Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours

 | 
Martine Aubry
, 
Isabelle Chave
, 
Vincent Doom

Première partie : Les documents d'archives

Les vertiges de l’authenticité

Représentations et usages du document d’archives dans la production des sociétés savantes au XIXe siècle

Odile Parsis-Barubé

Texte intégral

1Les productions écrites des sociétés académiques reconstituées au début du XIXe siècle, et, plus encore, celles des sociétés d’antiquaires qui s’épanouissent sous la monarchie de Juillet, sont les lieux d’une insistante mise en perspective des conditions et des méthodes de travail de l’historien, de part et d’autre de ce qui semble clairement identifié, dans l’imaginaire érudit du temps, comme une rupture épistémologique décisive : la Révolution de 1789.

  • 1 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 103.

2La conviction d’appartenir à une génération pionnière en matière de traitement des sources, jointe à l’intuition d’un renouvellement significatif du profil socioculturel de l’historien, nourrit un discours qui tend à inscrire la pratique érudite dans une dynamique de progrès : en 1853, l’historien arrageois Edmond Lecesne, dans son discours de réception à l’académie d’Arras, proclame solennellement que « la science de l’histoire [...] n’est plus le privilège de quelques intelligences d’élite, ou de quelques moines aussi savants que modestes » et que « l’on peut désormais la cultiver avec succès sans être un Montesquieu ou un bénédictin »1.

3Pour les historiens de la mouvance libérale, les révolutionnaires, en permettant à tout citoyen d’accéder librement et gratuitement aux archives de la nation, ont donné au Tiers État une occasion unique de s’approprier les sources de sa propre histoire, de comprendre les mécanismes de son séculaire asservissement par les ordres privilégiés, de reconstituer, surtout, les étapes de sa progressive marche vers la liberté. Promu au statut de pièce à conviction, le document d’archives est installé par les jeunes historiens en colère de la Restauration dans un imaginaire du règlement de compte.

  • 2 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, nouvelle édition, Paris, Garnier Frères, s.d., (...)

4Ainsi Augustin Thierry, dans la préface de la première édition de ses Lettres sur l’histoire de France en 1827, établit-il clairement le lien qui, dès ses débuts de publiciste, avait uni archives et argumentaire politique : « En 1817, préoccupé d’un vif désir de contribuer pour ma part au triomphe des opinions constitutionnelles, je me mis à chercher dans les livres d’histoire des preuves et des arguments à l’appui de mes croyances politiques »2. L’intérêt principal de ce texte réside dans la reconstitution de la spirale qui entraîne le jeune historien libéral des ouvrages récents vers les livres anciens puis des livres anciens vers le document d’époque, et qui devient, pour lui, spirale de la rébellion contre les enseignements d’une histoire de seconde main :

  • 3 Ibid., p. 2.

5« Cette épreuve, souvent répétée, ne tarda pas à bouleverser mes idées en littérature. Insensiblement, je quittai les livres modernes pour les vieux livres, les histoires pour les chroniques, et je crus entrevoir la vérité étouffée sous les formules de convention et le style pompeux de nos écrivains. Je tâchai d’effacer de mon esprit tout ce qu’ils m’avaient enseigné et j’entrai, pour ainsi dire, en rébellion contre mes maîtres »3.

6La promotion de ce que Thierry désigne quelques lignes plus loin du nom de « document original » s’impose dès lors à la fois comme un moyen de libérer la pensée historienne des impostures supposées de l’historiographie d’Ancien Régime et comme le seul moyen de restituer la couleur des temps anciens.

  • 4 Rappelons qu’en novembre 1833, Guizot s’adresse à tous les préfets en les enjoignant de faire reche (...)

7Ce discours, d’abord formalisé dans les sphères officielles de l’historiographie nationale, irrigue à partir de 1830 les milieux érudits provinciaux mobilisés par Guizot dans la politique de l’inventaire historique et archéologique4.

8En décembre 1833, le président Ferey inaugure à Saint-Omer la première séance solennelle de la société des antiquaires de la Morinie en situant clairement la place nouvelle que cette dernière revendiquait dans la longue chaîne des historiens de la province qu’avait inaugurée Malbrancq au XVIIe siècle :

9« Les historiens de la Morinie sont nombreux [...]. Mais leurs écrits n’ont-ils pas été influencés par les idées dominantes de leur époque ? Plusieurs ne sont-ils pas suspectés d’entraînement au merveilleux des temps anciens, si féconds en fictions de toute espèce ? N’ont-ils pas omis, soit sciemment, soit par ignorance, des faits importants ? »

10Et de brosser, en regard de ce tableau d’une historiographie peu sûre, celui d’une nouvelle génération de chercheurs, apte à rectifier les erreurs passées parce qu’en mesure d’accéder à des ressources documentaires ignorées par ses prédécesseurs :

  • 5 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, tome 1, 1833, p. 33-34.

11« Qu’il nous soit permis d’élever des doutes, de comparer leurs écrits, d’éclairer ce qu’il peut y avoir d’obscur et de les réfuter même, si des faits nouvellement découverts, si des documents authentiques qui leur ont échappé, nous en donnent les moyens »5.

  • 6 Voir à ce sujet notre article « L’illusion de la modernité : les représentations de l’érudition dan (...)

12Cette proclamation, maintes fois réitérée, du caractère novateur de la démarche mérite cependant examen. L’étude des systèmes de représentations de l’activité historienne qui se déploient au court du premier XIXe siècle ainsi que l’analyse des sources d’archives réellement sollicitées révèlent des milieux savants de province moins libérés qu’ils le prétendent, tant des images archétypales de l’érudit d’Ancien Régime que des recueils de documents légués par les XVIIe et XVIIIe siècles6.

13C’est qu’il n’est pas facile d’être à la fois le spécialiste du passé et l’homme de son siècle. La fascination pour le document authentique fonde le grand fantasme documentaire de l’érudit romantique parce qu’elle mêle exigence scientifique et poésie rétrospective. Tiraillé entre les modèles – celui de l’homme de progrès et celui du religieux cloîtré –, partagé entre la traque scientifique de la preuve et la tentation de l’abandon au plaisir de toucher les « vieux papiers », l’antiquaire de la première moitié du XIXe siècle entretient avec les sources un rapport qui est aussi fonction des conditions de l’organisation matérielle de l’accès à des archives rendues théoriquement publiques par la législation révolutionnaire, mais que les instances locales gèrent d’une manière qui, dans la France du Nord, reste souvent chaotique jusqu’au début du Second Empire.

14Nous nous proposons donc de transformer en « sources » leurs propres écrits – textes statutaires des sociétés d’antiquaires, déclarations d’intention contenues dans les préfaces de leurs publications, discours de réception et notices nécrologiques, mais aussi notes de bas de page contenues dans leurs productions historiographiques proprement dites –, afin d’esquisser, dans une première partie, quelques approches de ce que l’on pourrait appeler l’imaginaire romantique du document.

15Un imaginaire que, dans un second temps, nous mettrons à l’épreuve de ce qu’il est possible de percevoir de la réalité des conditions matérielles du travail des antiquaires de province dans les dépôts publics d’archives au cours des trois premiers quarts du XIXe siècle.

Entre exigence scientifique et poésie rétrospective : le « document authentique » dans l’imaginaire romantique de l’érudition

16Qu’est-ce qu’un document authentique pour un érudit des premières décennies du XIXe siècle ?

17Il constitue à la fois un référent théorique, tôt inscrit dans le discours sur la méthode qui se déploie dans les publications périodiques des sociétés spécialisées dans l’histoire et l’archéologie et un objet symbolique autour duquel se construit la représentation de la figure de l’érudit, représentation que contribue principalement à diffuser la littérature nécrologique de l’ensemble des sociétés savantes du temps.

La notion d’authenticité comme fondement du renouvellement méthodologique de l’histoire dans la première moitié du siècle

18Il semble bien que la notion d’authenticité soit une construction dont les fondations s’enracineraient dans la culture renaissante et classique mais qui aurait trouvé matière à reformulation dans le contexte politique post- révolutionnaire et aurait considérablement évolué après 1830 sous l’effet doublement stimulant de l’essor de la pensée positiviste et de la pratique de l’inventaire historique et archéologique. Question passionnante qui nous amène à nous placer dans la double problématique de la prise en compte par les historiens des premières décennies du XIXe siècle de l’héritage érudit de l’Ancien Régime et de celle de l’articulation des pratiques historiographiques nationales à celles de l’antiquarisme provincial.

19L’offensive lancée par Augustin Thierry dans la première de ses Lettres parue dans le Courrier français du 23 juillet 1820 et dans laquelle le jeune libéral tonne contre le défaut d’une véritable histoire de France, atteste le flou qui entoure encore la définition du document authentique :

  • 7 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 15.

20« La vraie histoire nationale, écrit-il, celle qui mériterait de devenir populaire, est encore ensevelie dans la poussière des chroniques contemporaines : personne ne songe à l’en tirer ; et l’on réimprime encore les compilations inexactes, sans vérité et sans couleur que, faute de mieux, nous décorons du titre d’Histoire de France »7.

21Dans l’opposition qui prend corps ici entre compositions narratives et sources, l’indice de contemporanéité ne semble pas dissociable des signes extérieurs de vétusté : la couche de poussière est à la fois ce qui empêche les chroniques d’advenir à la connaissance de l’historien et ce qui les authentifie en tant que sources de première main.

  • 8 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 21.

22Quelques pages plus loin, Thierry, après avoir stigmatisé les principaux défauts des histoires de France de Mézeray, Velly et Anquetil, affirme qu’« il n’est qu’une seule voie pour sortir de ce chaos, le retour aux sources originales, dont les historiens en faveur depuis le commencement du dix-huitième siècle se sont de plus en plus écartés »8, mais il précise aussitôt, dans une note, que « les travaux d’histoire critique, et en particulier ceux des bénédictins, sont parfaitement hors de cause ».

23Tout se passe donc comme si, dans l’esprit de celui que l’on considère volontiers comme le refondateur de la discipline historique au lendemain de la Révolution, les recueils de documents légués par l’érudition d’Ancien Régime répondaient parfaitement aux critères d’authenticité nécessaires au fondement d’une démarche critique. Lorsque cinq ans plus tard s’opère, avec la publication de l’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, la métamorphose éclatante du publiciste en historien, l’ambiguïté n’est toujours pas levée : les notes infrapaginales attestent que l’essentiel de ses « sources » est constitué par les recueils de dom Duchesne (Historiæ Normannorum Scriptores et Historiæ Francorum Scriptores), dom Luc d’Achery (Spicilegium), dom Bouquet (Rerum Gallicarum et Francicarum Scriptores), dom Ruinart (Gregorii Turonensis Opera) et Mabillon (Annales Ordinis sancti Benedicti).

  • 9 A. Le Glay, Chronique d’Arras et de Cambrai par Baldéric, chantre de Thérouanne au XIe siècle, préf (...)

24Dans la décennie qui voit le lancement par Guizot de l’inventaire des documents contenus dans les bibliothèques et dépôts d’archives départementales et communales, l’opposition livres d’histoire/chroniques, si clairement formalisée dans les milieux parisiens, s’acclimate à la province où, dès les premières années de la monarchie de Juillet, elle est relayée par les productions des sociétés savantes. En 1834, le docteur Le Glay, premier archiviste du Nord et membre actif de la Société d’émulation de Cambrai, place son édition de la Chronique d’Arras et de Cambrai par Baldéric sous le patronage d’Augustin Thierry, de Barante, de Capefigue et de Sismondi, dont il rappelle qu’ils ont « compris que ce n’était point à leurs devanciers immédiats qu’ils devaient demander des notions sur cette vie active, forte et singulière qui animait la France au Moyen Âge », et qu’ils « ont eu soin d’interroger toujours les témoins plus anciens, [préférant] Grégoire de Tours à Du Haillan, Sigebert à Nicole Gilles, les chroniqueurs de Saint-Denis et Froissart à l’abbé Legendre, et Baldéric à Varillas »9.

25À l’aube des années 1830, on le voit, les « chroniques », c’est-à-dire les sources narratives, tiennent une place éminente, tant dans l’imaginaire documentaire des historiens nationaux du temps que dans celui des érudits locaux. Elles appellent aussi à une prise de distance critique particulière.

  • 10 F. Guizot, Histoire de la civilisation en France, tome 2, dix-septième leçon, éd. 1829, p. 151.

26C’est surtout la question du traitement des sources hagiographiques qui commence à tourmenter les milieux érudits du nord de la France dans les premières années de la monarchie de Juillet. Guizot, on le sait, avait abordé ce problème dès 1829 dans la partie de ses Cours d’histoire moderne reprise dans le second tome de son Histoire de la civilisation en France, où il s’était servi d’un certain nombre d’exemples de vitæ de saints mérovingiens puisés dans les Acta Sanctorum de Mabillon pour montrer comment un modèle littéraire du miracle s’était constitué dans un type de texte davantage destiné à l’édification morale qu’au témoignage historique10. Des signes de distance critique vis-à-vis des récits hagiographiques médiévaux relayés par les bénédictins ou les bollandistes s’expriment dès 1834 chez André Le Glay qui, dans son édition de la chronique de Baldéric, s’interroge sur le crédit à accorder à des sources d’origine monastique tout en s’interdisant, au nom du rendu de la couleur locale – autre leçon retenue de l’auteur des Lettres sur l’histoire de France – d’en censurer le contenu :

  • 11 A. Le Glay, op. cit., p. XI.

27« Mais tels qu’ils sont, il faut les prendre, sauf à élaguer de leurs récits, avec la serpe de la critique, tout ce qui serait contraire à la vérité et à nos idées modernes. Qu’ai-je dit ? Eh ! Ce sont précisément de pareils hors d’œuvre qui donnent aux chroniques cette couleur des jours anciens, cet air de contemporanéité, cette vérité historique, enfin, qui consiste moins dans le narré des faits que dans la peinture fidèle des mœurs et des idées d’autrefois »11.

  • 12 Voir l’analyse que nous donnons de ce texte dans notre thèse, Les représentations du Moyen Âge au X (...)
  • 13 Ibid., p. 716-722.

28On retrouve un identique souci en 1843 chez Edward Le Glay qui, dans son Histoire des comtes de Flandre parue à Lille en 1843, met en œuvre une approche des missions mérovingiennes fondée sur un recours à des sources autres que strictement narratives12, mais surtout, l’année suivante, chez François-César Louandre, auteur d’une Histoire d’Abbeville et du comté de Ponthieu, qui aborde de front la question de la fiabilité des vitæ mérovingiennes en distinguant soigneusement, comme l’avait fait Guizot quinze ans auparavant, ce qu’elles peuvent révéler des mentalités de leur époque de ce qu’elles apprennent effectivement sur les faits eux-mêmes13.

29Dans le même temps, les progrès de l’inventaire conduisent à une diversification du matériel documentaire et à un affinement des exigences critiques.

30La frénésie inventoriale à laquelle s’adonnent les membres des sociétés d’antiquaires commence en effet à faire remonter à la surface des types de textes autres que strictement narratifs, déjà connus et publiés. Des sources inédites, locales, surgissent, parmi lesquelles des actes, documents non narratifs parfois isolés et que l’érudit va devoir, par sa propre écriture, passer au crible d’une critique et insérer dans une logique narrative qui restent à inventer. La prise en compte des actes par les sociétés d’antiquaires est, dans la région qui nous occupe, relativement précoce et, dans le Pas-de-Calais et la Somme, elle précède les travaux de publication de sources narratives. C’est Pigault de Beaupré qui ouvre le feu en 1833 à la Société des antiquaires de la Morinie avec une « Notice sur les bulles et chartes trouvées à Saint-Bertin (XIe-XIIIe siècle) ». Suivent, en 1839, à Amiens, le cartulaire de Valloires dont Bouthors donne un rapport analytique et descriptif à la Société des antiquaires de Picardie ; c’est encore, en 1842 à Lille, le travail de Brun-Lavaine sur les Franchises, lois et coutumes. Anciens manuscrits à l’usage de l’échevinage de cette ville, contenant un grand nombre de chartes et de titres historiques concernant la Flandre ou encore, l’année suivante, celui de Vallet de Viriville, premier véritable travail d’un chartiste publié par une société savante de la région, sur les archives historiques de l’église collégiale de Saint-Omer.

  • 14 Bulletin de la Commission historique du Nord, 1847, tome 3, p. 181.

31Ce surgissement de l’inédit, témoin d’une mémoire à la fois de plus en plus fragmentaire et étroitement localisée, s’accompagne d’une réflexion méthodologique sur l’usage de l’infiniment petit en histoire. « On nous reproche souvent [...] de nous occuper de questions futiles, de recherches minutieuses, et d’attacher de l’importance à des découvertes de valeur mince » écrit Edward Le Glay dans sa « Notice sur l’origine du comté de Flandre », publiée en 1847 dans le Bulletin de la Commission historique du Nord. « Oui, vraiment, l’histoire a besoin de savoir ces choses, poursuit-il, car l’histoire, fille du temps et de la vérité, doit s’efforcer d’être véridique en tout. D’ailleurs, dans l’enchaînement des faits, tout sert, tout tient sa place, tout concourt à ce grand enseignement que donne le passé. Le naturaliste aussi se préoccupe des choses infiniment petites et l’on ne songe pas à lui en faire un reproche, parce que, dans l’ordre de la nature, rien n’est petit, rien n’est indifférent »14.

  • 15 Recueil d’antiquités, 1752-1767, t. 1, p. 5. Voir, à ce sujet, l’analyse de F. Choay dans L’Allégor (...)

32L’argument n’est sans doute pas totalement neuf. Suggérée dès 1719 par Montfaucon dans la préface de L’Antiquité expliquée, développée par Caylus au milieu du XVIIIe siècle15, l’idée selon laquelle l’étude des antiquités monumentales devait s’inscrire dans une démarche d’observation, de description et de comparaison semblable à celle des sciences de la nature avait déjà servi. C’est sa transposition dans le domaine documentaire qui fonde la modernité du discours sur la méthode antiquaire sous la monarchie de Juillet.

33Inscrit dans l’ordre de la nature, soumis à la démarche expérimentale, le document se trouve investi d’une capacité de témoignage jamais égalée. C’est armé de toutes les garanties scientifiques que son époque peut lui donner que l’érudit se lance, à travers les masses documentaires que le zèle statisticien de sa génération fait remonter à la surface, dans une quête frénétique de la vérité. À s’en donner le vertige : « Les sources ont été sondées jusqu’au fond ; on ne s’est plus contenté d’approximations, on a voulu des preuves de tout. De là ces patientes recherches, ces découvertes curieuses et inattendues. Certes, ce n’est pas avec un petit bagage que notre siècle sera classé dans le temple de l’histoire » proclame Edmond Lecesne à l’académie d’Arras en 1852.

La représentation du travail sur les manuscrits dans la construction de la figure de l’érudit local

  • 16 A. Le Glay, op. cit., p. IX.

34« Pour écrire l’histoire, il ne suffit donc pas de dire un beau matin : écrivons ! Il faut préalablement se livrer à des études fortes, pénibles, consciencieuses ; il faut affronter le latin barbare dont Du Cange et Carpentier, son digne continuateur, nous ont donné le glossaire en six volumes in-folio ; il faut plus : il faut risquer sa vue et sa santé à compulser d’immenses archives, à déchiffrer d’indéchiffrables manuscrits », écrit André Le Glay en 183416.

35Le principal mérite de l’historien réside, pour la plupart des auteurs des notices nécrologiques que les sociétés savantes consacrent à leurs membres disparus, dans son aptitude à dominer les affres d’un travail dont ils se complaisent à dire la pénibilité. L’érudit local est un être souffrant parce que l’archive ne se laisse pas facilement apprivoiser, que son déchiffrage fatigue le corps et l’esprit et que son étude approfondie suppose d’affronter pendant de longues heures le froid, la poussière et la demi-obscurité.

  • 17 Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, tome 28/1, 1863, p. 408.
  • 18 Mémoires de la Société centrale d’agriculture, sciences et arts du département du Nord séant à Doua (...)

36La métaphore du bénédictin, patient et coupé du monde, revient, lancinante, pour dire que la recherche historique est d’abord une ascèse. À sa mort en 1863, André Le Glay est salué par la Société d’émulation de Cambrai comme « le dernier des bénédictins »17. De même, le conseiller Hardouin, dans sa nécrologie d’Eugène Tailliar publiée en 1878 par la Société d’agriculture, sciences et arts du département du Nord, évoque-t-il « le souvenir d’une érudition toute bénédictine » et un style de vie « d’une régularité presque claustrale ». Du cabinet de travail que le grand érudit douaisien s’était aménagé à l’étage supérieur de son habitation, il écrit que « le plus laborieux des bénédictins de Saint-Vannes ou de Saint-Maur en eut, au siècle dernier, envié l’isolement et le silence ». Et il conclut qu’on l’eût volontiers « comparé au religieux qui, du fond de sa cellule, ne cesse pas de s’enquérir de la règle et de son observance, même après avoir dépassé l’âge qui en fît fléchir les rigueurs »18.

  • 19 L. Cavrois, Notice biographique sur M. le chanoine Parenty, Arras, de Sède, 1876, p. 18.

37Dans le Pas-de-Calais, Louis Cavrois évoque « 􏰀l’immense collection de notes précieuses et de documents inédits que [le chanoine Parenty] avait rassemblés avec une patience et une persévérance qui rappellent les travaux de nos savants bénédictins »19.

  • 20 Mémoires de la Société d’émulation de Roubaix, tome V, 1876-1878, p. 18.

38La conformité au modèle monastique tient parfois lieu de compétence : Jenniaux écrit d’Élie Brun-Lavainne qui ignorait le latin, qu’il avait néanmoins « pu être un bon archiviste, fouillant avec l’âme d’un bénédictin »20.

  • 21 Mémoires de la Société centrale d’agriculture, sciences et arts du département du Nord, 1878, p. 41 (...)

39Dans ces figures de la consécration posthume – paroles d’historiens sur d’autres historiens où le discours sur l’autre est aussi un discours sur soi –, l’indifférence à la peine et au temps est présentée comme une vertu d’un autre âge, signe de la clôture virtuelle dans laquelle s’enferme celui qui consacre sa vie à l’étude du passé. Images de souffrance et d’abnégation qui se cristallisent dans l’évocation des fins de vie où l’érudit est montré comme un vieillard marqué par les stigmates de l’étude mais crispé sur la poursuite de l’activité savante, tel Eugène Tailliar dont le biographe écrit en 1878 qu’« en dépit de l’affaiblissement corporel et des souffrances, l’activité des études [...] ne s’était que peu ou point ralentie »21. L’usure de la vue, sens le plus sollicité par l’activité de déchiffrage, est au cœur du long martyrologe qui s’égrène au fil des notices nécrologiques. Sous la figure tutélaire, une fois encore, d’Augustin Thierry, du vivant duquel il ne s’était trouvé que cette mauvaise langue de Sainte-Beuve pour attribuer sa cécité à « un vice de collège » quand tous ses contemporains répétaient à l’envi qu’elle était le résultat d’efforts excessifs faits pour déchiffrer des documents originaux.

  • 22 Ernest Prarond nous montre ainsi François-César Louandre comme un homme qui, de très bonne heure, s (...)

40Ce système de représentations qui tend, dans une complaisante assimilation au modèle bénédictin, à faire de l’érudit un savant qui vit à côté de son siècle22 montre cependant ses limites.

  • 23 Mémoires de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais, tome 1, 1re livraison, 1889, (...)

41La recherche documentaire force en effet l’érudit à s’inscrire dans des systèmes de mobilité qui font de la quête de l’original une démarche active : « Il continua pendant de nombreuses années à recueillir une foule de matériaux, accumulant documents sur documents, croquis sur croquis [...]. Peu d’hommes furent plus âpres aux investigations et se contentèrent moins aisément : voyages, lettres, démarches, rien ne lui coûtait pour vérifier un fait, pour obtenir une reproduction exacte ou examiner de près l’objet qu’il voulait décrire »23, écrit en 1889 le biographe de Charles de Linas.

42Ces mêmes textes laissent surtout poindre une autre image qui ramène directement l’antiquaire de province à son siècle et à l’une de ses principales hantises, la déperdition du temps.

43Le discours nécrologique sur l’indifférence au temps est aussi un discours sur son bon usage. Ces érudits sont des notables locaux que leur profil socioculturel range dans la catégorie des hommes de loisirs :

  • 24 L. Cavrois, op. cit., p. 11

44« Nous parlons de loisirs, écrit Louis Cavrois à propos du chanoine Parenty, et nous nous demandons comment un homme si occupé était capable d’en trouver ; c’est que dans une vie bien réglée, on a du temps pour tout, même pour la récréation indispensable à la réception des forces intellectuelles : or, ce en quoi excellait M. Parenty, c’était la bonne distribution de son temps, en sorte que, faisant chaque chose à son heure, il arrivait à suffire à toutes les exigences de sa position »24.

  • 25 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, tome 2, 1853, p. 75.
  • 26 Ibid., p. 80-82.

45Après 1850, se fait jour la préoccupation d’une meilleure économie du temps dans le long et fastidieux travail de recherche, de dépouillement et de déchiffrage. « Dans le cours de sa vie, toute de labeur et d’investigations successives, l’historien et l’archéologue ont fréquemment à regretter le temps consacré à des recherches souvent infructueuses et toujours pénibles »25 rappelle, en 1852, Charles Dufour devant la Société des antiquaires de Picardie. Déplorant les « moments perdus [...] dans les bibliothèques publiques par l’homme studieux qui ne sait à quelle source puiser les éléments de l’histoire qu’il entreprend sur telle ville ou telle contrée », il se félicite de la réalisation par Cocheris, attaché à la Bibliothèque mazarine, d’un catalogue analytique et raisonné des manuscrits concernant l’histoire de Picardie, catalogue grâce auquel, écrit-il, « les recherches seront d’une fiabilité qui préviendra une grande perte de temps pour le travailleur »26.

De la représentation au réel : les érudits de province dans les dépôts d’archives publiques

46Sans doute est-il temps de passer des systèmes de représentations de soi, patiemment élaborés dans la littérature de convention des sociétés savantes, aux réalités matérielles en posant la question essentielle : dans quelle mesure les membres des sociétés d’antiquaires provinciales fréquentaient-ils les dépôts d’archives publiques ?

Les séductions du fonds particulier

47Envisageons d’abord le pire en prêtant une oreille complaisante aux propos d’une autre (très) mauvaise langue, régionale celle-là, le chanoine Haigneré. Le grand érudit rédige dans L’Impartial de Boulogne des 30 juin et 20 juillet 1887 une notice biographique du défunt chanoine Van Drival, membre de l’académie d’Arras et, surtout, président de la Commission des antiquités du Pas-de-Calais, notice qui, en fait d’hommage, constitue ce qu’il conviendrait plutôt de qualifier de véritable « exécution posthume ». Passons sur le détail des traits décochés par le peu charitable chanoine boulonnais à son homologue arrageois – incapable de faire des livres, piètre pédagogue, esprit assez étroit pour avoir fait un voyage dans l’Angleterre des années 1830 sans avoir rien perçu du Gothic Revival… –, pour nous arrêter sur le coup de grâce, la dénonciation de son rapport douteux aux archives : « Il faut dire à ce propos, écrit Haigneré, que malgré la science réelle, incontestable qu’il possédait de son fonds, ou qu’il savait assez bien trouver dans les bibliothèques, il négligeait trop de fouiller les archives ». Le plus intéressant pour notre propos est que le coup porté dépasse largement le règlement de compte personnel puisque cette sévère appréciation est étendue par son auteur à toute une génération d’érudits locaux : « C’était, ajoute-t-il en effet, l’incorrigible erreur de presque tous ses contemporains, de tous les gens de son âge, sans parler des plus anciens dans notre département. M. l’abbé Robitaille, par exemple, et cent autres que la discrétion me défend de nommer, qui s’occupèrent d’histoire, ne se sont jamais donné la peine de mettre les pieds dans le dépôt de Saint-Vaast ». Pire : le seul d’entre eux qui, à ses yeux ait fourni un véritable effort pour asseoir ses études sur la lecture d’authentiques pièces d’archives, le chanoine Parenty, s’était montré, écrit-il « d’une déplorable insuffisance en matière de paléographie ».

48L’une des explications de cette désaffection pour les dépôts publics pourrait bien se trouver dans la persistance, attestée tout au long du siècle par la littérature nécrologique, d’une pratique culturelle héritée en droite ligne de l’antiquarisme de l’époque moderne : le repli sur la collection particulière.

  • 27 V. de Beauville, Recueil de documents inédits concernant la Picardie, tome 1, 1860, p. 1.

49Nul n’a sans doute mieux exprimé que le grand érudit picard, Victor de Beauvillé, le plaisir ineffable, presque charnel, que pouvait procurer à l’érudit la jouissance d’un fonds privé : « Bientôt, écrit-il, je ne me contentai plus des jouissances restreintes que l’on éprouve à feuilleter en commun, à heure fixe, les trésors réunis dans un établissement public, je voulus une collection qui fût à moi, pouvoir à chaque instant la caresser du regard, y porter librement la main »27.

  • 28 Ibid., p. 1.

50Signalé par son biographe comme le possesseur de « la plus belle collection de pièces historiques qui fût en province », Beauvillé dit aussi ce qu’il en coûte à l’antiquaire dévoré par la manie du collectionnisme, laissant par là même deviner l’ampleur de la fièvre d’achat de documents anciens qui traversait les milieux savants de la province depuis le début du siècle : « Peu à peu, [...], mes richesses augmentèrent ; mais le nombre de mes rivaux croissait encore plus vite que mes découvertes, et aujourd’hui, à moins d’être un prince de la finance, il faut renoncer à se procurer le plus mince manuscrit, le moindre lambeau de parchemin »28

L’organisation matérielle de la recherche dans les dépôts publics

51Une autre explication est sans doute à chercher dans les conditions matérielles de l’organisation des dépôts publics d’archives jusqu’au début des années 1840.

52Trois fatalités semblent planer sur les dépôts publics au cours des quelque quarante premières années du XIXe siècle : la précarité des conditions de stockage dans des locaux dont on comprend, au travers des allusions faites ici ou là dans les sources, qu’ils ne permettaient que rarement une véritable communication des fonds au public ; une confusion fréquente entre les vocations spécifiques des archives, des bibliothèques et des musées, qui se traduit dans bien des cas par une concentration en un même lieu de livres, manuscrits et objets d’art ou d’archéologie ; l’absence, enfin, d’une véritable politique de conservation qui conduit à abandonner à la plus ou moins bonne volonté d’archivistes amateurs la très lourde tâche de l’inventaire et du classement des fonds.

  • 29 Seule la contribution de Stéphanie Quantin est ici dans ce volume.

53Je n’entrerai pas ici dans le détail de l’histoire des déménagements multiples que subissent au cours de la première moitié du siècle les archives départementales de la Somme, du Pas-de-Calais ou du Nord puisque cette question a été abordée dans les contributions de Mmes Quantin et Wallart29.

54Je me bornerai, puisque cette journée est consacrée aux archivistes, d’esquisser à grands traits quelques figures représentatives de cette période d’attentisme et d’inorganisation qui sépare le temps des saisies révolutionnaires des débuts de la monarchie de Juillet.

55Deux temps, me semble-t-il, dans ces quelque quarante années. Le premier, peu glorieux, qui s’étend jusqu’à l’aube des années 1830, voit se succéder, à la tête des dépôts d’archives des trois départements des personnages curieux, dans le meilleur des cas simplement dépassés par la tâche, mais parfois franchement malhonnêtes.

  • 30 Cité dans A. Wicquot, Notice historique de la bibliothèque de la ville d’Arras, Arras, 1885, p. 38.
  • 31 P. Roger, Bibliothèque historique, monumentale, ecclésiastique et littéraire de la Picardie et de l (...)

56Les archives arrageoises font ainsi, sous le Premier Empire, les frais d’un conservateur fripon, le sieur Caron, révoqué en 1815, que Jules Quicherat, dans son catalogue des archives de la ville réalisé en 1841, accuse d’avoir « réduit les manuscrits d’Arras à l’état déplorable où ils sont, en détachant de chacun des volumes sur vélin un nombre considérable de feuillets qui furent secrètement vendus à la livre »30. Pareille mésaventure survient à Amiens où un identique scandale éclate en 1806. Dans les deux cas, les conservateurs indélicats sont remplacés par des amateurs dont le zèle semble avoir été, pour reprendre l’expression de l’érudit Pierre Roger, auteur en 1844, de la Bibliothèque historique [...] de la Picardie et de l’Artois, « proportionné au modique traitement qui leur était alloué »31.

  • 32 E. Van Drival « Notice sur Alexandre Godin », Bulletin des Antiquités départementales du Pas-de-Cal (...)

57Le second temps, qui s’inscrit dans la décennie 1830-1840, est celui des hommes de bonne volonté. Les profils restent néanmoins très disparates. Si Arras choisit en 1837 Alexandre Godin, simple employé de préfecture, c’est, nous dit son biographe, le chanoine Van Drival, qu’il s’était fait remarquer « par son esprit d’ordre et d’exactitude ainsi que par son aptitude à la vie fatigante du travail de bureau ». Son niveau d’instruction, précise-t-il, « ne sortit point cependant des limites de l’enseignement primaire » et c’est « au maniement continu des livres et des manuscrits qu’il dut plus tard la somme considérable de notions et de connaissances diverses dont sa mémoire fut enrichie »32.

58Dans le Nord, c’est un authentique érudit, le docteur André Le Glay, qui s’attelle à partir de 1835 à la lourde tâche de la réorganisation des archives. Analyste implacable de l’état des fonds publics de son département au moment de sa prise de fonction, il dénonce, dans l’annuaire départemental de 1839, la négligence qui avait jusque-là présidé à la conservation des archives de la chambre des comptes, du bureau des finances et des établissements religieux :

  • 33 Annuaire statistique du Nord, 1839, p. 32.

59« Parmi des papiers et parchemins jetés anciennement comme rebut dans les greniers et délaissés dans de vieux coffres, tiroirs et pupitres de la salle des plans, nous avons retiré beaucoup de titres importants, dont plusieurs étaient même déjà mentionnés dans les premiers volumes de l’inventaire [...]. Jusqu’ici, les pièces postérieures au XIVe siècle étaient restées mêlées et confondues, sans aucune trace de classement »33

60C’est dans la décennie suivante qu’apparaissent les premiers anciens élèves de l’École des chartes : deux diplômés de la promotion de 1837, Edward Le Glay et Louis Boca, deviennent respectivement, le premier, archiviste-adjoint du département du Nord en 1843, le second, archiviste de la Somme en 1850. Dans le Pas-de-Calais, la résistance d’Alexandre Godin à la poussière des archives retarde jusqu’à l’année 1873 la nomination du premier chartiste, en la personne de Jules-Marie Richard.

  • 34 Centre hist. des Arch. nat., F17 2810 et 2811.

61Cette évolution s’inscrit dans un contexte plus large qui est celui de la progressive marginalisation de l’antiquaire dans la construction des savoirs sur le passé des territoires locaux. On en trouve la confirmation, sous le Second Empire, dans les échanges de correspondance entre le ministère de l’Instruction publique et les préfets et relatifs à la définition des critères devant présider à l’octroi du titre de correspondant du Comité des travaux historiques34. On note, en effet, à partir de 1850, une nette tendance à privilégier, pour l’obtention du titre, les archivistes départementaux diplômés de l’École des chartes au détriment des amateurs laborieux auxquels on faisait plus facilement confiance sous le régime précédent.

62Ce qui nous amène, au moment de conclure, à interroger cette tendance, perceptible dès le milieu du siècle, à la désolidarisation processive des orientations méthodologiques de l’érudition provinciale de celles de l’historiographie nationale.

63Après 1850, des signes de désenchantement semblent en effet s’emparer de ces milieux historiens locaux que le premier XIXe siècle avait vu s’étourdir dans les vertiges de la quête de l’authentique. Comme si une grande partie des convictions patiemment forgées dans le contexte de la refondation post-révolutionnaire des pratiques de l’érudition commençaient à vaciller dans la décennie 1860-1870 où, paradoxalement, l’historiographie nationale opérait sa conversion au positivisme.

64Tandis qu’à l’académie d’Amiens, la question de l’unité de méthode entre l’histoire et les sciences de la nature est sérieusement remise en doute par Belin de Launay en 1855, c’est un Lecesne blasé, revenu de toutes les certitudes sur les vertus du document qu’il avait lui-même jadis professées, qui, à l’académie d’Arras, s’interroge en 1863 :

  • 35 Mémoires de l’académie d’Arras, tome XXXV, 1863, p. 19.

65« Mais enfin qu’avons-nous gagné à tout cet étalage d’érudition ? Quelques monographies pleines de charme, quelques renseignements plus certains sur des époques inconnues ou mal appréciées, quelques détails de mœurs intéressants [...]. Pourtant ce n’est pas ce que l’on peut appeler de la grande histoire : c’est le spectacle du monde vu trop en déshabillé »35.

66Ce que Lecesne déplore alors, c’est, au-delà de la miniaturisation des sujets d’étude, le manque de souffle littéraire d’un discours historien sans cesse contraint à l’obligation du détour par la preuve :

  • 36 Ibid., p. 19.

67« ce qui constitue les véritables historiens, écrit-il, c’est l’esprit généralisateur [...], c’est en un mot ce coup d’œil d’aigle que Bossuet et Montesquieu possèdent au suprême degré. De tels génies ne s’arrêtent pas à dépouiller des cartulaires ou des registres de comptes, ou, s’ils les ont dépouillés, ils se gardent bien de l’aller dire aux gens »36.

Notes

1 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 103.

2 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, nouvelle édition, Paris, Garnier Frères, s.d., p. 1-2. Les Lettres sur l’histoire de France avaient paru entre le 23 juillet et le 18 octobre 1820 dans Le Courrier français. Une première édition chez A. Sautelet les a réunies en 1827 sous la forme d’un in-8 ̊ de XII-472 pages. Elles ont fait l’objet de nombreuses rééditions (chez Sautelet en 1829, Just Tessier en 1834 et 1839, Furne en 1851 et 1856, Garnier en 1866 et Michel-Lévy Frères en 1867 et 1884).

3 Ibid., p. 2.

4 Rappelons qu’en novembre 1833, Guizot s’adresse à tous les préfets en les enjoignant de faire rechercher dans les bibliothèques publiques et les dépôts d’archives départementales et communales « les manuscrits qui ont rapport à notre histoire nationale » et qu’il confie l’année suivante à Augustin Thierry la responsabilité de diriger la publication des « chartes et constitutions primitives des différentes corporations, maîtrises et sociétés particulières établies en France ». Cité dans R.-H. Bautier, « L’apport des sociétés savantes à la publication des sources documentaires », Les sociétés savantes, Actes du centième Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1976, p. 583 et 588.

5 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, tome 1, 1833, p. 33-34.

6 Voir à ce sujet notre article « L’illusion de la modernité : les représentations de l’érudition dans les sociétés savantes du nord de la France à l’époque romantique », dans H. Leuwers (éd.), Élites et sociabilité au XIXe siècle. Héritages, identités, Actes du colloque organisé à Douai le 27 mars 1999, Lille, CRHEN-O, 2000.

7 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 15.

8 Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 21.

9 A. Le Glay, Chronique d’Arras et de Cambrai par Baldéric, chantre de Thérouanne au XIe siècle, préface, p. VII-IX.

10 F. Guizot, Histoire de la civilisation en France, tome 2, dix-septième leçon, éd. 1829, p. 151.

11 A. Le Glay, op. cit., p. XI.

12 Voir l’analyse que nous donnons de ce texte dans notre thèse, Les représentations du Moyen Âge au XIXe siècle. Essai d’historiographie comparée, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1997, vol. II, p. 714-715.

13 Ibid., p. 716-722.

14 Bulletin de la Commission historique du Nord, 1847, tome 3, p. 181.

15 Recueil d’antiquités, 1752-1767, t. 1, p. 5. Voir, à ce sujet, l’analyse de F. Choay dans L’Allégorie du patrimoine, Paris, éd. du Seuil, rééd. 1996, p. 60-62.

16 A. Le Glay, op. cit., p. IX.

17 Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, tome 28/1, 1863, p. 408.

18 Mémoires de la Société centrale d’agriculture, sciences et arts du département du Nord séant à Douai, 1878, p. 403.

19 L. Cavrois, Notice biographique sur M. le chanoine Parenty, Arras, de Sède, 1876, p. 18.

20 Mémoires de la Société d’émulation de Roubaix, tome V, 1876-1878, p. 18.

21 Mémoires de la Société centrale d’agriculture, sciences et arts du département du Nord, 1878, p. 414-415.

22 Ernest Prarond nous montre ainsi François-César Louandre comme un homme qui, de très bonne heure, s’était complu « dans cette vie de la réflexion et de l’étude à côté de la vie du mouvement et de la distraction », M. François-César Louandre, Amiens, 1862, p. 29.

23 Mémoires de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais, tome 1, 1re livraison, 1889, p. 22.

24 L. Cavrois, op. cit., p. 11

25 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, tome 2, 1853, p. 75.

26 Ibid., p. 80-82.

27 V. de Beauville, Recueil de documents inédits concernant la Picardie, tome 1, 1860, p. 1.

28 Ibid., p. 1.

29 Seule la contribution de Stéphanie Quantin est ici dans ce volume.

30 Cité dans A. Wicquot, Notice historique de la bibliothèque de la ville d’Arras, Arras, 1885, p. 38.

31 P. Roger, Bibliothèque historique, monumentale, ecclésiastique et littéraire de la Picardie et de l’Artois, Amiens, 1844, p. 244-246.

32 E. Van Drival « Notice sur Alexandre Godin », Bulletin des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, tome III, p. 309.

33 Annuaire statistique du Nord, 1839, p. 32.

34 Centre hist. des Arch. nat., F17 2810 et 2811.

35 Mémoires de l’académie d’Arras, tome XXXV, 1863, p. 19.

36 Ibid., p. 19.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540