Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

II. D'une guerre à l'autre (1914-1945)

Les fédérations socialistes du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de l'Aisne dans des luttes de tendances au sein de la SFIO entre 1921 et 1939

Éric Nadaud

Texte intégral

1Les luttes entre les différentes tendances de la SFIO, favorisées depuis 1905 par le principe de la représentation proportionnelle des courants à tous les échelons du parti, prennent un développement saisissant entre les deux guerres. Alors même que la mort de Jaurès a fait disparaître un puissant ferment d'unité, les sources de division de l'opinion socialiste se multiplient à cette époque avec l'approfondissement des contradictions du radicalisme, les assauts du rival communiste, l'entrée de la France et de l'Europe dans une crise multiforme, et le retentissement nouveau donné aux moindres décisions des assemblées socialistes par l'accroissement sensible de l'influence politique du socialisme. Les différents courants de pensée se heurtent dans presque toutes les occasions, jusque sur les questions les plus secondaires et, pour certains, se structurent en groupements permanents. La fréquence des ruptures traduit la profondeur des antagonismes. Après la cassure de 1920, la SFIO se brise encore en 1933, puis en 1938, et aborde finalement la guerre dans un nouveau climat de « pré-scission ».

2Nous nous proposons ici d'évaluer la place qu'occupent les socialistes du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de l'Aisne dans ces luttes de tendances. Les scrutins internes auxquels les militants septentrionaux prennent part durant l'entre-deux-guerres, dont des traces suffisantes sont restées dans la presse et les comptes rendus de congrès, permettent d'établir aisément les traits dominants de leurs orientations respectives, surtout si l'on ne considère que les votes principaux, ceux qui sont intervenus sur les questions centrales et dans les seuls congrès annuels (voir document no 1). L'explication des phénomènes relevés est plus délicate. Elle peut s'envisager à travers une analyse de la manière dont se combinent localement les facteurs de tous types, humains, structurels ou conjoncturels, qui déterminent dans l'ensemble du Parti l'orientation de l'opinion socialiste. Cette approche a inspiré les tableaux placés en annexe (documents no 2, 3 et 4), qui mettent en parallèle les données nationales et locales relatives aux critères d'orientation les plus discriminants. Elle permet d'établir des comparaisons entre les fédérations, ainsi qu'entre chacune de celles-ci et le reste du Parti. Elle n'exclut d'ailleurs pas la recherche de facteurs atypiques qui pourraient rendre compte éventuellement, eux aussi, de la singularité du milieu socialiste dans l'un ou l'autre des quatre départements. Il va de soi qu'une telle enquête ne saurait être ni exhaustive, ni définitive. Les lacunes de la documentation restreignent nos possibilités d'investigation. Les sources sont en effet largement plus éclairantes sur la Fédération du Nord que sur celle du Pas-de-Calais et plus encore celles de la Somme et de l'Aisne, et elles n'informent guère sur la sociologie des sympathisants des tendances et l'implantation des courants à l'échelon local La réflexion trouve aussi ses limites dans les dimensions réduites de cette communication, qui interdisent de dégager dans toute sa complexité la chaîne des causalités, d'autant que cette dernière varie d'une fédération à l'autre, ainsi que d'une période à l'autre.

3La chronologie des disputes à l'intérieur de la SFIO commande l'organisation de notre analyse. Trois grandes questions ordonnent successivement les rapports entre les tendances de 1921 à 1939 : celle de la participation éventuelle du Parti à un cartel des Gauches, entre 1921 et 1933 ; celle des modalités de la lutte contre le fascisme et des buts et moyens de « l'exercice » du pouvoir, entre 1934 et 1938 ; et celle de la guerre, à partir de l'été 1938.

1. La place des fédérations septentrionales dans les débats sur la question du cartel des gauches (1921-1933)

1/ La querelle du Cartel au plan national : cartellistes contre anticartellistes

4La question de la participation éventuelle des socialistes à un cartel des Gauches électoral, parlementaire et gouvernemental, impliquant leur présence dans un cabinet « bourgeois » à direction radicale ou radicalisante, se pose presque continûment, de façon implicite ou explicite, entre 1921 et 1933. Elle est en effet la clef des perspectives politiques de la gauche française, à une époque où le Parti socialiste est devenu trop influent pour que les radicaux puissent gouverner à gauche sans lui, mais pas encore suffisamment pour être en mesure d'exercer lui-même le pouvoir. C'est elle qui cristallise les deux grandes sensibilités dont l'antagonisme domine la vie du Parti jusqu'en 1933 : celle des cartellistes, qui défendent l'idée d'un cartel parce qu'ils y voient la condition d'une politique de progrès social et sont désireux de sortir le socialisme de l'immobilisme, et celle des anticartellistes, qui la répudient pour des raisons de doctrine ou de tactique. La première s'exprime à travers la tendance « Vie socialiste », que dirigent Pierre Renaudel et Marcel Déat La deuxième s'incarne en trois courants. Celui des « vieux-guesdistes », non structuré, mais néanmoins nettement repérable, est animé par le secrétaire général du Parti Paul Faure et son adjoint Séverac. Il est disposé à accepter des compromis réalistes avec l'aile droite, par souci d'unité, tant que les principes fondateurs du Parti ne sont pas en cause. Il est aussi très hostile au communisme. Le deuxième courant anticartelliste s'organise en 1927, plus à gauche, sous l'impulsion de Jean Zyromski et de Bracke-Desrousseaux, dans la tendance « Bataille socialiste ». Il est à la fois très intransigeant dans son refus du cartellisme, très révolutionnariste, et très attaché à l'idée d'une réunification ouvrière. Le troisième courant se distingue par le sectarisme de ses positions. C'est celui de l'extrême-gauche, que son leader, Maurice Maurin, a structurée en un Comité d'action socialiste révolutionnaire. Entre ces deux grandes sensibilités, de droite et de gauche, un « centrisme », dont Vincent Auriol est la figure la plus représentative, cherche parfois à s'imposer.

5Il faut quelques années pour que l'antagonisme entre ces courants s'exprime au niveau national Au lendemain des élections législatives de mai 1924, qui portent les radicaux au pouvoir, la SFIO repousse à la quasi unanimité une offre radicale de collaboration ministérielle. C'est à partir de l'été 1925, quand l'aile droite se met à exiger ouvertement la participation ministérielle, que le consensus commence à se fissurer. Une première crise s'ouvre fin 1925. Le congrès national de la Bellevilloise, en janvier 1926, donne alors raison aux antiparticipationnistes, en leur accordant 57 % des mandats. La tension dans le Parti n'en reste pas moins vive dans les mois qui suivent Seule l'alliance des radicaux avec Poincaré, en juillet 1926, la fait quelque peu retomber. Une seconde crise se noue en octobre 1929, lorsque le Groupe parlementaire socialiste (GP) accepte une offre de partage du pouvoir que lui a présentée Daladier, avant qu'un conseil national, convoqué en urgence par la CAP, ne la repousse d'extrême justesse. Le conflit entre cartellistes et anticartellistes se durcit dès lors nettement Par rapport à la crise précédente, il prend un caractère institutionnel très marqué, puisqu'il oppose la grande majorité du GP à la majorité de la CAP. Il met également aux prises deux tendances rigides, étant donné que la Bataille socialiste regroupe désormais l'ensemble des anticartellistes, Paul Faure et les « vieux-guesdistes » compris, à la seule exception de l'extrême-gauche. Cette fois, le Parti reste jusqu'au bout sous tension. C'est d'abord l'aile gauche qui l'emporte. Au congrès national de janvier 1930, elle parvient à regrouper 57 % des mandats sur un texte antiparticipationniste. Les élections de mai 1932, favorables aux Gauches, donnent ensuite l'avantage aux cartellistes. Au congrès national de la salle Huyghens, ceux-ci réussissent à obtenir du Parti son adhésion à l'idée d'une « participation conditionnée ». Le renoncement du nouveau président du Conseil, Edouard Herriot, à la formule du cartel, leur fait cependant perdre le bénéfice de cette conjoncture particulièrement porteuse. La phase finale s'ouvre avec le retour de Daladier au pouvoir, en janvier 1933, dans un environnement marqué par l'approfondissement de la crise économique et la victoire des nazis. Après l'échec d'une nouvelle offre de participation, le GP, décidé à forcer la décision, soutient systématiquement le président du Conseil, contre l'avis du Parti. En juillet 1933, la Bataille socialiste fait adopter par le congrès national de Paris une résolution blâmant la majorité du Groupe et désavouant sa politique, par 54,5 % des mandats, bien que Vincent Auriol ait également déposé une motion « centriste ». Le plaidoyer de Déat et de certains de ses amis en faveur d'un « néo-socialisme » révisionniste aggrave la rupture. En novembre, un conseil national exclut les dissidents, qui fondent un nouveau parti, le Parti socialiste de France - Union Jean Jaurès.

  • 1 Nous tirons ici parti de notre thèse : Une tendance de la SFIO, la Bataille socialiste, 1921-1933,(...)

6Les militants qui animent les différents courants se séparent les uns des autres en fonction d'une série de facteurs discriminants : la nature des responsabilités qu'ils exercent au nom du Parti, leur présence éventuelle à la tête d'organisations extérieures, leur âge, leurs antécédents politiques, leur catégorie socioprofessionnelle1. Du croisement de ces facteurs, il résulte qu'ils se distinguent globalement selon le degré de leur intégration dans le Parti, étant entendu que l'intégration est d'autant plus forte que l'activité est intérieure à l'univers militant, que l'ancienneté de l'adhésion est grande, que les antécédents sont guesdistes et que les attaches avec la classe ouvrière sont étroites. Les cartellistes se caractérisent par une faible « intégration ». Leurs leaders sont surtout des parlementaires. Ils représentent d'ailleurs plus des trois quarts du Groupe parlementaire SFIO à partir de 1928. Ils n'exercent que rarement des fonctions « d'appareil » au sein du Parti, ont des liens étroits, souvent au plus haut niveau, avec des organisations extérieures à la SFIO telle que la Ligue des droits de l'homme, et sont sociologiquement plus éloignés de la classe ouvrière que les autres socialistes. Les plus âgés sont souvent passés par le Parti socialiste français de Jaurès. Ceux d'entre eux qui font scission en 1933 sont encore moins « intégrés ». Ils sont plus jeunes, et leur appartenance aux classes moyennes est plus manifeste. Les « vieux-guesdistes » se situent au contraire au coeur du Parti. Us constituent l'essentiel de la représentation parlementaire de l'aile gauche, dirigent l'appareil SFIO de même que celui de la majorité des fédérations les plus importantes, et n'exercent pas de fonctions de direction « extérieures ». Us sont d'âge mûr : ils ont dépassé sensiblement la cinquantaine d'années en 1930. Beaucoup sont des vétérans du Parti ouvrier français de Guesde. Les zyromskistes et l'extrême-gauche se différencient d'eux par leur plus grande jeunesse, ainsi que par leur éloignement des responsabilités. Ils sont quasiment absents du Parlement ainsi que de la direction des grandes fédérations, exception faite de celles de la Seine et de la Seine-et-Oise.

7Les fédérations dont la ligne politique est repérable se répartissent pour leur part en fonction de l'orientation de leur encadrement, de leurs traditions spécifiques, et de l'influence des autres forces de gauche à l'intérieur de leur département, sans que les structures socio-économiques jouent de rôle direct Elles suivent les tendances dont les caractères et l'idéologie correspondent à leur personnalité et répondent à leurs problèmes locaux. Celles qui penchent pour le cartellisme intègrent en général tout ou partie des éléments suivants : des notables favorables au Cartel, une tradition réformiste, une forte présence radicale dans le département, et, plus souvent encore, une faible pression communiste. Celles qui combattent le cartellisme présentent des traits inverses, également en totalité ou en partie : des notables anticartellistes, des traditions guesdiste ou blanquiste, et un voisinage avec des radicaux affaiblis et, surtout, des communistes forts. Ces fédérations de gauche se distinguent elles-mêmes entre elles par leur niveau de puissance. Dans l'ensemble, celles qui suivent les « vieux-guesdistes » l'emportent largement par le nombre de leurs adhérents, de leurs électeurs et de leurs élus, sur celles qui se reconnaissent dans le zyromskisme et l'extrême-gauche. Beaucoup de fédérations restent pourtant inclassables, parce qu'elles sont en permanence divisées et instables. Elles-mêmes se divisent néanmoins souvent, en leur propre sein, selon des lignes de clivage identiques à celles qui opposent les fédérations stables les unes aux autres, au point que leurs tendances prennent parfois l'aspect de véritables « sous-fédérations ». Elles additionnent dans ce cas des facteurs d'orientation contradictoires : des « notables » de tendances différentes confrontés les uns aux autres pour des raisons personnelles ou « structurelles », des traditions composites, une situation par rapport aux autres forces politiques rendue complexe par une géographie politique hétérogène... Il est à noter qu'à partir de 1928, la domination écrasante de l'aile droite au sein du GP tend à faire de la présence d'un élu à l'intérieur d'une fédération un facteur d'orientation à droite, et multiplie les cas de durcissement du conflit idéologique en un conflit institutionnel élus-secrétariat fédéral, à l'image de l'antagonisme GP-CAP.

2/ La Fédération du Nord, bastion de l'anticartellisme « vieux-guesdiste »

8La Fédération du Nord se situe d'une manière indiscutable dans le camp anticartelliste. Elle en soutient la cause avec massivité et constance. Son aile droite ne rassemble au meilleur de son audience, en janvier 1930, que 22 % des mandats, et reste habituellement en dessous du niveau des 10 %. Cet anticartellisme est par ailleurs d'esprit « vieux-guesdiste ». Les zyromskistes ont en 1927 une proportion de sympathisants locaux deux fois moindre qu'au plan national (12,4 % contre 23,4 %). L'extrême-gauche est aussi plus marginale que dans l'ensemble du Parti, (document no 1)

9Pourtant, elle n'est pas une fédération anticartelliste semblable aux autres. Ses leaders sont inspirés par un véritable « patriotisme de fédération », dont on ne trouve pas d'autre exemple dans le Parti. Dans les moments importants, ils peuvent se concerter avec les états-majors parisiens des groupements de pensée dont ils relèvent Jamais cependant ils ne se placent dans leur dépendance, contrairement aux membres de beaucoup d'autres fédérations. Ils sont du Nord avant d'être d'une tendance. Dans chacune de leurs assemblées, ils tentent de définir leur propre politique, en toute autonomie, comme s'ils constituaient un parti dans le Parti, avec pour principal objectif la mise au point d'une synthèse qui tienne compte de leurs points de vue respectifs. Tous s'efforcent d'apporter leur contribution à la formation du consensus fédéral Jean Lebas, secrétaire de la Fédération et chef de file de la majorité anticartelliste, accepte par exemple lors de la crise de 1929-1930 de fonder son refus de la participation sur une analyse des circonstances plutôt que sur des arguments de doctrine qui auraient rendu tout compromis impossible, et admet en mai 1932 l'idée d'une « participation conditionnée ». De même, Roger Salengro, leader des cartellistes et responsable d'une rupture de l'entente fédérale en 1929-1930, consent à s'associer à la majorité pour l'élaboration d'une résolution commune en vue du congrès national de Huyghens, en mai 1932, puis se désolidarise ouvertement de sa tendance nationale, lors de la crise de mai-octobre 1933. Le nombre des départs, au moment de la scission « néo », est d'ailleurs dérisoire. Ce « patriotisme de fédération » touche même les zyromskistes. A partir de 1928, Bracke, qui a quitté la Fédération de la Seine pour occuper un siège de député du Nord, se fond partiellement dans le creuset nordiste. Au congrès national réuni à Bordeaux par la SFIO, en juin 1930, il présente ainsi une motion « Bracke-Lebas » sur la question du rapport du budget de l'Air par un socialiste, contre une motion « Séverac-Zyromski » plus rigide.

  • 2 Jean Lebas, lettre à Paul Faure du 13 novembre 1929, Roubaix, Cahier de l'OURS, no 27, février 197 (...)

10La Fédération du Nord se singularise aussi par le véritable magistère qu'elle exerce sur la SFIO. Tout montre, dans ses pratiques, qu'elle se croit investie d'une mission nationale et historique, qui est de maintenir les socialistes dans le respect de la Charte d'unité de 1905. C'est pour l'accomplir qu'elle s'applique à préserver sa propre cohésion, condition sine qua non de son autorité morale comme de sa puissance de vote ; qu'elle travaille à mettre au point des motions de synthèse inspirées par un marxisme suffisamment ouvert pour qu'elles puissent catalyser des majorités ; qu'elle tient ses assemblées avant celles de la plupart des autres fédérations ; et qu'elle diffuse son organe, La Bataille, bien au delà des limites de son département C'est ainsi qu'elle constitue l'un des trois pôles structurants de la coalition antiparticipationniste qui gouverne le Parti, à côté de la Bataille socialiste et du Secrétariat général Dans les moments critiques, elle peut même jouer le premier rôle. Fin 1929, par exemple, elle fournit aux antiparticipationnistes leur motion pour le congrès national de janvier 1930, tout en prenant en mains l'organisation de leur campagne, comme s'il y allait de son propre sort. Ainsi Jean Lebas propose-t-il alors à Paul Faure de lui expédier chaque semaine une centaine d'exemplaires gratuits de La Bataille, dans l'espoir que ce dernier puisse les faire parvenir « à des camarades de fédérations en totalité ou en majorité ministérialistes » dont il aurait l'adresse2. C'est encore lui qui met au point la stratégie de l'aile gauche pour le congrès national de Huyghens, en mai 1932, alors que celle-ci est en plein désarroi La Fédération obtient d'ailleurs le plus souvent gain de cause. Son prestige, l'efficacité de son travail préparatoire, ainsi que le poids considérable de ses mandats lorsqu'ils sont groupés, lui permettent de faire adopter en congrès national ses propres résolutions, par exemple en janvier 1930, ou, au moins, des textes marqués de son empreinte.

11Ces différentes particularités renvoient d'abord à l'attitude des parlementaires du Nord. Les tableaux du document no 2 mettent en évidence une corrélation frappante entre l'orientation des militants et celle des députés. L'interprétation d'une telle coïncidence est d'autant plus difficile que certains dirigeants, tel Jean Lebas, sont à la fois chargés de responsabilités fédérales et présents à la Chambre, ce qui interdit de distinguer les deux univers, et de repérer si l'un détermine l'autre. Au moins peut-on avancer que le comportement des militants et celui des députés font système, ce qui n'est pas si fréquent dans la SFIO, et se confortent de la sorte l'un et l'autre. Toutes les particularités fédérales trouvent ainsi, sinon leur source, du moins un point d'appui dans le groupe des élus. A l'anticartellisme fédéral fait écho l'anticartellisme des députés. Ce dernier est massif. D'après nos relevés (document no 2), les élus hostiles au cartel sont au moins 7 sur 11 en 1926, 2 sur 6 (dont 2 ne prennent aucune position) en 1929, et 8 sur 9 en 1933. Les fluctuations de la majorité anticartelliste dans les congrès fédéraux sont également en rapport avec les variations du nombre de ces élus de l'aile gauche. C'est quand ces derniers sont les moins nombreux, en 1929-1930, que la minorité cartelliste réussit sa meilleure performance en congrès fédéral C'est quand ils sont en nombre, en 1926 et en 1933, qu'elle devient marginale. De même, l'esprit de compromis du courant cartelliste dans la Fédération est en adéquation parfaite avec l'absence de conviction des députés nordistes du même courant Sur les 4 élus de 1924 qui ont un comportement « déviant », 3 ne suivent l'aile droite du GP qu'épisodiquement, tandis que le quatrième hésite entre le centre et l'aile gauche. La pugnacité des deux élus qui acceptent les offres de Daladier en 1929 est plus difficile à évaluer, car nous ne disposons que d'une seule donnée pour les situer. On peut relever toutefois que l'un d'eux est un ancien « hésitant » de 1926, et que l'autre est Salengro, dont on a dit l'évolution. L'unique "déviant" de 1933, enfin, est précisément ce dernier, qui ne se singularise qu'au début de l'année, et sur une position « centriste ». L'attitude des députés nordistes au moment de la scission « néo » a aussi son importance. Le fait qu'aucun d'eux ne quitte alors le Parti est manifestement en harmonie avec le maintien de l'intégrité de la Fédération. Le leadership de la Fédération, enfin, n'est pas sans rapport avec le fait que les députés du Nord constituent le noyau dur de l'aile gauche du GP. C'est déjà chose visible en 1925-1926. C'est chose flagrante en 1933, quand les nordistes finissent par représenter, à eux seuls, près de la moitié des députés anticartellistes de la SFIO.

12La tradition guesdiste est un autre élément d'explication, cette fois dépourvu d'ambiguïté, de l'anticartellisme de la Fédération du Nord autant que de son esprit missionnaire. La Fédération s'inscrit en effet dans la filiation du Parti ouvrier français de Jules Guesde, le plus prestigieux des partis socialistes de la fin du XIXe siècle, le principal propagandiste de la doctrine marxiste, et l'adversaire le plus résolu de toute intégration du socialisme dans l'État bourgeois, parti dont le département du Nord était précisément l'assise principale. Entre elle et lui, la continuité idéologique s'établit de deux façons. Elle résulte en premier heu d'un fait de démographie politique : la permanence des militants du POF. Les relevés des antécédents politiques des élus du Nord entre 1919 et 1936 (document no 2) sont à cet égard éclairants. Ils montrent bien que la majorité de ceux-ci sont des vétérans du parti de Guesde. Surtout, ils font apparaître une relation très nette entre les engagements du début du siècle et les options de tendance des années vingt et trente. Les élus qui ne sont passés que par le POF ou le POSR sont dans leur totalité anticartellistes après 1924. Ceux qui ont aussi transité par le Parti socialiste français de Jaurès sont cartellistes. Tout se passe donc comme si les choix du temps du Bloc des Gauches commandaient ceux de l'époque du Cartel. La relation est si claire que l'on peut supposer qu'elle joue également en dehors du groupe des élus, tout particulièrement au sein de la population des militants qui constituent l'encadrement de la Fédération, et sont suffisamment âgés pour avoir vécu les batailles du début du siècle. Comme le POF, le POSR et le PS de F. ont été bien plus puissants dans le Nord que les partis réformistes, nous tenons là l'une des meilleures clefs pour comprendre l'orientation nordiste. L'autre racine de la continuité idéologique entre le POF et la Fédération du Nord tient au fait que l'héritage de Guesde et du POF est devenu dans les années vingt l'élément central de l'identité du socialisme nordiste, en même temps que la source de son ascendant sur le Parti, et le fondement de sa légitimité face aux « moscoutaires ». Les militants du Nord s'instituent en gardiens de la flamme, et organisent un véritable culte de Guesde dans leur fédération, comme à l'intérieur de la SFIO et de leur département Le nom du prophète ne pouvant être dissocié de ses idées, cette fidélité n'est évidemment pas compatible avec une politique cartelliste.

13On peut penser, au vu de l'argumentation que les leaders nordistes utilisent contre le cartellisme, que la réussite politique et matérielle de leur fédération joue dans le même sens. La Fédération du Nord a atteint dès avant 1914 un niveau de puissance qui la place loin devant toutes ses consoeurs, tant pour le nombre de ses adhérents que pour le développement de ses structures. Elle est le seul équivalent français, en réduction, de ces social-démocraties germaniques pour lesquelles les socialistes SFIO d'avant 1933 éprouvent une authentique fascination. Dans l'esprit des socialistes nordistes, une telle réussite a pour principal effet de sacraliser les conceptions et les méthodes qui l'ont permise, celle du « socialisme de classe », et de faire de leur fédération le modèle à imiter.

14L'environnement politique départemental pèse aussi sur les orientations nordistes. La Fédération socialiste n'aurait en pratique guère à gagner dans une aventure cartelliste qui la lierait à une formation radicale très affaiblie, dont les candidats ne parviennent pas, entre les deux guerres, à regrouper beaucoup plus 6 % des électeurs locaux. Ce constat joue, en 1924, dans son refus de conclure un accord électoral de cartel des Gauches. Elle aurait d'autre part tout à perdre dans une telle aventure, en raison de l'âpreté de sa rivalité avec le bolchevisme. Elle doit compter avec la puissance et le dynamisme d'un parti communiste acharné à sa perte, qui a réussi à s'implanter dans le Nord, à ses dépens, beaucoup plus solidement et plus durablement qu'ailleurs, au point de rassembler autour de lui environ 17 % des électeurs et de s'assurer aux élections de 1932 une part d'audience deux fois supérieure à sa moyenne nationale. Elle se sait même bien plus menacée que ses consoeurs, en raison de sa sociologie profondément prolétarienne et de son haut niveau d'organisation, qui la désignent comme une cible privilégiée. De cette réalité, elle tire une véritable hantise obsidionale, qui est elle-même un puissant facteur d'anticartellisme. Les interventions de ses leaders contre le bolchevisme et le cartellisme ne laissent aucun doute sur cette connexion. C'est bien pour ne pas donner prise aux accusations communistes, notamment aux accusations de « trahison », qu'elle tient tant à se maintenir, et à maintenir avec elle la SFIO, sur le seul « terrain de classe ».

15Les structures socio-économiques comptent-elles ? On sait que le département du Nord est l'un des plus industriels du pays, et que les conflits sociaux s'y ordonnent plus clairement qu'ailleurs autour d'une opposition fondamentale entre une puissante bourgeoisie capitaliste et une classe ouvrière nombreuse et relativement homogène. Cette structure distingue la Fédération de la plupart de ses consoeurs anticartellistes, et même de celles du courant « vieux guesdiste ». Rien ne prouve, on l'a dit, l'existence d'une relation directe entre socialisme de gauche et milieu prolétarien. Un tel environnement ne peut néanmoins que conforter les autres particularités de la Fédération, en légitimant la thèse guesdiste de la croissance des antagonismes de classe, en dramatisant la rivalité entre socialistes et communistes, tout en contribuant à asseoir l'autorité morale du Nord sur une SFIO qui se considère comme le « Parti de la classe ouvrière ».

3/ Les fédérations de la Somme, du Pas-de-Calais et de l'Aisne : des fédérations instables et très divisées

16Les fédérations de la Somme, du Pas-de-Calais et de l'Aisne ne se situent pas sur le même axe idéologique. Elles méritent pourtant d'être considérées ensemble, parce qu'elles présentent une commune propension à l'instabilité et à la division, et parce que les racines de leurs déchirements sont à peu près similaires.

17Des trois fédérations, celle de la Somme semble être la moins instable dans la mesure où elle reste constamment fidèle à la même orientation anticartelliste. Cependant, l'aile gauche y est en permanence confrontée à une aile droite puissante, et sa majorité y suit une évolution en dents de scie, qui la mène de 70 % des mandats en 1924 à 57 % en janvier 1926, puis 78 % en janvier 1930, et 53 %, enfin, en 1933. En outre, la scission « néo » y est particulièrement grave. Elle provoque une chute des effectifs de près de 33 %, alors que la baisse n'est que de 16 % dans l'ensemble du Parti.

18La Fédération du Pas-de-Calais, pour sa part, ne privilégie aucune ligne particulière. Elle ne cesse d'hésiter entre cartellisme et anticartellisme. Dans l'ensemble, c'est l'aile droite qui domine au cours des années vingt. Elle est toutefois battue, de peu, au congrès fédéral de décembre 1929, et doit à cette occasion abandonner le secrétariat fédérai Elle reprend l'avantage en 1932. Mais il lui faut de nouveau s'incliner en 1933. La singularité de l'aile droite du Pas-de-Calais tient au fait qu'elle reste en dehors de la scission, malgré la constance de son antagonisme avec l'aile gauche. La baisse des effectifs est ici inférieure à 11 %.

19Le cas de la Fédération de l'Aisne est plus complexe. Dans les années vingt, les luttes de tendances y sont dominées par l'affrontement entre les cartellistes et les anticartellistes. Elles se traduisent dès 1924 par une cassure de la Fédération. Celle-ci ne se reconstitue que fin 1924, sur intervention de la CAP. Après partage du bureau fédéral à égalité entre les deux tendances, les anticartellistes prennent le dessus. Ils regroupent les deux tiers des mandats en 1926 comme en 1930. Ils présentent ici la particularité d'appartenir majoritairement au courant zyromskiste et à l'extrême-gauche. En 1933, ce schéma est perturbé par une percée spectaculaire du centre qui, avec 36 % des mandats, réalise une performance largement supérieure à sa moyenne nationale, fait perdre à la Bataille socialiste la majorité, et reculer l'aile droite, tandis que l'extrême-gauche tombe au niveau qui est le sien dans l'ensemble de la SFIO. L'impact de la scission est là encore plus fort que dans le Parti. La baisse des effectifs est proche de 22 %.

20En l'absence d'orientations d'ensemble stables et incontestées, la réflexion ne peut porter que sur les divisions des fédérations et les rapports entre les tendances. Les « portraits » que nous venons de présenter posent trois questions principales : quelles sont les raisons de la permanence et de l'âpreté du conflit droite-gauche dans les trois fédérations ; quelles sont celles des particularités de l'Aisne, c'est-à-dire de la cassure de 1924, et de la « sur-représentation » de l'anticartellisme extrême puis du centrisme ; et pourquoi le conflit droite-gauche débouche-t-il sur une scission plus significative qu'au plan national dans la Somme et dans l'Aisne, mais non dans le Pas-de-Calais, alors même que l'aile droite est jusqu'en 1933 moins puissante dans ces deux fédérations que dans celle-ci ?

21Les parlementaires exercent ici encore une influence déterminante. C'est d'abord à leur intransigeance idéologique qu'il convient de ramener l'intensité de la confrontation droite-gauche. A la différence de leurs amis du Nord, et à la seule exception de Georges Monnet, tous se signalent par leur refus du compromis, quelle que soit la législature, et quelle que soit leur tendance. Le constat vaut pour les cartellistes, dont le relevé des votes lors des débats au sein du GP ou à la Chambre (document no 2) montre qu'ils se situent à chaque occasion sur les positions les plus tranchées, aux côtés des chefs de file les plus endurcis de l'aile droite nationale. U vaut aussi pour le seul élu anticartelliste, Jean Déguise, l'un des très rares membres de l'aile gauche du GP qui défende des idées proches de celles de Zyromski et de Maurin. Déguise est d'ailleurs, au moins en 1925, le correspondant dans son département du journal du CASR, l'Étincelle socialiste. L'exception « Monnet » doit d'ailleurs être relativisée. Elle n'est pas visible en 1929, Monnet se rangeant alors clairement à l'idée d'une participation socialiste au gouvernement Daladier. Le comportement divergent des trois fédérations lors de la scission de 1933 est lui aussi à rapporter à l'attitude des députés. Si la Somme et l'Aisne sont les deux organisations les plus affectées, c'est parce que trois de leurs élus, Tonnelier, Lebel, et Lengrand (document no 2), les quittent alors, en entraînant avec eux une partie de l'aile droite. Si le Pas-de-Calais reste indemne, c'est parce qu'aucun des siens n'entend pousser sa détermination cartelliste jusqu'à la scission. Les particularités de la Fédération de l'Aisne, enfin, doivent être reliées à celles des députés J. Deguise et G. Monnet La cassure fédérale de 1924 est provoquée par Deguise qui, lors des élections législatives, oppose une liste unique, dont il prend la tête, à la liste de cartel des Gauches, où figurent les trois principaux chefs de l'aile droite. L'audience anormalement élevée des thèses de Zyromski et de Maurin renvoie de même à ses propres options. Il est d'ailleurs significatif qu'elle se contracte à partir de 1932, après qu'il se soit retiré de l'action politique. Quant à la poussée centriste de juillet 1933, elle est la conséquence directe de l'adhésion de Monnet à la motion Auriol dite d'« Union et d'Unité » pour le congrès national de Paris.

22L'engagement de ces députés et, au delà, le heurt des tendances, n'est-il pas sous-tendu par des réalités plus profondes, comme c'est le cas dans l'ensemble du Parti ? Pour en juger, nous avons isolé les militants qui animent le plus régulièrement les luttes des tendances, principalement les députés et les membres des appareils fédéraux, soit une dizaine d'individus dans la Somme, autant dans l'Aisne, et une quinzaine dans le Pas-de-Calais, et nous en avons examiné la répartition, pour chaque tendance, en fonction des facteurs les plus discriminants au plan national.

23De l'examen de ce corpus, il ressort clairement que l'aile droite et l'aile gauche ne s'affrontent pas que sur le terrain idéologique. Elles prennent aussi racine dans des milieux aux caractères structurels profondément différents. C'est le fondement le plus solide de leur permanence et de leur virulence. Comme au niveau national, les deux tendances s'opposent par le degré d'intégration dans le Parti, celle de droite ayant davantage de contacts avec la société globale que la seconde. Ainsi, leur opposition coïncide avec la division élus-militants. Les leaders cartellistes s'identifient avec la totalité de la représentation parlementaire de leur fédération dans la Somme et le Pas-de-Calais, et sa majorité dans l'Aisne, quelle que soit la législature. Leurs adversaires occupent à l'inverse les fonctions « d'appareil ». Dans la Somme et le Pas-de-Calais, où leurs chefs de file sont les secrétaires fédéraux Mailly et Pantigny, ce sont les seules fonctions qu'ils exercent L'antagonisme droite-gauche est également corrélé avec la répartition des leaders selon leur appartenance ou non à la direction d'organisations extérieures. La plupart des députés cartellistes de la Somme (Tonnelier, Lebel) et de l'Aisne (Tricoteaux, Guernut - qui s'est fait élire sous l'étiquette des républicains-socialistes-, et Lengrand) sont des dirigeants de premier plan de la Ligue des droits de l'homme. Ceux du Pas-de-Calais sont à la tête du syndicat des mineurs. Les anticartellistes, eux, n'exercent pas de responsabilités de ce type. S'ils figurent dans d'autres organisations, c'est le plus souvent comme simples adhérents. Les deux tendances s'opposent aussi sur la base de critères dont les effets sont variables selon les fédérations, mais néanmoins très favorables à leur différenciation : l'âge, les antécédents politiques, et le milieu social. Leur conflit revêt partout un caractère « générationnel ». Dans la Somme les leaders cartellistes sont quadragénaires au début des années trente, tandis que leurs adversaires, dans l'ensemble au moins quinquagénaires, représentent la vieille garde des fondateurs locaux de la SFIO. Dans le Pas-de-Calais, le rapport est inverse. Ce sont les députés cartellistes qui constituent la vieille génération : à l'exception de leur chef Raoul Evrard, né en 1879, tous les élus de 1924 sont nés avant 1876, et tous ceux de 1928 et 1932 avant 1877 (document no 2). L'équipe anticartelliste d'André Pantigny, elle, est plus jeune d'environ un quart de siècle. Dans l'Aisne, les cartellistes opposés à J. Deguise en 1924 sont plus que quinquagénaires, tandis que ce dernier n'a que trente ans. Il faut attendre 1932 pour qu'ils rajeunissent, avec Lengrand. Cette division droite-gauche par l'âge est renforcée par le facteur « antécédents politiques ». Les corrélations POF ou PS de F - anti-cartellisme et PSF - cartellisme se vérifient dans presque tous les cas. Dans la Somme, les survivants du POF et du PS de F se trouvent à la tête de l'aile gauche. Dans le Pas-de-Calais, un ou deux anciens du POF se sont intégrés au groupe leader du courant cartelliste, mais celui-ci est surtout composé d'hommes qui ont commencé leur carrière militante au sein de la Fédération autonome du Nord et du Pas-de-Calais que l'un d'eux, Basly, avait fondée en 1900, et qui était proche du PSF (mention « PSF » dans le document no 2). Dans l'Aisne, le seul « survivant » repérable est un ancien du PSF. Il dirige lui aussi le courant cartelliste. La coupure droite-gauche s'emboîte enfin dans un clivage sociologique, sauf dans l'Aisne, où, pour une fois, les distinctions ne sont pas nettes. Dans la Somme, les leaders cartellistes appartiennent aux classes moyennes. Leurs adversaires relèvent du monde des employés. Dans le Pas-de-Calais, les dirigeants de l'aile droite sont d'origine prolétarienne. Ce sont des « députés-mineurs ». Leurs opposants sont instituteurs ou cadres.

24Ces données ne mettent pas seulement en lumière la profondeur de l'antagonisme droite-gauche. Elles éclairent également les raisons du comportement divergent des cartellistes du Pas-de-Calais d'une part, et de ceux de la Somme et de l'Aisne d'autre part, au moment de la scission de 1933. En fait, les députés du Pas-de-Calais sont « structurellement » très éloignés des « néos », et nettement mieux intégrés qu'eux dans le parti. Ils ne sont pas que des parlementaires. Durant les années vingt, au temps où Raoul Evrard était le secrétaire fédéral, ils ont été eux aussi des « hommes d'appareil ». Leur âge et leurs antécédents politiques les attachent à une fédération dont ils peuvent identifier l'histoire à la leur, puisqu'ils en ont été les bâtisseurs, puis les rebâtisseurs. Au demeurant, l'âge, considéré du seul point de vue psychologique, n'a jamais été un facteur favorable aux recommencements. Leur sociologie prolétarienne les distingue tout autant L'organisation extérieure qu'ils contrôlent, le syndicat des mineurs, est une formation de classe, exclusivement ouvrière. Autant de traits qui les auraient fait détonner parmi des dissidents idolâtres des notions de « jeunesse » et de « classes moyennes ». A l'inverse, leurs amis de tendance de la Somme et de l'Aisne sont en adéquation « structurelle » avec le phénomène « néo ». Ils n'ont pas d'autre mandat que celui de parlementaire, dirigent la Ligue des droits de l'homme de leur département, où ils côtoient les radicaux, sont relativement jeunes et, pour deux d'entre eux au moins, appartiennent aux classes moyennes.

  • 3 On trouvera les éléments de l'affaire dans Le Populaire des 25 avril, 4 mai, 2 juillet, et 16 déce (...)

25Les réalités qui sous-tendent l'intransigeance des leaders et le heurt des tendances ne peuvent-elles pas aussi être de caractère personnel ? Les socialistes de l'époque reliaient souvent les combats de chefs à des « questions de personnes ». Le cas de l'Aisne est ici exemplaire. L'attitude de Deguise en 1924 fait en effet question. Peut-elle être dissociée de sa volonté de se présenter aux élections pour reprendre le siège de son père, décédé deux ans plus tôt ? C'est précisément après avoir été éliminé de la candidature par les candidats SFIO de la liste de cartel que Deguise prend l'initiative de présenter sa propre liste et de briser la Fédération3. Le facteur personnel est cependant l'un des plus difficiles à cerner, dans la mesure où il se combine inextricablement avec le facteur idéologique. Dans le cas de Deguise, il est impossible de préciser lequel est premier. La question se pose néanmoins davantage à propos des chefs de file de l'aile droite que de ceux de l'aile gauche, dont l'un des traits communs, dans l'ensemble du Parti, est l'horreur du carriérisme, source de tous les opportunismes. Faute de sources, nous ne pouvons de toute façon qu'être allusifs.

26L'environnement politique est un autre élément dont l'influence est difficile à évaluer. Les divisions de l'encadrement semblent si déterminantes qu'on serait tenté de le négliger. Cependant, là aussi, les coïncidences sont frappantes. Les données politiques semblent bien de nature à nourrir la divergence entre la Fédération du Pas-de-Calais d'une part, et ses consoeurs de la Somme et de l'Aisne. Le rapport entre les forces de gauche à l'intérieur du département du Pas-de-Calais ressemble à celui qui prévaut dans le Nord. Les radicaux y sont plus faibles encore, au point que la Fédération, toute cartelliste qu'elle ait été à l'époque, n'a pas conclu d'accord avec eux en 1924. Les communistes, eux, sont en pleine ascension. Même si le cartellisme des députés SFIO, qui découle d'abord d'une culture particulière, celle du corporatisme minier, n'a pas de justification électorale, il n'est pas impensable que ces données aient conforté les cartellistes locaux dans leur refus de suivre les « néos » en 1933. Par comparaison, la Somme et l'Aisne constituent un tout autre monde. Les radicaux y représentent une force digne de considération. Ils rassemblent encore 15 % de l'électorat dans la Somme en 1928 et 1932, et 25 % environ dans l'Aisne (document no 4). Par contre, les communistes ont des résultats électoraux inférieurs à leur moyenne nationale. Cet environnement était de nature à alimenter la tentation cartelliste au sein des deux fédérations, qui ont d'ailleurs conclu des accords de cartel des Gauches en 1924. N'a-t-il pas favorisé en 1933 la dissidence des trois élus ?

2. La place des fédérations septentrionales dans les débats sur la lutte contre le fascisme et l'exercice du pouvoir (1934-1939)

1/ Les débats au plan national : avant-garde volontariste contre conservateurs

27A partir de 1933, l'approfondissement de la crise économique et sociale, la prise du pouvoir par Hitler et les journées de février 1934 modifient radicalement l'environnement dans lequel évolue la SFIO. Les débats entre les socialistes s'ordonnent désormais autour des deux thèmes liés de la lutte contre le fascisme et de l'utilisation du pouvoir. Ils opposent deux grands courants, une avant-garde volontariste et activiste, et un ensemble de militants attentifs à la défense des traditions du Parti. Le premier dramatise les enjeux. Il soutient que le capitalisme est entré dans sa phase terminale, et qu'une « course de vitesse » pour sa succession s'est ouverte entre le fascisme et le socialisme. Il presse la SFIO de renouveler profondément ses conceptions et ses méthodes d'action pour se donner les moyens de l'emporter. Il plaide notamment pour la mise en oeuvre de nouvelles pratiques militantes, pour l'unification des forces ouvrières, pour la mise au point d'un plan de socialisations et pour un « exercice » du pouvoir réellement socialiste. Il s'exprime à travers un faisceau d'organisations : la Bataille socialiste de Zyromski, réduite à son noyau originel depuis la scission « néo » et le retrait consécutif de Paul Faure, mais aussi le groupe Révolution constructive de Georges Lefranc, le Combat marxiste de Lucien Laurat, quelques comités d'extrême-gauche comme le CASR de Claude Just, et, à partir de septembre 1935, la Gauche révolutionnaire (GR) de Marceau Pivert, issue d'une scission de la BS et d'un regroupement des adversaires de la défense nationale en régime capitaliste. La fraction conservatrice du Parti, à l'inverse, relativise fortement l'étendue du danger, banalise le fascisme, met en avant l'exception française, et refuse donc toute vraie remise en cause des conceptions et des pratiques « éprouvées et glorieuses » du socialisme. C'est le courant des « vieux-guesdistes » et du Secrétariat général, mais aussi de certains des réformistes restés au Parti en 1933. D'abord informel, il se structure en 1937 autour de la revue Le Socialiste, dont le but est de « maintenir le Parti sur son terrain traditionnel ».

28Le congrès national réuni par la SFIO à Toulouse, en mai 1934, est le point de départ de l'affrontement entre les deux grandes sensibilités. L'avant-garde antifasciste, dont le noyau dur constitué par la coalition dite de « l'Offensive socialiste » a regroupé plus de 21 % des mandats dans les fédérations, s'y heurte à la direction Blum - Paul Faure sur deux thèmes principaux : celui du plan, et celui de la direction de l'action antifasciste, dont elle réclame, par une motion Philip, qu'elle soit confiée à un organisme permanent formé sur un pied d'égalité par la SFIO, la CGT et les organisations communistes. Si le conflit sur le plan se résout provisoirement par l'adoption d'une résolution de synthèse contradictoire, le désaccord sur les modalités de l'action antifasciste est tranché par un vote qui donne les deux tiers des mandats à la direction. L'affrontement reprend au congrès national suivant, à Mulhouse, en juin 1935. Du fait de l'effacement des purs planistes (Lefranc, Laurat), l'avant-garde s'y réduit à la seule aile gauche : la BS, le CASR et les « bolchevik-léninistes ». Un nouveau vote sanctionne l'incompatibilité des points de vue, la direction du Parti conservant une majorité de deux tiers des mandats contre 26 % à la BS, 2,7 % au CASR et 3,5 % aux BL. En 1936, la victoire électorale contraint les uns et les autres à serrer les rangs. Les échecs de 1937 les séparent de nouveau, tout en ouvrant la perspective d'un renversement du rapport des forces. L'aile gauche, désormais constituée de la BS et de la GR, qui appellent séparément à une relance du Front populaire, tire profit à la fois du renouvellement des effectifs et des déceptions engendrées par l'expérience Blum. Elle rassemble 46 % des mandats contre la direction (la BS, 28,6 %, la GR, 17,6 %), au congrès national de Marseille, en juillet 1937. Elle atteint le zénith de son influence au conseil national du 18 janvier 1938 où, devenue majoritaire, elle impose le retrait des ministres socialistes du gouvernement Chautemps. La direction du Parti réagit en organisant une campagne et une répression contre les pivertistes, que leurs actes d'indiscipline répétés rendent vulnérables. Au congrès national de Royan, en juin 1938, elle obtient l'exclusion de ses chefs, sans pouvoir tout de même empêcher la BS de totaliser encore 21 % des mandats et les pivertistes non exclus plus de 17 %. L'aile gauche est par la suite desservie par la déliquescence du Front populaire. Au congrès national de Nantes, en mai 1939, elle ne parvient à regrouper que 23 % des mandats contre une motion de la Loire limitant les relations avec les communistes par l'interdiction de la double appartenance politique.

29Les animateurs de ces courants se différencient par les critères suivants : les fonctions électives, les responsabilités dans le Parti, l'âge, les antécédents politiques, l'ancienneté dans le Parti, la situation géographique. Le facteur sociologique n'a plus guère d'importance. La ligne de clivage qui les sépare correspond à peu près à celle qui passait avant 1934 entre les « vieux-guesdistes » et les zyromskistes. Ainsi, les militants de l'avant-garde sont pour la plupart dépourvus de fonctions électives autant que de responsabilités « d'appareil » importantes, sauf dans les deux fédérations de la Seine et de la Seine-et-Oise. Ils sont issus des milieux les plus sensibles à la menace fasciste. Ils sont jeunes. Beaucoup sont de nouveaux adhérents poussés à l'action politique par la mystique volontariste antifasciste et unitaire du moment. Les plus actifs résident dans la région parisienne. Ils accueillent des exilés d'Italie ou d'Europe centrale. Les militants de l'avant-garde présentent d'autant plus ces traits qu'ils sont plus extrémistes. Les défenseurs des traditions, eux, réunissent les caractères des « vieux-guesdistes » et des réformistes. Ils regroupent la plupart des députés socialistes, dirigent les grandes fédérations de province, sont d'âge mûr, pour beaucoup proches de la soixantaine. Un certain nombre sont issus du POF et du PS de F. Ce sont des « notables », des hommes d'expérience soucieux de préserver l'oeuvre de leur vie, et moins concernés que l'avant-garde par les événements de Paris.

  • 4 Pour plus de précisions sur les luttes de tendances de 1934 à 1938, voir E. NADAUD, « Le renouvell (...)

30Parmi les facteurs qui commandent la répartition des fédérations entre les deux sensibilités, ceux qui séparaient avant 1934 les fédérations du courant « vieux-guesdiste » des fédérations zyromskistes continuent de jouer : l'orientation de l'encadrement local, notamment parlementaire, la tradition idéologique, l'ancienneté fédérale et le niveau de puissance. Deux facteurs qui étaient moins opérants avant 1934 acquièrent une importance nouvelle, du fait de l'afflux des adhésions dans les deux partis marxistes : le taux d'accroissement des effectifs socialistes, et l'ampleur de la poussée communiste. Il faut également tenir compte de la force du courant zyromskiste avant 1934, telle qu'elle s'était exprimée au congrès de 1927, et de l'étendue de la scission « néo ». Au total, deux ensembles fédéraux s'opposent, dont les caractères sont en harmonie avec ceux des militants présentés plus haut Les places fortes de l'activisme n'ont pas d'acquis à sauvegarder. Elles ont peu d'adhérents, d'électeurs et d'élus. Elles sont aussi les premières bénéficiaires de la poussée des adhésions à la SFIO à partir de 1935, ce qui laisse supposer que leurs effectifs sont jeunes. Elles abritaient souvent auparavant un fort courant zyromskiste. Un certain nombre de celles qui étaient représentées au Parlement en 1933 ont souffert de la scission « néo » davantage, proportionnellement, que le reste du Parti. Les bastions conservateurs sont, eux, anciens, marqués par une tradition glorieuse, enracinés dans le terreau local, puissants tant par le nombre des adhérents que par celui des électeurs, donc bien représentés au parlement. Arrivés à maturité, ayant épuisé une bonne part de leur potentiel de croissance, ils profitent moins que l'ensemble du Parti de l'augmentation des effectifs. Ils sont aussi menacés par le dynamisme conquérant du PC. Ils comptaient en général peu de zyromskistes auparavant, et ont en moyenne moins souffert que l'ensemble du Parti de la scission de 1933. Reste, une nouvelle fois, le cas des nombreuses fédérations qui, comme avant 1933, hésitent entre les deux camps. Leurs divisions peuvent résulter de la coexistence en leur sein de leaders des deux sensibilités, et de la divergence des facteurs d'orientation locaux. Beaucoup sont d'abord conservatrices, puis passent progressivement à l'avant-gardisme, sous le simple effet de la montée des adhérents4.

2/ Les Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais : des bastions conservateurs

31Les Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais entrent à partir de 1934 dans une connivence promise à un riche avenir. Jusque là, elles s'étaient alignées sur les mêmes positions à plusieurs reprises, surtout depuis l'arrivée de Pantigny au secrétariat fédéral du Pas-de-Calais. Cependant, leur engagement n'était jamais de la même ampleur. Quand Lebas faisait adopter ses motions par des majorités de plus de 90 % des mandants, Pantigny ne faisait prévaloir les siennes que de justesse. A partir de 1934, les deux fédérations défendent les mêmes thèses avec une cohésion aussi forte. Exception faite du vote sur le plan lors des congrès fédéraux d'avril 1934, elles portent chacune, systématiquement, plus de 85 % de leurs mandats sur les textes qui ont leur préférence.

  • 5 Compte rendu du congrès fédéral du Pas-de-Calais in Le Populaire, 20 mai 1934.

32C'est dans le camp de la direction du Parti qu'elles se placent D'abord, elles n'adhèrent pas au planisme. En 1934, dans son congrès préparatoire au congrès national de Toulouse, le Nord adopte une motion qui n'évoque l'idée de plan que pour la priver de tout contenu. Le Pas-de-Calais, dans son propre congrès, est plus négatif : il attribue les trois quarts de ses mandats à un texte condamnant explicitement les « innovations ». Une minorité regroupe certes le quart restant sur une motion préconisant l'adoption du plan de la CGT par le Parti (document no 1). Elle ne doit toutefois pas être considérée comme l'expression locale de l'avant-garde nationale. Le texte est rédigé par Raoul Evrard, et le plan de la CGT est à l'époque d'une timidité telle qu'il déçoit même les planistes. Il ne s'agit en fait que de la dernière manifestation d'autonomie de l'aile cartelliste5. Les Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais ne veulent pas non plus d'une coordination PS-PC-syndicats pour l'organisation de la lutte antifasciste. A Toulouse, elles rejettent à la quasi-unanimité la motion Philip. Lors des congrès suivants, elles ne font que confirmer cette orientation. A Mulhouse, en 1935, elles n'accordent ni l'une ni l'autre plus de 5 % des mandats à l'aile gauche. A Marseille, en 1937, le Nord lui en attribue 2 %, le Pas-de-Calais 15 %. A Royan, en 1938, les chiffres sont respectivement de 7 % et 6 %. Il n'est pas étonnant que les deux fédérations ne soient absolument pas affectées par la scission pivertiste. A Nantes, en 1939, enfin, elles manifestent leur volonté commune et entière d'en finir avec les errements unitaires, en ratifiant à la quasi-unanimité la motion de la Loire.

33La particularité des rapports entre les courants est l'une des clefs de la quasi-unanimité des deux opinions fédérales. Les socialistes du Nord restent fidèles au « patriotisme de fédération ». Ce n’est pas parce que leurs minorités ne poussent pas leurs affirmations jusqu'aux votes finaux qu'elles n'existent pas. Au printemps 1934, ainsi, Armand Coquart conduit un courant planiste. C'est le consentement de Lebas à l'insertion dans la motion du Nord de la référence au plan citée plus haut qui l'amène à se fondre dans le consensus. De même, Bracke, tout leader de la BS qu'il soit, se rallie encore aux textes de sa fédération dès lors qu'il estime avoir réussi à y injecter une dose suffisante des conceptions de sa tendance. C'est le cas en 1935, quand il adhère en congrès fédéral à la motion du Nord pour Mulhouse parce que Lebas accepte d'y introduire trois amendements. C'est aussi le cas en 1936 et 1938. Chaque fois, Bracke vote en congrès national en faveur des textes du Nord, et se fait élire à la CAP en leur nom, alors que Zyromski et ses amis en défendent d'autres. Son « patriotisme fédéral » n'est pourtant pas systématique. En juillet 1937, à Marseille, il se joint à Zyromski pour opposer le texte de la BS à celui de la direction du Parti et du Nord. Cette pratique régulière de la synthèse pourrait-elle masquer une audience significative des thèses nouvelles ? Toutes les données dont nous disposons indiquent le contraire. L'individualisation de Bracke en 1937 est d'ailleurs une épreuve de vérité. La BS ne regroupe alors dans le Nord qu'un nombre de mandats dérisoire : 1,3 %. En fait, c'est bien la faiblesse des courants minoritaires qui constitue la meilleure garantie du consensus fédéral Dans le Pas-de-Calais, d'autre part, l'homogénéité fédérale se fonde sur l'alliance des deux anciens courants adverses. A partir du moment où la question de la défense du Parti contre les innovations se substitue à celle du cartel, les cartellistes, en effet, n'ont plus que des sujets d'entente avec les « vieux-guesdistes ».

34Le magistère de la Fédération du Nord, à la fois cause et conséquence de cette cohésion, est tout aussi effectif qu'avant 1934. Ce sont les motions du Nord qui sont adoptées par le Parti en 1935 et en juin 1938. Ce sont elles qui servent de base de travail pour la mise au point des synthèses nationales de 1934 et 1936. Le Nord trouve dans l'appui du Pas-de-Calais un atout décisif pour l'exercice de ce leadership, alors même que diminue la part de ses adhérents, donc de ses mandats, dans l'ensemble du Parti.

35Cette orientation des deux fédérations répond à peu près aux mêmes facteurs que celle de l'ensemble des fédérations conservatrices.

36L'encadrement, d'abord, est indéniablement conservateur. Le constat en est aisé en ce qui concerne les responsables des deux appareils fédéraux. Si l'on consulte les listes de classement par tendance des membres de la CAP, ainsi que celles des signataires des motions pour les congrès nationaux, et celle des représentants du Socialiste en province, il apparaît que les plus importants d'entre eux, de par leurs fonctions, le secrétaire de la Fédération du Nord, qui reste Lebas, et ses deux adjoints successifs, Roger Salengro et Augustin Laurent, ainsi que le secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais, qui est toujours Pantigny, et le secrétaire de l'organisation départementale des JS, Bernard Chochoy, sont des chefs de file nationaux du courant conservateur. Lebas, Pantigny et Chochoy sont même co-fondateurs du Socialiste. Le repérage de la répartition des parlementaires locaux par tendance est plus difficile à réaliser. On sait que les députés du Nord élus en 1932 appartiennent presque tous au courant anticartelliste, et que plus de la moitié de ceux qui sont élus en 1936 en relèvent également, mais l'absence de division du GP après 1933 interdit de séparer les « vieux-guesdistes » des zyromskistes. Seul un travail d'identification sur la base de données éparses est possible : il permet de classer la majorité des élus de 1932 et au moins la moitié de ceux de 1936 comme « vieux-guesdistes », cartellistes ou, tout simplement, conservateurs. Le problème ne se pose pas pour les députés du Pas-de-Calais. On a déjà vu que les élus de 1932 sont tous cartellistes. On peut ajouter sans risque d'erreur que les six élus de 1936 sont au moins en majorité de la même sensibilité, puisque quatre d'entre eux sont des vétérans des luttes de l'aile droite. Face à tous ces conservateurs, Bracke paraît bien isolé. Il est d'autant plus impuissant que son implantation personnelle manque de profondeur. Ancien député de la Seine, professeur dans la capitale, directeur du Populaire, leader d'une tendance dont les racines se trouvent en Seine et en Seine-et-Oise, il est un nordiste vraiment très parisien. Qui plus est, il renonce en 1936 à son siège de député.

37Les traditions qui caractérisent les deux fédérations sont également contraires à l'activisme. Ni la tradition guesdiste propre au Nord et, partiellement, au Pas-de-Calais, qui fait de l'organisation et de l'éducation politique progressives des masses la seule stratégie légitime d'acheminement vers le socialisme, ni celle des députés-mineurs du Pas-de-Calais, légaliste et réformiste, ne tolèrent le volontarisme révolutionnaire. De ce point de vue, l'aversion des deux fédérations pour l'activisme antifasciste se situe dans le prolongement exact de celle qui les avait dressées contre l'hervéisme avant 1914.

38Le facteur « force du zyromskisme avant 1933 » et le facteur « scission de 1933 » jouent aussi dans un sens favorable aux conservateurs. Les zyromskistes et l'extrême-gauche avaient réalisé en 1927 une performance inférieure à leur moyenne nationale dans le Nord et le Pas-de-Calais. Leur sous-représentation est ancienne. Par ailleurs, la scission « néo » est trop infime dans les deux cas pour que les activistes y trouvent une occasion d'expansion.

39Les deux fédérations présentent également les traits structurels propres aux bastions conservateurs, et surtout aux bastions « vieux-guesdistes ». Elles sont parvenues à un niveau de puissance impressionnant Regroupant à elles deux 12,5 % des adhérents comme des électeurs socialistes en 1936, elles sont les deux premières fédérations du Parti. En contrepartie, elles ont atteint les limites de leurs possibilités d'expansion. L'essoufflement est visible sur le plan du recrutement Entre décembre 1920 (veille de la scission de Tours) et décembre 1938, alors que la SFIO accroît ses effectifs de 53 %, le Nord n'augmente les siens que de 15 %, et le Pas-de-Calais ne peut même pas les empêcher de diminuer de 3 %. Le constat est identique sur le terrain électoral. La part des suffrages recueillis par les candidats SFIO aux élections législatives dans le Nord, après avoir atteint un sommet en 1924, de l'ordre de 35,5 %, s'effrite ensuite, et ne dépasse plus 33 %. Dans le Pas-de-Calais, elle chute même de plus de 36 % en 1928 à moins de 26 % en 1936. Ce tassement général place les deux fédérations sur la défensive. Pour elles, la priorité est à la sauvegarde des acquis.

40De même, le taux d'accroissement des effectifs entre décembre 1934 et décembre 1937, qui permet de mesurer l'ampleur du renouvellement de la population militante, est très limité dans le Nord. Il n'est que de 70 %, alors qu'il est de 160 % dans l'ensemble du Parti (document no 3). Comme il est un bon indice du degré d'ouverture à l'esprit antifasciste et unitaire, on peut affirmer que la résistance du Nord au renouvellement idéologique s'appuie sur une résistance identique au renouvellement humain. Le Pas-de-Calais, cependant, fait ici exception. La croissance de ses effectifs est très supérieure : 268 %. Il est vrai que l'on peut malgré tout la considérer comme un simple mouvement de récupération après des années d'une décrue anormale qui avait fait tomber la Fédération du second au sixième rang du Parti.

41Enfin, les deux fédérations sont, plus encore que bien d'autres de leurs consoeurs conservatrices, confrontées à une très forte pression communiste. Nous l'avons déjà signalée pour la période antérieure. Or le problème s'aggrave durant les années trente. Dans le Nord, les candidats du PC bondissent de 16,3 % des suffrages en 1932 à près de 22 % en 1936. Dans le Pas-de-Calais, ils passent de même de 11,2 % en 1928 (date ici plus significative que 1932) à près de 18 % en 1936. Dans les deux départements, leur audience dépasse largement celle de leur parti au plan national, qui n'est que de 15,25 %. Fait aggravant, cette poussée s'opère principalement dans les zones ouvrières, et s'accompagne à partir de 1936 d'une conquête progressive des syndicats. Les socialistes doivent donc constater que l'écart qui les séparait des communistes se réduit considérablement, et que leurs bases ouvrières sont largement entamées. C'est pour eux une puissante raison de se méfier d'une mobilisation antifasciste et unitaire qui donne à un rival en passe de devenir l'adversaire principal l'occasion de les affaiblir.

3/ La Fédération de l'Aisne, bastion de l'antifascisme révolutionnaire

42La Fédération de l'Aisne se situe à l'extrême opposé. Elle se prononce d'entrée de jeu, et massivement, pour l'avant-garde. Elle accorde la totalité de ses mandats à la motion de l'Offensive socialiste et à la motion Philip à Toulouse, en 1934, les neuf dixièmes à la motion de la BS à Mulhouse, en 1935, les neuf dixièmes encore à l'aile gauche à Marseille, en 1937, et de nouveau la totalité à la même aile gauche à Royan, en 1938. En 1937 et 1938, elle répartit ses mandats à parts égales entre la BS et la GR. Il est donc logique que le repli de ses effectifs après la scission de Royan dépasse les 12 %, alors qu'il n'est que de 3,9 % dans l'ensemble du Parti. En 1939, à Nantes, elle est l'une des rares fédérations qui se prononcent contre la motion de la Loire.

43La Fédération présente pour particularités d'être forte sur le plan électoral et d'avoir une représentation parlementaire nombreuse. A ces deux réserves près, elle affiche un profil analogue à celui de beaucoup de ses consoeurs d'orientation semblable.

44Ainsi, son encadrement est lui-même avant-gardiste. Les éléments les plus actifs en sont les parlementaires. Georges Monnet, qui est le seul député que conserve la Fédération entre 1934 et 1936, et qui est réélu en 1936, est une figure emblématique du volontarisme antifasciste, même s'il a été aussi cartelliste et centriste. Il a adhéré au Comité de lutte contre la guerre et le fascisme de Barbusse en 1932, puis a participé à la fondation en 1933 de Front commun contre le fascisme, chaque fois même au prix d'un blâme de la CAP. A partir de 1934, il ne cesse de déposer des motions en faveur de la mobilisation antifasciste et de l'unité d'action. Il n'est pas membre de la BS, mais en est si proche que celle-ci le porte par deux fois à la CAP sur sa propre liste, en 1935 et 1936. En 1936, cinq autres députés sont élus. L'orientation de deux d'entre eux n'est pas claire. Celle des trois autres ne fait pas de doute. Ce sont des membres actifs et connus de la BS : Pierre-Bloch, ancien lieutenant de Zyromski à Paris, venu s'établir dans l'Aisne en 1932 pour briguer un siège, Elie Bloncourt, et le docteur Hollande. On peut ajouter que, abstraction faite de leur idéologie, ces élus traduisent bien l'avènement d'une nouvelle génération. Outre que cinq d'entre eux entrent pour la première fois à la Chambre en 1936, quatre sont âgés de quarante ans ou moins. Cela dit, les députés de l'Aisne ne s'inscrivent que dans un seul des deux courants révolutionnaristes. Aucun ne prend la tête des pivertistes lorsque ceux-ci se séparent de la BS. On retrouve ici l'idée selon laquelle les fonctions électives se raréfient vers l'extrême-gauche.

45Les facteurs « force antérieure du zyromskisme » et « étendue de la scission » comptent ici beaucoup. La Fédération de l'Aisne était l'une des plus zyromskistes avant 1933. On peut penser que le noyau dur des militants zyromskistes et maurinistes des années vingt ne s'est pas désagrégé, même si l'ampleur de son audience était en partie fonction de l'influence personnelle de Deguise. On a vu d'autre part que la scission « néo » a été suffisamment importante pour que l'aile droite ne s'en relève pas, l'un des deux députés réformistes, Lengrand, étant parti avec ses amis, alors même que l'autre cartelliste, Tricoteaux, était décédé depuis août 1933. La place des activistes s'en trouve mécaniquement accrue.

46Le dynamisme de la Fédération l'apparente aussi au reste de l'avant-garde. Il se ht dans le bond en avant des adhésions. Les effectifs s'accroissent de 425 % entre décembre 1934 et décembre 1937. A partir de 1936, les quatre cinquièmes des adhérents sont des nouveaux venus, étrangers aux conceptions et aux pratiques anciennes.

47Ce dynamisme s'exprime aussi sur le plan électoral. Les candidats SFIO locaux réalisent en 1936 une percée spectaculaire. Ils passent de près de 25 % des suffrages en 1932 à près de 30 %, alors même que la scission « néo » aurait dû leur faire perdre des électeurs. La Fédération se hisse ainsi au niveau de puissance des bastions « vieux-guesdistes ». Mais cette puissance joue ici contre le conservatisme, puisqu'elle prend sa source dans le Front populaire.

48Enfin, la Fédération n'a rien à craindre des communistes, ce qui la relie non pas à l'ensemble des fédérations de l'avant-garde, mais à une catégorie d'entre elles. En 1936, les candidats communistes, avec 12 % des voix, progressent sans doute sensiblement par rapport à 1932 (5,7 %), mais peu par rapport à 1928 (10,4 %). Leur audience reste d'ailleurs inférieure à celle de leur parti au plan national. Au total, on dénombre en 1936 2,5 électeurs SFIO pour un communiste, alors qu'on en comptait 1,7 en 1928.

4/ La Fédération de la Somme, une fédération divisée

49La Fédération de la Somme est bien représentative du « marais » des fédérations qui ont hésité de 1934 à 1938 entre le conservatisme et l'avant-gardisme. Elle reste partagée durant toute la période. On peut toutefois relever un glissement très progressif de la première tendance vers la seconde, au moins jusqu'en 1938. En 1934, la Fédération semble ignorer l'avant-garde. Elle ne sait d'ailleurs pas comment se prononcer sur l'idée de plan. En 1935, elle attribue néanmoins plus de 42 % de ses mandats à la motion de la BS pour le congrès de Mulhouse, ce qui donne à celle-ci une audience locale supérieure à sa moyenne nationale. En 1937, elle porte à peu près le même nombre de mandats sur les différentes motions de l'aile gauche pour le congrès de Marseille. En 1938, son congrès préparatoire au congrès de Royan vote à 51 % pour les révolutionnaristes. Parmi ceux-ci, elle privilégie d'abord les zyromskistes, en 1937, puis les pivertistes, ce qui explique que le recul de ses effectifs après Royan dépasse ce qu'il est dans l'ensemble de la SFIO, encore que la différence ne soit pas trop significative (4,3 % contre 3,9 %). En 1939, par contre, elle se prononce pour la motion de la Loire.

50C'est au jeu de facteurs d'orientation contradictoires qu'il faut rapporter ces hésitations des socialistes de la Somme.

51La Fédération réunit en effet deux des données favorables à l'avant-gardisme.

52La première est l'ampleur de la scission « néo ». On a vu qu'elle était plus forte dans la Somme que dans l'Aisne. Rappelons-le : deux députés cartellistes sont partis avec le tiers des adhérents. Pour les zyromskistes, qui avaient localement, en 1927, la même audience qu'au plan national, ces départs libèrent un espace.

53La seconde tient au bond en avant des effectifs, qui est aussi considérable que dans l'Aisne. Le nombre des adhérents augmente en trois ans de 408 %.

54A l'inverse, la Fédération réunit trois données défavorables.

55En premier lieu, les « notables » socialistes locaux sont conservateurs, qu'il s'agisse des députés ou du secrétaire fédérai Les deux députés sont réformistes, Basquin, le seul rescapé des turbulences de 1933, comme Max Lejeune, le nouvel élu de 1936. Le secrétaire fédéral reste Alexis Mailly, qui est un ami de Paul Faure. Ce sont des militants sans responsabilités, jeunes pour la plupart, qui conduisent la fraction volontariste.

56En second heu, les candidats SFIO aux élections sont en grande difficulté. Leurs résultats s'effondrent de 25 % des suffrages en 1932 à 20,3 % en 1936. C’est la conséquence de la concurrence des candidats « néos », mais aussi de celle des communistes.

57Troisième donnée précisément : les communistes progressent d'une manière spectaculaire. Leurs candidats, qui n'avaient regroupé que 7 % des suffrages en 1932, en rassemblent 16,5 % en 1936, dépassant ainsi pour la première fois leur moyenne nationale.

3. La place des fédérations septentrionales dans les débats sur la question de la guerre (1938-1939)

1/ Les débats au plan national : partisans de la fermeté contre partisans de l'apaisement

58A partir de la crise munichoise (septembre 1938), la question de la guerre constitue la dernière pomme de discorde entre socialistes. Obligée de définir la politique à suivre face à l'expansionnisme de l'Allemagne hitlérienne, la SFIO se scinde en deux camps. L'un regroupe les partisans d'une attitude de fermeté qui, mêlant selon un dosage variable patriotisme et antifascisme militant, plaident pour la constitution d'une coalition défensive des États antifascistes, France, Grande-Bretagne et URSS, sous l'égide de la SDN, et pour une accélération du réarmement L'autre rassemble les partisans de l'apaisement qui, associant pour leur part selon un dosage également variable pacifisme et anticommunisme virulent, en appellent à une négociation internationale qui sauverait la paix par une satisfaction partielle des revendications hitlériennes. Le dispositif des tendances s'en trouve bouleversé. La coupure nouvelle passe en effet au milieu du bloc dirigeant comme au milieu de l'avant-garde. Dans le premier camp, dont Blum devient le symbole, prennent place les blumistes, une minorité des « vieux-guesdistes », et la BS de Zyromski. Dans le second, dont Paul Faure est le chef de file, s'enrôlent la majorité des « vieux-guesdistes », ainsi que d'anciens militants de l'avant-garde, ex-planistes ou ex-pivertistes, dont la tendance « Redressement » est l'expression.

59Le scénario de l'affrontement entre les deux coalitions tient en deux congrès nationaux. Le premier, celui de Montrouge, est le théâtre de la confrontation la plus claire. Blum et ses partisans ont le dessus. Ils rassemblent 60 % des mandats exprimés. Le deuxième congrès est celui de Nantes, en mai 1939. Blum et la BS regroupent dans les congrès fédéraux 48 % des mandats, Paul Faure et Redressement 37,2 % et Rivière, qui défend une motion de synthèse, plus de 13 %, ce qui traduit un effritement des partisans de la ligne de la fermeté. Cependant l'épreuve de force tourne court Blum et Paul Faure, malgré l'hostilité de Zyromski, préfèrent s'entendre sur une motion de synthèse qui, toute équivoque qu'elle soit, permet au moins de sauver le Parti.

60Parmi les partisans de la fermeté et ceux des concessions, les zyromskistes, les ex-pivertistes et les ex-planistes présentent des caractères que nous avons déjà identifiés. Les deux courants nouveaux sont ceux qui résultent de la division de l'ancienne direction Blum-Paul Faure. On peut juger de ce qu'ils représentent sur la base d'un examen de leur répartition au sein du GP, car nous possédons une liste de 127 parlementaires qui ont pris position sur la question de la guerre à la fin de l'année 1938. A l'analyse, il apparaît que les paulfauristes se séparent des blumistes sur trois points. D'abord, ils dominent largement le GP : ils sont au nombre de 99 sur la liste des 127, tandis que les blumistes ne sont que 28. Ensuite, ils représentent davantage les circonscriptions rurales. Enfin, ils sont les élus des régions les plus reculées, alors que les blumistes viennent des régions frontalières, principalement celles qui bordent la Catalogne, l'Italie et la Belgique. C'est cette dernière différence qui est la plus frappante.

61La répartition des fédérations entre les deux camps est corrélée avec l'orientation de l'encadrement, l'implantation des tendances des années antérieures, la force de l'anticommunisme, et la proximité de la frontière. Ni la géographie économique, ni celle du pacifisme de la Grande Guerre ne semblent déterminantes. Ainsi, les fédérations dont l'encadrement est blumiste ou zyromskiste, dont l'anticommunisme est relativement faible, qui ont suivi la BS entre 1934 et 1938, et qui sont proches de la frontière, sont le plus souvent favorables à la fermeté. Celles qui présentent les traits inverses : un encadrement paulfauriste ou pivertiste, une ancienne orientation pivertiste combinée à une bonne résistance à la scission de 1938, ou une tendance « vieille-guesdiste » antérieure, un anticommunisme virulent, et un éloignement de la frontière, sont plutôt favorables à l'apaisement

2/ Une unification des fédérations septentrionales sur la question de la guerre ?

62Dans les débats sur la guerre, les fédérations du Nord, du Pas-de-Calais, et de l'Aisne défendent la même position. La Somme reste partagée.

63Lors du congrès de Montrouge, le Nord et le Pas-de-Calais portent 70 % de leurs mandats sur la motion Blum. Lors du congrès de Nantes, le Pas-de-Calais fait exactement de même. Dans le Nord, par contre, la majorité blumiste recule à 52 %. La motion de synthèse Rivière est responsable de ce repli. Avec 15 % des mandats, elle obtient une audience proportionnellement supérieure à sa moyenne nationale, sans doute en raison des vieilles sympathies nordistes pour la synthèse.

64La Fédération de l'Aisne émet des choix encore plus clairs. Dans son congrès fédéral pour le congrès de Nantes, elle place plus de 80 % de ses mandats sur la motion Blum, les autres sur la motion Rivière et la motion Redressement, et moins de 1 % sur la motion Paul Faure.

65La Somme, par contre, est paralysée. Lors du congrès de Montrouge, aucun courant n'est majoritaire. Au congrès suivant, l'ensemble des courants pacifistes progresse cependant au point de représenter un peu plus de 55 % des mandats (document no 1).

66L'orientation de l'encadrement est comme toujours la première clef de celle des fédérations.

67Dans le Nord et le Pas-de-Calais, les dirigeants qui prennent position sont majoritairement blumistes. Quand on considère la liste des secrétaires fédéraux et des députés qui se sont officiellement prononcés à Montrouge et à Nantes en apportant leur signature à l'une ou l'autre des motions en présence, on constate que cinq d'entre eux se rangent du côté de Blum dans le Nord, et deux seulement dans le camp de Paul Faure (document no 2). Dans le Pas-de-Calais, un député et un secrétaire fédéral se prononcent pour Blum, un seul député pour Paul Faure.

68Ce rôle de l'encadrement est encore plus visible dans l'Aisne. La coïncidence est impressionnante entre l'engagement total de la représentation parlementaire SFIO en faveur de la fermeté, et l'orientation non moins massive de leur Fédération dans le même sens (document no 2). Les cinq députés de l'Aisne signent les motions Blum. Ces élus de l'Aisne sont d'autant plus déterminés que deux d'entre eux, Georges Monnet et Pierre-Bloch, sont les cofondateurs d'un groupement anti-paulfauriste au plan national : « Agir pour la paix, pour le socialisme ».

69De même, c'est sans doute aux divisions de l'encadrement de la Fédération de la Somme qu'il faut rapporter les hésitations de celle-ci Le secrétaire fédéral Mailly et le député Basquin se prononcent pour la fermeté. Mais le nouveau député Max Lejeune organise contre eux le camp paulfauriste.

70L'orientation des quatre fédérations s'inscrit-elle dans l'axe de leurs options des années précédentes ?

71Cette explication n'a aucune valeur dans le cas des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais, qui ont été pendant des années les principaux soutiens du Secrétariat général et les premiers ferments de l'anticommunisme dans le Parti. Elles se séparent ici radicalement du courant « vieux-guesdiste ». Cette singularisation ne découle pas d'un affaiblissement des composantes de leur propre « vieux-guesdisme ». On a vu en effet, antérieurement, qu'elles apportent tous leurs mandats à la motion anticommuniste de la Loire à Nantes, au moment même où elles soutiennent Blum. Dans leur cas, les choix de politique internationale priment les options de politique intérieure.

72La continuité est par contre évidente dans le cas de la Fédération de l'Aisne. La volonté massive d'une politique de fermeté prolonge ici le volontarisme antifasciste des années antérieures. Les socialistes de l'Aisne suivent en fait la ligne de la BS, dont l'idée centrale depuis 1934 est que la lutte contre le fascisme doit se dérouler à la fois sur le plan intérieur et sur le plan international Ces conceptions dominent d'autant plus que les pivertistes qui auraient pu les contester, puisqu'ils étaient très influents jusqu'à Royan, sont partis en masse.

73L'explication par la continuité est également valable dans le cas de la Somme. La force du pacifisme local peut être rapportée à la puissance antérieure du courant pivertiste. A Royan, celui-ci a regroupé 36 % des mandats, alors que les zyromskistes n'en rassemblaient que 14,5 %. Or il n'a pas été trop amputé par la scission. Il serait donc logique qu'un certain nombre des anciens amis de Pivert se soient retrouvés dans le courant pacifiste. Les particularités locales de ce dernier incitent d'ailleurs à le penser. Les courants « Redressement » et « Gulkowski », qui accueillent des expivertistes au plan national, obtiennent en effet ici, en 1939, une audience proportionnellement supérieure à leur moyenne dans l'ensemble du Parti : 13,5 % contre 6 % (les résultats des deux courants étant additionnés).

74Le facteur géographique est ici particulièrement déterminant Les quatre fédérations sont frontalières ou proches de la frontière. Elles sont les plus exposées à la menace extérieure. Il est logique qu'elles y soient les plus sensibles. Cette donnée les relie aux autres fédérations blumistes mieux que toute autre. Elle rend compte également de leur propre cohésion régionale. Elle est la grande responsable de l'inefficacité des déterminants « vieux-guesdistes » sur les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais et sur leurs parlementaires dès lors que se pose une question internationale. Depuis longtemps d'ailleurs, en raison de sa permanence historique, elle entretient des pratiques et des conceptions constitutives d'une véritable tradition patriotique. Enfin, elle peut éclairer dans une certaine mesure les hésitations de la Fédération de la Somme, qui, des quatre, est la plus éloignée...

75De cette analyse, nous tirerons deux conclusions.

76La première a trait à la question générale des rapports entre les fédérations et les tendances. Henry Hauck déclarait au congrès national de Nancy, en juin 1929 : « Les tendances sont un mythe, les tendances n'existent dans la plupart des fédérations que parce qu'elles existent à la CAP, et elles n'existent à la CAP que parce qu'elles existent à la Fédération de la Seine » (Compte rendu sténographique, p. 295). Cette idée était très répandue dans la SFIO des années trente. L'exemple des fédérations septentrionales montre au contraire que les fédérations, ou du moins un bon nombre d'entre elles, participent de leur plein gré et même de leur propre initiative aux luttes des tendances. Le Pas-de-Calais, la Somme et l'Aisne se divisent plus tôt, plus ouvertement, et même plus sévèrement dans le cas des deux dernières, que le Parti en ses congrès nationaux, et en dehors même des tendances nationales. Le Nord ne se divise pas, mais intervient lui-même comme une véritable tendance dans le débat national Et ces fédérations participent d'autant plus intensément à ces luttes qu'elles s'y inscrivent sous l'impulsion de facteurs mettant en jeu les ressorts les plus profonds de leur identité.

77La deuxième conclusion porte sur la réalité de la notion de « socialisme septentrional ». Celle-ci ne semble guère effective que sur la question de la guerre. Encore n'est-elle que relative en ce cas, du fait des incertitudes de la Somme. Sur les questions de politique intérieure, aucun regroupement d'ensemble n'est possible. L'instabilité des trois fédérations du Pas-de-Calais, de la Somme et de l'Aisne avant 1934 rend hasardeux tout effort en ce sens. La stabilité est plus grande entre 1934 et 1938, mais elle fait apparaître alors l'irréductible opposition du Nord et du Pas-de-Calais d'une part, de l'Aisne d'autre part Malgré tout, cette notion de « socialisme septentrional » pourrait ne pas être inopérante si on la réduisait au seul socialisme du Nord et du Pas-de-Calais. Dans cette hypothèse, il faudrait tout de même préciser qu'elle ne prend corps qu'à partir de l'année 1934, année charnière où, après des décennies de divergence, commencent à se mettre en place les bases du futur condominium des deux fédérations sur le Parti.

Document No 1 : Les courants dans les congrès socialistes de 1924 à 1939

Document No 1 : Les courants dans les congrès socialistes de 1924 à 1939

LÉGENDE DU DOCUMENT No 1 ci-contre
1. Congrès juin 1924 (Paris)
2. Congrès janvier 1926 (Paris, Bellevilloise)
3. Congrès avril 1927 (Lyon)
4. Congrès janvier 1930 (Paris)
5. Congrès mai 1932 (Paris, Huyghens)
6. Congrès juillet l933 (Paris)
7. Congrès mai 1934 (Toulouse)
a. vote sur la motion A. Philip
b. vote sur le programme d'action
8. Congrès juin 1935 (Mulhouse)
9. Congrès juillet 1937 (Marseille)
10. Congrès juin 1938 (Royan)
11. Congrès décembre 1938 (Montrouge)
12. Congrès mai 1939 (Nantes)
Vote préliminaire sur la politique internationale
1924-1933
Image Pour le Cartel
Image Compromis
Image Contre le Cartel (Zyromskistes seuls en 1927, Zyromskistes + « vieux guesdistes » en 1924, 1926, 1930, 1933)
Image Extrême-gauche
1934-1938
Image Direction Blum-Faure
Image Zyromskistes
Image Pivertistes
Image Extrême-gauche : CASR, BL
Déc. 1938-1939
Image Blum
Image Paul Faure
Image Synthèse
Image Autres
Notes
(1)
Image Motion Evrard
Image Motion du Nord
(2) Image Motion Evrard
(3) Forte abstention (+ 10 %)
Sources : On a tiré parti principalement des votes des délégués fédéraux dans les congrès nationaux de la SFIO, tels que les ont enregistrés les comptes rendus sténographiques de ces assemblées ; dans les cas (signalés par le symbole *) où l'opinion des militants fédéraux n'a pas été clairement traduite en congrès national, on a utilisé les indications relatives aux congrès fédéraux préparatoires publiés par la presse socialiste locale ou Le Populaire.

DOCUMENT N o 2 : Les députés SFIO des quatre départements septentrionaux : leurs particularités et leurs tendances (1919-1939)

DOCUMENT N             o              2 : Les députés SFIO des quatre départements septentrionaux : leurs particularités et leurs tendances (1919-1939)

Légende des tableaux
1. Référendum au sein du Groupe parlementaire sur la politique de soutien, en juin 1925 :
D = droite (motion Renaudel pour une politique de collaboration avec les groupes de gauche au Parlement)
G = Gauche (motion Compère-Morel pour la cessation de la politique de soutien)
C = Centre (motion Auriol intermédiaire)
Source : Le Populaire, 3 août 1925
2. Réunion intérieure du Groupe parlementaire, le 17 novembre 1925. Vote sur un texte Auriol-Pressemane proposant au Groupe, sur la demande expresse des autres groupes de gauche, de renoncer au dépôt d'un contre-projet financier.
D = Droite (vote pour)
G = Gauche (vote contre)
Source : Le Populaire, 27 novembre 1925
3. Vote des députés socialistes à la Chambre, lors du scrutin no 460 du 12 février 1926, sur l'amendement de M. Dutreil au projet de la loi instituant des mesures destinées à assurer le redressement financier.
D = Droite (vote pour)
G = Gauche (abstention)
Source : Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Comptes rendus, 1926
4. Position des députés socialistes devant l'offre de collaboration gouvernementale dont Edouard Daladier les saisit le 27 octobre 1929.
D = députés ayant accepté l'offre, ou ayant signé la résolution lue par Renaudel au Conseil National du 28 octobre 1929, approuvant l'attitude du Groupe
G = députés ayant voté en réunion intérieure du Groupe contre l'offre, ou s'étant prononcés contre par la suite
Source : Le Quotidien, 28 octobre 1929
5. Réunion intérieure du Groupe, le 30 janvier 1933. Vote sur la motion Déat-Auriol, proposant de répondre positivement à l'offre de collaboration gouvernementale présentée par Daladier, si ce dernier accepte de s'inspirer des lignes générales du programme socialiste.
D = Droite (vote pour)
G = Gauche (vote contre)
Source : Le Populaire, 1er janvier 1933
6. Vote des députés socialistes à la Chambre, sur l'ensemble du Budget le 1er juin 1933.
D = Droite (vote pour)
G = Gauche (vote contre)
Source : La Vie socialiste, 17 juin 1933 et Le Temps, 3 juin 1933
7. D = Députés signataires de la « Déclaration du Groupe » de juin 1933.
Source : supplémenté La Vie socialiste, 17 juin 1933
C = députés "centristes" signataires de la motion Auriol d'« union et d'Unité ».
Source : La Vie socialiste, 24 juin 1933 et Le Populaire, 23 juin 1933
8. D = Députés qui quittent la SFIO pour le Parti socialiste de France en 1933
9. Congrès national de Montrouge, décembre 1938
B = Députés ayant apporté leur soutien à la motion Blum ou au texte de synthèse du Nord
F = Députés ayant apporté leur soutien à la motion Paul Faure (relevés personnels)
10. Congrès national de Nantes, mai 1939
B = Députés figurant sur la première liste des contre-signataires de la motion Blum-Bracke de politique générale (motion in Fonds Zyromski, CRHMSS)
F = Députés figurant sur la liste des signataires de la motion Paul Faure, ou l'ayant ou vertement acceptée (in G. Lefranc, Le mouvement socialiste... Payot, t 2, p. 371).
X : Député régulièrement anticartelliste
(1930) : Année d'élection (élection complémentaire)

DOCUMENT No 3 : Evolution du nombre des adhérents de 1920 à 1938

DOCUMENT No 3 : Evolution du nombre des adhérents de 1920 à 1938

Source : Les Rapports de la SFIO pour ses congrès nationaux ordinaires annuels

DOCUMENT No 4 : Résultats des forces de gauche aux élections législatives (1919-1936)

DOCUMENT No 4 : Résultats des forces de gauche aux élections législatives (1919-1936)

Sources : principalement les relevés du Temps

Notes

1 Nous tirons ici parti de notre thèse : Une tendance de la SFIO, la Bataille socialiste, 1921-1933, Paris X-Nanterre, 1988, ainsi que des recherches que nous poursuivons sur l'histoire des tendances socialistes. Les contraintes éditoriales nous obligeant à limiter au strict minimum l'appareil de notes, on se reportera à ces travaux pour des références ou des commentaires complémentaires.

2 Jean Lebas, lettre à Paul Faure du 13 novembre 1929, Roubaix, Cahier de l'OURS, no 27, février 1978, pp. 36-37.

3 On trouvera les éléments de l'affaire dans Le Populaire des 25 avril, 4 mai, 2 juillet, et 16 décembre 1924.

4 Pour plus de précisions sur les luttes de tendances de 1934 à 1938, voir E. NADAUD, « Le renouvellement des pratiques militantes de la SFIO au début du Front Populaire (1934-1936) », Le Mouvement social, no 153, octobre-décembre 1990, pp. 9-32, et « La tendance Bataille socialiste, 1936-1939 », Cahier et revue de l'OURS, Tendances et courants 1905-1969, no 2, 1994, pp. 43-53 ; Michel BILIS, Socialistes et pacifistes, 1933-1939, Syros ; Nathanaël GREENE, Crisis and decline. The French socialist Party in the popular Front era, New York, Cornell University Press.

5 Compte rendu du congrès fédéral du Pas-de-Calais in Le Populaire, 20 mai 1934.

Table des illustrations

Titre Document No 1 : Les courants dans les congrès socialistes de 1924 à 1939
Légende LÉGENDE DU DOCUMENT No 1 ci-contre1. Congrès juin 1924 (Paris)2. Congrès janvier 1926 (Paris, Bellevilloise)3. Congrès avril 1927 (Lyon)4. Congrès janvier 1930 (Paris)5. Congrès mai 1932 (Paris, Huyghens)6. Congrès juillet l933 (Paris)7. Congrès mai 1934 (Toulouse)a. vote sur la motion A. Philipb. vote sur le programme d'action8. Congrès juin 1935 (Mulhouse)9. Congrès juillet 1937 (Marseille)10. Congrès juin 1938 (Royan)11. Congrès décembre 1938 (Montrouge)12. Congrès mai 1939 (Nantes)Vote préliminaire sur la politique internationale1924-1933 Pour le Cartel Compromis Contre le Cartel (Zyromskistes seuls en 1927, Zyromskistes + « vieux guesdistes » en 1924, 1926, 1930, 1933) Extrême-gauche1934-1938 Direction Blum-Faure Zyromskistes Pivertistes Extrême-gauche : CASR, BLDéc. 1938-1939 Blum Paul Faure Synthèse AutresNotes(1) Motion Evrard Motion du Nord(2) Motion Evrard(3) Forte abstention (+ 10 %)Sources : On a tiré parti principalement des votes des délégués fédéraux dans les congrès nationaux de la SFIO, tels que les ont enregistrés les comptes rendus sténographiques de ces assemblées ; dans les cas (signalés par le symbole *) où l'opinion des militants fédéraux n'a pas été clairement traduite en congrès national, on a utilisé les indications relatives aux congrès fédéraux préparatoires publiés par la presse socialiste locale ou Le Populaire.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre DOCUMENT N o 2 : Les députés SFIO des quatre départements septentrionaux : leurs particularités et leurs tendances (1919-1939)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Légende des tableaux 1. Référendum au sein du Groupe parlementaire sur la politique de soutien, en juin 1925 :D = droite (motion Renaudel pour une politique de collaboration avec les groupes de gauche au Parlement)G = Gauche (motion Compère-Morel pour la cessation de la politique de soutien)C = Centre (motion Auriol intermédiaire)Source : Le Populaire, 3 août 19252. Réunion intérieure du Groupe parlementaire, le 17 novembre 1925. Vote sur un texte Auriol-Pressemane proposant au Groupe, sur la demande expresse des autres groupes de gauche, de renoncer au dépôt d'un contre-projet financier.D = Droite (vote pour)G = Gauche (vote contre)Source : Le Populaire, 27 novembre 19253. Vote des députés socialistes à la Chambre, lors du scrutin no 460 du 12 février 1926, sur l'amendement de M. Dutreil au projet de la loi instituant des mesures destinées à assurer le redressement financier.D = Droite (vote pour)G = Gauche (abstention)Source : Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Comptes rendus, 19264. Position des députés socialistes devant l'offre de collaboration gouvernementale dont Edouard Daladier les saisit le 27 octobre 1929.D = députés ayant accepté l'offre, ou ayant signé la résolution lue par Renaudel au Conseil National du 28 octobre 1929, approuvant l'attitude du GroupeG = députés ayant voté en réunion intérieure du Groupe contre l'offre, ou s'étant prononcés contre par la suiteSource : Le Quotidien, 28 octobre 19295. Réunion intérieure du Groupe, le 30 janvier 1933. Vote sur la motion Déat-Auriol, proposant de répondre positivement à l'offre de collaboration gouvernementale présentée par Daladier, si ce dernier accepte de s'inspirer des lignes générales du programme socialiste.D = Droite (vote pour)G = Gauche (vote contre)Source : Le Populaire, 1er janvier 19336. Vote des députés socialistes à la Chambre, sur l'ensemble du Budget le 1er juin 1933.D = Droite (vote pour)G = Gauche (vote contre)Source : La Vie socialiste, 17 juin 1933 et Le Temps, 3 juin 19337. D = Députés signataires de la « Déclaration du Groupe » de juin 1933.Source : supplémenté La Vie socialiste, 17 juin 1933C = députés "centristes" signataires de la motion Auriol d'« union et d'Unité ».Source : La Vie socialiste, 24 juin 1933 et Le Populaire, 23 juin 19338. D = Députés qui quittent la SFIO pour le Parti socialiste de France en 19339. Congrès national de Montrouge, décembre 1938B = Députés ayant apporté leur soutien à la motion Blum ou au texte de synthèse du NordF = Députés ayant apporté leur soutien à la motion Paul Faure (relevés personnels)10. Congrès national de Nantes, mai 1939B = Députés figurant sur la première liste des contre-signataires de la motion Blum-Bracke de politique générale (motion in Fonds Zyromski, CRHMSS)F = Députés figurant sur la liste des signataires de la motion Paul Faure, ou l'ayant ou vertement acceptée (in G. Lefranc, Le mouvement socialiste... Payot, t 2, p. 371).X : Député régulièrement anticartelliste(1930) : Année d'élection (élection complémentaire)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre DOCUMENT No 3 : Evolution du nombre des adhérents de 1920 à 1938
Légende Source : Les Rapports de la SFIO pour ses congrès nationaux ordinaires annuels
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre DOCUMENT No 4 : Résultats des forces de gauche aux élections législatives (1919-1936)
Légende Sources : principalement les relevés du Temps
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1423/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Université d'Orléans

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540