Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

Coopération et socialisme, la fédération socialiste du Nord (fin xixe-xxe siècles)

Denis Lefebvre

Texte intégral

« Si nous voulons vaincre dans nos malheurs Adhérons tous à « L'Union de Lille » Mettons-nous donc à l'oeuvre travailleurs. (...) Jetons le grain, le terrain est fertile Apprêtons-nous et nous serons moissonneurs. » (Les moissonneurs de la coopérative ouvrière « L'Union de Lille »)

  • 1 Déclaration reprise par B. SIMLER, Un socialiste : Gustave Delory (1875-1925), Lille, Maîtrise, 197 (...)

1De 1890 à 1912 le mouvement français des coopératives de consommation a été profondément divisé en deux organisation rivales : d'un côté les neutralistes, ou « coopérantes », de l'autre les socialistes. Cette longue période de haines, de déchirements, d'anathèmes, se termine par le pacte d'unité de 1912, mariage de raison, au nom de l'intérêt supérieur du mouvement, qui voit la victoire de la branche neutraliste du mouvement Mais les socialistes du Nord, en application des principes toujours dominants du guesdisme, refusent d'adhérer à cette unité, au nom de la doctrine socialiste. Depuis des années déjà, ils combattaient le mouvement vers l'unité, devenant de plus en plus minoritaires au sein du mouvement coopératif socialiste. En 1912, ils maintiennent une structure indépendante, uniquement pour le département du Nord. La première guerre mondiale, moins de deux ans après le pacte de 1912, mettra un terme à cette expérience basée sur des principes politiques hérités du XIXe siècle, celui des coopératives de consommation n'ayant pratiquement pour seul but que d'alimenter les finances du Parti socialiste, et donc d'être un auxiliaire dans la lutte contre le capitalisme, comme le déclare d'une façon très nette en 1899 le secrétaire de l'organisation socialiste du Nord, Gustave Delory : « La coopérative fait récolter des gros sous pour la lutte »1.

1. Le mouvement socialiste et la coopération

  • 2 Sur la question générale des rapports entre coopération et socialisme, se reporter à la communicati (...)

2Pendant de longues années, le mouvement ouvrier français a été très divisé sur la question des coopératives en général, et des coopératives de consommation en particulier. Si le congrès ouvrier qui se tient en 1876 à Paris adopte une motion selon laquelle « l'affranchissement des travailleurs trouvera sa solution dans le principe de l'association coopérative », Édouard Vaillant fustige quelques semaines plus tard cette formule cabalistique ridicule2. Le congrès de Marseille, en 1879, adopte quant à lui une résolution sur les associations de production ou de consommation qui « ne peuvent aucunement être considérées comme des moyens assez puissants pour arriver à l'émancipation du prolétariat ». C'est-à-dire que seule la possession collective des moyens de production et d'échange et la conquête des pouvoirs publics permettront d'accéder au socialisme.

  • 3 Article « Le congrès de Lyon et le collectivisme », L'Égalité, no 12,17 février 1878.

3Jules Guesde et ses amis sont au début opposés à la coopération. Dans leur journal L'Égalité, on peut lire en février 1878 une dénonciation de « la voie menteuse de la coopération », « inventée par la gent capitaliste pour sa plus grand tranquillité »3. Guesde est un farouche adversaire des coopératives, qui sont une mystification, même s'il reconnaît en 1884 :

« Cela ne veut pas dire qu'exceptionnellement, dans certaines conditions et dans certaines mains, les coopératives de consommation ne puissent pas rendre des services aux travailleurs ».

4Pourquoi ?

  • 4 Texte cité par Émile VANDERVELDE, Coopération neutre et coopération socialiste, Paris, Félix Alcan, (...)

« Parce que les fins commerciales de l'entreprise ont fait place à des fins de propagande. Le pain à meilleur marché n'a été que le moyen de grouper des hommes et de véhiculer des idées »4.

5Jean Jaurès lui-même déclarera en 1884 à la Chambre des Députés :

« Les socialistes ont toujours refusé de déclarer que c'est dans le principe des coopératives que gît la solution définitive du problème social. Ils se sont bornés à reconnaître qu'il peut y avoir utilité partielle et passagère dans l'usage de la coopération ».

6Deux reproches principaux sont faits à la coopération. Tout d'abord, d'entretenir un mirage, en faisant croire que la coopération pourra régler tous les problèmes. Ensuite, que tout le monde ou presque peut être d'accord avec la coopération, comme en atteste le fait que cléricaux et usiniers créent eux-mêmes des coopératives.

  • 5 Émile VANDERVELDE, op. cit.
  • 6 Eugène FOURNIÈRE, L'unité coopérative, Paris, Marcel Rivière, « Les documents du socialisme », 1910 (...)

7Les socialistes s'investissent malgré tout - sans doute sous l'influence de leurs camarades belges - dans le mouvement coopérateur qui s'organise peu à peu. En 1885, est fondée à l'initiative de Charles Gide et de quelques autres l'Union coopérative des sociétés françaises de coopération. Unitaire, ce mouvement est ouvert à tous, « sans distinction de classe », et « fait de la coopération un instrument à la portée de tous les consommateurs »5. Mais, alors même que les socialistes cessent « de croire que la coopération et le socialisme s'excluent »6, cette unité s'effondre du fait de leur opposition à la politique neutraliste des dirigeants de l'Union. Les reproches tiennent en quelques points : esprit trop bourgeois, tendances trop conservatrices des dirigeants de l'Union ; absence de ferveur, manque d'idéal ; l'Union se contente de formules d'économie ménagère, sans dynamique. La scission est vite consommée : en 1895 est créée la Bourse des sociétés coopératives ouvrières, qui se transforme en 1900 en Bourse des coopératives socialistes.

  • 7 Émile VANDERVELDE, op. cit.

8Pour la Bourse, la coopérative est un instrument, « une arme de la lutte entre les mains de la classe ouvrière, pour s'affranchir de la domination capitaliste »7. Elle se rallie aux principes fondamentaux du socialisme international : lutte de classe, socialisation des moyens de production et d'échanges, entente internationale des travailleurs. Cet « instrument » est au service du Parti, à qui est versée une part des bénéfices réalisés. La différence avec l'Union est sur ce point fondamentale. Les bénéfices y sont répartis entre les adhérents. Au contraire, pour la Bourse, une part de ces bénéfices est destinée à la propagande spécifique de la classe ouvrière, à la propagande socialiste.

9Les premières années du XXe siècle sont bonnes pour la Bourse, qui était très minoritaire à sa création : 16 sociétés coopératives contre 190 à l'Union. Elle réussit malgré sa faiblesse initiale à renverser la tendance, surtout en région parisienne. Mais il faut reconnaître que, dans nombre de villes, la concurrence entre les deux organisations est néfaste à l'ensemble. Ainsi, chacune d'entre elles dispose d'un magasin de gros. Les deux cumulés représentent en 1910 9 millions de Francs, ce qui est peu par rapport aux 641 millions de la Grande-Bretagne, et même aux 14 de la Suisse.

10Dès 1909, des voix s'élèvent au sein de la Bourse pour réclamer la fusion des deux organisations. Trois arguments sont avancés :

  • 8 Eugène FOURNIÈRE, op. cit.

11- Premier argument, à partir de cette formule d'Eugène Fournière : « Notre gâteau est moins gros, mais il y a beaucoup de tranches »8. Il est vrai qu'en 1910 les deux organismes centraux ne regroupent que 99 coopératives, contre 3000 à l'échelle de la France. Beaucoup de sociétés restent donc dans l'autonomie, végétant dans l'indifférence.

12- Second argument : la coopération socialiste ne diffère pas de la coopération neutre, qui a pris modèle sur l'École de Rochdale, panacée des amis de Charles Gide, en adoptant l'organisation fédérale de la production, la collaboration du personnel et des sociétaires des coopératives, l'observation des tarifs syndicaux, etc. Un « neutraliste » se paiera même le luxe d'écrire en 1909 :

  • 9 L'Émancipation, septembre 1909.

« Qu'y a-t-il là, qui diffère de ce que nous faisons, même d'une manière plus large ? Tout simplement ceci : que nos adversaires (puisque ce mot trouve sa place entre coopérateurs) ne pratiquent la neutralité qu'entre gens à étiquette socialiste ! »9

13- Troisième argument : le mot « socialiste » est un repoussoir, qui éloigne de la coopération trop d'adhérents potentiels. Il n'est pas nécessaire, et peut même être un obstacle à la fusion, comme l'écrit G. Mutschler en 1909 :

  • 10 La revue syndicaliste et coopérative, no 62, juillet l909.

« Devons-nous pour le simple amour et prestige de ce mot (...) laisser se perpétuer la division qui a déjà tant nui au mouvement coopératif ? »10.

14Au fil des mois, au nom donc du réalisme, des contacts sont pris entre les deux organisations, qui délèguent même à partir de 1908 des représentants à leurs congrès respectifs. Évolution nationale, mais aussi internationale, quand le congrès socialiste de Copenhague, en 1910, décide de « libérer » la coopération de la tutelle du socialisme politique, décision commentée ainsi par Jean Jaurès :

  • 11 Le Mouvement socialiste, octobre 1910.

« Aucune obligation étroite et sectaire n'a été édictée qui pût compromettre l'autonomie de la coopération, la jeter dans les agitations électorales, en contrarier le recrutement et en rétrécir la base »11.

15Cette évolution vers la fusion, et donc vers le neutralisme, Émile Vandervelde la traduira ainsi :

« Il y a donc incontestablement, en France, une tendance à réaliser l'unité coopérative, mais c'est la coopération socialiste qui fait, à peu près, les frais du rapprochement entre les deux écoles ».

  • 12 Pour autant ; certains voix se sont levées, telle celle de Pierre Brizon, qui écrira en 1913 que «  (...)

16En effet, l'union se fait quelques mois plus tard, au congrès qui se tient à Tours du 28 au 30 décembre 1912, mais au détriment des socialistes, et surtout au détriment des plus intransigeants d'entre eux : les socialistes coopérateurs du Nord de la France qui, apparemment, ne sont plus dans le sens de l'histoire. Si Jean Jaurès voit dans le pacte d'unité « une définition exacte de la tendance socialiste profonde de la coopération », qui montre « l'harmonie profonde du socialisme et de la coopération », et « la valeur socialiste propre de la coopération », soutenu en cela par une large majorité de la SFIO12, les socialistes du Nord, eux, déclarent que le « pacte d'unité est la négation des principes du socialisme international ». Ils ne veulent pas « faire le sacrifice des nombreuses années d'efforts et de luttes incessantes faites en faveur de la coopération socialiste ».

2. Les socialistes du Nord et la coopération

17Face à l'unité, ils entendront avant tout préserver leur spécificité, se comportant comme une « armée » en territoire ennemi, prenant le risque d'un isolement croissant.

18Plus encore que la majorité des socialistes français, leurs camarades du Nord ont été très longtemps hostiles à la coopération. Expliquant en 1921 ce changement d'attitude, le secrétaire de la Fédération socialiste du Nord, Gustave Delory, sera très net :

  • 13 Gustave DELORY, Aperçu historique sur la fédération du Nord (1876-1920), Lille, Imprimerie ouvrière (...)

« Comme nous ne sommes pas, quoiqu'en disent des malins, des gens qui se perdent à regarder dans les nuages, en 1886, ayant constaté que si la coopération ne peut amener l'émancipation de la classe ouvrière, elle pouvait, à l'exemple de la Belgique, nous donner des ressources, nous mettre à l'oeuvre »13.

  • 14 Ce mot porteur de symboles signifie : en avant.

19La différence avec les « neutralistes » est immédiate : pour ces derniers, la coopération est un but ; pour les socialistes, elle est un moyen. Gustave Delory évoque l'année 1886 : c'est en réalité en 1885 qu'est créée la première coopérative socialiste du Nord, La Paix de Roubaix, suivie d'autres, parmi lesquelles L'Union de Lille en 1892. Ces coopératives s'inspirent directement du modèle du Vooruit14 belge, et se placent sous le contrôle des instances locales ou départementales du Parti ouvrier. Dans leurs locaux, elles accueillent, à côté de ce qui fait leur spécificité (épicerie, charbon, boulangerie, etc.), les sections locales des syndicats ou du Parti. Le mouvement prend vite de l'ampleur, et ses réalisations sont un élément de la propagande socialiste. On en trouve l'illustration lors de l'inauguration par Jules Guesde, en 1901 de la Maison du peuple de La Paix ou, l'année suivante, à l'occasion de celle édifiée par L'Union, présentée dans la presse socialiste comme un palais du socialisme.

20Le Parti est omniprésent Devant le succès rencontré - création de coopératives de consommation à Saint-Amand, Houplines, Armentières, etc. - il est envisagé dès 1894 de créer une fédération pour le Nord et le Pas-de-Calais, mise en place seulement en septembre 1900 lors du congrès d'Avion, en présence de 17 coopératives. Dans ce premier congrès, apparaissent surtout des questions d'ordre « technique », comme celle de la nécessité de regrouper les achats des différentes coopératives, pour arriver à de meilleurs prix. L'aspect politique apparaît l'année suivante, au congrès de Roubaix, où une motion rappelle qu'une coopérative ne doit pas « s'immiscer directement dans le comité politique qui, seul, dirige son action selon la volonté de ses membres, et dans lequel tout coopérateur adhérent est admis à la libre discussion ». Mais l'inverse est de mise, tant politiquement que financièrement En effet, ce congrès décide :

  1. Les coopératives adhérentes à la fédération du Nord devront, avant toute adhésion, adhérer aux principes fondamentaux du POF ;

    • 15 Au-delà des pétitions de principe, le mouvement coopérateur du Nord marquera surtout des points dan (...)

    La fédération des coopératives de la région du Nord sera exclusivement composée de coopératives de consommation et de production15 qui, dans leurs statuts, auront un article les obligeant à prélever :

  • pour les coopératives de consommation : 2 % sur leur chiffre d'affaires,

  • pour les coopératives de production : 10 % sur leurs bénéfices.

21Ces sommes seront remises à une « commission dite de propagande et de prévoyance ». Toutefois, pour les coopératives de production, elles devront verser la totalité de ces 10 % à la fédération des coopératives qui remettra un tiers de cette somme au comité fédéral du POF pour sa propagande. Selon le compte-rendu du congrès, immédiatement après ce vote, « un certain nombre de coopératives quittèrent la fédération », parmi lesquelles L'Ouvrière d'Avion, La Fourmi de Lillers, et la Roubaisienne. Donc, cette décision suscite des oppositions, qui reviendront pratiquement à chaque congrès, et des voix se lèveront pour refuser le versement A chaque fois, la position du Parti sera ferme, et les mises au point seront permanentes. A titre d'exemple, à ceux qui contesteront la pertinence du versement, le secrétaire fédéral du parti, Gustave Delory, écrira en 1909 :

  • 16 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 105, décembre 1909.

« Si notre affirmation était mise en doute, nous demanderions à nos contradicteurs d'aller en Belgique se rendre compte d'où vient l'énorme force d'organisation de nos amis les Belges »16.

22Pour autant, cette opposition semble regrouper un nombre croissant de coopérateurs, comme en atteste cet extrait du rapport présenté par le conseil d'administration de la Bourse, pour le congrès régional de 1910 :

  • 17 Rapports pour le 17e congrès régional, Armentières, 10 juillet l910.

« L'idée de participation de la coopération socialiste dans les luttes soutenues chaque jour par le Parti socialiste, loin de s'accroître, a diminué dans certains milieux par suite de la guerre sourde que certains se plaisent à pratiquer contre cette conception qui fut cependant une des bases principales, lors de la création du mouvement en faveur de la coopération socialiste »17.

23Chaque compte-rendu de congrès régional s'ouvre sur cette lancinante question du versement financier, avant même tout débat sur la vie de l'organisation, son bilan, ses perspectives.

24La présence de l'appareil socialiste est permanente : il suffit pour s'en convaincre de lire le Bulletin de la fédération. L'enjeu politique est fréquemment rappelé :

  • 18 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 14, 15 février 1902.

« Pour nous, écrit Henri Samson en 1902, la coopération socialiste n'est qu'un moyen d'action et de solidarité humaine, mais nous ne saurions considérer cette formation d'organisation comme étant la dernière propre à faire disparaître tous les maux dont souffrent les masses ouvrières »18

  • 19 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 13,15 janvier 1902.

25Les coopérateurs doivent refuser de se transformer en épiciers, « ne voyant pas plus loin que leurs prérogatives et intérêts personnels au détriment de leurs frères de travail dont ils exploitent la crédulité »19 Dès cette époque, on sent poindre une volonté affirmée de résistance, contre toute volonté de révisionnisme, tandis que l'aspect financier devient un moyen de pression sur les sections. Dans les archives de la Fédération socialiste du Nord figure en effet un document non daté, mais vraisemblablement du premier trimestre 1905, faisant état d'une rencontre entre les dirigeants de coopératives et du Comité fédéral du Parti socialiste de France. Un accord se fait sur la résolution suivante :

« Les fonds versés par les coopératives seront intégralement remis au Comité fédéral du Parti socialiste de France. Le Comité fédéral aura à charge d'en faire la répartition aux sections au prorata des membres du Parti consommant à une coopérative socialiste ».

3. Ce que représente ce mouvement

  • 20 Ces disparitions sont surtout dues à certaines erreurs de gestion, ou à des divisions internes. Une (...)

26Il est très difficile de suivre l'évolution précise de ce mouvement dans le nord de la France, tant les va-et-vient sont fréquents : nombreuses créations... et disparitions20, mais aussi départs de l'organisation socialiste, certaines coopératives préférant se réfugier dans l'autonomie. 17 coopératives étaient représentées au congrès constitutif de 1900. Elles sont 13 en 1905 (représentant 20 000 sociétaires) et 14 en 1910. La plus importante d'entre elles est L'Union de Lille : 5 703 sociétaires en 1905. Toujours pour 1905, la plus petite est la Coopérative Ouvrière d'Homaing, fondée en 1902, regroupant 59 sociétaires, gérant une boulangerie et une épicerie.

27Pour l'ensemble des coopératives, ces deux secteurs dominent, suivis de la vente de charbon. Certaines coopératives ont développé d'autres secteurs, par exemple les sociétés musicales : fanfares, sociétés de trompettes, chorales, voire sociétés de gymnastique. Plusieurs d'entre elles (Roubaix, Houplines, Hallum, etc.) hébergent les sections socialistes locales, voire les syndicats, sociétés de secours mutuel, cercles dramatiques. La plupart d'entre elles ont crée des caisses d'épargne ouvertes aux adhérents, syndicats, associations mutuelles.

  • 21 Op. cit., p. 222.

28L'Union de Lille est le fleuron de ce mouvement, devenue comme on peut le lire dans L'encyclopédie socialiste, à l'instar du « Vooruit la machine à multiples engrenages qui attire l'ouvrier, le prend, le retient, et en fait un socialiste »21. Ses activités sont multiples : commerce (épicerie, tissus, vêtements), musique (chorale, fanfare, cours de solfège), bibliothèque, siège d'associations (parmi lesquelles celui de la Ligue du dépôt testamentaire chargée de faire respecter les volontés des militants et autres qui veulent se faire enterrer civilement), imprimerie.

  • 22 Bulletin, no 78-79, août-septembre 1907.

29L'aide apportée par ces coopératives à la propagande socialiste peut être diverse. Ainsi, en 1907, L'Union d'Houplines fait état du fait que, depuis un an, sur 462 279 pains vendus, 12 999 ont été distribués gratuitement aux malades et femmes en couche, réservistes, grévistes, chômeurs22 Mais cela ne constitue qu'un « plus » par rapport à l'aide financière « statutaire », et certains versements en espèces, par exemple à l'occasion de grèves, n'entrent pas en ligne de compte. Dans le même ordre d'idées, Van Waerebeke, délégué de Roubaix au 2e congrès national de la coopération socialiste, en 1901, déclarera :

  • 23 Compte rendu du 2e Congrès national de la coopération socialiste, Lille, 29 septembre - 1er octobre (...)

« A Roubaix, nous avons crée une société Les Enfants du peuple qui fait de la propagande socialiste, et à laquelle nous versons des fonds. Nous ne comptons cependant pas cela comme des versements à la propagande »23.

  • 24 Le Socialisme, no 141, 27 août 1910.

30Ce mouvement coopératif socialiste du Nord de la France a regroupé - dans le meilleurs des cas - moins de 30 000 sociétaires au sein d'une quinzaine de coopératives. Au regard des statistiques disponibles, on s'aperçoit qu'il est largement minoritaire par rapport à l'ensemble de la coopération. Publié par les « neutralistes » de Charles Gide, l'Almanach de la coopération française et suisse permet d'en prendre conscience. L'édition de 1910 publie les chiffres suivants, d'après les statistiques établies par l'Office du travail en août 1909. Il ressort que le Nord est le premier département français, avec 273 sociétés et 160 459 coopérateurs. La part de la coopération socialiste est donc bien faible. A la lecture de certains chiffres publiés dans ce même almanach, on s'aperçoit que la concurrence entre les deux organisations coopératives nuit sans doute à l'ensemble, comme sur le plan national En tout état de cause, la coopération socialiste apparaît largement minoritaire. Pour Lille, elle regroupe 7 500 sociétaires sur un total de 28 120. Il est vrai que L'Union est la seule coopérative de la commune ayant des activités variées. Les autres, souvent très petites, n'ont souvent qu'un seul objectif : pain, charbon ou bière. 2 % du chiffre d'affaires de L'Union - 15 millions de francs depuis la fondation, en 1892 - sont versés à un comité spécial qui affecte le tiers à la propagande socialiste. Cette coopérative reste la première sur la ville, et les travailleurs se sont maintenus fidèles « autour du drapeau, malgré les merveilleux bénéfices que la boite d'à côté faisait miroiter »24. A Denain, La Fraternité est dans la même situation, regroupant 700 familles sur 1663, et vendant un grand nombre de produits. On s'aperçoit cependant que son chiffre d'affaires est conséquent, de l'ordre de 480 000 F, sur un total de 608 000 F pour la commune.

4. Préserver le bastion

  • 25 On peut lire, dans le Compte rendu du 7e Congrès national de la coopération socialiste, Monthermé-L (...)

31Dès l'année 1909, on l'a vu, des voix se lèvent officiellement au sein de la SFIO et du mouvement socialiste coopératif pour demander, au nom du réalisme, la fusion des deux organisations coopératives. La fédération du Nord figure au banc des accusés, mais ne baisse pas les bras pour autant Dans le rapport pour le XIVe congrès de la Fédération régionale des coopératives, en 1909, il est rappelé qu'au récent congrès national de Monthermé, « la Fédération a réclamé et obtenu le maintien de la cotisation de 0.10 F par membre à la propagande socialiste », tout en reconnaissant « qu'aucune indication précise n'a été donnée pour l'affectation de cette cotisation »25.

32La SFIO débat des rapports entre socialisme et coopération lors de son congrès national de juillet 1910 : soutenus comme il se doit par Jules Guesde et ses amis, les nordistes sont battus, et Pierre Marius-André fulmine dans Le Socialisme contre « les miraculeux effets de la coopération selon saint Charles Gide », avant de conclure :

  • 26 Le Socialisme, no 136, 23 juillet 1910.

« Abandonner la classe ouvrière à elle-même c'est, dans son état présent d'inéducation, la livrer à l'ennemi Je dis que le devoir, la raison d'être, du Parti socialiste est de lui faire comprendre encore et toujours qu'elle n'a qu'un seul moyen de s'émanciper : s'organiser pour la Révolution sociale. Et je dis que la coopération neutre ne l'organise pas, mais la neutralise pour prolonger sa servitude »26.

33A ce congrès, comme depuis plusieurs années, le désaccord porte sur la valeur sociale attribuée à la coopération. Désormais majoritaires, les partisans de la fusion ont fait triompher leur point de vue, sans doute le principal obstacle, et les socialistes sont désormais dans leur majorité convaincus que la coopération a une valeur socialiste par elle-même. Les minoritaires restent d'avis que la coopération n'est pas, comme les syndicats, une organisation de classe :

  • 27 Le Socialisme, no 138, 6 août 1910.

« Elle peut être, comme l'écrit de nouveau P. Marius-André, un moyen socialiste lorsque les coopérateurs décident entre eux et librement qu'ils entendent s'en servir, non pas seulement pour les avantages personnels qu'ils en retirent, mais pour seconder leur action de classe d'à côté leur action socialiste et syndicale »27.

  • 28 Le Socialisme, no 184, 24 juin 1911.

34De nouvelles luttes internes se manifesteront au VIIIe congrès des coopératives socialistes, à Calais en juillet 1911. P. Marius-André a beau demander dans qu'on lui apporte la preuve de « la vertu magique de la moutarde à bon marché »28, Bracke peut affirmer :

  • 29 Le Socialisme, no 188, 22 juillet 1911.

« Non, un tramway n'est pas « ouvrier » ou « socialiste » parce que des ouvrier ou des socialistes y montent pour aller à leurs affaires. Il ne l'est que s'il roule exclusivement au service de la lutte ouvrière »29.

35Rien n'y fait Les débats et décisions prises - adoption d'un voeu très net en faveur de l'imité - montrent l'isolement croissant du Nord, qui se fige sur ses positions.

36La fédération des coopératives du Nord se réunit le 1er décembre 1912, à la veille du congrès d'unité. Dans le débat, plusieurs tendances se sont manifestées. Intervenant au nom de la fédération socialiste, Jean Lebas déclare :

« (nous devons) rester ce que nous somme, l'avant-garde de la coopération socialiste en France ».

37Il voit aussi dans la marche vers l'unité le triomphe de « l'affairisme ». Quelques voix se lèvent cependant pour demander la liberté de versement au Parti. Ainsi, Mullier, de Fretin, qui estime que cette liberté permettrait « d'attirer (d'autres) sociétés à nous, et de les connaître peu à peu, car elles ne tarderaient pas à reconnaître finiraient probablement par s'y adapter dans l'avenir ». Mais cette position est minoritaire et - à l'unanimité, après vote par appel nominal - l'unité est refusée, comme « négation la plus absolue des principes fondamentaux du socialisme international ». Le Nord « entend rester sur le terrain de la lutte de classe, laissant à d'autres le triste plaisir de se jeter dans un confusionnisme outré ».

38A côté du problème politique, les nordistes avanceront quelques mois plus tard, lors de leur assemblée générale ordinaire du 31 août 1913, des raisons d'ordre économique, et le secrétaire général Henri Samson écrira dans son rapport d'activité que l'unité avait pour objectif « plus une question commerciale que de principe, en vue de grossir le chiffre d'affaires du magasin de gros ». Le Nord entend toujours faire passer les questions politiques - et donc le but final de la coopération - avant les questions économiques. Dans ce même document, Henri Samson reconnaît que l'isolement « est donc aujourd'hui un fait accompli », et il désigne l'adversaire, l'ensemble du mouvement coopératif :

« Il faut nous préoccuper de la situation actuelle de nos coopératives, il faut que nous soyons à même de lutter avantageusement contre le commerce capitaliste, et surtout contre les coopératives adverses à tendance bourgeoise et réactionnaire ».

39Le « surtout » a une importance considérable, et Samson montre du doigt à ses camarades socialistes ce qui est l'adversaire principal : le mouvement coopératif unifié, désormais un obstacle pour « lutter contre le capitalisme, et préparer l'avènement d'une société meilleure et plus équitable pour tous ».

  • 30 La coopération socialiste, brochure de propagande publiée par la fédération des coopératives social (...)

40Désormais, les socialistes coopérateurs du Nord donnent l'impression très nette de mener un combat d'arrière garde, et la première guerre mondiale stoppera cette expérience dont l'objectif était de lutter « sans cesse pour l'amélioration du sort des travailleurs, afin de conquérir l'émancipation de ces derniers par l'exploitation politique et économique de la classe bourgeoise »30.

41Pouvait-il en être autrement au vu de ce qu'était devenu le Parti socialiste SFIO depuis l'unité de 1905, au fil des années de plus en plus tourné vers les réalités du monde qui l'environnait, et pour ce faire prêt à des compromis, pour améliorer le quotidien, tout en jetant les bases d'un autre avenir. Le Nord, lui, derrière qui on ne peut que voir l'ensemble du courant guesdiste, préférera se réfugier dans la pureté doctrinale, destinée à triompher seule. Une telle position ne pouvait triompher que parce que ce même mouvement guesdiste reposait sur une organisation et une discipline sans faille, peut-être figée aux yeux de certains, mais qui lui ont permis de l'emporter en d'autres occasions.

Notes

1 Déclaration reprise par B. SIMLER, Un socialiste : Gustave Delory (1875-1925), Lille, Maîtrise, 1972, p. 90.

2 Sur la question générale des rapports entre coopération et socialisme, se reporter à la communication du même auteur, « Coopération neutre et coopération socialiste » faite au colloque de Gênes en mai 1985, dont les actes ont été publiés aux Éditions Nistri-Lischi, Pise, 1986, pp. 65-75.

3 Article « Le congrès de Lyon et le collectivisme », L'Égalité, no 12,17 février 1878.

4 Texte cité par Émile VANDERVELDE, Coopération neutre et coopération socialiste, Paris, Félix Alcan, 1913, p. 86.

5 Émile VANDERVELDE, op. cit.

6 Eugène FOURNIÈRE, L'unité coopérative, Paris, Marcel Rivière, « Les documents du socialisme », 1910, p. 3.

7 Émile VANDERVELDE, op. cit.

8 Eugène FOURNIÈRE, op. cit.

9 L'Émancipation, septembre 1909.

10 La revue syndicaliste et coopérative, no 62, juillet l909.

11 Le Mouvement socialiste, octobre 1910.

12 Pour autant ; certains voix se sont levées, telle celle de Pierre Brizon, qui écrira en 1913 que « les affaires eurent le pas sur le Parti », Encyclopédie socialiste, volume « La coopération », Paris, Ernest Quillet ; 1913, p. 232.

13 Gustave DELORY, Aperçu historique sur la fédération du Nord (1876-1920), Lille, Imprimerie ouvrière, 1921, p. 67.

14 Ce mot porteur de symboles signifie : en avant.

15 Au-delà des pétitions de principe, le mouvement coopérateur du Nord marquera surtout des points dans le domaine de la consommation.

16 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 105, décembre 1909.

17 Rapports pour le 17e congrès régional, Armentières, 10 juillet l910.

18 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 14, 15 février 1902.

19 Bulletin mensuel de la fédération des coopératives de la région du Nord, no 13,15 janvier 1902.

20 Ces disparitions sont surtout dues à certaines erreurs de gestion, ou à des divisions internes. Une illustration des difficultés de ces coopératives nous est fournie dans le mémoire de maîtrise d'histoire de Colette GLACET, Une section du Parti socialiste. Aniche (1901-1939), Lille, 1989, pp. 54 et sq.

21 Op. cit., p. 222.

22 Bulletin, no 78-79, août-septembre 1907.

23 Compte rendu du 2e Congrès national de la coopération socialiste, Lille, 29 septembre - 1er octobre 1901, Lille, Imp. Ouvrière, p. 11.

24 Le Socialisme, no 141, 27 août 1910.

25 On peut lire, dans le Compte rendu du 7e Congrès national de la coopération socialiste, Monthermé-Laval-Dieu, 30 mai - 1er juin 1909, dans les premières lignes du chapitre concernant les cotisations : « Sur cette question, c'est surtout la fédération du Nord qui intervient », p. 149.

26 Le Socialisme, no 136, 23 juillet 1910.

27 Le Socialisme, no 138, 6 août 1910.

28 Le Socialisme, no 184, 24 juin 1911.

29 Le Socialisme, no 188, 22 juillet 1911.

30 La coopération socialiste, brochure de propagande publiée par la fédération des coopératives socialistes de la région du Nord, Lille, Imprimerie ouvrière, 1906, p. 2.

Auteur

OURS Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540