Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Le socialisme dans l'arrondissement d'Avesnes pendant l'entre-deux-guerres

Sylviane Tissot

Texte intégral

1Avec l'essor industriel de la deuxième moitié du XIXe siècle, l'arrondissement d'Avesnes est devenu une terre de contrastes très marqués et présente indiscutablement un double visage. Décrire l'Avesnois vers 1920, c'est d'abord évoquer un paysage de verdure, une campagne bocagère aux allures de Normandie. Mais l'arrondissement d'Avesnes se réduit pas à une succession de champs labourés et d'herbages. Cet arrondissement situé à l'extrémité sud-est du département du Nord est également le heu d'une importante concentration industrielle. Le bassin métallurgique de la Sambre et la région textile dominée par Fourmies imposent une vision très différente de l'arrondissement d'Avesnes. Cette diversité des paysages, des activités et des populations s'accompagne d'une diversité tout aussi nette dans les comportements politiques.

2Au sortir de la première guerre mondiale, il apparaît clairement que le socialisme avesnois ne connaît pas une implantation uniforme. Le potentiel électoral de la SFIO tout comme le nombre de ses adhérents varient considérablement dans la région. Très grossièrement, l'arrondissement d'Avesnes peut être partagé entre une moitié ouest, où le radicalisme éclipse encore presque complètement le socialisme, et une moitié est où le socialisme a réalisé des scores honorables et possède déjà quelques bastions, tels Maubeuge, Fourmies ou Wignehies.

3Fourmies, avec son maire Ephrem Coppeaux, s'enorgueillit d'un conseil municipal socialiste qui multiplie les oeuvres d'assistance en tous genres dans la plus pure tradition du socialisme municipal Mais l'exemple fourmisien doit être appréhendé à sa juste mesure : il constitue une exception dans son arrondissement où le radicalisme demeure nettement majoritaire en 1919.

4A la veille du Congrès de Tours, la SFIO se retrouve forte de 22 sections dans l'Avesnois (soit 1/10e des sections représentées dans l'ensemble du département du Nord). Elle y dispose d'atouts, mais l'essentiel reste à faire pour en acquérir la maîtrise. La scission décidée au Congrès de Tours remet en question le projet de renforcer l'implantation de la SFIO.

1. Les répercussions de la scission de décembre 1920 dans l'arrondissement d'Avesnes

5Avec le début des années 1920, la SFIO se voit confrontée à un double défi : en premier lieu, grignoter les positions radicales ; en second lieu, résister à l'active propagande communiste.

6Pour les socialistes de l'Avesnois, c'est le 16 janvier 1921 que la scission s'opère vraiment Un congrès des sections socialistes de l'arrondissement se tient ce jour là à la mairie de Maubeuge pour décider de la suite à donner au Congrès de Tours. 30 délégués sont présents. La lutte est vive : J. B. Lebas, le député roubaisien, défend vigoureusement le maintien dans la « maison » SFIO. A l'issue du débat, un vote est organisé. Les sections de Maubeuge, Louvroil, Anor et Sars-Poteries optent pour la SFIC. Fourmies et Cousobe restent fidèles à la SFIO. Les autres sections, telles Trélon et Ferrière la Grande, réservent leur position. La scission est donc consommée et les militants socialistes de l'arrondissement d'Avesnes se retrouvent obligés de reconstituer leur parti en créant de nouvelles sections.

7Indéniablement, le choc se révèle rude. Si, à Fourmies, grâce à l'organisation mise en place par Ephrem Coppeaux et à l'activité de la municipalité, le socialisme résiste bien, en maints autres endroits, c'est un véritable effondrement qui se produit Bon nombre de sections disparaissent purement et simplement, et la reconstruction s'avère très lente et très difficile.

8Le bassin de la Sambre, Maubeuge et ses alentours en particulier, sont atteints de plein fouet par la scission. Les sections de Feignies, Ferrière la Grande, Louvroil, Hautmont, pourtant apparemment bien implantées, s'évanouissent rapidement Leur restauration se fait péniblement : la section socialiste de Hautmont n'est recréée qu'en 1925, celle de Jeumont en 1927, celle de Feignies en 1932 seulement.

9La section de Maubeuge elle-même connaît bien des problèmes : 416 cartes avaient été distribuées en 1920 ; en 1921, seulement cent cartes trouvent preneur. Ensuite, le nombre des adhérents tombe à cinquante. Il faut attendre l'année 1926 pour que la section maubeugeoise retrouve une composition supérieure à cent adhérents. Le 30 juillet 1922, se tient à la mairie de Maubeuge une réunion privée sous la direction d'Antoine Bataille, maire socialiste de la ville. Seulement 25 personnes viennent y assister, ce qui conduit Cabanne dans le journal Le Populaire, à déplorer « l'insouciance » des membres de la section de Maubeuge. Le 30 décembre 1922, une nouvelle réunion est organisée au même endroit : 10 personnes y participent et la séance dure 20 minutes. Le commissaire de police chargé de faire son rapport sur cette réunion conclut par ces mots : « la section socialiste de Maubeuge se meurt lentement ».

10Une particularité est à souligner : les défections qui se manifestent dans les sections socialistes entraînent alors le plus souvent une complète transformation de leurs caractéristiques socioprofessionnelles. En 1919, dans la section de Maubeuge, neuf adhérents sur dix étaient des ouvriers (essentiellement de la métallurgie). En 1922, les professions sont très sensiblement modifiées : sur 75 adhérents recensés, les ouvriers n'en constituent même plus la moitié. Désormais, les employés, fonctionnaires et petits commerçants occupent en proportion une place bien plus considérable qu'auparavant Ce n'est qu'avec le Front Populaire que va s'opérer un retour en force des ouvriers. En 1939, sur le registre des adhérents à la section de Maubeuge, la mention « ouvrier » est notée 198 fois sur un total de 328 membres.

11La déperdition constatée au début des années 1920 signifie-t-elle que le monde ouvrier du bassin de la Sambre s'est converti au communisme ? D'importantes réserves doivent être apportées à cette interprétation des faits. Un rapport du sous-préfet d'Avesnes daté de décembre 1921 indique qu'après la flambée du départ, un mouvement de reflux s'est rapidement amorcé. Le sous-préfet n'hésite pas à affirmer que les sections communistes « ne se composent guère que de quelques mécontents ou inconscients ». Ces propos sont certes exagérés et visent à apaiser d'éventuelles inquiétudes en haut heu. Mais ce jugement assez péremptoire n'infirme en rien la chute brutale des adhésions aux sections socialistes de l'Avesnois.

12L'arrondissement d'Avesnes apparaît très affecté par la scission, ainsi que le prouve la comparaison suivante : en 1920, l'Avesnois comprend 22 sections et 1705 cartes y sont placées. 8 % des adhérents à la SFIO dans le département du Nord habitent cet arrondissement En 1924, donc après un laps de temps suffisant pour permettre une certaine réorganisation, seulement 9 sections subsistent et 368 cartes sont distribuées. L'Avesnois ne compte plus que 4 % des adhérents socialistes du département du Nord. Autrement dit, le recul des adhésions à la SFIO dans l'arrondissement d'Avesnes se révèle plus important en proportion que dans l'ensemble du département du Nord. L'Avesnois subit davantage le contre coup de la scission que la plupart des autres localités du Nord. La bonne résistance des sections de Fourmies, Cousolre et Wignehies ne saurait masquer la décadence qui frappe de plein fouet les autres sections.

13La diminution du nombre des militants entraîne-t-elle un resserrement de l'électorat socialiste ? A court terme, l'effet du Congrès de Tours apparaît relativement limité. La comparaison des résultats aux élections cantonales de mai 1922 et à celles de décembre 1919 tend à le prouver.

14Certains scores obtenus par les candidats socialistes en mai 1922 sont faibles. Ainsi, dans la ville de Landrecies, seulement 6 % des votants accordent leur voix au candidat de la SFIO François Cartegnie. Mais en 1919, la SFIO n'avait même pas cherché à présenter un candidat dans ce canton, compte tenu de ses difficultés d'implantation.

15Dans l'Est de l'arrondissement, dans le bassin de la Sambre en particulier, les résultats prennent une tout autre ampleur.

16A Maubeuge, le candidat de la SFIO avait recueilli en décembre 1919 61 % des suffrages, en mai 1922, le score demeure très honorable malgré tous les aléas de la section socialiste de la ville, puisque le maire Antoine Bataille y obtient 54 % des voix.

17A Hautmont, 45 % des suffrages s'étaient portés sur le candidat de la SFIO en décembre 1919 ; en mai 1922, Bataille réunit 59 % des voix autour de son nom.

18Certes, ce phénomène n'est pas général ; à Boussois, les scores socialistes chutent sensiblement (46 % des votants en décembre 1919, 27 % en mai 1922). Même situation à Jeumont ; 31 % des votants en décembre 1919, 16 % en mai 1922. Cette diversité n'empêche cependant pas d'aboutir au constat suivant : comme en maints autres endroits de France, la SFIO ne subit pas de grave déconvenue électorale après le Congrès de Tours, et même parfois améliore ses positions. Dans le canton de Maubeuge Nord, Bataille est confortablement élu conseiller général le 14 mai 1922 avec près des 2/3 des voix, tandis que dans le canton de Trélon, la réélection d'Ephrem Coppeaux porte témoignage de la solidité de son implantation locale.

19Le rapport du sous-préfet rédigé à l'issue des cantonales de mai 1922 fournit des explications à la préservation des performances électorales des socialistes. Il utilise en particulier l'exemple de la victoire facile d'A. Bataille. Selon lui, Bataille a obtenu le soutien d'environ 2000 voix « républicaines ». Autrement dit, la SFIO maintient à peu près ses positions grâce à un électorat de centre-gauche motivé soit par la volonté de faire barrage aux candidats communistes, soit par le désir d'adresser un coup de semonce aux candidats radicaux. Le bilan dressé après le Congrès de Tours apparaît donc contrasté, avec d'un côté des sections socialistes sauf exception en pleine déroute et de l'autre la persistance d'un potentiel électoral notable. Le déroulement des années 1920 conduit-il à modifier ce tableau ?

2. Les années 1920 : le socialisme de l'Avesnois en état de dépression

20Pour le socialisme avesnois, les années 1920 sont plus que des années de recueillement ou de « piétinement » selon l'expression utilisée par Georges Lefranc dans son livre sur « le mouvement socialiste sous la IIIe République ». Concernant certaines localités de l'arrondissement, il ne semble pas exagéré de parler d'années « noires ». Certes, la diversité des situations rend difficile une appréciation globale de l'évolution du socialisme en Avesnois, mais l'impression générale qui se dégage de cette période incite peu à l'optimisme. Bien au contraire, le socialisme avesnois apparaît gérer une situation de crise, avec comme phase paroxystique les alentours de 1928.

21Plusieurs éléments motivent une telle interprétation. Il faut évoquer premier lieu les résultats obtenus par la SFIO lors des différentes élections qui émaillent la deuxième moitié des années 1920. Dans l'ensemble, la chute des scores s'avère fort accentuée. En mai 1924, la moyenne des voix obtenues par la SFIO aux législatives dans l'Avesnois s'élève à 11 923. Lors du premier tour des législatives d'avril 1928, 8 120 électeurs votent pour un candidat socialiste, soit une déperdition d'1/3 en 4 ans. Dans certains cantons, l'électorat socialiste se réduit de façon particulièrement spectaculaire. Les cantons de Maubeuge Nord, Maubeuge Sud et Berlaimont en sont des exemples flagrants.

Pourcentage des voix socialistes par rapport aux votants

11 mai 1924

22 avril 1928

Maubeuge Nord

22.5 %

6,5 %

Maubeuge Sud

21,6 %

7,1 %

Berlaimont

203 %

7,1 %

22Les zones industrielles de l'arrondissement d'Avesnes connaissent une chute très sensible de l'audience socialiste et de sa clientèle. C'est surtout la région de Maubeuge qui se distingue par l'ampleur du recul frappant la SFIO, recul qui prend des allures de véritable effondrement.

23En revanche, les cantons ruraux apparaissent nettement moins touchés par ce mouvement de rétrogradation. Dans les campagnes autour du Quesnoy, de Landrecies ou d'Avesnes, le socialisme résiste mieux ; il réussit même parfois à progresser. Cependant, les scores réalisés y demeurent limités et sont loin de suffire à pallier le reflux enregistré dans les centres industriels.

24Quelles raisons peut-on invoquer pour expliquer tous ces changements ? Pourquoi la SFIO ne parvient-elle pas à stabiliser ses positions une fois la scission entérinée ? Le sous-préfet d'Avesnes propose d'abord l'interprétation suivante : la bonne santé économique de la région, la situation satisfaisante en matière de prix et d'emploi justifient la désaffection d'une partie de l'électorat avesnois à l'égard du socialisme, dans la mesure où celui-ci est un mouvement essentiellement protestataire.

25Le sous-préfet s'appuie sur les rapports du commissaire spécial de Feignies qui note que le travail est alors normal dans l'industrie, qu'il n'existe pas de conflit du travail, et que le coût de la vie est stationnaire. En conséquence, aucune vague de mécontentement ne se développant, les possibilités d'action et de propagande de la SFIO diminuent, et le socialisme voit son audience se restreindre.

26Deuxième explication avancée par le commissaire spécial de Feignies : l'activité débordante dont font preuve les communistes, tout particulièrement dans le bassin de la Sambre et dans la région d'Aulnoye.

27Les rapports du commissaire font état de multiples réunions organisées par les communistes, tandis que les autres partis manifestent une bien plus grande modération dans leur propagande. C'est ainsi que sur la courte période allant du 23 novembre au 11 décembre 1926, veille des élections législatives partielles, 14 réunions tenues à l'initiative des communistes sont recensées par les commissariats de police contre 5 organisées par les socialistes.

28Cet exemple laisse nettement transparaître le décalage sensible existant à l'époque dans l'activité des deux partis.

29Comparativement aux communistes, il faut reconnaître que globalement, dans le cadre avesnois, la dynamique socialiste manque singulièrement d'ardeur et de vitalité. Pourtant, les instances fédérales ne manquent pas d'inciter les militants à se mobiliser pour accroître l'audience du parti et améliorer ses positions.

30Les rapports des congrès départementaux témoignent explicitement de ces recommandations formulées avec insistance. A l'égard des militants de l'Avesnois perce une pointe de reproche. On laisse entendre au niveau fédéral que les adhérents des sections de l'Avesnois ne manifestent pas tout le dévouement ni toute l’activité souhaités. Ainsi en 1926, le rapport du congrès fédéral adopte un ton aigre-doux pour inciter les socialistes de l'arrondissement à un zèle plus soutenu : « l'arrondissement d Avesnes d'année en année gagne péniblement quelques cartes. Nous sommes toujours au quart de nos effectifs d'avant Tours. Dans le bassin de Maubeuge particulièrement, il apparaît que, sous l'action de militants qui se doivent de réagir et se donner à une propagande ardente, nous pourrions reconquérir des forces que l'aventure bolcheviste nous a fait perdre ».

31Il est certain que les performances des sections socialistes ont de quoi inquiéter, voire alarmer les instances fédérales. En 1921, 540 cartes ont été délivrées dans l'arrondissement ; en 1925, seulement 442 cartes sont distribuées. En 1928, on reste exactement au même niveau avec 445 cartes.

32Le bilan dressé apparaît donc fort maussade. Le socialisme avesnois est sans conteste la proie de difficultés qui le mettent en position de faiblesse. L'étude de la correspondance adressée par les sections de l'Avesnois à la fédération du Nord révèle l'existence d'un relatif découragement, chez une partie des militants, voire d'un renoncement à réagir.

33Qui incriminer dans cette affaire ? Qui doit-on rendre responsable des mauvais scores de la SFIO dans l'arrondissement d'Avesnes ? Faut-il les imputer aux communistes ou accuser les militants socialistes de ne pas être assez motivés et de ne pas payer suffisamment de leur personne ? Ou encore faut-il mettre en cause les instances dirigeantes de la SFIO, n'aidant pas assez les sections en difficulté qui n'arrivent pas à se redresser par leurs propres moyens ?

34Certaines lettres envoyées par les sections à la Fédération du Nord prennent un ton de reproche et expriment leur regret que les instances fédérales ne fournissent pas l'aide souhaitée. Les appels à une aide extérieure, qu'elle soit financière ou qu'elle consiste en l'envoi d'orateurs socialistes de renom afin de susciter des adhésions, reviennent fréquemment dans le courrier adressé par les différentes sections. En voici un exemple : en réponse aux exhortations de la Fédération incitant à un plus grand dynamisme, Mme Laurent, secrétaire adjointe de la section de Maubeuge, écrit ceci : « la Fédération - à laquelle nous sommes dévoués - se devrait de venir un peu à nous pour soulever les milliers de travailleurs qui sont ici une force, mais qui restent amorphes devant le capital qui les plie sous le joug. Le petit noyau de militants que nous sommes ne peut hélas arriver au résultat nécessaire ; seuls, vous savez bien que la lutte n'est pas possible ».

35Diverses sections se plaignent de ne pas être visitées et de ne jamais obtenir la participation à leurs réunions de personnalités de la SFIO. François Cartegnie, ancien maire de Wignehies, écrit en décembre 1923 à Roger Salengro qu'une telle situation est regrettable « pour ce bassin de Maubeuge tant déshérité », alors que la région a bien besoin de la collaboration des « grands ténors », selon son expression.

36Ces doléances se retrouvent dans mainte correspondance. Ainsi encore, Lucien Madeleine, de la section de Hautmont, déclare dans une lettre datée du 25 juin 1929 : « je me permets une fois encore d'insister auprès de vous sur la nécessité de nous accorder seulement une malheureuse fois le concours d'une étoile du parti ». Quelques mois auparavant, il avait annoncé sans ambages à J. B. Lebas que la caisse de la section était complètement vide et qu'en plus lui restaient des dettes résultant des élections précédentes.

37Les réflexions désabusées laissant percer l'impuissance et le découragement ne manquent pas dans cette correspondance avec la Fédération du Nord. Plusieurs sections évoquent leur « petit coin négligé », leur « contrée déshéritée » ou leur « pauvre coin » en guise de justification à leur manque de dynamisme. Lucien Madelaine rajoute : « dans notre région, les « sincères » et les « actifs » ne sont pas nombreux, et le travail tombe toujours sur les mêmes camarades et il est évident que ce n'est pas très encourageant ».

38A l'extrême fin des années 1920, le tableau demeure toujours aussi morose, et l'activité toujours aussi limitée. D'août 1928 à juillet 1929, 12 réunions socialistes sont recensées dans l'arrondissement d'Avesnes sur 220 organisées dans l'ensemble du département du Nord. Autrement dit, sur 100 réunions socialistes tenues dans le département du Nord, seulement 5 se déroulent alors dans l'arrondissement d'Avesnes.

39Bien plus que de l'inertie, ces chiffres reflètent avant tout un sentiment d'incapacité à surmonter les difficultés, un manque de confiance voire un renoncement à l'action. L'extrait suivant d'une lettre de Lucien Madelaine, datée du 3 décembre 1928 apparaît très révélateur de cet état d'esprit : « Quant aux réunions publiques, il est absolument inutile d'en organiser, elles ne sont pas du tout suivies... sans préparation, nous ferions un four complet ». Pour paraphraser les propos d'Adolphe Cappe, qui deviendra en 1931 à la fois maire de Wignehies et conseiller d'arrondissement, « la maladie du sommeil fait des ravages » dans les rangs des sections socialistes de l'Avesnois. Nombreux sont les militants qui reconnaissent que l'arrondissement recèle un potentiel substantiel qui peut être prospecté avec profit Il apparaît clairement qu'un sursaut s'impose, les résultats des socialistes ne correspondant pas à ceux qu'ils sont en droit d'espérer. Mais comment y parvenir ?

3. Les années 1930 : le socialisme triomphant

40On ne saurait trop insister sur la brutalité du changement manifesté au sein du mouvement socialiste en Avesnois au tout début des années 1930. La morosité ambiante cède la place tout à coup à un dynamisme et à une vitalité proprement remarquables. A l'étiage de 1928-29 succède une progression fulgurante. Le socialisme avesnois se métamorphose littéralement en 2 ans à peine et connaît une véritable résurrection, à tel point qu'il fait bientôt figure de modèle à imiter.

41Comment un pareil revirement a-t-il pu s'opérer et quelles en sont les caractéristiques ?

42Le redressement du socialisme dans l'arrondissement d'Avesnes est le fruit d'une action collective menée tant au niveau national que fédéral et local. En 1929, décision est prise dans le cadre du congrès départemental de lancer une grande opération en vue de créer toute une série de sections nouvelles de manière à renforcer l'implantation du parti. Pour ce faire, on réorganise les structures, on institue des délégués chargés, dans un canton ou un ensemble de cantons, de mettre en place de nouvelles sections. De leur côté, les militants de l'arrondissement d'Avesnes prennent conscience de la discordance entre les possibilités offertes dans leur région et le nombre d'adhérents à la SFIO. C'est ainsi qu'est initié un vaste mouvement destiné à installer le plus de sections possible, mouvement auquel les socialistes de l'Avesnois vont participer activement.

43Les efforts des militants rendent les progrès franchement spectaculaires. En 1929, 468 cartes avaient été placées ; en 1930, 614 cartes sont délivrées, soit un tiers de plus en un an. En 1931, le gain est encore d'un tiers avec 810 cartes distribuées. La progression se montre bien fulgurante.

44Certes, tout l'arrondissement d'Avesnes n'est pas touché par ce mouvement, certaines zones se révèlent réfractaires au socialisme. Tel est le cas du canton de Landrecies, où n'arrive à subsister qu'une seule section socialiste, la section de Bousies, avec seulement 3 à 4 cartes placées.

45Mais le canton de Landrecies constitue l'exception qui confirme la règle. Des succès indéniables sont enregistrés dans des cantons aussi divers que ceux de Bavai, d'Avesnes-Nord, Avesnes-Sud, Le Quesnoy-Est, Le Quesnoy-Ouest, Maubeuge-Nord, Maubeuge-Sud ou Trélon. Personne ne semble ménager sa peine. C'est ce qui conduit le 38e congrès départemental réuni en 1931 à adresser un satisfecit aux militants de l'Avesnois et à les féliciter pour leur « effort remarquable ».

46Sur le terrain, il est clair que la tactique a changé. L'attitude défensive, le frileux repli sur soi, ont cédé la place à un propagandisme actif. L'exemple de la section de Maubeuge reflète parfaitement ce complet revirement de stratégie : en 1929, les militants attendaient en se plaignant l'aide de la Fédération. Le 13 décembre 1930, au cours d'une réunion, la section de Maubeuge élabore un nouveau programme de propagande. Il est décidé d'organiser de petites réunions de manière incessante dans les différents quartiers et faubourgs de Maubeuge, de préférence dans les cafés en vue de faciliter le contact direct avec les ouvriers. Effectivement, cette structure est mise en place, structure à laquelle participe le Dr Forest, adjoint au maire de Maubeuge. Celui-ci organise des « causeries d'éducation politique » auxquelles sont conviées les personnes susceptibles d'adhérer à la SFIO. Celles-ci reçoivent une invitation personnelle par la poste. Ce type de réunion de proximité et en petits groupes avec des participants déjà en quelque sorte présélectionnés se révèle particulièrement efficace. Ainsi le 27 décembre 1930, à l'issue d'une de ces réunions, une dizaine d'adhésions sont recueillies.

47Les élections cantonales d'octobre 1931 portent déjà les fruits visibles de l'action menée par les militants. La SFIO obtient 3 élus au heu d'un en 1928 (un conseiller général : Alfred Derigny, successeur à la mairie de Fourmies d'E. Coppeaux décédé et élu dès le 1er tour ; 2 conseillers d'arrondissement : le Dr Forest pour le canton de Maubeuge Nord et Adolphe Cappe pour le canton de Trélon).

48Le socialisme progresse dans tous les cantons ; ce constat ne souffre aucune exception. De plus, dès 1931, non seulement la SFIO récupère ses scores antérieurs, également elle les améliore en plusieurs endroits, notamment dans les zones rurales. Ainsi, dans le canton d'Avesnes-Sud où aucun candidat socialiste n'avait été présenté en 1925, le maire socialiste de Larouillies, Charles Paul, recueille près d'un tiers des suffrages.

49Les élections législatives de 1932 confirment l'embellie. D'abord, la campagne électorale ne montre pas le même aspect qu'en 1928. Le nombre des réunions se multiplie à l'approche des législatives de 1932. D'août 1931 à juillet 1932, 70 réunions organisées par les socialistes sont recensées dans l'arrondissement d'Avesnes. On est très loin de la vingtaine comptabilisée en 1928.

50L'activité manifestée durant la campagne est remarquable. Des orateurs connus viennent en plus grand nombre et plus fréquemment ; ainsi les réunions attirent davantage. Parmi les meneurs de la campagne, un nom se doit d'être cité : celui de Léo Lagrange. Candidat dans la 1ère circonscription d'Avesnes, il se dépense sans compter et prend la peine de visiter les 55 commîmes de sa circonscription. En multipliant les interventions et en participant à de nombreux débats, Léo Lagrange insuffle à la campagne électorale un élan remarquable.

51Lagrange prête tout particulièrement attention au monde rural Dans sa profession de foi, il consacre une large place aux problèmes des herbagers et des fermiers de l'Avesnois. Il se montre très proche d'eux en réclamant des mesures très concrètes telle que la défense des produits laitiers locaux avec l'instauration des appellations « beurre de l'Avesnois » et « fromage de Maroilles ». Cet intérêt porté autant au monde paysan qu'à la population ouvrière s'avère payant En s'appuyant sur le mécontentement grandissant des agriculteurs, les socialistes entament les assises radicales de la région. Après la mort de Louis Loucheur en 1931, c'est le maire socialiste de St Hilaire, Lahanier, qui est élu conseiller général dans le canton d'Avesnes Nord le 7 février 1932. Ce fief radical passe entre les mains des socialistes. Ceux-ci renforcent leurs positions dans les campagnes avesnoises avec la création d'une fédération de défense des intérêts herbagers de l'arrondissement en mars 1936, fédération dont Lahanier devient le président.

52Les résultats des législatives de 1932 sont plus que satisfaisants pour les socialistes de l'arrondissement d'Avesnes : 13 769 électeurs ont voté pour un candidat de la SFIO, contre 8 120 en 1928, soit une progression tout à fait remarquable de près de 70 %. Les cantonales de 1934 et les municipales de 1935 confirment et amplifient ce mouvement jusqu'à l'apothéose de 1936. Au 1er tour des législatives de 1936, les candidats socialistes recueillent 23 691 suffrages, soit 44 % des votes de l'arrondissement Ce score remarquable laisse loin derrière lui ceux des radicaux et des communistes (respectivement 26 et 14 %). Sur 3 circonscriptions, la SFIO obtient 3 députés : victoire totale et sans contestation aucune.

53Du côté des sections, après un certain piétinement du mouvement des adhésions lié à la montée du chômage qui rend plus difficile le placement des cartes, la progression se révèle sensible là aussi. Dans une lettre du 12 août 1936, Eugène Ott, secrétaire de la section de Maubeuge, insiste sur l’afflux des adhésions : « depuis un an », écrit-il, « notre effectif a doublé, notre recrutement est très intense ». Mais cette situation ne présente pas que des avantages selon lui Il indique dans une autre lettre qu'un tel afflux nécessite de prendre toutes les précautions utiles pour éviter des admissions dangereuses et perturbatrices. Ott invite à la vigilance et à ne pas privilégier la quantité aux dépens de la qualité. Le constat n'en reste pas moins clair dans la deuxième moitié des années 1930. L'arrondissement d'Avesnes constitue désormais un fief socialiste.

4. Socialistes, radicaux et communistes de l'arrondissement d'Avesnes dans l'entre-deux-guerres

54En premier lieu, quelles relations les socialistes de l'Avesnois entretiennent-ils dans l'entre-deux-guerres avec les radicaux et les radicaux socialistes ? Dans l'ensemble, le respect de l'orthodoxie doctrinale incite les socialistes de l'Avesnois à percevoir les radicaux comme des adversaires davantage que comme des alliés potentiels.

55Bon nombre de militants réagissent avec indignation en apprenant que Bataille, maire et conseiller général socialiste, a osé assister à deux banquets organisés par les radicaux, l'un à Hautmont, l'autre à Bavai, banquets auxquels participaient Louis Loucheur et Daniel-Vincent, peu de temps avant les législatives d'avril 1928. La section de Hautmont, menée par Blanchart, décide d'attaquer Bataille pour manquement grave à la discipline du parti. La commission fédérale est saisie du problème. Celle-ci reconnaît que l'initiative de Bataille était un « acte mal venu », mais elle « décide de classer l'affaire », compte tenu de l'arrivée à expiration du mandat de Bataille et de la non représentation de celui-ci Néanmoins, les protestations visant Bataille continuent Des militants maubeugeois ne cachent pas leur mécontentement, ainsi que l'indique la lettre de l'un d'entre eux qui réclame la démission de Bataille en l'accusant d'avoir « tué la vitalité du socialisme à Maubeuge ».

56Le même rejet de toute compromission se retrouve en 1933. Les militants de l'Avesnois condamnent sévèrement l'initiative de voter le budget prise par la majorité du groupe parlementaire socialiste, et se rallient sans réserve à la motion Blum-Faure. La section de Cousolre représente bien l'opinion générale en adressant ses conclusions à la Fédération du Nord : « la section estime que jamais une volonté de cohésion et de discipline n'a été plus nécessaire. Elle constate cependant un relâchement certain dans l'observation de la discipline du parti. La section regrette les divisions qui se marquent de plus en plus au sein du groupe socialiste du Parlement et demande aux élus de conformer leur attitude aux résolutions prises par le Congrès du Parti ».

57Cependant, ce souci de préserver l'orthodoxie du parti ne résiste pas toujours à l'épreuve de la réalité. Tel est le cas par exemple à Maubeuge. En 1928, bon nombre de militants font un violent procès à Bataille pour avoir assisté à un banquet organisé par les « républicains ». Mais lors des municipales de 1929, la section de Maubeuge n’hésite pas à participer à la constitution d'une liste d'union socialiste et républicaine.

58De même, la section de Hautmont, derrière son secrétaire Lucien Madeleine, soutient une liste panachée de socialistes et de républicains, alors qu'elle avait lancé l'attaque contre Bataille.

59Ainsi, malgré certaines prises de positions abruptes, le socialisme de l'arrondissement d'Avesnes ne dédaigne pas la formation de listes de cartel pour « battre la réaction ».

60Pour ce qui concerne les relations avec les communistes, celles-ci apparaissent elles aussi frappées du sceau de l'ambiguïté. Certes, ces relations témoignent jusqu'au Front populaire d'une rivalité, sourde ou ouverte selon les cas. Les rapports du sous-préfet font parfois état d'incidents entre socialistes et communistes lors de réunions. Mais ces incidents ne dépassent pas le cadre de la lutte verbale. Il est très rare que la gendarmerie soit obligée d'intervenir. La turbulence qui se produit le 22 décembre 1929 au théâtre municipal de Maubeuge et qui oblige le commissaire de police à faire évacuer la salle doit être considérée comme un événement exceptionnel.

61Dans les années 1920, l'hostilité à l'égard des communistes n'est pas toujours aussi franche qu'il semblerait Ainsi, en 1928, les électeurs socialistes de la 2e circonscription d'Avesnes sont invités à reporter leurs suffrages sur le candidat communiste Desoblin au 2e tour des législatives.

62Plus intéressante encore apparaît l'initiative prise par la section de Maubeuge en 1926, initiative qui la fait entrer en conflit avec la Fédération du Nord. En effet, la section a décidé de constituer un comité antifasciste et a appelé à l'union des forces de gauche. Ce geste est interprété au niveau fédéral comme « un acte d'indiscipline ». La section de Maubeuge s'en défend en déclarant que « le comité antifasciste n'est pas un groupement politique ». « Chaque parti ne fait à l'autre aucune concession de doctrine et conserve sa pleine autonomie et son entière dignité ». Ce comité « a uniquement pour objet la lutte contre le fascisme », toute idée de combinaison politique est à écarter et il ne saurait être question de front unique à l'occasion des élections.

63La section de Maubeuge, en créant ce comité antifasciste, souhaite avant tout répondre à une aspiration très présente dans l'électorat ouvrier local, aspiration qui vise à réaliser une véritable alliance des forces de gauche. Somme toute, la section maubeugeoise se montre beaucoup moins hérétique qu'avant-gardiste. Quelques années plus tard, la création de comités antifascistes réunissant toutes les organisations de gauche sera vivement recommandée.

64Dès 1933, des appels à l'union avec les communistes se font entendre dans l'arrondissement Un comité de front unique est créé à Hautmont, mais il ne sera qu'éphémère. C'est bien évidemment surtout en 1934 que les contacts sont pris en vue d'instaurer des comités de lutte et de vigilance antifascistes.

65Dans un rapport sur l'unité d'action socialo-communiste, rédigé avant la victoire du Front Populaire, le sous-préfet d'Avesnes insiste sur deux points. En premier heu, l'unité et le soutien mutuel en matière électorale sont respectés. De fait, aux cantonales de 1934, la stratégie de front commun fonctionne bien au second tour. Les voix communistes se reportent bien sur les candidats socialistes dans les cantons de Trélon, Maubeuge-Nord et Maubeuge-Sud. De même, les électeurs socialistes accordent leurs suffrages au candidat communiste dans le canton de Berlaimont Mais, rajoute le sous-préfet, chacun veille attentivement au maintien de son indépendance. C'est pourquoi il conclut qu'aucune tentative d'union sérieuse n'est effectuée.

66Si le Front commun prouve son efficacité lors des législatives de 1936, certains comportements et propos laissent entendre que les relations entre socialistes et communistes ne sont pas toujours cordiales. Ainsi, Eugène Ott, dans sa lettre du 12 août 1936, témoigne d'une certaine hargne à l'égard des communistes : « depuis la prise du pouvoir par le gouvernement de Front populaire et à la suite des grèves dans ce bassin, la propagande communiste est très intense ; tous les moyens sont déployés par eux pour annihiler nos efforts de propagande, pour nous submerger, et ce résultat malgré tous nos efforts pourrait attaquer notre bloc d'électeurs ».

67En 1937, les communistes proposent aux socialistes de Maubeuge une fusion entre les deux sections. Des pourparlers s'engagent, un comité socialiste-communiste est constitué. Il disparaît corps et biens en avril 1938.

68A Boussois, le 20 mars 1937, lors de l'assemblée générale de la section, ses membres se déclarent « fermement attachés à la réalisation de l'unité organique entre les partis socialiste et communiste », et prônent la formation d'un parti unique du prolétariat Mais ces propos restent sans lendemain. La méfiance prévaut, ainsi que l'indique le sous-préfet dans son rapport du 21 septembre 1936, où il évoque la lutte d'influence que se livrent les délégués syndicaux socialistes (Jenot) et les délégués syndicaux communistes (Renaud), lutte qui « se poursuit avec une âpreté accrue ».

69La fin des années 1930, conduit à établir un bilan un peu partagé. Certes, les socialistes sont désormais majoritaires dans l'arrondissement d'Avesnes, aussi bien dans des cantons ruraux qu'industriels.

70Mais d'abord la cohésion affichée au début des années 1930 n'apparaît plus aussi certaine. Lorsque Léon Blum en 1937, à l'issue de sa démission, prend position en faveur du soutien actif au gouvernement Chautemps, les militants de l'arrondissement se montrent quelque peu divisés sur la question de la participation des socialistes.

71Certaines sections se rallient à la Gauche révolutionnaire et à la motion Bracke-Zyromski. Ainsi, les sections de Berlaimont et de Felleries condamnent la présence de socialistes au ministère Chautemps et appellent à un programme plus étoffé de nationalisations. D'autres en revanche, les plus nombreux, s'élèvent contre la « dissidence de la Gauche révolutionnaire » et proclament leur « indéfectible fidélité » à Blum et au parti, comme l'affirme la section de Jeumont.

72Les résultats des cantonales de 1937 laissent également une impression mitigée. Certes, la SFIO obtient 8 élus sur 11 sièges de conseillers à pourvoir. Mais si les socialistes avaient recueilli 44 % des suffrages en 1936, ils n'en comptent plus que 38 % en 1937, tandis que l'électorat communiste progresse.

73L'arrondissement d'Avesnes est devenu un fief socialiste, mais un fief aux assises encore fragiles.

Auteur

IEP Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540