à réaliser et peu commode à exploiter. Plus modestement, il m'a paru utile de proposer un outil d'un maniement aisé qui permette aussi au lecteur d'apprécier la diversité des renvois thématiques.

  • 29 François CROUZET, De la supériorité de l'Angleterre sur la France. L'Économique et l'Imaginaire XV (...)

42Il y a quelques années, François Crouzet rassemblait en un dense volume certains des articles qu'il avait publiés tout au long de sa carrière. Le titre de l'ouvrage était quelque peu - volontairement ? - provocateur : « De la supériorité de l'Angleterre sur la France »29. Il traitait des trois siècles qui, des lendemains de la république cromwellienne aux années thatchériennes, ont vu l'essor puis le déclin relatif, mais réel, de la puissance anglaise devenue britannique. Au XVIe, à l'époque d'Henri VII mais aussi à celle d'Élisabeth Ière, c'est la France qui domine ce singulier affrontement plusieurs fois séculaire et les pages qui suivent montrent combien, en clin d'oeil respectueux à François Crouzet, il eut été légitime de sous-titrer ce recueil « De la supériorité de la France sur l'Angleterre ».

43Souhaitons que ce livre, qui illustre le riche apport de réflexions croisées, saura éveiller chez les jeunes historiens français un intérêt pour l'histoire des Iles Britanniques à l'époque moderne, à l'image de celui que nos voisins d'Outre-Manche manifestent à l'égard du passé de la France.

******

44Je ne saurais oublier ce que cette publication doit à la politique culturelle éclairée que le professeur Michel Oriano mena à l'Institut français du Royaume-Uni, dans son beau bâtiment de Queensberry Place et « hors les murs ». Pour m'en tenir au seul domaine universitaire, la qualité des travaux réalisés, les potentialités des projets franco-britanniques mis en chantier et le nombre d'universitaires des deux pays associés à ces opérations témoignent de l'exemplaire réussite de sa politique. Le foisonnement intellectuel et artistique du début des années 1990 à l'Institut fit des locaux du 17 Queensberry Place un heu de vie, de réflexion et de culture, dont le rayonnement dépassait largement les cercles francophiles de Londres. Michel Oriano en fut l'artisan. Qu’il trouve ici témoignage d'amitié et d'estime.

Notes

1 William SHAKESPEARE, Henry V, acte V, scène 2, 1, vers 344-346, dans William Shakespeare. The Complete Works, éd. Stanley WELLS et Gary TAYLOR, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 596.

2 Foedera, vol. V, 3, p. 67-68.

3 Gilbert JACQUETON, La Politique extérieure de Louise de Savoie ; relations diplomatiques de la France et de l'Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, E. Bouillon, 1892, p. 30.

4 L.P., vol. Π, p. clxx.

5 David STARKEY, The King's Privy Chamber, 1485-1547, thèse dactylographiée de l'Université de Cambridge, 1975 et, plus accessible, The Reign of Henry VIII. Personalities and Politics, Londres, Collins & Brown, 1991.

6 Sur les mignons à la Cour de France, voir Philippe CONTAMINE, « Pouvoir et vie de Cour dans la France du XVe siècle : les mignons », dans Comptes Rendus de l'Académie des Inscriptions & Belles-Lettres, Paris, Diffusion De Boccard, 1994, p. 541-554 ; et Arlette JOUANNA, « Faveur et favoris : l'exemple des mignons de Henri IIΙ », dans Henri III et son temps, actes du colloque international du Centre de la Renaissance de Tours, octobre 1989, éd. Robert SAUZET, Paris, Vrin, 1992, p. 155-165. Philippe CONTAMINE souligne que « le terme de minion, (...) avait été emprunté au français et introduit en anglais depuis peu d'années (1501) », art. cit., p. 543.

7 Voir le catalogue de l'exposition : Henry VIII : A European Court in England, éd. David STARKEY, Londres, Collins & Brown, 1991.

8 Philippe CONTAMINE, Charles GIRY-DELOISON et Maurice H. KEEN, éd., Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne XIVe-XVe siècle, Lille, Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest de l'Université Charles de Gaulle-Lille IIΙ (collection « Histoire et littérature régionales », vol. VIII), 1991.

9 Charles GIRY-DELOISON et Roger ΜΕΓΤΑΜ, éd., Patronage s et clientéismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie), Lille et Londres, Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest de l'Université Charles de Gaulle-Lille IIΙ (collection « Histoire et littérature régionales », vol. X) et Institut français du Royaume-Uni, 1995.

10 Charles GERY-DELOISON, « Money and Early Tudor Diplomacy. The English Pensioners of the French Kings (1475-1547) », MH, t ΙII, 1993, p. 128-146.

11 Henri aurait sans aucun doute était ravi de connaître les mots que Shakespeare fit prononcer au duc de Buckingham à propos de cette entrevue: « (...)/ Those suns of glory, those two lights of men,/ Met in the vale of Ardres », All is true (Henry VIII), acte I, scène 1, vers 6-7, dans William Shakespeare. The Complete Works, op. at., p. 1195.

12 Par exemple, l'abbé d'Aumale, Guillaume III Le Roux, fit sculpter sur la galerie de son Hôtel à Rouen (l'Hôtel Bourgtheroulde) une série de bas-reliefs pour commémorer l'entrevue à laquelle il avait participé (voir infra p. 66).

13 Cité par Charles CRUICKSHANK, Henry VIII and the Invasion of France, Stroud, Alan Sutton, 1990, p. 20.

14 Idem, p. 177.

15 Idem, p. 54.

16 Voir David STARKEY, Henry VIII : A European Court in England, op. cit., p. 9,55, 79-82,84,86.

17 Voir, par exemple, Anthony BLUNT, « L'influence française sur l'architecture et la sculpture décorative en Angleterre pendant la première moitié du XVIe siècle », RA, t IV, 1969, p. 24-27.

18 Voir infra p. 83.

19 Hugh BAILLIE, « Les musiciens d'Henri VIII au Camp du Drap d'Or », dans Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, éd. Jean JACQUOT, Paris, Éditions du CNRS, 1960, p. 147-159.

20 L.P., vol. ΧXII, no 1870.

21 Voir infra p. 50.

22 L.P., vol. V, no 1485.

23 L.P., vol. V, no 1474. François Ier avait été élu dans l'Ordre de la Jarretière en octobre 1527, un mois après l'élection d'Henri dans celui de Saint Michel.

24 Regretz que Messire Millort de Rocheffort, chevalier, frere de la Royne d'Angleterre, feist sur l'escharffault devant la tours de Londres, prest a estre decapite, le mercredi xvii may vc xxxvi, dans Georges ASCOLI, La Grande-Bretagne devant l'opinion française depuis la guerre de Cent ans jusqu'à la fin du XVIe siècle, Paris, J. Gamber, 1927, p. 276, vers 175-180.

25 Voir Georges ASCOLI, op. tit., p. 62 note 2 et p. 195. Les réponses de Fisher à Lefèvre avaient été publiées à Paris en 1519.

26 Voir aussi l'article de Dale HOAKS, « The Secret History of the Tudor Court; the King's Coffers and the King's Purse, 1542-1553 », JBS, t XXVII, 1987.

27 Philippe HAMON, L'argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l'Histoire Economique et Financière de la France, Ministère de l'Économie, 1994.

28 Robert J. KNECHT, Renaissance Warrior and Patron: The Reign of Francis I, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

29 François CROUZET, De la supériorité de l'Angleterre sur la France. L'Économique et l'Imaginaire XVIIe-XXe siècles, Paris, Librairie Académique Perrin, 1985.

Auteur

Université d'Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540