Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans de socialisme septentrional

 | 
Jean Vavasseurs-Desperriers
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Bernard Ménager

Avant-propos

Jean-François Sirinelli

Texte intégral

1L'histoire politique, on le sait, connaît actuellement une réelle reviviscence. Ce retour en grâce constitue assurément l'un des faits historiographiques des quinze dernières années. Il s'explique notamment par la relégitimisation de l'objet politique. Si l'on entend, en effet, par objet politique la question de la dévolution et de la répartition du pouvoir au sein d'un groupe humain donné, il apparaît bien que l'histoire politique peut revendiquer, au même titre que d'autres branches de l'histoire, de pouvoir déboucher sur des approches globalisantes.

2Car, l'homme étant à la fois agissant et pensant, l'histoire politique entend analyser non seulement les comportements collectifs et leurs effets, mais aussi ce qui les sous-tend, et qui relève de la perception et des sensibilités. Dans une telle perspective, il est une nation particulièrement opératoire, celle de culture politique. Entendons par culture politique un ensemble de représentations qui soude un groupe humain sur le plan politique, c'est-à-dire une vision du monde partagée, une commune lecture du passé, une projection dans l'avenir vécue ensemble. Ce qui débouche, dans le combat politique au quotidien, sur l'aspiration à telle ou telle forme de régime politique et d'organisation socio-économique, en même temps que sur des normes, des croyances et des valeurs partagées.

3Une telle approche, on le voit, confère à l'histoire politique, restée trop souvent cantonnée dans le court terme de l'événement, une place de plein exercice dans l'épaisseur chronologique de la moyenne durée historique. Pour une histoire politique ainsi conçue, en effet, le regard sur le temps court de l'événement doit être croisé avec une analyse davantage structurelle. A condition, bien sûr, pour ce qui est des cultures politiques, de ne pas perdre de vue que celles-ci ne sont jamais déconnectées des sociétés humaines qui les portent : une culture politique irrigue un groupe humain avec des canaux d'expression qui peuvent varier à la fois avec les époques et avec les milieux concernés.

  • 1 Que soient aussi remerciés Jean-Jacques Becker et Serge Berstein qui ont bien voulu, avec Bernard (...)

4Dans un tel contexte historiographique, il était tentant d'étudier, à l'échelle d'un siècle tout entier, le socialisme septentrional C'est le défi, en tout cas, que nous avons tenté de relever - avec l'aide, également, de deux autres collègues de notre Université, Alain R. Michel et Robert Vandenbussche-, en étant bien conscients qu'un tel défi relevait du pari, tant était ample la matière à brasser et large la période à scruter. Bernard Ménager explique, dans le texte suivant, les grands découpages qui ont prévalu et les principales observations qui ont été dégagées. Si nous avons pu contribuer à la progression de la connaissance savante d'un sujet aussi important que l'histoire du socialisme septentrional et si nous sommes parvenus à faire participer notre Université de Lille III à ce mouvement de reviviscence de l'histoire politique, ce colloque et les actes que nous en présentons n'auront pas été inutiles. Ils n'ont pu, en tout cas, voir le jour que grâce à tous ceux qui nous ont fait l'honneur, la confiance et l'amitié de s'associer à l'entreprise. Qu'ils trouvent ici la profonde et chaleureuse reconnaissance des organisateurs de ces journées d'étude1.

Notes

1 Que soient aussi remerciés Jean-Jacques Becker et Serge Berstein qui ont bien voulu, avec Bernard Ménager et moi-même, présider les quatre séances, et Jean-Paul Brunet Hugues Portelli et Marc Sadoun qui en ont été, avec Robert Vandenbussche, les rapporteurs.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540