Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

Relations socialistes sans frontière. Belgique et Nord de la France

Jean Puissant

Texte intégral

Introduction

1Quant il est question de socialisme européen, on oppose souvent le Nord de l'Europe social-démocrate et le Sud socialiste au sens politique de terme (voire communiste), il ne sera pas ici question d'une approche idéologique ou politique à partir de cette affirmation mais d'une approche plus sociologique.

2La social-démocratie se caractérisant, non seulement par la reconnaissance du système parlementaire comme base du développement politique et comme moyen de démocratie sociale dans un capitalisme contrôlé, régulé, socialisé, mais aussi par sa capacité de création de canaux multiples de contrôle social de la classe ouvrière nécessaires à sa stratégie de réforme et de ce système, c'est-à-dire la multiplication des associations économiques, sociales, culturelles, de loisir de la classe ouvrière (syndicats, coopératives, mutualités, cercles d'éducation populaire, dramatiques, chorales, fanfares, organisation de femmes, de jeunes, etc.). C'est de cet aspect là que nous partirons pour caractériser les relations socialistes transfrontalières sans omettre pour autant le signalement des autres.

3La zone qui nous intéresse ici, Nord de la France, Belgique, se présente comme une zone frontière entre le socialisme méridional et le socialisme septentrional de l'Europe. Si le socialisme français n'est pas habituellement défini par le qualificatif de social-démocrate c'est déjà beaucoup plus le cas de celui du Nord de la France. En revanche, si de nombreux socialistes wallons n'aiment pas se voir accoler le qualificatif de social-démocrate, le socialisme belge s'est bien d'emblée identifié à ce courant et apparaît plus proche de ceux d'Allemagne ou de Scandinavie que celui du grand voisin du Sud.

4Paradoxalement d'ailleurs, dans la perspective de cette géographie contradictoire, le Sud de la Belgique, latin, apparaît comme une zone de maintien, voire de renouvellement de la social-démocratie à l'heure actuelle, tandis que le Nord, germanique, verrait aujourd'hui son effondrement alors qu'il en est l'origine dans les pays. Mais ce paradoxe peut s'expliquer historiquement.

5Quelques éléments caractérisent la social-démocratie belge concrétisée dans le Parti Ouvrier belge (POB), 1885 :

  • l'extraordinaire efflorescence de la boulangerie coopérative et de sa matérialisation à la fois concrète et symbolique : la maison du peuple.
  • la difficulté de développer un syndicalisme important et stable en particulier dans la grande industrie.
  • la formulation précoce mais aussi la mise en place d'un socialisme municipal utilisé comme marchepied pour la conquête du pouvoir d'État.

6C'est à travers ces trois axes que nous allons envisager les influences transfrontalières.

1. Un socialisme sans frontières ?

  • 1 Série M des Archives Départementales. Celles du département du Nord à Lille en particulier, voir J (...)

7F. Lentacker nous a montré le caractère artificiel, perméable de la frontière d'État séparant depuis 1814 le Nord de la France et la Belgique. Elle n'a jamais constitué une barrière aux échanges, flux et relations, mais elle existe des deux côtés. Du côté belge, la frontière représente non seulement la limite de l'état mais aussi la garantie du nationalisme naissant On l'oublie aujourd'hui, la menace au XIXe siècle est française et pas allemande. Cette circonstance explique dans une large mesure que la Belgique pays francophone (du moins dominée par une bourgeoisie francophone) et donc largement influencée par la France (l'importance de la littérature, des courants artistiques, la présence de journalistes, d'artistes, de nombreux réfugiés du Second Empire, de la Commune) cultivera tout au long du siècle les relations avec l’Allemagne : les libéraux avec les intellectuels, les catholiques, avec l'Église et le Zentrumpartei, les socialistes avec la social-démocratie, le mouvement flamand avec la culture allemande etc. La frontière française n'est donc pas une frontière indifférente de ce point de vue. Inversement, si la Belgique, neutre par obligation (1831), ne représente pas a priori une menace pour la France, la situation interne est l'objet d'une attention particulière des autorités françaises. Il s'agit d'une politique générale, bien sûr, mais l'attention portée à la frontière et à l'espace belges est très vive. Elle offre à l'historien des sources importantes, précises sur le mouvement social, le socialisme en particulier1.

8Par ailleurs, il faut considérer que même artificielles, poreuses, les frontières découpent des espaces réglementaires, politiques, culturels différenciés et dont la distinction s'accentue avec le temps et la construction de l'histoire propre de chacune des identités.

9Puisque nous allons mettre l'accent sur le socialisme sans frontières, il convenait de rappeler qu'elles existent néanmoins et expliquent dans une large mesure les limites des contacts et influences réciproques.

  • 2 J. STENGERS, L'immigration de 1830 à 1914 : données chiffrées dans Histoire des étrangers et de l' (...)

10Les flux de population entre les deux pays ont été importants, ils se concentrent de plus dans les départements et provinces frontalières. Les Belges sont les immigrés les plus nombreux en France au XIXe siècle en particulier à Paris et dans le Nord-Pas-de-Calais. Les Français sont les plus nombreux, avec les Hollandais, en Belgique, dans la capitale, aussi mais surtout en Hainaut et en Flandres. A ces nationaux, il faut ajouter, sans pouvoir en mesurer exactement l'importance et les conséquences, le nombre de Belges nés en France et rentrés au pays et le mouvement des naturalisations. En France, les Belges sont les naturalisés les plus nombreux, en Belgique à un niveau très inférieur (protection de la nationalité), les Français arrivent en troisième place mais presque équivalents aux Allemands et Hollandais2.

2. Les relations transfrontalières

La boulangerie coopérative

  • 3 cf. Le Imprese Cooperative in Europa M. DEGL'INNOCENTI, Pisa, 1986.
  • 4 J. MICHEL « Cooperative e movimento operato nel nord della Francia prima del 1914 » dans Le impres (...)

11Créée à Gand dans le milieu des tisserands de coton de Broederlijke, la première boulangerie coopérative De Vrije bakkers n'a pas de coloration politique. Ce sont les socialistes qui y participent qui voudront voir une part des bénéfices investis dans la lutte politique qui sont à l'origine de la création du Vooruit qui constitue un véritable modèle en Belgique (1882-1890), en Allemagne (la Ruhr) et dans le reste de l'Europe3. C'est ce modèle que des ouvriers flamands émigrés à Roubaix-Tourcoing importent dans le bassin textile pourtant gagné au guesdisme, qui a priori n'apparaît pas comme accueillant à ce type de projet « La paix » fondée en 1886 « société socialiste belge installée à Roubaix » sur le même type que la société à l'avenir du Parti ouvrier. J. Michel explique bien l'acculturation du modèle du Vooruit parmi la classe ouvrière du textile largement formée de Flamands en contact direct avec les socialistes gantois, tandis que le bassin minier, tout proche pourtant, reste largement réfractaire à ce type d'institution. Il y voit une double raison, la première que l'immigration d'ouvriers mineurs belges est beaucoup moins importante et qu'elle n'a pas importé avec elle la boulangerie coopérative qui s'est pourtant multipliée à partir de 1886 dans l'ensemble du Hainaut Il est vrai qu'excepté le progrès de « Jolimont » (le centre), qui n'est d'ailleurs pas caractérisée par ses adhérents mineurs, la coopérative hainuyère reste de taille modeste, voire moyenne, elle n'a pas le caractère prosélyte de la société flamande, et elle ne dispose pas de ses moyens de propagande conséquents. En aval, les bassins miniers du Nord et du Pas-de-Calais ont déjà vu se déployer un important et caractéristique syndicalisme minier qui n'est pas disposé à se laisser concurrencer par une organisation nouvelle et qui n'éprouve pas le besoin stratégique de la créer4. Les départements du Nord de la France concentrent près de 25 % des coopératives françaises, de leurs adhérents et de leur chiffre d'affaire : c'est la principale région coopérative du pays avant la première guerre. L'influence gantoise est indéniable, le mode de transmission connu, le milieu social identique. De la même manière, le bourgeon porté par la coopérative, la Maison du peuple, fleurit dans la même région alors que la France syndicale se retrouve plutôt à la Bourse du travail, peu symboliquement et fonctionnellement différent La Maison du peuple affirme son identité politique alors que la Bourse du travail affirme son identité sociale.

L'action syndicale

  • 5 J. PUISSANT, « POB syndicats ou inversement » dans Cahiers marxistes, mars-avril 1985, no 131-132, (...)

12Excepté dans les grandes villes (métiers à Bruxelles, tisserands à Gand), le syndicalisme a éprouvé de grandes difficultés à s'implanter durablement et solidement en Belgique, en particulier dans la grande industrie et les charbonnages wallons. Divers facteurs d'explication ont été avancés : le système politique et juridique, le paternalisme patronal, l'analphabétisme répandu. Le mouvement syndical belge a donc régulièrement été chercher des modèles à l'étranger tout en faisant preuve d'originalité interne. Le POB lui-même est en partie l'expression politique des syndicats (1885) à l'instar du Labour Party en Angleterre, il a été de plus l'instrument du développement syndical socialiste mais aussi indépendant (Commission syndicale, 1898, Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants, 1906)5. En 1875 la Chambre du travail de Bruxelles cherche son inspiration dans les Trade Unions anglais, après 1905, la Commission Syndicale la trouvera dans le syndicalisme allemand. Entre ces deux dates et chez les mineurs plus précisément, l'exemple français n'est pas négligeable.

  • On prête à un personnage belge un rôle d'influence important aux côtés de Basly lors de la grève d'Anzin (1884) et donc dans la constitution du syndicalisme minier du Nord. Il s'agit de E. Fauvieau (1852-1905), de Wasmes, ancien ouvrier mineur, invalide du travail, évangéliste protestant dans le Nord de la France, condamné à quinze jours pour participation à une manifestation interdite en 1878 et expulsé de France lors de la grève d'Anzin en 18846. Rentré en Belgique, il cherche à former des unions syndicales à Bernissart puis à Wasmes, puis trouve son chemin de Damas en 1885 à la suite d'une importante grève qu'il contribue à diriger sans résultat, dans la formation d'une boulangerie coopérative à Wasmes. Orateur violent, plusieurs fois condamné, il se positionne pourtant immédiatement comme un défenseur et un réalisateur des positions social-démocrates du POB dans le Borinage et s'oppose donc à la politique radicale d'un A. Defuisseaux qui cherche à susciter une grève générale des mineurs7.
  • A la suite d'une grève d'ouvriers verriers (1882) adhérents des Knights of Labour, la Chevalerie du travail pénètre dans le bassin minier de Charleroi (1884) et influence quelques unions de mineurs dans le Centre et le Borinage (1886-1890) mais sans, semble-t-il, déborder vers la France où les prémices du syndicalisme minier dans le Nord puis le Pas-de-Calais se cristallisent autour des deux personnalités de Basly et Lamendin.
  • En revanche, dans le Borinage, devant la difficulté structurelle de maintenir des muons de mineurs qui ne subsistent à la fin des années 1880 que lorsqu'elles sont soutenues par des boulangeries coopératives auxquelles elles sont inextricablement mêlées (dirigeants, locaux, finances, à Paturages, Wasmes, Frameries), on sera intéressé par l'affirmation du syndicat du Pas-de-Calais. D. Maroille se rend en France, noue des contacts, s'informe et en décembre 1892, la fédération boraine du POB décide de créer un Syndicat général des ouvriers mineurs du Borinage « calqué sur le syndicat général des mineurs du Pas-de-Calais »8. Mais au-delà des problèmes de personnes qui se posent alors, c'est fondamentalement la question du politique et du social qui domine. L'organisation syndicale est-elle soumise au politique ou l'inverse on observe une lutte entre les deux pouvoirs. En août 1893, après la grève en faveur du suffrage universel, le syndicat général, à la suite de la grève anglaise et de celle du Pas-de-Calais, essaye de susciter une grève en Belgique avec des objectifs de solidarité internationale et des revendications salariales. La grève touche une partie seulement du Borinage et précipite l'effondrement du syndicat général et donc la reprise de la prééminence du politique sur le syndical Le modèle nordiste n'a donc pas obtenu de succès en Belgique, et la Belgique, du point de vue syndical, ne présentera plus d'intérêt pour la France à l'avenir.
  • 9 A. DANTOING. « Une manifestation de défense ouvrière dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais en (...)

13On peut observer la relative proximité des syndicats de mineurs de part et d'autre de la frontière lors des incidents anti-belges du bassin du Pas-de-Calais en août-octobre 1892 qui conduisirent à une double déclaration des responsables syndicaux d'une part (Basly, Évrard, Lamendin et Caluwaert, Cavrot, Maroille pour les syndicats hainuyers) et des responsables politiques du POF et du POB d'autre part Les premiers rejetant la responsabilité des incidents sur l'attitude des ouvriers belges acceptant des conditions de travail refusées par les mineurs français (salaires et longueur de la journée de travail) et refusant de se syndiquer. Les autres appelant les ouvriers des deux pays à cesser une lutte fratricide qui ne pouvait bénéficier qu'aux « exploiteurs des deux côtés de la frontière »9.

14L'explication de cette contradiction peut être trouvée dans la thèse de J. Michel qui insiste sur le corporatisme du syndicalisme minier et son opportunisme politique. Ce que tendrait à démontrer l'histoire des syndicats de mineurs en Belgique, que ce soit à l'intérieur du POB (Borinage et Centre) ou en marge jusqu'en 1895 ou 1905 (Chevaliers du travail à Charleroi) tout en étant réunis au sein de la Fédération nationale des mineurs (1887). Ce sont les figures des députés mineurs ou apparentés qui donnent le ton dans les arrondissements miniers et font habilement pression en faveur d'une législation spécifique aux ouvrier mineurs.

15L'ensemble du POB accepte cette tactique qui permet d'ouvrir des brèches dans l'opposition classique à l'intervention de l'État en matière sociale et d'essayer de les élargir pour y introduire l'ensemble des salariés. On observe néanmoins que si des dispositions sont votées en faveur des mineurs avant 1914, leur élargissement n'interviendra qu'après la première guerre dans des conditions politiques différentes (suffrage universel masculin, participation du POB au gouvernement). De ce point de vue, l'exemple belge se rapproche donc de l'exemple français ou allemand du « vieux syndicat », mais dans des circonstances politiques différentes (à l'extérieur des partis socialistes, en alliance éventuelle avec des courants « radicaux ».).

Le socialisme municipal

16Le troisième rapprochement se fonde sur l'expérience commune du socialisme municipal.

  • 10 C. WILLARD, Les Guesdistes. Le mouvement socialiste en France, 1893-1905, Paris, 1965, p. 187.
  • 11 13 articles de A. DEWINNE paraissent dans Le Peuple en octobre 1895. Voir à ce propos P. DOGLIANI, (...)

17En Belgique, la réflexion sur le pouvoir communal se manifeste dès 1883-1884, époque d'un élargissement du suffrage à la commune qui permet d'espérer l'élection de conseillers ouvriers dans les conseils municipaux, ce qui se réalise effectivement mais de manière limitée dès 1884. Elle se fonde à la fois sur le rapport de C. De Paepe sur les services publics dans la société future (Congrès AIT Bruxelles, 1874) et sur le programme du Parti ouvrier français dû à Paul Brousse (1881) sur la « conquête des commîmes ». Cette doctrine est en partie responsable de la rupture intervenue en 1882 entre « possibilistes » et marxistes. Le POF s'empare ensuite de la majorité dans diverses municipalités en particulier à Roubaix, ce qui entraîne sinon une révision de la doctrine, du moins une évolution des pratiques politiques10. En Belgique, l'exemple roubaisien est perçu comme la confirmation de l'affirmation théorique de 1884-1889 et lorsqu'en 1893, pour la première fois, le POB obtient la majorité et la direction dans une petite commune du Centre, Famille heureux, elle est immédiatement appelée le petit Roubaix. Des publications exaltent les réalisations effectuées dans le Nord de la France. Le programme communal du POB est réaffirmé en 1894 et les élections communales de 1895 (au suffrage universel masculin tempéré par le vote plural) sont abordées avec l'exemple français brandi comme étendard11.

  • 12 J. PUISSANT, « L'oeuvre gouvernementale du POB commence, ou le POB à la conquête d'un substitut du (...)

18A nouveau, comme dans le domaine de la coopération, le rapprochement entre POB et POF, est évident Pourtant au sein du POB, coopération et socialisme communal apparaissent comme des éléments majeurs du réformisme du socialisme belge, tandis que le POF représente au contraire le courant marxiste en France. Les pratiques les rapprochent pourtant12.

19De plus, dans les bassins miniers, en dehors des débats sur le pouvoir communal ou sur le socialisme communal· directement ou indirectement, les mineurs tentent de maîtriser le pouvoir local par l'élection de conseillers. La participation à la gestion se réalise en France, surtout dans le Nord, et dans le Borinage mono-industriel· Dans les principales commîmes minières dominées dès 1895 par le POB (Frameries, Quaregnon, Pâturages), les premiers conseillers sont souvent commerçants, anciens mineurs parfois. Mais on observe assez rapidement la prééminence des mineurs sous la direction de leurs leaders, dirigeants de la coopérative mais aussi du syndicat Il n'est donc pas ici question d'influence, mais de comportement parallèle dans des conditions comparables.

Conclusion

20Malgré la perméabilité de la frontière, les contacts entre mouvements ouvriers et socialistes des deux pays, des deux régions voisines, restent peu développés. La limite nationale imprime sa marque dans le mouvement social, il n'est ni international ni transnational dans son affirmation.

21Mais il y a des contacts, des influences non négligeables. La présence, nombreuse, d'ouvriers flamands dans le bassin textile de Lille-Roubaix-Tourcoing explique certainement la vigueur du mouvement coopératif qui a pris le Vooruit pour modèle. Il s'inscrit dans une région et une industrie où il n'y a pas encore de syndicat structuré. Les hommes de Vooruit gardent le contact avec ces ouvriers avec l'espoir de les voir rentrer en Belgique plus socialistes qu'ils ne l'ont quitté. Cette implantation correspond à une influence politique du POF.

22Le bassin minier, où s'est affirmé un syndicalisme organisé avec des représentants politiques dans les divers niveaux de pouvoir, y compris le parlement, voit au contraire peu de coopératives se mettre en place. Comme à Charleroi chez les Chevaliers du travail, l'alliance politique avec la petite bourgeoisie écarte d'emblée ce choix particulier qui évite d'ailleurs de voir éventuellement des organisations différentes s'opposer. Le modèle syndical du Pas-de-Calais attire l'attention du Borinage mais son implantation se heurte à l'organisation coopérative préalable, soucieuse du maintien du particularisme local.

23Le socialisme municipal, caractéristique de part et d'autre de la frontière, n'est pas le fruit d'une influence réciproque, mais bien d'une situation sociale marquée par la prééminence massive d'un secteur industriel et donc de la possibilité pour un secteur de la classe ouvrière de marquer de son emprise le terrain politique local structuré, soit par le syndicat, soit par la coopérative.

24Plus que d'influence réciproque, il est sans doute possible d'évoquer les similitudes dues notamment aux particularités de l'industrialisation.

Notes

1 Série M des Archives Départementales. Celles du département du Nord à Lille en particulier, voir J. MICHEL et J. PUISSANT, « Le Hainaut troublé à la fin du XIXe siècle vu de France » dans Recueil d'Études d'histoire hainuyère offerts à M.A. ARNOULD, mars 1983, pp. 767-781. J. PUISSANT, Sous la loupe de la police française, le bassin industriel du Centre, 1885-1893, La Louvière, 1988,122 p. Ces sources concernent le Hainaut les Flandres mais aussi l'ensemble du territoire, elles rendent compte également des allées et venues non seulement des belges mais aussi des français.

2 J. STENGERS, L'immigration de 1830 à 1914 : données chiffrées dans Histoire des étrangers et de l'immigration en Belgique, éd. A. MORELLI, Bruxelles, 1992, les Français constituent le premier groupe étranger en Belgique jusqu'à la Seconde guerre, pp. 91-104. Voir également F. LENTACKER, « Les ouvriers belges dans le Nord au milieu du XIXe siècle » Revue du Nord, 1956, no 149. J. A. REARDON, Belgian Workers in Roubaix. XIXe siècle, 1977.

3 cf. Le Imprese Cooperative in Europa M. DEGL'INNOCENTI, Pisa, 1986.

4 J. MICHEL « Cooperative e movimento operato nel nord della Francia prima del 1914 » dans Le imprese cooperative in Europa, pp. 210-228 ; l'essentiel de ce texte est utilisé dans sa thèse Le Mouvement ouvrier chez les mineurs d'Europe occidentale (Grande-Bretagne, Belgique, France Allemagne). Étude comparative des années 1880-1914. Lyon II, Thèse d'État 1987. Pour ce qui concerne la coopération en Belgique, voir le numéro spécial de la Revue Belge d’Histoire contemporaine, XXII, 1991-1-2. La coopération un des principaux piliers sociaux de l'organisation politique belge.

5 J. PUISSANT, « POB syndicats ou inversement » dans Cahiers marxistes, mars-avril 1985, no 131-132, pp. 22.36.

6 J. MICHEL, op. cit.

7 J. PUISSANT, L'évolution du mouvement ouvrier socialiste dans le Borinage. Bruxelles, 1982, réédition 1993 (avec un complément historiographique et une réflexion sur les apports de la thèse de J. MICHEL).

8 Le Suffrage Universel, 25 décembre 1892.

9 A. DANTOING. « Une manifestation de défense ouvrière dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais en 1892 », Revue belge d'histoire contemporaine, 1974, pp. 427-445. L'incident rebondit par la suite avec l'expulsion des syndicalistes français venus assister à un Congrès des mineurs en Belgique, qui provoque cette fois les protestations unanimes des organisations syndicales et politiques.

10 C. WILLARD, Les Guesdistes. Le mouvement socialiste en France, 1893-1905, Paris, 1965, p. 187.

11 13 articles de A. DEWINNE paraissent dans Le Peuple en octobre 1895. Voir à ce propos P. DOGLIANI, « Il debattito sulla munipalizzazione in Europa dall innizio de novocento alla primaguerra mondiale » dans La Municipalizzazione nell area Padova-Milano, s.d.

12 J. PUISSANT, « L'oeuvre gouvernementale du POB commence, ou le POB à la conquête d'un substitut du pouvoir d'État (1881-1921) » dans Actes du colloque de septembre 1992, Les élections communales et leur impact que la politique belge, Bruxelles 1994.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540