Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Manifestations de rue et cortèges : spécificité des pratiques identitaires et militantes des socialistes du Nord dans l'entre-deux-guerres

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1. Le poids des manifestations dans le Nord : une donnée culturelle

  • 1 Notre recension s'est effectuée à partir du dépouillement de la presse nationale des organisations (...)
  • 2 78 cortèges socialistes dans le Nord, 18 dans le Pas-de-Calais, 42 dans la Seine et la Seine-et-Oi (...)

1Une étude des manifestations de rue de l'entre-deux-guerres menée à l'échelle nationale permet une double constatation. La SFIO fait un usage relativement modeste d'une telle forme d'expression ou d'action puisque ses cortèges, identitaires ou politiques, ne représentent qu'un peu moins de 5 % du total des démonstrations recensées de 1919 au 6 février 19341. Elle en use, toutefois, avec de grandes disparités régionales puisque 39 % de ses cortèges se déploient dans les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais quand la Seine et la Seine-et-Oise, qui viennent en seconde position derrière ce premier bloc, n'en abritent que 17 %2. La seconde de ces constatations nous retiendra seule ici.

2Une comparaison entre la proportion des manifestations socialistes localisées dans les deux départements du Nord et celle du total des manifestations, tous partis et syndicats confondus, atteste de ce que cette propension à manifester supérieure à la moyenne relève de données culturelles.

  • 3 163 villes sur 724 villes

3Le département du Nord abrite 1066 des 4826 cortèges politiques et syndicaux recensés entre ces mêmes dates et celui du Pas-de-Calais 221. L'ensemble septentrional représente donc 25 % du total contre 15 % pour la Seine et la Seine-et-Oise. Avec une dispersion géographique des manifestations beaucoup plus forte dans celui-là même puisque les cortèges qui, dans certains départements ne touchent que les seules préfectures et sous préfectures, concernent 124 communes différentes dans le département du Nord et 39 dans le Pas-de-Calais ; soit 22 % du total des villes françaises touchées par ce phénomène3.

  • 4 « La fête au coeur, XIVe-XXe siècle », Revue du Nord, juillet-septembre 1987, t. LXIX,

4La propension à manifester à des fins identitaires ou politiques est donc une spécificité régionale affectant, à des degrés assurément divers, la quasi totalité des organisations manifestantes. Elle prend racine dans des données d'ordre ethnologique que nous ne saurions analyser ici4.

  • 5 M. PERROT, Les ouvriers en grève, Paris, Mouton, 1974.

5Les organisations ouvrières recourent toutefois plus que d'autres à cette modalité du politique. Pour deux raisons majeures. La première tient au poids des milieux socio-professionnels dont Michèle Perrot a montré qu'ils recourent plus que d'autres au cortège sur la voie publique, les mineurs en tout premier lieu5. La seconde doit au contact avec la culture prolétarienne qui se structure, au XIXe siècle, dans ces pays frontaliers que sont l'Allemagne et la Belgique où des maisons du peuple, gérées en coopératives, sont tout à la fois le siège des diverses organisations, l'espace des fêtes et le point de départ symbolique des cortèges ouvriers.

6Le phénomène manifestant doit aux stratégies d'occupation concurrentielle de l'espace déployées par les organisations adverses ou concurrentes baignant dans ce même substrat ethnologique de s'entretenir ensuite lui-même et de s'amplifier.

  • 6 Nos sources se focalisent sur les processions conflictuelles plus que sur toutes autres. Elles per (...)
  • 7 AN, F7 13007, Nord, lettre du Préfet au Ministre de l'Intérieur, 14 juin 1926.

7« Il n'est pas douteux que le clergé prend une position active dans le conflit [opposant les catholiques au Cartel des gauches]6, commente, par exemple, le Préfet du Nord en 1926. Là où il n'y avait plus de processions, on les organise, on les fait renaître et les groupes fascistes ou d'Action Française y prennent part avec une certaine arrogance. Si les processions sont interdites, le clergé passe outre et se fait dresser des procès verbaux et des manifestations cléricales s'organisent ensuite [...]. Cette attitude du parti catholique amène naturellement la réplique des partis d'opposition »7. La réplique passe par l'organisation de contre-manifestations et par un raidissement des municipalités : Sept des dix sept municipalités interdisant, entre 1925 et 1933, des processions pour certaines traditionnelles sont, ainsi, radicales ou assimilées) et dix autres socialistes. Sept d'entre elles sont situées dans le Nord et le Pas-de-Calais.

  • 8 AN, F7 13084, activité du parti socialiste, rapport du 10 juillet 1930.

8Le préfet du Pas-de-Calais constate, de son côté, en 1930 que la « recrudescence [des manifestations socialistes] entraîne une recrudescence simultanée des manifestations communistes. Il y a entre elles un synchronisme absolu, écrit-il Les manifestations des SFIO [sic] [sont] automatiquement suivies de contre manifestations communistes [et] les localités du bassin minier voient presque chaque dimanche fleurir les bannières rouges et l'Internationale. » Des incidents graves pourraient surgir « de ce rythme accéléré » poursuit-il : « le parti communiste est en quête d'incidents mais le parti socialiste porterait lui aussi une lourde responsabilité. Il se livre à une propagande permanente qui pourrait paraître normale en période électorale s'il s'agissait de faire prévaloir des doctrines dans un milieu hostile ou indifférent mais elles ont lieu dans des municipalités qui lui sont acquises depuis longtemps, où sa supériorité est écrasante, où les efforts unitaires restent vains des manifestations intermittentes, destinées à maintenir ses effectifs seraient normales, des manifestations hebdomadaires ne le sont pas, de plus, en maintes circonstances, les socialistes ont une attitude de provocation vis à vis du parti communiste »8. Des constats de même nature faits par les préfets d'autres départements n'invoquent jamais ce même systématisme.

9La comparaison des chiffres fournis plus haut montre que la surévaluation du poids des manifestations socialistes du Nord est plus forte que celle de toutes les organisations confondues. C'est dans la politique qu'il faut chercher les causes de cette amplification de tendance.

2. Pour une exemplarité des fédérations du Nord

10Nous ne disposons pas des données qui pourraient nous permettre de mesurer le recours différentiel à la rue des différentes fédérations socialistes d'avant 1914. Du moins pouvons-nous comparer la situation de l'immédiat après-guerre à la scission avec ce qu'elle devient au delà.

11La SFIO prend acte du passage à la guerre de position après les législatives de Novembre 1919 et s'adapte alors aux conditions nouvelles en se repliant sur l'espace/temps de son histoire propre et sur les positions conquises ou conservées lors des élections municipales. Ses manifestations non identitaires sont des initiatives locales de faible importance le plus souvent contraintes par l'adversaire ou par une démarche concurrente. Ses cortèges identitaires sont sensiblement plus nombreux. Plus du tiers sont destinés à célébrer la victoire électorale ; la plupart à commémorer Jaurès, la Commune, Albert Thomas, le 4 septembre ou la Révolution russe et quelques autres à donner de l'éclat à la réunion d'instances dirigeantes du parti. Ils s'organisent presque tous dans ses fiefs : C'est le cas de 13 des 18 manifestations politiques et de 26 des 30 cortèges identitaires répertoriés des élections municipales à la fin 1920.

  • 9 L'Humanité, 26 juillet l920. Ce même journal et la Voix du Peuple parlent le premier mai 1919, à L (...)
  • 10 L'Humanité, 25 juillet 1920.

12Ces cortèges ne font aux deux départements du Nord aucune place spécifique puisque ceux-ci n'en abritent que 8 sur 72 soit un peu plus de 10 % et viennent loin derrière la région parisienne. La fédération du Nord « fière de la progression constante de ses effectifs » rassemble, en juillet 1920, à Lille 30 000 manifestants dans « le plus formidable cortège jamais vu »9 et décide d'organiser « à intervalles réguliers de [semblables] manifestations monstres où elle appellera les masses ouvrières »10. Mais cette démonstration destinée à fêter la victoire remportée aux municipales dans le département tout entier n'est organisée qu'après que trois autres départements et la région parisienne aient déjà procédé de la sorte.

13La scission précipite les évolutions dans ce domaine comme en d'autres.

  • 11 E. HOBSBAWM, « The transformations of Labour rituals », Worlds of Labour, Weidenfeld and Nicolas, (...)
  • 12 Danielle TARTAKOWSKY, « Les effets d'une « culture nationale-populaire » sur les traditions identi (...)
  • 13 Alain CORBIN, Noëlle GEROME, Danielle TARTAKOWSKY (dir.), Les usages politiques des fêtes, Paris, (...)
  • 14 Michel HASTINGS, Halluin la rouge, Lille, PUL, 1991.

14La SFIO s'est constituée quand s'achevait, internationalement, la phase active de gestation des rituels du mouvement ouvrier11. Elle s'est trouvée prise entre des traditions anarcho-syndicaliste et républicaine solidement structurées et n'a pu se doter, avant-guerre, de traditions identitaires susceptibles d’exprimer nationalement son image12. Elle a, par contre, témoigné d'une réelle capacité à inventer, localement, des traditions inscrites dans la geste locale du mouvement populaire ou dans l'espace/temps des fêtes traditionnelles et/ou de la commémoration nationale13. Les socialistes persistent à « inventer » de semblables traditions au sortir de la guerre pour répondre aux déstructurations qu'elle accélère. Avec des disparités régionales qui reflètent l'existence ou l'absence de traditions préalables en la matière. Ces traditions locales permettent l'émergence d'une « culture de bastion » dotée de la puissance et de la cohésion de tout fortin mais également de ses caractères de repli et d'isolement14. Elle permet de s'ancrer culturellement dans le champ local en exerçant ainsi une hégémonie mais n'est susceptible d'aucune extension nationale. Ce d'autant moins que la structure décentralisée de la SFIO assure une large autonomie fédérale qui accentue l'éclatement du miroir et, dès lors, la permanence des images brisées. La SFIO doit, ainsi, à la force d'une symbolique et d'une culture républicaine s'identifiant au champ national sans laisser le moindre espace à ceux qui se réclament de cette culture en s'efforçant de la dépasser de ne pouvoir produire d'images identitaires autres que locales. Elle abandonne à d'autres l'hégémonie comprise en terme national.

  • 15 Ce point sera développé dans un autre cadre.

15Le parti communiste naissant s'attache à construire ses propres images identitaires dans la région parisienne qui constitue sa zone de forte implantation. La SFIO riposte en prenant tout naturellement appui sur ces points forts que sont les fédérations du Nord et plus spécialement sur les nombreuses municipalités qu'elle y conserve. Avec des démonstrations qui doivent à leur fonction d'abord et avant tout identitaire de privilégier les fiefs maîtrisés quand des communistes, qui marquent pareillement leurs territoires, investissent, en sus et avec une très grande fréquence, celui de leurs frères ennemis, dans le Nord comme ailleurs15.

16Les manifestations du Nord et du Pas-de-Calais doivent à l'affaiblissement du parti socialiste dans de nombreuses régions de désormais peser d'un poids plus lourd : elles constituent 88 des 170 manifestations socialistes répertoriées du congrès de Tours à février 1934 soit 51 %. L'effondrement du parti socialiste en région parisienne lui vaut d'acquérir, en sus, valeur exemplaire.

  • 16 Le Populaire, 4 juillet 1922 : « La manifestation aurait eu autant d'ampleur si la scission n'avai (...)
  • 17 Le Populaire, 7 août 1922.
  • 18 Le Populaire, 30 juillet 1922, L’Humanité, 31 juillet 1922. L'absence de toute indication chiffrée (...)
  • 19 Le Populaire, 17 octobre 1922, article de Paul Faure.

17Les citadelles socialistes du Nord occupent désormais la place phare et dominante dévolue, un an plus tôt, à celles de la banlieue parisienne. C'est à Lille que la SFIO donne, en juillet 1922, le coup d'envoi d'une campagne nationale16. Elle organise là une puissante manifestation qui associe les socialistes belges et se veut une réponse au récent rassemblement des communistes parisiens devant le « Mur ». C'est encore à Lille17 puis à Bruay qu'elle rend, quelques mois plus tard, un « fervent hommage » à Jaurès et Guesde dont l'ampleur est infiniment plus forte que les obsèques parisiennes de ce dernier18. Avant que Le Populaire invite à « recommencer dans toutes les villes de France » ce qui vient d'être fait pour « redonner l'élan, le nerf [et] la foi aux travailleurs »19.

  • 20 Le Populaire, 3 juillet 1933.

18Cette exemplarité proclamée se retrouve pareillement en 1933. Paul Faure tient la puissante fête qui s'organise alors à Lille pour un moyen de « conquérir l'opinion » et invite les autres fédérations qui ne sauraient rivaliser seule avec elle à s'associer à deux ou trois pour mobiliser de pareilles foules et « organiser des meetings imposants où les militants viennent puiser du réconfort et de nouvelles raisons d'espérer »20.

Des spécificités culturelles

19Les démonstrations qui sont, ainsi, érigées en modèles présentent de fortes spécificités formelles.

20Une étude comparative avec les pays frontaliers permettrait seule de déterminer dans quelle mesure la propension à manifester supérieure à la moyenne est une caractéristique de l'aire culturelle de l'Europe du Nord-Ouest.

  • 21 Cela ne vaut pas exclusivement pour les cortèges socialistes. Le 1er mai s'accompagne de fêtes cha (...)
  • 22 Le Populaire, 3 juillet 1922 décrit la manifestation lilloise « annoncée par des bombes qui éclate (...)
  • 23 Ces phénomènes se retrouvent dans la France de l'Est pour des raisons similaires.
  • 24 Le Populaire, 3 juillet 1933. Cf également AN, F7 13011, Pas-de-Calais, rapport du 11 octobre 1922 (...)

21Son influence sur la forme des cortèges est par contre évidente. Les cortèges socialistes, et plus généralement les cortèges ouvriers, lui doivent l'étroit rapport qu'ils entretiennent avec la fête en général21 et les kermesses flamandes en particulier22 Ils lui doivent également de regrouper en leur sein des fanfares, harmonies, sociétés sportives et drapeaux infiniment plus nombreux qu'ailleurs23. La fête que la fédération du Nord organise à Lille en juillet 1933 avec le concours des départements limitrophes et la présence de délégations étrangères qui peut être tenue pour leur archétype constitue, ainsi, un véritable conservatoire des rites et pratiques festives des socialistes de l'Europe du Nord Ouest : « les centaines et centaines de drapeaux rouges, les fanfares, les sociétés sportives, les enfants, les hommes, les femmes qui défilent au nombre de 30 000 après que des bombes aient annoncé le « préparez-vous » procurent aux 50 000 « spectateurs actifs » la joie [la] plus pure [quel] peut espérer un militant »24.

  • 25 Le Populaire, 17 octobre. Paul Faure attribue le succès des récentes manifestations de Lille et de (...)
  • 26 AN, F7 13012, rapport du 10 septembre 1923 : à la suite d'un meeting à la Sentinelle, remise de ba (...)

22Le modèle de la culture prolétarienne constituée dans les pays frontaliers leur vaut, enfin, d'associer les syndicats, coopératives et municipalités beaucoup plus systématiquement que dans les autres fédérations25 ; avec, dès lors, une assez forte indifférenciation formelle entre les cortèges syndicaux à participation socialiste et les cortèges socialistes à participation syndicale et un rituel qui peut parfois, c'est un cas limite, devenir simultané et commun26.

23Plus spécifique aux manifestations socialistes est le recours au modèle belge.

  • 27 Le Populaire, 21 août 1927. Inauguration de la Bourse du travail de Lille.
  • 28 L'Humanité, 10 août 1930. Le journal reproduit une déclaration du conseiller municipal de Croix au(...)

24La fédération socialiste du Nord qui invite le parti ouvrier belge à la plupart de ses manifestations identitaires lui emprunte certaines novations. Le parti socialiste condamne en 1925-26 les groupes paramilitaires constitués par la droite extra-parlementaire et par le parti communiste et renvoit dos à dos « les centuries rouges et tricolores » mais les socialiste du Nord invitent deux bataillons de la garde ouvrière du Borinage à la fête qu'il organise à Lille en 1927. Ces milices subdivisées en centuries de 113 membres principalement recrutés parmi la Jeune Garde socialiste sont fortes de 20 000 hommes qui défilent par rangs de quatre, coiffés de bérets ornés des insignes du parti. Ils portent un brassard où s'inscrit, en lettres noires, « garde ouvrière », un bâton ferré et une musette. A leur tête, 150 drapeaux rouges, des clairons et des fanfares27. Ces mêmes socialistes du Nord envisagent, encore, en 1931, de lever des « gardes rouges » pour empêcher les communistes de « saboter la grève du textile ». Ce qui fait craindre au préfet des heurts avec "l'autodéfense cégétiste des ouvriers belges"28.

3. Des pratiques spécifiques

  • 29 8 des 18 villes dans les lesquelles les cortèges du 1er mai se recueillent devant les tombes des v (...)

25Les cortèges ainsi conçus sont parfois destinés à contrer les cléricaux, les adversaires du cartel ou du néo-cartel ; ils doivent à la proximité des champs des batailles d'être plus fréquemment qu'ailleurs l'occasion d'exprimer une volonté de paix29. Ils sont toutefois majoritairement identitaires et présentent, là encore, certaines spécificités.

  • 30 Le Populaire, 7 août 1922, Lille, 10 000 personnes. Le Populaire, 28 et 29 juillet 1923, le journa (...)
  • 31 La manifestation de Lens est la première depuis la scission dans le département et celle de Lille (...)

26Ces bastions de la France guesdiste que sont Lille et Lens contribuent à la commémoration de Jaurès en 1922 et 1923 en associant sa mémoire à celle de Guesde et réunissent alors des manifestations plus puissantes30 qu'elles ne sont dans la France jaurésienne ; avec des foules d'autant plus imposantes que ces démonstrations, exceptionnelles, prétendent, on l'a dit, à une démonstration de force exemplaire31. Ces cortèges d'hommage à Jaurès disparaissent par contre assez vite pour laisser cette modalité de la commémoration se concentrer dans la France du Sud (du Sud-Est en particulier).

  • 32 Le Populaire, 10 octobre 1920 : Halluin, congrès des jeunesses socialistes avec remise de drapeau  (...)
  • 33 Wasquehal constitue en 1928 l'unique exception.
  • 34 Le Réveil du Nord, 12 mai 1925 : cortège de 30 000 personnes à Lille au terme duquel des mannequin (...)

27Ces cortèges d'autocélébration que sont les remises de drapeaux, les appendices de congrès32 sont, en revanche, le fait presque exclusif des municipalités socialistes33 de la France du Nord (23 villes sur 28 touchées). Ils doivent à leur stricte dimension de culture de parti et aux spécificités du syndicalisme français d'associer moins systématiquement les syndicats confédérés que les cortèges socialistes d'autre nature. Les défilés régulièrement organisés après chaque élection municipale sont une autre modalité de cette auto célébration. Ils intègrent des pratiques empruntées aux charivaris et, sans être le fait exclusif du Nord, y sont, du moins, sensiblement plus fréquents qu'ailleurs34.

4. La faible pénétration des modèles

28Les cortèges qu'organisent les autres fédérations socialistes partagent évidemment certains des caractères de ceux du Nord et du Pas-de-Calais. Ils se déploient, pareillement, dans les fiefs du parti et sont, à leur égal, identitaires plus que politiques. Ils doivent toutefois ces similitudes au rapport du parti socialiste à la politique plus qu'à une quelconque pénétration des modèles.

  • 35 Parti socialiste SFIO, rapport administratif, conseil national mixte des JS, avril 1934 : « la jeu (...)

29Celle-ci n'est pas totalement inexistante. C'est sur le parti ouvrier belge que la fédération de la Seine prend, à son tour, appui quand elle décide, en 1933, de se doter de Jeunes gardes. Ses dirigeants envisagent de leur dispenser régulièrement des leçons de canne et de boxe à la salle de la Montmartroise sportive ouvrière comme cela se fait déjà à Lille. Ils engagent des pourparlers avec la société d'assurance du parti ouvrier belge pour bénéficier de ses services35. Le phénomène demeure toutefois très marginal dès lors qu'il contrevient à toute tradition nationale de rejet des formes paramilitaires dans les cortèges ouvriers renforcée par le pacifisme de l'après-guerre. Il ne pénètre que parmi la jeunesse plus faiblement imprégnée par ces traditions et dès lors plus facilement réceptive aux modèles. Avec la fragilité inhérente à tout modèle ainsi surimposé.

30Les autres fédérations disposent, d'une façon plus générale, de leurs propres traditions locales. Celles-ci sont moins visibles et moins autonomisées sur le terrain de la rue que celles du Nord mais du moins assez puissante pour faire obstacle à la pénétration de modèles qui circulent mieux, au total, d'une organisation à une autre à l'intérieur d'une même région que d'une fédération à l'autre à l'intérieur d'une organisation restée, il est vrai, profondément décentralisée.

5. A l'époque du Front populaire

31Nous avons montré dans un autre cadre que le Front populaire compris comme le mouvement populaire précédant la victoire de 1936 puis comme l'expérience gouvernementale qui en découle dans son articulation avec le mouvement social favorise une « nationalisation » des pratiques manifestantes. On peut dès lors de se demander quelles évolutions subissent les spécificités culturelles régionales qui viennent d'être évoquées.

  • 36 16 manifestations socialistes contre 0 communistes l'été durant puis 26 contre 18 ensuite.
  • 37 En particulier pour commémorer Jaurès (15 cortèges).
  • 38 Le Populaire, 19 octobre 1936, A Toulouse, un cortège rassemblant les militants socialistes venus (...)
  • 39 Le Populaire, 16 juin 1936 : défilés du 14 juin à Strasbourg et Marseille.

32Le parti socialiste qui est pourtant le mieux en phase avec les gouvernements de Front populaire est paradoxalement celle des organisations de front populaire qui recourt le plus souvent à la manifestation de rue en son nom propre. Les manifestations socialistes (à l'exclusion des manifestations communes de Front populaire sont au nombre de 2 de 1934 à 1936 puis atteignent 42 après la victoire du Front populaire à novembre 1938. Soit une moyenne de près de 1,5 par mois quand elle était de 0,5 par mois dans les années 20 et jusqu'en 1934. Au point de devancer un temps celles des communistes, pour la première fois depuis 192036. Le parti socialiste qui organise ainsi de plus nombreux défilés commémoratifs37 ou festifs38 et affiche, en outre, dans ces cortèges comme dans ceux du Rassemblement populaire39 un patriotisme de parti.

33Les spécificités quantitatives du Nord et du Pas-de-Calais doivent à la « nationalisation » du phénomène manifestant de s'atténuer. Les deux départements septentrionaux abritent 12 % du total des cortèges de la période 36-39 contre 25 % de 1919 à 1934 en attestant ainsi d'une tendance à une meilleure homogénéisation. Les seules manifestations socialistes suivent cette même tendance en affichant toutefois une meilleure résistance puisque ces deux départements abritent 13 des 42 démonstrations socialistes de la même période soit 30 % contre 39 % précédemment Du moins le Nord et le Pas-de-Calais affirment-ils toujours leur primat.

  • 40 Cf. par exemple, Le Populaire, 17 septembre 1937 : 25e anniversaire de la municipalité socialiste (...)
  • 41 Cette règle ne vaut pas l'été durant : les cortèges socialistes investissent 3 fiefs contre 3 muni (...)
  • 42 Cf. par exemple la fête des jeunesses socialistes à Creil, Le Populaire, 30 mars 1937. Bracke ne v (...)
  • 43 Le Peuple, 7 juin 1937, Clermont-Ferrand.
  • 44 IRM, IML, bobine 783, comité central d'octobre 1936, intervention de Cadras. Cf. également Le Popu (...)

34Les manifestations que le parti socialiste déploie dans ce nouveau contexte politique conservent d'autant plus fortement leurs caractères hérités des années vingt qu'elles ont pour objectif d'affirmer l'autonomie du parti quand on pourrait risquer de le confondre avec l'expérience gouvernementale en cours. Les socialistes persistent à recourir à ces formes de liturgie politique spécifiques que sont les remises de drapeau où les célébrations d'anniversaire de leurs municipalités40 et, pour associer moins fréquemment les syndicats, organisent du moins leurs cortèges avec l'habituel concours des municipalités41 et des jeunesses42 auxquelles ils confient souvent leur service d'ordre. Ce patriotisme de parti suscite parfois l'irritation des communistes qui se fondent alors jusqu'à s'y confondre dans la culture de Front populaire telle qu'ils la conçoivent et préfèrent confier le service d'ordre des démonstrations aux organisations de Front populaire telle la FSGT.43 Ils n'hésitent pas à intégrer des démonstrations socialistes auxquelles ils n'ont pas été conviés. Que la fédération socialiste du Pas-de-Calais invite Léon Blum et ils décident, ainsi, de « transformer cette manifestation spécifiquement socialiste en une manifestation de Front populaire ». Ils se joignent au cortège en arborant des portraits de Thorez et de la Passionaria et suscitent un vif mécontentement de la part de leurs alliés44.

35Cette culture du parti qui survit et va même en se développant n'est pas sans marquer de son empreinte les cortège unitaires de front populaire. Ils présentent à leur tour, dans le Nord, certaines spécificités.

  • 45 Le Populaire, 15 juillet 1936.
  • 46 IRM, IML, bobine 783, comité central d'octobre 1936. Martha Desrumeaux déclare qu'il a été impossi (...)
  • 47 IRM, IML, bobine 816, comité central d'octobre 1937.
  • 48 L'Humanité, 16 novembre 1936 : absence socialiste à la fête communiste d'Hénin-Liétard et inversem (...)

36Les 14 juillet 1935 ont été célébrés dans le Nord comme ailleurs en mariant, comme partout, symboliques républicaine et ouvrière. L'effacement rapide de la culture républicaine dans certains cortèges témoigne pourtant de résistances plus importantes qu'elles ne le sont dans les régions de France où la culture nationale-populaire issue de la Révolution française et structurée par les républicains victorieux l'a emporté sur la culture prolétarienne. Le phénomène est perceptible dès 1936 à Maubeuge où les travailleurs défilent groupés par usines et corporations quand ce type d'ordonnancement n'est, ailleurs, aucunement la norme45. Le phénomène s'accentue en 1937. Les cortèges populaires prenant la suite des cérémonies officielles sont en net recul46 et les résistances à la symbolique républicaine se manifestent plus ouvertement : « Au cours des démonstrations, il y a 100, 150 drapeaux du parti et pas un seul tricolore, se plaint Arthur Remette devant le comité central du PCF [...]. J'ajoute [qu'on] évite de jouer la Marseillaise et [qu'] on se trouverait offensé si on jouait le Chant du départ. Et quand nos camarades agissent ainsi, c'est sous la pression du parti socialiste. Ils veulent se montrer plus révolutionnaires que les socialistes. Bien souvent on continue de lancer le cri "à bas les curés" »47. L'expression du sectarisme est par ailleurs perceptible dans l'organisation de certains cortèges de manière plus précoce qu'ailleurs48.

  • 49 Antoine PROST, « Les premiers mai du Front populaire en province », op. cit., p. 71-72.
  • 50 Le Populaire, 22 juin 1937 : meeting improvisé à Luna park. 40 000 travailleurs place de la mairie (...)
  • 51 Le Populaire, 8 avril 1938 : Lille, Lens, Amiens.

37Les spécificités sont également politiques. Que les difficultés s'amoncellent et ces traditionnels bastions ouvriers que sont les municipalités ouvrières49 et, plus spécifiquement, celles du Nord et de la banlieue parisienne résistent mieux que d'autres. Les manifestations débordent la capitale et gagnent le Nord à l'annonce de la chute du gouvernement50 et les socialistes manifestent seuls à la chute du gouvernement dans le Nord, la Somme, le Pas-de-Calais et à Paris51.

38La spécificité des cortèges socialistes du Nord qu'on avait constatée au sortir de la guerre franchit donc victorieusement ce cap de nationalisation des pratiques que fut le Front populaire. Elle le doit à son enracinement dans une culture ouvrière qui a marqué de son empreinte toutes les autres formations ouvrières. Que le parti socialiste soit une organisation de type fédéral ne prétendant pas surimposer une culture de parti unifiante aux cultures initiées sur le plan local contribue à expliquer qu'elle ait mieux résistée là qu'ailleurs.

Notes

1 Notre recension s'est effectuée à partir du dépouillement de la presse nationale des organisations qui manifestent et de quelques centaines de cartons de la série F7. Elle exclut les cortèges réactifs à dimension rituelle et tous ceux qui sont officiels ou para-officiels, n'a aucune prétention à l'exhaustivité mais permet du moins de dégager des tendances autorisant certaines comparaisons dans l'espace ou le temps. Le nombre des cortèges socialistes répertoriés est, sur ces bases, de 243.

2 78 cortèges socialistes dans le Nord, 18 dans le Pas-de-Calais, 42 dans la Seine et la Seine-et-Oise

3 163 villes sur 724 villes

4 « La fête au coeur, XIVe-XXe siècle », Revue du Nord, juillet-septembre 1987, t. LXIX,

5 M. PERROT, Les ouvriers en grève, Paris, Mouton, 1974.

6 Nos sources se focalisent sur les processions conflictuelles plus que sur toutes autres. Elles permettent de repérer 80 villes touchées par ce type de cortège. 22 sont situées dans le Nord ou le Pas-de-Calais.

7 AN, F7 13007, Nord, lettre du Préfet au Ministre de l'Intérieur, 14 juin 1926.

8 AN, F7 13084, activité du parti socialiste, rapport du 10 juillet 1930.

9 L'Humanité, 26 juillet l920. Ce même journal et la Voix du Peuple parlent le premier mai 1919, à Lille, de "milliers" de participants, les chiffres préfectoraux de 30 000. La manifestation Jaurès semble donc avoir été plus importante que le premier mai 1919 quand bien même on est en bastion guesdiste..

10 L'Humanité, 25 juillet 1920.

11 E. HOBSBAWM, « The transformations of Labour rituals », Worlds of Labour, Weidenfeld and Nicolas, 1984.

12 Danielle TARTAKOWSKY, « Les effets d'une « culture nationale-populaire » sur les traditions identitaires du mouvement ouvrier français », à paraître dans Historiens-Géographes.

13 Alain CORBIN, Noëlle GEROME, Danielle TARTAKOWSKY (dir.), Les usages politiques des fêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

14 Michel HASTINGS, Halluin la rouge, Lille, PUL, 1991.

15 Ce point sera développé dans un autre cadre.

16 Le Populaire, 4 juillet 1922 : « La manifestation aurait eu autant d'ampleur si la scission n'avait pas eu lieu » commente Paul Faure qui reprend l'argument développé par L'Humanité après le cortège communiste du « Mur » des fédérés. « La Classe ouvrière du Nord vient de prouver que notre influence sur le prolétariat était vivante et forte en dehors des périodes électorales, poursuit-il. Cette démonstration est la première de celle que nous allons organiser dans les villes de France ». Et d'annoncer des meetings, mais non des cortèges, dans huit villes durant les quinze jours à venir.

17 Le Populaire, 7 août 1922.

18 Le Populaire, 30 juillet 1922, L’Humanité, 31 juillet 1922. L'absence de toute indication chiffrée est à elle seule un évident symptôme de la faible mobilisation.

19 Le Populaire, 17 octobre 1922, article de Paul Faure.

20 Le Populaire, 3 juillet 1933.

21 Cela ne vaut pas exclusivement pour les cortèges socialistes. Le 1er mai s'accompagne de fêtes chaque année de 1921 à 1934 dans le Nord et le Pas-de-Calais quand ce n'est le cas que pour 9 départements dont 5 sont frontaliers de l'Europe du Nord-Ouest Cf Marianne BRIAUX, les journées du premier mai, 1921-1934, Paris I, Mémoire de Maîtrise, 1988.

22 Le Populaire, 3 juillet 1922 décrit la manifestation lilloise « annoncée par des bombes qui éclatent dans l'azur comme pour annoncer à la grande ville du Nord une fête ». Cf également AN, F7 13083, rapport du 29 septembre 1929 : inauguration de la Maison du peuple à Fretin avec le concours de six sociétés de musique, des sociétés de gymnastique et des groupements de pierrots de carnaval.

23 Ces phénomènes se retrouvent dans la France de l'Est pour des raisons similaires.

24 Le Populaire, 3 juillet 1933. Cf également AN, F7 13011, Pas-de-Calais, rapport du 11 octobre 1922 : 20 sociétés musicales et 150 drapeaux dans la manifestation de Bruay déjà évoquée qui rassemble 40 000 ouvriers. Le Populaire, 27 novembre 1922, cortèges de 10 000 personnes à Douai avec 250 drapeaux rouges. AN, F7 13303, rapport du 15 juin 1929 : cortège à Lille pour fêter le 1er anniversaire de la mort de Dillies : 8000 manifestants précédés de 15 parlementaires, du conseil municipal avec 148 fanions, 19 sociétés de musique, 8 sociétés de gymnastique dont 3 belges, etc.

25 Le Populaire, 17 octobre. Paul Faure attribue le succès des récentes manifestations de Lille et de Bruay à « l'accord fraternel des organisations socialistes et syndicales » et croit devoir souligner que « ni les socialistes ni les syndicalistes n'auraient [obtenu seuls] des manifestations d'une telle ampleur et d'une répercussion aussi profonde ». Deux exemples d'intégration des pratiques socialistes et municipales ou socialistes et syndicales : AN, F7 13083,8 mai 1926 : à l'occasion 30e anniversaire de la municipalité socialiste de Croix, la SFIO organise une fête avec remise de drapeau. AN, F7 13007, défilé des organisations socialistes et syndicalistes pour l'inauguration de la nouvelle bourse du travail à Lille, avec 27 musiques, 261 délégations, quelques centaines de drapeaux. Etc.

26 AN, F7 13012, rapport du 10 septembre 1923 : à la suite d'un meeting à la Sentinelle, remise de bannière au syndicat des mineurs CGT et à la section socialiste ; au terme d'un unique cortège précédé par les élus.

27 Le Populaire, 21 août 1927. Inauguration de la Bourse du travail de Lille.

28 L'Humanité, 10 août 1930. Le journal reproduit une déclaration du conseiller municipal de Croix au Matin et la déclaration du préfet

29 8 des 18 villes dans les lesquelles les cortèges du 1er mai se recueillent devant les tombes des victimes du travail ou devant les monuments aux morts avant 1934 sont situés dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Cf Marianne BRIAUX, op. cit.

30 Le Populaire, 7 août 1922, Lille, 10 000 personnes. Le Populaire, 28 et 29 juillet 1923, le journal parle de 100 000 participants puis revient au chiffre de 40 000. Le Populaire, 12 septembre, 1922, Lens.

31 La manifestation de Lens est la première depuis la scission dans le département et celle de Lille se veut en 1922 un explicite défi aux « moscoutaires ».

32 Le Populaire, 10 octobre 1920 : Halluin, congrès des jeunesses socialistes avec remise de drapeau : défilé de 6 000 à 7 000 manifestants précédés d'harmonies, des groupes belges, des drapeaux socialistes et syndicaux.

33 Wasquehal constitue en 1928 l'unique exception.

34 Le Réveil du Nord, 12 mai 1925 : cortège de 30 000 personnes à Lille au terme duquel des mannequins figurant les candidats malchanceux sont mis en bière et escortés par un cortège de pleureuses tandis qu'on chante « l'oraison funèbre à la concentration républicaine des intérêts lillois ». AN, F7 13013, Pas-de-Calais, rapport du 11 mai 1925 : des contre-manifestants brûlent à Beuvry le mannequin des candidats élus. Ibid, 12 mai 1925. Même phénomène à Mazingarbe où des dissidents socialistes ont été à la manifestation qui suit traditionnellement chaque élection : 9 000 personnes sur un long parcours, coups de sifflet devant le domicile du candidat battu, devant La Dépêche, L'Écho du Nord puis meeting à l'hôtel de ville.

35 Parti socialiste SFIO, rapport administratif, conseil national mixte des JS, avril 1934 : « la jeune garde socialiste ».

36 16 manifestations socialistes contre 0 communistes l'été durant puis 26 contre 18 ensuite.

37 En particulier pour commémorer Jaurès (15 cortèges).

38 Le Populaire, 19 octobre 1936, A Toulouse, un cortège rassemblant les militants socialistes venus de 12 départements effectue un tour de ville de 6 km et défile devant les élus rassemblés. A sa tète 600 drapeaux. Le Populaire, 29 mars 1937, manifestation nationale à Creil. Le Populaire, 29 juin 1937 : rencontre fédérale de 700 jeunesses socialistes à Soult défilant en chemises bleues et cravates rouges, derrière des drapeaux rouges et des alsaciennes en costume. Au total 11 manifestations festives et une manifestation appendice contre une et 4 pour le parti communiste.

39 Le Populaire, 16 juin 1936 : défilés du 14 juin à Strasbourg et Marseille.

40 Cf. par exemple, Le Populaire, 17 septembre 1937 : 25e anniversaire de la municipalité socialiste de Roubaix. Le Populaire, 25 septembre 1938 : la section socialiste d'Arleux inaugure son drapeau.

41 Cette règle ne vaut pas l'été durant : les cortèges socialistes investissent 3 fiefs contre 3 municipalités radicales et 5 situées plus à droite (3 non connues). On renoue ensuite avec la norme : 17 des 25 villes touchées sont socialistes, une radicale, 4 de droite (dont Paris), 3 non connues.

42 Cf. par exemple la fête des jeunesses socialistes à Creil, Le Populaire, 30 mars 1937. Bracke ne veut voir dans ce type de défilé que l'aspect « bien connu des défilés de sportifs amateurs n'ayant pas la prétention d'imposer par leur chic soldatesque ». Les séquences représentant le groupe des jeunesses socialistes le 14 juillet 1936 (VDP 1513, Raoul Girardet, Paris-Manif) plaide en sens contraire : l'alignement est parfait et les jeunes, parmi lesquelles une fille au moins, lèvent le poing sur un rythme saccadé : deux fois dressé, une fois baissé. Raoul Girardet attribue à tort aux communistes ce qui est l'expression des jeunesses socialistes. Celle-ci impressionne du reste certains dirigeants communistes. Cf. IRM, IML, Bobine 781, comité central du 25 mai, intervention de Gitton : « pourquoi pas des uniformes pour la JC ».

43 Le Peuple, 7 juin 1937, Clermont-Ferrand.

44 IRM, IML, bobine 783, comité central d'octobre 1936, intervention de Cadras. Cf. également Le Populaire, 12 octobre 1936.

45 Le Populaire, 15 juillet 1936.

46 IRM, IML, bobine 783, comité central d'octobre 1936. Martha Desrumeaux déclare qu'il a été impossible d'organiser des cortèges populaires. Le propos est un peu abusif mais leur recul, incontestable, est plus sensible qu'ailleurs.

47 IRM, IML, bobine 816, comité central d'octobre 1937.

48 L'Humanité, 16 novembre 1936 : absence socialiste à la fête communiste d'Hénin-Liétard et inversement présence communiste discutée à Lens (IRM, IML, bobine 783, comité central d'octobre 1936, intervention de Cadras).

49 Antoine PROST, « Les premiers mai du Front populaire en province », op. cit., p. 71-72.

50 Le Populaire, 22 juin 1937 : meeting improvisé à Luna park. 40 000 travailleurs place de la mairie à Lens (SFIO-CGT), 12 000 à Hénin-Liétard place de la République à l'initiative des jeunesses socialistes et autant à Lillers, place Jean-Jaurès, avec la participation du PC et de la CGT. Idem à Boulogne-Billancourt.

51 Le Populaire, 8 avril 1938 : Lille, Lens, Amiens.

Auteur

Paris I - CRHMSS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540