Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

I. Implantation, Unification, Organisation (1893-1914)

Implantation et caractères du guesdisme dans le socialisme septentrional avant 1905

Claude Willard

Texte intégral

1Dès la genèse du Parti ouvrier guesdiste, au tournant des années 1880, des foyers actifs irradient la France septentrionale : l'agglomération Lille - Roubaix, Calais, le Cambrésis, Saint-Quentin, Amiens.

2Pourquoi cette implantation précoce et, par la suite, privilégiée ? Bien qu'ils s'entremêlent, peuvent se distinguer quatre grands facteurs.

  • 1 Dans la mine, le guesdisme se heurte à deux obstacles majeurs : d'une part le paternalisme des com (...)

3Tout en se gardant de tout fatalisme sociologique, le milieu social de recrutement. Le Parti ouvrier repose sur un soubassement textile : ouvriers filtiers (tels, à Lille, les deux pionniers, Jonquet et Delory), tisserands (Carrette à Roubaix), tullistes de Calais, ouvriers du Cambrésis et de l'Avesnois, tisseurs et fileurs de Saint-Quentin, d'Amiens, Ailly-sur-Somme. Les deuxièmes plus forts contingente ouvriers proviennent, comme au niveau national, de la métallurgie : Hellemmes, Fives, La Madeleine, Mons-en-Baroeul. Le guesdisme, par contre, ne s'implante que dans quelques foyers miniers1, la plupart dans le Pas-de-Calais (le principal est à Avion). Il s'enracine enfin parmi les verriers, notamment du Douaisis.

4Le Parti ouvrier a donc des assises ouvrières très hétérogènes. La disparité éclate d'abord au niveau de la taille des entreprises. Les travailleurs à domicile, isolés, livrés au bon plaisir patronal, écrasés par leurs conditions d'existence, ne constituent pas, sauf exceptions (le textile agonisant du Cambrésis), un terreau bien favorable. Dans les ateliers artisanaux (textiles, métallurgiques), les conditions de travail et les rapports humains engendrent souvent une certaine solidarité entre les salariés et leurs employeurs. A cette atmosphère s'oppose celle de l'usine, ce « bagne » où les « forçats » prennent plus aisément conscience de leur exploitation, de leur appartenance à une classe dont les intérêts s'opposent à ceux du patronat Le guesdisme s'enracine surtout dans les entreprises moyennes (de 50 à 500 ouvriers).

  • 2 Pierre PIERRARD, La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Thèse, Lille, 1965, p. 46.

5Dissemblance aussi par les niveaux de qualification et de salaire. Le Parti ouvrier enrégimente des ouvriers très qualifiés, fiers de leur maîtrise technique, bien rémunérés, souvent des autodidactes (verriers, ajusteurs, typographes, mineurs), mais surtout des ouvriers aux salaires écrasés vers le bas. Beaucoup d'entre eux vivent dans des conditions inhumaines, dans ces fameuses « courées » de Lille, Roubaix, Halluin. A Lille, le quartier Saint-Sauveur, cadre dans lequel Gustave Delory vit son enfance, est « une sorte de ghetto à l'entrée duquel toute richesse, toute joie s'arrêtait »2. Mais ces ouvriers exploités réagissent diversement ; certains, accablés par leurs conditions terribles d'existence, se résignent ; chez d'autres, l'emporte un sentiment de révolte, de haine sociale élémentaire : l'anarchisme et, dans une certaine mesure, l'allemanisme, répondent à leurs aspirations. Les derniers enfin accèdent à l'explication guesdiste de l'exploitation capitaliste et placent leurs espérances dans le messianisme révolutionnaire du guesdisme.

6Le deuxième facteur essentiel de l'implantation guesdiste est à chercher dans les traditions ou l'absence de certaines traditions.

  • 3 Ibid., p. 131.

7Le textile a engendré un prolétariat ancien, où se transmettent, souvent de parents à enfants, les traditions plus ou moins lointaines de lutte et d'organisation. Avec la mine, le textile est la branche industrielle qui comporte le plus fort pourcentage d'ouvriers nés dans le département où ils travaillent (73 % selon la statistique de 1901, portant sur les travailleurs de sexe masculin). Les liens familiaux et les réseaux de solidarité locale favorisent l'éclosion d'une conscience de classe. Dans cette région où forte est l'influence de l'Église, pesant le paternalisme patronal, le guesdisme se nourrit aussi des pratiques républicaines et anticléricales : le quartier Saint-Sauveur, un des plus solides bastions de l'opposition républicaine sous le Second Empire à Lille3, devient un fief guesdiste.

8Le marxisme, par ailleurs, théorie nouvelle, se diffuse plus aisément dans une région où rares sont les traces du socialisme prémarxiste français. Alors qu'à Paris, Lyon, Marseille, etc., le foisonnant passé révolutionnaire (de 1789 à la Commune de 1871) offre à la classe ouvrière une très riche gamme d'idéologies : jacobinisme, hébertisme, proudhonisme aux diverse filiations, blanquisme...

9Le socialisme belge, par l'intermédiaire des travailleurs belges employés dans le textile du Nord, influence aussi les premiers militants du Parti ouvrier, tels Jonquet et Carrette.

10Non moins déterminant que le terreau social et idéologique, le rôle des défricheurs, des semeurs de grain rouge.

11Dans son envol et son essor, le Parti ouvrier (comme, d'ailleurs, les autres branches du socialisme) puise son énergie dans une intime liaison avec les travailleurs. Ses militants, du plus célèbre, Guesde, au plus obscur, ses dirigeants nationaux, régionaux, locaux, défendent ardemment les revendications, animent syndicats, coopératives, sociétés de libre-pensée (les uns et les autres matrices ou réservoirs du parti). Revers de la médaille : les rivalités personnelles (à Calais, entre Delcluze et Salembier) et des changements de domicile (à Saint-Quentin, les départs de Renard et Langrand, à Amiens de Besse et Verecque) entraînent une régression plus ou moins grave.

12Surtout à l'époque héroïque, lorsque le parti demeure une secte (jusqu'en 1890), les militants consentent de très lourds sacrifices. Totalement dévoués à la « cause », ces hommes après une longue et dure journée de travail, s'astreignent à militer, à lire, à étudier ; autodidactes le plus souvent, ils s'improvisent propagandistes, rédigeant et diffusant un journal, un tract, animant des réunions publiques et des campagnes électorales. Outre les nuits sans sommeil, les conflits domestiques, plane sur eux la menace permanente du licenciement et de la mise à l'index, dont le patronat se fait une règle. Delory doit, pour subsister, se faire tour à tour cantonnier, manoeuvre de chemin de fer, métallurgiste, ouvrier cordonnier, avant de tenir (avec l'aide financière de camarades) un modeste cabaret. Et à la vindicte patronale s'ajoute souvent la répression gouvernementale, judiciaire.

13Cet héroïsme quotidien repose sur la foi du militant dans la véracité de ses idées, de son idéal et dans la certitude du triomphe final A un mouvement ouvrier découragé par l'échec de la Commune, il cherche à ouvrir les perspectives enthousiasmantes d'une révolution sociale prochaine. Beaucoup plus que les autres socialistes, les guesdistes s'affirment d'abord comme des pédagogues, attachés à la connaissance et à la réflexion doctrinale (certes assez dogmatique), faisant pénétrer en France les thèmes fondamentaux du marxisme.

14Propagande multiforme, orale, écrite, « agie » (lors des grèves). La presse guesdiste, nationale et régionale, se débat péniblement au milieu d'embarras financiers et de procès. Dans le Nord, se succèdent des publications éphémères, dont les titres reflètent les mentalités ouvrières de l'époque : tour à tour, Le Forçat, le Vengeur, Le Cri du Forçat, L'Exploité, Le Cri de l'Ouvrier, le Réveil du Forçat, etc. En 1883, Le Vengeur a des éditions locales fugaces à Roubaix (La Revanche du Forçat), à Armentières (L'Esclave), à Saint-Pierre-les-Calais (Le Travailleur), à Amiens (Le Citoyen).

15Pour resserrer les liens avec la population, les guesdistes tirent parti des manifestations traditionnelles de la vie collective locale : les jeux (poules au bouchon, concours de billard), les fanfares, chorales et cavalcades ; en 1894, à Roubaix, pour la mi-carême, un char, avec des ouvriers maigres et déguenillés faisant face à des bourgeois ventrus, symbolise la lutte de classes. Dans la tradition de Béranger et Pottier, les guesdistes manient aussi l'arme de la chanson. Des poètes locaux composent des couplets très combatifs, souvent en patois. Enfin, le Parti ouvrier, dans une région où le théâtre populaire demeure vivace, crée des sections dramatiques où les militants se font auteurs et acteurs.

  • 4 Lettre de P. Lafargue à F. Engels du 27 mai 1888 (Correspondance, Éditions sociales, 1957, Tome II (...)
  • 5 Regroupant Nord et Pas-de-Calais.

16Dernier grand facteur d'implantation : la structure même du Parti ouvrier. Celle-ci, cependant, jusqu'en 1890, demeure très lâche : l'organe directeur, le Conseil national, est itinérant et fantomatique, les 6 grandes fédérations régionales n'existent que sur le papier ; les groupes locaux sont livrés à eux-mêmes. Le Parti ouvrier « n'existe qu'à l'état chaotique », déplore Lafargue4. Le congrès national de Lille, en octobre 1890 (le précédent s'est tenu à Roubaix six ans auparavant), élabore un nouveau règlement ; mais la texture du parti, quoique renforcée, demeure d'abord assez lâche, en l'absence d'échelon intermédiaire entre le Conseil national (qui administre le parti) et les groupes locaux. La première fédération régionale stable, la fédération girondine (décembre 1892), précède de très peu les fédérations de l'Oise et du Nord5 (1893). Au contraire du Midi, la charpente du parti, dans cette France septentrionale, est uniformisée et hiérarchisée : groupes de quartier, que relie dans les grandes villes un comité central urbain, fédérations avec leurs congrès et leur comité fédéral La nébuleuse fait place au premier parti politique de la France contemporaine.

  • 6 Je laisse de côté, pour l'avoir déjà abordée, l'aptitude du Parti ouvrier à forger et entretenir d (...)

17Parmi les caractères du guesdisme, je ne m'arrêterai que sur deux d'entre eux6.

18D'abord ses aspects très évolutifs.

  • 7 2 % des inscrits à Lille même, 6,2 % à Roubaix.

19Au départ, une secte messianique, parmi d'autres chapelles socialistes rivales. Les ouvriers décèlent l'impuissance de ces petites fractions qui montent au créneau en ordre dispersé, souvent en ennemies, et dont ils différencient fort mal les divergences de théorie et de programme. Aux élections législatives de 1885, le Parti ouvrier atteint péniblement 2 043 voix dans le Nord, concentrées dans les arrondissement de Lille (1,5 %)7 et de Cambrai (0,5 %). En 1889, il ne totalise que 2 000 adhérents à travers la France. Et la crise boulangiste traduit l'impuissance du guesdisme à peser sur la vie nationale.

20Cette secte, peu charpentée, longtemps dédaigneuse du terrain politique, accède, au début des années 1890, à l'état de véritable parti politique, le premier de la France contemporaine. Bénéficiant sans nul doute de l'élan du 1er Mai (dont ils sont les initiateurs et, en France, les principaux organisateurs), les guesdistes remportent des succès électoraux, aux élections municipales de 1892 (conquête de Roubaix et Caudry), aux élections législatives de 1893 (Guesde élu député de Roubaix), élections municipales de 1896 (Lille, Roubaix, Croix, Wignehies, Calais). Mais, toujours victime de la division socialiste, le parti n'a que de maigres effectifs : 16 000 à 17 000 à son apogée en 1898-1899, dont la moitié dans la fédération du Nord (Nord et Pas-de-Calais). Grisé par ses succès électoraux, le Parti ouvrier, après sa phase révolutionnariste, place de plus en plus sa confiance dans une conquête légale du pouvoir ; désireux d'avancer l'heure de cette victoire, les guesdistes se prêtent à des compromissions électorales, atténuent ou suppriment ce qui, dans leur propagande passée, risquait d'effaroucher les couches moyennes urbaines ou l'électorat paysan ; au voca-bulaire internationaliste et révolutionnaire, ils substituent un langage républicain et nationaliste. Rongé de l'intérieur par l'opportunisme qu'il combattait jadis, le Parti ouvrier français (POF) est miné de l'extérieur par le progrès du syndicalisme révolutionnaire.

21La crise millerandiste ébranle le POF, encore que sa fédération du Nord résiste mieux que les autres. Malgré la fusion avec les vaillantistes, le nouveau parti (Parti socialiste de France) jouit d'une audience inférieure à celle du POF en 1898.

22En 1905, lorsque est créé le parti socialiste unifié (SFIO), sa charte semble consacrer la victoire du socialisme révolutionnaire, du guesdisme. Mais rapidement le centre de gravité du parti unifié glisse vers le réformisme. Le guesdisme, de plus en plus sclérosé, dégénère en une fraction minoritaire. Encore que la flamme reste entretenue, notamment par une nouvelle génération, qu'incarnent un Cachin et un Brizon..

23Donc caractère protéiforme du guesdisme, d'autant plus que l'évolution dans le temps se conjugue avec des mutations dans l'espace. Le contraste éclate entre le visage eaux traits assez flasques du guesdisme dans le Midi et ce visage aux traits tranchés qu'il arbore dans la France septentrionale.

24Deuxième caractère : l'originalité du Parti ouvrier réside dans son idéologie marxiste, qui définit son rôle et éclaire sa route. Mais, obnubilés par leur souci pédagogique et faute de ne pouvoir lire en anglais ou en allemand la plupart des oeuvres (non traduites) de Marx et Engels, les guesdistes (à l'exception de Lafargue) ne connaissent que superficiellement le marxisme. Ne l'utilisant pas comme une méthode de pensée, un instrument d'analyse, ignorant la dialectique, ils tendent à réduire le marxisme à un recueil de formules et de recettes coupées de la réalité française ; ils diffusent dans la classe ouvrière des schémas passe-partout, mais mobilisateurs : la lutte des classes moteur de l'histoire, la conviction du renversement prochaine du capitalisme et le triomphe universel du socialisme. Première greffe du marxisme en France.

25En conclusion, des lendemains de la Commune à 1905, le Parti ouvrier est, de fort loin, l'école socialiste qui enrichit le plus le patrimoine du mouvement ouvrier et socialiste français. Artisans de la renaissance du mouvement ouvrier et introducteurs du marxisme en France, les guesdistes créent le premier parti politique moderne, un parti de classe à vocation révolutionnaire.

  • 8 A 22 ans, Lebas publie, sous le pseudonyme de Jacques Vingtras, une brochure préfacée par Guesde :(...)

26Son héritage demeure revendiqué, sa flamme entretenue, surtout dans son fief nordiste, par les deux rameaux, détachés au congrès de Tours. Un seul exemple, mais typique : au début de l'occupation nazie, en octobre 1940, Jean Lebas8, dans le premier numéro du journal clandestin L'Homme libre qu'il crée, rédige un éditorial aux accents très guesdistes.

Notes

1 Dans la mine, le guesdisme se heurte à deux obstacles majeurs : d'une part le paternalisme des compagnies cumulant les fonctions d'employeurs, de propriétaires, de fournisseurs (coopérative), de prévoyance, d'éducateurs (écoles privées) ; d'autre part la puissance d'un syndicalisme plus ou moins trade-unioniste.

2 Pierre PIERRARD, La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Thèse, Lille, 1965, p. 46.

3 Ibid., p. 131.

4 Lettre de P. Lafargue à F. Engels du 27 mai 1888 (Correspondance, Éditions sociales, 1957, Tome II, p. 138).

5 Regroupant Nord et Pas-de-Calais.

6 Je laisse de côté, pour l'avoir déjà abordée, l'aptitude du Parti ouvrier à forger et entretenir des liens avec les masses populaires, surtout dans le Nord.

7 2 % des inscrits à Lille même, 6,2 % à Roubaix.

8 A 22 ans, Lebas publie, sous le pseudonyme de Jacques Vingtras, une brochure préfacée par Guesde : Socialisme et patriotisme, Lille, 1900.

Auteur

Université de Paris VIII - St Denis

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540