Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

Introduction

Bernard Ménager

Texte intégral

1Le socialisme septentrional s'est implanté il y a un siècle avec la triple élection à la Chambre des députés de Guesde, Basly et Lamendin lors du renouvellement de 1893. Ces succès faisaient suite à la retentissante élection de Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, quelques semaines après le drame de Fourmies et aux premières conquêtes municipales de 1892. Sans céder automatiquement à la mode de la célébration des centenaires, des universitaires lillois ont jugé opportun d'engager à cette occasion une réflexion sur une idéologie et une force politique qui ont durablement marqué le passé régional Le poids des fédérations septentrionales sur l'ensemble du parti socialiste français a par ailleurs été considérable. Peut-on dans ces conditions définir une spécificité du socialisme du Nord de la France, dans quelle mesure constitue-t-il un pôle de référence constant ou a-t-il évolué au cours du siècle ? Ces interrogations ont été au coeur du colloque qui s'est tenu à l'Université Charles de Gaulle - Lille III à l'initiative du Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest les 3 et 4 décembre 1993 et dont nous publions les Actes dans ce volume.

2Le choix d'un découpage chronologique s'est imposé dans la mesure où nous nous situons dans la longue durée. Nous avons retenu les dates clefs de l'histoire nationale et sociale pour opérer les coupures : la première guerre mondiale provoque la scission de 1920, la seconde, l'effondrement du parti suivi d'une nouvelle reconstruction et d'une période marquée par la montée en puissance des deux fédérations septentrionales au sein de la SFIO ; l'année 1981 détermine le passage d'une culture d'opposition à une culture gouvernementale.

3La première phase pose le problème de l'implantation précoce du socialisme marxiste sous la forme du guesdisme dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. C. Willard apporte un certain nombre d'explications à cette rapidité tandis que S. Le Flamanc explore la préhistoire du mouvement ouvrier dans la région. Peut-on parler d'un socialisme « sans frontières » ? J. Puissant apporte des nuances à la vision classique de l'emprunt des formes d'organisation du socialisme du Nord de la France au modèle belge et à la notion de perméabilité absolue des frontières. Déjà apparaissent certains aspects durables : l'importance du socialisme municipal, concept hétérodoxe pour les guesdistes mais réalité tangible (B. Ménager), refus d'un mouvement coopératif indépendant du socialisme (D. Lefebvre). J. Girault montre l'affaiblissement du poids nordique au sein du parti unifié d'avant-guerre en raison d'une certaine sclérose intellectuelle alors que la contribution guesdiste avait été déterminante lors de la réunification.

4L'entre-deux guerres est propice à une étude de la société socialiste septentrionale. Il a fallu tout d'abord reconstruire le parti après la scission de Tours. J.-L. Robert confirme mais aussi nuance les conclusions d'A Kriegel en analysant les raisons d'une réticence plus grande à l'adhésion à la troisième Internationale et en mettant l'accent sur le caractère plus brutal de la scission. Comment devient-on socialiste dans les années vingt ? S. Clouet apporte un éclairage sur cette question tandis que C. Delporte s'est penché sur la filière naturelle des Jeunesses Socialistes du Nord dont il relate la page la plus illustre de leur histoire, Jeunesses « puissantes et sclérosantes » tout à la fois. D. Tartakowski montre l'importance des pratiques identitaires que constituent cortèges et manifestations de rue où se forge une culture socialiste et qui se nationalisent au moment du Front Populaire. C. Prochasson éclaire une figure du socialisme à la fois régionale et nationale en la personne de Bracke-Desrousseaux, le fils du chansonnier auteur du « Petit Quinquin ». Helléniste distingué et militant guesdiste, il constitue « un cas » dans la mesure où il est parmi les clercs socialistes le seul à avoir mené de front une carrière universitaire et une carrière politique même limitée. La contribution de S. Tissot permet de vérifier l'ancrage du socialisme dans un arrondissement à la fois rural et industriel où il se substitue au radicalisme d'avant guerre. E. Nadaud situe la place des quatre fédérations septentrionales au sein de la SFIO à l'occasion des luttes de tendance qui se manifestent à propos du problème de l'exercice du pouvoir et du pacifisme lors de la montée des périls.

5Le socialisme septentrional, pour important qu'il fut, n'a pas pesé directement sur la direction du parti dans l'entre deux guerres. Il en va différemment après 1945 avec l'avènement de Guy Mollet F. Lafon remet en cause la vision simpliste dans l'imaginaire des congrès socialistes d'un bloc monolithique des deux fédérations du Nord et du Pas-de-Calais qui serait « un succédané du mollétisme ». L. Olivier en analysant la Fédération du Nord, « parti dans le parti » sous la IVe République, modèle d'organisation pour les autres fédérations, estime cependant qu'elle a consolidé le molletisme en « associant la légitimité partisane au règlement de la question du pouvoir et en renforçant la cohésion du parti pendant les crises ». G. Morin confirme ce jugement en soulignant la discipline des deux fédérations lors de la crise algérienne de 1956-1957. Elles surmontent rapidement celle du printemps 1958 ; la scission qui affaiblit ailleurs la SFIO est évitée dans la région. J. Vavasseur-Desperriers pose le problème des alliances électorales, problème crucial pour un parti comptant de nombreux élus et il souligne les ambiguïtés de la stratégie faisant longtemps coexister l'union de la Gauche au plan législatif et les alliances municipales de troisième force forgées au lendemain de la guerre.

6Le poids du parti communiste qui a dans le Nord-Pas-de-Calais un de ses principaux bastions ne pouvait être ignoré. Les socialistes de la région ont entretenu avec le parti « frère » des rapports ambivalents marqués par l'alternance de brèves phases d'entente et de longues périodes d'affrontement qui ont marqué la mémoire des générations les plus anciennes. P. Marlière analyse ces « affinités répulsives paradoxales mais tenaces ». P. Oddone prend l'exemple dunkerquois comme heu d'affrontement quasi permanent dans le contexte particulier d'une agglomération portuaire morcelée sur le plan communal.

7Après 1981, le socialisme septentrional, soumis à l'épreuve des responsabilités nationales, passe difficilement d'une culture d'opposition à une culture du pouvoir. B. Giblin-Delvallet en analyse les conséquences au niveau du pouvoir régional avec l'abandon du rêve charbonnier, la « découverte des contraintes européennes », l'obligation des reconversions économiques frappant de plein fouet une région jadis pilote. J.-L. Gibault montre comment ces mutations sont assumées par la Fédération du Pas-de-Calais devenue « un heu de pouvoir politique reposant sur une synthèse entre tradition et modernité, entre l'héritage de la fédération de Guy Mollet et la renaissance d'Épinay ». R. Vandenbussche précise le rôle des socialistes du Nord dans l'évolution du parti.

8Il appartenait à A. Prost de tirer les conclusions de ce colloque et d'en opérer une relecture ouvrant une réflexion sur les fondements successifs de l'identité socialiste du Nord de la France au cours du siècle écoulé.

9Cette riche palette de communications n'a pas manqué de susciter des discussions fécondes. Nous n'avons pas pu les reproduire à cause des contraintes de l'édition. Nous avons malgré tout tenu à reprendre l'intégralité des témoignages des principaux acteurs présents au colloque, ceux de Messieurs Pierre Mauroy et Daniel Percheron qui ont joué un rôle décisif dans leurs fédérations respectives. Nous y avons ajouté des témoignages de militants de base, de syndicalistes ou d'élus. Nous espérons que ce volume, après celui consacré à Guy Mollet, contribuera à la progression de l'histoire du socialisme français et de sa dimension régionale dont les débats ont fait ressortir l'étroite imbrication.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540