Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

III. La montée en puissance (1945-1981) ?

Un parti dans le parti : singularités de la fédération du Nord sous la IVe République

Laurent Olivier

Texte intégral

  • 1 M. OFFERLE, Les partis politiques, Paris, « Que sais-je ? », 1991, qui montre que le typologiste u (...)
  • 2 P. VEYNE, Leçon inaugurale, p. 13.

1Singularité et conformisme, tels sont les deux éléments apparemment contradictoires caractérisant le socialisme du Nord sous la IVè République. Sans nous livrer à une analyse comparative réductrice qui nierait l'individualité historique de la région, et céderait au travers typologiste1, il nous faut resituer le socialisme du Nord par rapport aux invariants du socialisme français, car « seul l'invariant individualise »2, en ce qu'il permet de retrouver la diversité des phénomènes.

  • 3 H. PORTELLI, Le socialisme français tel qu'il est, Paris, PUF, 1980,214 p.
  • 4 A. BERGOUNIOUX, G. GRUNBERG, Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992, p. 15-16.

2Plusieurs auteurs ont déjà analysé l'originalité, voire l'exceptionnalité du socialisme français. Celui ci n'est pas né de l'ère industrielle, ses racines puisent dans la tradition de la Révolution française. Il se distingue de la tradition social-démocrate par son absence de lien étroit avec le syndicalisme, la faiblesse des effectifs militants, le rôle privilégié du groupe parlementaire, et une sociologie révélant peu d'attributs ouvriers. En somme le parti socialiste français serait l'héritier de la tradition radicale, davantage qu'une émergence du mouvement ouvrier3. En outre, contrairement à ses homologues sociaux démocrates européens, la SFIO tient aussi sa spécificité de la non coïncidence chronologique entre la formation du régime démocratique et celle du parti unifié ; son combat originel ne s'est donc pas identifié à la lutte pour le suffrage universel, d'où sa rhétorique révolutionnaire d'extériorité par rapport au système, tranchant d'ailleurs avec la pratique de la démocratie représentative4.

  • 5 M. OFFERLE. op. cit., p. 25.

3Au delà de cette marque d'exceptionnalité, la SFIO est plurielle, non seulement par sa variété doctrinale. Ce parti comme champ de forces, relation sociale où les agents luttent pour la définition légitime du parti5, se décline selon des modalités diverses.

  • 6 F. LAFON, « Des principes du mollétisme » dans Guy Mollet, un camarade en République, Lille, PUL, (...)
  • 7 M. SADOUN, « Sociologie des militants et sociologie du parti », Revue française de science politiq (...)

4Certaines typologies ont présenté la fédération du Nord comme un modèle « belge »6, ou « social-démocrate »7. Cette hypothèse de départ retient notre attention, avec des réserves qui s'imposent Le socialisme nordiste de l'époque choisie n'est pas en rupture avec les grandes tendances françaises relevées plus haut Comment le serait-il d'ailleurs, puisque malgré sa place singulière dans le socialisme français, il s'identifie d'une certaine façon au socialisme national grâce à son prestige, sa puissance, et l'influence nationale de ses leaders. Le socialisme nordiste, se distingue-t-il donc par ses attributs sociaux démocrates, (enracinement dans le monde ouvrier, mise en place d'un milieu de vie formant une véritable contre société, un sens du compromis, une faculté d'intégration au système politique, un anticommunisme assumé) ? En partie, mais d'autres critères de la social-démocratie, sont moins identifiables, comme la proximité avec le syndicalisme, qui n'est pas établie organiquement malgré les voeux de J. Guesde. L'exception de la fédération du Nord pourrait n'être qu'une illustration de l'originalité de l'identité d'une région où d'autres partis comme le PC ou le MRP ont aussi une structure nombreuse et populaire. Nous nous efforcerons d’étudier l'exceptionnalité nordiste de la SFIO en analysant les ressources que l'organisation puise dans son environnement puis en nous intéressant à la sociologie des militants et de l'organisation. Enfin, 1 identité socialiste du Nord s'analyse aussi à travers ses responsabilités nationales.

1. Un parti sociétal d'extraversion

5Le socialisme nordiste sous la IVè République puise ses ressources au sein d'une nébuleuse intégrant, selon une interaction trinitaire, l'organisation militante, les électeurs et les élus.

  • 8 Gauchissement du discours né du déplacement d'un parti sur la droite à la suite de l'apparition d' (...)
  • 9 Comme l'atteste encore la brochure de R. GERNEZ, « Qui brisa l'unité », en 1947.

6Pour exister, le socialisme du Nord doit s'affirmer face au concurrent communiste, s'extérioriser contre lui. En novembre 1946, les élections législatives dans le département permettent de mesurer cette rivalité (24,7 % des voix au PC contre 23,2 pour la SFIO). Si depuis le congrès de Tours, la SFIO manifestait un sinistrisme8 et entretenait vis à vis du parti communiste, groupe de référence négatif, une vive amertume née de la rupture fondamentale,9 ce phénomène général du socialisme français, prenait une coloration particulière dans une région où les deux partis avaient des caractéristiques sociologiques identiques et une même tendance à s'appuyer sur des matrices communautaires et un fond culturel communs. La référence un peu mécanique à Guesde - A. Laurent est plus proche de l'humanisme de Blum que du matérialisme marxiste de Guesde - est à la fois un signe d'identité fédérale et un objet de concurrence avec le PC. Comme se plaît à le rappeler Laurent, il est d'une fédération « dont le sol a été profondément remué par le soc tranchant de la parole de Guesde ».

  • 10 6 députés SFIO du Nord votent les pleins pouvoirs (Beauvillain, Deudon, Deureuse, Gemez, Saint Ven (...)
  • 11 « Les socialistes sont des salauds, nous aurons bientôt la tête de Blum », s'écrie le secrétaire l (...)
  • 12 Notamment les villes importantes comme Saint-Amand, Valenciennes, Anzin, Denain, Hellemmes, Lomme, (...)

7En 1944, les socialistes du Nord savent que la revendication de la participation à la résistance fera l'objet d'investissements concurrentiels visant à assimiler socialisme et lutte contre l'occupant Communistes et socialistes se réfèrent alors au même système de valeur pour jauger l'efficacité de leur action. Mais très tôt, les socialistes du Nord s'émancipent de cette dépendance vis à vis du PC. Disciplinés, ils n'acceptent qu'à contrecoeur l'unité d'action, A. Laurent avait d'ailleurs exprimé au Comité directeur son refus de toute unité organique. Dés la Libération, les relations entre les deux partis sont plus difficiles qu'ailleurs. Ainsi, à Roubaix, le communiste E. Doyen demande la démission du maire, Provo, pour avoir été nommé par les autorités allemandes. Les adjoints communistes se verront alors retirer leur délégation en juin 1945. Le PC dénonce encore la réintégration d'élus socialistes ayant voté les pleins pouvoirs en juillet 194010. Les actions commîmes se limiteront donc à quelques commémorations, sereines comme celle du 6 février 1934, ou désastreuses comme lors de cette réunion socialo-communiste d'août 1945 qui se dégrade en altercations verbales violentes11. La virulence de l'anticommunisme socialiste du Nord s'amplifie encore lorsque à la suite de la constitution des listes UPRA - dénoncées fermement par Laurent au comité directeur - 78 mairies socialistes de 1935 sont conquises par les communistes12 lors des élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945. Au congrès fédéral du 7 août 1945, à la différence de celui du Pas-de-Calais, le même jour, aucun représentant du PC n'est admis. Le Nord paraît donc déjà affirmer son identité par un anticommunisme bien assumé. En cela, il se rapproche d'une certaine façon de la Social-démocratie qui s'était constituée contre le bolchevisme, même si de temps à autre l'assimilation PC - extrême droite, permet à la SFIO de se positionner à la gauche de son rival, en dénonçant par exemple les relents nauséabonds d'une campagne anti-blumiste qui serait celle d'un « Gringoire communiste » (L'Humanité) quelques années après les accusations calomniatrices subies par Salengro.

  • 13 J. P. BRUNET, « Socialisme et bolchevisme », Revue française de science politique, octobre 1989, p (...)
  • 14 Nord Matin, 10-11 juin 1956.
  • 15 Congrès national, juillet 1953.

8Peu de fédérations ont rationalisé l'anticommunisme comme mode de militantisme à un degré aussi élevé que dans le Nord. D'abord en codifiant le langage anticommuniste, pour faciliter la communication à l'intérieur du groupe grâce à des périphrases (« le journal russe de langue française », pour L'Humanité, « les compagnons du marteau » ; en 1950, le bulletin fédéral demande que les journaux « n'écrivent plus communistes mais staliniens pour parler des gens du parti de Thorez »). Ensuite en médiatisant le thème du complot, à l'occasion des manifestations de la guerre froide, (coup de Prague 1948, Hongrie 1956) ; le siège de Nord Matin était alors gardé comme une forteresse. En 1956, lorsqu'une délégation socialiste se rend à Moscou, les observateurs nordistes paraissent plus sceptiques que les autres sur la rénovation du régime. L'indulgence, voire l'aveuglement que constate J.-P Brunet13 parmi les membres de la délégation contraste avec la prudence des observateurs du Nord, tel J. Piat : « la méfiance a remplacé la peur »14. La réputation de la fédération du Nord doit beaucoup à son anticommunisme singulièrement virulent Lorsque celle ci est enviée, jalousée, comme souvent lors des congres nationaux, où sont poids est prépondérant, elle fait valoir son rôle particulier d'organisation « qui depuis 33 ans barre victorieusement la route au bolchevisme destructeur de l'unité du prolétariat »15. En ce sens, sans incarner un cas unique, elle est une référence, à en croire ce responsable de la fédération du Var qui demande à son homologue du Nord quelques conseils pour gérer la concurrence avec le PC :

  • 16 Lettre du 5 décembre 1946

« Ce sont les fédérations qui comme celle du Nord ont toujours pris soin de préciser les profondes différences entre PC et parti socialiste, qui ont le moins perdu aux récentes élections »16.

9Cette relation conflictuelle avec le PC, fréquente en zone industrielle et urbaine, ne suffit pas à singulariser le Nord, mais sa systématisation s'insère dans une stratégie propre de mise en scène des intérêts sociaux.

  • 17 Ici comme au parti communiste. Voir J. P. MOLINARI, « Les matrices de l'adhésion ouvrière au PCF » (...)

10La tradition socialiste du Nord s'est évertuée à nier la distinction entre la sphère du politique et la sphère du social L'adhésion se fonde encore souvent davantage sur des matrices communautaires créant des liaisons pratiques et immédiates, que sur une référence commune à une idéologie17. A. Laurent, citant paradoxalement le communiste J. Duclos, résume d'une façon peut être idéal-typique, la réussite du socialisme nordiste constitué en contre-société :

  • 18 Intervention au congrès national du 2 au 5 juillet 1953, compte rendu sténo, OURS C 7 1 MM p. 322.

« La force de la social-démocratie dans le Nord est faite de ce que les socialistes sont par milliers dans des centaines d'amicales laïques qu'ils dirigent, dans des groupements d'anciens combattants et victimes de guerre qu'ils animent, d'autres groupements qui groupent des centaines d'adhérents, et où les socialistes croient de leur devoir de travailler, précisément pour faire rayonner l'influence du parti »18.

  • 19 Lettre du 10 avril 1953 au secrétaire administratif.

11Ces réseaux, parfois maîtrisés, constituent moins des lieux d'hégémonie qu'un ensemble de ressources auxquelles le parti a dû s'adapter. Un des espaces communautaires propres à accompagner le parti ou le précéder était la coopérative, notamment celle de l'Union de Lille, dont le rôle économique, éducatif et même culturel permettait de préserver une certaine autonomie de la classe ouvrière, selon une pratique commune dans la social-démocratie belge. Mais sous la IVè République, ce mode d'organisation est en régression et, surtout, semble s'émanciper de la tutelle partisane. Seule l'OSAP, l'imprimerie ouvrière, reste ancrée au parti. En 1954, la section de Lille et la fédération du Nord sont toujours actionnaires de la Brasserie de l'Avenir ; certains socialistes sont membres du conseil d'administration, mais le déclin est inéluctable, malgré les efforts de quelques militants coopérateurs qui suggèrent pour sauver cette coopérative, une ristourne accordée à chaque section en fonction du nombre de consommateurs19.

  • 20 Ils pourront disposer d'une rubrique dans l'Avenir, hebdomadaire de la Fédération SFIO du Nord.

12A la Libération, les socialistes prônent l'indépendance syndicale, mais la proximité existe, trace de l'influence guesdiste, entre syndicat et parti. En 1945, Beyaert, élu secrétaire de l'Union départementale milite aussi à la SFIO, et sera un intermédiaire privilégié entre la tendance FO et la fédération socialiste au moment de la scission syndicale consommée en décembre 1947. Les relations entre les deux tendances syndicales tendent à reproduire les conflits PC/SFIO, d'autant que dans le Nord le courant minoritaire est plus homogène qu'au niveau national, en raison de la faiblesse des anarcho-syndicalistes. Pendant cette période de crise, la SFIO incite les membres du parti à militer au sein de la confédération, pour essayer de rétablir un rapport de force favorable à FO. Les syndicalistes n'hésitent pas à demander l'aide des responsables fédéraux, en déplorant que la minorité « ait perdu des unions locales dans les ville où le parti socialiste est majoritaire » ? Beyreau, l'initiateur du mouvement de grève des postiers en septembre 1946 oeuvre pour le soutien des militants socialistes20.

  • 21 Rapport fédéral sur les GSE, 1947.
  • 22 D'ailleurs, les GSE sont surtout implantés dans des zones à forte présence communiste ou cégétiste (...)

13Dans ce contexte, les Groupes Socialistes d'Entreprise forment un trait d'union privilégié entre le syndicat et la structure partisane proprement dite, malgré une méfiance a priori de l'organisation sur les lieux de travail, qui rappelle l'organisation cellulaire tant dénoncée lors de la « bolchevisation » du PC. Mais précisément, cette concurrence communiste oblige les socialistes du Nord à adopter la même stratégie d'implantation dans l'entreprise. Ainsi, la création des GSE dans le Nord, en mars 1946, sera d'abord un instrument pour soutenir FO contre « les méthodes staliniennes qui avaient assuré aux communistes la direction de la majorité des syndicats ouvriers dont ils utilisaient les puissants moyens matériels au service de leur propagande partisane »21. Malgré les statuts fédéraux de 1947 prévoyant la non ingérence du parti dans la vie syndicale, l'intrusion est fréquente, notamment au moment de la scission syndicale22. Mais dés 1947, les responsables notent le relatif échec de cette forme de militantisme, malgré les 5 422 cartes placées, soit le quart des militants de la fédération. De son côté, FO, gênée dans son recrutement, demande à la fédération SFIO de suspendre cette activité. Les socialistes se sont efforcés d'assurer l'osmose entre syndicat et parti, notamment en encourageant une partition idéologique entre FO et la CGT. Mais malgré une référence souvent évoquée à un « syndicalisme socialiste inspiré de l'exemple belge », l'intégration du parti dans le monde du travail ne va pas jusqu'à la constitution d'un « parti syndical ».

  • 23 R. HOGGART, La culture du pauvre, Paris, Éd. de Minuit, 1986, p. 117.
  • 24 A. Denvers, maire de Gravelines, est président du secteur laïc de Dunkerque. Marcel Darou, député, (...)

14En revanche, la SFIO dans le Nord reste proche du milieu associatif, même organiquement. Après la Libération, les associations d'anciens combattants, particulièrement actives, sont souvent dirigées par des socialistes (Fédération nationale des déportés et patriotes, ou Libération Nord toujours en activité en 1950). La défense de la laïcité s'insère dans un combat classiste, facilitant la cohésion du groupe social en suscitant un principe de différentiation, voire d'exclusion23. La fédération du Nord des oeuvres laïques est la première de France, et les responsables d'associations laïques occupent souvent des fonctions partisanes importantes24. Certes l'association ne se met pas au service du parti, mais représente un mode de continuation du politique par d'autres moyens. Elle révèle aussi la concurrence entre PC et SFIO pour la maîtrise des intérêts sociaux organisés, les élus socialistes sont sollicités par les responsables laïcs socialistes, en vue de subventions, pour remettre le mouvement sur pied à la Libération. En outre les associations laïques sont parfois le lieu de conflits politiques pouvant aboutir à des scissions, comme celle de la « libre pensée ouvrière » en mars 1952, le socialiste Jacobs avec le soutien d'A. Laurent, décidant de fonder une nouvelle amicale libérée du « noyautage stalinien », et se référant clairement aux valeurs et aux figures socialistes.

  • 25 S. COURTOIS, « Identité ouvrière, identité communiste, Construction et déconstruction du communism (...)
  • 26 J. M.BROHM, Sociologie politique du sport, éd. J.-P. Delarge, 1976, p. 243.

15L'un des modes d'extraversion les plus singuliers et efficaces du socialisme du Nord, est son intégration dans les réseaux de sociabilité valorisant le statut de l'ouvrier et constituant un ensemble de ressources du parti La fédération du Nord, d'abord en quête d'une morale propre à unifier le groupe, à assurer le « principe de conformité »25 s'intéresse peu aux débats idéologiques. En ce sens elle ressemble à la population qu'elle prétend défendre prioritairement : les classes populaires qui, observait R. Hoggart, ont un sens du particulier et du concret qui les éloigne des schémas théoriques. Comme son concurrent le PC, la SFIO dans le Nord a compris l'intérêt de réveiller l'esprit de classe au sein d'une population qui ne perçoit peut être sa position sociale que d'une façon strictement négative. La Fédération Sportive et Gymnique du Travail agrège des hommes et consacre leur autonomie sociale en dehors du lieu de travail Avec ses 200 clubs groupant 15 000 jeunes en 1949, L'organisation sportive travailliste peut constituer un maillon solide de type social-démocrate, appliquant concrètement, ce qui, dans le socialisme français ne relève souvent que de l'artifice discursif : la fusion du politique et du social. Les conflits politiques peuvent trouver dans la manifestation sportive leur traduction symbolique et médiatisée26. C'est là le sens de l'intervention de Leulier, responsable de la FSGT et militant socialiste, lors du congres fédéral de la SFIO en 1946 :

  • 27 L’Avenir, 26 août 1946.

« les sportifs ne peuvent et ne doivent rester neutres, [ils] ont le devoir de penser politiquement à l'administration de leur pays. Dans la pratique de l'expression physique devrait être compris l'enseignement des mouvements de masse servant aux démonstrations collectives et de propagande »27.

  • 28 « faire propagande utile auprès des organisations se réclamant de l'émancipation totale et interna (...)
  • 29 Même si elle accueille aussi les communistes et les syndicalistes.
  • 30 Lettre du secrétaire de la FSGT à la fédération socialiste, 26 Août 1946.
  • 31 Par 198 voix contre 75 et 10 abstentions.
  • 32 De cette scission naîtra une FSGT autonome, toujours dirigée par les socialistes Leulier et Van Wo (...)

16La FSGT est donc une organisation engagée politiquement - comme le prévoient d'ailleurs expressément ses statuts28 - regroupant des sociétés dont le rôle contribue au développement social du parti. Connue surtout comme une ramification communiste, dans le Nord, l'organisation reste, jusqu'en 1951, suffisamment proche de la SFIO pour que soit exposé à chaque congrès administratif fédéral un rapport sur la FSGT29. Le soutien qu'accorde le parti à cette organisation est à la fois moral et matériel ; Leulier ne manque d'ailleurs pas d'arguments lorsqu'il demande un appui financier : « Nous menons au sein de la FSGT toute l'action désirable pour conserver au sport ouvrier l'empreinte dont il a été marqué par le socialisme »30. Pourtant, les socialistes se voient reprocher régulièrement par les responsables de ne pas militer suffisamment au sein de la FSGT. De fait, à l’aube des années cinquante, le pôle de l'organisation partisane rejoint moins efficacement celui de l'organisation sociale. Le comité régional du Nord de la FSGT, majoritairement socialiste, rompt le 24 septembre 195031 avec la fédération nationale, trop ouvertement communiste, et perd son rôle politique32.

  • 33 Entretien avec P. Mauroy, 18 janvier 1992.
  • 34 8 clubs en 1957, totalisant 662 cartes. On en comptera 13 en 1960 avec un doublement des effectifs
  • 35 Rapporté par P. Mauroy, ibid.
  • 36 Lettre du secrétaire de section à la Fédération, 7/02/1954.
  • 37 Lettre du secrétaire administratif à Derique, président de la fédération Léo Lagrange pour le Nord (...)

17En revanche, avec l'apparition des clubs Léo Lagrange dés 1951 - à l'initiative de P. Mauroy qui voulait s'inspirer du modèle suédois en réalisant le triptyque parti politique - coopérative - mutualité33 - le Nord paraît renouer avec un élément de social-démocratie. En rupture avec les anciennes pratiques, cette forme d'organisation se distingue paradoxalement de la rigueur du guesdisme organisationnel consacrant le primat du parti. Le démarrage, assez lent de ces organismes de loisirs et d'éducation34, suscite les réticences d'un Guy Mollet pour qui « on ne fait pas de socialisme en jouant au ballon »35. Les foyers Léo Lagrange, d'abord créés à partir des sections jeunes s'ouvrent progressivement à une population plus large, mais si les statuts ne font nullement allusion à un lien entre le parti et les foyers, le rôle de propagande politique est indéniable comme dans le foyer Léo Lagrange de Cambrai, regroupant le quart des effectifs du Nord, perçu par la section comme « un élément précieux de propagande dans cette ville bourgeoise où les adhésions doivent être arrachées au prix d'efforts acharnés »36. Presque tous les dirigeants du comité du Nord de la fédération Léo Lagrange sont membres du Parti, malgré la distinction statutaire, et la volonté de discrétion du secrétaire administratif de la fédération du Nord SFIO qui juge inopportun de publier dans les rapports du congrès l'étude sur la fédération des foyers37.

  • 38 A. Laurent recommande, en 1948, d'éviter les réunions de section dans les cafés, lieux plutôt masc (...)

18Ainsi, le socialisme du Nord conserve des marques importantes de son ouverture dans le monde social Les lieux de sociabilité ne sont plus toujours les mêmes, le parti se réunit moins dans les cafés38, même s'il y organise encore souvent des concours de « 421 », mais la grande fête annuelle de Phalempin, qui rassemble de 50 à 70.000 personnes, symbolise cette tradition d'ouverture sur l'extérieur.

2. L'osmose de l'élu et du parti

  • 39 Congrès de Puteaux, 5 et 6 février 1955, compte rendu p. 361.
  • 40 F. LAFON, « Des principes du mollétisme », loc. cit.

19De tradition et de filiation plutôt radicale, le parti socialiste en France, a toujours davantage souffert de son déficit d'effectifs que de son manque d'élus. Alors que certaines fédérations, comme celle de l'Isère au congrès national de 195539, revendiquent une représentation au congrès basée sur le poids des élus, A. Laurent refuse que le parti « n'existe plus que sous forme de comités électoraux composés de grands électeurs rassemblés autour de personnalités élues ». Le modèle du Nord est caractérisé par un lien constant entre la direction fédérale et la fédération départementale des élus, la section et la municipalité. Mais dans ce modèle dual, prime le tropisme de l'autorité partisane à la différence du « modèle napolitain »40 de Marseille privilégiant plutôt le clientélisme.

  • 41 Ibid., p. 222.
  • 42 Lille-Roubaix-Tourcoing, Armentières. Mais aussi au sud Cambrai, Caudry, Fourmies, Trélon.

20L'implantation de la SFIO dans le Nord est la manifestation d'un profond enracinement guesdiste. La stratégie semble être la présence du parti partout, « au mieux des habitudes et des nécessites locales », comme le recommandait de façon pragmatique Guesde41. Dés 1946, les effectifs militants (25 013 adhérents, 376 sections) ont dépassé le niveau de 1937 (23 640 adhérents, 369 sections) et en 1947, près de la moitié des communes du département ont leur section. L'implantation de ces dernières est, comme autrefois, plutôt urbaine notamment dans quatre zones de forces qui se distinguent (littoral du département, agglomération lilloise, région de Saint Amand et du Valenciennois, sud du département). La Flandre, rurale conservatrice et religieuse reste imperméable à l'implantation partisane socialiste. La localisation socialiste en 1946 reste bée comme à l'époque du POF à l'activité économique, textile42 et industrielle, avec un peu plus de difficulté dans le bassin houiller, la vallée de la Sambre, et le Valenciennois, lieux historiques du PC, plutôt que de la SFIO.

  • 43 Si les taux d'adhésion importants se rencontrent surtout dans les villes aux sections nombreuses e (...)

21En 1947, le taux d'adhésion par rapport à la population totale est plus important au niveau de notre département qu'au niveau national (respectivement 1,23 % contre 0,73) c'est là le signe d'une mobilisation plus efficiente de la population. Davantage qu'ailleurs on peut parler d'un parti de militants, même si cette supériorité n'est pas uniforme ; le taux d'adhésion reste généralement plus faible dans le sud du département, plus communiste, mais aussi autrefois plus radical43.

  • 44 Regroupant elles-mêmes la moitié de la population de l'arrondissement.
  • 45 Regroupant 62 % de la population.

22La répartition des effectifs par rapport aux catégories de commune, en 1947, révèle que la proportion la plus importante se trouve dans les villes les plus nombreuses (29 % dans les commîmes de 20 000 habitants et plus). En revanche, la sur-représentation des effectifs militants par rapport à la population globale est plus forte dans les communes faiblement ou moyennement peuplées, comme si dans ces lieux, la population moins atomisée avait une conscience d'appartenance à une communauté plus forte, facilitant ainsi la conservation ou le développement de réseaux de sociabilité qui constituent un terreau essentiel de l'expression et de la vie partisane. Notons que dans l'arrondissement de Lille, 51 % des adhérents sont implantés dans les communes de plus de 20 000 habitants44 alors que dans l'arrondissement d'Avesnes, les communes de moins de 5 000 habitants45 contiennent 80 % des effectifs.

23La fédération du Nord connaît une certaine stabilité au regard du déclin que connaît l'ensemble du parti à partir de 1947 et jusqu'à la fin de notre période. Certes, en 1954, la fédération ne compte plus que 12 764 membres, soit un peu plus de la moitié des adhérents recensés 8 ans plus tôt. Mais dans le même temps, l'ensemble de la SFIO ne peut plus compter que sur 31,8 % des effectifs de 1946. La situation du socialisme du Nord, grâce à un ancrage local structurel d’origine culturelle, reste donc relativement moins dépendante de l'évolution nationale. Pourtant, la stratégie d'implantation locale semble moins efficiente, car en 1955, il ne reste plus dans le département que 63 % des sections en activité en 1946. Mais cette désagrégation s'analyse surtout en Flandre et dans le sud du département, où l'implantation est relativement faible, (arrondissements de Douai, Cambrai, Avesnes), alors que l'implantation des maires socialistes après trois élections successives 1945,1947, 1953, révèlent ici une certaine stabilité suggérant un socialisme municipal moins vulnérable que le socialisme partisan. Peut être cette zone est elle davantage caractérisée par un notabilisme socialiste plus conforme au « modèle français » empreint de radicalisme. Ailleurs, les structures partisanes se maintiennent, assurant une pérennité du socialisme organique.

24Le vote aux législatives ne dément pas cette interdépendance du socialisme électoral et du socialisme d'adhésion partisane. Cette coïncidence est manifeste en 1946 - même si l'implantation du taux d'adhésion est nettement plus contrastée et amplifiée que celle du vote socialiste - surtout dans les cantons des personnalités importantes implantées dans des lieux socialistes traditionnels (Laurent à Pont-à-Marcq, Gernez à Cambrai, Thomas, Le Quesnoy). En 1951, dans la majorité des cantons de l'Avesnois et du Cambrésis, la proportion des adhérents baisse de moitié et correspond moins qu'ailleurs à l'évolution du vote socialiste. Ici, le rôle des élus semble dominer celui des militants. Cette tendance à la radicalisation se reproduit d'ailleurs en 1956 et en 1958 souvent dans cette même zone et le Valenciennois. Pourtant le phénomène général de coïncidence entre vote socialiste et adhésion résiste bien, les lieux d'implantation électorale et militante restent les mêmes ; l'identification partisane est pendant cette période relativement moins sensible aux événements que l'identification électorale.

  • 46 Premier maire socialiste d'une grande ville, Carette sera à l'initiative des premières cantines sc (...)
  • 47 Guesde qui s'éloignait d'abord du socialisme municipal de Brousse, en considérant l'exercice du po (...)

25Très tôt le socialisme dans le Nord est parti à la conquête des mairies, notamment depuis Carette46 en 189247. La scène électorale municipale est particulièrement adaptée à la dimension des réseaux socialistes. Associée au parti, la municipalité socialiste reste un heu de militantisme après la Libération, notamment grâce au rôle joué par la ville de Roubaix, restée aux mains des socialistes sous l'occupation, à la demande de Lebas. La municipalité est surtout le heu du socialisme de l'action, de la gestion, le cadre d'un des principes constants du socialisme dans le Nord : le politique doit se fondre dans le social et l'économique. La municipalité socialiste semble avoir repris en charge les réseaux déclinants de la sociabilité para-partisane à partir des années cinquante. Elle est alors un des éléments de l'autonomie ouvrière que réalise cette contre-société où sont en interaction le monde social, l'institution représentative, et le parti.

  • 48 Ce qui provoquera parfois des conflits entre la section et la municipalité socialiste, lors des vo (...)

26Cependant, pendant notre période, la SFIO préfère s'allier avec le MRP que de refonder l'union originelle avec les communistes. Le sens pratique du socialisme nordiste peut, il est vrai, s'accommoder d'une démocratie chrétienne particulièrement en raison d'une base populaire dans le Nord, rend sensible aux problèmes sociaux. Les deux traditions partagent le refus d'une conception libérale basée sur la spécification du politique et son autonomie par rapport au social et à l'économie48. Mais la municipalité socialiste reste un heu singulier de militantisme. On y retrouve encore parfois, comme à Lille en 1946, les « scouts municipaux », fondés en 1935, favorisant l'éveil d'une conscience communautaire alternative aux scouts catholiques, et dont l'esprit n'est pas très éloigné de celui des faucons rouges. La commune fournit parfois des subventions à des associations proches de la nébuleuse socialiste, comme le syndicat municipal de la ville de Lille, ou l'association des « libres penseurs » dont on connaît la proximité avec la SFIO. L'interventionnisme municipal est parfois engagé, comme à Roubaix et à Armentières en 1950 quand le conseil municipal vote des subsides en faveur des grévistes, même si Provo, maire de Roubaix préfère une aide individualisée aux plus nécessiteux à un soutien officiel au mouvement de grève.

27Le parti a besoin de la faculté qu'a l'élu de restituer la dimension humaine d'une collectivité. Ainsi, l'hommage posthume rendu à Denis Cordonnier, ancien maire de Lille, est indissociable du souvenir de Salengro. Déjà en 1945, un mémorial réunissait le double souvenir de Salengro et de Delory. Cette inscription dans une continuité rappelle que l'élu est le serviteur d'une cause qui le dépasse : le socialisme, et surtout le parti.

  • 49 Entretien du 8 décembre 1991.
  • 50 Ce que J.-P. Molinari observe pour les municipalités communistes avec ses « micro-systèmes locaux (...)

28Les instances fédérales insistent donc particulièrement sur la force de pénétration électorale au sein de la population. En 1950, A. Notebart souhaite la multiplication de réunions d'élus dans l'ensemble du département En fait, souvent, la municipalité socialiste va suppléer la défaillance progressive des militants, comme à Roubaix où - ainsi que nous 1'explique R. Vanovermeir - « de plus en plus on va arriver à une structure beaucoup plus administrative, étant donné que la direction du parti se trouve pratiquement dans un service municipal »49, avec un chef de service qui alterne sans heurt la tâche de fonctionnaire et la fonction militante. De plus en plus, dans les années 50, alors que les professions de foi ne sont pas encore distribuées de façon officielle, ce sont les porteurs municipaux qui vont se substituer aux militants pour en assurer la distribution50.

  • 51 D. LACORNE, Les notables ronges, Paris, FNSP, 1980, p. 72.

29La fédération départementale des élus, par sa mission d'éducation et de soutien assure le lien entre l'organisation partisane et les élus. En rappelant leur nécessaire allégeance au parti, elle réfrène la tendance au notabilisme et les risques d'une insertion non maîtrisée de l'élu au sein du système politico administratif51. Dans le Nord, l'élu est un produit de l'organisation du parti, et le secrétaire fédéral rappelle que les mandats n'appartiennent pas aux individus. Son action est standardisée par les nombreuses circulaires (14 en 1953), et discours type, sa présence au congrès contrôlée par la sanction symbolique que représente la publication des absences. Laurent demande qu'il n'y ait aucune réunion municipale sans une réunion préalable des élus du parti. Les statuts de la section de Lille de 1949 prévoient d'ailleurs que le groupe municipal soumet préalablement à la Commission Administrative les questions soulevées à la séance publique du Conseil municipal Notebart suggère même - la proposition, même non retenue, est significative - que pour les élections municipales de 1947 les candidats signent une démission en blanc pour permettre l'élection des candidats les plus actifs. Pourtant ici aussi, la singularité tend à s'estomper, et apparaît parfois la nostalgie d'un passé où avec moins d'élus, le militantisme était plus actif :

  • 52 CAF, 21 mars 1949.

« La situation, explique A. Laurent, n'est pas meilleure aujourd'hui qu'elle compte 160 maires et 2 000 élus municipaux qu'au temps où elle n'en avait que cinquante. Les élus étaient alors militants du parti avant d'être élus. Dans un grand nombre de localités où nous tenons les municipalités, les élus n'osent pas montrer qu'ils sont socialistes »52.

  • 53 Malgré la débâcle socialiste de 1958, le Nord a pu conserver la moitié des élus de 1956, et a moin (...)
  • 54 Ex : section de Neuvilly en 1947, 6 élus socialistes, dont le maire et l'adjoint ; la section ne c (...)

30Pourtant, la fédération du Nord a besoin d'un tissus d'élus sur l'ensemble du territoire, et le scrutin de 195853 montre que ses candidats sont favorisés par le scrutin uninominal qui encourage une identification communautaire. Le système doit rester souple : l'élu municipal est statutairement responsable devant la section, mais c'est souvent l'élu qui fait la section54, particulièrement dans la moitié sud du département Si en 1953, le désaccord entre la section de Dunkerque et la tête de liste aux municipales aboutit à l'exclusion de celui ci, la direction fédérale est plus souple avec P. Forest, sanctionné en 1945 pour son refus de l'alliance avec les communistes, mais réintégré pour asseoir une présence socialiste dans un territoire où le militantisme est plus faible.

3. Une organisation dense de militants ouvriers

  • 55 La constance de l'adhésion n'est pas absolue, puisque les membres du parti n'achètent que 8,9 timb (...)

31La fédération du Nord est structurellement centralisée et bureaucratique, à l'image du règlement de la section de Lille, modifié en 1949 pour centraliser les comités et augmenter le nombre de cadres ou de postes à responsabilité. Les responsables fédéraux, d'une vigilance extrême, rappellent à l'ordre les sections affaiblies ne serait-ce que de quelques feuillets55. Et si la seule section de Lille représente prés de 15 % des effectifs départementaux, le secrétaire d'une section de 13 habitants, soit 0,1 % de la population fédérale, fera l'objet des mêmes préoccupations, car la puissance numérique ne se conçoit pas ici sans une implantation horizontale qu'il faut préserver, au moyen notamment du comité de canton, structure intermédiaire entre la fédération et la section, animée par l'élu cantonal suppléé en cas de négligence par un délégué fédéral. A. Laurent note d'ailleurs que

  • 56 CAF, 5 février 1951.

« Les sections sont plus nombreuses et maintiennent mieux leur vitalité là où les comités cantonaux fonctionnent régulièrement La faiblesse est plus grande dans les cantons où le comité n'existe pas et où le conseiller général n'utilise pas l'autorité que lui procure son mandat »56.

  • 57 Voir enquête de P. Rimbert, 1954.
  • 58 Circulaire fédérale, 26 janvier 1956.

32En quête d'efficacité, la commission fédérale décide en 1946 à l'initiative du secrétaire fédéral de réorganiser le secrétariat en prévoyant trois secrétaires permanents, alors que dans beaucoup d'autres fédérations, ce souci de spécialisation n'est pas de règle, comme le notent les délégués nationaux auprès des fédérations. La communication prend des formes nombreuses et régulières, comme les circulaires, à l'impact parfois aléatoire, et la correspondance aux sections, souvent rédigée de la main même du secrétaire fédéral, pour faciliter les relations « centre-périphérie ». Mais le militantisme du Nord, c'est aussi les réunions, qui doivent se tenir même dans les lieux les plus reculés. Pour la seule moitié de l'année 1945, 341 réunions sont organisées dans 179 communes du département ; plus de 1 000 le seront l'année suivante. Leur organisation reste centralisée, notamment quand le concours d’une personnalité ou d'un élu est sollicité ; la demande doit transiter par le secrétariat fédéral, règle qui n'est pas toujours respectée. Mais dés 1948, A. Laurent constate que les réunions ne sont plus la forme de propagande la plus efficace. Seuls 35 % des adhérents assistent aux réunions et 52 % des sections organisent des réunions une fois par mois, mais ce rythme est toujours plus fréquent qu'au niveau national57. Le 2 janvier 1956, à la suite du succès électoral, la fédération du Nord affirme encore la primauté de l'organisation partisane, en relativisant presque la légitimité du suffrage universel : « Quelle que soit notre satisfaction, nous devons toujours nous souvenir qu'une victoire électorale n'est pas tout II faut redoubler d'effort dans la propagande et le recrutement »58.

  • 59 A. LAURENT, Congrès fédéral, 23 février 1958.
  • 60 Congrès National 1948.

33C'est là une question de prestige, mais aussi d'influence, en terme de mandats aux congrès nationaux, et la déception de l'objectif trop optimiste du doublement des effectifs de 1956 suscite une inquiétude particulière, car « notre fédération risquerait de perdre la première place qu'elle tient depuis de nombreuses années »59. Des délégations sont invitées à récupérer les brebis égarées, la fédération envisage aussi l'utilisation de cartes de sympathisants, et des réunions conviviales avec tombola. Mais si le responsable fédéral se montre parfois pessimiste et dénonce le manque de dynamisme des militants, la fédération du Nord est toujours présentée à l'extérieur comme un modèle à suivre aux congrès nationaux : « ce n'est pas un hasard, annonce le trésorier national Provo, qu'une fédération comme le Nord ou le Pas-de-Calais conserve son recrutement, on n'a pas enregistré de baisse dans ces fédérations »60.

34Mais le seul poids quantitatif des effectifs est insuffisant sans une force militante qualitative, comme le suggère cet avertissement d'A. Laurent au congrès fédéral de 1955 : « nous pouvons craindre que ne lisant pas, nos nouveaux membres ne restent que des adhérents au heu de devenir des militants avertis ». Dés 1946, d'ailleurs, H. Kints est chargé de mettre en place un « cours d'éducation socialiste » dans plusieurs arrondissements du département.

  • 61 Pour reprendre l'expression d'A. KRIEGEL, parlant du PC, Les communistes français, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 62 Compte rendu Congrès 1953, OURS.
  • 63 Nord Matin, 8-9 avril 1956.

35La tendance nettement ouvrière du profil socioprofessionnel des adhérents rapproche le socialisme du Nord des partis sociaux-démocrates, même si la définition du parti de classe, que revendique être la fédération du Nord, n'est pas qu'une « caractérisation sociale inerte »61. Le discours socialiste du Nord n'échappe pas à une utilisation doctrinale et finalisée de la notion de parti de classe, entendue dans l'ensemble de la SFIO, mais il a ici davantage de crédibilité. On oppose volontiers le bon sens du militant ouvrier à la conduite irresponsable de l'intellectuel incapable d'intégrer une structure organisée. Certains, comme ce secrétaire de la section de Cambrai, dénoncent même l'embourgeoisement du parti. Les responsables, qui savent que la mémoire de classe est plus forte encore que celle du parti, ont même tendance à surestimer le caractère ouvrier de la fédération du Nord par rapport à ses homologues. Ainsi, Victor Provo n'hésite pas à annoncer au congrès national que les sections du Nord sont composées « presqu'à 90 % d'ouvriers »62. Ce mythe de l'homogénéité sociale, régulièrement entretenu, est une marque d'identité fédérale autant qu'une explication légitime de la cohésion du socialisme nordiste. Ici, prestige oblige, le combat politique doit rejoindre le combat social, « toute l'histoire de notre fédération du Nord est intimement bée à celle du mouvement ouvrier lui-même »63. La composition socio-professionnelle effective des adhérents, moins typée que ne le prétend la rhétorique ouvriériste, reste nettement plus ouvrière que ne le révèle la moyenne nationale.

36En 1954, plus de la moitié (51 %) des adhérents de la fédération du Nord sont des ouvriers, alors que la moyenne du parti n'en compte que 33,6 %. Elle appartient davantage à la main-d'oeuvre de l'industrie privée que du service public. La part des agriculteurs (1 % des adhérents) est nettement plus marginalisée qu'au niveau national (8 %). Le clivage rural/urbain, est ici plus fort qu'ailleurs. Par rapport au niveau national, la catégorie des patrons de l'industrie et du commerce est nettement sous représentée (Nord, 8, 9 ; ensemble SFIO, 11,9. Ainsi, 68 % de la population adhérente socialiste du Nord est considérée comme populaire et salariée, caractéristique qui ne se vérifie que dans 55 % des cas au niveau national la composition socioprofessionnelle est celle d'un parti social-démocrate.

  • 64 Proportion des différentes catégories socioprofessionnelles par rapport à leur représentation dans (...)

37L'étude du taux de la représentation de la population du Nord dans la fédération socialiste du département, ou indice d'originalité64, complète l'analyse. La très nette sous représentation des agriculteurs est confirmée puisque leur proportion dans la fédération du Nord est de moins de 20 % (18,7) de leur représentation au niveau de la population départementale, alors que l’indice national est plus élevé (35). La représentation de la population ouvrière du parti est gonflée par rapport à sa place - déjà importante - dans la société (119,6) et de façon un peu supérieure à la tendance nationale. Alors que la part de la représentation des commerçante dans l'ensemble de la SFIO est légèrement supérieure à celle qui existe dans la population globale, cette proportion est de moitié dans la fédération du Nord. Mais le constat le plus singulier concerne les professions libérales. Sous représentée dans le parti socialiste nordiste par rapport à la population départementale (indice 97), cette catégorie a dans le parti au niveau national une proportion presque quatre fois plus élevée que celle qu'elle a dans la société globale (indice 380). Cette tendance connue du socialisme français, qui nous ramène à son inspiration radicale, n'a donc aucune répercussion sur le socialisme nordiste. En sommes, la fédération SFIO du Nord tend plus à sous représenter certaines catégories, notamment celles des non salariés qu'à en hypertrophier d'autres.

  • 65 On notera que la section de Lille (41 %) est nettement moins ouvrière que sa voisine de Roubaix (6 (...)

38La composition socioprofessionnelle n'est pas uniforme dans le département La proportion des ouvriers est surtout élevée dans les arrondissements de Douai (60 %) Lille (55,3) et Cambrai (57,85). On remarquera particulièrement la section de Roost-Warendin (135 adhérents) dont la composition est ouvrière à 98 % si l’on exclut les sans profession65. Dans le Dunkerquois et l'Avesnois, l'influence guesdiste a pu être moins forte, et la sociologie se banalise davantage, sans reproduire pourtant le modèle global de la SFIO. Dans le sud du département, la proportion d'agriculteurs est plus élevée qu'ailleurs, ainsi que celle des professions libérales (2,41 dans le Cambrésis, 3,2 dans l'Avesnois). Peut être faut il y voir la trace d'un radicalisme sur le plan sociologique.

  • 66 Analyse des membres de la commission administrative pour toute la période 1945-1958, il s'agit don (...)

39La tendance au vieillissement du parti socialiste sous la IVè République se vérifie aussi bien au niveau de la fédération qu'à l'échelon national. Les plus de 50 ans représentent la part la plus élevée (41 % dans le Nord, 38,2 pour l'ensemble du parti), la proportion des moins de 25 ans dans le parti du Nord est dix fois moins élevée que dans l'ensemble de la population départementale. Pourtant, la fédération du Nord parait pouvoir enrayer la chute inéluctable des effectifs de la SFIO, grâce à un meilleur potentiel de renouvellement que dans l'ensemble du parti, où les moins de 25 ans ne représentent que 2,7 % des adhérents alors qu'ils sont 4,5 % dans le Nord à permettre la relève. Cela tient sans doute à la qualité de l'encadrement militant, et à la solidité de l'organisation : la fédération du Nord des jeunesses est la première de France, la plus disciplinée aussi. Ce phénomène est à relier à celui de la meilleure résistance nordiste au déclin quantitatif. Quant au handicap que représente la vieillesse de la population militante, il peut être transformé en atout symbolique : un vieux militant qui a pu connaître Guesde ou Delory, participe à la mémoire vive de la fédération, et les responsables fédéraux se plaisent à transmettre ce patrimoine vivant, comme en 1955, lorsque la fédération honore ceux dont l'engagement politique est né avec la SFIO elle-même, 50 ans plus tôt Le profil sociologique des cadres fédéraux, différent, n'échappe pas à un certain « embourgeoisement » à mesure que l'on gravit les échelons. Sous la IVe République, les principaux animateurs, Laurent et Provo, sont d'origine ouvrière. Mais pendant la période étudiée, on est frappé par la différence existent entre la population de base, et celle des dirigeants de la commission administrative66, où les deux catégories les mieux représentées sont les professions libérales - cadres supérieurs, et les cadres moyens (65 % des effectifs de la direction fédérale), alors que les ouvriers avec moins de 10 % ont une proportion quatre fois moins importante que leur représentation dans la société. Beaucoup appartiennent au secteur public, notamment l'enseignement (M. Darou, E. Thomas). Mais en s'intéressant à l'itinéraire des individus, on note qu'une importante majorité des dirigeants (67 %) est originaire de famille ouvrière, même s'ils ont réussi socialement Les autres descendent de familles modestes (instituteurs artisans, petits cultivateurs), ils sont le produit de la promotion sociale par le mérite. Ils ont une soif de connaissance identifiée à un combat de classe, dans un contexte souvent difficile, parfois hé d'ailleurs à une carrière para-politique comme Delvainquière d'abord commis à la mairie de Roubaix pour en devenir ensuite le secrétaire général. Beaucoup ont ensuite hérité d'une culture politique, comme Laurent dont le père était responsable de la section de Wahagnies, ou Provo dont le père était « libre penseur », ainsi que Charles Saint Venant On ajoutera que les antécédents dans la Résistance sont indispensables, et dans le syndicalisme, bienvenus (Dewasmes, Thomas, Debesson).

40Autre élément significatif du Nord, la stabilité des élites peut être un indice de sclérose de l'appareil. Plus de la moitié des membres de la commission administrative fédérale, recensés de 1945 à 1958, sont restés en place pendant au moins 5 des 13 années retenues. Ils sont d'ailleurs 32,5 % à rester en place pendant cette période, malgré les renouvellements partiels annuels, souvent justifiés par le décès où à l'âge avancé. On ne retrouve pas ici la logique de la rotation au Comité directeur, qui a une réelle signification politique, comme en 1946 lorsque 60 % de ses membres seront remplacés. La direction fédérale est donc vieillissante, puisqu'en 1958, 70 % des membres ont plus de 50 ans, alors que cette tranche d'âge était de 28 % en 1945. Dans le Nord la composition de la direction ne dépend pas des crises politiques qu'a traversées le parti.

  • 67 Le secrétaire fédéral est aussi un homme polyvalent, un travailleur manuel qui avait par exemple n (...)

41Contraint de lever une certaine contradiction entre le discours, classiste, égalitaire, et l'autorité du leader dans une structure centralisée, le dirigeant doit toujours s'identifier au militant de base, et cultiver le mythe d'une fédération ouvrière de la base au sommet Ainsi Laurent doit s'inscrire dans une filiation populaire, à la suite d'un Delory « qui vivait parmi les ouvriers dans une atmosphère de confiance et de cordialité », il ne doit agir, modestement, qu'au nom de la collectivité du parti. Ainsi, en 1952, après la mort de Cordonnier, Laurent aurait dû remplacer l'ancien maire de Lille à son poste de député, mais préférera servir l'organisation du parti, tandis que Provo n'acceptera ce mandat que sur la pression du parti. A la différence des grands leaders intellectuels comme Blum, férus de débats doctrinaux, les secrétaires fédéraux du Nord ont toujours privilégié un militantisme de proximité, comme l'exprime Roger Laurent, parlant de son père : « avant d'être député, le militant politique, dans son coin démêlait les affaires, c'était le conciliateur et surtout l'avocat... la base du militant local, c'est de prendre en charge les petites affaires des gens simples qui ne se débrouillaient pas »67. Quoi qu'il en soit, jamais le dirigeant ne peut légitimement rappeler sa supériorité intellectuelle ou sociale, ni même se prévaloir de sa position dans le parti. Ainsi, A. Coquart, membre de la CAF et professeur agrégé, n'a pas le profil du militant de base. En 1955, il heurte la susceptibilité des fonctionnaires membres de la Commission Administrative de la section de Lille en dénonçant leurs interventions comme trop catégorielles. Le secrétaire de la section, indigné de ce qui est perçu comme une ségrégation de la base militante par l'oligarchie fédérale, prononce alors un plaidoyer pour les agents municipaux élus à la CA :

  • 68 Lettre de Montagne à Bertrand, 5 décembre 1955.

« Imagines-tu que je puisse n'éprouver aucune peine, moi agent communal, à constater qu'aujourd'hui des camarades qui ont oeuvré à rendre au parti l'hôtel de ville de R. Salengro (Laurent est maire de Lille depuis 1955) soient considérés comme indésirables, penses tu que je ne préfère pas mille fois des hommes comme Choquel, Decottignies, Godinot, Legros... à ceux qui, hauts fonctionnaires et membres du parti se terraient comme des lapins et semblent aujourd'hui démontrer au personnel que rien n'a changé à la mairie ? »68

42La rétribution du militantisme, matérielle ou symbolique, est un moteur important de la force structurelle de la fédération et de sa légitimation. Elle se vérifie notamment a contrario dans cet exemple où le directeur d'un dispensaire se plaint de ne pas avoir été récompensé d'un poste de dirigeant fédéral alors qu'il a pris le risque d'aider matériellement, dans le cadre de ses fonctions, les militants du parti. « l'injustice » sera réparée en 1949 par son élection à la commission administrative. En ce sens, la hiérarchie partisane est une condition de la rétribution des militants, elle même propre à renforcer la structure fédérale. De façon plus exceptionnelle, certains militants en difficulté, qui ont beaucoup oeuvré pour le parti ont parfois été aidés financièrement.

  • 69 Leers 88,8 billets vendus par adhérent, Roubaix, 68.

43La rétribution peut être collective, en même temps que sélective. Valoriser une section permet un mode d'identification plus communautaire. Chaque congrès fédéral est alors l'occasion pour les sections de se mesurer sous le patronage du secrétaire fédéral, grâce par exemple à la vente de billets de tombola organisée depuis 1948. Un tableau est publié dans le rapport annuel avec les résultats respectifs des sections. C'est alors la revanche des petites sections qui semblent éclipser leur grandes soeurs, fortes de leur poids quantitatif, puisque les performances des premières sont parfois meilleures que celles des secondes69.

4. Une fédération unie autour d'Augustin Laurent : identité fédérale et vocation nationale

  • 70 V. PROVO, L'Avenir, 26 août 1945.

44Les délégués du Nord étaient parmi les plus farouches défenseurs de la réforme statutaire du congrès national de novembre 1944 supprimant la représentation proportionnelle au sein des instances dirigeantes et par là même le droit de tendance : « les guesdistes que nous sommes n'ont pas à être effrayés par les modifications proposées par les statuts »70. Méfiante vis à vis des tendances, la fédération du Nord a toujours affiché un unanimisme presque sans faille, souvent critiqué par les autres fédérations, mais défendu comme un patrimoine culturel :

  • 71 Congrès national, compte rendu, 1953, OURS.

« Ce qui heurte certains camarades, c'est ce que l'on appelle l'unanimisme de la fédération du Nord, d’autres ont dit le monolithisme de la fédération du Nord. Cette situation est aussi vieille que la fédération du Nord elle-même, on nous le reprochait déjà au temps de Guesde, et plus près de chez nous au temps de R. Salengro »71.

45Ainsi, Laurent explique que malgré son désaccord avec la majorité de la commission en 1951 sur la loi des apparentements, il s'est rallié à ses camarades et a même défendu cette thèse au congrès fédéral.

  • 72 Y. ROUCAUTE, Histoires socialistes, Le drapier, p. 113.

46Cet unanimisme, toujours encouragé par Laurent fait de la fédération du Nord une pièce maîtresse convoitée du socialisme français, lorsqu'il s'agit de peser dans les décisions nationales. Avant d'être les alliés fidèles de G. Mollet, Laurent et « la fédération qui a le mieux résisté »72, se rangeront du côté des blumistes à la libération. Dés avant la guerre, le Nord réputé guesdiste avait soutenu Blum contre les fauristes jugés trop pacifistes. Le directeur du Populaire n'indique-t-il pas que :

  • 73 L. BLUM, Discours au congrès national, 13 août 1945, in L'Oeuvre, tome 3, p. 67.

« depuis maintenant 25 ans que je vis dans le parti, je ne me souviens pas d'avoir été en désaccord sur quelque question que ce fut, soit avec Guesde, soit avec Delory, soit avec Lebas, soit avec les hommes qui, actuellement sur leurs traces et à leur exemple, dirigent la plus puissante de nos fédérations »73.

47La SFIO du Nord est alors l'une des rares fédérations ouvrières plus proches de Blum - qui entend substituer à la notion de lutte des classes celle d'action de classe - que du vieux leader guesdiste Bracke. Mais elle peut jouer la carte de la légitimité que procure la cohésion de la majorité face au courant hétérogène dirigé par Mollet, allant des guesdistes orthodoxes aux gauchistes. D'ailleurs, quand Thomas dénonce en juin 1946, l'acceptation de certains portefeuilles par le groupe parlementaire contre les décisions du conseil national, et parait ainsi se ranger du côté de l'opposition à Mayer, la motion de protestation qu'il propose sera édulcorée pour permettre une adhésion unanime de la commission administrative fédérale. Cette quête de l'unité contre l'opposition menée par Mollet semble d'ailleurs paradoxalement légitimée par Bracke, modèle intellectuel du leader de la fédération du Pas-de-Calais, puisque le vieux guesdiste dénonce la présence d'un texte d'opposition avant le congrès d'août 1946, et portant sur le rapport moral.

  • 74 CD, compte rendu sténo, 4 septembre 1946.
  • 75 16 voix contre 14. Laurent refuse la proposition d'être son adjoint ; en revanche, Provo acceptera (...)

48Au comité directeur du 4 septembre, Augustin Laurent, pressenti malgré lui par les amis de Mayer comme candidat à la succession de ce dernier, parait être le candidat idéal à opposer à Mollet ; il symbolise d'abord la synthèse entre la rigueur organisationnelle de Guesde, et le sens du compromis de Blum. En outre, sa fédération est l'une des seules grandes à avoir soutenu Mayer. Enfin, explique Priou-Valjean, « il s'agit d'un ancien ouvrier manuel qui pourrait redonner au parti la teinte d'ouvriérisme qui semble lui manquer un peu trop »74. On sait finalement que Mollet l'emporte de peu75. Mais le secrétaire de la fédération du Nord confiera plus tard que l'absence de divergence doctrinale devait faciliter le rapprochement de Mollet et Laurent :

  • 76 Cité par F. LAFON, Guy Mollet, un camarade en République, p. 80.

« J'étais convaincu que la position fondamentale de G. Mollet n'était pas d'opposer matérialisme et idéalisme, mais d'assurer fermement le caractère de classe de l'action socialiste »76.

  • 77 Document de la fédération du Nord, 1947.

49La brève opposition de Laurent à Mollet semble être motivée par la crainte d'une dérive de la nouvelle majorité composite, notamment au moment de la réforme statutaire de 1947, qui introduit selon les socialistes du Nord « ce centralisme démocratique si cher au parti communiste français »77. Soucieux de préserver leur identité fédérale, les socialistes du Nord craignent un verrouillage du parti par ses instances dirigeantes, et préfèrent subordonner le comité directeur à l'autorité du conseil national, plus représentatif des fédérations. Cette volonté de favoriser ainsi l'autorité fédérale par le biais du conseil national sera réaffirmée par Augustin Laurent lors de la révision statutaire de 1956.

  • 78 Pour reprendre une typologie de M. Sadoun.

50Quand les militants du Nord soutiennent les « socialistes d'État » et les parlementaires majoritairement blumistes, ils paraissent endosser une conception inspirée davantage par le radicalisme que par la doctrine guesdiste de la subordination des élus. Ils soutiennent le gouvernement Ramadier qui incarne un socialisme d'un type davantage « social-républicain » que « social-démocrate »78. En septembre 1947, lorsque le Comité Directeur veut sanctionner les 21 parlementaires qui ont voté la confiance au gouvernement, Thomas plaide pour l'efficacité et le réalisme : « Dans mon département, c'est en nous battant sur le nom de Ramadier que nous avons renforcé nos municipalités ouvrières et remplacé bon nombre de municipalités 'russes' ». La fédération du Nord avait d'ailleurs voté un texte en 1947 indiquant que l'autorité du Comité Directeur ne pouvait s'exercer sur les élus qu'à condition d'être couverte par le conseil national Mais cette ultime illustration de la lutte entre Laurent et Mollet, exprime plutôt le sens du compromis du socialisme nordiste privilégiant la complémentarité de l'autorité partisane, et de la légitimité du socialisme fondé sur la représentation nationale.

  • 79 Respectivement 2 423 mandats contre 2 002. 53 des 308 mandats du Nord vont d'ailleurs à G. Mollet.
  • 80 La fédération du Nord se révélait par son anticommunisme, même si le Nord votera pour l'investitur (...)
  • 81 Comme l'affirment à la fois F. LAFON, op. cit., M. WOLF, « La fédération socialiste du Nord face a (...)

51Au congrès national d'août 1947, la motion d'orientation de politique générale de G. Mollet s'oppose à celle du Nord79 qui cependant s'abstient, comme il le fera en 1948, sur le rapport moral, source de division au sein de la direction. La fédération du Nord demande d'ailleurs la suppression de celui-ci au 40è congrès de 1948. En donnant 365 des 367 mandats à la motion de politique générale de Mollet, elle entame alors une collaboration durable avec le secrétaire général Ce ralliement correspond à un mouvement plus général d'harmonisation des rapports entre blumistes et molletistes contre la gauche progressivement évincée du comité directeur. Mais sans le Nord, G. Mollet aurait été mis en minorité en 1948. Ce dernier a évolué, en assumant la stratégie de la troisième force, alors qu'il était d'abord favorable à une gauche unie80. La légitimité numérique et sociologique associant les deux fédérations soeurs paraît gommer le clivage doctrinal de 1946. Désormais, le mollétisme reposera surtout sur la fusion entre deux hommes A. Laurent et G. Mollet, et deux fédérations, le Nord et le Pas-de-Calais81. Il se concrétise aussi par la présence constante des responsables du Nord dans les instances nationales (entre 7 et 13 % des membres du CD), avec notamment V. Provo, trésorier pendant toute notre période depuis 1945. Cette stabilité dépassant les majorités atteste de la pérennité du rôle de la fédération du Nord.

52Parti de militants, la fédération du Nord incarne aussi le parti du système, notamment par sa présence notable à l'Assemblée nationale où elle est toujours bien représentée. La conjoncture ne semble d'ailleurs pas avoir de prise sur sa représentation nationale. En effet, alors que le groupe parlementaire diminue des 2/3 (150 députés en 1945, 47 en 1958) en 13 ans, la proportion des élus socialistes par rapport à ce groupe double pendant la même période (4,6 % de l'ensemble du groupe en 1945, 10, 3 % en 1958).

  • 82 Congrès national, 3 juillet 1953.

53Paradoxalement, Augustin Laurent, a eu un rôle national moins affirmé au sein du parti. Il ne siège pas de 1947 à 1950 au CD, et son absentéisme est assez remarquable. Souvent indisponible pour raison de santé, le secrétaire fédéral est surtout absorbé par ses tâches militantes dans le Nord, et ses mandats locaux (maire de Lille, conseiller général). Peut-être faut-il aussi y voir un certain malaise pour cet ancien ouvrier qui vit un socialisme au quotidien et se reconnaît moins dans les hautes sphères du pouvoir où le débat doctrinal et intellectuel ne croise pas toujours le socialisme de l'action. Certes Laurent fut ministre des PTT du gouvernement de Gaulle en octobre 1944, mais il est choisi pour ses qualités de résistant et d'homme de terrain. Également ministre d'État du gouvernement Blum, il n'accepte le poste que parce qu'il sait qu'il entrera dans un cabinet à durée de vie limitée, le temps de désigner le président de la République. Sa carrière de parlementaire elle-même se limite à deux mandats (1936-1940 ; 1945-1951) malgré les pressions de son entourage. En somme Augustin Laurent incarne bien ce patriotisme de fédération qui caractérise le Nord. Il exprime volontiers ce « fédéralisme » en expliquant que la « fédération du Nord est à elle seule un parti dans le parti »82.

54La fédération du Nord assume clairement la troisième force, qui se concrétise d'ailleurs dans ce département par une délégation mixte MRP-SFIO auprès du président du conseil. Ce qui n'empêche pas Laurent de refuser la présence d'un élu socialiste au congrès MRP. En 1948, le Nord critique son allié d'hier, le ministre Mayer pour revendiquer avec Mollet et le Pas-de-Calais une meilleure définition du minimum vital. En 1951, les socialistes du Nord redoutent la marginalité et craignent les pressions communistes ; ils censureront les déclarations d'E. Thomas en novembre 1951 qui suggérait la nécessité de trouver d'autres alliances. Animés par ce même anticommunisme, les responsables du Nord auront une conception particulièrement négative du Front Démocratique et Social, consistant d'abord à démontrer l'impossibilité d'accords avec le PC en tant qu'organisation plutôt que de tenter des démarches individuelles comme le propose Mollet.

55En juin 1954, la fédération du Nord affirme son identité à propos de la participation au gouvernement Mendès-France. Laurent, convoqué par Mendès-France rappelle les exigences de la légitimité partisane : les individualités pressenties doivent représenter le parti en tant qu'organisation de militants. Mais le secrétaire fédéral accepte de considérer comme délégation du parti les hommes désignés par Mendès-France adjoints du secrétaire du parti ou des présidents de groupe. Le Nord, par 95 % des mandats au congrès fédéral du 7 novembre 1954 accepte le principe d'une participation. Mais la majorité exprimée par Laurent souhaite des garanties sur des points précis - inacceptables pour Mendès-France - alors que la minorité défendue par Dubois se veut moins formaliste, plus « radicale ». Mais ici, le pôle de l'autorité partisane l’emporte sur la tentation d'oublier la légitimité de l'organisation.

56Après la victoire électorale du 7 janvier 1956, A. Laurent sera le seul au comité directeur à soutenir la proposition de Mollet d'inviter Mendès-France à gouverner. Suite au refus de ce dernier, c'est sans faille que la fédération du Nord soutient le secrétaire de la SFIO devenu Président du conseil. Le réalisme est de rigueur, et les socialistes du Nord se soumettent à l'institution gouvernementale tout en contrôlant étroitement leurs élus. Le secrétaire fédéral du Nord semble concilier avec moins d'inconfort que les autres socialistes la responsabilité du républicain et les valeurs du militant. Et lorsque il rend hommage au président du conseil, lors du congrès national de juin 1957, les qualités essentielles qu'il lui attribue sont l’efficacité, le courage, et la stabilité de son gouvernement qui fut le plus long de la IVe République. Cette éthique de la durée est assez significative d'un socialisme patient, empirique, nullement doctrinal, ce socialisme de la responsabilité qu'il retrouve dans sa fédération.

57Mais la singularité de la fédération du Nord de cette période, s'exprime aussi par son aptitude à affronter les crises de toute nature, comme si le socialisme du Nord avait sa dimension propre, et son temps spécifique, comme si la force de sa culture et de sa structure l'immunisait contre les menaces extérieures.

58Les socialistes du Nord sont européens, ils défendront ardemment la CED, moins sur le plan doctrinal d'ailleurs, que pour veiller à la cohésion du parti. La connotation socialiste du projet n'est pas évidente, et la mobilisation ouvrière sur ce thème incertaine. Mais le Nord en mesure l'enjeu pour l'unité du parti, lors du congrès fédéral du 23 juillet 1953 : « Nos responsabilités sont lourdes, explique Laurent, car le vote de notre fédération peut fixer la loi du parti ». Les dirigeants présentent le projet comme une première étape vers une Europe sociale, et surtout un rempart contre l'URSS, ce dernier point étant sans doute l'aspect le plus significatif de l'argumentation du Nord.

  • 83 Congrès fédéral 23 mai 1954.
  • 84 Ibid.

59Lors de la crise de la CED, la fédération du Nord rompt donc avec les « blumistes » qu'elle soutenait en 1946. La force de l'organisation et le sens de la discipline reprennent leurs droits ; le modèle social-démocrate s'affirme, contre le modèle rural ou social républicain qui accorde davantage d'autonomie aux élus. La légitimité partisane doit s'imposer face à celle de la représentation nationale. La fédération, refusant de reconnaître l'existence d'un courant, préfère dénoncer l'attitude trop individualiste des élus qui ont failli au respect de la décision collective, suscitant ainsi l'incompréhension du militant de base : « nous payons nos timbres par discipline, dit l'un de ceux là, nous voulons aussi que nos députés soient disciplinés »83. C'est encore la personnalisation des élus qui est condamnée par le secrétaire de la section de Dunkerque : « Il n'y a pas de grands noms dans le parti, il n'y a qu'un grand parti. Les grands noms, c'est le parti qui les fait »84. Dans la fédération du Nord la majorité pour la CED au congrès fédéral est écrasante (425 mandats contre 29), alors que la majorité exprimée au congrès national n'est que de 57 % des mandats. A. Laurent, défendra une motion exigeant la discipline de vote :

  • 85 48e congrès national, compte rendu, C 78 MM, OURS, p. 436.

« Nous ne somme pas un parti bourgeois, il ne peut s'agir ici de conscience individuelle troublée, il s'agit de la conscience collective du parti. Le seul cas de conscience qui existe est la division du parti »85.

60Le texte d'Augustin Laurent inspirera la motion du congrès de Puteaux (29-30 mai 1954). On sait que malgré les décision du parti, 53 députés socialistes (contre 50) s'opposeront à la CED. Les députés du Nord manifestent une discipline sans faille.

61C'est à propos de la question algérienne que l'alliance de G. Mollet et de la fédération est la plus forte. Cette dernière ne se singularisera pas sur le plan doctrinal, mais on retrouve ici quelques attitudes correspondant bien à des positions traditionnelles du Nord. D'abord se manifeste le refus d'une perception idéologique des problèmes, si ce n'est pour dénoncer le leurre d'un nationalisme algérien artificiellement exacerbé par la pression de l'empire soviétique. Le Nord est d'autant plus sensible à l'influence communiste que ses sections font souvent l'objet de sollicitations de la part du PC en vue d'organiser des réunions communes « pour la paix en Algérie ». La fédération du Nord va surtout contribuer à faire approuver par le parti une position médiane, de compromis. Le congrès de Lille de 1956 adopte en effet à l'initiative d'Augustin Laurent un amendement à la motion majoritaire prévoyant une lutte sur deux fronts : la lutte contre le terrorisme et les réformes contre « les privilèges des réactionnaires d'esprit colonialiste ». Ce refus de la marge doit permettre de recentrer le parti dans son rapport au pouvoir, et de rallier les deux tendances les plus opposées : les radicaux de l'Algérie française comme Lejeune ou Lacoste, celle des anticolonialistes convaincus comme Verdier ou Savary. Mais le texte n'empêchera pas l'organisation d'un courant minoritaire naissant (10 % des mandats), et la fédération du Nord sera d'un soutien particulièrement précieux lorsqu'au conseil national de décembre 1957 la fédération des Bouches du Rhône se désolidarise de Mollet Laurent met en garde les minoritaires, qui parlent de droit à l'indépendance au congrès de Toulouse de juin 1957, contre le danger des tendances. Le Nord, avec le Pas-de-Calais, entre alors en croisade contre les anti-guesdistes et brandit 1 éthique de la raison, le bon sens et la simplicité du militant ouvrier. Les socialistes du Nord méprisent volontiers la mobilisation intellectuelle jugée individualiste de quelques-uns, comme Philip, ou ces « pédants de l'Express », si éloignée de la tradition collective et disciplinée du Nord.

  • 86 414 mandats pour le texte majoritaire soutenu par Laurent, 98 pour celui de Gazier, 14 pour celui (...)

62Lors de la crise de mai à septembre 1958, les doutes de l'ensemble du parti atteignent sérieusement le Nord, pour la première fois depuis le début de notre période. Ici, l'identité même de la fédération est en jeu car la confiance demandée à un homme providentiel, considéré pendant les douze années précédentes comme un danger pour la République et les partis politiques, paraît peu conciliable avec cette religion du parti que vivent les socialistes du Nord. A. Notebart et R. Lempereur pensent que le combat contre le communisme n'était légitime que parce qu'on l'associait à la lutte contre l'extrême droite qu'incarnait le RPF pour la SFIO. En renonçant à cette lutte sur deux fronts, le socialisme risque de réduire son action à un anticommunisme. Si la référence négative est uniquement à gauche, l'identité socialiste peut être menacée, ainsi que celle du parti. Laurent quant à lui s'efforce de concilier la République et le parti en recherchant la cohésion de ce dernier. Il tente de délégitimer la minorité ralliée à Depreux en dénonçant l'opposition de principe de ceux pour qui « Mollet est l’homme à abattre depuis qu'il a remplacé Mayer au secrétariat général ». Malgré son exceptionnelle division, la fédération du Nord se singularise pourtant encore : Alors que le groupe socialiste à l'Assemblée nationale est à 56 % contre l'investiture de Gaulle, les députés du Nord sont partagés (5 pour, 5 contre). Lors du congrès fédéral du 7 septembre 1958, sur le projet constitutionnel, 21,2 % des mandats s'opposeront au texte majoritaire86, ils seront 39 % au niveau national La plupart des minoritaires du Nord (Lempereur, Coutant, Darou) montrent leur attachement au parti en votant la motion Gazier qui entend clairement se distinguer des futurs scissionnistes qui suivront Depreux. Coquart lui-même, qui a voté pour la motion Depreux, ne quittera pas le parti. Le sentiment fédéral reste le plus fort, il permet d'amortir les crise les plus profondes.

63La singularité du socialisme nordiste est donc le fait d'un paradoxe. Une organisation dense et particulièrement efficace distingue la fédération du Nord d'un socialisme français qui n'a pu créer un véritable parti ouvrier de militants. La fédération du Nord semble avoir approché les méthodes permettant de réaliser la fusion du social et du politique que seul le discours socialiste présentait de façon mythique. Pourtant, la vocation majoritaire de cette fédération semble occulter ses différences ; peut-être parce que son sens du compromis et la force de son infrastructure ne l'obligent pas à forcer le trait, à adopter un discours révolutionnaire, un rapport à l'État dont elle n'assumerait pas les contradictions. Cette singularité même est aussi ce qui a permis à la fédération du Nord de consolider le mollétisme en associant toujours la légitimité partisane au règlement de la question du pouvoir, et en renforçant la cohésion du parti pendant ses crises.

Notes

1 M. OFFERLE, Les partis politiques, Paris, « Que sais-je ? », 1991, qui montre que le typologiste utilise pour désigner les objets étudiés, des mots sociaux qui sont eux même l'objet d'investissements contradictoires.

2 P. VEYNE, Leçon inaugurale, p. 13.

3 H. PORTELLI, Le socialisme français tel qu'il est, Paris, PUF, 1980,214 p.

4 A. BERGOUNIOUX, G. GRUNBERG, Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992, p. 15-16.

5 M. OFFERLE. op. cit., p. 25.

6 F. LAFON, « Des principes du mollétisme » dans Guy Mollet, un camarade en République, Lille, PUL, pp. 59-93.

7 M. SADOUN, « Sociologie des militants et sociologie du parti », Revue française de science politique, juin 1988.

8 Gauchissement du discours né du déplacement d'un parti sur la droite à la suite de l'apparition d'un nouveau parti de gauche (ici le parti socialiste par rapport au PC).

9 Comme l'atteste encore la brochure de R. GERNEZ, « Qui brisa l'unité », en 1947.

10 6 députés SFIO du Nord votent les pleins pouvoirs (Beauvillain, Deudon, Deureuse, Gemez, Saint Venant, Henri Salengro). Léo Lagrange est mort au combat ; Ch. Valentin est décédé. Thomas, Laurent ; Masson, Dupré, absents n'ont pu participer au vote. Gernez et Ch. Saint Venant ont pu être réintégrés pour leurs actes dans la résistance.

11 « Les socialistes sont des salauds, nous aurons bientôt la tête de Blum », s'écrie le secrétaire local du PCF de Tourcoing, ADN, versements modernes, 37.103 3, 2 août 1945.

12 Notamment les villes importantes comme Saint-Amand, Valenciennes, Anzin, Denain, Hellemmes, Lomme, et Fourmies, lieu symbolique.

13 J. P. BRUNET, « Socialisme et bolchevisme », Revue française de science politique, octobre 1989, p. 701.

14 Nord Matin, 10-11 juin 1956.

15 Congrès national, juillet 1953.

16 Lettre du 5 décembre 1946

17 Ici comme au parti communiste. Voir J. P. MOLINARI, « Les matrices de l'adhésion ouvrière au PCF », Communisme, no 15-16, 1987, p. 34.

18 Intervention au congrès national du 2 au 5 juillet 1953, compte rendu sténo, OURS C 7 1 MM p. 322.

19 Lettre du 10 avril 1953 au secrétaire administratif.

20 Ils pourront disposer d'une rubrique dans l'Avenir, hebdomadaire de la Fédération SFIO du Nord.

21 Rapport fédéral sur les GSE, 1947.

22 D'ailleurs, les GSE sont surtout implantés dans des zones à forte présence communiste ou cégétiste, comme dans le Valenciennois où les cartes GSE sont plus nombreuses qu'à Lille, section la plus importante de la fédération.

23 R. HOGGART, La culture du pauvre, Paris, Éd. de Minuit, 1986, p. 117.

24 A. Denvers, maire de Gravelines, est président du secteur laïc de Dunkerque. Marcel Darou, député, est aussi président de l'union des élus socialistes, secrétaire de l'amicale de Salomé.

25 S. COURTOIS, « Identité ouvrière, identité communiste, Construction et déconstruction du communisme français », Communisme, no 15-16,1987, p. 65.

26 J. M.BROHM, Sociologie politique du sport, éd. J.-P. Delarge, 1976, p. 243.

27 L’Avenir, 26 août 1946.

28 « faire propagande utile auprès des organisations se réclamant de l'émancipation totale et internationale du prolétariat », Archives de la fédération du Nord.

29 Même si elle accueille aussi les communistes et les syndicalistes.

30 Lettre du secrétaire de la FSGT à la fédération socialiste, 26 Août 1946.

31 Par 198 voix contre 75 et 10 abstentions.

32 De cette scission naîtra une FSGT autonome, toujours dirigée par les socialistes Leulier et Van Wolput.

33 Entretien avec P. Mauroy, 18 janvier 1992.

34 8 clubs en 1957, totalisant 662 cartes. On en comptera 13 en 1960 avec un doublement des effectifs.

35 Rapporté par P. Mauroy, ibid.

36 Lettre du secrétaire de section à la Fédération, 7/02/1954.

37 Lettre du secrétaire administratif à Derique, président de la fédération Léo Lagrange pour le Nord, 3 janvier 1958.

38 A. Laurent recommande, en 1948, d'éviter les réunions de section dans les cafés, lieux plutôt masculins, en cette période de socialisation politique de la femme.

39 Congrès de Puteaux, 5 et 6 février 1955, compte rendu p. 361.

40 F. LAFON, « Des principes du mollétisme », loc. cit.

41 Ibid., p. 222.

42 Lille-Roubaix-Tourcoing, Armentières. Mais aussi au sud Cambrai, Caudry, Fourmies, Trélon.

43 Si les taux d'adhésion importants se rencontrent surtout dans les villes aux sections nombreuses en valeur absolue (Ghivelde, Uxem, prés de Dunkerque), ou socialement homogène (Wattrelos), ce schéma ne se vérifie pas dans les concentrations très peuplées qui comptent les sections les plus importantes (Lille, Roubaix, Saint Amand, Cambrai).

44 Regroupant elles-mêmes la moitié de la population de l'arrondissement.

45 Regroupant 62 % de la population.

46 Premier maire socialiste d'une grande ville, Carette sera à l'initiative des premières cantines scolaires.

47 Guesde qui s'éloignait d'abord du socialisme municipal de Brousse, en considérant l'exercice du pouvoir municipal comme un simple champ de manoeuvre pour préparer la révolution, verra ensuite dans les municipalités des « véritables écoles d'administration pour préparer les cerveaux ouvriers à la direction des grands services collectivistes de la société de demain », cité par C. WILLARD, Les guesdistes, Paris, Ed. sociales, 1965, p. 190.

48 Ce qui provoquera parfois des conflits entre la section et la municipalité socialiste, lors des votes de subventions aux écoles libres (Dunkerque, 1950). Protestation de la section de Roubaix contre l'inauguration par D. Cordonnier, maire de Lille, d'un gala organisé par les frères Saint Jean de Dieu

49 Entretien du 8 décembre 1991.

50 Ce que J.-P. Molinari observe pour les municipalités communistes avec ses « micro-systèmes locaux de prestation totale et officielle qui fonctionnent comme des matrices d'adhésion », semble ainsi s'appliquer aussi à une commune comme Roubaix.

51 D. LACORNE, Les notables ronges, Paris, FNSP, 1980, p. 72.

52 CAF, 21 mars 1949.

53 Malgré la débâcle socialiste de 1958, le Nord a pu conserver la moitié des élus de 1956, et a moins subi le raz de marée gaulliste amplifié par le mode de scrutin.

54 Ex : section de Neuvilly en 1947, 6 élus socialistes, dont le maire et l'adjoint ; la section ne compte que 16 adhérents.

55 La constance de l'adhésion n'est pas absolue, puisque les membres du parti n'achètent que 8,9 timbres sur les 12 que compte la carte, même si la puissante section de Lille est plus disciplinée.

56 CAF, 5 février 1951.

57 Voir enquête de P. Rimbert, 1954.

58 Circulaire fédérale, 26 janvier 1956.

59 A. LAURENT, Congrès fédéral, 23 février 1958.

60 Congrès National 1948.

61 Pour reprendre l'expression d'A. KRIEGEL, parlant du PC, Les communistes français, Paris, Seuil, 1968, p. 87.

62 Compte rendu Congrès 1953, OURS.

63 Nord Matin, 8-9 avril 1956.

64 Proportion des différentes catégories socioprofessionnelles par rapport à leur représentation dans la population globale.

65 On notera que la section de Lille (41 %) est nettement moins ouvrière que sa voisine de Roubaix (64 %). Les deux sections les plus importantes de la fédération ne se ressemblent donc pas sur le plan sociologique.

66 Analyse des membres de la commission administrative pour toute la période 1945-1958, il s'agit donc d'une moyenne. Nous disposons des renseignements bibliographiques sur 34 des 37 membres recensés.

67 Le secrétaire fédéral est aussi un homme polyvalent, un travailleur manuel qui avait par exemple naguère, de ses mains participé à la construction de la « maison du peuple » de Fretin. Entretien avec A. Laurent 25 février 1990.

68 Lettre de Montagne à Bertrand, 5 décembre 1955.

69 Leers 88,8 billets vendus par adhérent, Roubaix, 68.

70 V. PROVO, L'Avenir, 26 août 1945.

71 Congrès national, compte rendu, 1953, OURS.

72 Y. ROUCAUTE, Histoires socialistes, Le drapier, p. 113.

73 L. BLUM, Discours au congrès national, 13 août 1945, in L'Oeuvre, tome 3, p. 67.

74 CD, compte rendu sténo, 4 septembre 1946.

75 16 voix contre 14. Laurent refuse la proposition d'être son adjoint ; en revanche, Provo acceptera d'être le trésorier.

76 Cité par F. LAFON, Guy Mollet, un camarade en République, p. 80.

77 Document de la fédération du Nord, 1947.

78 Pour reprendre une typologie de M. Sadoun.

79 Respectivement 2 423 mandats contre 2 002. 53 des 308 mandats du Nord vont d'ailleurs à G. Mollet.

80 La fédération du Nord se révélait par son anticommunisme, même si le Nord votera pour l'investiture de Thorez le 4 décembre 1946.

81 Comme l'affirment à la fois F. LAFON, op. cit., M. WOLF, « La fédération socialiste du Nord face aux difficultés de l'unité ouvrière » dans Revue du Nord, 1975, no 227, pp. 579-594, et E. DEPREUX.

82 Congrès national, 3 juillet 1953.

83 Congrès fédéral 23 mai 1954.

84 Ibid.

85 48e congrès national, compte rendu, C 78 MM, OURS, p. 436.

86 414 mandats pour le texte majoritaire soutenu par Laurent, 98 pour celui de Gazier, 14 pour celui de Depreux.

Auteur

Maître de Conférences - Nancy II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540