Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Les jeunesses socialistes du Nord et du Pas-de-Calais (1919-1939)

Christian Delporte

Texte intégral

  • 1 Sur l'évolution générale des JS, voir Ch. DELPORTE, « Les Jeunesses socialistes dans l'entre-deux- (...)

1Jamais les socialistes ne disposèrent d'un mouvement de jeunes aussi puissant que dans les années 1930. Réduites à néant par la scission de 1920, les Jeunesse socialistes, reconstituées en 1925, devinrent, douze années plus tard, avec 55 000 membres, la plus importante organisation politique de jeunes en France1. Elles durent cet essor considérable, certes à un effort national, mais amplement aussi à l'intense activité des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais, reconstruites dès 1923, qui, au plus fort de leur extension, en 1937, groupèrent plus de 9 000 adhérents.

  • 2 Almanach de la jeunesse ouvrière socialiste, 1934.

2L'histoire des JS du Nord et du Pas-de-Calais sont intimement liées. On discerne même, dans le discours, l'expression d'attaches affectives, la fédération du Pas-de-Calais ne dissimulant guère qu'elle considérait sa voisine à la fois comme un modèle et comme une « soeur aînée ». En 1933, Bernard Chochoy, secrétaire de l'entente du Pas-de-Calais, observait : « Les jeunes travailleurs socialistes du Nord et du Pas-de-Calais ont le même tempérament, le même esprit Ils militent dans des milieux semblables, ils sont dressés tous les jours contre les mêmes adversaires de classe bien personnifiés, d'un côté comme de l'autre, par le potentat minier et le patronat de la grosse industrie. Les mêmes conditions de lutte ont créé entre militants et adhérents des deux fédérations des liens de sympathie et de solidarité agissantes »2. Nord et Pas-de-Calais multipliaient les initiatives commîmes, lançaient, pour les grandes manifestations locales, des invitations réciproques. Pas un congrès de la fédération du Pas-de-Calais sans l'intervention d'un orateur des JS du Nord ; pas un rassemblement d'ampleur sans une délégation nourrie des dirigeants de la fédération amie. La tentative de création, en 1933, d'une entente régionale, regroupant les fédérations du Nord, du Pas-de-Calais, de l'Aisne et de la Somme, ne modifia en rien leurs relations privilégiées, d'autant que les deux derniers départements faisaient figure de parents pauvres à leurs côtés. Du reste, le projet tourna court.

3Mais, au-delà de la faculté de recrutement des deux fédérations étudiées, il faut surtout insister sur la communauté de culture et de pratiques militantes, qui, marquées par la fidélité sans faille au Parti et baignées de tradition guesdiste, constituent le fond identitaire des jeunes socialistes nordistes. Respectées par l'ensemble du mouvement, les JS du Nord et du Pas-de-Calais pesèrent sur son destin jusqu'à lui imposer leur hégémonie.

1. Poids et essor des deux fédérations

  • 3 Peut-être compte-t-il 3 000 adhérents en 1937. Mais nos sources manquent pour confirmer cette éval (...)
  • 4 L'écart le plus réduit entre le Nord et la Seine se situe en 1936 : 3 200 adhérents pour le Nord, (...)
  • 5 L'année 1936 est assez caractéristique d'une situation d'ensemble.

4Le poids numérique des deux fédérations septentrionales au sein de l'ensemble du mouvement des Jeunesses socialistes resta considérable durant toute la période. Le Nord compta jusqu'à 6 700 adhérents en 1937. Le Pas-de-Calais en regroupait 2 200 en 1936, sans doute davantage l'année suivante3. Entre 1927 et 1936, les deux départements représentent, en moyenne annuelle, 23 % des effectifs (16 % pour la seule fédération du Nord entre 1927 et 1938). Le Nord rassemblait, en 1925, 850 des 1 300 adhérents des Jeunesses socialistes ; le Pas-de-Calais, 230. Soit, à eux deux, 83 % des effectifs nationaux ! Certes, ultérieurement, l'extension géographique de l'organisation fit décroître les proportions, mais, sans interruption jusqu'à la guerre, le Nord demeura la plus puissante fédération des JS et résista à la forte poussée de la Seine (le Pas-de-Calais se plaçant au troisième rang)4. Globalement, cette situation reflétait assez fidèlement celle des fédérations adultes, avec, peut-être, une légère sur représentation des JS du Pas-de-Calais, comme semble l'indiquer le tableau qui suit5.

Poids des fédérations en 1936 (en % de l'ensemble des effectifs)

SFIO

JS

1- Nord

8,45

1- Nord

8,40

2- Seine

8,43

2- Seine

7,78

3- Seine/O

4,90

3- Pas de Calais

5,77

4- Pas de Calais

3,19

4- Seine/O

4,25

5Le groupement de jeunes profita indéniablement de l'enracinement du Parti, mais l'action locale des militants se distingua aussi comme un facteur décisif d'accroissement.

  • 6 Un embryon de mouvement de jeunesse, sous l'absolu contrôle adulte, était apparu à la fin du siècl (...)
  • 7 Le nom d'Henri Ghesquière reste attaché à L'Internationale qu'il chanta en 1899 au Congrès des org (...)

6Les JS du Nord étaient les héritières des Jeunes Gardes socialistes créées en juin 1913 à l'initiative d'une dizaine de militants du Comité Liebknecht de la section lilloise de la SFIO6, et dirigées par l'une des figures emblématiques du guesdisme, le député lillois Henri Ghesquière7. A la veille de la guerre, elles regroupaient environ 200 adhérents, essentiellement originaires de Lille, Caudry, Hellemmes, Mons-en-Baroeul et Loos-lès-Lille. La paix revenue, le Nord et le Pas-de-Calais formèrent une entente régionale rassemblant un millier de membres (Nord : 8 groupes, 750 adhérents ; Pas-de-Calais : 4 groupes, 250 adhérents). Mais dès le début de 1920, chacun retrouva son autonomie.

7Au Congrès d'Halluin (au printemps 1920), les JS du Nord rejetèrent sans réserve l'adhésion à l'Internationale communiste des jeunes, approuvant à l'unanimité la motion Lainé qui restait fidèle aux principes de la SFIO. Néanmoins, la fédération ne put demeurer longtemps à l'abri des remous qui finirent par faire éclater le mouvement national : 6 groupes sur 8 rejoignirent la Fédération nationale des Jeunesses communistes de France, immédiatement après sa fondation (juillet 1920). Les deux rescapés furent bientôt décimés, malgré l'action d'Henri Ghesquière et de Just Evrard.

  • 8 Jules Delignies (1902-1970) fut secrétaire de la section SFIO de Saint-Amand, avant d'accéder à la (...)
  • 9 La Bataille, organe de la Fédération socialiste du Nord, mentionne pour la première fois l'existen (...)
  • 10 Le Congrès rassembla (rue Malte-Brun) 32 délégués représentant 7 départements. Aux côtés du Nord : (...)

8Il fallut attendre l'extrême fin de 1922 - au moment même où la fédération de la Seine tentait de se réorganiser - pour qu'un noyau de Jeunesses se reconstituât dans le Nord : à Saint-Amand-les-Eaux, à l'initiative d'un jeune comptable de 20 ans, Jules Delignies8. L'année suivante, un groupe se forma à Lille, sous l'impulsion des fils de Ghesquière, Henri et Edouard qui, en 1920, s'étaient opposés à la poussée communiste en créant un comité de résistance à l'adhésion à la IIIe Internationale9. Ainsi, en septembre 1923, put se réunir à Saint-Amand le premier congrès régional des JS depuis la scission, préalable au premier congrès national des Jeunesses qui se tint à Paris en novembre et mit en place un comité national10.

  • 11 La CAP décida, fin 1924, de dissoudre la Fédération nationale pour en entreprendre la totale recon (...)
  • 12 La Bataille, 14 mars 1926.
  • 13 Le 26 novembre 1930, Le Populaire consacra un article à « L'admirable redressement des Jeunesses s (...)

9Dirigées par les frères Ghesquière, les JS du Nord poursuivirent leur extension alors que, presque partout ailleurs, le mouvement continuait à végéter11. En 1925, au moment où, sous la conduite de Zyromski, les Jeunesses socialistes amorçaient enfin leur reconstruction, le Nord revendiquait déjà 850 adhérents répartis en 16 groupes (avec des points forts : Lille, Annoeullin, Lomme, notamment). L'année suivante, ses effectifs s'élevaient à 1 400 membres, originaires de 31 groupes12, soit plus de la moitié des JS Pourtant, la période 1927-1933 se révéla moins faste. Les années 1927-1928, particulièrement moroses pour la fédération, le furent aussi pour l'ensemble des socialistes (la SFIO perdit, en une année, 12 % de ses adhérents). A cela s'ajoutait le contrecoup des querelles internes au mouvement et du débat houleux sur l'autonomie qui aboutit à l'exclusion de la minorité de gauche menée par Cabrera, en 1927. Elle fut aussi victime du flottement qui accompagna le changement de l'équipe dirigeante en 1928 : H. Ghesquière laissa la place à Florimond Lecomte, jeune employé de l'hospice des Bleuets d'Annappes (âgé de 23 ans). Le Nord perdit 55 % de ses effectifs entre 1926 et 1928. Les deux années suivantes furent marquées par une nouvelle poussée plus de 2 000 adhérents en 1930, soit près du quart de l'ensemble des JS13 ; mais la période 1931-1933 se signala par une brutale rechute.

  • 14 Parti Socialiste - SFIOS Fédération du Nord. Rapports au Congrès départemental (3e session 1933), (...)

10De multiples facteurs justifient cet itinéraire chaotique. On peut invoquer les difficultés générales traversées par le mouvement (recul des JS entre 1932 et 1933), la lassitude des militants liée aux perspectives peu enthousiasmantes offertes par l'organisation, la crise subie par l'ensemble des groupements de jeunesse, etc. Peut-être aussi des origines spécifiques au Nord. La fédération, en effet, souffrait de ce que nous appellerons l'« hypertrophie lilloise ». Profonde dans la métropole du Nord (où militait Lecomte, par exemple ; où étaient fixés avant lui les frères Ghesquière), l'implantation des JS restait insuffisamment consolidée dans le reste du département En 1929, l'arrondissement lillois représentait près de la moitié des effectifs, et jusqu'à 79 % en 1932 ! Ailleurs, les groupes s'avéraient souvent éphémères ; pour le moins, instables. En 1932, Dunkerque et sa région ne connaissaient aucun groupe de Jeunesses ; on en comptait seulement 2 dans l'arrondissement d'Hazebrouck, 3 dans celui de Cambrai, 4 à Douai, 5 à Valenciennes, contre 23 à Lille. « Cette situation ne peut plus se prolonger », clamait alors Victor Provo, secrétaire de la section de Roubaix et membre du Comité fédéral mixte14.

  • 15 Le Cri des jeunes, 1er numéro de février 1938. Notons que l'objectif déclaré des 7 000 membres ne (...)

11L'action fut alors relancée sur de nouveaux fondements : on privilégia les zones peu ou pas touchées par la propagande des Jeunesses ; on chercha à affermir les groupes isolés. La démarche porta rapidement ses fruits, notamment grâce à Victor Provo et à Gérard Gerbier (chargé de la propagande à partir de 1936, et bientôt secrétaire de la fédération). Elle fut favorisée, il est vrai, par une conjoncture bénéfique à l'ensemble du mouvement socialiste, et singulièrement aux JS devenues, avec près de 55 000 membres, le premier groupement politique de jeunes en 1937. La fédération quintupla ses effectifs en 4 ans, passant de 1280 adhérents en 1933 à 6 700 en 1937. Or, à cette date, la part de l'arrondissement de Lille était retombée à 16 % de l'ensemble du département, où l'on dénombrait près de 120 groupes15. Certes, la régression fut sensible en 1938, mais elle toucha indifféremment toutes les fédérations (les JS perdirent 21 % de leurs membres ; le Nord, 27 %) qui subirent le choc des épurations à répétition et le découragement lié à la dissolution du Front populaire.

  • 16 La rupture de Havenne-fils avec les JC fut annoncée en première page de L'Éclaireur du Pas-de-Cala (...)

12Comparée à la puissante fédération du Nord, la fédération du Pas-de-Calais connut une évolution plus simple et moins heurtée. Dépendante de la première en 1919, numériquement trois fois moins importante, elle ne pouvait guère peser alors, ni sur le plan régional, ni à l'échelon national Emportées par la scission de 1920, les JS du Pas-de-Calais ne furent rebâties qu'au début de l'été 1923, juste à temps pour envoyer une modeste délégation au congrès de Malte-Brun. Elles durent leur renaissance à l'action personnelle de Georges Havenne (fils du conseiller général socialiste) qui, au printemps 1923, rompit avec les Jeunesses communistes : en quelques jours le secrétaire des JC du Pas-de-Calais fut investi des fonctions de secrétaire des JS du même département !16 En fait, à ce moment, la fédération n'excédait guère les limites de la section de Burbure qu'il venait de créer. Il déploya une intense activité qui lui permit de réunir un premier congrès fédéral à Lillers, en octobre 1924. Deux ans plus tard, les JS du Pas-de-Calais rassemblaient près de 300 membres, recrutés notamment à Sallaumines, Liévin, Lens, Libercourt, Oignies, Auchy et Fouquières-lès-Lens.

  • 17 « Les « vieux » jeunes sont allés fortifier les cadres de la Fédération adulte et quelques groupes (...)

13Comme son voisin du Nord, le Pas-de-Calais subit le double effet de la crise nationale (SFIO et JS) et du renouvellement de la direction locale. Havenne, mobilisé par le Parti, fut remplacé en 1927 par Maurice Piquet, instituteur de 24 ans, animateur du groupe de Sallaumines17. André Pantigny, autre dirigeant notoire du Pas-de-Calais, fut également sollicité par la Fédération adulte (il en devint, plus tard, le secrétaire). Les troupes fondirent : 200 adhérents en 1927, 100 en 1928. Tout était à refaire. Les résultats furent d'abord lents à se dessiner : 280 membres et 10 groupes en 1929 (Sallaumines, Oignies, Calonne-Liévin, Haisnes-lès-La-Bassée, Hénin-Liétard, Alblain-St-Nazaire, Arras, Vendin-le-Vieil) ; 900 membres et 30 groupes en 1933. Mais, sous l'impulsion de son nouveau secrétaire, Bernard Chochoy, lui aussi instituteur à Sallaumines, la fédération s'épanouit rapidement, tirant indéniablement profit de la dynamique du Front populaire, comme en atteste le second millier d'adhérents dépassé en 1936. Le prestige personnel de Chochoy contribua à sa nomination à la tête des JS en 1934. Son successeur dans le Pas-de-Calais, Max Norel, instituteur à Avion, fut lui-même promu secrétaire des Jeunesses socialistes lorsque Chochoy dut renoncer à ses fonctions, « atteint par la limite d'âge ».

14Toutefois l'originalité des deux fédérations ne se restreint pas à ces seules données quantitatives. Bien au contraire, il convient de chercher leur spécificité, d'abord dans le discours et les pratiques militantes qui puisent leurs sources dans l'histoire, les traditions, la culture politique du socialisme nordiste et forment le socle identitaire des JS de la région.

2. Culture et pratiques militantes : fidélité au parti et à la tradition guesdiste

15Face à la turbulente fédération de la Seine, périodiquement agitée par des courants de gauche, le Nord et le Pas-de-Calais se distinguaient comme des modèles d'allégeance au Parti et de fidélité à l'orthodoxie socialiste.

  • 18 Cité par J. VARIN, Jeunes comme JC, t. 1 : 1920-1939, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 34.

16A l'origine - dans le Nord, particulièrement-, les responsables du Parti n'avaient consenti à l'existence des Jeunesse socialistes qu'à condition de les encadrer très étroitement Ainsi, avant-guerre, les Jeunes Gardes furent-elles dotées d'un chef de 50 ans, en la personne de Henri Ghesquière. Pour beaucoup, du reste, ce rigoureux contrôle du Parti restait insuffisant Gustave Delory, maire de Lille et secrétaire de la fédération du Nord, n'affirmait-il pas en 1907 : « Gardons-nous de constituer des groupes de la Jeunesse socialiste, car, livrés à eux-mêmes, les jeunes, on les connaît Ils sont ardents, pleins de fougue. Ils voudraient marcher dans la direction qu'ils croiraient (...) Ils pourraient aussi nous créer des ennuis » ?18 Après la scission, les directions fédérales du Nord et Pas-de-Calais ne poussèrent guère à la reconstruction des JS. Il fallut la farouche volonté de quelques militants jeunes pour voir se former les maillons initiaux des Jeunesses. Mais on constatera que leurs premiers responsables appartenaient au sérail socialiste : les Ghesquière ou Augustin Laurent, dans le Nord ; Havenne-fils ou Victor Lenain (fils d'André Lenain), dans le Pas-de-Calais. Le militantisme des pères pouvait être porté au crédit des fils, eux-mêmes rompus aux règles du Parti.

  • 19 « Nos jeunesses » (La Bataillé) ; « Le coin des jeunes » (L'Éclaireur).
  • 20 Le Cri des jeunes, janvier 1920.
  • 21 Le 16 avril 1931, les Jeunesses de Roubaix, lancèrent, dans les colonnes du Populaire, un appel so (...)

17Pourtant les adultes ne firent pas toujours preuve de bonne volonté. Certes, La Bataille ou L'Éclaireur offrirent, l'un comme l'autre, un « pavé » aux JS dans leurs colonnes19, et le Parti, dans l'ensemble, mit assez volontiers ses puissants moyens matériels à leur service. Mais, localement, les jeunes déploraient parfois l'accueil mitigé des adultes à leurs projets. Ainsi les militants des JS de Douai, annonçant en 1930 une progression de leurs effectifs, observaient-ils, dépités : « Nous aurions pu faire plus si nous avions obtenu le concours des sections adultes, mais malheureusement celles-ci ne nous ont pas montré toute la bienveillance que nous méritions »20. Finalement, pour les adultes, les JS étaient un « mal nécessaire » ou « inévitable », dans la mesure où elles s'avéraient capables d'attirer au socialisme une population qui, autrement, fût demeurée sourde aux appels du Parti. Mais lorsque les jeunes avaient directement franchi le pas en rejoignant le Parti, ces mêmes adultes, souvent, se gardaient bien de les diriger vers les Jeunesses, ce qui irritait fort leurs responsables21.

  • 22 « A l'exemple des JS du Nord », Parti socialiste SFIO-Comité National Mixte des Jeunesses socialis (...)

18Il reste que les fédérations adultes n'eurent guère à se lamenter de l'indiscipline des JS Les statuts du mouvement présentaient d'ailleurs de solides garde-fous à une éventuelle inconduite des jeunes : toute manifestation publique des Jeunesses devait préalablement être autorisée par la section locale de la SFIO et, à l'image des instances nationales, l'organisation départementale dépendait d'un Comité fédéral mixte (jeunes et adultes, à parité) qui favorisait la surveillance du Parti. Or le loyalisme des jeunes fut tel que les adultes se contentèrent rapidement de n'exercer sur eux qu'un contrôle discret Dans les plus modestes réunions comme dans les plus grands meetings - où étaient régulièrement invités Salengro (« notre Roger »), Bracke ou Lebas-, les JS ne manquaient pas une occasion pour affirmer leur fidélité, leur respect et leur gratitude au Parti. On notera que les fédérations des JS du Nord et du Pas-de-Calais furent les plus réticentes à établir des relations suivies avec les Jeunesses communistes à l'époque du Front populaire. Aussi accueillirent-elles avec soulagement la rupture avec les JC. Avec une pointe de reproche pour les « erreurs passées », Gérard Gerbier, secrétaire des JS du Nord, déclarait avec force en 1938 : « Le temps consacré à palabrer avec les autres, c'est du temps perdu pour les JS et le Parti »22.

  • 23 Outre le cas des frères Ghesquière ou de Just Evrard (fils du secrétaire du syndicat des mineurs, (...)

19Une enquête menée sur le cas de 45 responsables fédéraux (31 du Nord, 14 du Pas-de-Calais) révèle quelques tendances caractéristiques, même s'il convient de ne pas tirer des conclusions définitives à partir d'un échantillon limité. Les résultats confirment néanmoins quelques informations connues sur le profil des cadres socialistes du Nord. Les plus nombreux étaient ainsi issus des milieux prolétarien (fils de mineurs ou d'ouvriers du textile) ou enseignant (fils d'instituteurs). A l'époque où ils militaient aux Jeunesses, 9 d'entre eux étaient encore étudiants (ils devinrent professeurs, avocats, journalistes), 8 instituteurs (particulièrement dans le Pas-de-Calais), 6 employés (souvent dans les mairies socialistes), 2 artisans. On comptait tout de même 13 ouvriers, ce qui, comparé à d'autres fédérations (comme la Seine) atteste l'importance relative d'un élément prolétarien qui venait équilibrer la densité du noyau enseignant (contribuant ainsi au phénomène de « reproduction sociologique » au sein du Parti). Mais l'aspect le plus significatif tient aux « filiations politiques », essentielles pour la transmission des traditions et de la culture militante. 18 sur 45 (environ 40 %) étaient issus d'une famille où le père assumait des responsabilités au sein de la SFIO (et/ou la CGT), et détenait fréquemment un mandat électif (de proximité, le plus souvent : maire, conseiller général) ; ce qui, de toute évidence, consolidait chez les jeunes l'enracinement local23. Dans ces conditions, on ne s'étonnera guère de la fidélité affirmée par les JS à des formes de militantisme tout empreintes de guesdisme.

  • 24 « (La JS) ne discute pas leurs (Parti, Syndicat Coopérative) méthodes ; on y étudie leurs théories (...)
  • 25 La Bataille, 18 mai 1924.
  • 26 La Bataille, 10 mai 1925.
  • 27 Le sport, « élément d'émancipation de la classe ouvrière » (Le Cri des jeunes, mars 1928). On rapp (...)
  • 28 E. GHESQUIERE, « Rôle et Action de la Jeunesse socialiste », Le Cri des jeunes, 1er juillet 1928.

20Reprenant les objectifs énoncés avant-guerre, les statuts des JS de juillet 1925 avaient fixé au mouvement une unique mission : développer l'éducation socialiste de la jeunesse et l'action en faveur des loisirs ouvriers. Les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais s'appliquèrent, durant toute la période ultérieure, à ne pas s'écarter de la voie tracée, évitant soigneusement tout débat politique qui pût mettre en cause la ligne définie par le Parti24. « Que notre mot d'ordre », écrivait dès 1924 Briche, l'un des responsables des JS du Nord, soit et reste : « Organiser-Éduquer », et avec Guesde répétons : « Bravo aux jeunes camarades qui, en s'instruisant, se mettent en mesure de poursuivre l'éducation et l'organisation des masses, condition indispensable à la Révolution socialiste »25. Fortes de l'expérience des « écoles socialistes » créées au début du siècle, tant en France qu'en Allemagne, les JS cherchèrent à développer, au sein des groupes, des structures d'accueil typiquement scolaires. « Le jeune a besoin d'aller à l'école avant de se lancer dans la politique », affirmait Henri Ghesquière26. Son frère, Édouard, mena une réflexion approfondie sur les « méthodes d'enseignement » à destination d'un public par définition hétérogène. Ainsi définissait-il deux catégories de jeunes. D'abord une minorité de jeunes, motivés par la connaissance de la doctrine, recevrait une solide formation, dispensée par les écoles socialistes et les cercles d'études, qui les préparerait à leurs futures responsabilités de cadres. Ensuite tous les autres qui, plus ou moins indifférents à la politique, devaient trouver aux Jeunesses les moyens de se distraire (sport27, chant, musique, théâtre, sorties), tout en se familiarisant, par des « méthodes progressives » (causeries, lecture de journaux et brochures, visites de musées, de coopératives, d'établissements industriels), avec les rudiments de la culture ouvrière. Ainsi s'agissait-il d'éloigner ces jeunes des organisations cléricales (scouts, JOC) ou ennemies, en général (JC, Jeunesses patriotes), tout en garantissant l'avenir (adultes, ils adhéreraient spontanément au socialisme)28.

  • 29 Le Cri des jeunes, décembre 1928. Le Cercle Floréal dont il est question ici participait régulière (...)

21Du coup, chaque groupe devait s'organiser en sous-sections, ce qui supposait une lourde infrastructure matérielle. Seuls les plus puissants d'entre eux parvinrent à diversifier leurs activités, comme à Lille où, en 1928, Lecomte soulignait avec fierté : « Au sein de notre organisation, le jeune ouvrier trouve de suite, s'il le désire, de quoi se distraire. Aime-t-il le sport ? Nous lui conseillons d'adhérer au Cercle sportif, bien que celui-ci ne fasse pas partie intégrante de notre jeunesse socialiste. Il est sous la direction de la Section socialiste lilloise et les trois-quarts de ses membres appartiennent à notre jeunesse. A-t-il des dispositions artistiques ? Il peut, en donnant son adhésion à notre Cercle Floréal, satisfaire ses goûts. Il sera là, dans un milieu de jeunes, travaillant pour l'idée, par la chanson, le rire, la comédie. Veut-il connaître à fond le socialisme et être un militant actif ? Il prendra part à toutes les réunions, puisera dans notre bibliothèque les livres capables de parachever son éducation socialiste, militera constamment avec ses camarades jeunes (...) »29. Bientôt, les JS de Lille disposèrent de leur propre librairie.

22Les cours des écoles socialistes, devenus fréquents dans le Nord au début des armées 1930, étaient assurés à la fois par des cadres du Parti (Bracke, Lebas) et par de jeunes diplômés, comme Armand Coquart, agrégé, spécialiste de langue et de littérature russe. Dans le Pas-de-Calais, Guy Mollet (alors secrétaire à la propagande) animait une « école du militant » qui n'hésitait pas à se déplacer de groupe en groupe pour porter le savoir. Les Jeunesses se firent aussi une spécialité des sorties-cyclistes et autres excursions, et surtout des fêtes champêtres, au premier rang desquelles il convient de mentionner la fête de Phalempin qui, chaque année, rassemblait plusieurs milliers de jeunes. L'éducation constituait donc l'élément déterminant dans la formation d'une identité que les JS affermissaient, par ailleurs, en cultivant la mémoire et le signe. Ainsi, les journées commémoratives, où l'on honorait les grandes figures du socialisme local ou national (comme les « apôtres du socialisme », Jaurès et Guesde), ou la remise du drapeau, acte de fondateur du groupe (présidé par un élu, suivi par un défilé), marquaient la vie des Jeunesses par leur solennité.

  • 30 Par référence au Cri du Nord, créé par les militants du Parti au lendemain de la scission de Tours
  • 31 Le Cri des jeunes, 1er numéro de novembre 1937.
  • 32 La création des Jeunes gardes suscita un vif débat au congrès. A. Laurent (délégué par le Parti) c (...)

23L'oeuvre éducative trouvait son prolongement naturel dans les activités de propagande. Toujours soucieuses d'instrumentaliser leur militantisme, les JS du Nord consentirent un effort particulier pour le développement d'outils comme le bulletin d'information fédéral assurant la liaison avec les groupes, et surtout l'organe mensuel, Le Cri des jeunes30 qui, sous les auspices de Florimond Lecomte, publia son premier numéro en mars 1928. « La propagande écrite est une propagande qui reste », écrivait Danielle Liégeois en 193731 : le militant pouvait y puiser l'essentiel de son argumentation. Les jeunes, actifs et présents sur le terrain, étaient particulièrement utiles au Parti lorsqu'il s'agissait de diffuser sa presse sur les marchés, de coller ses affiches ou de former son service d'ordre. Ce fut précisément pour protéger ses manifestations contre les « fascistes » que furent créées les Jeunes gardes socialistes (qualifiées ici de « groupe d'autodéfense », là « d'armée prolétarienne »). Le premier groupe nordiste vit le jour à Lille, en mars 1932, avant que le Congrès d'Hazebrouck n'en généralisât le principe à toute la fédération, en juillet 193332 (les militants du Pas-de-Calais imitèrent leurs voisins en fondant un noyau à Hénin-Liétard, en juin 1933). Dès lors, les JGS, conduits par Lecomte, multiplièrent les démonstrations de force : on gardera en mémoire l'image, impressionnante, de tous ces jeunes, en chemise bleue et en cravate rouge, défilant, le visage grave, le poing levé, aux obsèques de Roger Salengro.

  • 33 La Bataille, 24 janvier 1926.
  • 34 La Bataille, 1er juillet 1932.
  • 35 Le Cri des jeunes, 2 janvier 1934.

24L'attachement des JS du Nord et du Pas-de-Calais aux particularités du socialisme septentrional prenait encore un autre aspect Négligeant les contacts suivis avec leurs camarades d'autres régions, ils regardaient résolument vers le Nord : vers le socialisme belge, exalté par leurs pères, et plus spécifiquement vers les Jeunes gardes socialistes belges en qui ils reconnaissaient un modèle. Les JGS étaient présents à tous leurs congrès fédéraux. On les honorait et ne manquait pas de souligner, dans la presse comme dans les discours des meetings, le caractère exemplaire de l'action menée dans les municipalités socialistes en Belgique. Invités par les JGS belges, les JS, à leur retour, ne cachaient guère leur admiration pour la tâche accomplie. « Ah ! camarades français », écrivait le roubaisien Ernest Caus en 1926, « voilà plusieurs fois que j'ai l'occasion d'aller visiter les oeuvres du prolétariat belge. J'ai un peu honte comme le disait Baert à Mouscron, honte de me dire Français quand je converse avec les représentants du prolétariat de ce pays. Comment se fait-il que chez nous notre Parti ayant tant d'influence sur les populations, nous n'ayons pas également, comme nos camarades belges, notre salle de sports, notre salle de récréation ? »33. Groupes de jeunes, français et belges, intensifièrent les échanges, organisant des rencontres sportives et des fêtes, des « tournées de propagande » communes, constituant des « comités franco-belges », comme celui qui fut créé par les sections d'Armentières et de Bizet en 193234. En décembre 1933, les JS du Nord et du Pas-de-Calais envoyèrent au congrès de leurs camarades belges une délégation de plusieurs centaines de militants, fiers d'arborer devant leurs amis le tout récent uniforme des Jeunes gardes35.

25Toutefois, malgré leur puissance numérique et l'attachement à leurs particularismes, les Jeunesses du Nord et du Pas-de-Calais ne vivaient pas indépendamment du mouvement national Bien au contraire : cherchant à influencer son devenir, elles parvinrent à triompher de toutes les résistances à leur emprise.

3. Rayonnement et hégémonie des jeunes socialistes nordistes

  • 36 Voir notamment ce qu'en disait Le Populaire, le 31 juillet 1935.
  • 37 Voir Le Cri des jeunes, 2e numéro de mai 1939.

26Pour les JS, le bastion nordiste restait la référence. Les Jeunesses du Nord (plus que celles du Pas-de-Calais) voyaient d'abord rejaillir sur elles le prestige du socialisme local. Ainsi, de toutes les semaines d'études, qui rassemblaient chaque année les cadres du mouvement, celle de Lille, en juillet 1935, eut sans doute le plus de retentissement Roger Salengro en personne servit de guide aux délégués, impressionnés par l'abondance et la qualité des oeuvres municipales : crèches, camps de vacances, installations médicales, etc.36. Dans l'imaginaire des JS, la région tenait un peu la place de la Belgique dans les représentations des Jeunesses du Nord. Mais ces dernières tirèrent aussi profit de leurs effectifs. Le caractère exemplaire de leur développement valurent aux JS du Nord d'être choisies par l'Internationale de la Jeunesse socialiste, pour organiser à Lille le quatrième rassemblement de la jeunesse socialiste, les 29 et 30 juillet 1939, après Amsterdam, Vienne et Liège37.

  • 38 Lettre de Louis Lévy aux secrétaires des comités départementaux des Jeunesses socialistes, CRHMSS, (...)

27L'importance de leurs effectifs permit aux JS du Nord de prendre une part active à la définition doctrinale du mouvement Très caractéristique à cet égard, fut le rapport présenté par les frères Ghesquière au congrès des Jeunesses en 1928, intitulé « La Jeunesse socialiste. Son organisation ». En une quarantaine de pages, tout était expliqué : les structures du mouvement, la manière dont naissait puis fonctionnait un groupe, les méthodes pour élargir son recrutement, les formes d'action et surtout, dans un souci de détail qui laissait peu d'amplitude à l'improvisation et peu de liberté de manoeuvre aux militants, ce qu'il convenait d'entendre par « loisirs ouvriers », « action culturelle », « éducation socialiste » (le tout accompagné de multiples conseils et exemples pour leur mise en oeuvre). Publié sous forme de brochure par la Librairie populaire, plusieurs fois réédité, ce texte servit de vade-mecum à tous les responsables de groupe pendant des années. Les Jeunesses du Nord influèrent également sur les pratiques et l'environnement militants. Ainsi fut-ce sous leur pression que l'organisation nationale adopta l'insigne des Jeunes Gardes belges (représentant une main tenant un rameau d'olivier) et en rendit le port obligatoire38.

  • 39 Rapports administratifs du Comité national mixte des jeunesses socialistes à la conférence nationa (...)

28Leurs moyens, financiers et humains, mis à la disposition de l'ensemble du mouvement, facilitèrent leur hégémonie. Moyens financiers, d'abord. En 1928, les JS du Nord diffusaient, comme nous le mentionnions plus haut, un mensuel, Le Cri des Jeunes alors que, paradoxalement, la Fédération nationale ne disposait d'aucun organe. En janvier 1929, les Jeunesses de Lille répondant favorablement à la sollicitation du Comité national mixte, mit son journal à sa disposition39. Si la rédaction gagna bientôt Paris, l'administration demeura à Lille, sous l'étroit contrôle de Florimond Lecomte. Dans l'esprit des militants, Le Cri des jeunes - mal diffusé au sud de la Loire - restait une feuille lilloise. Moyens humains, ensuite. Malgré les efforts déployés par la Seine, le Nord et le Pas-de-Calais dominèrent les effectifs des Jeunes gardes socialistes. Il en imposèrent l'uniforme (à l'origine, les militants du sud-ouest portaient une chemise rouge). Au grand rassemblement des Jeunes gardes à Creil, en mars 1937, les JS des deux fédérations nordistes furent indéniablement les plus remarquées. Autant d'éléments qui, de proche en proche, renforçaient inévitablement leur prestige.

  • 40 Havenne, pour rendre ses propos plus crédibles, surestime les effectifs du Pas-de-Calais, annonçan (...)
  • 41 Ibid.

29Mais plus significatif encore fut le rôle déterminant que tinrent les Jeunesses nordistes dans les grands débats qui décidèrent de l'évolution du mouvement Face à l'indisciplinée fédération de la Seine, le Nord et le Pas-de-Calais firent toujours figure de « gardiens du Temple ». Au fond, les jeunes du Nord et du Pas-de-Calais s'étaient toujours indignés de voir les Parisiens, bien moins nombreux qu'eux, prétendre au leadership du mouvement et exploiter leur privilège géographique (la proximité de la direction nationale du Parti) pour gouverner l'organisation. Déjà, en 1925, les responsables des deux fédérations acceptaient fort mal que toutes les modalités de la reconstruction fussent établies à Paris. Ainsi, dans une lettre adressée à Zyromski, qui coordonnait l'oeuvre de réorganisation, Georges Havenne, secrétaire du Pas-de-Calais, s'en prit violemment au Comité national· Certes, il en faisait partie, mais les jeunes Parisiens occupaient 7 postes sur 10, alors que la Seine ne rassemblait que quelques dizaines de militants. Il accompagnait son attaque d'une menace : « Vu l'incurie du Comité national actuel, vu les effectifs des Ententes du Nord et du Pas-de-Calais40, nous allons soumettre au prochain congrès une demande de transfert de siège, car vous n'ignorez pas que les Jeunesses du Nord possèdent à Lille un immeuble où il est possible de loger les bureaux de la Fédération nationale ». Et il ajoutait cette phrase caractéristique : « Les membres du Comité national seraient pris en égale partie dans les Ententes du Nord et du Pas-de-Calais »41. Il fallut tout le poids personnel de Zyromski pour faire avorter le projet, mais les propos d'Havenne en disaient long sur l'ampleur des frustrations des jeunes nordistes.

  • 42 Nous reprenons ici une expression de Jean Lebas, évoquant le débat sur l'autonomie lance à Paris ((...)
  • 43 Le Cri des jeunes, 7 octobre 1934.

30Ces derniers eurent d'autres occasions de s'opposer fermement aux Parisiens, coupables de dérive gauchisante, notamment au moment du débat sur l'autonomie de l'organisation, en 1934. Face aux militants de la Seine (« le vent mauvais qui arrive de la capitale »42), groupés autour de Fred Zeller, qui étaient parvenus à convaincre le secrétaire national des JS, le Parisien René Dumon, de la nécessité d'une plus grande liberté d'action des Jeunesses par rapport au Parti, les responsables du Nord (Provo, Lecomte) et du Pas-de-Calais (Chochoy) firent campagne pour le maintien du « statuquo », affirmant notamment : « Les jeunes peuvent-ils avoir une autre position que celle du parti ? Lorsque le parti, dans la pleine souveraineté de ses Congrès, a déterminé son action sur un objet précis, quel est le devoir de ses militants ? Il est tout tracé : Faire la politique du parti, voilà quel doit être l'objectif. Appartient-il au mouvement de la Jeunesse de dire alors « Vous vous êtes trompés », « c'est nous qui avons raison ! ». Dans ces conditions, nous entendons mener une action contraire à la vôtre. Voilà qui serait grave. Sous le couvert de l'unité, la scission s'installerait inévitablement dans le monde socialiste. Impossible de s'arrêter un instant à une thèse aussi dangereuse »43. Ils réussirent à entraîner dans leur sillage des fédérations aussi importantes que celles de la Haute-Garonne, des Bouches-du-Rhône ou de la Vienne : la tentative parisienne échoua.

  • 44 F. ZELLER, Trois points, c'est tout, Paris, R. Laffont 1976, p. 78.
  • 45 « Rousset, Yvan et la citoyenne Craipeau, Brando, Bressier, Pero, Fred Zeller, Genia, Lissanski, M (...)
  • 46 Le Populaire, 29 juillet 1935.

31La controverse rebondit l'année suivante dans le fief des JS du Nord, à Lille, où devait se tenir la conférence nationale. Contrôlant pratiquement l'entente de la Seine, les éléments d'extrême-gauche présentèrent une « motion de la gauche révolutionnaire ». L'axe Nord/Pas-de-Calais annihila la manoeuvre gauchiste, mais l'issue du vote parut longtemps incertaine. « On délibérait sous la pression de véritables nervis chauffés à blanc par Florimond Lecomte et Victor Provo », rapporte Fred Zeller44. Chochoy mena l'offensive, proposant l'exclusion de 12 militants de la Seine45 et « de tous ceux qui, dans l'action publique, se réclament d'une politique en opposition avec celle du Parti »46. Chochoy fut récompensé, Dumon s'effaçant et lui laissant le secrétariat national. Avec Chochoy, ce fut non seulement le début de la reprise en mains des JS par le Parti (et le démantèlement de la fédération de la Seine, dissoute en avril 1938), mais aussi la domination quasi-exclusive du Nord et du Pas-de-Calais sur le mouvement Augustin Laurent, l'ancien responsable des JS du Nord, fut même désigné par le Parti comme secrétaire adulte en remplacement de Lagorgette qui trouva la mort dans un accident, en avril 1937. En confiant la direction à Max Norel, en avril 1939, Chochoy laissait le pouvoir, certes à un paulfauriste, comme lui, mais surtout à un militant élevé dans la discipline du Parti et dans la fidélité à ses traditions.

32On ajoutera que les deux fédérations nordistes furent, comme l'ensemble de l'organisation, mal préparée à la guerre, emportées dans la tourmente de 1940. Et les exemples dont nous disposons restent trop ponctuels pour affirmer que les liens noués aux JS dans le Nord ou le Pas-de-Calais dans les années 1930, jouèrent un rôle déterminant dans l'émergence de noyaux de résistance à l'occupant.

  • 47 Bernard Chochoy fut secrétaire d'État à la Reconstruction et au Logement dans le cabinet Mollet (1 (...)

33Il resterait à savoir si les jeunes du Nord et du Pas-de-Calais furent payés en retour de leur fidélité au Parti. On peut partiellement formuler une réponse en suivant l'itinéraire des 45 responsables jeunes dont il a été question plus haut. 35 d'entre eux ont, par la suite, assumé des charges à la SFIO : 16 à l'échelon local, 16 à l'échelon fédéral, 3 à l'échelon national (dont G. Mollet et C. Delabre). 16 furent maires (dont V. Provo, maire de Roubaix de 1944 à 1977 et A. Laurent, maire de Lille de 1955 à 1973), conseillers municipaux ou généraux ; 9 sénateurs ou députés (B. Chochoy, A. Coquart, C. Delabre, J. Evrard, A. Laurent, G. Mollet, V. Provo, Ch. de Saint-Venant-fils). On compta même, parmi eux, des ministres (B. Chochoy, A. Laurent47) et, bien sûr, un président du Conseil (Mollet). Autrement dit : si les JS ne furent pas le passage obligé pour une brillante carrière dans le Parti, elle la favorisa sans doute. Il est clair que l'organisation, conçue pour former des cadres, ne démérita pas. Elle permit à des jeunes de s'accoutumer à des responsabilités politiques et de profiter ultérieurement d'un travail soutenu sur le terrain. Et, ce qui n'est pas accessoire, elle envoya vers les fédérations adultes des cadres expérimentés sur toutes les questions touchant aux rapports des jeunes et de la politique. Ainsi le Parti, habituellement désorienté par une population qu'il connaissait mal, put-il enfin désigner, pour surveiller les jeunes, des militants qui avaient fourbi leurs premières armes aux JS : Victor Provo dans le Nord ; André Pantigny dans le Pas-de-Calais.

  • 48 Le Cri des jeunes, 2e numéro de décembre 1937.

34Puissantes et sclérosantes, admirables par leur capacité de recrutement et obstacles fondamentaux à toute inflexion doctrinale, les JS du Nord et du Pas-de-Calais écrivirent, avec - ou contre ! - les militants de la Seine, la page la plus illustre de l'histoire des Jeunesses socialistes. Après guerre, les JS nordistes ne parvinrent jamais à retrouver l'élan qui les avait animées des années 1920 aux années 1930, moins encore à faire taire les polémiques qui, dès la fin des années 1940, eurent raison de l'organisation nationale. Jamais plus les JS du Nord ne purent s'enorgueillir du titre glorieux de « plus beau fleuron de la Jeunesse socialiste de France » que chacun s'accordait à leur attribuer dans l'entre-deux-guerres48.

Evolution des effectifs des jeunesses socialistes du Nord et du Pas-de-Calais 1923-1938

Evolution des effectifs des jeunesses socialistes du Nord et du Pas-de-Calais 1923-1938

ANNÉES

NORD

PAS-DE-CALAIS

1923

-

120

1924

-

120

1925

850

230

1926

1400

272

1927

1000

200

1928

630

100

1929

1803

280

1930

2202

341

1931

1360

495

1932

1338

761

1933

1280

900

1934

1700

1250

1935

1900

1300

1936

3200

2200

1937

6700

?

1938

4700

?

Effectifs cumulés des J.S. du Nord et du Pas-de-Calais 1925-1936 (en % de l'ensemble des J.S.)

Effectifs cumulés des J.S. du Nord et du Pas-de-Calais 1925-1936 (en % de l'ensemble des J.S.)

ANNÉES

NORD

PAS-DE-CALAIS

1925

65,4 %

17,7 %

1926

51,6 %

10 %

1927

25,1 %

5 %

1928

17,3 %

2,7 %

1929

27,9 %

4,3 %

1930

24,3 %

3,8 %

1931

15,1 %

5,5 %

1932

11,4 %

6,5 %

1933

11,3 %

8 %

1934

15 %

11 %

1935

11,6 %

8 %

1936

8,4 %

5,8 %

35

Notes

1 Sur l'évolution générale des JS, voir Ch. DELPORTE, « Les Jeunesses socialistes dans l'entre-deux-guerres », Le Mouvement social, octobre-décembre 1991, p. 33-66.

2 Almanach de la jeunesse ouvrière socialiste, 1934.

3 Peut-être compte-t-il 3 000 adhérents en 1937. Mais nos sources manquent pour confirmer cette évaluation.

4 L'écart le plus réduit entre le Nord et la Seine se situe en 1936 : 3 200 adhérents pour le Nord, 2 945 pour la Seine (et 2 200 pour le Pas-de-Calais).

5 L'année 1936 est assez caractéristique d'une situation d'ensemble.

6 Un embryon de mouvement de jeunesse, sous l'absolu contrôle adulte, était apparu à la fin du siècle dernier : en 1895, au congrès de Romilly, Gustave Delory représentait, outre les sections du Parti ouvrier français, deux groupes de Jeunesses socialistes (Lille et Roubaix). On notera, d'autre part, que les JGS se réunissaient chaque samedi au café « A Versailles », situé dans le quartier Saint Sauveur (Almanach de la jeunesse ouvrière socialiste, 1934).

7 Le nom d'Henri Ghesquière reste attaché à L'Internationale qu'il chanta en 1899 au Congrès des organisations socialistes et contribua à diffuser dans toute la France.

8 Jules Delignies (1902-1970) fut secrétaire de la section SFIO de Saint-Amand, avant d'accéder à la Commission administrative de la Fédération socialiste du Nord. Journaliste au Populaire à partir de 1936, il collabora à Nord-Matin à la Libération.

9 La Bataille, organe de la Fédération socialiste du Nord, mentionne pour la première fois l'existence d'une JS lilloise le 1er juillet 1923.

10 Le Congrès rassembla (rue Malte-Brun) 32 délégués représentant 7 départements. Aux côtés du Nord : la Seine, le Pas-de-Calais, la Haute Garonne, la Gironde, la Charente inférieure, le Haut Rhin. Henri Ghesquière fut l'un des 11 membres du comité national.

11 La CAP décida, fin 1924, de dissoudre la Fédération nationale pour en entreprendre la totale reconstruction (voir C. Delporte, art. cit.).

12 La Bataille, 14 mars 1926.

13 Le 26 novembre 1930, Le Populaire consacra un article à « L'admirable redressement des Jeunesses socialistes du Nord ».

14 Parti Socialiste - SFIOS Fédération du Nord. Rapports au Congrès départemental (3e session 1933), Lille, 1933.

15 Le Cri des jeunes, 1er numéro de février 1938. Notons que l'objectif déclaré des 7 000 membres ne fut jamais atteint (pas plus que les JS, à l'échelon national, ne réussirent à grouper les 70 000 adhérents officiellement souhaités pour 1937).

16 La rupture de Havenne-fils avec les JC fut annoncée en première page de L'Éclaireur du Pas-de-Calais, organe de la Fédération socialiste, le 6 juin 1923.

17 « Les « vieux » jeunes sont allés fortifier les cadres de la Fédération adulte et quelques groupes ont disparu », affirmait Chochoy en 1933 pour justifier le recul constaté des années 1927-1928 (Almanach de la Jeunesse ouvrière socialiste, 1934).

18 Cité par J. VARIN, Jeunes comme JC, t. 1 : 1920-1939, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 34.

19 « Nos jeunesses » (La Bataillé) ; « Le coin des jeunes » (L'Éclaireur).

20 Le Cri des jeunes, janvier 1920.

21 Le 16 avril 1931, les Jeunesses de Roubaix, lancèrent, dans les colonnes du Populaire, un appel solennel à la section du Parti pour qu'elle dirige ses jeunes vers les JS, s'interrogeant en ces termes : « Comme l'a dit notre secrétaire, Provo, devant le Comité exécutif, la section compte environ un quart de ses membres ayant moins de 25 ans. Pourquoi ne sont-ils pas dans notre groupe de jeunesses ou à l'école socialiste du Foyer d'éducation ouvrière ? »

22 « A l'exemple des JS du Nord », Parti socialiste SFIO-Comité National Mixte des Jeunesses socialistes, Bulletin national, juil-août 1938, no 9.

23 Outre le cas des frères Ghesquière ou de Just Evrard (fils du secrétaire du syndicat des mineurs, et frère de Raoul, député de 1919 à 1936, directeur de L'Eclaireur), on citera quelques exemples moins connus : Dutilleul, fils d'un des principaux leaders socialistes de Douai ; Foucaut, fils du maire de Sin-le-Noble ; Laurent fils du maire de Wahagnies ; Lorthioir, fils du maire de Lys-lès-Lannoy ; Charles Saint-Venant ; fils du député lillois Charles Eugène Saint-Venant etc. A noter, par ailleurs, que les jeunes filles représentaient environ le tiers des effectifs des JS du Nord, à la fin des années 1930. La fédération créa une commission féminine consultative pour traiter les questions intéressant plus particulièrement les jeunes filles, et en confia la direction à Danielle Liégeois.

24 « (La JS) ne discute pas leurs (Parti, Syndicat Coopérative) méthodes ; on y étudie leurs théories, leur forme d'organisation, leur histoire particulière, celle du mouvement ouvrier en France et à l'étranger. On y apprend à aimer et à connaître les hommes qui ont illustré le socialisme » (Henri Ghesquière, « Ce qu'est la Jeunesse Socialiste ! », La Bataille, 10 mai 1925).

25 La Bataille, 18 mai 1924.

26 La Bataille, 10 mai 1925.

27 Le sport, « élément d'émancipation de la classe ouvrière » (Le Cri des jeunes, mars 1928). On rappellera les liens privilégiés des JS avec l'USSGT (voir C. Delporte, art. cit.).

28 E. GHESQUIERE, « Rôle et Action de la Jeunesse socialiste », Le Cri des jeunes, 1er juillet 1928.

29 Le Cri des jeunes, décembre 1928. Le Cercle Floréal dont il est question ici participait régulièrement aux fêtes du Parti et des JS. Les titres de son répertoire donnent une idée assez précise de sa mission éducative : « Bagnes d’Afrique », « L’Usine qui flambe », « Le Permissionnaire », etc.

30 Par référence au Cri du Nord, créé par les militants du Parti au lendemain de la scission de Tours.

31 Le Cri des jeunes, 1er numéro de novembre 1937.

32 La création des Jeunes gardes suscita un vif débat au congrès. A. Laurent (délégué par le Parti) craignait de voir les jeunes se détourner des JS par rejet de l'uniforme. Provo redoutait que l'action ne mît au second plan l'éducation socialiste (Le Cri des jeunes, 3 août 1933)

33 La Bataille, 24 janvier 1926.

34 La Bataille, 1er juillet 1932.

35 Le Cri des jeunes, 2 janvier 1934.

36 Voir notamment ce qu'en disait Le Populaire, le 31 juillet 1935.

37 Voir Le Cri des jeunes, 2e numéro de mai 1939.

38 Lettre de Louis Lévy aux secrétaires des comités départementaux des Jeunesses socialistes, CRHMSS, Fonds Zyromski, B. III.

39 Rapports administratifs du Comité national mixte des jeunesses socialistes à la conférence nationale des 10 et 11 novembre 1929, Parti socialiste (SFIO), 1929.

40 Havenne, pour rendre ses propos plus crédibles, surestime les effectifs du Pas-de-Calais, annonçant « près de 500 adhérents », alors que la fédération n'en comptait que 230. Lettre du 5 janvier 1925, CHMSS, Fonds Zyromski, B. III.

41 Ibid.

42 Nous reprenons ici une expression de Jean Lebas, évoquant le débat sur l'autonomie lance à Paris (Tâche et organisation des Jeunesses socialistes, Lille, 1935)

43 Le Cri des jeunes, 7 octobre 1934.

44 F. ZELLER, Trois points, c'est tout, Paris, R. Laffont 1976, p. 78.

45 « Rousset, Yvan et la citoyenne Craipeau, Brando, Bressier, Pero, Fred Zeller, Genia, Lissanski, Marakowski, Rigal, Corvin ».

46 Le Populaire, 29 juillet 1935.

47 Bernard Chochoy fut secrétaire d'État à la Reconstruction et au Logement dans le cabinet Mollet (1956), puis secrétaire d'État à l’Industrie et au Commerce dans le cabinet Bourgès-Maunoury (1957). Augustin Laurent fut ministre des PTT dans le gouvernement de Gaulle (1944) et à nouveau ministre dans l'éphémère cabinet Blum, en 1946.

48 Le Cri des jeunes, 2e numéro de décembre 1937.

Table des illustrations

Titre Evolution des effectifs des jeunesses socialistes du Nord et du Pas-de-Calais 1923-1938
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Effectifs cumulés des J.S. du Nord et du Pas-de-Calais 1925-1936 (en % de l'ensemble des J.S.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Université de Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540