Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Entre hellénisme et socialisme : le « cas Bracke »

Christophe Prochasson

Texte intégral

« Il n'est pas de pire gaspillage que celui de l'érudition, quand elle tourne à vide, ni de superbe plus mal placée que l'orgueil de l'outil qui se prend pour une fin en soi ».
Marc Bloch, Apologie pour l’histoire

  • 1 R. GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986.
  • 2 Le vétéran socialiste, 6 septembre 1951.
  • 3 J.-Cl. PASSERON, Le raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Par (...)

1Une histoire à la recherche d'une hypothétique contre-culture ouvrière, soucieuse de mettre en évidence les légendes et les héros dont se nourrit la longue tradition du socialisme français, s'attellerait, sans nul doute, à la compréhension du « cas Bracke ». Être le fils de l'une des plus hautes figures du folklore régional, dont la dimension dépasse d'ailleurs le limes départemental du Nord, ajoute du prix, dans les mémoires militantes, à l'évocation d'Alexandre-Marie Desrousseaux (1861-1955). Noms et surnoms ne sont pas non plus sans entretenir l'aura en mêlant l'ordre familial à l'ordre politique. Le « père Ours », au réputé si mauvais caractère, était Alexandre par son père, et Marie par sa mère dont il avait en outre choisi le nom de famille pour son combat militant Poussé par d'autres motivations, Jules Guesde lui avait donné l'exemple d'une permutation patronymique similaire. Un psychanalyste puiserait là sans doute de quoi bâtir une belle interprétation. On sait aussi, plus simplement, que les mythologies politiques, à l'instar de tous les mécanismes religieux, font toujours une grosse consommation de symboles et de vrais ou faux mystères. Le socialisme français, comme toute religion séculaire née dans le monde contemporain, n'y échappe pas. Cette doctrine moderne, désireuse d'épouser la science, est aussi fabriquée d'imaginaire, cultive des pulsions, fait appel aux affects et ne peut nullement se réduire au seul dogme d'une pensée rationnellement organisée1. La statufication locale et nationale de Bracke, dont on finit par fêter les anniversaires de naissance comme autant d'années mises au service du parti socialiste2, obéit à des mécanismes de mémoire qui restent à découvrir. Il conviendrait d'ailleurs de comparer ce processus de sacralisation à celui d'autres personnalités du mouvement ouvrier (Jaurès la toute première naturellement). Cette construction ne sera pourtant pas l'objet de la présente étude. C'est surtout au Bracke « réel », si l'on ose dire, et à la genèse d'une stature jusqu'au début des années 1920, que l'on voudrait ici s'intéresser comme d'un cas tout à fait original. A l'encontre de ces biographies, naïves ou hagiographiques, qui encombrent trop souvent l'histoire du mouvement socialiste, cette enquête menée sur un individu, débarrassée de toute velléité psychologisante, veut tenter de dégager un type de comportement qui définit un intellectuel singulier. Il n'est pas si courant en effet de voir l'un des plus grands savants de son temps devenir militant appliqué puis figure tutélaire d'une culture politique. Une biographie a toutefois peu de valeur heuristique si elle reste à l'état d'une fin en soi Elle se charge de sens en revanche quand elle devient une fenêtre ouverte sur une société, un groupe social, un problème, aurait dit plus simplement Lucien Febvre. Sans laisser penser pour autant qu'un hégélianisme à peine conscient nous pousserait à traiter du cas Bracke comme d'une pars totalis3...

1. Bracke et son double

  • 4 L. LÉVY, Comment ils sont devenus socialistes, Paris, Éditions du Populaire, 1931, p. 33.
  • 5 L.O. FROSSARD, De Jaurès à Léon Blum. Souvenirs d'un militant, Paris, Flammarion, 1943, p. 130.
  • 6 Une vie de révolutionnaire, 1883-1940. Les mémoires de Charles Rappoport, Paris, Éditions de la MS (...)

2La disparition de Jules Guesde en 1922 permit à Bracke de bénéficier d'une image prestigieuse qui lui donna la fonction d'un vieux sage respecté. Lui-même prétendit incarner au regard des militants une manière de conscience historique : « Il faut vous figurer ceci, répond-il à Louis Lévy : je me fais l'effet de représenter mentalement comme le symbole du socialisme moderne. Il y a, en moi, comme le confluent du mouvement prolétarien qui s'organise et de la doctrine d'examen du capitalisme »4. N'avait-il pas été l'un des lieutenants de Guesde et mêlé ainsi aux premières heures glorieuses où naissait le socialisme français ? Tous ceux qui se penchaient sur son histoire, fidèles et renégats, rencontraient Bracke à un détour de leur narration. Ainsi se construit, pierre à pierre, au moyen de notations répétées, authentiques ou inventées, le portrait d'un chef socialiste. Bracke-Desrousseaux est, quant à lui, toujours présenté comme un double : guesdiste et helléniste. Curieux mixte que ses partisans tentaient de composer en une fulgurante harmonie tandis que ses détracteurs s'appliquaient à dissocier les deux éléments en soulignant tous les ridicules d'une telle alliance. Frossard, dont la plume n'est, avec ses anciens amis socialistes, jamais vraiment agressive, est un bon représentant de la première formule : « Chez les Guesdistes, à défaut de Lafargue, c'est Bracke qui soutenait la discussion avec Jaurès. Ce savant helléniste, fils du chansonnier Alexandre Desrousseaux, l'auteur du Petit Quinquin, était un redoutable adversaire. Dans ses bons jours, malgré sa voix dure, greffée d'incidences, une intervention de Bracke était une fête de l'esprit Il avait autant de bon sens que de verve et une prodigieuse, une incomparable érudition »5. Charles Rappoport, un ancien camarade de tendance, brosse de Bracke en 1927 un tableau moins flatteur mais qui insiste tout autant sur la mise en oeuvre de qualités intellectuelles dans sa vie militante : « C'est un homme très capable, d'une grande instruction universitaire, mais d'un caractère exécrable. [...] D'une grande finesse intellectuelle et d'un bagout formidable, il domine dans les réunions de congrès, en parlant avec autorité et souvent avec justesse. C'est un logicien de premier ordre mais un homme privé de toute qualité de coeur »6. Nous verrons que les sources qui nous sont parvenues nuancent sensiblement cette évocation tardive de pratiques militantes d'avant-guerre.

  • 7 V. MÉRIC, A travers la jungle politique et littéraire, Paris, Valois, 1930, p. 142-143.
  • 8 Ibid., p. 144.
  • 9 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum. L'École normale et la politique, Paris, Fayard, 1938, p. 290-29 (...)
  • 10 J. VERDÈS-LEROUX, Au service du Parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture, 1944- (...)

3Victor Méric témoigne, de son côté, dans une langue impitoyablement relâchée, que la réputation de Bracke au sein des milieux socialistes s'appuyait fortement sur celle de Desrousseaux : « On savait, parbleu, qu'il était le professeur Desrousseaux, directeur de [sic] l'École des Hautes Études, le premier helléniste de ce temps, le traducteur de Nietzsche au Mercure de France et, de plus, le fils du chansonnier populaire du Nord, l'auteur du Petit Quinquin »7. Sa profession expliquait vraisemblablement, selon Méric, que Bracke fût médiocre orateur. Sa volonté de « trop s'expliquer »8 brouillait plus qu'elle n'éclairait son propos. Le savant et le militant font mauvais ménage. Plus radical dans le travail de dissociation, Hubert Bourgin insiste avec vigueur sur le dédoublement de la personne : « Desrousseaux reste l'helléniste, l'élève, le second, le continuateur d'Édouard Tournier, critique et éditeur de textes, l'humaniste épris de lettres anciennes, et aussi des modernes, grand liseur, et agréable causeur et controversiste. Bracke est le politicien qui s'est fait guesdiste pour réussir dans des conditions qu'il savait favorables. Rien ne semble plus différent d'un humaniste, d'un helléniste, d'un ami des Muses grecques, qu'un guesdiste »9. S'il y a peu de profit à prendre toutes ces lignes pour argent comptant, il convient de remarquer qu'elles soulèvent dans leur ensemble la question de l'intrusion de l'intellectuel dans le mouvement socialiste. La militance de Bracke constitue l'une des formes prise par l'engagement des intellectuels au tournant du siècle, dont le dédoublement n'est peut-être pas la caractéristique la moins indifférente. Il est difficile de ne pas évoquer à son propos, au risque de l'anachronisme, les rapports entretenus par les intellectuels communistes avec leur parti10.

  • 11 Il existe une lettre tardive de Desrousseaux (24 janvier 1931) adressée à Paul Valéry dans laquell (...)
  • 12 A. DAIN, « L'hommage de l'Association Guillaume Budé à Alexandre-Marie Desrousseaux », Les Amis de (...)
  • 13 Une vie de révolutionnaire, op. cit., p. 286.
  • 14 M. CACHIN, Carnets, 1906-1916, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 81.

4Les biographies de Bracke s'attachent également à souligner la fréquentation qu'il eut, jeune homme, des milieux bohème parisiens. Assidu de La Chope, du Vachette, du Soufflot et du Procope, cafés du quartier Latin, où se rencontraient guesdistes et insurrectionnels, il s'y fit des amitiés littéraires dans le milieu symboliste. Bracke passe pour avoir été l'ami (quel terme galvaudé par le genre biographique !) de Paul Souday11 et de Jean Moréas, rencontré en 1896 et auquel il aurait communiqué sa traduction des Poèmes de Bacchylide de Céos toute empreinte de l'influence de l'école romane12. Aucune source directe ne nous a encore permis de vérifier l'existence de ces liens très probables ni, plus sérieusement, d'en analyser les fondements. Toujours est-il que Bourgin, Méric ou Rappoport rapportent le goût pour la sociabilité de café que Bracke partageait d'ailleurs avec nombre de jeunes intellectuels parisiens de ce siècle finissant Rappoport et Marcel Cachin, guesdistes comme lui, aspirant vraisemblablement tous deux au statut de théoricien, au moins auprès de Guesde, mais dépourvus de la légitimité universitaire dont disposait Bracke, furent de ceux qui laissèrent les témoignages les plus cruels sur la passion des cafés du jeune professeur et de ce qu'il y consommait : « Gros mangeur, grand paillard, grand viveur, il est avant tout voué à ses plaisirs et à ses intérêts matériels »13, affirme Rappoport dans l'une des versions de ses mémoires. Quant à Cachin, c'est dans ses Carnets, à la page du 14 novembre 1906, qu'il note : « Lapicque a dit publiquement que Bracke à 6 heures était saoul d'absinthe et que tous les jours il est saoul »14. Cette vie fantaisiste, plus nocturne que diurne, dut trouver quelques prolongements dans les activités de journaliste et d'homme politique du grand helléniste.

  • 15 J. SEIGEL, Paris-Bohème, 1830-1930, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1991.
  • 16 Cahier de l'OURS, 3, « Bracke-Desrousseaux », octobre 1969, p. 5.
  • 17 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.
  • 18 Pour les informations biographiques, nous renvoyons une fois pour toutes à : P. CHIPPONI, Contribu (...)

5Il est possible que la fréquentation des cafés et l'immersion dans une vie bohème où se mêlaient des milieux sociaux divers, tout en constituant une famille floue mais homogène, conduisit Bracke à récuser la dualité que ses amis croyaient pouvoir entrevoir chez lui15. Il n'eut de cesse en effet de répéter publiquement que Bracke et Desrousseaux ne faisaient qu'un. Ceux qui introduisaient un coin entre le socialiste et l'helléniste avaient tort Une phrase de Bracke, qui circule dans plusieurs de ses biographies comme un refrain de « canchon dormoire », lui attribue cette idée : « Ils commencent à me courir ceux qui différencient le professeur de grec du socialiste. Ils ne font qu'un »16. Un reportage du Populaire-Dimanche, publié à l'occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire du « camarade Bracke » faisait état d'une phrase allant dans le même sens : « Je l'ai souvent dit à mes amis, à mes élèves : il n'y a pas de différence entre Bracke et Desrousseaux »17. Mais nier la dualité, c'était aussi répondre à un vieux problème qui n'avait cessé de se poser au socialiste Bracke tout au long de sa carrière militante. Ce fils d'un chansonnier, issu d'un milieu populaire du Quartier Saint-Sauveur de Lille, reçu « cacique » à l'École normale de la rue d'Ulm, n'avait-il pas eu à affronter précocement les difficultés que posaient toujours les doubles appartenances ?18

  • 19 Lettre-préface à Paul ASSOIGNION, La vieille Flandre, Lille et Saint-Sauveur depuis le XIIIe siècl (...)
  • 20 A. PIERRARD, S. DILLAZ, op. cit., p. 124.
  • 21 L. LÉVY, op. cit., p. 38.
  • 22 XVIIIe Congrès national tenu à Tours, les 25, 26, 27, 28, 29 et 30 décembre. Compte rendu sténogra (...)
  • 23 Le Vétéran socialiste, 6, septembre 1951.

6Il ne serait pas excessif d'analyser dans les termes mêmes du dédoublement le déracinement géographique que dut assumer le jeune Lillois aspiré par la prééminence universitaire parisienne. On sait que les termes inégaux de l'échange Paris-province imposait à qui voulait suivre de brillantes études un départ de la ville d'origine à la fin du cycle secondaire. Après avoir passé avec succès son baccalauréat en 1879 à Lille, le jeune boursier de la ville, qu'était Desrousseaux, fut contraint de se rendre à Paris afin de rallier le prestigieux lycée Louis-le-Grand où se préparait avec efficacité le concours d'entrée à l'École normale supérieure. Desrousseaux, le savant, fut désormais un Parisien quand Bracke, le militant, conserva des attaches symboliques avec sa ville d'origine. Évoquant le souvenir de son père dans une préface accordée à un ouvrage d'histoire locale rédigée par le secrétaire de la rédaction du Progrès du Nord, il avouait avoir hérité de lui « son amour filial pour notre « bonne ville », pour les rues qui se groupent autour de l'hôpital et de l'église détruite aujourd'hui, et pour ceux qui les habitent »19. Nommé en 1887 maître de conférences à la faculté des lettres de Douai, bientôt transférée à Lille, où il demeura jusqu'en 1891, il profita de ce bref séjour pour nouer quelques contacts avec des militants guesdistes. C'est à Lille, en avril 1888, que Charles Bonnier le présenta à Jules Guesde20. Il collabora au journal socialiste local, Le Réveil du Nord, en publiant, de temps à autres, quelques comptes rendus de réunions21. Il conserva longtemps des liens militants avec le socialisme lillois. De mars à mai 1902, il était encore secrétaire de rédaction du quotidien socialiste lillois, Le Travailleur du Nord. A chaque congrès de la SFIO enfin, il était mandaté par la fédération du Nord dont il eut l'occasion de défendre les positions avec vaillance. Au Congrès de Tours, il en fit d'ailleurs la remarque : « Je dis, camarades, qu'il ne s'agit pas d'opposer les Parisiens à d'autres. C'est la vingt-quatrième fois que je suis à un Congrès du Parti, et je n'ai jamais eu d'autres mandats que le mandat de la Fédération Nord. Par conséquent, je ne suis jamais ici comme Parisien »22 En 1951, Augustin Laurent put donc lui rendre hommage comme au « fils - et fierté - de "Ch'Nord" » qu'il lui semblait toujours avoir été : « [...] les socialistes du Nord voudront dire à Bracke qu'ils font mieux que l'admirer : ils l'aiment »23.

7Fils d'un père ayant illustré la culture populaire du Nord, il était aisé et utile à Bracke de cultiver l'image de l'enfant fidèle à une terre ouvrière qui était sa patrie. Qu'il en fut bien éloigné dans les faits ne contredit pas la volonté qu'il eut de maintenir des liens que ses carrières politique et universitaire brisaient naturellement

2. Desrousseaux, l'helléniste

  • 24 P. MORAND, journal d'un attaché d'ambassade, Paris, La Table Ronde, 1947, p. 35 (12 octobre 1916).
  • 25 Les Amis de Lille, 37, 2e trimestre 1957, p. 4.
  • 26 Mélanges offerts à A.M. Desrousseaux par ses amis et ses élèves en l'honneur de sa cinquantième an (...)

8Alexandre-Marie Desrousseaux fut distingué comme l'un des plus grands hellénistes de son temps. Les milieux académique et littéraire le tinrent en tout cas comme tel. « [...] c'est un grand helléniste, mais très ennuyeux », notait, en pleine guerre, Paul Morand dans son Journal24. Bien des années après, lors de l'inauguration du buste d'Aristide Mian, le 21 mars 1957, Jacqueline de Romilly, alors professeur de grec à la faculté des lettres de Lille, lui rendit un hommage appuyé25. Depuis bien des années, Desrousseaux bénéficiait de la reconnaissance de ses élèves et de ses collègues. En 1937, un gros volume de mélanges, comprenant 58 articles, lui avait été offert Le Comité qui avait présidé à sa réalisation s'honorait des personnalités les plus notables de l'Université et du monde des études classiques : Émile Bourguet, professeur au Collège de France, Jérôme Carcopino, membre de l'Institut et directeur de l'École française de Rome, Alfred Emout, membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres de Paris et directeur d'études à l'École des hautes études, Mario Roques, membre de l'Institut, président de la section des sciences historiques et philologiques de l'École des hautes études, professeur au Collège de France, se trouvaient parmi ceux-là26. La liste des souscripteurs est également impressionnante. Ne célébrait-on pas les années d'enseignement du professeur Desrousseaux et l'étonnante longévité qui ne semblait pas altéré son dynamisme, comme, en d'autres lieux, on saluait, avec autant de pompe, ses années de militantisme ?

  • 27 Cahier de L'OURS, 3, op. cit., p. 37.
  • 28 Propos rapporté par Guy Mollet dans le Populaire-Dimanche, 18 novembre 1951, p. 8.
  • 29 J. TEXCIER, « Bracke » (conférence donnée le 30 mars 1956 à l'Institut Branting de Paris), Centre (...)

9L'Université ne fut d'ailleurs pas la seule à reconnaître les hauts mérites de Desrousseaux. On rappelait qu'Anatole France, dont la passion pour Hellade n'était un mystère pour personne, avait prononcé un jugement très élogieux sur lui : « [...] c'est l'homme le plus cultivé de notre génération. Il nous a révélé, en les traduisant, les secrètes beautés de la littérature hellénique »27. « L'amitié » de Moréas put également avoir l'hellénisme comme base : « Bracke est socialiste et il est du Nord... Tant pis ! C'est l'homme de France qui sait mieux le grec ! »28. Les socialistes eux-mêmes ne manquèrent jamais de souligner l'appartenance de Bracke au monde savant et de rappeler à quel point il l'illustrait avec brio. Jean Texcier rappelait ainsi que, jeune étudiant socialiste d'avant-guerre, il avait entendu Alfred Bonnet, le directeur des publications sociologiques chez Giard et Brière, souligner devant son groupe la double qualité dont Bracke pouvait se flatter : il était « non seulement l'homme du monde avec Kautsky et Plekhanov, qui connaissait le mieux l'oeuvre de Marx, mais [...] aussi le plus grand helléniste de France, célèbre dans l'univers par ses connaissances et par ses travaux »29. Réflexe révélateur des tensions culturelles dans lesquelles se mouvait le projet socialiste français.

  • 30 Id., introduction à Bracke-Desrousseaux, Les Humanités, Arras, s.e., 1963, p. 4.

10Les traces laissées par l'oeuvre et la carrière de Desrousseaux ne correspondent que faiblement à l'image que ces témoignages nous ont laissée. Ce brillant normalien, condisciple de Gallois et d'Henri Berr à la rue d'Ulm, avait certes suivi un parcours universitaire sans faille. Reçu premier à l'agrégation de grammaire en 1884, il fut nommé membre de l'École française de Rome en 1885. Il avait auparavant passé une année d'agrégé-répétiteur à l'École normale durant laquelle la mémoire socialiste aimait à rappeler qu'il avait eu l'occasion de corriger les thèmes grecs des jeunes normaliens qu'étaient alors Édouard Herriot, Émile Chartier et Léon Blum30. A Rome, il fut le condisciple d'Auvray et de Pélissier, qui devinrent deux philologues importants et eut l'occasion de rencontrer Debussy alors pensionnaire à la Villa Medicis. Rentré en France en 1887, il fut nommé maître de conférences à l'École pratique des hautes études après son passage à la faculté de Lille. Devenu directeur d'études adjoint en 1896 puis directeur d'études en 1915, battu par Maurice Croiset, il ne parvint pas à accéder au Collège de France.

  • 31 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 40.
  • 32 A.M. DESROUSSEAUX, « M. Tournier, fondateur de la société des humanistes », Bulletin des humaniste (...)

11Cette carrière ne s'illustra pourtant pas de la publication d'ouvrages éclatants. Desrousseaux fut d'abord un enseignant, un homme d'influence, un érudit dont l'oeuvre se matérialise en de multiples conseils murmurés dans l'ombre. Il écrivit peu mais conseilla beaucoup. Il fut ainsi longtemps un lecteur écouté des éditions Hachette. Plus encore, le professeur Desrousseaux demeura un grammairien, passionné de traductions, animé par la recherche d'une rigueur qui ne cessa jamais de se manifester dans ses travaux. L'enseignement d'Édouard Tournier, dont il fut l'élève apprécié, pesa sur sa vie d'helléniste. Il fut à l'exemple de son maître dont il dut se vouloir le continuateur un critique et un éditeur de textes. Bourgin a laissé un portrait de Tournier qui n'est pas sans éclairer les valeurs que Desrousseaux, son disciple le plus proche, importa jusqu'au coeur de son militantisme socialiste : « [...] cet archéologue, poussé par lui-même à la caricature, ce grammairien entêté, qui s'interdisait et prohibait de notre salle la philosophie, la morale, l'art et même la littérature, a pu, mieux peut-être qu'aucun professeur, par sa probité dans l'exercice de son métier, enseigner à des élèves dont il demeurait si lointain, ce que sont, veulent et peuvent, et ne peuvent pas, la littérature, trop souvent phrase, l'art, trop souvent procédé, la morale, trop souvent mensonge, la philosophie, trop souvent leurre »31. En un hommage rendu à Tournier, dans le cadre de la Société des humanistes que le vieux maître avait fondée en 1894, Desrousseaux s'émerveillait surtout de la méticulosité dont avait toujours fait preuve celui qui lui avait appris à porter son attention aux points et aux virgules. On pourra s'interroger sur la culture de ce socialiste si attaché à la « tradition écrite » et sur l'intérêt qu'il éprouvait à en respecter les « lois »32. Cet idéal classique, cet attachement à la norme combiné à une singulière absence de doute et de foi face à la science philologique, put trouver des prolongements chez Desrousseaux dans le Bracke des Congrès et des journaux socialistes.

  • 33 Bulletin des antis de Léon Blum, 13, février 1966, p. 13.

12Desrousseaux, prix de grec au Concours général, avait tôt manifesté son intérêt pour la langue et la civilisation grecques. Charles Astruc33, qui avait été son élève, rapporte que la mère de son professeur avait dû connaître quelques rudiments de grec, ce qui nous aide à préciser la nature du milieu social dans lequel fut élevé Desrousseaux. Le populisme qu'il cultiva plus tard, comme nombre de militants socialistes, masque toujours l'originalité ou la distinction de l'entourage familial. La misère sociale associée à l'écrasement culturel ne laisse quasiment aucune possibilité d'ascension sociale. La famille Desrousseaux profitait, elle, d'une toute petite autonomie culturelle qui bénéficia à l'un de ses fils. Reste que l'humilité qui caractérise l'oeuvre écrite de celui-ci, faite pour l'essentiel de traductions, révèle les limites de l'émancipation culturelle. Le grammairien ne conquiert point par ses travaux l'aura du philosophe. Les articles de Desrousseaux, la plupart publiée dans la Revue de philologie, quelques-uns dans le Bulletin Guillaume Budé, organe de l'Association du même nom créée en 1917, s'accommodent mal d'une quelconque publicité. Les érudites discussions sur les variantes de traduction du Dialogue des Morts de Lucien, des écrits d'Hérodote, des Poèmes de Bacchylide de Céos et surtout d'Athénée, auquel il consacra sa vie entière, s'articulent difficilement avec les besoins intellectuels réclamés par l'action socialiste. Germaniste et angliciste, il lui arriva cependant de mettre ses compétences de traducteur au service de l'histoire intellectuelle du socialisme. Il fut l'auteur de traductions de Bebel, Kautsky, Bauer mais aussi Marx et Engels. En 1898, il donna une traduction de Humain trop humain de Nietzche dont l'hellénisme n'était pas sans attrait Charles Andler, son collègue de la Sorbonne et camarade de parti mais ennemi de tendance, traducteur lui aussi de Marx et grand spécialiste de Nietzche, dut lire ces travaux avec une vive attention...

  • 34 BRACKE-DESROUSSEAUX, Les Humanités, op. cit.
  • 35 Ibid., p. 51.
  • 36 Ibid., p. 59.

13Sa réputation de savant et d'homme de pensée faisant honneur au socialisme, Bracke l'acquit en faisant appel à Desrousseaux lors d'un discours prononcé à la Chambre des députés les 9 et 13 juin 1922 qui constitue l'une des références obligées de sa carrière politique34. Cette longue intervention passe à tort pour une simple défense de l'enseignement du grec et du latin dont l'apprentissage devait, selon lui, être le plus large qui soit Léon Daudet, qui ne cessa d'approuver Bracke lors de la première séance, put en effet l'entendre ainsi Son esprit malicieux s'amusait sans doute des contradictions affichées par ce député socialiste qui illustrait avec tant de ferveur les nécessités d'un enseignement aristocratique. Bracke se serait-il fait aussi naïvement piégé par Desrousseaux ? La superbe ignorance qu'affecta, durant la séance, le vieux fidèle de Jules Guesde à l'encontre du député nationaliste montre qu'il n'en est rien. Son discours eut une portée plus subversive où ne se laisse lire aucun soutien à un système dont il avait cependant profité. Les bourses ne lui paraissent que de fausses concessions à l'esprit démocratique : elles n'allaient le plus souvent - il en était une preuve vivante - qu'aux enfants de fonctionnaires. Les grandes écoles orientaient beaucoup trop la formation dans un seul sens et n'assuraient pas assez l'éducation large à laquelle tout enseignement devait oeuvrer. Or, à ses yeux, l'étude des humanités classiques au centre desquelles se plaçait l'apprentissage du grec et du latin contribuait à cette « préparation générale à la vie ». L'Antiquité avait deux mérites : « cosmopolite », elle était le berceau de toute la civilisation occidentale ; pétrie de valeurs universelles, elle pouvait donner naissance à une « commune », renforcer le lien social et répondre ainsi à l'une des grandes questions sociales de ce siècle. A l'interruption d'un député qui qualifiait ce projet éducatif de « réactionnaire », Bracke opposait l'idée « d'école unique ». Le compartimentage qui assignait l'école primaire aux pauvres et l'enseignement secondaire aux familles aisées devait prendre fin. C'est dans ces conditions que, selon lui, il y avait lieu « de faire des humanités classiques le centre de la culture générale qui doit être donnée aux enfants »35. Ce pur produit de l'élitisme républicain en formula l'une des plus belles maximes : « [...] il y a toujours une élite ! La plaine elle-même a un point culminant (Très bien ! Très bien !). Une élite sera d'autant plus élevée, elle sera, au point de vue social, d'autant plus efficace et d'autant plus utile qu'elle se sera formée sur un terrain plus étendu, plus élevé lui-même »36. Cet élitisme explique le grand assentiment que reçut Bracke de l'ensemble de la Chambre qui, sans s'accorder sur les mesures préconisées par l'orateur, se satisfaisait d'un discours aussi respectueux des valeurs classiques. Que le professeur Desrousseaux ait souhaité les partager avec une population plus large n'était, au fond, qu'une preuve d'attachement supplémentaire aux fondements mêmes de la culture française. Bracke ne faisait rien d'autre que de défendre un patrimoine national On ne devait trop lui en savoir grée.

  • 37 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.
  • 38 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 291.
  • 39 M. LÖWY, Rédemption et utopie : le judaïsme libertaire en Europe centrale, une étude d'affinité él (...)

14Il semble dès lors plus facile de comprendre pourquoi Bracke répéta souvent qu'il ne fallait jamais séparer les deux parts de sa vie : « L'helléniste et le socialiste ne se quittent jamais, où qu'ils aillent Ils ne font qu'un constamment ; ils s'aident, ils se prêtent tout à tour et mutuellement.. »37 Hubert Bourgin remarquait que l'on pouvait déceler « dans le criticisme suraigu d'un disciple de Tournier, et dans le talent dialectique que ce criticisme appelle, quelque affinité avec la sophistique qui constitue la partie supérieure de la méthode guesdiste »38. Il n'est peut-être pas en effet aussi paradoxal qu'il n'y paraît de prime abord de tenter d'établir des connexions entre l'hellénisme de Desrousseaux et le guesdisme de Bracke. Des formes intellectuelles, des « affinités électives »39, se laissent reconnaître. Plus tangibles sont les « habitudes professionnelles » de l'helléniste prolongées dans les pratiques militantes du guesdiste. L'analyse de ces rencontres improbables constitue l'un des pans de toute histoire de l'engagement des clercs depuis l'affaire Dreyfus.

3. Bracke, le socialiste

  • 40 Ch. ANDLER, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Rieder, 1932, p. 231.
  • 41 « Nos intellectuels », Le Socialiste, 7 août 1898.
  • 42 Dr Z, « Un programme intellectuel », Le Socialiste, 7 janvier 1899.
  • 43 Ch. PROCHASSON, op. cit., p. 26-27.

15Être un intellectuel guesdiste n'allait pas de soi. Les deux termes jurent comme deux couleurs mal assorties. Depuis que quelques universitaires, hommes de lettres ou savants, ralliaient les rangs du mouvement socialiste, Jules Guesde et ses amis n'avaient cessé de se montrer méfiants. Certains intellectuels leur rendaient d'ailleurs bien : Charles Andler moquait la « scandaleuse insuffisance scientifique d'un Paul Lafargue »40. Les positions prises par les guesdistes au moment de l'Affaire accrurent le fossé qui les séparait de l'intelligentsia. A partir de l'été 1898, plusieurs articles fielleux publiés dans Le Socialiste vinrent s'en prendre aux intellectuels : « Marx assimilait jadis les professeurs aux courtisanes et autres prostituées ; en effet, ils se sont mis au service du Capital, dont ils inculquent les principes aux étudiants [...] »41 ; « Il y a dans l'attitude adoptée par le Parti socialiste à l'égard de ceux qu'on a appelés les intellectuels, la légitime défiance qu'ont forcément des révolutionnaires organisés pour des indignés, des révoltés d'occasion. Le prolétariat en veut à ces savants de ne pas savoir, d'étudier les mille formes de la vie en ignorant sa formule économique, de ne s'éveiller que quand depuis longtemps la bataille est engagée et de laisser voir, au moment où ils prennent les armes, le néant de leur instruction sociale et l'incohérence de leur tactique »42. La retentissante conférence de Lafargue prononcée le 28 mars 1900 à l'Hôtel des Sociétés savantes et bientôt discutée par toute l'intelligentsia socialiste constitue l'acmé de ce mouvement d'hostilité43.

  • 44 Sur tout ceci se reporter à L. LÉVY, Comment ils sont devenus socialistes, op. cit., p. 34 et sq.

16Il peut dès lors sembler surprenant de voir un universitaire aussi apparemment classique que Bracke rejoindre les rangs guesdistes au moment même où ceux-ci entamaient une guerre ouverte contre les intellectuels. Il fut sans doute le seul normalien de sa génération à opérer un tel choix. Seule la préhistoire de son militantisme aide à comprendre de tels comportements militants. S'il semble bien que le jeune Desrousseaux ait toujours manifesté des sympathies socialistes, il ne s'engagea vraiment dans le guesdisme que tardivement, vers 1898, au moment précis où l'affaire Dreyfus battait son plein : « Pendant les premières années, confiait-il à Louis Lévy, je n'ai pas eu, dans le Parti, une vie très active. D'abord, je ne suis point, par tempérament, un homme d'action. J'étais très occupé par mes études, par mon métier de professeur »44. De son aveu même, sans appartenir vraiment à la classe ouvrière, celle en tout cas que distinguait la culture guesdiste, il en avait même toujours été fort proche, en avait vraisemblablement partagé les convictions politiques et l'atmosphère culturelle. Au lycée, alors qu'il était en classe de seconde, il publia durant quelques mois un petit journal dans lequel il combattait le coup du 16 mai Il fit la rencontre, au début des années 1880, de Charles et Pierre Bonnier, tous deux membres du Parti ouvrier, qui l'amenèrent progressivement au guesdisme. Ce fut par leur intermédiaire qu'il se mit à fréquenter Guesde et les grandes figures du guesdisme septentrional. Aux origines des choix politiques du jeune universitaire, la part régionale n'est donc pas à négliger.

  • 45 Le Socialiste, 6-13 janvier 1907.
  • 46 XVIIe Congrès national, tenu à Strasbourg les 25, 26, 27,28 et 29 février 1920, Paris, 1920, p. 93
  • 47 Ve Congrès national tenu à Toulouse, les 15, 16, 17, 18 octobre 1908, compte rendu sténographique, (...)
  • 48 BRACKE, « Le mouvement socialiste jusqu'à l'Unité », Études socialistes, 12-13, 1er juillet 1947. (...)

17Bracke se conforma toujours au rôle de l'intellectuel tel que le dogme guesdiste, d'ailleurs largement inspiré des thèses formulées par Kautsky dans ses articles de 1895, l'avait défini Celui-ci ne peut être qu'un technicien (expert, journaliste, conférencier) soumis à l'ordre d'une politique à l'élaboration de laquelle il ne participe que comme simple militant. Toute prééminence lui est refusée : il doit rester au service du prolétariat et accepter urne ligne dessinée par des chefs politiques. Il convient de remarquer d'emblée que le type d'intervention militante de Bracke ne se distingue guère de celle de tout autre socialiste. Il fit sienne une conception qui inféodait l'ordre intellectuel à la sphère du besoin matériel : « Il n'y a pas de lutte de classe intellectuelle ; elle ne se fait que dans le domaine matériel. Le cerveau dépend du ventre »45. Lui-même ne fit rien pour mettre en avant ses capacités professionnelles ou sa distinction sociale. Au Congrès de Strasbourg (1920), il prit la parole pour critiquer la place trop large prise, selon lui, par les intellectuels du groupe « Clarté » dans L'Humanité : « Je n'ai pas besoin de vous dire qu'il y a tels ou tels de ses signataires devant lesquels je m'incline. Mais il n'en est pas moins vrai que lorsqu'on n'a pas d'espace et que lorsqu'il s'agit de donner un aliment à la propagande socialiste, ce ne sont pas ces faits à côté qu'il y aurait heu de mettre en aussi pleine lumière »46. Il lui arriva même de défendre âprement l'ouvriérisme en cours dans la fédération du Nord : « [...] depuis longtemps, je milite avec et dans la Fédération du Nord, et que s'il y en a une à qui on ne puisse demander : Es-tu ouvrière ? c'est bien celle-là, camarades, puisque si vous voulez regarder les noms de ceux qui la représentent, non pas seulement dans les Congrès, mais dans toute action de propagande, d'organisation, vous verrez que depuis le premier jusqu'au dernier, dirai-je, presque sans exception, même ceux qui remplissent les fonctions ordinairement remplies par des hommes venus d'ailleurs, par les intellectuels qui ont mis leur activité au service du socialisme, même ces fonctions-là, c'est à des ouvriers, c'est à d'anciens ouvriers qui n'ont pas cessé d'être au service du prolétariat, d'être des prolétaires, qu'elles sont dévolues dans la Fédération du Nord »47. Il fut donc un congressiste discipliné, spécialisé dans les querelles de procédure et un journaliste lié aux mots d'ordre du parti. Il ne revendiqua pour tout mérite personnel que l'invention du sigle SFIO48.

  • 49 C'est ce qu'affirme Justinien Raymond dans la notice qu'il consacre à Bracke dans DBMOF.
  • 50 IXe Congrès national tenu à Lyon les 18, 19, 20 et 21 février 1912, Compte rendu sténographique, P (...)
  • 51 XVIIIe Congrès national, op. cit., p. 17.

18Bracke participa à tous les Congrès de la SFIO comme délégué du Nord, à l'exception des Congrès de Saint-Étienne en 1909 et de Nîmes en 1910 où il ne fut pas mandaté. Germaniste et angliciste, il fut aisément le suppléant de Guesde au Bureau international de Bruxelles sans que l'on puisse trouver trace de ses interventions dans les Congrès internationaux qu'il semble pourtant avoir fréquentés49. Il lui arriva en revanche de représenter les socialistes français dans les Congrès de la social-démocratie allemande. Dans les Congrès nationaux précédant l'Unité, il avait également toujours représenté des groupes du Nord : « Les Éclaireurs » de Croix, « L'Humanité » d'Halluin, « La Revanche des travailleurs » de Flers-Breucq. Il y tint toujours une fonction réservée, souvent limitée à des tâches bureaucratiques et n'accéda que bien rarement à la tribune. Supportant mal les interruptions, sa rhétorique professorale s'adaptait somme toute assez mal aux batailles verbales des Congrès. Au cours d'un accrochage qui l'opposa à Renaudel, il dut faire montre d'une profession qu'il ne mettait pourtant jamais en valeur : « Vous savez que si je cherche quelque chose, c'est à être clair : je suis plutôt trop professeur que pas assez »50. Il fallut attendre celui de Toulouse (1908) pour entendre sa première grande intervention : « Le plus longtemps que j'ai parlé, c'est à Toulouse, où j'ai parlé pendant trois heures... », lança-t-il aux congressistes de Tours qui tentaient de l'interrompre51. Il y prit alors la défense des fédérations du Nord et du Rhône en exposant l'orthodoxie guesdiste en matière d'action socialiste et en y exposant la doctrine de la réforme qui y affairait En 1910, il exposa devant les congressistes la conception traditionnelle des guesdistes en matière de coopération. Son intervention consacrée aux rapports que le parti socialiste devaient entretenir avec la franc-maçonnerie lors du Congrès de Lyon (1912) fut aussi l'une des grandes dates de sa vie militante. Il fut enfin l'orateur désigné pour présenter la « motion Bracke » au Congrès de Strasbourg. Même s'il semble que Bracke ait peu à peu pris plus d'assurance dans les Congrès, le nombre de ses interventions resta fort réduit Elles furent souvent brèves et touchaient à des questions de procédure : rappels au règlement, contestation de forme, questions d'organisation (amélioration de la comptabilité, relations députés/parti, propositions de tactique électorale). Élu député dans le XIVe arrondissement de Paris en 1912, il prit peu la parole à la Chambre avant son grand discours de 1922 sur les humanités. N'était-il donc qu'un grammairien égaré en politique ?

  • 52 L.O. FROSSARD, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 130.
  • 53 Ve Congrès national, op. cit., p. 323.
  • 54 BRACKE, « La semaine », Le Socialiste, 7-14 avril 1901.
  • 55 Le Socialiste, 24 avril - 1er mai 1904.

19Pas seulement ! L'une des caractéristiques des pratiques militantes de Bracke est précisément qu'elles ne peuvent se réduire à l'adaptation de comportements professionnels à l'ordre de la vie politique. De ce point de vue, le cas de Bracke est exceptionnel Bien des intellectuels gagnés au socialisme éprouvaient quelque difficulté à plier leurs habitudes de pensée et à se soumettre à une nécessité qui leur échappait parfois. Ils détectaient là un péril pour leur liberté de conscience et d'agissements. Le professeur Desrousseaux n'était pas de ces intellectuels aux scrupules paralysants. La volonté latente qu'il eut longtemps de passer pour un « contre-Jaurès », (Jaurès n'était-il pas, comme lui, normalien et agrégé ?) le prouve avec netteté. Frossard affirme que chez les guesdistes « à défaut de Lafargue, c'est Bracke qui soutenait la discussion avec Jaurès »52. Dans les Congrès, comme dans de nombreux articles, il interpellait son aîné parvenu à un sommet politique que lui n'atteignait pas, gêné qu'il était par la présence écrasante de Jules Guesde. Jaurès était un chef politique. Lui n'était qu'un militant dévoué. Cette rivalité, plus sociale que politique, est sensible à l'examen de quelques accrochages polémiques entre les deux hommes. Bracke, on le sait, avait la réputation d'être brutal Il l'était particulièrement avec un Jaurès qui, face à lui, conservait une sérénité irritante. Au Congrès de Toulouse, Bracke s'en prit à « l'espèce de comédie » que pratiquait selon lui son adversaire. Jaurès fut contraint de lui répliquer : « Le Congrès, dans toutes ses séances, m'est témoin que je n'ai employé à l'égard d'aucun membre du Parti, un langage injurieux ou blessant »53. Plus nettement encore, cette allusion au Jaurès intellectuel : « Je me suis laissé dire que Jaurès avait, pendant plusieurs années, enseigné la philosophie. Il est douteux que, de toutes les parties du cours, ses préférences fussent pour la logique. L'article qu'il consacrait dernièrement à la déclaration du Conseil national du POF est en effet plein de raisonnements tout particuliers »54. Il fut encore plus violent lors de la création de L'Humanité : « L'Humanité. Tel est le titre que porte définitivement le journal de Jaurès, qui a dû successivement s'intituler La Lumière, La Vie sociale, etc., et qui a juste l'aspect de la Petite République d'hier, rendu seulement un peu plus ennuyeux. Ce nom convient bien à un organe où, dès le premier numéro, le grand tribun bat la caisse en disant à tout le monde d'entrer : « Suivez la foule ! ». Son socialisme est si large qu'il ne laisse personne dehors : le Grand Turc et la République de Venise ont ensemble leurs entrées. Son unité comprend l'humanité. Un seul titre aurait mieux valu : c'est celui de Loyauté. Nous aurons prochainement à en donner de nouvelles preuvesé55. Les exemples de cette trempe pourraient être multipliés à l'envi en dépit d'une sensible atténuation une fois l'unité socialiste réalisée. Il est clair que Bracke a développé une hostilité politique sur la base d'un rapport de domination symbolique. Les affrontements politiques ne se nourrissent-ils d'ailleurs pas souvent de la confusion de plusieurs plans ? Que ce mélange soit plus apparent chez les intellectuels, même immergés dans la vie militante, tient précisément à leur consommation effrénée de symbolique.

  • 56 Ve Congrès national, op. cit., p. 28.

20Il est frappant de remarquer le type de fonctions militantes souvent assignées à Bracke : au Congrès de la salle Japy, il est secrétaire-rédacteur pour le POF avec Lucien Deslinières. Au Congrès de Paris (1900), il représente le même parti à la commission de contrôle. Après la création du Parti socialiste de France, il conserva des fonctions importantes dans la direction : élu membre de la Commission exécutive du Conseil central par le Congrès de Commentry (1902), il fut chargé des relations extérieures et du secrétariat de la rédaction du Socialiste en compagnie de Louis Dubreuilh. En conformité avec la doctrine guesdiste, l'intellectuel, apte à quelques tâches, y est cantonné. La place qu'il occupa au sein de la SFIO est semblable à celle qu'il détenait dans les différentes organisations guesdistes. Le secrétariat du Conseil national le chargea à plusieurs reprises du secrétariat permanent du Congrès. Ce travail de greffier semblait lui convenir. Dès 1905, il fut néanmoins élu à la Commission administrative permanente aux séances de laquelle il fut fort assidu. Il la quitta « pour des raisons personnelles »56 en novembre 1907 pour y rentrer un an plus tard. Après la réorganisation de la CAP en 1913 qui fut divisée en quatre sous-commissions, Bracke intégra celle qui était chargée de l'organisation et de la propagande. Membre du Conseil d'administration de L'Humanité, enfin, il fut régulièrement chargé d'en établir le rapport aux Congrès. Soucieux de rigueur dans l'organisation, il défendait l'idée d'un parti fortement charpenté aux statuts respectés et clairement exposés.

  • 57 Cl. WILLARD, Le mouvement socialiste en France (1893-1905). Les guesdistes, Paris, Éditions social (...)
  • 58 Ibid., p. 546-547.
  • 59 XIe Congrès national tenu à Amiens les 25, 26, 27, 28 janvier 1914. Compte rendu sténographique, P (...)
  • 60 L'Humanité, 9 novembre 1917.
  • 61 Par exemple : A. PIERRARD et S. DILLAZ, Alexandre et Bracke Desrousseaux, op. cit.
  • 62 J. TEXCIER, « Bracke », op. cit., p. 17.

21Bracke accomplissait toujours les missions dont il était chargé avec le plus grand scrupule. Entre octobre 1901 et septembre 1902, membre de la Commission permanente du POF, il fut alors le plus assidu de tous tandis que Lafargue était le plus absentéiste57. Sur les 68 réunions de la Commission exécutive du Parti socialiste de France, de septembre 1902 à avril 1905, Bracke arrive au deuxième rang derrière Dubreuilh pour l'assiduité. Ne rechignant pas à la propagande de terrain, il était aussi l'un des propagandistes les plus fiables du Parti : entre 1902 et 1905, il anima 50 réunions derrière Guesde, qui en avait 64 à son actif, et Lucien Roland, 5358. Cette activité semble avoir diminué une fois l'Unité acquise. Le Congrès de Paris (octobre 1905) le place encore au 8e rang avec 12 réunions depuis avril Il participa en outre à la tournée de propagande organisée en faveur de L'Humanité en 1913 et prit la parole dans des réunions publiques au Mans, à Angers, à Mehun-sur-Yèvre et à Issoudun59. Il fut enfin, avec Albert Thomas, le conférencier de la première réunion publique socialiste parisienne tenue pendant la guerre60. Bracke fut donc un militant exemplaire beaucoup plus qu'un théoricien. Les sources ne peuvent fonder cette autre réputation qui lui est attribuée61 : être le conseiller écouté de Guesde, à l'heure d'une division du travail accrue dans la politique moderne qui inventait la figure de l'expert et du conseil en politique. Or Bracke semble davantage avoir suivi la ligne politique définie par Guesde et ses collaborateurs (notamment Charles Bonnier) que l'avoir inspirée. Militant donc, qui tutoyait ses « camarades », terme préféré à « citoyen »62 qu'il estimait trop froid, le professeur Desrousseaux se distingue des autres universitaires entrés en politique. Homme de fraction, très attaché à ce type d'appartenance quasi familiale dans laquelle il enracinait son engagement, il fut autant un combattant du guesdisme qu'un militant du socialisme unifié. C'est l'ensemble de la tribu guesdiste que l'on sent tapie derrière le « nous » auquel Bracke recourrait presque systématiquement dans ses articles du Socialisme. Ni Jaurès ni Blum, qui ne tutoyaient guère, ne furent aussi entiers dans leur allégeance à une cause. Ayant renoncé, l'un et l'autre, à leur métier et à leur image d'universitaires, ils ne manifestèrent jamais la rigidité politique dont Bracke fit preuve jusque dans ses fonctions de journaliste.

  • 63 Le Socialiste, 4-18 octobre 1903 et 6-13 décembre 1903.
  • 64 Leur Congrès. A la salle Wagram. Pièces justificatives publiées par Bracke, Paris, 1901.
  • 65 Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes, X, janvier-mars 1886.
  • 66 BRACKE, Onze ans d'histoire socialiste. Aux travailleurs de France. Le Conseil national du Parti o (...)
  • 67 La rédaction, « Ce que nous voulons », Le Socialisme, 17 novembre 1907.
  • 68 Une vie de révolutionnaire, 1883-1940. Les mémoires de Charles Rappoport, op. cit., p. 286-287.

22La plus grande part de l'activité militante de Bracke réside en effet dans le journalisme. Toute son oeuvre écrite est dispersée dans de multiples articles toujours publiés dans les journaux, jamais dans des revues. Il ne collabora pas aux grands organes théoriques du socialisme français d'avant 1914 (Devenir social, Mouvement socialiste, Revue socialiste, Études socialistes) même s'il en suivait les publications : il rendit ainsi hommage à Georges Sorel et à Édouard Berth, farouches ennemis du socialisme ministérialiste63. Il n'est pas non plus l'auteur d'ouvrages théoriques. Le socialiste Bracke est ici peu différent de l'helléniste Desrousseaux. Ses seules brochures socialistes furent de l'édition critique de textes. Dans Leur Congrès64, il révèle les nombreuses irrégularités commises et il serait facile de rapprocher tel article consacré à « La critique des textes grecs à l'École pratique des hautes études »65 d'une brochure où se trouvent rassemblés des documents susceptibles de contribuer à la construction d'une histoire du guesdisme66. La seule trace d'entreprise théorique chez Bracke fut de faible portée et de courte durée. Il joua un rôle important dans Le Socialisme, « revue-journal » hebdomadaire créée en novembre 1907 et dirigée par Jules Guesde. Si cet organe du guesdisme avait des prétentions théoriques, il affirmait vouloir tirer la doctrine de l'observation des faits. C'était là de bonne orthodoxie marxiste : « On pourra dire que cette idée est le Marxisme. Cela sera vrai, si l'on fait du Marxisme non un système, encore moins un dogme, pas même une doctrine, mais bien une méthode d'interprétation des faits, au point de vue du prolétariat combattant »67. Souhaitant affirmer d'emblée sa différence par rapport au Socialiste, à qui revenait la mission d'informer les militants de la vie du parti et des positions que celui-ci prenait, Le Socialisme perdit rapidement son originalité. Le commentaire de l'actualité et l'esprit de polémique immédiate l'emportèrent sur la distance critique et l'élaboration doctrinale. Bracke s'inscrit parfaitement dans cette évolution dont il fut peut-être l'un des responsables. L'absence fréquente de Jules Guesde, contraint de s'éloigner pour cause de maladie, permit à son adjoint d'accéder à la fonction de secrétaire de rédaction en février 1908. Chaque article-leader hebdomadaire était une prise de position politique sur un problème d'actualité : réformes sociales, retraites ouvrières, impôt sur le revenu, budget, question coloniale, élections, représentation proportionnelle, suffrage des femmes, etc. Bracke est en outre un constant analyste des débats parlementaires qu'il suivait avec beaucoup d'attention. Les articles de doctrine revenaient à Rappoport, l'autodidacte, le sans diplôme, qui, longtemps proche de Bracke, finit par se brouiller avec lui et tenta de l'éloigner de Guesde sur lequel, estimait Rappoport, celui-ci avait « une influence néfaste »68.

23Cette analyse du militantisme de plume, si peu propre à ce que l'on pourrait attendre d'un professeur socialiste, s'applique à toutes les formes d'intervention militante de Bracke, écrite comme orale. Le Socialisme disparu en mars 1913, un nouveau périodique, Socialisme et lutte de classe en prit la relève au début du mois de janvier 1914. Bracke fut rédacteur en chef de cette « revue marxiste de langue française », partagée entre socialistes belges, suisses et français. Il y collabora par quelques éditoriaux semblables à ceux qu'il rédigeait dans Le Socialisme puis cessa rapidement d'y écrire. Il est vrai qu'il ne manquait pas de journaux où publier. Et Bracke, s'il ne fut jamais un théoricien, fut en revanche un journaliste efficace et prolixe. Sa signature orne une liste impressionnante de journaux nationaux et régionaux. Administrateur de L'Humanité, il en devint aussi, au nom des guesdistes, l'un des éditorialistes attitrés à partir de juillet 1906.

  • 69 Cahier de l'OURS, 3, « Bracke - Desrousseaux », op. cit., p. 11.

24Il peut paraître étonnant qu'il y ait si peu de théorie chez un intellectuel venu au guesdisme par la lecture du Capital. Cette version circule peut-être aussi comme une légende. Les mécanismes d'adhésion au socialisme constituent l'un des genres les plus prisés par les biographes et les autobiographies. La narration des cheminements décrits relèvent souvent d'un rationalisme désarmant Ainsi se construisent aussi les mythologies politiques. C'est Bracke lui-même qui tenait - c'est un guesdiste, et des plus fidèles, qui parle - à placer sa « prise de conscience » dans l'ordre intellectuel et dans un décor régional puisque la scène se passe dans le Nord : « [...] j'avais vingt-cinq ans. J'étais à l'école de Rome. Bien que d'origine ouvrière et d'extrême-gauche, je n'arrivais pas à me « situer » dans la bataille sociale. Aux vacances de 1888, un jour que nous étions à la campagne, à Templeuve-en-Pévèle, dans une petite maison de la famille, mon ami Charles Bonnier (qui, au quartier Latin, avait été amené au socialisme par une conférence de Paul Lafargue), m'a apporté le Capital de Marx, en allemand. Je l'ai lu et relu. J'ai pris des notes. Je me suis « battu » avec lui et j'ai découvert le « confluent des possibilités »... Marx m'a montré la naissance d'un prolétariat issu du développement du capitalisme. Et il m'a montré la nécessité de l'organisation. Avant de l'avoir lu, je n'avais pas senti cette nécessité. Je n'avais pas compris que les possibilités de transformation étaient produites par le fonctionnement même du capitalisme. Je ne voyais pas à quoi servaient les réformes. Maintenant tout devenait clair : la doctrine et le mouvement étaient réunis. Je dis donc à Charles Bonnier : ça va... ! »69

  • 70 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.

25Il y aurait beaucoup de commentaires à faire sur le récit d'une telle conversion. Elle n'est pas sans en évoquer bien d'autres. L'emboîtement généalogique (de Lafargue à Bonnier et de Bonnier à Bracke) est aussi l'un des topoï les plus admis de la biographie militante. Cette filiation improbable dans les termes de sa formulation éclaire la nature du rapport entretenu avec le marxisme. En dépit des dénégations réitérées, c'est bien d'une doctrine qu'il s'agit, impliquant une orthodoxie et des prophètes. Les idées de Marx sont moins des instruments d'analyse au service de la science sociale que des vérités auxquelles la réalité doit se plier. Le mécanisme même de la conversion contrecarrait une mise en oeuvre active de la pensée du philosophe allemand. Tout ce que nous pouvons saisir du marxisme de Bracke va dans ce sens jusque dans ce geste rapporté par les journalistes du Populaire-Dimanche : « Marx est là, nous a dit Bracke, en nous montrant l'un des volumes du Capital, et Homère est au rayon du dessous »70.

  • 71 Ve Congrès national, op. cit., p. 372.
  • 72 BRACKE, « Commémoration », Le Socialisme, 18,15 mars 1908, p. 1 et « Anniversaire », Socialisme et (...)
  • 73 Id., « Révision marxiste », Le Socialisme, 50, 7 novembre 1908.
  • 74 J. TEXCIER, « Bracke », op. cit., p. 8.

26L'examen du marxisme réel de Bracke laisse perplexe. Non qu'il s'agisse ici de discuter de la conformité d'une interprétation à une orthodoxie. Ce jugement ne peut être celui de l'historien. Ce qu'il convient en revanche de remarquer est la quasi absence de Marx dans la pensée exprimée de Bracke. A moins de considérer son guesdisme comme la preuve la plus tangible de son imprégnation marxiste. Plusieurs historiens du marxisme français nous ont appris à envisager la réception des idées de Marx en France de façon beaucoup plus large. Il faut d'autant plus les suivre dans l'analyse du cas Bracke que celui-ci revendiqua une approche immédiate des oeuvres de Marx et d'Engels dont il fut d'ailleurs l'un des traducteurs. Or il est bien rare de le voir faire des références directes aux textes qu'il a pu traduire. Dans ses interventions de Congrès comme dans ses articles, celles-ci sont très rares ou très sommaires : « La pensée ouvrière théorique savez-vous où elle est ? Elle est dans Le Capital de Karl Marx »71. Dans Le Socialisme, c'est à Rappoport que revenait la discussion marxiste. Bracke n'apparaît guère que lors des numéros anniversaires pour venir célébrer la pensée du grand homme72. Le seul texte ouvertement consacré à la dimension théorique du marxisme est la présentation favorable que Bracke fit d'une... traduction : La grève en masse, le Parti et les Syndicats de Rosa Luxemburg. Il se saisit de cette occasion pour défendre le marxisme des guesdistes : « [...] ce sont les marxistes prétendus « orthodoxes », soi-disant figés dans un dogme immuable, qui tinrent des événements, de l'observation des faits économiques, les éléments nécessaires à la précision, à la rénovation, au perfectionnement de la doctrine socialiste. Non pas en rompant avec la méthode fournie par Marx et Engels, avec la théorie de la valeur et la conception matérialiste de l'histoire, mais au contraire, en se servant de cet outil pour pénétrer plus avant dans le fonctionnement du système capitaliste, pour suivre le mouvement du prolétariat dans les conditions changeantes que lui fait l'histoire »73. Cette pétition de principes eut quelque mal à trouver son terrain d'application. Il convient malgré tout de remarquer qu'elle fut un axe, sans efficacité, du marxisme de Bracke. Au cours d'une conférence prononcée devant les élèves de l'École socialiste recréée à l'automne 1909, il eut à coeur de présenter le marxisme comme une méthode : « [...] faites bien attention à ce mot : méthode, il est important, car s'il peut y avoir, en un certain sens, et sous divers aspects « doctrine », il n'y a pas « religion » - qui s'est développée encore après lui ; car le marxisme n'est pas un système tout fait que l'on apporte sur un plat et dont on peut mettre une partie dans son assiette en passant le plat à son voisin »74. Cette affirmation, au demeurant courante chez les guesdistes, tournait elle-même à la profession de foi et n'était à l'origine d'aucune dynamique intellectuelle. Simple effet d'annonce, on peut même penser qu'elle contribua à rendre rigide et mécanique une méthode que l'on présentait sous le jour d'une grande adaptabilité. Un grammairien, aussi préoccupé de clarté et de justesse que l'était Bracke-Desrousseaux, dut bien trouver quelque satisfaction intellectuelle dans un type de pensée aussi huilé, capable de récuser d'avance les objections qu'il était possible de lui opposer. Serait-il si audacieux qu'il y parait d'établir plus qu'une analogie de forme entre le marxisme dans sa version guesdiste et l'hellénisme de Bracke ? N'y aurait-il pas un rapport génétique entre les deux formes de pensée ? C'est ce que l'on ne saurait dire avec certitude en l'absence de sources plus internes que celles dont nous avons pu disposer.

  • 75 BRACKE, « L'impôt sur le Revenu », Le Socialisme, 4, 8 décembre 1907.

27Si l'on examine, pour finir, la politique de Bracke, ses choix et son système d'argumentation, on trouvera aisément confirmation de ce qui précède. La part d'originalité est mince si ce n'est tout à fait absente. Bracke s'est très confortablement installé dans la culture guesdiste vraisemblablement adaptée à sa charpente intellectuelle. Il est dès lors peu étonnant de le voir refuser avec insistance que l'on distingue deux parts : l'helléniste et le socialiste. Son guesdisme est structuré comme un langage. Il ne connaît presque aucun écart à la norme, celle qu'élaboraient les Congrès nationaux et internationaux au respect de laquelle il faisait de fréquents rappels à l'ordre. Bracke estimait qu'une doctrine politique avait une logique interne de laquelle il était impossible de s'écarter. Chaque prise de position, face à une question concrète, en découlait comme sous l'effet d'une mécanique invisible. Ainsi chaque article de Bracke, sur des sujets aussi différents que le municipalisme, la franc-maçonnerie ou la coopération, résonne de la vieille antienne, sourd écho peut-être d'une antique berceuse paternelle, à quelques notes près : « Car il n'y a pas d'autre solution, même à la plus petite réforme, que le renversement total du système capitaliste »75.

  • 76 Id., Ve Congrès national, op. cit., p. 385.

28Dans toutes les formes d'interventions de Bracke, c'est l'orthodoxie guesdiste la plus régulière qui se laisse entendre. La fixation définitive du couple réforme/révolution et la métaphysique qui en découle connaissent leurs plus belles illustrations : il faut savoir, s'écrie Bracke, « si de réforme en réforme, en ajoutant une réforme après une réforme, on finit par avoir la transformation de la société, ou bien si, de réforme en réforme, on marche vers une formation plus véhémente, plus énergique, plus capable de lutter, du prolétariat voulant faire la conquête du pouvoir »76. Les améliorations résultant des lois sociales ne sont utiles que dans la mesure où elles permettent au prolétariat de reprendre quelques forces physiques ou intellectuelles utiles à sa lutte pour la conquête des pouvoirs publics. La conception du monde de Bracke s'articule sur une polémique, clé de toute sa lecture du social. L'action électorale n'est elle-même qu'un moment dans une guerre de classes toujours impitoyable : elle est le temps de l'éducation et la chance offerte à la classe ouvrière d'occuper quelques têtes de pont dans la forteresse bourgeoise. L'hostilité portée à l'appartenance maçonnique des socialistes (il en va d'ailleurs de même pour la Ligue des droits de l'homme) trouve aussi son explication dans la situation paradoxale dans lesquels ceux-ci peuvent alors se trouver : être appelé à nouer des liens de solidarité avec des « ennemis de classe ».

  • 77 Id., VIIe Congrès national tenu à Paris les 15 et 16 juillet 1910. Compte rendu sténographique, Pa (...)

29S'agit-il de traiter de la coopération ? Les mêmes références sont à l'oeuvre : « [...] la coopération n'est pas socialiste par elle-même, par son origine, par son essence, par son existence ; elle peut être une arme socialiste par son usage, c'est-à-dire en accroissant les moyens d'action du Parti socialiste »77 Il est saisissant de voir un grammairien s'appliquer à importer dans le vocabulaire politique la rigueur lexicale auquel il a recours dans son oeuvre de traducteur. Le guesdisme, tel qu'il se formule dans les brochures et les périodiques, répondait à merveille à cette attente intellectuelle : on y a peu de doute sur des définitions pourtant aussi douteuses que socialisme, prolétariat, bourgeoisie pour ne rien dire de marxisme.

30Bracke dut s'enraciner doublement dans le guesdisme qu'il rencontra : il y découvrit les échos enfouis d'une sensibilité régionale, d'un attachement à une enfance marquée par les milieux populaires du Nord, où il puisait souvent ses modèles « d'action socialiste », et une conformité à ses propres exigences intellectuelles. Alliance idéale qui fit vraisemblablement de l'appartenance de tendance l'équivalent d'un attachement familial, si l'on ose procéder à une telle reconstruction psychologique toujours aléatoire.

  • 78 Id., « Il faut qu'ils y restent », L'Humanité, 2 septembre 1914.
  • 79 Justinien RAYMOND dans DBMOF.

31Les positions qu'il prit durant la Première guerre mondiale sont dans le droit fil de son guesdisme. Après le discours très convenu prononcé aux obsèques de Jaurès, il s'illustra dans la campagne belliciste de L'Humanité par nombre d'articles-leaders rédigés en faveur de la défense nationale : « Chacun a conscience que, quoi qu'il arrive, dût la lutte coûter des souffrances matérielles et morales, la France ira jusqu'au bout de son devoir, c'est-à-dire jusqu'à la paix assurée par la fin de l'impérialisme germanique »78. Cette ligne claire n'était-elle pas la dernière manifestation d'une fidélité aussi limpide : la double fidélité au guesdisme et aux départements d'origine occupés ? Il participa ainsi à toutes les entreprises lancées par les partisans les plus fermes de la défense nationale dans les rangs socialistes. Après avoir été délégué aux conférences socialistes interalliées de Londres, il se fit le défenseur du maintien d'Albert Thomas au ministère de l'Armement et collabora à L'Action socialiste qui avait été lancée contre Le Populaire79.

  • 80 La Pensée Socialiste, août-septembre 1947, cité par B. MÉNAGER, dir., et alii, Guy Mollet, Un cama (...)

32L'histoire du socialisme a trop souvent traité son objet par la tête. Elle était en cela la directe héritière d'une histoire politique coupée des sciences sociales, naïve au point de ne s'en tenir que sur le terrain discursif. De ce point de vue trop limité, une étude consacrée à Bracke - Desrousseaux ne pouvait ne relever que de l'hagiographie ou d'un goût trop poussé pour la biographie des militants socialistes. Il semble pourtant que l'analyse de la maturation politique et intellectuelle de Bracke ne relève pas de la simple curiosité qu'une érudition, fonctionnant à vide, exciterait Non qu'il faille déceler en Bracke un quelconque type idéal qui conférerait à une telle étude une valeur un tant soit peu générale. Les hommes politiques savent faire un tel usage de certaines figures. Guy Mollet perçut ainsi le « père ours » : « Bracke représente pour nous le véritable humain, non celui que l'on proclame, mais celui que l'on pratique parce que basé sur une culture profonde et sur un socialisme vécu [...] »80. Cette ambition typologique serait pour un historien aussi vaine qu'immodeste. L'examen du cas Bracke nous conduit cependant à tenter de comprendre comment sur un individu jouent des forces sociales et des contraintes culturelles. Nous pouvons en outre comprendre comment un intellectuel engagé compose avec celles-ci En ce sens, l'histoire qui, comme la sociologie, est une science de la comparaison, la biographie du « premier » Bracke ne se charge de signification que rapporté à d'autres cas. Or on relèvera peu d'exemples semblables.

33C'est dans la différence qu'il sera possible ici d'apprendre sur les mécanismes socio-psychologiques qui régissent l'engagement des intellectuels dans la première moitié du XXe siècle. Ce clerc socialiste est sans doute l'un des seuls à avoir mené de front une carrière universitaire, dans le cadre, certes particulier, de l'Ecole pratique des Hautes études, et une carrière politique aussi limitée fut-elle. Ni Charles Andler, professeur à la Sorbonne mais éloigné de toute responsabilité politique, ni Jean Jaurès, dirigeant du Parti socialiste mais au détriment de toute carrière universitaire, n'ont tenté de réaliser une telle alliance. Que Bracke - Desrousseaux soit un nom composé peut passer pour l'heureuse traduction symbolique d'une situation sociale dont on pourra naturellement juger ailleurs de son accomplissement.

Notes

1 R. GIRARDET, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986.

2 Le vétéran socialiste, 6 septembre 1951.

3 J.-Cl. PASSERON, Le raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991, p. 185-206.

4 L. LÉVY, Comment ils sont devenus socialistes, Paris, Éditions du Populaire, 1931, p. 33.

5 L.O. FROSSARD, De Jaurès à Léon Blum. Souvenirs d'un militant, Paris, Flammarion, 1943, p. 130.

6 Une vie de révolutionnaire, 1883-1940. Les mémoires de Charles Rappoport, Paris, Éditions de la MSH, 1991, p. 286.

7 V. MÉRIC, A travers la jungle politique et littéraire, Paris, Valois, 1930, p. 142-143.

8 Ibid., p. 144.

9 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum. L'École normale et la politique, Paris, Fayard, 1938, p. 290-291.

10 J. VERDÈS-LEROUX, Au service du Parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture, 1944-1956, Paris, Fayard/Éditions de Minuit 1983 et Ch. PROCHASSON, Les intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Le Seuil, « L’univers historique », 1993.

11 Il existe une lettre tardive de Desrousseaux (24 janvier 1931) adressée à Paul Valéry dans laquelle est évoquée son ancienne amitié avec Paul Souday (B. N., dépt des manuscrits, nouvelles acquisitions françaises, microfilm 2683).

12 A. DAIN, « L'hommage de l'Association Guillaume Budé à Alexandre-Marie Desrousseaux », Les Amis de Lille, 2e trimestre 1957, 37, p. 7-8.

13 Une vie de révolutionnaire, op. cit., p. 286.

14 M. CACHIN, Carnets, 1906-1916, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 81.

15 J. SEIGEL, Paris-Bohème, 1830-1930, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1991.

16 Cahier de l'OURS, 3, « Bracke-Desrousseaux », octobre 1969, p. 5.

17 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.

18 Pour les informations biographiques, nous renvoyons une fois pour toutes à : P. CHIPPONI, Contribution à l'étude du parti socialiste. Un militant exemplaire : Bracke (Desrousseaux), Paris I, DES de science politique, 1976 ; notice de Justinien Raymond dans J. MAITRON, dir., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 20, Paris, Éditions ouvrières, 1993 ; A. PIERRARD, S. DILLAZ, Alexandre et Bracke Desrousseaux. Deux hommes et un quinquin, Lille, La Voix du Nord Éditions, « Figures d'ici », 1992.

19 Lettre-préface à Paul ASSOIGNION, La vieille Flandre, Lille et Saint-Sauveur depuis le XIIIe siècle jusqu'au XIXe siècle inclus, Lille, Dujardin, 1908, p. II.

20 A. PIERRARD, S. DILLAZ, op. cit., p. 124.

21 L. LÉVY, op. cit., p. 38.

22 XVIIIe Congrès national tenu à Tours, les 25, 26, 27, 28, 29 et 30 décembre. Compte rendu sténographique, Paris, 1920, p. 22.

23 Le Vétéran socialiste, 6, septembre 1951.

24 P. MORAND, journal d'un attaché d'ambassade, Paris, La Table Ronde, 1947, p. 35 (12 octobre 1916).

25 Les Amis de Lille, 37, 2e trimestre 1957, p. 4.

26 Mélanges offerts à A.M. Desrousseaux par ses amis et ses élèves en l'honneur de sa cinquantième année d'enseignement supérieur (1887-1937), Paris, Hachette, 1937.

27 Cahier de L'OURS, 3, op. cit., p. 37.

28 Propos rapporté par Guy Mollet dans le Populaire-Dimanche, 18 novembre 1951, p. 8.

29 J. TEXCIER, « Bracke » (conférence donnée le 30 mars 1956 à l'Institut Branting de Paris), Centre national d'éducation socialiste. Cours par correspondance, p. 3 (OURS).

30 Id., introduction à Bracke-Desrousseaux, Les Humanités, Arras, s.e., 1963, p. 4.

31 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 40.

32 A.M. DESROUSSEAUX, « M. Tournier, fondateur de la société des humanistes », Bulletin des humanistes français, 1, janvier-mars 1900, pp. 6-7.

33 Bulletin des antis de Léon Blum, 13, février 1966, p. 13.

34 BRACKE-DESROUSSEAUX, Les Humanités, op. cit.

35 Ibid., p. 51.

36 Ibid., p. 59.

37 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.

38 H. BOURGIN, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 291.

39 M. LÖWY, Rédemption et utopie : le judaïsme libertaire en Europe centrale, une étude d'affinité élective, Paris, PUF, « Sociologie d'aujourd'hui », 1988.

40 Ch. ANDLER, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Rieder, 1932, p. 231.

41 « Nos intellectuels », Le Socialiste, 7 août 1898.

42 Dr Z, « Un programme intellectuel », Le Socialiste, 7 janvier 1899.

43 Ch. PROCHASSON, op. cit., p. 26-27.

44 Sur tout ceci se reporter à L. LÉVY, Comment ils sont devenus socialistes, op. cit., p. 34 et sq.

45 Le Socialiste, 6-13 janvier 1907.

46 XVIIe Congrès national, tenu à Strasbourg les 25, 26, 27,28 et 29 février 1920, Paris, 1920, p. 93.

47 Ve Congrès national tenu à Toulouse, les 15, 16, 17, 18 octobre 1908, compte rendu sténographique, Paris, 1908, p. 378.

48 BRACKE, « Le mouvement socialiste jusqu'à l'Unité », Études socialistes, 12-13, 1er juillet 1947. Cette version est contredite par J. LONGUET dans « La formation de l'unité socialiste », La Nouvelle revue socialiste, 30, 15 mars-15 avril 1930.

49 C'est ce qu'affirme Justinien Raymond dans la notice qu'il consacre à Bracke dans DBMOF.

50 IXe Congrès national tenu à Lyon les 18, 19, 20 et 21 février 1912, Compte rendu sténographique, Paris, 1912, pp. 157-158.

51 XVIIIe Congrès national, op. cit., p. 17.

52 L.O. FROSSARD, De Jaurès à Léon Blum, op. cit., p. 130.

53 Ve Congrès national, op. cit., p. 323.

54 BRACKE, « La semaine », Le Socialiste, 7-14 avril 1901.

55 Le Socialiste, 24 avril - 1er mai 1904.

56 Ve Congrès national, op. cit., p. 28.

57 Cl. WILLARD, Le mouvement socialiste en France (1893-1905). Les guesdistes, Paris, Éditions sociales, 1965, p. 472.

58 Ibid., p. 546-547.

59 XIe Congrès national tenu à Amiens les 25, 26, 27, 28 janvier 1914. Compte rendu sténographique, Paris, 1914, p. 140.

60 L'Humanité, 9 novembre 1917.

61 Par exemple : A. PIERRARD et S. DILLAZ, Alexandre et Bracke Desrousseaux, op. cit.

62 J. TEXCIER, « Bracke », op. cit., p. 17.

63 Le Socialiste, 4-18 octobre 1903 et 6-13 décembre 1903.

64 Leur Congrès. A la salle Wagram. Pièces justificatives publiées par Bracke, Paris, 1901.

65 Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes, X, janvier-mars 1886.

66 BRACKE, Onze ans d'histoire socialiste. Aux travailleurs de France. Le Conseil national du Parti ouvrier français (1889-1900), Paris, Jacques, 1901.

67 La rédaction, « Ce que nous voulons », Le Socialisme, 17 novembre 1907.

68 Une vie de révolutionnaire, 1883-1940. Les mémoires de Charles Rappoport, op. cit., p. 286-287.

69 Cahier de l'OURS, 3, « Bracke - Desrousseaux », op. cit., p. 11.

70 Populaire-Dimanche, 158, 18 novembre 1951, p. 7.

71 Ve Congrès national, op. cit., p. 372.

72 BRACKE, « Commémoration », Le Socialisme, 18,15 mars 1908, p. 1 et « Anniversaire », Socialisme et lutte de classe, 5, 1er-15 mars 1914, p. 122.

73 Id., « Révision marxiste », Le Socialisme, 50, 7 novembre 1908.

74 J. TEXCIER, « Bracke », op. cit., p. 8.

75 BRACKE, « L'impôt sur le Revenu », Le Socialisme, 4, 8 décembre 1907.

76 Id., Ve Congrès national, op. cit., p. 385.

77 Id., VIIe Congrès national tenu à Paris les 15 et 16 juillet 1910. Compte rendu sténographique, Paris, 1910, p. 176.

78 Id., « Il faut qu'ils y restent », L'Humanité, 2 septembre 1914.

79 Justinien RAYMOND dans DBMOF.

80 La Pensée Socialiste, août-septembre 1947, cité par B. MÉNAGER, dir., et alii, Guy Mollet, Un camarade en république, Lille, PUL, 1987, p. 4.

Auteur

EHESS - Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540