Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

IV. Du pouvoir local aux responsabilités nationales

La fédération socialiste du Pas-de-Calais depuis 1980

Jean-Louis Gibault

Texte intégral

Introduction

1En 1973, quand Daniel Percheron devient premier secrétaire de la Fédération socialiste du Pas-de-Calais, son objectif est double. Il s'attache d'abord à rénover la vieille Fédération héritée de Guy Mollet pour l'intégrer dans le Parti d'Épinay.

2En 1978, au bout de cinq ans, il y est parvenu. C'est alors que son second objectif prend corps : porter le PS à une situation d'hégémonie, ce qui suppose l'élimination du danger que représente la constante progression du PCF.

3Depuis 1980, la Fédération s'est attachée à assurer le fait majoritaire. Cette tâche, qui semble aisée après la victoire de 1981, se révèle plus compliquée. C'est dans le milieu des années 1980 que, l'entreprise achevée, la Fédération peut donner une nouvelle dimension à son action à travers de nouvelles responsabilités.

1. 1980-1985 : Assurer le fait majoritaire

A/ Une fédération originale

4La Fédération socialiste du Pas-de-Calais bénéficie d'une solide implantation militante. La nouvelle direction s'attache tout particulièrement à la cultiver. En 1980, les 197 sections accueillent 13 169 militants. Les sections sont réparties sur l'ensemble du département Cependant les trois plus importantes - Arras, Lens et Liévin - comptabilisent 2 140 militants, soit 26,6 % des effectifs. De même, les dix premières totalisent-elles 5 929 militants, ou 45 % des effectifs. Les circonscriptions du Bassin Minier (9e, 10e, 11e, 12e, 13e et 14e) regroupent 50,4 % des effectifs. Ce chiffre permet de mesurer l'importance des sections du bassin minier au sein de la Fédération. Il met aussi en évidence la place occupée par toutes celles réparties dans le reste du département.

5Le Pas-de-Calais s'étend sur 6752 km2 et est le département de France où il y a le plus de communes : 897. Il est marqué par une fracture qui délimite deux grandes aires politiques. Dans la première qui s'étend sur tout le bassin minier, le Parti socialiste a pour principal adversaire le Parti communiste. Dans la seconde, plus rurale, les socialistes affrontent une droite conservatrice.

6La lutte entre les deux principaux partis de gauche est vive. Pour gagner du terrain sur les communistes, la Fédération du Pas-de-Calais développe une importante politique de propagande. Ainsi attaque-t-elle l'attitude des communistes français lors de l'invasion de l'Afghanistan ou face aux problèmes de la Pologne ; elle leur reproche leurs liens avec le régime en place en URSS et dénonce ce qu'elle considère être une 3coopération3 avec la majorité du président Giscard d'Estaing. Pour affaiblir le PCF, il faut lutter avec ses propres armes ; il faut surenchérir dans la dénonciation de la politique de la droite ; il faut être plus à gauche que les communistes. Quand la crise frappe le bassin minier, et plus généralement l'emploi, les socialistes non seulement s'associent aux manifestations mais en organisent Des tracts, des affiches, des communiqués et des conférences de presse sont là pour souligner la part prise par le PS dans la défense des intérêts des travailleurs et du département En aucune façon la Fédération ne veut laisser le PCF et la CGT empiéter sur son territoire. Au contraire, elle entend regagner le terrain perdu sur les communistes, puis les distancer le plus nettement possible. En 1977, la rupture de l'Union de la gauche a suscité de vives polémiques. Les législatives de 1978 marquent une importante victoire du PS sur le PCF : avec 9 députés (1ere, 2e, 3e, 4e, 6e, 8e, 9e, 12 et 13 circonscriptions) le PS sort renforcé. Il parvient à enlever deux sièges à la droite (2e et 4e circonscriptions) qui perd toute représentation au Palais Bourbon et à en prendre un au PCF (9e circ.) qui n'a plus que cinq députés. Au second tour, le PS recueille 31,7 % des voix et devance le PC qui en obtient 29,9 %. Pour la Fédération socialiste, il s'agit d'une réelle victoire. Avec seulement 1 500 voix, les socialistes remportent trois sièges.

7Lutter à la fois contre le PC et contre la droite requiert une politique modulable géographiquement C'est par une appréhension spatiale de la politique que la Fédération socialiste du Pas-de-Calais entend mener le combat, spatialisation renforcée par la personnalisation constante des élections à travers la propagande. On peut aussi attribuer à cette dernière une dimension tribunitienne.

  • 1 L'Espoir, no 1610, Octobre 1980 - Éditorial de D. Percheron..

8Mais l'action de la Fédération serait entravée si elle ne faisait pas preuve d'une réelle unité. La direction fédérale poursuit parallèlement à un inlassable travail de conquête électorale une entreprise visant à donner à la Fédération une cohésion qui repose sur l'affirmation de son identité particulière. La réunion de conventions fédérales où les militante débattent avec la direction et les élus renforce cette unité. Dans ses relations avec la rue de Solférino, la Fédération est avant tout soucieuse de maintenir la cohésion la plus parfaite possible. Ainsi le soutien apporté à Michel Rocard lors du Congrès de Metz n'influe-t-il pas sur la volonté de mettre tous les moyens en oeuvre pour que le candidat François Mitterrand réalise une très bon score dans le Pas-de-Calais. Le choix du candidat opéré, la Fédération se range derrière lui et le message du Premier Secrétaire est clair : « Camarades Socialistes, à partir de maintenant, nous nous appelons tous François Mitterrand »1. La Fédération est unie dans le combat pour les élections présidentielles ; elle est unie au Parti socialiste pour relever le défi. Le Congrès de Metz a été le dernier tribu payé à l'alliance Nord-Pas-de-Calais. Ce fut aussi le dernier congrès marqué par la SFIO.

9L'originalité de la Fédération du Pas-de-Calais du Parti socialiste est bel et bien une réalité. Mais cette originalité ne signifie nullement dissociation de la politique menée par le PS au niveau national L'objectif est clair : la conquête du pouvoir tant au niveau local que national.

B/ La conquête électorale

10En 1978, les socialistes gagnent trois nouvelles circonscriptions lors des élections législatives. Cependant, au niveau national, le PS essuie un échec. Dans le Pas-de-Calais, une fois les résultats proclamés, la direction fédérale cherche à consolider les positions reconquises. Cette tâche n'est pas aisée : aux élections européennes de 1979, le PS recule de quatre points et est dépassé de 3 000 voix par le PC qui le devance dans 8 des 14 circonscriptions. Le caractère national de cette élection a handicapé le PS dans un département où une grande partie de stratégie repose sur des personnalités locales. Mais les socialistes conservent de solides bases-surtout dans les zones rurales - pour les prochaines échéances.

11Pour les socialistes, les élections présidentielles de 1981 révèlent un double enjeu. Ils espèrent contribuer à la victoire de leur candidat et assurer à leur parti la première place à gauche dans le département La Fédération socialiste du Pas-de-Calais se prononce massivement pour la candidature de François Mitterrand. Lors de la convention fédérale de Bruay-en-Artois, les sections votent à 96,2 % pour le premier secrétaire national Le Pas-de-Calais offre ainsi au candidat Mitterrand les meilleurs résultats métropolitains. La presse est surprise ; la tradition unitaire est toujours vivace.

12La Fédération travaille en coordination avec le niveau national tout en essayant de lui donner aussi une dimension locale. Le Pas-de-Calais est un des départements de France où le candidat socialiste fait son meilleur score. Cela conforte les positions des socialistes locaux qui voient François Mitterrand gagner dans presque toutes les circonscriptions. Président, François Mitterrand choisit comme premier ministre le député-maire de Lille, Pierre Mauroy, et prononce la dissolution de la Chambre. La Fédération doit donc faire face à de nouvelles élections législatives. La tâche est difficile ; il faut préserver les acquis de 1978.

13La campagne est personnalisée et insiste sur le bilan des parlementaires sortants. Les résultats traduisent, comme ailleurs en France, un raz-de-marée socialiste : même la majorité des circonscriptions communistes n'y résistent pas. Le PS gagne 3 des 5 circonscriptions détenues par le PC (5e, 10e et 11e). La droite n'a plus de député. Avec 12 circonscriptions sur 14, le Parti socialiste est de loin la première force politique départementale.

14Dès 1982, la Fédération doit faire face à de nouvelles échéances électorales. Gagner les cantonales de mars est essentiel dans le processus de conquête du pouvoir. Le Parti socialiste doit défendre ses positions et même les conforter. Avec 29 conseillers - plus le conseiller général MRG de Bapaume - le groupe socialiste du Conseil général a, depuis 1979, la majorité absolue des sièges de l'assemblée départementale. Il faut préserver cet acquis alors que, en 1982, on assiste à un important renouvellement des candidats. De plus, quatre nouveaux cantons sont créés. Les résultats déçoivent les attentes ; s'ils conservent leur nombre de 29 conseillers généraux, les socialistes perdent la majorité absolue. Mais en voix, le PS a gagné les élections ; il totalise 44,54 % des voix au premier tour contre 44,12 % aux législatives de 1981. Les socialistes ont gagné trois des quatre nouveaux cantons et enlevé le canton de Bully-les-Mines au PC, mais ils cèdent quatre cantons ruraux à la droite (Bertincourt, Croisilles, Laventie et Saint-Omer-Nord). Ces élections posent le problème de l'implantation du PS en zone rurale. Lors de ces élections, la France rurale a voté de façon très politique ; ces élections ont été de véritables élections de combat Et, sur le plan national, le PS a perdu du terrain. En outre, la FNSEA a joué un rôle très politique et ostensiblement soutenu les candidats de droite. Ainsi, la Fédération marque-t-elle légèrement le pas dans sa stratégie de conquête du pouvoir. Cependant, la perte de la majorité absolue causée par l'effritement du PS en zone rurale ne doit pas masquer l'importance de l'implantation du PS dans le département ni faire oublier ses gains dans le bassin minier.

15Les élections municipales de 1983 se déroulent dans un climat politique national très défavorable aux socialistes, alors que, localement, la situation économique est de plus en plus préoccupante. Pourtant, la Fédération espère consolider ses positions et mène une campagne active autour de deux axes :

  1. Promouvoir le bilan du gouvernement
  2. Mettre en avant les hommes politiques locaux.

16Les résultats ne sont pas mauvais. Certes, le PS perd trois villes de plus de 3 500 habitants (Saint-Omer, Libercourt et Vitry-en-Artois), mais en gagne quatre (Brebières, Haillicourt, Saint-Laurent Blangy et Saint-Martin-les-Boulogne).

17Les socialistes confortent globalement leurs positions. La politique de la Fédération, qui vise à associer les militants le plus possible à travers le choix des candidats et leur participation à la campagne porte ses fruits. En outre, dans un département où le socialisme municipal, reposant sur des élus et des militants, est une réalité bien présente, la nationalisation des élection est plus difficile. La Fédération peut aussi intervenir comme instrument de gestion à la fois de la victoire et des crises.

C/ Un instrument de gestion de la victoire et des crises

18Dans un premier temps, la Fédération entreprend de gérer la victoire importante de 1981 et de concrétiser le capital de confiance au moyen d'une campagne d'adhésions. Ainsi, entre 1981 et 1982, les effectifs militants passent-ils de 13 169 à 15 053, ce qui représente une progression de + 14,3 %. Il est intéressant de noter que les effectifs ont plus augmenté dans le bassin minier (+ 19,5 %) que dans le reste du département (+ 9 %). Cette caractéristique peut s'expliquer par la volonté très marquée de la Fédération de partir à la conquête des bastions communistes du bassin minier. Mais cette progression des effectifs militants s'arrête après 1982. Elle a néanmoins permis à la direction d'atteindre et de franchir le cap symbolique des 15 000 militants.

19Parvenus au pouvoir, les socialistes doivent faire face à la dure réalité de la situation économique du pays. Dans le département du Pas-de-Calais, les problèmes sont nombreux et graves : crise des industries traditionnelles (sidérurgie, charbonnages), problèmes de l'agriculture et de la pêche. Dans l'opposition, le PS critique le gouvernement qu'il accuse de laisser mourir le département Ainsi les socialistes défendent-ils l'idée de l'avenir du charbon comme énergie. Cette politique de défense des intérêts est illustrée par la campagne menée en 1980 sous le titre « Pas-de-Calais doit vivre ». Le domaine le plus sensible est bien celui des charbonnages. L'augmentation vertigineuse des pertes oblige le gouvernement à faire un choix. Le 5 novembre 1983, Pierre Mauroy annonce la suppression de milliers d'emplois dans le bassin minier. Les socialistes du Pas-de-Calais, demeurés jusqu'alors de fidèles soutiens du gouvernement, ne peuvent accepter cela, d'autant plus que le PC utilise ce thème pour attaquer le PS. Ainsi la Direction fédérale décide-t-elle d'apporter son soutien à la marche des mineurs prévue à Paris. Dans son éditorial de L'Espoir, Daniel Percheron écrit : « Si le socialisme a un sens, la mort du bassin minier ne se produira pas pendant le septennat de François Mitterrand ». Mais le gouvernement ne change pas de politique et la bataille du charbon est perdue. Néanmoins la Fédération a su faire preuve d'unité et montrer qu'elle reste au contact des électeurs dont elle défend les intérêts. Cependant, le choc a été dur pour les socialistes du Pas-de-Calais. Il a été d'autant plus dur que l'agriculture et la pèche ne se portent pas bien.

20Affaibli par la crise économique qui frappe le pays et le Pas-de-Calais, le PS fait l'objet des attaques de l'opposition de droite et du parti communiste. A droite, la tactique qui repose sur la montée des inquiétudes en milieu rural porte ses fruits. Contre cette tactique, la Fédération s'attache à promouvoir une politique agricole et fait paraître un Espoir Agricole qui doit toucher chaque exploitant agricole et lui expliquer la politique du gouvernement, de la région et du département D'ailleurs, le premier Secrétaire Fédéral devient vice-président du Conseil Régional en charge des questions agricoles.

21Lors de la querelle scolaire, la direction fédérale décide aussi de promouvoir un mouvement de défense de l'école laïque. Ainsi, le 25 août 1984, la Fédération organise-t-elle une manifestation à Arras qui regroupe des milliers de personnes. L'offensive contre la droite se déploie. La Fédération accuse les partis de l'opposition de ne pas se soucier de l'égalité sociale.

22Sur leur gauche, les socialistes du Pas-de-Calais font face à une mobilisation communiste. Ils attaquent vivement la direction nationale et fédérale du PC sans toutefois jamais s'en prendre aux militants et aux sympathisants. La Fédération s'attache à défendre l'Union de la gauche tout en dénonçant, notamment avec des tracts, l'attitude du PC.

23Ainsi la Fédération doit-elle se mobiliser pour contrer les attaques du PC et de la droite, alors que la politique de rigueur du gouvernement est durement ressentie. Partant, elle cultive sa propre identité à la fois distincte et solidaire de la direction nationale et du gouvernement Grâce à cette dialectique, elle parvient à maintenir ses positions. Mais une nouvelle menace se profile : la représentation proportionnelle.

24En France, dans le débat qui oppose défenseurs du scrutin majoritaire et adeptes de la représentation proportionnelle, le Parti socialiste est un partisan de la représentation proportionnelle. Dès 1981, le problème du changement de mode de scrutin pour les législatives est donc posé. Pour les socialistes du Pas-de-Calais qui sont parvenus à faire élire 12 députés sur 14 grâce à une politique de personnalisation des enjeux électoraux, l'instauration de la représentation proportionnelle est un obstacle dans leur stratégie de conquête du pouvoir.

  • 2 L'Espoir, no 1647, Octobre 1984, p. 3.

25Dès l'automne 1984, le premier Secrétaire Fédéral met en garde le Gouvernement2 :

« La proportionnelle ! Depuis quelques semaines, la voici à l'ordre du jour, cette fameuse proportionnelle qui a détruit la République de Weimar et la IVe, qui paralyse l'Italie et Israël, qui permet d'être élu à gauche et de gouverner au centre. Pour les socialistes du Pas-de-Calais, une proportionnelle départementale réduirait pratiquement à néant des années de militantisme et d'enracinement Miraculée, la droite raflerait la mise. Le Parti aurait à résoudre le problème insoluble : passer de 12 à 4 ou 5 députés à l'occasion d'un vote interne qui serait plus un déchirement qu'un choix. Notre exceptionnelle richesse en hommes ? Un handicap ! Notre implantation équilibrée à travers le département ? Une faiblesse ! Le travail remarquable de nos élus ? Un simple élément parmi beaucoup d'autres ! Et nos militants assisteraient au défilé surréaliste des députés RPR de Lens et de Liévin, des parlementaires UDF de Boulogne et d'Arras, du « Le Pen » de Bruay ou Saint-Pol. La proportionnelle, franchement non ! ».

26L'analyse de Daniel Percheron est bonne. Mais la représentation proportionnelle est instaurée. Ce faisant, il ne reste plus à la Fédération qu'à s'y adapter. Le secrétariat fédéral demande que les militants puissent démocratiquement choisir leur candidats et refuse d'entrer dans la logique des courants. La direction fédérale soumet trois propositions au vote des sections :

  1. Tous les militants sont appelés à désigner à bulletin secret le même jour, à la même heure, leurs candidats aux législatives.
  2. Comme pour les élections sénatoriales, les militants classent par ordre préférentiel A chaque place correspond un nombre de points.
  3. Afin de représenter l'ensemble du département, cinq secteurs géographiques sont délimités :

1er secteur

arrondissement de Lens

332 919 habitants

2e secteur

arrondissement d'Arras

302 670 habitants

3e secteur

arrondissement de Béthune

278 344 habitants

4e secteur

arrondissement de Boulogne-Montreuil

258 242 habitants

5e secteur

arrondissement de Calais-Saint-Omer

254 856 habitants

27Aucun secteur ne peut avoir deux candidats placés dans les cinq premières places de la liste. Chaque secteur est obligatoirement représenté dans les cinq premiers.

28Le même principe est appliqué pour la désignation des candidats aux élections régionales. Toutes ces propositions sont indissociables. Elles assurent le vote à bulletin secret, le classement préférentiel, la répartition géographique. Cependant, chacune peut être amendée ou refusée. Le 14 juin, lors d'une convention fédérale, elles sont adoptées après un débat Les militants ensuite votent fin septembre et, le 4 Novembre, les listes adoptées à l'unanimité de la convention exécutive fédérale sont à nouveau soumises à leur vote. A la fin de l'année, après approbation de Paris, les listes sont publiées dans L'Espoir. Face à ce défi, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais a su préserver son unité. Elle est la seule à avoir agi ainsi. Ailleurs, la logique des courants l'a emporté sur le vote des militants.

29Ainsi, à la veille des élections législatives, les socialistes du Pas-de-Calais sont-ils parvenus à assurer le fait majoritaire. Alors que la politique gouvernementale est impopulaire, les résultats des cantonales de 1985 révèlent une stabilité des voix socialistes. Le Pas-de-Calais demeure une terre d'élection pour les socialistes qui ont affirmé leur primauté sur l'échiquier politique départemental.

2. 1986-1991 : De nouvelles responsabilités

A/ La synthèse des deux cultures

30Mars 1986 constitue un enjeu important pour les socialistes du Pas-de-Calais. La Fédération doit s'adapter à un nouveau type de campagne, plus difficile, plus politique. Elle personnalise les élections autant qu'elle le peu. Les résultats ne sont pas décevants. Les 34 % obtenus après 5 ans de pouvoir sont un réel succès. Cependant, le PC reste présent et son score empêche les socialistes locaux d'obtenir le meilleur score national. Mais le Pas-de-Calais reste le seul département élisant au moins 10 députés où la gauche totalise plus de 50 % des suffrages exprimés. Au Conseil régional, les élus du Pas-de-Calais assurent la majorité. Au lendemain de ces élections, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais conserve l'essentiel de son pouvoir départemental et régional Grâce au mode de désignation de leurs candidats, les socialistes du Pas-de-Calais ont pu préserver leur unité et, dès la fin des élections, commencer une campagne de recrutement stimulée par leur nouvelle situation d'opposition au gouvernement.

31La défaite de mars 1986 permet à la Fédération de renouer avec une culture d'opposition. Subissant une crise de ses effectifs militants, elle décide dès avril 1986, de mener une campagne de recrutement associée à une vive dénonciation de la politique gouvernementale. L'annonce par Charles Pasqua d'un redécoupage des circonscriptions dans le cadre de la restauration du scrutin majoritaire suscite de vives réactions. En 1987, deux grandes campagnes mobilisent les militants : la campagne pour la défense de la sécurité sociale et celle contre le rapport Lacaze qui envisage de détruire une partie de l'habitat minier.

32Ainsi, 500 000 lettres signées Roland Huguet et 500 000 cartes-réponses « Stop ! Sécurité Sociale en danger » sont envoyées dans tous les foyers du Pas-de-Calais accompagnées d'une enveloppe-réponse « T », dispensée de timbrage. Cette campagne, très bien relayée sur le terrain par les militants, reçoit écho : 57 338 réponses sont retournées à Roland Huguet, le président du Conseil général, pour soutenir l'action du PS en faveur de la Sécurité Sociale.

33Après deux ans d'opposition active, les socialistes du Pas-de-Calais sont prêts à se mobiliser pour les élections présidentielles. Mais pour pouvoir remporter une grande victoire, il ne suffit pas de défendre les intérêts locaux et de s'opposer violemment au gouvernement ; il faut prouver que l'on sait gérer ; il faut avoir une image de responsable !

34Cette image de responsables, les socialistes du Pas-de-Calais sont arrivés à la gagner dans leurs fonctions locales. Elle se construit autour de dossiers comme ceux du tunnel sous la Manche ou de l'Université du Pas-de-Calais. Ainsi, la Fédération a-t-elle réussi à opérer la synthèse des deux cultures d'opposition et de gouvernement La décentralisation lui permet d'approfondir cette synthèse et de la développer.

B/ L'animation de la décentralisation

35La Fédération développe un modèle original de démocratie locale que l'on peut appeler social-démocratie de la ville.

36Si l'on accepte pour le Pas-de-Calais de remplacer le terme « ville » par celui de « cité », on a le sens d'approcher davantage la réalité du passé. Dans le pays minier, il ne s'agit pas d'un simple alignement de corons. C'est une agglomération qui a son église, son groupe scolaire, son cimetière et même son peuplement.

37Le parti pris de considérer des ensembles habités comme ayant des liens autour d'une symbolisation politique s'est manifesté dans le Pas-de-Calais par une initiative de la Fédération socialiste du Pas-de-Calais de proposer, beaucoup plus qu'il ne l'était fait dans le reste de la France, la création de nouveaux cantons : la moyenne d'habitants par canton dans le département du Nord est le double de celle du Pas-de-Calais. Ce souci d'améliorer la représentation démocratique repose sur une volonté d'affermir la présence du Parti socialiste sur des sortes de « cités » qui ont pour centres des groupes urbains plus ou moins étendus mais surtout qui ont une unité de base que ne semblent pas toujours apercevoir les autorités de tutelles.

38La social-démocratie de la ville est plus qu'un simple socialisme municipal Quelle que soit l'aire de la cité, l'action social-démocrate lutte contre l'exclusion des êtres humains et propose des partages de biens plus raisonnables, dans une logique égalitaire mesurée.

39Qu'il s'agisse de la cité minière ou du quartier de la ville, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais encourage la présence, la présence fut-elle modeste, mais c'est évidemment l'affaire des sections. Le secrétaire de section a un rôle très important en ce domaine.

40En ce qui concerne les villes proprement dites, les affaires sociales constituent une part essentielle de l'action municipale. Étant constaté qu'en dépit des niveaux de vie qui s'élèvent, des formes nouvelles de misère et de besoins se développent, un socialisme municipal ne saurait trop prendre conscience de sa vertu spécifique.

41Mais si on accepte de considérer une circonscription de conseiller général comme une sorte de cité ayant un représentant susceptible de s'exprimer avec efficacité dans un Parti socialiste au Conseil général, on comprend, étant donné la nature du budget de l'assemblée départementale, que l'action social-démocrate puisse s'y approfondir au profit de l'ensemble de la population.

42La Fédération socialiste du Pas-de-Calais n'accorde cependant pas à cette conquête du pouvoir départemental une importance trop décisive pour sa propre existence ou pour l'efficacité de l'activité socialiste dans les centres urbains tant il est brai qu'il existe des mouvements d'opinion et des actions publiques bien supérieurs en intensité.

43La social-démocratie de la ville est un constant appel au citoyen. Elle suit un rythme ternaire, opinion - décision - communication qui permet d'instaurer un gouvernement d'opinion. Pourtant il ne s'agit pas d'un repli frileux sur des intérêts particuliers. C'est, au contraire, l'instrument efficace qui favorise le développement du devoir civique et lutte contre l'attentisme.

44Dès 1983, le Président François Mitterrand annonce à Lens le transfert du patrimoine minier à une société d'aménagement des communes minières. C'est en joignant leurs efforts que l'association des commîmes minières et la Fédération socialiste départementale ont préparé et obtenu cette annonce. Le Conseil d'administration de la SACOMI est composé de la manière suivante :

Conseil Général du Pas-de-Calais

3 sièges

Conseil Général du Nord

2 sièges

Conseil Régional Nord Pas-de-Calais

2 sièges

Association des communes minières

3 sièges

Districts syndicats de commîmes

1 siège

Houillères nationales

1 siège

45Le total de 12 sièges est rendu obligatoire par la loi réglementant le fonctionnement des SEM (Société d'Économie Mixte). Rappelons les bases de cette entreprise politique originale. Sans aucune ambiguïté, il s'agit de transférer la gestion et non la propriété du patrimoine minier à une structure dans laquelle les élus sont majoritaires. Le patrimoine minier est maintenu sous une volonté publique. C’est l'affaire d'une SEM. Ce transfert est absolument gratuit pour les communes et les droits acquis des mineure, de leurs familles, des actifs et des non-actifs devront être totalement garantis.

46La Fédération socialiste du Pas-de-Calais et son premier secrétaire ont opéré la mise au point d'une formalisation de procédures démocratiques qui ne doivent pas laisser place à des contestation valables.

47Un autre élément essentiel dans les rapports entre la Fédération et la décentralisation s'articule autour de la gestion par les élus du patrimoine minier.

48La SACOMI commence à fonctionner. Il a fallu que les socialistes du Pas-de-Calais se battent durement pour obtenir l'aboutissement d'une entreprise qui fait des élus les aménageurs du bassin minier. Il s'agit d'un bel exemple de décentralisation qui confère aux hommes politiques locaux de nouvelles responsabilités. Il s'agit aussi pour la Fédération socialiste du Pas-de-Calais de donner à son département les moyens d'une politique dynamique.

C/ La première fédération dans le premier département socialiste

49En 1988, le Pas-de-Calais est bien le premier département socialiste de France et cela à double titre : c'est dans le Pas-de-Calais que les scores électoraux sont les meilleure pour le PS et c'est dans le Pas-de-Calais que se trouve la première Fédération Socialiste de France.

50Comme à son habitude, la Fédération se prépare longtemps à l'avance aux élections.

51En 1981, le Président sortant n'obtenait que 23,2 % des voix. Alors que le Pas-de-Calais ne compte que 40 000 électeurs de plus qu'en 1981 (958 891 contre 945 617) François Mitterrand gagne 115 000 voix. Cette victoire est remportée sur la droite car Jacques Chirac réalise dans le Pas-de-Calais son plus mauvais score national qui, même additionné à celui de Raymond Barre, place la coalition RPR-UDF à la dernière place des départements français.

52Mais elle est aussi remportée sur le Parti communiste : le candidat du PC ne fait que 11,59 % des voix contre 23,2 % en 1981. Partout le score de François Mitterrand est en net progrès et, pour finir, le Pas-de-Calais se trouve, au second tour, le premier département socialiste de France : 64,67 % pour François Mitterrand alors que, dans la Nièvre, le Président sortant totalise : 63,96 % des voix et que, dans l'Ariège et le Nord : 63,93 % et 60,52 %.

53Cela présage bien les résultats des élections législatives qui doivent se dérouler les 5 et 12 juin, François Mitterrand ayant décidé, le 14 mai, de dissoudre l'Assemblée nationale. Dans le Pas-de-Calais, l'enjeu est d'importance : il s'agit pour les socialistes de reconquérir leurs 12 sièges de 1981 et d'essayer de gagner les deux restants.

54Les résultats du premier tour placent dans tout le Pas-de-Calais les candidats socialistes en tête des candidats de la gauche : les candidats communistes ne peuvent pas se maintenir au second tour. Le deuxième tour s'annonce serré dans 3 circonscriptions : dans la 1ère, le total des voix de gauche est de 52,5 %, dans la 3e, il est de 48,9 % et dans la 4e de 49,2 %.

55La Fédération se fixe pour but "le grand chelem". Entre les deux tours, elle déploie une activité toute particulière dans ces circonscriptions. Cependant, le 12 juin, elle doit céder à la droite les 3e et 4e circonscriptions. Dans la 3e, Michel Sergent perd car il réalise un mauvais score dans son canton de Desvres : au premier tour, il disposait de 1 000 voix d'avance sur la droite, au second, il n'en a plus que 250. Dans la 4e, la personnalité du candidat de la droite, Léonce Deprez, a raison du candidat socialiste, Claude Wilquin, qui avait déjà représenté cette circonscription entre 1978 et 1986. Dans la 3e, comme dans la 4e, la mobilisation de l'électorat a surtout bénéficié à la droite. Néanmoins, les élections législatives sont un succès pour la Fédération socialiste du Pas-de-Calais : elle retrouve ses 12 députés, mesure son hégémonie sur le bassin minier et rate le « grand chelem », en grande partie à cause du découpage électoral de M. Pasqua.

56De 1986 à 1988, le PS a progressé de 5,5 % en France, dans le Pas-de-Calais, la hausse est de 13,7 %. Sitôt les élections législatives passées, la Fédération doit s'atteler à une nouvelle tâche : les cantonales des 25 septembre et 2 octobre. Au regard des résultats des élections présidentielles, le PS est majoritaire dans 66 et 68 cantons. Cependant après l'expérience des législatives, la prudence est de rigueur. Dans les 35 cantons renouvelables, la campagne est axée autour d'un mort d'ordre « Le Pas-de-Calais d'abord », et toute la propagande y obéit :

  • Cartes postales « Roland Huguet » distribuées,
  • Brochures « Conseil Général » distribuées dès fin août début septembre.

57Les cantonales de septembre-octobre 1988 voient le rapport gauche-droite ne pas changer. Mais à l'intérieur de la gauche, le Parti socialiste est parvenu à une situation de très nette hégémonie. Il faut remarquer qu'en zone rurale les socialistes ont repris l'offensive contre la droite alors que, dans le bassin minier, les communistes continuent à céder du terrain.

58Un autre défi pour la Fédération socialiste du Pas-de-Calais est celui des élections municipales de mars 1989. Là aussi, les résultats des élections présidentielles, comme ceux des législatives, laissent présager une avancée des socialistes. Comme en 1983, les élections se déroulent alors que le Parti socialiste est au pouvoir. Cependant, la situation politique est fort différente. Sur la base de 1988, aucune municipalité socialiste sortante n'est menacée et le Parti socialiste compte emporter des villes de droite.

  • 3 L’Espoir, no 1690, janvier 1989.

59Ces élections sont très importantes pour la Fédération ; elles doivent permettre de continuer à développer une « culture de gouvernement local », tournée vers le développement dans la région pour créer un « Euro département créateur de richesses ». Cette campagne vise aussi à donner un élan au réseau très dense de véritables « animateurs urbains porteurs du Socialisme Démocratique »3.

60La conjonction de ces deux objectifs est à la base du projet de la Fédération socialiste du Pas-de-Calais : développer une social-démocratie de la ville. L'objectif déclaré de la Fédération est de gagner 3 villes de plus de 3 500 habitants pour en gouverner 50, la moitié. La convention fédérale, réunie à Bruay-Labuissière le 7 novembre 1988, a organisé les élections. Celles-ci sont menées comme en 1983 à grand renfort de propagande pour personnaliser les enjeux et souligner le travail effectué par le gouvernement de Michel Rocard.

61Au soir du premier tour, le 19 mars, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais a remporté une victoire, mais une victoire amère. Les socialistes ont gagné 10 villes de plus de 3 500 habitants, ce qui est tout à fait considérable : Vitry, Beauvain, Archicourt, Étaples, Wimereux, Lillers, Douvrin, Sains-en-Gohelle, Fouquières, Montigny-en-Gohelle.

62Ils triomphent dans des chefs-lieux de cantons ruraux : Avesnes-le-Comte, Auchy-les-Hesdin, Campagne-les-Hesdin, Fruges. Us progressent nettement dans le Calaisis et l'est du bassin minier. Mais ils perdent Boulogne.

63La victoire de la Fédération est aussi amère car elle a dû renoncer à provoquer une primaire à Calais et a été forcée, pour protéger P. Mauroy à Lille et M. Delebarre à Dunkerque, de faire liste commune avec le Parti communiste, ce qui a permis à ce dernier de conserver la mairie.

64Un autre défi à relever est celui des élections européennes du dimanche 18 juin 1989. Une campagne dynamique, axée autour de l'enjeu européen pour la région Nord-Pas-de-Calais, débute dès la fin des élections municipales. Laurent Fabius et les deux candidats du Pas-de-Calais - Jean Marie Alexandre 6e et Claudette Grosse 45e sont les fers de lance de cette campagne. Les résultats, s'ils sont quelque peu décevants, ne bouleversent pas les rapports entre les forces politique dans le Pas-de-Calais.

65Les socialistes progressent par rapport à 1984 (+ 3 %) et retrouvent leur niveau de 1979. Jean-Marie Alexandre est élu et représente le département au Parlement de Strasbourg. Les résultats départementaux placent le Pas-de-Calais en 3e position parmi les départements de plus d'un million d'habitants, derrière la Seine-Maritime (29,1 %) et la Loire-Atlantique (27,8 %).

66Ainsi, peut-on très nettement se rendre compte que le Pas-de-Calais est le premier département socialiste de France. La Fédération n'est-elle pas aussi la plus puissante ?

67Entre 1986 et 1990, les effectifs militants progressent fortement Leur hausse est surtout remarquable en 1988, au lendemain de la double victoire du Parti socialiste ; à cette époque, la direction fédérale avait mené une active campagne de recrutement, à l'instar de celle de 1981.

b

13.583 militants

évolution

1988

15.320 militants

1989-1990

1989

15.510 militants

+ 2.977

1990

16.131 militants

soit + 22,6 %

68Si les rythmes d'évolution sont très divers, les rapports entre les grandes régions sont maintenus. Ainsi, le poids du Bassin minier varie-t-il fort peu :

1986

1987

1988

1989

56,4 %

56,3 %

56,6 %

56,5 %

69Un certain équilibre s'installe dans la Fédération. Si on s'attache aux trois grandes circonscriptions, on constate qu'Arras voit son poids se stabiliser, que Liévin reste de loin la section la plus importante du département alors que Lens poursuit un relatif déclin.

Liévin

Lens

Αrras

1986

1650 soit 12,5 %

1043 soit 7,9 %

997 soit 7,6 %

1989

1800 soit 11,6 %

1050 soit 6,8 %

1200 soit 7,7 %

70Avec plus de 16 000 militants, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais est bien la première de France. Son influence dans le Parti socialiste est donc conséquente.

71La Fédération socialiste du Pas-de-Calais est bel et bien la première de France dans le premier département socialiste.

Conclusion

72Entre 1980 et 1990, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais est bien devenue un lieu de pouvoir. Cela constitue une réussite pour la Direction Fédérale. Contrairement aux socialistes révolutionnaires qui voyaient une opposition entre conquête du pouvoir et son exercice, la Fédération socialiste du Pas-de-Calais a conquis le pouvoir en l'exerçant.

73Mais ce pouvoir est avant tout politique. Cet exercice repose sur une synthèse entre tradition et modernité, entre l'héritage de la Fédération de Guy Mollet et la renaissance d'Épinay. De l'héritage guesdiste, les socialistes départementaux ont conservé le sentiment d'unité, la discipline nécessaire et un certain messianisme ouvrier.

74Cependant, en même temps que le renouvellement des hommes s'effectuait, ils ont constamment cherché à développer la démocratie dans le Parti. Cette quête implique non seulement une vision réformiste, mais aussi une maîtrise du poids des courants qui, sinon, pourraient mener à la résurgence d'un nouveau centralisme démocratique.

Notes

1 L'Espoir, no 1610, Octobre 1980 - Éditorial de D. Percheron..

2 L'Espoir, no 1647, Octobre 1984, p. 3.

3 L’Espoir, no 1690, janvier 1989.

Auteur

Étudiant- IEP Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540