Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre, les colonies et l'esclavage

Yves Bénot

Texte intégral

1Dès qu'on évoque la position de Robespierre sur la question coloniale, on pense tout de suite aux débats célèbres de mai et septembre 1791, lesquels ne portent en principe que sur les droits des hommes libres, de couleur ou noirs. On pense à la fameuse apostrophe si souvent citée sous la forme de la formule inexacte : périssent les colonies plutôt qu'un principe ! Peut-être en effet est-ce là ce qu'il aurait dû dire, mais si quelqu'un l'a dit, ce n'est pas lui.

2Ce que l'on se propose ici, ce n'est pas de centrer la réflexion sur ces grands discours, au demeurant remarquablement commentés par Césaire dans son Toussaint Louverture, mais d'examiner la place que tiennent ces problèmes dans la pensée et l'action de Robespierre tout au long de ses cinq ans de vie politique, avant et après les débats en question, qui ne seront pas pour autant négligés. Avant eux, il est vrai que l'on ne relève guère d'intervention notable de Robespierre sur ce terrain. Au rebours de ce que l'on continue parfois à écrire et imprimer, il ne paraît pas qu'il ait jamais été membre de la Société des Amis des Noirs. En tout cas, le détenteur actuel du registre de la société affirme catégoriquement que l'on n'y trouve aucune trace d'une adhésion du député d'Arras. Il n'empêche que, parlementaire consciencieux, il a dû suivre les débats sur l'admission des députés (blancs) de Saint-Domingue, la discussion sur l'admission de députés des gens de couleur, ainsi que les séances de mars et d'octobre 1790 où Barnave réussit à faire voter des décrets importants en interdisant toute discussion sérieuse, en fermant même la bouche à Mirabeau. Surtout, membre des Jacobins, Robespierre a dû écouter le "terrible" discours de Mirabeau du 26 février 1790. On verra plus loin que sur ce point, nous pouvons trouver un indice en 1793. A-t-il lu les brochures de Grégoire, c'est beaucoup moins sûr, nous le verrons aussi.

  • 1 Oeuvres complètes, t. 6, p. 443-449.

3En revanche, les Oeuvres Complètes révèlent une première intervention sur un problème colonial, le 30 juin 1790, où il est question de la colonie de Tobago qui réclame un envoi de secours en soldats et vivres. Robespierre ne se prononce pas sur le fond car il estime être trop mal informé, mais il s'oppose à l'adoption du décret proposé parce que, dit-il, ce serait "la liberté pour le pouvoir exécutif de faire ce qu'il veut"1. Ce qui est donc l'essentiel pour lui - et d'ailleurs pour une grande partie de la Constituante, comme on l'a vu dès octobre 1789 - c'est l'impact éventuel des décisions prises relatives aux affaires coloniales sur la politique intérieure française ; il s'agit ici du rôle que le pouvoir exécutif trouverait aisément l'occasion de jouer aux colonies, qui sont lointaines, si l'assemblée a l'imprudence de le lui laisser jouer. En fait, et au moins jusqu'à l'arrivée au ministère des Girondins en mars 1792, le ministère a très largement fait ce qu'il voulait dans les colonies.

  • 2 Ibid., t. 7, p. 156-158 et p. 194-195.
  • 3 Thèse déjà soutenue dans l'article anonyme : "Mulâtres" du Supplément de l'Encyclopédie.

4Nous ne trouvons plus rien dans les Oeuvres Complètes jusqu'aux 31 mars et 5 avril 1791, quand Robespierre intervient assez brièvement contre la délégation de l'assemblée coloniale dite de Saint-Marc, défendue par Linguet : Robespierre en profite pour lancer une attaque contre Barnave, sans pourtant aborder le fond du problème2. Bientôt va s'ouvrir le grand débat de mai 1791, qui donne lieu à des discussions non moins vives aux Jacobins qu'à l'Assemblée. Rappelons qu'au départ, il s'agissait de voter un plan constitutionnel définitif pour les colonies, lequel, tout en réservant les droits de la métropole en matière de commerce, autrement dit le maintien de l'Exclusif, livrait l'organisation des colonies à un Congrès des colons des Antilles-Guyane, en somme une constituante coloniale blanche. Devant les réticences de l'assemblée qui, cette fois, exigeait un débat contrairement à ce qui s'était passé les 8 mars et 12 octobre 1790, le projet avait été remanié, mais il laissait aux assemblées coloniales (blanches) le droit de décider de tout ce qui concernait l'état des personnes, aussi bien des hommes de couleur et noirs libres que des non-libres. L'Assemblée législative de la métropole ne pourrait rien décider à cet égard qu'en conformité avec les décisions des assemblées coloniales. Mais la discussion s'est circonscrite autour de la question de l'égalité des hommes de couleur et noirs libres, ou, pour employer l'abréviation courante et inexacte, des mulâtres. Pourtant, ce qui détermine les positions des uns et des autres, c'est finalement ce spectre qui les hante tous, l'éventuelle insurrection des esclaves. À lire ces discours passionnés, on a souvent l'impression que les thèses opposées se ramènent à la contradiction entre ceux qui soutiennent que l'égalité des mulâtres est la meilleure garantie contre les esclaves3 et ceux pour qui l'inégalité infligée aux mulâtres est indispensable pour contenir les esclaves. Or, si l'on se résigne à la discrimination introduite dans la constitution française par la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs - contre laquelle s'étaient élevés avec force Robespierre, Pétion et Grégoire -, l'inégalité des mulâtres introduit une nouvelle discrimination, cette fois au sein des citoyens actifs, car la plupart d'entre eux réunissent les conditions pour l'être. Ne va-t-on pas un jour en tirer argument pour réduire encore les libertés en France même ? Ce raisonnement sous-tend, pour une part, les interventions de Robespierre. Mais c'est Barnave qui, le premier, a marqué l'opposition entre les principes et les réalités. Les principes, entendons-nous, ce ne sont pas ceux de la démocratie, mais ceux là mêmes auxquels la Constituante s'est ralliée avec son droit de suffrage censitaire. En effet Barnave, le 11 mai, admettant ouvertement l'esclavage colonial, avait tenté d'emporter l'adhésion de l'Assemblée par cette phrase redoutable :

"Si cette constitution coloniale est au point que je vous annonce, il faut ou l'admettre ou renoncer aux colonies, et dire : les avantages de notre commerce, de notre marine, de notre agriculture, nous sont moins chers que la consécration des principes".

5Type d'argument que, malheureusement, nous n'avons que trop souvent entendu depuis lors, et même dans des manuels scolaires !

6En tout cas, le 13 mai, Dupont de Nemours, physiocrate, disciple et ami de Turgot, (dont on sait qu'il ne tenait pas trop aux colonies), riposte avec pertinence : "Si toutefois cette scission devait avoir lieu, s'il fallait sacrifier l'intérêt ou la justice, il vaudrait mieux sacrifier les colonies qu'un principe". La formule de Robespierre, ce même 13 mai, si elle introduit, comme tout son discours, ce que Césaire appelle fort bien "une fièvre de raison", va nous ramener sur le terrain des conséquences pour la France métropolitaine des décisions prises pour les colonies : "Périssent les colonies s'il doit vous coûter votre bonheur, votre gloire, votre liberté !". Ce qui précède éclaire bien le sens de cette déclaration qui, à la différence de celle de Dupont de Nemours n'implique pas une décision de renoncement aux colonies :

"Quand il s'agira de l'intérêt direct de la métropole, on vous dirait : Vous nous alléguez sans cesse les Droits de l'homme, et vous y avez si peu cru vous-mêmes que vous avez décrété constitutionnellement l'esclavage".

7Et Robespierre de s'opposer, avec succès dans ce cas, à ce que le décret comporte le mot, esclaves, en toutes lettres. Pour autant, on ne peut pas en conclure que Robespierre envisage à bref délai l'abolition de l'esclavage ; il préserve les principes à cet égard, en vue d'un avenir lointain et indéfini. En revanche, et logiquement, il réclame les droits de citoyens pour "les hommes libres de couleur" (est-ce un simple oubli s'il ne mentionne pas les noirs libres à côté des hommes de couleur ?) et il se refusera au compromis Reubell finalement voté le 15 mai qui accorde les droits politiques aux hommes de couleur et noirs libres de seconde génération. Mais, en septembre, le décret ayant été adopté, il s'opposera avec force à son abrogation.

8Cependant, dans son plaidoyer pour les mulâtres, Robespierre s'appuie sur une argumentation contestable. Il se réfère à l'article du Code Noir de 1685 qui affirme l'égalité des métis libres, sans tenir compte de cet autre article qui, contradictoirement, leur prescrit le respect et la déférence à l'égard des blancs. Surtout, il semble ignorer les différentes mesures qui au cours du XVIIIe siècle, ont limité les droits civils des mulâtres, et notamment les interdictions professionnelles édictées sous Choiseul. C'est ce qui fait douter qu'il ait lu le Mémoire de Grégoire de décembre 1789, où la situation réelle des mulâtres était exposée sur la base d'une documentation solide.

9En ces mêmes jours de mai, le débat a lieu également au club des Jacobins, et aussi dans la rue - ce dont Robespierre ne dit mot. Aux Jacobins, son rôle ressort du contraste entre la séance du 11 mai, où une majorité pro-Barnave refuse l'impression du discours prononcé par Brissot, et celle du 13 mai où Robespierre, porté à la présidence, ferme la bouche à Lameth.

10En septembre, Barnave reprend l'offensive, et va réussir à faire abroger le décret du 15 mai. Dans l'état actuel de nos connaissances, il ne semble pas que Robespierre soit intervenu aux Jacobins, où on sait que Grégoire, Chabot, Brissot ont pris la parole pour défendre les droits des hommes de couleur et noirs libres. Robespierre, lui, se bat à l'Assemblée, déjà le 5 septembre pour que l'on écoute la délégation de Brest qui défend le décret (non appliqué et d'ailleurs non envoyé officiellement), et surtout le 24 septembre. Mais ce grand discours, qui défend exclusivement le principe de l'égalité des hommes de couleur et noirs libres, commence par rejeter à des temps lointains la libération et l'égalité des esclaves. Et ce que dit Robespierre ce jour-là jette une certaine lumière sur son comportement ultérieur en ce qui concerne l'esclavage.

  • 4 Oeuvres complètes, t. 7, p. 731.

"On ne persuadera jamais à personne, je ne dis pas seulement que les décrets de l'assemblée nationale, mais même les relations de ces décrets avec les droits de citoyens, puissent donner des idées assez nettes à des hommes abrutis par l'esclavage, qui ont très peu d'idées, ou qui n'ont que des idées absolument étrangères à celles dont il s'agit en ce moment, pour les engager à rompre tout à la fois et leurs anciennes habitudes et leurs chaînes. Je dis qu'on ne persuadera à personne que des esclaves qui ne savent pas lire, qui sont entourés de toutes les précautions, de toutes les entraves dont leurs maîtres veulent les environner, puissent prendre, de vos décrets, la connaissance nécessaire à des hommes capables de réflexion, pour en tirer de pareilles conséquences et pour y conformer leur conduite"4.

11En mai déjà, mais plus brièvement, il avait écarté le risque d'une insurrection en soutenant que c'était "prévoir les malheurs de bien loin…". Il ne parait pas que le mot eut été ironique dans sa bouche.

12Ainsi, d'une part, Robespierre s'oppose très fermement à toute reconnaissance constitutionnelle, légale, de l'esclavage réellement existant, mais d'autre part, il ne réclame pas l'abolition, ni immédiate ni graduelle. C'est pour beaucoup plus tard, on ne saurait dire quand. On ne peut pas s'étonner, dans ces conditions, qu'un colonial de la IIIe République, Georges Hardy, alors directeur de l'enseignement au Maroc, ait pu saluer en ces termes la position de Robespierre, qu'il entend appliquer à des populations colonisées qui ne se dénomment plus esclaves, mais indigènes :

"Alors qu'il était prudent en politique de reconnaître aux hommes libres de couleur les droits qu'ils partageaient implicitement avec les blancs, il était au plus haut point imprudent et impolitique d'aller brandir la Déclaration des droits sous les yeux des malheureuses populations qui ne pouvaient avoir, sans une longue éducation préalable, le sens des devoirs. C'était travailler contre leur intérêt aussi bien que contre l'intérêt de la France".

  • 5 Annales historiques de la Révolution française, 1920, p. 378.

13Bien entendu, ces "malheureuses populations" sont autant celles de l'empire colonial français en 1920 que celles du XVIIIe siècle !5.

14S'agissait-il, dans cette différence entre l'égalité des mulâtres et celle des esclaves, d'un argument tactique, nécessaire pour gagner une première manche, en attendant de pouvoir aller plus loin, comme on est en droit de le soupçonner de la part de Brissot ? Toute la suite montre que, pour Robespierre, il n'est pas question de tactique, mais bien d'une conviction.

15Après le vote du 24 septembre où le décret du 15 mai est abrogé, Barnave et les Lameth sont exclus des Jacobins le 25 septembre. Puis c'est la clôture de la Constituante, le départ de Robespierre en Artois pour quelques semaines. A son retour, ce qui domine tout, c'est la question de la guerre, à laquelle il va en vain s'opposer avec une rare vigueur. Pourtant, dans cet intervalle, ses certitudes du 24 septembre sur l'impossibilité de l'insurrection des esclaves ont été démenties avec éclat par le coup de tonnerre du 22-23 août 1791 dans la partie nord de Saint-Domingue. Qu'en pense-t-il, nous n'en savons rien. Il en est pourtant question aux Jacobins au début de décembre : il ne semble pas qu'il y soit intervenu. Jusqu'en avril 1793, on ne relève presque rien qui concerne directement les problèmes coloniaux. Cependant, çà et là, ils affleurent plus ou moins directement. Le 10 février 1792, parlant aux Jacobins, il commente les critiques de l'Assemblée législative contre le ministre de la marine et des colonies Bertrand de Molleville, un des contre-révolutionnaires les plus méthodiques, et qui s'applique depuis la fin de 1791 à désorganiser la marine :

  • 6 Oeuvres complètes, t ; 8, p. 159.

"Qu'est-ce que la peccadille reprochée au ministre Bertrand en comparaison des contradictions grossières, des mensonges journaliers par lesquels le ministre Duportail n'a cessé de tromper l'Assemblée constituante sur le nombre des armes renfermées dans nos arsenaux… ?"6

16Il n'y a évidemment pas lieu de justifier Duportail, mais l'émigration de milliers d'officiers de la marine de guerre favorisée sinon encouragée par le ministre, était tout autre chose qu'une "peccadille". Et l'on s'avise que si Robespierre a réclamé, avec raison, l'épuration des généraux, il ne s'est pas intéressé avec la même ardeur à celle des amiraux, qui n'aurait pas été moins nécessaire. Quoiqu'il en soit, un peu plus loin, Robespierre précise qu'il "ne regrette point le décret proposé" contre Bertrand - et qui ne fut pas voté.

17Voici qui est cependant plus net, et qui revient sur les débats de mai - septembre 91, et sur leur dénouement par la loi du 4 avril 1792 établissant l'égalité des mulâtres.

18Dans Le Défenseur de la Constitution, no 3, vers mai 1792, on lit, précisément à propos de la part prise par Brissot et ses amis au vote de cette loi, qui ne fut pas obtenu sans peine :

  • 7 Ibid., t. 4, p. 84.

"Je leur rends grâce, au nom de l'humanité, d'avoir défendu les droits des hommes de couleur libres de nos colonies. Loin d'imiter l'injustice de ceux qui leur ont cherché des torts jusque dans cette action louable en elle-même, je me croirais coupable d'ingratitude si je refusais cet hommage à ceux qui ont fait triompher la cause que j'avais plusieurs fois plaidée dans la même tribune. Peu m'importent les motifs quand les faits sont utiles au bien général. Sans examiner s'il est vrai que les uns défendent même la cause de l'humanité comme des hommes d'affaires, et les autres comme des défenseurs officieux (avocats), je me borne à chercher si les malheurs d'Europe vous ont aussi vivement occupés que les infortunes américaines et si le peuple français a trouvé en vous le même zèle que le peuple de Saint-Domingue"7.

19Mais alors, il faut admettre que le "peuple de Saint-Domingue" ne comprend pas sa majorité esclave, alors que les citoyens passifs font certainement partie du peuple français aux yeux de Robespierre. Quant aux injustes critiques, s'agit-il d'un désaveu de Camille Desmoulins qui s'en était pris aux démarches de Brissot en faveur des mulâtres - mais avant le vote de la loi du 4 avril ? Ce n'est pas certain. Au demeurant, ce n'est pas là l'ultime prise de position de Robespierre sur l'attitude de Brissot.

  • 8 Ibid., t. 4, p. 331 et p. 359.

20Dans la grande polémique sur la guerre, Robespierre et ses amis, aux Jacobins, ont eu à s'opposer à certains membres du comité de correspondance du Club, parmi lesquels Sonthonax. Mais on ne trouve dans Le Défenseur de la Constitution aucune référence à la nomination de Sonthonax et Polverel comme commissaires civils à Saint-Domingue. En revanche, il n'est pas sans intérêt pour notre sujet de relever dans les no 11 et no 12 du Défenseur de la Constitution (fin juillet et mi-août 1792, donc après la déclaration de guerre) une définition du rôle mondial du peuple français, qui implique que la France passe avant le sort des noirs, fussent-ils esclaves. Dans le no 11, on lit : "A notre sort est attaché celui de toutes les nations … Il faut que le peuple français soutienne le poids du monde, et qu'il dompte, en même temps, tous les monstres qui le désolent". Dans le no 12, voici plus impératif encore : "Français, n'oubliez pas que vous tenez dans vos mains le dépôt des destinées de l'univers"8. Venant de Robespierre, et confirmées par toute son action ultérieure, de telles déclarations de principe ne sauraient être tenues pour des hyperboles. Certes à leur date, la guerre est exclusivement continentale, et les conséquences à tirer pour les colonies n'apparaissent pas encore. Mais à partir du moment où la guerre s'étendra à l'Angleterre et deviendra maritime et coloniale, il résulte des formules ci-dessus que c'est le devoir du peuple français de préserver ses colonies des ambitions d'une Angleterre au régime corrompu ; il peut également en résulter que l'intérêt universel est d'abord que le peuple français gagne la guerre et que des problèmes humains comme la traite et l'esclavage ne devront trouver leur solution qu'ensuite. Au demeurant, l'insurrection des esclaves s'est faite - au moins dans le nord de Saint-Domingue - au nom du roi ; après quoi, au printemps de 1793, l'alliance avec les Espagnols de Santo-Domingo devient officielle. Autant de raisons de méfiance dans le contexte global de la guerre générale. Bien sûr, cet enchaînement logique n'a jamais été énoncé en tant que tel par Robespierre et on ne peut pas davantage affirmer qu'il l'ait même pensé ainsi. C'est seulement cette logique qui seule peut expliquer ses attitudes, y compris ses silences.

21Elu à la Convention, Robespierre dans toute cette période qui va du 21 septembre 1792 aux désastres de mars 1793, est occupé d'abord à sa propre défense contre les assauts girondins, puis à la bataille pour la mise à mort du roi. Mais on ne l'entend guère, autant que l'on sache, lors de la discussion de questions relatives aux colonies. Cependant, il en est souvent question, à propos de la Martinique et de la Guadeloupe qui sont pendant quelques mois en sécession au nom du roi, ou du renouvellement des pouvoirs des commissaires civils à Saint-Domingue, ou encore du retour de Roume, commissaire civil en 1791-1792, qui vient de rentrer, ou encore des décisions à prendre concernant les contre-révolutionnaires renvoyés par Sonthonax et Polverel, notamment Blanchelande et d'Esparbès. Silence également à propos du décret de mars 1793 qui renforce les pouvoirs de ces mêmes commissaires, et ouvre la voie à des initiatives sur l'esclavage ; décret, il est vrai, rapporté quinze jours plus tard, mais déjà envoyé par Monge, alors ministre des colonies et de la marine. Sur tout cela, nous ignorons ce que Robespierre a pu penser.

22Mais on découvre qu'il publie dans le no 2 de la 2e série de ses Lettres à ses commettans, vers le 10 janvier 1793, une note de Camille Desmoulins contre Brissot, d'un ton bien différent du jugement de Robespierre dans Le Défenseur de la Constitution. Cette fois, Brissot est déjà devenu un "agent de Pitt", comme le sera plus tard, sous la plume du même Camille - et avec l'approbation de Robespierre - Hébert. Donc, c'est :

  • 9 Ibid., t. 5, p. 225.

"Ce Brissot (…) dont on ne peut expliquer la conduite et les écrits, tantôt républicains quand il n'y avait point de république, et aujourd'hui royalistes, quand il n'y a plus de monarchie (…) qu'en convenant qu'il est vendu à Pitt, comme le général Dillon affirmait il y a trois ans, à la tribune de l'Assemblée nationale, qu’il en avait des preuves, et en reconnaissant qu'il est encore l'agent de Pitt, comme il l'était de Lenoir…"9.

23Or l'intervention de Dillon, royaliste et esclavagiste, et malencontreusement ami de Camille Desmoulins, remonte au 4 mars 1791, et c'était pour s'opposer violemment à l'admission à l'Assemblée d'une délégation de mulâtres. Quant aux preuves elles n'ont jamais été produites. Pourtant Robespierre, qui doit savoir ce qu'il en est, puisqu'il était présent à l'Assemblée, et a suivi tout le débat sur les mulâtres, publie la note de Camille sans le moindre commentaire, sans rectification. Nous entrons ici dans la voie de l'amalgame, hélas trop fréquent dans les périodes révolutionnaires modernes. Mais au moins Robespierre lui-même ne s'y implique pas.

24Bien au contraire, nous le voyons intervenir en adversaire de la traite lors du premier débat sur la Déclaration des droits qui devrait figurer en tête de la nouvelle constitution. En effet, en présentant à la Convention le 24 avril 1793 des articles additionnels au texte déjà voté le 22 avril et tirés du projet que les Jacobins avaient adopté le 21 avril et publié en brochure, Robespierre énumérant les abus du droit de propriété commençait par la traite :

  • 10 Ibid., t. 9, p. 460.

"Demandez à ce marchand de chair humaine ce que c'est que la propriété ; il vous dira, en vous montrant cette longue bière qu'il appelle un navire, où il a encaissé et ferré des hommes qui paraissent vivants : voilà mes propriétés, je les ai achetés tant par pièces"10.

  • 11 Ibid., t. 9, p. 461.

25Cette "longue bière" est une image qui vient en droite ligne du discours de Mirabeau du 26 février 1790 aux Jacobins. Nul doute que Robespierre ait en vue l'interdiction au moins de la traite, comme l'avaient voulu les Amis des Noirs. Ses articles additionnels, s'ils ne mentionnent ni la traite ni l'esclavage, les visent cependant quand il est énoncé que le droit de propriété "ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté (souligné par moi), ni à l'existence, ni à la propriété de nos semblables"11. Et le mot de trafic, employé à l'article suivant, parait bien concerner des opérations négrières contraires aux droits de l'homme. Comme on sait, la Convention n'a pas voulu suivre Robespierre le 24 avril ; et, après la chute des Girondins, celui-ci n'a pas reproposé son texte, comme s'il jugeait qu'il n'y avait pas plus de majorité pour l'adopter après le 2 juin qu'avant.

26Ou bien, faut-il penser qu'il a pu être impressionné par l'étrange fin de la séance du 4 juin où une délégation de mulâtres, venue présenter une pétition demandant l'abolition de l'esclavage, avait été reçue, certes avec approbation tant qu'elle parlait de sa volonté de se battre pour la République, mais avec hostilité quand il s'agissait du contenu de sa pétition ? Les efforts de Grégoire avaient été vains, la pétition avait été renvoyée aux comités, c'est-à-dire enterrée ; d'ailleurs, on ne l'a pas retrouvée jusqu'ici. Robespierre est-il intervenu aux côtés de Grégoire comme l'affirme La Buissonnière dans une affiche placardée le lendemain, c'est ce qu'il n'est pas possible d'affirmer - ni d'infirmer.

27Pas davantage ne peut-on savoir si Robespierre a eu quelque part à l'introduction dans l'article 18 de la Déclaration des droits de 1793 des trois mots : ni être vendu, surgis entre le 23 et le 24 juin et qui en modifient la portée. Il est vrai que cette correction semble être passée inaperçue, et que personne, à la Convention ou dans la presse, ne s'est avisée que la Déclaration proscrivait explicitement l'esclavage par ces trois mots ; il semble que ce soit là l'œuvre de Saint-Just.

  • 12 Ibid., t. 10, p. 9.

28Juste avant d'entrer officiellement au Comité de Salut public, Robespierre prend la parole à la séance du 27 juillet 1793, sur un sujet qui a un lien étroit avec les colonies. La loi sur l'accaparement doit-elle s'appliquer aux denrées de luxe comme le café et le sucre ? Robespierre est convenu : "Que le sucre et le café ne servent qu'à satisfaire des besoins factices", mais il a prétendu ensuite que "l'habitude a sur nous un tel empire que ce serait priver le peuple d'une grande jouissance que de ne pas lui conserver ces deux denrées coloniales dont il fait un usage si fréquent"12.

29Et la loi s'appliquera en effet au sucre et au café. L'argumentation de Robespierre est exactement la même que celle de Brissot en 1792 pour s'opposer au boycott du sucre et du café que des Jacobins avaient voulu décider après des émeutes contre les accapareurs de denrées coloniales. Mais ce qui nous étonne, c'est que l'on n'entende pas Robespierre s'exprimer sur la traite dont un conventionnel anonyme pour nous avait demandé l'abolition au cours de cette même séance, à quoi il lui avait été répondu qu'il fallait attendre le rapport général sur les colonies que devait faire Saint-Just - et qu'il n'a jamais fait … C'est dans cette même séance qu'à défaut, Grégoire obtient la suppression des primes à la traite, même déjà dues ; une interdiction par le biais.

30Robespierre, une fois entré au Comité, c'est de nouveau le silence sur ces questions jusqu'au rapport du 17 novembre. Mais en approuvant le rapport d'Amar sur les Girondins le 3 octobre, il approuve du même coup tout le passage rédigé en fait par les colons Page et Brulley qui accusent Brissot d'être un agent de Pitt en ce qu'il a voulu perdre les colonies et d'avoir été payé pour ce faire - en somme une version plus élaborée de l'accusation de Dillon en 1791, reprise par Camille peu de mois avant … En ne disant rien là-dessus, Robespierre s'associe cette fois indiscutablement aux colons. Dans sa prison, Brissot, qui suit de près les discussions parlementaires, relève la contradiction flagrante entre les décisions des séances du 2 et du 3 octobre à la Convention. Aux accusations lancées contre lui, il riposte dans son projet de défense :

  • 13 dans Mémoires de Brissot, éd. Perroud, II, p. 296.

"Faites le procès à Robespierre surtout qui, dans l'Assemblée constituante, défendit les mêmes principes que moi, qui, dans l'excès de son indignation, fit cette exclamation énergique tant anathématisée par les colons qu'il soutient aujourd'hui : périssent les colonies plutôt que de sacrifier un seul principe ! Faites le procès à la Montagne qui, fidèle au principe, vient encore de le consacrer ! On voulait le suspendre par un rapport partiel, un Montagnard s'écrie : on fait ici le procès aux sans-culottes hommes de couleur, en faveur des muscadins de Saint-Domingue ! Et la Convention ajourna le rapport"13.

31Le rapport dont il était question à la séance du 2 octobre était celui de Martel, du Comité de Marine et des Colonies, rapport lui aussi concocté avec les Page et Brulley, sur l'indemnisation des colons de Saint-Domingue. Il se présentait comme un exposé historique, que Thibaudeau (le Montagnard de Brissot) avait résumé avec indignation en disant que dans tout ce rapport, c'étaient toujours les noirs qui avaient fait tout le mal et jamais les blancs, tandis que dans les couloirs, un autre Montagnard, Desgrouas, s'écriait que l'on savait bien que les colons étaient les aristocrates des colonies, et qu'il était bien naturel que les noirs les eussent égorgés pour avoir leur liberté. On remarquera que dans l'intervention de Thibaudeau qui a fait décréter l'ajournement - autrement dit le renvoi aux calendes grecques-, il était bel et bien question des noirs esclaves et non des seuls mulâtres ou noirs libres. Tout cela ne pouvait pas passer inaperçu, et Robespierre ne pouvait pas l'ignorer. Là encore, nous ne savons rien de ses réactions.

32Le 17 novembre, dans son rapport sur la politique extérieure, Robespierre saute le pas devant lequel il hésitait jusque là ; et, comme en septembre 1791, alors qu'il est déjà démenti sans le savoir par l'événement. Toute idée d'abolition de l'esclavage est écartée au nom de l'intérêt immédiat de la nation. Le passage est bien connu. Après avoir accusé de trahison le représentant de la République aux Etats-Unis, Genet, Robespierre continue par cette attaque générale contre Brissot et ses amis - morts depuis peu d'ailleurs :

  • 14 Oeuvres complètes, t. 10, p. 173-174.

"C'est ainsi que la même faction qui en France voulait réduire tous les pauvres à la condition d'ilotes, et soumettre le peuple à l'aristocratie des riches, voulait en un instant affranchir et armer tous les nègres pour détruire nos colonies"14.

33On ne peut manquer d'être stupéfait devant ces quelques mots qui accumulent tant d'erreurs d'information, et qui ratifient les accusations monstrueuses lancées par les colons à la fin de 1791 contre les Amis des Noirs qui auraient été les instigateurs, voire les organisateurs, de l'insurrection des esclaves du Nord de Saint-Domingue. Du coup, la publication de la note de Camille citée précédemment apparaît comme une adhésion aux thèses esclavagistes. Pire, la phrase implique que l'affranchissement des esclaves des colonies françaises signifie automatiquement la perte des colonies, autre thèse des colons, pourtant maintes fois réfutée avant et pendant la Révolution. Que les Anglais ou du moins leur gouvernement aient voulu prendre ou détruire les colonies antillaises de la France, comme le rappelle le même discours, est un fait. Mais précisément là où ils ont pris pied, à Saint-Domingue depuis deux mois, ce que Robespierre ignore encore, ils ont au contraire maintenu l'esclavage, puisqu'ils sont alliés avec ces colons que Desgrouas avait qualifiés d'aristocrates. L'obsession de la défense des colonies aboutit au résultat paradoxal de lui sacrifier ces principes que Robespierre défendait si éloquemment en 1791. Peut-être convient-il de rapprocher cette accusation saugrenue contre les Brissotins du commentaire de Camille Desmoulins sur le débat du mois de mai 1791, quand il s'indignait dans le no 79 de ses Révolutions de France et de Brabant contre les constituants du côté droit, comme Dupont de Nemours, qui avaient pris parti pour l'égalité des mulâtres :

"N'est-ce pas une hypocrisie risible à ces hommes qui ont réduit à la condition des gens de couleur des millions de leurs concitoyens de se passionner pour les gens de couleur d'Amérique et d'embarquer pour les colonies la liberté qu'ils chassent du milieu d'eux ?"

34C'est le même type d'amalgame, auquel Robespierre résistait encore en mai 1792 ; sans doute est-il plus commode pour l'animal humain de se laisser aller à donner à ses adversaires cette sorte d'unité dans le mal que de pratiquer avec rigueur les distinctions nécessaires. Mais selon ce même raisonnement, on devrait s’étonner que Robespierre et Camille qui combattent en France la discrimination contre les citoyens passifs admettent aux colonies la discrimination parallèle des esclaves opposés aux hommes libres…

35Or, le 17 novembre, il y a plus de deux mois que Sonthonax a proclamé l'abolition de l'esclavage dans la partie nord de Saint-Domingue, près de deux mois que Polverel l'a étendue aux parties ouest et sud, et aussi que les Anglais ont occupé Jérémie et Le Möle. Robespierre ne le sait pas, ni ses collègues, certes. Néanmoins, quatre jours avant le 17 novembre, avait été reçu au ministère des Affaires Etrangères un rapport de ce fameux Genet en date du 15 août où il était dit :

  • 15 Archives des Affaires Etrangères, Correspondance politique États-Unis, 38.

"Cette colonie (Saint-Domingue) ne peut plus être défendue par les blancs, et si l'on veut la conserver, il faut que la révolution de couleur s'achève. Tous les commissaires paraissent l'avoir senti, et c'est sans doute ce qui les a déterminés à proscrire cette force [l'escadre avec Galbauld] nécessairement contraire au projet qu'ils ont vraisemblablement en vue…"15.

36C'était assez clairement annoncer les décisions imminentes d'abolition. Genet était certes déjà révoqué et rappelé à cette date du 13 novembre, mais n'avait pas encore pu en être informé. Robespierre - et le Comité de Salut public - ont-ils été informés immédiatement de ce rapport, on ne sait. Mais alors que tout ce qui précède dans le discours de Robespierre correspond pour l'essentiel à des critiques que Desforges, ministre des Affaires étrangères depuis la mi-juin, avait adressées à Genet dès le 28 juillet 1793, bien entendu sans l'accuser de trahison ou de brissotisme, la dernière phrase laisse entendre qu'il est en outre suspect de négrophilie. Le problème noir concernait en effet l'ambassade de France aux États-Unis pendant toute la période de la guerre franco-anglaise, sous la Révolution comme sous Napoléon, parce que de Philadelphie ou de Washington, on était mieux à même de suivre ce qui se passait à Saint-Domingue ou Haïti, ou aux Iles du Vent. De fait, Genet s'occupe de fournir ravitaillement et argent aux commissaires civils, tandis qu'il doit faire face à l'événement inattendu qu'est l'arrivée de l'escadre, avec les colons et les marins racistes dans les eaux américaines. Tout un travail dont on ne lui saura aucun gré.

37Quant à Robespierre, à partir du 17 novembre, sa position est fixée : il est contre l'abolition de l'esclavage, en tout cas dans les conditions de la guerre. Il faut défendre les colonies, mais on ne voit pas qu'il ait fait des propositions concrètes là-dessus. Il ne variera plus. Mais a-t-il vraiment varié ? Il a pris la défense des hommes de couleur et noirs libres, jamais celles des esclaves. Il ne croit pas qu'ils soient déjà des hommes au sens de la Déclaration des droits. Pourtant s'il reproche au peuple anglais de ne pas entrer en insurrection contre son gouvernement corrompu, il devrait parallèlement saluer les esclaves qui, eux, ont été capables de s'insurger. Il faut bien croire qu'il a en tête des clichés venus de la littérature des colons à leur sujet.

38Doit-on penser que dans ce domaine, c'est Camille Desmoulins qui a exercé une certaine influence - fâcheuse - sur lui, ce n'est qu'une hypothèse. A moins que ce ne soit le conventionnel Gouly, colon de l'Ile de France. A-t-il vraiment lu Raynal, autre question connexe à laquelle il est difficile de répondre.

39Quoi qu'il en soit, l'histoire, elle, ne s'arrête pas. L'arrivée des trois députés du nord de Saint-Domingue à la fin de janvier 1794 va permettre au Comité de Salut public d'abord, puis à la Convention, de savoir ce qui se passe réellement à Saint-Domingue, au lieu de se fier aux "notions" que veulent leur en donner les Page et Brulley. Mais si nous savons que le Comité dans son ensemble a été fortement impressionné par le rapport de Dufaÿ dont il a eu la primeur, il ne parait pas que Robespierre ait pour autant changé sa manière de voir. Il n'est pas à la Convention le 16 pluviôse lors du vote du décret d'abolition, mais c'est que, comme les autres membres du Comité présents à Paris, il doit recevoir - pour la dernière fois - justement Page et Brulley. Par la suite, le Comité, pour s'en débarrasser, les renverra à Barrère, en attendant qu'ils soient arrêtés le 9 mars. Mais le 17 pluviôse, Robespierre doit bien être présent quand un débat houleux a lieu à propos du procès-verbal de la veille et que certains représentants du peuple tentent - en vain, heureusement - de remettre en cause le décret de la veille. En effet il a dû attendre la fin de ce débat pour présenter son rapport sur la morale révolutionnaire où ce qui est immoral est déclaré impolitique dans la République. Il faut croire que l'esclavage, lui, n'est pas immoral.

40S'il n'a rien dit ces jours-là, nous savons tout de même ce qu'il pensait du décret de pluviôse par un passage de ses notes contre Danton, donc vers la fin de mars 1794, à un moment où les vaisseaux qui doivent porter le décret d'abolition aux colonies ne sont pas encore partis.

  • 16 1ere édition : Projet rédigé par Robespierre du rapport..., Paris, 1841, p. 20.

"Danton m'a dit un jour : Il est fâcheux que l'on ne puisse pas proposer de céder nos colonies aux Américains, ce serait le moyen de faire alliance avec eux. Danton et Delacroix (lire : Lacroix) ont depuis fait passer un décret dont le résultat vraisemblable était la perte de nos colonies"16.

  • 17 Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, IV, 581.
  • 18 A.N., D-XXV, 82.

41A la veille de l'arrestation de Danton, le décret en question n'est pas encore appliqué ; peut-être Robespierre espère-t-il qu'il ne le sera jamais. Aussi, et bien qu'en général, le fait qu'un arrêté du Comité de Salut public soit signé par tel ou tel nombre de ses membres n'ait pas de signification particulière, doit-on porter attention à la remarque de Peter Stein, qui note, dans son Sonthonax, que Robespierre a signé l'arrêté chargeant le capitaine Chambon de procéder à l'arrestation de Sonthonax et Polverel à Saint-Domingue, mais n'a pas signé les arrêtés d'avril 1794 prescrivant l'envoi du décret aux Iles du Vent, à la Guyane…, ni d'ailleurs l'arrêté, dû à la complaisance de Barrère pour une demande de Gouly, député de l'Ile de France, ajournant l'envoi aux Mascareignes. En tout cas, le texte des notes confirme amplement ce qu'écrivait avec prudence Garran-Coulon : "Tout annonce que Robespierre au moins avait été absolument opposé au décret sur la liberté générale"17. On comprend mieux pourquoi les colons, enfin arrêtés à la suite du décret du 9 mars 1794 de la Convention, n'ont cessé d'envoyer des lettres pleines de flatteries à Robespierre, au Comité, à Couthon, lettres conservées dans les archives de la commission des colonies18. Leur texte montre bien qu'ils n'avaient eu aucune relation personnelle directe avec lui - alors qu'ils en avaient eu avec Saint-Just et Jean Bon Saint-André-, mais ils pensaient pouvoir compter sur lui. Bien entendu, Robespierre n'a jamais répondu, non plus qu'à tant d'autres lettres.

  • 19 Archives des Affaires Etrangères, Correspondance Politique - Etats-Unis, 38.

42Pourtant, le texte de la note sur Danton ne laisse pas que de poser un problème. Danton a-t-il vraiment parlé de céder les colonies aux États-Unis, ou de leur céder le commerce des colonies (souligné par moi). Car les instructions de Genet rédigées par Lebrun prévoyaient bien de proposer aux Américains la liberté de commercer avec les colonies de la mer des Caraïbes à condition qu'ils en garantissent la possession à la France. C'était dans le cadre d'un nouveau traité entre les deux États, que Washington, énervé par la popularité de Genet aux États-Unis, et d'ailleurs hostile à la Révolution du 10 août, s'est refusé à négocier, préférant rechercher un accord avec l'Angleterre. Quand Saint-Just et Jean Bon Saint-André, conseillés par Page et Brulley, avaient découvert ces instructions le 12 juillet 1793, ils en avaient été indignés, à la vérité bien à tort puisque de toute façon la marine française était incapable de ravitailler Saint-Domingue. Mais, bien que les ayant lues, le second les avaient déjà comprises de travers, puisque dans une lettre adressée de Brest au Comité le 2 octobre 1793, il parlait de ce Genet "parent et ami de Brissot que Clavière par des arrêtés dont les originaux existent sur les registres du Conseil exécutif, avait fait autoriser à céder nos colonies aux Américains…"19 Peut-être est-ce la source… Ou bien faut-il croire que Danton s'est laissé aller à une boutade généralisante, ce qui serait assez dans sa manière, mais qui aurait été aussi mal traduite par Robespierre que les instructions de Lebrun l'avaient été par Jean Bon Saint-André ?

43Pour conclure, il nous apparaît donc que les discours qui ont fait la gloire de Robespierre en matière coloniale relèvent de ces moments exceptionnels où la force de la parole emporte un homme au-delà de lui-même, porté par un mouvement oratoire qui est simultanément celui de l'histoire en marche.

Notes

1 Oeuvres complètes, t. 6, p. 443-449.

2 Ibid., t. 7, p. 156-158 et p. 194-195.

3 Thèse déjà soutenue dans l'article anonyme : "Mulâtres" du Supplément de l'Encyclopédie.

4 Oeuvres complètes, t. 7, p. 731.

5 Annales historiques de la Révolution française, 1920, p. 378.

6 Oeuvres complètes, t ; 8, p. 159.

7 Ibid., t. 4, p. 84.

8 Ibid., t. 4, p. 331 et p. 359.

9 Ibid., t. 5, p. 225.

10 Ibid., t. 9, p. 460.

11 Ibid., t. 9, p. 461.

12 Ibid., t. 10, p. 9.

13 dans Mémoires de Brissot, éd. Perroud, II, p. 296.

14 Oeuvres complètes, t. 10, p. 173-174.

15 Archives des Affaires Etrangères, Correspondance politique États-Unis, 38.

16 1ere édition : Projet rédigé par Robespierre du rapport..., Paris, 1841, p. 20.

17 Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, IV, 581.

18 A.N., D-XXV, 82.

19 Archives des Affaires Etrangères, Correspondance Politique - Etats-Unis, 38.

Auteur

Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540