Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Conclusion

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Au terme du colloque, M. Vovelle a souligné que l'histoire ne s'écrit plus comme au début de ce siècle quand A. Mathiez et A. Aulard menaient combat par héros interposés. De fait, notre démarche initiale s'est voulue davantage exploratoire que fondatrice d'une illusoire interprétation globalisante de Robespierre, ce qui serait revenu à choisir entre les deux mythes antagonistes dont M. Agulhon a analysé la genèse et l'actualité. Ce sont là deux raisons qui interdisent une conclusion qui chercherait à fournir un bilan clos de la personnalité de Robespierre et de son rôle dans la Révolution. Pour autant, il ne s'agit pas de décalquer la gêne républicaine qui, pour échapper à l'ambivalence symbolique de Robespierre posthume, préfère souvent l'ignorer.

2En puisant largement dans les interventions ou dans les remarques finales qui firent suite à la conférence publique et n'ont pas été transcrites dans ces actes, je conclurai donc en confrontant quelques-uns des apports du colloque à ses deux ambitions initiales qui étaient de comprendre l'itinéraire de Robespierre pour éclairer les enjeux de la Révolution et de répondre à certaines interpellations contemporaines.

3Il reste indéniable que Robespierre "interroge la Révolution tout entière" (M. Vovelle), qu'il porte en lui-même la complexité de l'événement, la force anticipatrice mais aussi les contradictions et les limites des projets patriotes de transformation de l'ordre politique et social.

4Les interventions et les débats ont montré que sa démarche même le porte à ce rôle emblématique. En effet, si le cheminement du colloque a parfois hésité entre la recherche du moment-clef où Robespierre aurait fixé ses choix politiques et la mise en évidence d'une ligne droite dans le combat pour quelques grands principes, le rapprochement des interventions conduit à considérer que la singularité du personnage réside dans sa volonté de conjuguer la fidélité à quelques idéaux et l'engagement dans l'action politique. Les invariants de sa démarche sont apparus nettement. Ils concernent notamment, dans l'ordre économique et social, la recherche de "l'égalité essentielle des droits au milieu de l'inégalité inévitable des biens dans une conception de la propriété exclusive de tout caractère collectif" (J. Bart). En matière politique, il s'est agi pour Maximilien de mettre en oeuvre la citoyenneté universelle fondée sur les droits naturels ; celle-ci implique, au-dedans, la fusion des nations provinciales dans la Nation française et la transparence entre le peuple souverain et ses représentants ; cette citoyenneté universelle suppose, dans les relations internationales, la reconnaissance du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

5En présentation de l'une des séances, F. Brunei a résumé l'ampleur du projet robespierriste ; en septembre ou octobre 1792, Robespierre cite Rousseau : " Il faudrait une intelligence supérieure qui vît toutes les passions et n'en éprouvât aucune, qui dans le progrès des temps, en se ménageant une gloire éloignée, pût travailler dans un siècle et jouir dans un autre. Il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes" ; et le député de commenter : "Il faut au moins des philosophes, également éclairés et intrépides, qui éprouvent les passions des hommes, mais dont la première passion soit l'horreur de la tyrannie et l'amour de l'humanité" (Lettre à ses commettans). F. Brunei a ajouté : "Robespierre est en effet un législateur de principe agissant toujours en fonction d'un devoir-être. Il incarne plus qu'aucun autre une politique de la philosophie. Cette politique de la philosophie s'exprime exclusivement par le discours. On ne trouve, chez cet habitué des exercices académiques, aucun trait sur la manière de rompre les chaînes de l'esclavage, aucune somme sur le despotisme ministériel […]. En revanche quatre volumes furent nécessaires pour rassembler ses discours dans les assemblées depuis le 18 mai 1789, date d'une première intervention sur la réunion des trois ordres, jusqu'au long discours du 8 thermidor".

6La réflexion et les débats sur la fonction du discours dans l'action robespierriste me paraissent ainsi être un autre point fort de ce colloque. Associant, par ses interventions l'appel aux principes, la légitimation de l'action populaire et l'impulsion à l'institution législative des droits civils, Robespierre accompagne le crescendo révolutionnaire et noue l'interaction permanente entre les pôles multiples de l'initiative politique.

7Il semble donc aussi vain de rechercher dans son itinéraire la part des idéaux et la part de la tactique politique, que de s'interroger sur le moment où se serait fixée une "ligne" robespierriste ; Robespierre incarne une dialectique permanente entre affirmation des principes et action en vue du pouvoir, non pour luimême mais pour la mise en oeuvre de ses idéaux.

8Dans cette dialectique, les faiblesses et les contradictions sont multiples ; elles tiennent, par exemple, aux décalages entre l'idéal d'une société de petits propriétaires instituant le droit à l'existence et les ambiguïtés de la politique agraire, entre l'équité de mesures d'épuration de la dette et les exigences tactiques incitant à ménager les petits rentiers, entre la proclamation du droit des gens et une vision des autres nations ou des questions coloniales largement dictée par l'obsession du "complot de l'étranger" ou par la priorité accordée au combat politique dans la République française, etc. En définitive, les débats suggèrent que la contradiction la plus fondamentale réside dans la nécessité d'assumer la discordance entre le peuple idéal et le peuple réel. Robespierre vécut précocement cette contradiction dans ses relations avec l'Artois ; il tenta de la dépasser en agissant au sein des Jacobins et en devenant l'élu des sans-culottes parisiens, mais au fil des luttes entre les partis ou les factions, par la politique de Salut public, il fut aussi amené à chercher dans la référence de plus en plus soutenue à la vertu le moyen de distinguer amis et ennemis de la Révolution et de poursuivre l'oeuvre prométhéenne d'instauration de la République des droits naturels. La Terreur, le culte de l'Être suprême s'inscrivent dans cette démarche. A l'issue des débats, on continue de s’interroger : cette évolution procède-t-elle du projet politique et social de Robespierre, de ses conceptions de la citoyenneté, des limites de son analyse du rapport entre propriété et droit à l'existence, de son sens du sacré par exemple ? Ou bien sont-ce la pratique du pouvoir et ses ressorts complexes, bien au-delà des seules circonstances du gouvernement révolutionnaire, qui expliquent l'aboutissement tragique du combat de l'incorruptible pour l'institutionnalisation des droits ? Si une réponse est possible, il faudrait pour l'approcher, non seulement dépasser certains partis pris, mais aussi combler des lacunes du colloque et corriger des dysfonctionnements de nos problématiques.

9D'abord, constatons, comme l'a noté F. Brunei, qu'aucune communication ne fut consacrée aux engagements de Robespierre dans le Comité de Salut public "[…] où, un an durant, Robespierre joua un rôle essentiel, exerçant la fonction originale de représentant du peuple dans le cadre du gouvernement révolutionnaire […] et y présenta les textes majeurs de l'an II". Mais il y a plus : en encourageant la recherche des liens entre l'itinéraire personnel de Robespierre d'une part et l'interaction des enjeux locaux de la Révolution et ceux de la politique nationale d'autre part, en appelant à reconstituer les réseaux de pouvoir, nous souhaitions scruter les modalités selon lesquelles Robespierre s'était situé dans la reconstruction concrète de la Politique, donc éclairer la dynamique révolutionnaire. Or, malgré l'absence d'anathèmes et la qualité de l'écoute réciproque qui caractérisèrent ce colloque, il faut bien constater que nos recherches semblent s'inscrire dans deux démarches qui se juxtaposent plus qu'elles ne se croisent. La première privilégie l'analyse des théories du Législateur soit que, la facilité de l'accès aux sources aidant, l’étude du discours tende à devenir l'étude de la politique de Robespierre soit que, la mise en oeuvre de la souveraineté nationale servant de justification, l'analyse de l'intervention au centre législatif de l'État envahisse l'examen de la pratique du pouvoir. La seconde démarche, que nous souhaitions développer, s'attache à tous les lieux de l'initiative politique et au va-et-vient entre les différents niveaux de pouvoir, entre l'énoncé des principes, l'adoption des lois et leur application. Les contributions ont été dans ce domaine limitées à quelques exemples ou à quelques moments révolutionnaires. Comment pourtant ne pas rapprocher deux remarques : la singularité de Robespierre tient à la confrontation permanente des principes et des pratiques politiques ; les avancées les plus significatives de l'historiographie récente procèdent d'un démarquage à l'égard d'une vision trop étroitement nationale du processus révolutionnaire et de la mise en évidence de la diversité des rythmes et des formes d'engagement ou de refus. Gageons qu'en rapprochant ces deux perspectives dans la voie ouverte par quelques-unes des communications, la recherche se renouvellerait davantage et dépasserait des interrogations dont la formulation dichotomique - vertu et citoyenneté, économie morale populaire et force des choses - ne cadre guère avec le cheminement très dialectique de Robespierre lui-même. J'ajoute qu'il importerait de prendre en compte deux exigences dans le rapport au temps révolutionnaire, qui furent soulignées par plusieurs intervenants : il conviendrait de ne pas négliger les enracinements des pratiques politiques dans les héritages collectifs et individuels de l'Ancien Régime ; il faudrait se garder d'une vision téléologique qui tendrait à interpréter l'ensemble de l'itinéraire de Robespierre en fonction des dernières semaines de son action. Ce souhait nous ramène à la force d'interpellation de Robespierre pour le citoyen d'aujourd'hui.

10Au terme d'un survol de l'historiographie anglo-saxonne, C. Lucas a constaté qu'après deux siècles de rejet pur et simple au nom du caractère exemplaire de la seule Révolution anglaise, les références à la Révolution française et à Robespierre s'y font plus fréquentes et il a conclu en souhaitant un prolongement au débat fondamental sur la nature et la construction de la liberté en société civile.

11A cet égard, dans une des dernières interventions, G. Gayot a souligné la force d'interrogation de la confrontation tragique de Robespierre avec le déficit de citoyenneté, avec la crainte que l'instauration de la République ne se heurtât à de nouvelles idolâtries.

12En effet, dans une Europe confrontée aux remises en cause du lien social, aux affrontements entre peuples, à l'adaptation des pratiques démocratiques face à l'omniprésence des médias, on ne peut qu'être sollicitée par l'actualité des questions qu'a soulevées Robespierre, par la portée exemplaire des tensions qu'il vécut entre l'énoncé de principes fondateurs et les contradictions de la pratique du pouvoir. Qu'au terme d'un colloque, qui fut aussi rencontre entre les historiens et le public, ces actes puissent servir à enraciner Robespierre dans la culture républicaine non comme mythe, mais comme sujet de réflexion, tel demeure finalement le souhait des éditeurs.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540