Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Les fédérations septentrionales dans l'élaboration de la politique algérienne de la SFIO (1956-1958)

Gilles Morin

Texte intégral

  • 1 Augustin Laurent ; Conseil fédéral du Nord du 7 septembre 1958, et Jean Piaf, Congrès d'Issy-les-M (...)

« Ce qui a été trahi ce n'est pas le socialisme mais la conception qu'en a la minorité »1

1La guerre d'Algérie suscite des troubles profonds dans la SFIO d'autant plus graves que les socialistes dirigent ou participent aux différents gouvernements. Ces troubles se manifestent publiquement par l'apparition de diverses minorités et, après le retour au pouvoir du général de Gaulle, par une scission qui débouche sur la naissance du Parti socialiste autonome (PSA) en septembre 1958. La SFIO sort gravement affaiblie de cette crise, son image profondément dégradée.

2La « France socialiste » septentrionale est l'épine dorsale de la majorité du parti et contribue à la définition de sa politique.

  • 2 Au congrès de 1956, la totalité des mandats du Pas-de-Calais, et 406 sur 408 du Nord, se portent s (...)
  • 3 Nous renverrons pour cela à notre thèse : De l'opposition socialiste à la guerre d'Algérie au Part (...)

3Le bastion nordiste est essentiel car il apporte régulièrement 20 % des mandats à la direction, lui assurant par là même la base la plus constante de sa majorité. La minorité ne recueille pratiquement aucun mandat jusqu'au congrès de scission2. Dans les deux fédérations, même si des fissures dans le courant majoritaire apparaissent dès la fin 1956, la minorité socialiste hostile à la politique algérienne du parti n'a pratiquement pas existé. Seul le retour au pouvoir du général de Gaulle les divise. Au début de l'année 1959, le Parti socialiste autonome développe des noyaux militants sans grandes influences mais qui témoignent de la recherche d'un autre socialisme démocratique. Les soubresauts sont donc moindres que dans le reste du pays, même si la forteresse elle-même est fragilisée. C'est pourquoi étudier les origines du parti socialiste autonome dans la France septentrionale n'aurait pas grand sens, le sujet pouvant être traité en quelques lignes3. En revanche, l'apparent monolithisme des deux fédérations et leur place dans le parti pose problème : ont-elles eu des positions originales et différenciées durant le conflit algérien ou leurs choix politiques reflétaient-ils exactement ceux de la direction nationale ? Quel rôle ont joué le Nord et le Pas-de-Calais dans l'affrontement interne de ces années ? Comment leurs positions étaient-elles justifiées, face aux accusations de « trahison » portées notamment par André Philip ? Dans quel état le socialisme septentrional sort-il de ces épreuves ?

4Mais, auparavant, arrêtons-nous sur la place des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais dans le parti.

1. La place des fédérations septentrionales dans la SFIO

5L'importance numérique des deux fédérations et leur caractère ouvrier leur donnent un prestige incomparable, et partant un statut supérieur dans le parti. Ce sujet ayant souvent été traité, nous n'y reviendrons pas ici Nous nous intéresserons à l'intégration des fédérations septentrionales dans l'appareil du parti. Elle tient à la fois au poids politique de la fédération et à la qualité de ses leaders.

6Rappelons quelques chiffres significatifs. Sur 31 membres du Comité directeur (CD) élus en 1955, il y avait 6 représentants de la France septentrionale : trois du Pas-de-Calais (Pierre Herbaut, Guy Mollet et Emilienne Moreau), trois du Nord (Robert Coutant, Augustin Laurent et Victor Provo). En 1956, la réforme des statuts porte à 45 le nombre de membres du CD. Deux nouveaux militants du Nord sont intégrés : Armand Coquart et Arthur Notebart Globalement, la région est légèrement sous-représentée : 17 % de membres du CD (8 sur 45) contre 21 % des adhérents. Notons que le Nord est privilégié par rapport au Pas-de-Calais à partir de 1956. D'autres signes viennent corroborer cette prééminence du Nord.

  • 4 Congrès extraordinaire de janvier 1956, congrès ordinaires de 1956, 1957, 1958, 1959, 1960 et 1961 (...)

7La composition des bureaux des séances des congrès nationaux est d'autant plus significative qu'ils ont une fonction essentiellement symbolique. Selon les congrès, on compte de cinq à huit séances. Durant la guerre d'Algérie, Augustin Laurent est le recordman absolu des présidences, il est le primus inter pares4. D'autres responsables du Nord participent à ces bureaux : Marcel Bertrand, O. Choquet, Coquart, Sab-Kel-Kassan, Dubois. Aucun leader du Pas-de-Calais ne préside de séance de congrès mais chaque année jusqu'en 1958, un d'entre eux siège au bureau. Si ce n'est pas le patron de la fédération, Gustave Robert (1955, 1956, 1957, 1958), c'est Bièvard (congrès extraordinaire de janvier 1956) ou Delabre (1959).

8La motion majoritaire est le plus souvent exposée par un responsable du Nord, ce qui renforce la place particulière de la fédération. Enfin, Nord et Pas-de-Calais sont représentés en force, notamment par leurs secrétaires, dans l'instance essentielle de compromis qu'est la commission des résolutions. Mais, là aussi, plus encore le Nord que son voisin.

9Ces chiffres confirment l'impression née à la lecture des débats des congrès nationaux ou du Comité directeur : la fédération du Pas-de-Calais se met plutôt en retrait dans l'appareil. Elle est correctement représentée, pouvant ainsi appuyer son leader devenu secrétaire du parti, mais le Nord joue un rôle plus important encore dans l'axe majoritaire. Des images sont révélatrices. Gustave Robert, patron du Pas-de-Calais est surnommé le « gros Robert ». Augustin Laurent, le « Pape de la SFIO ». Les attaques sont réservées à l'un, alors que l'autre fait l'objet d'un respect généralisé, même de la part des minoritaires. Après Guy Mollet, voire quasiment à égalité avec lui, Augustin Laurent est bien le principal leader du parti durant la guerre d'Algérie. Une attention particulière devra être accordée au Nord dans ce récit.

2. Les fédérations septentrionales dans la guerre d'Algérie

10Jusqu'en 1958, la ligne majoritaire est fermement établie. Il n'y a pas de nuances notables entre la position de la fédération du Pas-de-Calais et celle du parti, en revanche le Nord propose des aménagements significatifs.

  • 5 Le journal fédéral L'Espoir, « devient ; écrit Jacques Derville, en quelque sorte le Journal Offic (...)
  • 6 Tous les socialistes membres du gouvernement responsable de l'Algérie, les délégués de la fédérati (...)

11La fédération de Guy Mollet appuie sans réserve les positions de la direction du parti sur l'Algérie. Les principaux cadres fédéraux signent les motions émanant des trois secrétaires généraux adjoints – parmi lesquels se trouve un des leurs, Pierre Herbaut –, en 1956 et 1957. Dans les congrès et conseils nationaux, ses responsables interviennent peu et jamais sur le fond. Localement, leur soutien au gouvernement est assuré par un travail de propagande particulièrement soigné. Réunions, conférences, films pour les sections (produits par le parti ou par le gouvernement général en Algérie), imprimés divers, tous les moyens de communication modernes concourent au même but : défendre les réalisations de Guy Mollet et de son gouvernement5. Une brochure de format 21/27 cm, dont les chapitres sont parus en feuilleton dans l'hebdomadaire fédéral à partir du 2 décembre 1956, illustre le type de littérature produite par la fédération. Elle se propose, sous le titre de « L'Algérie française prépare son avenir », de rapporter ce qu'une délégation de socialistes du département a pu rassembler, voir et entendre au cours d'un voyage d'information. Citons quelques têtes de chapitre : « Une terre qui veut demeurer française », « le vrai visage de la rébellion », « la lassitude des rebelles », « le parti communiste algérien contre la France », « ce qu'est la pacification », « l'admirable travail des officiers des Affaires algériennes », « la réforme municipale en route », « la réforme agraire se fait », « les grands espoirs de demain ». Les photos mettent en scène une imagerie adaptée6.

  • 7 Voir note no 2.

12Cette ligne politique suscita-t-elle des résistances ? Mais le devait-elle ? Faute d'étude spécifique sur ce département, on doit se contenter de quelques signes. Jusqu'à la fin 1957, seuls quelques mandats se portent sur les motions minoritaires7. Verrouillage politique de la fédération ou tradition fédérale de discipline, volonté de ne pas mettre en difficulté des camarades délégués aux postes de responsabilité ? Autant d’éléments qui ont dû réduire les critiques à des individualités sans poids politique.

13La position du Nord, identique sur le fond, se singularise subtilement dans un premier temps, puis, à la fin de l'année 1956, s'aligne sans nuance sur celle de la direction. Le congrès fédéral de juin 1956, adopte à l'unanimité moins deux mandats, une motion amendant légèrement le texte signé par les trois secrétaires généraux adjoints du parti. Les modifications proposées sont intéressantes. Premièrement, le texte du Nord « gauchise » la motion nationale en renforçant les références socialistes. Ainsi, il supprime dans le préambule une référence à « l'association franco-algérienne » qui n'apparaît pas comme spécifiquement socialiste depuis les projets de Sous telle mais ajoute une allusion au « sabotage du projet Blum-Viollette » et à la « non application du statut de 1947 ». Sont aussi instillées quelques exigences supplémentaires dans les paragraphes sur les réformes, comme « la justice égale pour tous, sans distinction de race ou de couleurs » ou « l'expropriation des grands domaines féodaux ». Deuxièmement, il met en sourdine un certain triomphalisme pour mieux réaffirmer les principes contestés. Le texte Commin affirmait : « Les pouvoirs spéciaux ont permis au gouvernement de mettre en oeuvre des réformes qui ont d'ores et déjà créés en Algérie une situation irréversible ». Celui du Nord suggère : « Les pouvoirs spéciaux doivent permettre d'amorcer des réformes qui, lorsqu'elles seront entièrement réalisées, créeront en Algérie une situation irréversible ».

14Enfin, il demande au gouvernement « de mettre tout en oeuvre, y compris, le cas échéant, par des contacts officiellement provoqués, pour aboutir au « cessez-le-feu », afin de laisser la porte ouverte à des négociations non-officielles, alors que la motion Commin n'envisageait que "des contacts officiels et directs ».

  • 8 Notons encore qu’à la CAF du 7/6/1956, Notebart se disait favorable à une fédération associant l'A (...)

15Notons toutefois que la fédération du Nord est en retrait sur certains points par rapport à la motion majoritaire. Concernant le futur statut, celle-ci envisageait d'assurer « une large autonomie de gestion garantie par des institutions internes disposant du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif ». Dans la motion du Nord les deux du sont transformés en autant d'un, ce qui implique que les pouvoirs exécutifs et législatifs ne seront pas complets8.

16Au congrès de Lille, un mois plus tard, Laurent exécute le nationalisme en une question pour insister, à l'instar de la motion fédérale, sur la lutte contre les profiteurs. Il dénonce les « erreurs monstrueuses du colonialisme », sa responsabilité dans la révolte et exige des expropriations sur la base du prix d'achat des terres. Il rétablit ainsi le schéma classiste familier aux militants en opposant « gros propriétaires » et exploités – niant de ce fait la division Français/Algériens – pour aboutir à la thématique socialiste traditionnelle en temps de guerre : les socialistes doivent y participer mais en s'efforçant de garantir la justice sociale. En fait la position d'Augustin Laurent est la même que celle de Guy Mollet : une troisième voie entre deux extrémistes, le colonialisme et le nationalisme. Alors que Lacoste et Lejeune occupent le flanc droit de la majorité, Laurent occupe le flanc gauche.

17Cet accord sur le fond résistera aux aléas politiques. Ainsi, la position du parti sur le détournement de l'avion des dirigeants du FLN et l'intervention à Suez - qui rendent la situation algérienne inextricable en supprimant tout espoir de négociation - sont approuvées sans réserve. Au printemps 1957, le ton des leaders du Nord se durcit, leurs interventions en faveur de la politique de la direction se font plus fermes, à mesure que la contestation progresse.

  • 9 Rapport à l’Assemblée nationale du 5.3.1957.
  • 10 Le Populaire du 26 mars 1957.
  • 11 CN de juin 1957, compte rendu sténographique, p. 85-86, archives de l'OURS.

18Victor Provo, député maire de Roubaix et trésorier du parti, habituellement réservé, s'expose le premier. Il conduit une mission d'enquête parlementaire sur les exactions qui affirme en conclusion : « Après un examen approfondi du dossier, la délégation a estimé, à l'unanimité moins une voix, que rien dans l'enquête qu'elle a effectuée ne pouvait l'amener à conclure à des tortures subies ».9 Il explique dans Le Populaire qu'il n'a pas justifié la torture mais « n'a pas constaté son existence »10. Au conseil national de juin 1957, il intervient pour affirmer que la tendance fédérale est plutôt à infléchir la politique du parti en Algérie dans un sens inverse à celui demandé par l'opposition, pour aller « en-deça plutôt qu'au-delà de ce qui a été adopté au congrès de Lille »11.

  • 12 Rapports pour le congrès de 1958, p. 31. Cité par Laurent OLIVIER, Un exemple de social-démocratie (...)

19Arthur Notebart, adepte du langage musclé, se met aussi particulièrement en avant. Retenons deux de ses interventions. Dans l'appareil tout d'abord. Au Comité directeur du 13 mars 1957, il déclare : « Il n'y a pas de cessez-le-feu. Personnellement, je ne crois pas aux élections libres, ni au statut discuté. Je reste partisan du statut octroyé ». Devant les militants il est encore plus tranchant. Au congrès fédéral du 23 juin 1957, il réclame « une justice expéditive aussi bien en Algérie qu'en métropole où les tueurs ont trop de facilités »12.

  • 13 Il n'emploie qu'une fois le terme « nationalistes », encadré par deux qualificatifs : « une minori (...)

20Au congrès de Toulouse, Augustin Laurent reste dans cette tonalité. Il centre son discours sur le refus du « préalable » de l'indépendance nationale, laquelle est récusée nommément, encore qu'il dise préférer les termes « d'abandon » et de « capitulation ». L'ennemi principal clairement désigné est cette fois le « terrorisme fanatique »13.

  • 14 Rappelons que, comme Guy Mollet, les représentants du Nord se prononcent contre une direction soci (...)
  • 15 Comité directeur du 11 juillet 1956. Devant la CAF du 7.1.1956 il avait défini ainsi cette divisio (...)

21Contre toute remise en cause de la politique gouvernementale, le Nord fait bloc avec celle-ci. A cette étape, la défense de la politique gouvernementale à la priorité sur l'unité du parti. Ce choix correspond à la tradition nordiste de la discipline, à une conception de la division des tâches entre parti et gouvernement, et aussi à sa conception de l'exercice du pouvoir. Il a été à plusieurs reprises explicité par des responsables fédéraux14. La participation ayant été voulue et obtenue par la majorité de l'appareil, la fédération prône une attitude de soutien a priori et refuse le contrôle du gouvernement par le parti. Dès mars 1956, après des critiques de Marceau Pivert, Laurent revendiquait cette séparation nette des fonctions du parti et du gouvernement : « Le Comité directeur ne peut se transformer en gouvernement clandestin » affirmait-il, demandant au CD si le président du Conseil allait être, « chaque mercredi, obligé de répondre à toutes les critiques des camarades ». Laurent réaffirmera régulièrement la nécessité de pas « perdre de temps à opposer le parti au gouvernement »15.

22Ce contrat est respecté sans faille, non seulement le gouvernement n'est jamais mis en cause mais, de plus, l'existence de contestataires est fustigée dès lors que ceux-ci ne jouent pas selon les règles fédérales. Dès la fin 1956, le Nord ayant raidi sa position face aux opposants, le socialisme septentrional est soudé, incarnant quasiment à lui seul dans l'imaginaire militant, et surtout dans celui des opposants, le bloc majoritaire. L'analyse permet toutefois de distinguer derrière cet accord des positionnements différents dans le subtil jeu interne de l'appareil.

3. La place des fédérations septentrionales dans l'équilibre du parti

  • 16 Cf. la réponse de G. Mollet à l'appel lancé par Debesson et Laurent au congrès de 1960, arch. de l (...)

23Le rôle de chaque fédération dans le parti est depuis longtemps fixé : le Pas-de-Calais se présente comme le champion de la discipline, le Nord, comme celui de l'unité16. Comment les fédérations ont-elles assumé ces places durant la guerre d'Algérie ? L'évolution que nous avons constaté, dans les positions politiques du Nord est-elle en rapport avec le positionnement particulier de cette fédération ? Quelles explications avancer ?

24Les responsables du Pas-de-Calais interviennent peu au plan national et lorsqu'ils le font, c'est pour approuver la direction contestée (ils « lancent la claque » en quelque sorte) et surtout pour proposer des mesures d'appareil tendant à réduire les contestataires ou leurs éventuels soutiens. Citons trois exemples significatifs.

25En décembre 1956, Pierre Herbaut présente la motion majoritaire sur la discipline qui refuse l'ouverture du Bulletin intérieur à l'expression des minorités. Sur la même question, un an plus tard exactement, un autre leader fédéral, Bernard Chochoy, rapporte pour la majorité sur la question des moyens requis pour assurer une meilleure liberté d'expression au sein du parti. Il admet la nécessité d'avoir un Bulletin intérieur plus régulier et plus ouvert, mais refuse toute tribune libre dans la presse du parti.

  • 17 Le Nord approuve cette proposition mais demande que les instances locales soient habilitées à juge (...)

26Au congrès de Toulouse, Michel Darras propose de déclarer incompatible l'adhésion au parti et à la CGT, au moment où la minorité fédère les militants unitaires dispersés. Les deux principaux arguments avancés sont, d'une part la position de la CGT sur la Hongrie, d'autre part son appui au FLN17. Cette position est adoptée à l'automne.

27Après la parution du livre d'André Philip, Le socialisme trahi, en janvier 1957, la fédération est également la plus active pour demander des sanctions contre l'hérétique, procédure qui aboutit à son exclusion en janvier 1958.

  • 18 Robert avait dénoncé violemment les minoritaires, s'en prenant personnellement à O. Rosenfeld et e (...)

28Le Pas-de-Calais, prompt à demander des têtes, fédération du secrétaire général, devient naturellement la bête noire des minoritaires. Dans les conseils nationaux, hors des micros de la presse, le ton est parfois vif. Le minoritaire le plus civil, Robert Verdier, a un accrochage avec le « patron » du Pas-de-Calais, Gustave Robert, en décembre 195618. Depreux, devenu leader de la minorité, évoquant une manoeuvre d'appareil au conseil national de décembre 1957, prend naturellement à témoin le même Gustave Robert qui ne peut que répliquer : « Il t'en fallait un tu m'as trouvé, je t'en remercie ! » Joutes symboliques sans conséquence. Certes. Mais aussi un moyen de mettre de son côté les représentants des petites fédérations.

  • 19 Ainsi au congrès national de 1955, ou sont réintégrés les députés exclus pour indisciplines sur le (...)

29Le Nord appuie la direction plus subtilement que le Pas-de-Calais. Lorsqu'il y a unanimité aucun délégué du Nord n'intervient dans les débats19. Lorsque différents courants se comptent, le Nord tente de réaliser le compromis entre la majorité et la - ou les - minorités. L'opération n'est pas toujours couronnée de succès mais, même lorsqu'elle échoue, la majorité peut en tirer avantage. Les manoeuvres se déroulent autour des motions de congrès.

  • 20 Intervention de Coquart à la CAP du Nord du 7/6/1956.

30La fédération propose une résolution avant le congrès de 1956 afin « de rallier une grosse majorité autour de ce texte »20 et effectivement la synthèse se fait autour de lui. Cette synthèse offre plusieurs avantages. Tout d'abord, la motion minoritaire maintenue recueille 10 % des mandats, mais ses rédacteurs acceptent qu'une partie du texte majoritaire soit approuvé à l'unanimité du congrès. Ils donnent ainsi publiquement acte des progrès réalisés. Ensuite, une motion des Bouches-du-Rhône est retirée. Si Defferre avait maintenu son texte les deux minorités auraient rassemblé près de 25 % de mandats. Enfin, l'image démocratique du parti sort renforcée.

31La minorité peut être tolérée facilement à cette étape car, pour l'essentiel, elle s'inscrit dans le même cadre idéologique que la majorité : l'arbitrage entre deux extrémismes. Ses leaders, André Philip, Édouard Depreux, Daniel Mayer, Andrée Viénot, contestent la priorité donnée aux réformes sur le règlement politique du conflit mais reconnaissent la nécessité de protéger les populations. Deux de leurs revendications essentielles, la lutte sur deux fronts et la possibilité de négociations avec les nationalistes, sont reprises par le Nord et intégrées à la motion majoritaire. Leur troisième revendication, la reconnaissance du fait national algérien n'est pas acceptée mais tous se félicitent des avancées et pour l'essentiel les critiques restent internes au parti.

32Il n’en va plus de même à la fin de l'année avec le détournement de l'avion transportant les chefs du FLN, l'affaire de Suez et surtout le développement incontrôlé des tortures et autres exactions. Plusieurs des leaders de la minorité, au premier rang desquels André Philip, Oreste Rosenfeld et Marceau Pivert, estiment ne plus pouvoir taire leur opposition à ce qu'ils estiment être une « trahison du socialisme ». C'est sous ce titre que 1 intervention faite au Conseil national par André Philip le 15 décembre 1956 est publiée dans L'Express une semaine plus tard, et enfin développée dans un livre paru en janvier 1957. Ces trois militants publient à l'extérieur du parti de nombreux articles où ils expriment leur opposition résolue. Plus modérés sur la forme – eux respectent la discipline interne-, d'autres minoritaires, comme Alain Savary ou Robert Verdier, rompent avec le cadre idéologique dominant en reconnaissant la vocation à l'indépendance de l'Algérie. Puis, à partir de janvier 1957, les minoritaires s'organisent à l'intérieur du parti en formant le Comité socialiste d'étude et d'action pour la paix en Algérie. Compte tenu des hésitations de nombreux minoritaires, comme Depreux, il faut attendre le congrès de Toulouse, en juillet 1957, pour que les positions politiques soient définitivement cristallisées. Mais la coupure effective entre majorité et minorité s'est opérée à l'automne 1956.

33Pour le Nord, l'expression des minoritaire dans la « presse hostile au parti » (France-Observateur, L'Express, Le Monde, Témoignage Chrétien principalement), la rupture politique sur la question de 1 indépendance et l'organisation d'un embryon de tendance sont intolérables, car elles remettent en cause l'unité formelle du parti. D'où la rupture totale avec la minorité et une série d'attaques contre elle.

34Au conseil national de décembre 1956, les délégués nordistes demandent des sanctions exemplaires et Laurent – rapporteur de la motion majoritaire – refuse la proposition de la minorité visant à dissocier la partie de la motion sur l'Algérie de la motion générale. Victor Provo, nous l'avons vu, intervient assez violemment, au nom de la fédération au conseil national de juin 1957. Au congrès de Toulouse, Notebart vitupère contre ceux qui font perdre du temps en dénigrant l'action des camarades. Aux détracteurs, il rétorque que le bilan des acquis apportés à la classe ouvrière est « éloquent et important ».

  • 21 Dans le débat de l'ordre du jour, il demande et obtient l'élection de la commission des résolution (...)

35En revanche, la fédération ne renonce pas à maintenir l'unité du parti avec toutes les autres sensibilités. À Toulouse, Augustin Laurent tente de renouveler l'opération réussie à Lille. L'enjeu, proclamé dès l'ouverture du congrès21, est d'arriver à un nouveau compromis avec les Bouches-du-Rhône, la motion de cette fédération et le texte majoritaire écartant, explique-t-il, « l'abandon et la capitulation devant le terrorisme fanatique ». Gaston Defferre refuse pour compter ses partisans. Laurent tente alors de faire passer les divergences de fond pour une opposition tactique, et injustifiée, à la synthèse - c'est-à-dire, tous le comprennent, pour une manoeuvre d'appareil révélatrice d'ambitions personnelles. Defferre est ainsi placé en position défensive. Pour finir, la motion Commin n'intègre pas les amendements proposés par le Nord, que Commin se disait prêt à accepter auparavant Le Nord vote cette motion Commin non amendée. Sa position politique se révèle ainsi n'être qu'instrumentale.

36Les positions du Pas-de-Calais et du Nord ne divergent que d'un point de vue tactique : fermeté pour le premier, apparente ouverture pour le second. En réalité, le Nord fournit à la majorité, en sus d'une caution démocratique, des arguments pour déconsidérer ses adversaires qui refusent l'unité proposée.

4. La lutte contre les opposants

  • 22 Sur l'importance de ce pôle majoritaire stable dans un parti où les fédération votent pour une bon (...)

37Dans l'affrontement interne les fédérations septentrionales ne se contentent pas d'incarner la discipline ou l'unité et d'assurer ensemble le cinquième des mandats nationaux à une majorité peu stable22, elles sont aussi son fer de lance contre l'opposition.

38Les méthodes employées au niveau des fédérations pour garantir leur unanimité et marginaliser en leur sein toute opposition ne peuvent être abordées ici dans le détail, à la fois par manque de place et du fait de la faiblesse de la bibliographie. Nous voudrions dégager quelques idées essentielles.

  • 23 Op. cit., p. 660-662.

39Dans la lutte interne, les fédérations septentrionales disposent d’arguments de poids. Tout d'abord la continuité politique. Il est nécessaire à ce propos de prévenir une explication manichéenne : ce n'est pas la prétendue « capitulation » de Guy Mollet à Alger le 6 février 1956 qui a déterminé leur position envers l'Algérie. Citons, par exemple, une intervention d'Augustin Laurent au Comité directeur du 14 septembre 1955. Deux semaines après le massacre de Constantine, il pose la question suivante : « A propos de l'Algérie, pourrait-on m'indiquer quelles sont les réformes essentielles actuellement susceptibles d'apaiser les populations ? ». Le principal représentant du Nord n'a toujours pas perçu que le problème algérien, qui pose la question nationale, est politique, il s'en tient, fin 1955, à « des réformes essentielles ». Notons la réponse du secrétaire général adjoint du parti, Pierre Commin : « la question est devenue politique », il faut « dégager des interlocuteurs par les élections ». Réformes, élections, négociations, l'essentiel est défini dès 1955. Laurent Olivier note l'existence avant le déclenchement du conflit d'un consensus sur la question coloniale dans le Nord, aucun dirigeant ne préconisant l'indépendance, même s'ils divergeaient sur les solutions à adopter23. Plus encore, Guy Mollet lui-même n'a pas, en dépit de tout ce que l'on a pu écrire, réalisé un véritable revirement après le 6 février. La lecture du journal de sa fédération, L'Espoir, le démontre. L'apostrophe de Noël 1955 contre « la guerre imbécile et sans issue » souvent citée a été séparée de son contexte. Une semaine plus tard, à la veille des élections, le leader national, candidat à Arras, proposait le programme suivant pour l'Algérie : protéger les populations, faire cessez la répression « imbécile et aveugle », « chercher des porte-parole qualifiés par des élections libres sitôt le calme rétabli », ne pas se maintenir par la force mais aussi ne pas abandonner les musulmans à eux-mêmes, les laisser sans ingénieurs, sans instituteurs, sans médecins, sans aide matérielle et financière, et surtout discuter.

  • 24 L'Espoir, 1.1.1956, « Pour une vraie politique de gauche ; Pour une politique de réformes en Afriq (...)

« Cette négociations « franche et loyale », avec les porte-parole authentiques de la population – désignés après un renouvellement DANS LA LIBERTÉ de l'Assemblée algérienne et des parlementaires algériens à l'Assemblée nationale – permettra d'arrêter, par consentement mutuel, les structures de la communauté fraternelle à maintenir entre la France et l'Algérie, pour l'intérêt de l'Algérie comme de la France. Nous resterons comme des amis chaleureusement accueillis et qui aident, non comme des gardes-chiourme »24.

  • 25 Cf., par exemple, P. HERBAUT, « Personne n'a rien renié ! », L'Espoir, 22.4.1956.
  • 26 Ainsi, le 18.9.1955, après avoir regretté l'échec de l'assimilation, Guy Mollet écrit dans L'Espoi (...)

40Tous les thèmes de février 1956 sont présents : protection des populations, élections, négociations, communauté franco-algérienne. Est-ce à dire qu'il n'y a pas eu de rupture avec le 6 février ? Il nous semble qu'il convient plutôt de parler de changement de priorités. La sécurité et les réformes, terme particulièrement bien accueilli par les militants du Nord, prennent le pas sur la solution politique. Le seul « retournement » est sur la question du contingent, terrain plus sensible, mais sur lequel il n'est pas impossible de s'expliquer25. La continuité des discours de 1957 et ceux des années précédentes contre l'indépendance est frappante26. On comprend mieux qu'ils n'aient point choqué les militants formés et entretenus dans cette culture.

  • 27 M. SADOUN, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », in La guerre d’Algérie et les (...)

41Allons plus loin encore. Certes, la guerre d'Algérie fut une guerre de principes27 : au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, invoqué par la minorité, est opposé le droit des individus ; aux accents internationalistes et aux appels à la lutte contre l'impérialisme, la majorité répond lutte des classes, hostilité au nationalisme et protection de l'intérêt national Mais la force des majoritaires est - en dépit d'une idée répandue - d être plus dans la tradition du socialisme français que leurs camarades minoritaires. Au moins depuis le congrès de Tours, la position socialiste en matière coloniale, et plus encore s'agissant de l'Algérie, est l'assimilation accompagnée de réformes.

42Ainsi, Augustin Laurent affirme à Toulouse que l'indépendance n'a jamais été revendiquée par des membres de la SFIO avant l'insurrection, et il martèle cet argument : « La politique d'abandon n'a rien à voir avec le socialisme, pas davantage avec nos conceptions internationalistes ».

43Face aux minorités, les fédérations septentrionales peuvent enfin faire appel à un argument d'autorité : la puissance dans ces vieilles fédérations guesdistes est assimilée à l'unité fédérale et à l'unité du parti Unité formelle bien sûr lorsque les divergences sont devenues telles. Les appels à l'unité et à la fraternité doivent alors être biaisés, niant les divergences, délégitimant les thèmes minoritaires.

44On voit ainsi Augustin Laurent ne pas se contenter d'une controverse doctrinale sur la légitimité de la revendication de l'indépendance mais présenter ensuite la position minoritaire comme une conséquence de l'esprit de tendance.

  • 28 Congrès de Toulouse, p. 402-403, archives de l’OURS.

« C'est le danger (...) des tendances ou de l'esprit de tendance. A force de recourir aux exégèses, aux habilités verbales, ou réactionnaires, pour trouver des formules différentielles par lesquelles on se distinguera de la majorité du parti, un jour, on est inévitablement amené à forcer le ton, et on est toujours surpris de voir que - oh, sans le vouloir ! - on fait chorus avec des hommes et des formations politiques qui ont toujours eu, eux, vocation anti-française et antinationale »28.

  • 29 Augustin Laurent en finit avec l'opposition, affirmant que le parti ne mérite pas « les virulentes (...)

45Cette longue citation concentre plusieurs techniques visant toutes le même but : délégitimer le discours des minoritaires. Tout d'abord, les thèses de l'opposition sont réduites à l'esprit fractionniste de tendance, qu'il caractérise ensuite comme néo-gauchiste29. Ensuite il fait des contestataires les alliés objectifs des adversaires, jouant sur l'amalgame, avec l'esprit réactionnaire et les communistes, car tous les socialistes reconnaissent dans la dernière phrase celui qui est devenu leur adversaire principal Enfin il condamne les positions des minoritaires au nom du patriotisme. Au-delà du patriotisme de parti, élément identitaire convoqué de façon systématique, la tradition patriote du socialisme français et du socialisme septentrional n'a certainement pas été assez prise en considération ; l'accusation de faire chorus avec ceux qui ont « vocation antifrançaise et antinationale » étant particulièrement forte dans ce parti et surtout dans le Nord. Laurent Olivier insiste aussi à juste titre sur l'obsession fédérale de la reconstitution des tendances.

  • 30 Max Lejeune et Robert Lacoste se font des spécialistes du genre, en dénonçant les « intellectuels (...)

46Relevons encore une pointe d'anti-intellectualisme, bien contrôlée toutefois30. L'attitude subversive des intellectuels de gauche est notamment prise à partie dans la presse fédérale. Les attaques, visant surtout la Nouvelle Gauche et les mendésistes - « les pédants de L'Express, les Jacobins dont la pseudo-doctrine n'a rien de commun avec ceux de 1793 » -, semblent en réalité dirigées vers l'opposition interne à l'implantation bien parisienne. Avec sa fougue habituelle, maniant toutes les ficelles d'un basisme bien travaillé, Arthur Notebart s'en prend à Toulouse aux « médecins » qui « sous couvert de soigner notre parti, sont peut-être sujets à lui découvrir des maladies nouvelles pour justifier leur utilité ». Réintroduisant le clivage familier de l'action et de l'idéologie, le maire de Lomme agresse ceux qui, au Heu de se lancer dans les batailles électorales et dans le recrutement, abusent de la démocratie dans le parti en pratiquant une « lutte permanente et continuelle ». Fustigeant enfin ceux qui ne mettent pas assez de « fraternité », de « confiance » et « d'amitié » entre camarades, il refuse une invitation lancée par le maire minoritaire de la ville, Raymond Badiou, arguant du fait qu'elle n'était adressée qu'à quelques camarades, alors qu'il ne saurait y avoir de « vedettes » mais seulement des adhérents. Habituellement, la fédération du Nord oppose plus subtilement son implantation ouvrière et son action aux intellectuels idéologues.

  • 31 Marc SADOUN, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », op. cit., p. 233.

47Cet anti-intellectualisme est certainement réactif et instrumental Marc Sadoun écrit que « le parti tout entier a ressenti, en particulier face à la critique de l'intellectuel de gauche, une mentalité d'assiégé, un patriotisme propre à effacer tous les doutes »31. Ajoutons que l'anti-intellectualisme - après que la droite ait appuyé l'action du gouvernement socialiste et continué à soutenir celle de Robert Lacoste, et alors que le PCF est encore relativement réservé sur l'Algérie - permet certainement aussi de refonder chez les militants une identité, d'autant plus menacée que l'ennemi est aussi dans le parti.

  • 32 Cf. Laurent OLIVIER, op. cit., p. 683-684

48Au delà des outrances de Notebart, certainement calculées, la force de la « voix » du Nord dans le parti repose essentiellement sur son caractère ouvrier et sur ses succès électoraux qui légitiment son discours en en faisant le type idéal de la fédération socialiste. D'autres insisterons sur ce sujet essentiel : subtilement le Nord, comme le Pas-de-Calais, transforment le clivage idéologique en distinction sociologique et formelle32. De ce point de vue, l'axe Nord-Pas-de-Calais est aussi un élément essentiel du dispositif majoritaire.

5. L'unité fissurée sur la question de la participation

49En dépit des traditions fédérales de discipline et de la puissance des appareils, la crise du régime s'insinue jusque dans le socialisme septentrional où apparaissent des divergences.

50A partir de la chute du gouvernement Guy Mollet en mai 1957, le débat sur la participation ouvre une nouvelle ligne de fracture dans le parti. À deux conseil nationaux, juin et novembre 1957, une fraction des militants qui jusqu'alors soutenaient la politique majoritaire sur l'Algérie, se prononce pour le retrait des socialistes du gouvernement, demandant que le parti se dégage d'un « enlisement avec la droite ». La minorité conduite par Depreux et Verdier soutient cette position espérant le départ de Lacoste et Lejeune.

  • 33 Rappelons qu'au Conseil national du 3 novembre 1957, 6 mandats du Pas-de-Calais sont portés contre (...)

51Le gouvernement Gaillard, qui comprend des ministres indépendants, suscite des réticences jusque dans le Pas-de-Calais. Le premier signe en est la rupture de l'unité de vote fédérale en novembre 1957, même si elle est plus symbolique que réelle33. L'hostilité grandit progressivement parmi les cadres fédéraux, allant de pair avec l’idée d'une impasse de la politique algérienne. A la Commission exécutive fédérale, le 2 février 1958, Fernand Darchicourt s'en prend à la politique du gouvernement Gaillard et ajoute : « Pour ce qui est de l'Algérie, le peuple commence à dire que c'est long ». Herbaut rétorque que le soutien est indispensable et il s'inquiète lui de la politique de Mitterrand qui voudrait provoquer une crise pour, dit-il, proposer le programme socialiste à l'intérieur et la négociation en Algérie. Son exposé est longuement applaudi, manifestation ostentatoire rare qui dénote une volonté de conjurer la division en marche. Rien n'y fait Le 9 mars, après la crise de Sakhiet, plusieurs membres de la CE reprennent ces thèmes et demandent une position nouvelle sur l'Algérie, certains prônant ouvertement l'indépendance. En mai, à la section d'Arras, un adjoint de Guy Mollet revendique lui aussi un changement de politique algérienne. Le 13 mai a coupé court à un processus de maturation en cours.

  • 34 Rapport du Nord, 1958.

52Du côté de la fédération du Nord, en décembre 1957, Coquart conteste le rapport de Coutant qui estimait positive la participation au gouvernement Gaillard en avançant trois arguments : il y a une « Union nationale qui n'ose pas dire son nom » ; la droite a accepté la politique algérienne du parti mais refuse de payer l'addition ; les restrictions à la consommation et la diminution du niveau de vie des travailleurs entraînent des inquiétudes qu'il ne faut pas sous-estimer34. Notons que la critique ne porte pas encore sur la politique algérienne. Comme rapporteur de la motion sur l'Algérie adoptée à même réunion, Coquart a affirmé peu avant que l'indépendance serait « à la fois une utopie et une catastrophe ».

  • 35 Déjà à Toulouse, Laurent a noté la critique « de jeunes camarades » selon laquelle « le parti est (...)
  • 36 Intervention de Laurent à Toulouse, op. cit.

53Augustin Laurent ne nie pas les difficultés, il s'efforce de les canaliser. A l'écoute de la base, de l'opinion et de leurs inquiétudes par d'exceptionnels réseaux, il prend en compte une insatisfaction réelle et son symptôme le plus flagrant, la montée de l'antiparlementarisme jusque dans les rangs du parti35. C'est encore sur le terrain de la défense de la doctrine qu'il se place pour s'opposer à ceux qui contestent la participation en lançant un vibrant appel à la responsabilité et au pragmatisme des militants. Augustin Laurent affirme que si les socialistes sont « des opposants permanents à la société capitaliste », l'idée qu'ils doivent être en permanence dans l'opposition parlementaire est « une parfaite hérésie ». Ils doivent arrêter une politique correspondant aux forces socialistes sur l'échiquier parlementaire, ce qui signifie concrètement en 1957 « ou bien la coalition inévitable ou l'instabilité gouvernementale permanente » avec au bout le danger gaulliste36.

  • 37 Rapport 1958, p. 43.

54Cette citation pourrait faire croire que les leaders nordistes ont perçu très tôt le risque du retour au pouvoir du général de Gaulle. Dès la chute du gouvernement de Guy Mollet, Laurent, comme Herbaut dans les réunions du Pas-de-Calais, agite régulièrement le spectre du danger gaulliste. Devons-nous chercher dans ce discours beaucoup plus que la réaffirmation classique du schéma hérité de la guerre froide qui suppose que les socialistes, pris entre ces deux dangers, doivent s'allier avec les républicains et surtout être unis ? On doit en douter. D’autant que l’impossibilité d'avoir une majorité avec le PCF revient plus encore dans ses propos37. Indirectement ce discours permet aussi de présenter ceux qui refusent l'unité du parti derrière la direction comme mettant en péril la démocratie.

55Ses appels sont entendus jusqu'en décembre 1957 où, en dépit des prises de positions contraires de Coquart, la position fédérale est adoptée à l'unanimité à main levée. Le courant antiparticipationniste n'est pas représenté dans la délégation du Nord au conseil national, permettant à la fédération d'apporter tous ses suffrages à la majorité. La mystique de l'unité de vote l'a emporté. Mais si le Nord vote avec la majorité, ses représentants n'interviennent pas dans les débats. Ce silence n’a-t-il pas pour fonction d'éviter d'exposer une position controversée afin d'éviter en retour l'expression minoritaire et de creuser les divisions de la fédération ? C'est un échec : au conseil national de mars 1958, une quinzaine de mandats, portés en abstentions, manquent à la majorité puis, au conseil national du 2 mai 1958, Laurent et Guy Mollet se rallient aux positions antiparticipationnistes en passe de devenir majoritaires contre eux. Ralliement stratégique ou changement de politique hé à un constat d'échec partagé ? Toujours est-il que l'unité de vote des deux fédérations était menacée et plus généralement la direction du parti Mais l'esquisse de revirement politique entamé le 2 mai 1958 est remis en cause par la sédition algérienne du 13 mai.

6. La division du parti et des fédérations septentrionales

56La suite appartient à une autre histoire dans laquelle la guerre d'Algérie passe au second plan. L'insurrection des Européens d'Algérie appuyée par l'armée et l'entrée en scène du général de Gaulle brisent l'équilibre traditionnel Le parti se déchire sur le ralliement au général de Gaulle, sur la Constitution, puis sur la participation, enfin sur le soutien à la politique algérienne du gouvernement de Gaulle. Cette fois les fédérations septentrionales et leurs directions sont politiquement divisées. Pourtant, elles arrivent à maintenir leur unité organisationnelle. Au delà des désaccords idéologiques et stratégiques, il importerait de se pencher sur les enjeux d'appareil et le rôle de personnalités comme Henneguelle et Notebart.

57Au-delà des péripéties de cette nouvelle période, nous voudrions rappeler quelques éléments significatifs.

58La scission n'a pratiquement aucun effet dans le Nord-Pas-de-Calais, les fédérations du PSA qui ne dépassent guère les cent adhérents chacune sont composées de quelques militants isolés, sans grande influence, et de mendésistes ultra-laïques qui auront du mal à cohabiter dans le PSU avec les chrétiens venus du mouvement de Libération du Peuple, via l'Union de la Gauche Socialiste.

59Le maintien de l'unité formelle est rendu possible parce que les directions majoritaires tolèrent la constitution de tendances de fait Ainsi, dans le Nord, Coutant, Rachel Lempereur, Darou et Notebart qui approuvent la minorité Gazier restent membre de la direction fédérale. Notebart est présenté par la fédération, et par la tendance Gazier, à l'élection du Comité directeur. Cette rupture avec la pratique établie depuis 1945 correspond à un réflexe de survie de l'appareil.

  • 38 Augustin Laurent cité par le rapport de congrès fédéral du Nord 1961.

60A partir de 1960, l'unité de la fédération du Nord est pratiquement reconstituée, privant le courant Gazier d'un de ses principaux bastions. La commission administrative a présenté une motion sans signature, résultat de l'accord unanime de tous les membres de la CA présents avec l'argument suivant : « Une fois encore, la fédération du Nord montrera l'exemple de ce qu'il faut faire pour renforcer le parti et le mettre en condition de remplir les tâches difficiles qui l'attendent »38. L'attitude de Notebart au congrès interpellant la tendance Gazier à laquelle il appartenait jusqu'alors nous conduit à voir dans cette réunification des motifs internes à la fédération - se mettre en ordre de bataille en vue des élections de 1962 - mais aussi externes, avec la volonté de redonner à la fédération un rôle central dans le parti.

61Les fédérations septentrionales - contrairement à d'autres fédérations majoritaires comme la Seine-et-Oise, la Haute-Vienne ou l'Aude - participent pleinement durant la guerre d'Algérie à l'élaboration de la politique du Parti socialiste SFIO, contribuent à situer les bornes de la majorité et donc les termes du compromis, assurant par là même la protection de l'appareil. Le Nord occupe dans ce dispositif une place particulière, se positionnant en interlocuteur privilégié. Cette fonction est progressivement ébranlée par l'ampleur de la rupture opérée par la Guerre d'Algérie tout d'abord, par l'arrivée au pouvoir du général de Gaulle ensuite. La fédération va au bout de la logique de l'exercice du pouvoir : ayant postulé au préalable la division des tâches entre le parti et le gouvernement, elle est conduite à appuyer inconditionnellement ce dernier dès lors qu’il est contesté.

62Cette étude ne prétendait pas couvrir la totalité du sujet Des question essentielles restent posées. Comment l'unanimité est-elle obtenue au niveau fédéral ? Quelle image du socialisme septentrional ont les minoritaires et surtout les petites fédérations ? Quel est le rôle particulier des différents leaders fédéraux ? Les causes des échecs répétés de l'émergence d'oppositions tiennent certainement au mode de fonctionnement du parti. L'unité congénitale est vécue comme l'instrument de la pérennité du leadership socialiste au plan local La guerre d'Algérie et le retour au pouvoir du général de Gaulle qui déstabilisent le socialisme local, par un effet de feed back, rendent plus encore nécessaire l'unité socialiste.

Notes

1 Augustin Laurent ; Conseil fédéral du Nord du 7 septembre 1958, et Jean Piaf, Congrès d'Issy-les-Moulineaux, 11 septembre 1958.

2 Au congrès de 1956, la totalité des mandats du Pas-de-Calais, et 406 sur 408 du Nord, se portent sur la motion Commin. Un an plus tard, la motion de l'opposition recueille 1 mandat dans le Pas-de-Calais (sur 397), aucun dans le Nord (où il y a 8 abstentions). Les plus mauvais résultats pour la majorité sont obtenus au conseil national de novembre 1957, où 6 mandate du Pas-de-Calais refusent la participation, et à celui de mars 1958, où 16 mandats du Nord s'abstiennent.

3 Nous renverrons pour cela à notre thèse : De l'opposition socialiste à la guerre d'Algérie au Parti socialiste autonome (1954-1960), un courant socialiste de la SFIO au PSU, Université de Paris I, mars 1992, 710 p.

4 Congrès extraordinaire de janvier 1956, congrès ordinaires de 1956, 1957, 1958, 1959, 1960 et 1961. Il préside aussi trois séances de conseils nationaux : juin 1956, décembre 1956 et décembre 1957. Il fait défaut en 1955, mais il est intéressant de noter son remplacement par Robert Coutant.

5 Le journal fédéral L'Espoir, « devient ; écrit Jacques Derville, en quelque sorte le Journal Officiel des réalisations socialistes ». J. DERVILLE, La fédération socialiste du Pas-de-Calais, 1944-1969, thèse de Sciences Politiques, FNSP, Paris, 1970, p. 40. Selon les rapports fédéraux de 1957 et 1958, il y aurait eu 200 visites de sections en 1956, et 733 de janvier 1957 au 30 mars 1958, dont 63 séances de cinéma. La fédération s'est aussi illustrée par une utilisation intensive de l'affiche « Non à la trahison ! », dénonçant le PC après l'affaire de l'aspirant Maillot. Le rapport de 1957 signale aussi que de nombreuses brochures éditées par le gouvernement général d'Alger ont été, elles aussi, diffusées dans toutes les sections.

6 Tous les socialistes membres du gouvernement responsable de l'Algérie, les délégués de la fédération, la « communauté franco-musulmane », des « notables » venus saluer la délégation, des militaires, le « djebel pacifié », les réceptions par les fédérations et sections socialistes, un instituteur du Pas-de-Calais « au milieu de ses élèves Kabyles », le drapeau français « qui flotte dans le ciel bleu, symbolise le droit à la liberté, à la sécurité et au progrès », et encore Émilienne Moreau distribuant des friandises aux enfants lors d'une visite médicale dans une SAS.

7 Voir note no 2.

8 Notons encore qu’à la CAF du 7/6/1956, Notebart se disait favorable à une fédération associant l'Algérie à la France.

9 Rapport à l’Assemblée nationale du 5.3.1957.

10 Le Populaire du 26 mars 1957.

11 CN de juin 1957, compte rendu sténographique, p. 85-86, archives de l'OURS.

12 Rapports pour le congrès de 1958, p. 31. Cité par Laurent OLIVIER, Un exemple de social-démocratie dans le socialisme français : la fédération du Nord de la SFIO de 1944 à 1958, thèse de doctorat ; Université de Lille II, 1992, p. 681.

13 Il n'emploie qu'une fois le terme « nationalistes », encadré par deux qualificatifs : « une minorité de nationalistes fanatiques ».

14 Rappelons que, comme Guy Mollet, les représentants du Nord se prononcent contre une direction socialiste du gouvernement lors du Comité directeur du 4.1.1956. Cette position semble toutefois discutable à la lecture des éditoriaux de Lechantre dans Nord Matin. Le silence des délégués du Nord au congrès extraordinaire des 14-15 janvier, qui revendique la direction du gouvernement est assourdissant.

15 Comité directeur du 11 juillet 1956. Devant la CAF du 7.1.1956 il avait défini ainsi cette division des tâches : « Il est du devoir du gouvernement d'informer périodiquement le parti, mais dans l'intervalle qui sépare les consultations, le parti a, à l'inverse, le devoir d'être solidaire du gouvernement ».

16 Cf. la réponse de G. Mollet à l'appel lancé par Debesson et Laurent au congrès de 1960, arch. de l'OURS, p. 720.

17 Le Nord approuve cette proposition mais demande que les instances locales soient habilitées à juger de son opportunité.

18 Robert avait dénoncé violemment les minoritaires, s'en prenant personnellement à O. Rosenfeld et en dénonçant les « consciences torturées » s'exprimant dans la « presse pourrie ». Verdier récuse, comme calomnieuses, les attaques tendant à faire de ceux qui critiquent « de mauvais militants, qui passent leur temps à couper les cheveux en 4, ou en 18, au lieu de faire de la propagande ». L'ancien secrétaire adjoint du parti dans la Résistance ajoute « j'estime que la volonté de lucidité, comme le dévouement, fait partie, lui aussi, du patriotisme du parti ». Il est alors coupé par Robert qui tranche « Oui, mais à l'intérieur ».

19 Ainsi au congrès national de 1955, ou sont réintégrés les députés exclus pour indisciplines sur le vote des accords de Paris, et au congrès extraordinaire de janvier 1956, il n'y a pas d'intervention de militante du Nord et du Pas-de-Calais.

20 Intervention de Coquart à la CAP du Nord du 7/6/1956.

21 Dans le débat de l'ordre du jour, il demande et obtient l'élection de la commission des résolutions une journée plus tôt qu'à l'habitude. Cette motion avait aussi un but interne à la fédération. Des militants, comme ceux de Templemars, accordaient leur préférence à la motion Defferre. Laurent leur fait rallier la motion fédérale en leur demandant de « tenir compte des efforts de synthèse de la CAF pour aboutir à une large majorité » (Rapports, 1958, p. 34).

22 Sur l'importance de ce pôle majoritaire stable dans un parti où les fédération votent pour une bonne part en fonction des questions posées, et où le « bloc majoritaire » stable n'est que de 30 % des mandats, cf. notre thèse, op. cit. pp. 382-385

23 Op. cit., p. 660-662.

24 L'Espoir, 1.1.1956, « Pour une vraie politique de gauche ; Pour une politique de réformes en Afrique du Nord » ; Le sang ne doit plus couler en Afrique du Nord.

25 Cf., par exemple, P. HERBAUT, « Personne n'a rien renié ! », L'Espoir, 22.4.1956.

26 Ainsi, le 18.9.1955, après avoir regretté l'échec de l'assimilation, Guy Mollet écrit dans L'Espoir : « Alors faut-il donc envisager, encourager la sécession ? Non, mille fois non. A l'heure où dans le monde entier, s'affirme chaque jour davantage l'interdépendance des peuples et des nations, ce n'est pas le moment de créer de pseudo-souveraineté. Il n'est donc qu'une solution, une seule, l'association librement consentie".

27 M. SADOUN, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », in La guerre d’Algérie et les Français, sous la direction de J.-P. Rioux, Paris, Fayard, 1990, p. 226.

28 Congrès de Toulouse, p. 402-403, archives de l’OURS.

29 Augustin Laurent en finit avec l'opposition, affirmant que le parti ne mérite pas « les virulentes, injustes et méchantes critiques que lui adressent certains camarades (applaudissements), qui tiennent maintenant le langage de je ne sais quel néo-gauchisme ».

30 Max Lejeune et Robert Lacoste se font des spécialistes du genre, en dénonçant les « intellectuels torturés ». Gustave Robert emploi les mêmes arguments au conseil national de décembre 1956.

31 Marc SADOUN, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », op. cit., p. 233.

32 Cf. Laurent OLIVIER, op. cit., p. 683-684

33 Rappelons qu'au Conseil national du 3 novembre 1957, 6 mandats du Pas-de-Calais sont portés contre la participation.

34 Rapport du Nord, 1958.

35 Déjà à Toulouse, Laurent a noté la critique « de jeunes camarades » selon laquelle « le parti est de plus en plus absorbé par les exigences quotidienne de la vie parlementaire et les nécessités assujettissantes des responsabilités administratives locales ».

36 Intervention de Laurent à Toulouse, op. cit.

37 Rapport 1958, p. 43.

38 Augustin Laurent cité par le rapport de congrès fédéral du Nord 1961.

Auteur

Collège - Viry-Châtillon

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540