Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre et la Belgique. Histoire et mémoire

Philippe Raxhon

Texte intégral

1A travers cette approche, nous voulons porter un double regard sur Robespierre, dont la complémentarité est assurée par la chronologie portant à la fois sur Robespierre et les territoires de la Belgique actuelle, et sur l'historiographie belge et Robespierre. Entre l'histoire et la mémoire, le nom et la pensée de Robespierre ont traversé et le temps et les frontières, et l'incorruptible compte parmi les révolutionnaires français qui ont retenu l'attention de l'étranger, de son vivant, mais peut-être encore plus largement, après sa mort. Robespierre a occupé les mémoires en Belgique, comme l'incarnation d'une certaine révolution française agressive et conquérante d'une part, et d'autre part comme un penseur politique et un acteur social de premier plan. Au demeurant, l'homme politique Robespierre a compris très vite que la Révolution n'était pas franco-française mais universelle, et que la maîtrise des tensions et des pressions internationales était vitale pour la diffusion des principes révolutionnaires comme la stabilisation de la Révolution et sa reconnaissance mais aussi son amplification et son exportation.

  • 1 Oeuvres complètes, t. 6, Discours (1ère partie), p. 486-488.

2L'un des premiers indices d'un intérêt des révolutionnaires français pour les territoires des provinces belgiques et de la principauté de Liège, apparaît à la séance du 28 juillet 1790 à l'Assemblée nationale, lors d'une question sur le passage de troupes étrangères à travers le territoire français1, en l'occurrence de soldats du Saint Empire romain de la Nation germanique allant réprimer les patriotes de Liège qui avaient décidé de résister par la force aux injonctions du Tribunal impérial de Wetzlar qui lui, avait pris le parti du prince-évêque de Liège en exil, après la Révolution liégeoise du 18 août 1789.

  • 2 Cité par J. BOSMANT, Les grands hommes de la Révolution liégeoise de 1789, Liège, 1939, p. 65-67.
  • 3 Oeuvres complètes, t. 4, Les journaux. Le Défenseur de la Constitution, p. 16.

3C'est déjà un contexte de guerre qui éveille le souci de la France pour l'actualité vécue par ces territoires frontaliers. Et lorsque les députés de l'État liégeois Pierre-Joseph Henkart et Auguste-Benoît Reynier seront reçus à l'Assemblée nationale le 18 septembre 1790, officiellement pour solliciter aide et bienveillance de voisins et d'amis, en fait pour recouvrer une ancienne créance concernant des fournitures militaires livrées lors de la Guerre de Sept ans, Robespierre, avec Camille Desmoulins sera l'un des rares représentants du peuple à prêter l'oreille aux accents pathétiques de Reynier : "Les Liégeois ont eu, les premiers, la gloire de céder à l'impulsion puissante que vous avez donnée à l'Europe (…) ; ils ont senti que désormais le sort de l'espèce humaine était attaché à la destinée des Français (…). Le Liégeois jamais n'a courbé longtemps le front sous le joug du despotisme. Opprimé, vaincu quelquefois par la force, toujours il a brisé ses fers (…). Mais vous Français, souffririez-vous qu'on sacrifiât un peuple ami, un peuple voisin ? Laisseriez-vous si tôt, et si près de vous, donner l'exemple d'un peuple puni pour avoir reconquis sa liberté ?"2. Robespierre s'en souvient-il dans le premier numéro du Défenseur de la Constitution ? : "Qu'a-t-on fait pour éveiller et pour seconder l'ardeur des patriotes belges et liégeois ? Comment a-t-on répondu aux pressantes sollicitations de ceux que nous avons vus au milieu de nous ?"3.

  • 4 Oeuvres complètes, t. 6, p. 586.
  • 5 Oeuvres complètes, t. 7, Discours (2e partie), p. 641-642.

4Mais c'est la question de la réunion des Avignonnais à la France qui permet à Robespierre, dès le 18 novembre 1790, de réfléchir plus profondément sur les relations de la Révolution avec l'étranger. Robespierre exposa dans un discours les raisons qui le motivaient à défendre les Avignonnais, en soulignant d'emblée un élément qui serait déterminant dans sa pensée sur le thème des États dans leurs rapports avec la Révolution française : "Ce n'est pas sur l'étendue du territoire avignonnais que se mesure l'importance de cette affaire, mais sur la hauteur des principes qui garantissent les droits des hommes et des nations. La cause d'Avignon est celle de l'univers : elle est celle de la liberté"4. Tout est dit, Robespierre vient de nous donner le la de sa conception de la politique extérieure de la Révolution française, en temps de paix, mais aussi, et nous allons le voir, en temps de guerre. Robespierre réduit son optique à deux propositions : le peuple avignonnais a le droit de demander la réunion à la France, et l'Assemblée nationale ne peut se dispenser d'accueillir cette pétition. Les droits pour les uns, les devoirs pour les autres. La dynamique révolutionnaire est telle chez Robespierre qu'elle est centrifuge avant d'être centripète. L'effort vient du centre, du coeur, et la force est irradiée. Certes l'histoire d'Avignon favorise le rattachement, mais Robespierre est stimulé par le caractère représentatif de la demande, expression du peuple qui rend nulle toute autre autorité. Par conséquent, si un peuple demande le rattachement à la France par voie électorale - et ce sera le cas des Liégeois en janvier 1793 - il ne peut qu'être accueilli favorablement sous peine de voir la Révolution perdre sa crédibilité. Dès 1790, il y a chez Robespierre une confiance très grande dans l'expansion des principes révolutionnaires, suivant le mouvement naturel de la diffusion des idées légitimes. A travers cette confiance envers la bonne foi des peuples étrangers, par rapport à leurs souverains, repose en substance l'internationalisme des idéaux révolutionnaires libéraux d'une part ; et d'autre part, l'existence fondamentale d'une crédibilité contractuelle entre les Nations : deux dimensions essentielles de la politique internationale contemporaine. Mais il ne faudrait pas abolir chez Robespierre le concept de frontière, il existe d'autant plus vivement que la frontière sera en temps de guerre un rideau symbolique de premier ordre pour distinguer la Nation en armes qui la défend, et les mercenaires qui veulent la franchir. Le danger militaire provoque d'abord la condensation de la Révolution au sein de ses frontières fortifiées. Robespierre plaide pour un renforcement de celles-ci dès la séance parlementaire du 18 août 1791, sur la défense des frontières de l'est, et spécialement Verdun5.

  • 6 Cité par G. WALTER, Robespierre, Paris, 1961, t. 1, p. 249.
  • 7 Manifeste des Belges et Liégeois Unis, Paris, 1792.
  • 8 Oeuvres complètes, t. 5, Lettres à ses Commettans, p. 33.
  • 9 Ibid., p. 270.
  • 10 Oeuvres complètes, t. 4, Les journaux. Le défenseur de la Constitution, p. 170 : "Pourquoi des man (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid., p. 271.
  • 13 Ibid., p. 272.
  • 14 Ibid.
  • 15 Robespierre avait d'ailleurs pris vigoureusement la défense des députés bataves, pour contrer l'An (...)

5La vision robespierriste de la guerre intérieure et extérieure est connue. Rappelons néanmoins que les territoires belgo-liégeois étaient incontournables dans le cadre d'une offensive contre les ennemis de la Révolution. Les batailles sur le sol belge seront exemplaires pour la République en construction, avec Jemappes d'abord, et Fleurus plus tard pour points de repère. La stimulation du républicanisme, aux yeux des vainqueurs, passera par l'annonce de victoires similaires dans l'avenir. L'Europe est de moins en moins révolutionnaire à partir des victoires en Belgique. Deux premiers fronts seront ouverts, celui des Flandres et celui du Rhin, et dans les deux cas les territoires qui constitueront la Belgique seront peu ou prou concernés. Robespierre d'emblée manifeste sa confiance dans une spontanéité populaire propice à un bon accueil de la Révolution en marche, puisque "le peuple se réunirait à nous" dans le Brabant et à Liège, il "se confondrait dans notre armée et nous livrerait même nos ennemis"6. Robespierre occulte ici les nuances de poids qui distinguent la Révolution brabançonne et la Révolution liégeoise, peut-être parce qu'il a d'abord sous les yeux, à Paris, les agissements de circonstance des exilés belges et liégeois dont le travail de rapprochement aura pour fruit le Manifeste des Belges et Liégeois Unis7. Ceci dit, dans le numéro 5 de ses Lettres à ses Commettans, paru au début de février 1793, c'est-à-dire en pleine expérience de l'exportation révolutionnaire sur le territoire belgo-liégeois, Robespierre sent la nécessité d'une mise au point, qui module une vision trop restrictive de la guerre révolutionnaire. Sans doute les inerties rencontrées en Belgique par la République ne sont pas étrangères à la réflexion de Robespierre, qui redit que la guerre n'est pas faite aux peuples opprimés mais aux gouvernements oppresseurs. D'ailleurs, les Belges, il s'agit de les "affranchir"8, précisait-il déjà en octobre 1792. Ainsi, il comprend les dangers qui guettent les républicains dans leur volonté de répandre la Révolution. Robespierre fait une constatation très importante : "Les différents peuples de l'Europe n'ont ni les mêmes mœurs, ni les mêmes degrés de lumière, ni la même disposition à recevoir actuellement la constitution que le peuple français désire"9. Une bonne méthode de persuasion est celle de la propagande bien entretenue, avec par exemple la traduction de manifestes en flamand et en allemand10. Il faut arriver à ce que les peuples rejoignent d'eux-mêmes le camp constitutionnel, avec cette liberté qui est un risque de les perdre. C'est un paradoxe qu'assume Robespierre et qui démontre chez lui une clairvoyance dans les enjeux de politique internationale, et notamment devant l'accueil du décret du 15 décembre 1792 dans les provinces belgiques : "On peut aider la liberté : jamais la fonder par l'emploi d'une force étrangère (…). Ceux qui veulent donner des lois, les armes à la main, ne paraissent jamais que des étrangers et des conquérants"11. Robespierre, au risque de s'aliéner une partie de ses alliés politiques, prend le risque de l'ouverture, et suggère de laisser le choix de la réunion ou de l'indépendance aux peuples, après la proclamation de la souveraineté nationale chez eux. Le constat que fait Robespierre ne débouche pas sur l'amertume, mais au contraire sur un renforcement de sa confiance dans un bon sens des peuples. Robespierre a foi dans un ordre de l'histoire. Et c'est là que son mysticisme politique, qui n'est que le réalisme associé à l'idéal, trouve son épanouissement : "Nous avons vaincu le tyran des Belges (sic), et nos armées occupent leur territoire ; il s'agit de conquérir non leurs villes mais leurs cœurs, autant pour les fermer à jamais au despote autrichien, que pour assurer le succès de notre invasion dans les états du Stadhouder"12. La réaction de Robespierre face à la conquête de la Belgique nous montre encore combien cet homme avait en définitive réussi à créer la symbiose entre la sincérité de la conviction et la puissance à dégager pour transformer le réel. Robespierre n'est pas qu'un homme à principes, c'est aussi un pragmatique et un remarquable gestionnaire de crise. Il faut donc que les commissaires de la République connaissent mieux l'opinion, les moeurs, les institutions des territoires belges. En outre, Robespierre met le doigt sur la densité religieuse des mentalités belges, et constate dans le numéro 5 de ses Lettres à ses Commettans, que ce n'est pas le moment de "recommencer avec les Belges cette lutte pénible et sanglante que nous avons eue à soutenir contre nos propres prêtres"13. Ici Robespierre a assimilé les véritables enjeux de la Révolution brabançonne dominée par le préjugé religieux. Par ailleurs, des raisons géopolitiques doivent motiver une certaine prudence envers les Belges, puisque "nous allons entrer en Hollande ; il ne faut donc pas laisser derrière nous un peuple ennemi ou mécontent"14. S'il faut se rallier un peuple, c'est bien celui des Belges, sous peine de voir compromise l'invasion de la Hollande15. La Belgique est aux yeux de Robespierre un terrain d'expérimentation des principes révolutionnaires hors de France, mais il perçoit bien cette prégnance catholique que la Révolution n'abolira pas, et qui s'adaptera parfaitement aux institutions nouvelles de la Belgique de 1831.

  • 16 Ibid., p. 302.
  • 17 Ibid., p. 305.
  • 18 Ibid., p. 334.
  • 19 Ibid., p. 384-385.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 388.

6La défaite militaire républicaine de mars 1793 en Belgique a évidemment inspiré quelques réflexions à Robespierre. Lors de la séance du 8 mars 1793 à la Convention, il relativise cet échec en le transformant en un stimulant pour un succès prochain, "présage d'un triomphe éclatant"16. Selon lui, l'exportation de la Révolution est à peine retardée, attribuant la défaite à quelques têtes pourries. Et à la Section Bonne-Nouvelle, le 8 mars 1793, où le thème de la séance était la nécessité de s'armer contre l'envahisseur, Robespierre conjura tous les citoyens de prendre les armes, et de "voler au secours de la République et de nos frères belges"17. Plus tard, à la séance de la Convention du 27 mars, il parlera de "nos alliés belges" et des "braves Liégeois", "tombés sous le couteau de nos vrais assassins"18. C'est le retour des provinces belgiques et de la principauté de Liège entre les mains de leur ancien tyran respectif qui échauffe Robespierre, parce que mieux que personne il sait combien une révolution est mouvante, et qu'une restauration est possible en France. Il souligne combien, selon lui, les manœuvres de Dumouriez ont contribué au rejet de la République par une partie de l'opinion publique belge, hostile notamment à la diffusion des assignats en Belgique. Il renouvellera ce thème à la séance du 10 avril 1793 à la Convention19 où il expliquera que les manoeuvres des traîtres ont eu pour effet de "livrer nos alliés à la vengeance de leur tyran"20, ou encore que "les braves Liégeois, nos fidèles alliés, devenus nos frères, sont remis sous la hache des tyrans pour expier encore une fois leur généreux attachement à la cause de la France et de la liberté"21. Mais l'agitation de cette menace de voir se retourner par dépit les opinions publiques belgo-liégeoises est de la part de Robespierre une belle manœuvre pour s'en prendre à Dumouriez, qui par ses intrigues est responsable du mécontentement des Belges, et même parfois de leur armement contre la République, mais il omet de préciser ici que dès leur entrée en Belgique, seul le croissant formé par Mons, Charleroi et Liège, future colonne vertébrale industrielle de la Wallonie, s'était rallié sans encombre à la République, alors que celle-ci s'était heurtée d'entrée de jeu aux structures d'Ancien Régime qu'avait renforcées la Révolution brabançonne ; Robespierre apparaît quelque peu rapide en besogne sur ce point-là. Ceci dit, il invite la Convention à réfléchir sur sa maturité révolutionnaire, et sur le sens de son action. La situation en Belgique doit avoir un effet provocateur en France, de l'ordre de la catharsis, c'est-à-dire une purification produite chez le spectateur que devient le révolutionnaire français devant la représentation dramatique que constitue le spectacle de la défaite en Belgique. Robespierre veut mélanger la crainte et l'espoir. Ce sont les armes de ce missionnaire-là, habile à jouer des rapports de force conjoncturels. Par ailleurs, Robespierre se montrera d'autant plus favorable à la réunion des Belges et des Liégeois à la République que Brissot est contre.

  • 22 Oeuvres complètes, t. 10, Discours (5e partie), p. 283.
  • 23 G. DE FROIDCOURT, "Les réfugiés liégeois à Paris en 1793 et Pierre Lebrun. La fête de l'Hospitalit (...)
  • 24 Fabry, qui ne sera jamais robespierriste, écrira le 27 janvier 1794 à son ami le réfugié liégeois (...)
  • 25 Cf. Oeuvres complètes, t. 10, Discours (5e partie), p. 499 ; voir aussi p. 430 où Robespierre évoq (...)
  • 26 Robespierre eut de vrais ennemis parmi les Liégeois, comme le pamphlétaire Henri Delloye ; cf. G. (...)
  • 27 Jean-Nicolas Bassenge (1758-1811) fut un polémiste de talent, et peut être considéré comme l'anima (...)
  • 28 Cité par A. BORGNET, op. cit., t. II, p. 361.
  • 29 M. WOLFF, op. cit., p. 447.
  • 30 A. BORGNET, op. cit., t. II, p. 390.

7Un autre volet de l'intérêt de Robespierre pour les Belges et Liégeois est celui qui concerne les réfugiés, exilés en France après mars 1793. Dans la séance du 6 nivôse an II (26 décembre 1793), sur l'exclusion des étrangers de la représentation nationale et des fonctions publiques, l'incorruptible défendit "des Belges et des Liégeois qui exercent avec honneur des fonctions publiques"22, ne tenant pas rancune de la tiédeur des vonckistes à l'égard du processus républicain tout entier, ni de l'empressement des Liégeois, en tout cas des chefs de la première révolution liégeoise comme Jean-Nicolas Bassenge ou Jacques-Joseph Fabry, à avoir protégé le ministre girondin Lebrun, Liégeois qui fut guillotiné. À propos des réfugiés liégeois23, on peut souligner l'attitude de Robespierre qui s'efforça de pacifier leurs dissensions, en intervenant pour la libération du général Ransonnet, Liégeois emprisonné en décembre 1793 à la prison de Luxembourg, accusé de la perte de Marchiennes24 ; et en mettant en doute, le 7 avril 1794 aux Jacobins, les accusations d'incivisme qui visaient le général verviétois Fyon25, à la tête de la légion liégeoise en 1792-93, futur babouviste. Mais sa sympathie s'étendit aussi aux modérés de ce parti liégeois26 - que les historiens ont même retenu sous le nom de Gironde liégeoise - et notamment envers Bassenge que nous venons de citer27, et qui rendit visite plusieurs fois à l'incorruptible. Dans une lettre du 19 février 1794, Fabry, de manière éclairante pour nous, fait le récit d'une rencontre entre Bassenge et Robespierre, nous montrant l'intérêt de Robespierre pour les Liégeois, et nous informant sur un trait de sa personnalité : "Bassenge m'a parlé de ses entrevues avec l'homme Robespierre en question. (…) Il a été question de la patrie : de tous les peuples voisins, les Liégeois sont les seuls qu'on estime et auxquels on s'intéresse. Bassenge n'a pas caché qu'à la dernière invasion ils n'avaient pas été mieux traités que les Belges, qui ne se montraient guère aussi mûrs pour la liberté, et il a fait sentir que, pour y retourner, il seroit fort juste qu'on y envoyât des agents purs et honnêtes, qui n'abusassent point aussi étrangement de leurs pouvoirs. L'homme a demandé une note sur le pays, a dit qu'on le trouverait toujours quand on voudrait lui parler là-dessus ; mais, avec tout cela, il n'a pas parlé très ouvertement, et les monosyllabes ont été à l'ordre du jour. Cela paraît tenir à son caractère qui semble froid. Une chose assez étrange, c'est que, dans la conversation, il ne se soit pas mis au pas : les monsieurs et les vous ont été leur train. Au reste je l'approuve…"28 Cette rencontre avait marqué Bassenge au point que la volonté réconciliatrice de celui-ci allait peut-être y trouver son origine : "Bassenge (…), en patriote, autant qu'en homme d'État, il voulait cette réconciliation accomplie pour le jour prochain où la Belgique, une seconde fois libérée, devait se retrouver unie pour jouir pleinement de ses droits et décider de ses destins ; c'était encore une conséquence de ce fécond échange entre Bassenge et le maître tout-puissant de la politique française"29. Les Liégeois cherchent à susciter l'intérêt de Robespierre, et sont étonnés du même coup de le rencontrer. C’est le paradoxe du réfugié, et une indication sur l'engagement de Robespierre dans la politique, dans tous les actes de la politique. Ainsi Bassenge, arrêté en juin 1794 à la suite du lent travail de dénonciations des Franchimontois à Henkart le 15 juillet 179430, commentant le discours de Robespierre du 27 messidor (9 juillet) à propos du décret mettant la vertu à l'ordre du jour, et de la méfiance nécessaire à avoir à l'encontre des exagérés confondant patriotisme et cruauté, dira : "Robespierre doit avoir, dans son dernier discours aux Jacobins, lâché quelques mots qu'on interprète favorablement pour l'affaire de notre ami, et c'était hier le thermomètre de l'espérance". L'expression est frappante si l'on sait que Robespierre a encore moins de 15 jours à vivre. Bassenge fut en effet libéré cinq jours plus tard. Et le révolutionnaire liégeois fera récit de son élargissement à son ami Henkart, dans une lettre datée du 8 thermidor, où il précise qu'il a eu un long entretien avec Robespierre, et qu'il en aura un nouveau ce jour, rendez-vous manqué compte tenu des circonstances. Il est à noter que malgré la crise que Robespierre traverse et qui lui sera fatale, il consacre du temps et de l’énergie à des questions qui pourraient passer pour secondaires.

8Le hasard de la chronologie veut que le jour de la chute de Robespierre soit aussi celui de la libération de Liège par les troupes françaises. Une ère nouvelle commençait pour ces territoires, qui vivront au rythme de la France jusqu'en 1814. Robespierre peut entrer dans la mémoire des Belges. Il n'existe ni rue ni statue dédiée à Robespierre en Belgique. Carnot a sa statue à Anvers, mais c'est le redresseur économique de la ville qui est célébré ; David a son obélisque au cimetière de Bruxelles, mais c'est le peintre qui est commémoré ; La Fayette a son monument à Rochefort, mais c'est le transfuge, partisan de la monarchie constitutionnelle, qui est apprécié. Dumouriez n'a pas sa statue à Jemappes, et Saint-Just ne possède pas la sienne à Fleurus. La Révolution française n'est pas personnifiée en Belgique, et les références matérielles sont rares, ou parfois indirectes, comme cette pierre commémorative du no 16 de la rue des Jésuites à Tournai, rappelant que la Fondation Manarre avait accueilli pendant 9 ans, à partir de 1774, les deux soeurs de Robespierre Charlotte et Henriette.

  • 31 Cf. R. J. LEMOINE, "Classes sociales et attitudes révolutionnaires. Quelques réflexions sur un cha (...)
  • 32 Et dont nous avons développé les résultats dans notre thèse de doctorat récemment défendue, et int (...)
  • 33 Et aussi la polémique autour de l'érection d'une statue de Robespierre à Paris, dans la cour de l' (...)

9Mais ce silence n'évince pas Robespierre du discours politique belge. Au contraire, notamment dans les références à l'Être suprême, ou à propos de la promotion de l'instruction gratuite, laïque et obligatoire, il est fait appel à l'incorruptible. Robespierre eut même droit à une comparaison avec Jean-François Vonck, l'animateur des vonckistes lors de la Révolution brabançonne, et l'un des symboles de l'unitarisme belge en 183031. En Belgique, Robespierre reste le personnage le plus représentatif de la Révolution française. Une étude comparative du journal libéral liégeois La Meuse (années 1851, 1861, 1870, 1881, 1889, 1891, 1901, 1911) et du journal catholique Gazette de Liège (mêmes années à partir de 1861), avec une collecte de 1444 articles faisant peu ou prou référence à la Révolution française32, nous apprend qu'il est fait 81 fois mentions de Robespierre, dont 22 pour la seule année de 189133, année de la polémique autour de thermidor de Victorien Sardou il est vrai, alors que Mirabeau récolte 50 mentions et Danton 37 mentions seulement. Robespierre est particulièrement peu apprécié puisque seules 18 mentions ne lui sont pas hostiles.

  • 34 Le 20 novembre 1830, le député Rodenbach résume la pensée de la grande majorité de ses collègues : (...)
  • 35 Ce que traduit par exemple l'historien catholique Ch. POLLET, La Belgique sous la domination étran (...)
  • 36 Cité par J. KUYPERS, "Les Egalitaires en Belgique. Buonarotti et ses sociétés secrètes d'après des (...)

10Pour connaître l'impact de Robespierre en Belgique, il faut savoir que celle-ci est un petit État fruit des accidents de l'histoire. Ses provinces sont calquées sur l'ancienne division départementale. A la Révolution belge de 1830-31, quand naît cet État, les constituants du Congrès national vont rejeter avec force le système républicain pour se donner la royauté, animés par la peur sociale des conséquences d'une révolution terroriste, et par celle de la réunion à la France34. Robespierre cumulera l'image respective des deux spectres : le régicide et l'envahisseur35. Pour les bourgeois belges, Robespierre est l'homme de 93, comme en rendait compte le ministre de la justice Nothomb à la Chambre des Représentants le 22 avril 1834 dans un rapport sur l'expulsion d'étrangers indésirables, principalement des Français, dont Etienne Cabet, et qui évoquait "la Déclaration des Droits de l'Homme, non celle du général La Fayette, messieurs, mais celle de Robespierre, un des héros de ces fanatiques, celle où l'on trouve la loi agraire et le suffrage universel, celle dont les conséquences firent reculer la Convention elle-même"36.

  • 37 Voir A GALANTE GARRONE, "Buonarotti en Belgique et la propagande égalitaire", dans Colloque intern (...)
  • 38 Cf. G. DE FROIDCOURT, Les conventionnels régicides réfugiés à Liège sous la Restauration, Liège, 1 (...)
  • 39 Cité par J. KUYPERS, op. cit., p. 36.
  • 40 Cf. A. MATHIEZ, "La politique de Robespierre et le 9 thermidor expliqués par Buonarotti", dans Ann (...)
  • 41 J. KUYPERS, op. cit., p. 150 : "la tendance jacobine a marqué le socialisme belge à ses débuts d'u (...)
  • 42 Cité par J. KUYPERS, op. cit., p. 74.
  • 43 G. PEETER, Alexandre Delhasse…, p. 105.
  • 44 Sur Fourdrin, voir E. DE QUATREBARDES, "Fourdrin, professeur liégeois et conspirateur français", d (...)
  • 45 Notons qu'à la même époque, le poète romantique Edouard Wacken (né à Liège en 1819) avait déjà pré (...)
  • 46 On notera que la scène IV de l'acte 2 est entièrement consacrée à un dialogue entre Maximilien et (...)
  • 47 Adelson Castiau (1804-1879), député libéral à partir de 1843.Il vécut à Paris après 1848.
  • 48 A. CASTIAU, "Essai historique sur la démocratie en Belgique", dans Archives historiques et littéra (...)

11Dans un parlement à majorité catholique, l'unionisme - l'alliance catholico-libérale qui permit aux Belges de chasser les Hollandais-, ne laissera aucune fuite libérale à ce processus de rejet, et le souvenir de Robespierre se retrouvera verrouillé. Toutefois, la présence de Buonarotti en Belgique37, qui publie à Bruxelles en 1828 sa Conspiration pour l'Égalité, a évidemment favorisé l'entretien d'un courant robespierriste, non parmi les Conventionnels réfugiés, comme Jacques-Alexis Thuriot de la Rosière, le tombeur de Robespierre le 9 thermidor, résidant à Liège38 ; mais au sein des jacobins belges minoritaires lors de la Révolution de 1830, ceux que l'on rencontre au club de la Réunion centrale, ou dans les rangs des volontaires liégeois conduits par Charles Rogier, ou dans des sociétés secrètes proches de la Charbonnerie ; ou encore qui s'exprime même dans le chef d'un homme comme Louis de Potter, doyen du gouvernement provisoire issu des journées révolutionnaires de septembre, durant lesquelles son collègue catholique le comte Félix de Mérode le traita de "Robespierre"39. Ces courants trouvèrent un terrain d'expression dans un journal comme Le Radical, journal bruxellois d'inspiration babouviste qui en 1837 publia des Observations sur Maximilien Robespierre, rédigées par Buonarotti40 ; et l'on peut considérer que ce robespierrisme diffus ou discret a contribué à la formation intellectuelle des libéraux progressistes et des socialistes belges41. Dans ce contexte, le député démocrate belge Lucien Jottrand, auteur d'une biographie restée manuscrite de Robespierre, laissa un témoignage personnel émouvant sur Robespierre, dans une lettre au sénateur français Pierre de la Sicotière : "… C'est là, rien qu'à la lecture attentive des discours, des correspondances, des articles de journaux du célèbre Tribun, que je m'étais rallié à l'école jacobine, comprise comme elle doit l'être, c'est-à-dire : un simple écoulement de l'Évangile dans la politique démocratique. Le chef militant du parti jacobin (…) m'avait, du reste, dès l'origine de mes études sur votre révolution, semblé plus intéressant à connaître que les autres démocrates. Il était d'Arras, un Belge artésien, à le prendre à un peu plus de cent ans en arrière. Il parlait encore en Belge lorsqu'à l'Assemblée constituante le 25 janvier 1790, il disait "la presque totalité des provinces belgiques, etc., veulent désigner l'Artois, le Hainaut français, la Flandre française" (…). Ce n'est que fort longtemps après ce mien jugement que "L'histoire de Robespierre (1864)" par Ernest Hamel m'a trouvé tout formé aux convictions que ce livre doit avoir désormais portées dans tous les esprits impartiaux, sur l'excellence du grand parti jacobin parmi tous les partis, dans votre grande révolution"42. Il s'agit d'un témoignage personnel et isolé ; et la situation politique belge, caractérisée par un parlement fort et un souverain constitutionnel conservateur, permettra à la Belgique de glisser sur la vague de 1848 ; même si, le 2 avril 1847, la gendarmerie de Mons arracha des affiches : "Vive la République… souvenez-vous de Robespierre !"43 ; même si le réfugié français Joseph Fourdrin44, alias J. de Laborie, admirateur de l'incorruptible, publia à Liège en 1847, son drame en trois actes et en vers Robespierre ou le 9 thermidor, daté de mars 184345. L'action se déroule principalement chez les Duplay, après le 22 prairial an II, et commence par un dialogue entre Saint-Just et Robespierre, dans l'antichambre de l'appartement de ce dernier, et se termine par le passage des robespierristes partant pour l'échafaud, devant la porte de la maison des Duplay. Sont exaltés dans ce spectacle les vertus républicaines de Robespierre et son esprit de sacrifice, ainsi que son opposition à un Fouquier-Tinville avide de sang46. Mais Fourdrin fait figure d'isolé. Chez les libéraux belges, le versant anticlérical maintes fois souligné de la Révolution française ne laissa guère de place à une analyse sociale de celle-ci, plus précisément encore chez les libéraux doctrinaires partisans du suffrage censitaire et conscients du rôle de protection morale joué par la religion dans l'équilibre des classes. Ces dimensions suppriment l'an II de leurs références idéologiques, la figure emblématique de Robespierre ne pouvait que se voir exclue de ce champ-là. Par ailleurs, les libéraux dans leur ensemble - doctrinaires progressistes, radicaux - n'admettront jamais le régicide en Révolution. C'est une constante inscrite dans le discours libéral belge unitariste. Même un démocrate radical comme le député de Tournai, admirateur de la Révolution de 1848, Adelson Castiau l'un des seuls à défendre fiévreusement une extension du suffrage47, s'arrête pétrifié devant 93, dans la mesure où celui-ci est le contrepoint de 1789, puisqu'il invite à la comparaison avec des époques terribles du passé antirévolutionnaire. C'est le paradoxe des progressistes belges que de voir dans l'an II un retour au passé dénoncé. Le fanatisme catholique est alors associé à l'expérience de la Terreur et Philippe II à Robespierre : "Philippe II, qui à l'inepte médiocrité du moine joignait l'atroce férocité d'un inquisiteur, Philippe II, le dominicain couronné, inspira son idiotisme religieux à la grande pensée de l'unité sociale, problème insoluble et que l'on vit fermenter dans la tête des Marius, des Sylla, des Auguste, des Catherine de Médicis, des Robespierre, de la Sainte-Alliance et de tous les grands représentants (sic) du despotisme religieux, aristocratique ou démagogique"48.

12Après 1857 et la fin de l'unionisme, Robespierre reste au ban des accusés de la Belgique bourgeoise et unitariste, à la recherche d'une crédibilité internationale. En ce qui concerne les catholiques, la Révolution est un événement qui s'inscrit dans la longue histoire de la lutte contre le catholicisme. Luther et Calvin, Rousseau et Voltaire, Robespierre et Marat constituent les modèles emblématiques d'une même filiation qui conduit au devenir libéralo-socialiste européen. En cela la Révolution française s'inscrit dans l'avenir, se renouvelle et ne meurt pas, constat qui amène à développer à la fois l'idée d'un fatalisme en histoire, mais aussi la volonté d'affronter à travers les permanentes exigences du dogme les doctrines impies. L'Église, confrontée au passif révolutionnaire, se caractérise tout à la fois par son effritement et son sursaut vindicatif et créateur. Et l'Église belge, confortée d'ailleurs par l'imaginaire de la Révolution brabançonne, va même renforcer son identité, à travers les pressions que la mémoire excerça sur elle, jusqu'à la prise du pouvoir du parti catholique en 1884 pendant 30 ans.

  • 49 Baron DE REIFFENBERG, Notice biographique sur Jos. -Bos. -Bern. Van Praet, Bruxelles, 1840, p. 12  (...)
  • 50 "A propos du suffrage", dans Gazette de Liège, 30 juin 1870, p. 2, col. 1-2.

13Les libéraux belges, dont l'anticléricalisme s'amplifie, retiendront de la Révolution française la sécularisation du temporel du culte, l'instruction publique, la bienfaisance publique. Mais restera gravée d'une manière générale dans l'esprit des libéraux belges, la distorsion entre 1789 et 1792-93 où s'épanouit Robespierre, années exclues parce que synonymes de conquête, dates butoirs. Quand le révolutionnaire français a mis le pied en Belgique, parce qu'il était Français, il a cessé d'être un révolutionnaire laïque. Mais cette perspective, et c'est fondamental, masque un rejet global de la tentative jacobine de l'an II, et de l'accès à l'action politique des couches populaires. La question de la territorialité belge, qui recouvre d'un voile noir 1793, occulte les ambitions sociales que cette date symbolise ailleurs, notamment dans le discours socialiste à l'approche de la constitution de la Ière Internationale, comme nous le développerons plus loin. En cela, l'idée nationale belge, dans ses rapports avec le souvenir robespierriste, est un accès aisé ouvert à la négation des conquêtes sociales de la Ière République. Les libéraux doctrinaires joueront à merveille sur ces coïncidences historiques, invasion française des territoires de la future Belgique et amplification du processus républicain que la sans-culotterie incarne et que le jacobinisme diffuse ; et l'éclat de la condamnation de la première dans le discours libéral, permet à celui-ci d'être muet sur le second, parce qu'ils se voient associés, assimilés à une même dynamique politique hostile aux Belges. La peur de l'étranger dissimule une peur sociale chez les libéraux doctrinaires et influence profondément leur vision de la Révolution française, nuance décisive pour comprendre les inerties du libéralisme idéologique belge face à la découverte et à l'exploration du souvenir révolutionnaire français au moins jusqu'au début du XXe siècle. C'est dans ce contexte large que Robespierre sera perçu par la majorité des historiens belges comme ne pouvant jamais obtenir l'expiation de ses crimes. Il y a quelque chose d'irrémédiable dans le mal que porte Robespierre en lui ; ces historiens refusant toujours ce que le baron de Reiffenberg appelait "l'apologie des plus grands coupables"49. Par sa vie et par sa mort, Robespierre a laissé son empreinte dans la mémoire collective au-delà des frontières de la France. La traduction concrète de cette perspective historiographique est le refus du suffrage universel jusqu'après la première guerre mondiale. Et le souvenir robespierriste est une bonne raison pour ne pas introduire le suffrage universel en Belgique : "Dans l'Assemblée nationale de 1789, un seul homme, disciple de Rousseau, le réclama, mais en vain, et le nom de cet homme est une condamnation : Robespierre. Ce ne fut que plus tard, avec ce tyran et les jacobins, que le suffrage universel triompha, au milieu des horreurs de 93, pour tomber, toujours avec Robespierre, sous les premiers coups de la réaction de thermidor. Ni la fin de la République, ni le premier Empire ne voulurent le relever ; il ne fut rapporté à la France que dans les plis du drapeau rouge, en 1848"50.

14C'est pourquoi les socialistes belges, malgré leur refus de l'action révolutionnaire, sauf au sein du Parti socialiste républicain entre 1887 et 1889, n'hésiteront plus à se référer au combat de Robespierre contre le cens électoral, et à la Constitution de 1793, pour relever cette inégalité profonde. De fait, le socialisme belge se distingue par son réformisme et ses attaches à Proudhon. Ainsi, l'organe des socialistes verviétois de l'International, qui porte le titre Le Mirabeau, publiera régulièrement et in extenso la Déclaration de 93. En outre, référence sera faite au droit à l'insurrection de la Constitution de 93, notamment à l'occasion du centenaire de la Révolution, contre le suffrage censitaire où des cartels portaient l'article 35 de la Déclaration du 23 juin 1793, jalonnant la foule ouvrière. Ce droit à l'insurrection rebondira dans le débat entre socialistes et anarchistes, qui, au demeurant, considéreront Robespierre comme un bourgeois acteur d'une révolution où le peuple fut trompé.

  • 51 Archives de la Ville de Liège, Ordre public, XLIII A 436.

15Mais cette dimension-là ne doit pas nous égarer. Dans leur grande majorité, les socialistes belges préféreront retenir la Révolution politique de 1789 pour résoudre la question sociale, surtout à partir de 1886, plutôt que de se revendiquer de la Révolution sociale de 1793 pour résoudre la question politique en 1886. C'est néanmoins dans les réunions ouvrières, qui nous sont connues par les rapports de police, que circule encore le nom de Robespierre. Le 13 septembre 1886, le dénommé Lugraf de Verviers, à la Ligue ouvrière d'Outremeuse, le quartier le plus pauvre de Liège, prit la parole : "Dans les temps anciens, on se contentait de gémir et de prier, puis en 1789, la noblesse elle-même détruisant certains de ses privilèges accordait au peuple quelques avantages. Cependant Robespierre constatait que le Christ lui-même ne serait pas électeur puisqu'il n'avait pas de souliers"51.

  • 52 J. BOSMANT, Discours maçonnique, Liège, 1960, p. 44.

16Mais c'est peut-être chez les francs-maçons belges que Robespierre trouvera le plus rapidement un écho favorable, avec une biographie publiée à Bruxelles en 1929, par le libéral Charles Pergameni, professeur à l'U.L.B., intitulé Maximilien Robespierre, et qui est une planche maçonnique prononcée à la loge "Les Vrais Amis de l'Union et du Progrès réunis", très inspirée par Mathiez. Aujourd'hui dans la vallée de Liège, trois loges portent respectivement le nom de "Robespierre" "L'Incorruptible" et "L'Indivisible". C'est l'écrivain liégeois Jules Bosmant, francmaçon, qui évoqua le 24 février 1938 dans le temple de Verviers, un "type d'homme", "l'animal social (qui) se crée aussi une religion, qui connaît également ses martyrs. C'est Moïse abandonné par ceux qu'ils a conduits, c'est Jeanne d'Arc livrée au bûcher, c'est Robespierre assassiné par la Convention. C'est tous ceux que leur amour livre aux bêtes…"52. En loge, les libéraux belges ont avec Robespierre une audace qu'ils n'ont pas en public, en chaire ou à la Chambre.

17Enfin dans le mouvement fédéraliste wallon aussi, paradoxalement peut-être, à partir du début du XXe siècle, un courant de sympathie pour Robespierre est perceptible. On y voit pas le jacobin centralisateur, mais l'homme de la culture politique française, l'incarnation de la République française giron naturel de la Wallonie, selon les éléments les plus radicaux de ce mouvement.

18Incontestablement, la connaissance des relations nouées entre Robespierre et la Belgique nous éclaire en définitive sur l'impact de la Révolution française hors de ses frontières, et alimente la richesse mémorielle d'un événement historique dont la dimension universelle n'est plus à souligner ; à explorer encore, sans aucun doute.

Notes

1 Oeuvres complètes, t. 6, Discours (1ère partie), p. 486-488.

2 Cité par J. BOSMANT, Les grands hommes de la Révolution liégeoise de 1789, Liège, 1939, p. 65-67.

3 Oeuvres complètes, t. 4, Les journaux. Le Défenseur de la Constitution, p. 16.

4 Oeuvres complètes, t. 6, p. 586.

5 Oeuvres complètes, t. 7, Discours (2e partie), p. 641-642.

6 Cité par G. WALTER, Robespierre, Paris, 1961, t. 1, p. 249.

7 Manifeste des Belges et Liégeois Unis, Paris, 1792.

8 Oeuvres complètes, t. 5, Lettres à ses Commettans, p. 33.

9 Ibid., p. 270.

10 Oeuvres complètes, t. 4, Les journaux. Le défenseur de la Constitution, p. 170 : "Pourquoi des manifestes destinés à développer les droits du peuple et les principes de la liberté n'ont-ils pas été traduits par les soins du gouvernement, en langue allemande, et répandus d'avance parmi le peuple et dans l'armée autrichienne ?".

11 Ibid.

12 Ibid., p. 271.

13 Ibid., p. 272.

14 Ibid.

15 Robespierre avait d'ailleurs pris vigoureusement la défense des députés bataves, pour contrer l'Angleterre, lors de la séance du 6 février 1793, à la Société des Amis de la Liberté et de l'Egalité. Cf. Oeuvres complètes, t. 9, Discours (4e partie), p. 179 et 264-265.

16 Ibid., p. 302.

17 Ibid., p. 305.

18 Ibid., p. 334.

19 Ibid., p. 384-385.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 388.

22 Oeuvres complètes, t. 10, Discours (5e partie), p. 283.

23 G. DE FROIDCOURT, "Les réfugiés liégeois à Paris en 1793 et Pierre Lebrun. La fête de l'Hospitalité", dans Bulletin de la Société royale "Le Vieux-Liège", 1956, t. V, p. 53-76.

24 Fabry, qui ne sera jamais robespierriste, écrira le 27 janvier 1794 à son ami le réfugié liégeois Henkart : "C'est Robespierre qui a le plus contribué à sa liberté" ; cité par A. BORGNET, Histoire de la Révolution liégeoise de 1789, Liège, 1865, t. II, p. 358.

25 Cf. Oeuvres complètes, t. 10, Discours (5e partie), p. 499 ; voir aussi p. 430 où Robespierre évoque le martyre de Grégoire Chapuis, médecin, officier municipal, adversaire du pouvoir épiscopal liégeois, et décapité à la hache à Verviers le 2 janvier 1794.

26 Robespierre eut de vrais ennemis parmi les Liégeois, comme le pamphlétaire Henri Delloye ; cf. G. LAURENT, "Le journaliste liégeois Henri Delloye : ses relations avec Robespierre à Arras, son séjour à Reims", dans A. H. R. F., janvier-mars 1954, no 134, p. 53-57. Par ailleurs, au début de la réunion de la Belgique à la France, un journal à l'existence éphémère prit la défense de Robespierre ; il s'agit du Télégraphe français. Voir Th. GOBERT, "Imprimerie et journaux sous le régime français", dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, 1924, t. 49, p. 24.

27 Jean-Nicolas Bassenge (1758-1811) fut un polémiste de talent, et peut être considéré comme l'animateur politique de la Révolution liégeoise, et son théoricien. Bassenge est même qualifié par M. WOLFF, "Une page d'histoire de Belgique : Comment Liège s'est donnée à la France. L'union de la Belgique avec la France (1792-1795)", dans Revue franco-belge, Paris, 1922, t. II, p. 388 "d’ami de Robespierre". Ce même auteur, p. 443, prêtera à Bassenge le pouvoir d’une influence sur l’incorruptible qui "commence à être las de cet entourage d'exagérés et de furieux, qui sont décidément de trop fréquents pourvoyeurs de la guillotine ; il sent le besoin évident de mettre un frein à leurs excès en se rapprochant des modérés, qui commencent d'ailleurs à reconquérir la faveur populaire. Et c'est un point non négligeable dans l'histoire de cette époque que le cas de l'honnête Liégeois, (…) ait contribué à modifier l'attitude du tout-puissant tribun…". Toujours est-il que Bassenge fut prié par Fabry "de profiter de la protection de Robespierre, (…) de lui faire connaître les honnêtes et les malhonnêtes ; de lui parler aussi des ménagements dus à une nation loyale attachée aux premiers "honnêtes" (Fabry à Henkart, 12 février 1794, cité par A. BORGNET, op. cit., t. II, p. 360). Enfin, l'historien libéral liégeois M.-L. POLAIN, dans Mélanges historiques et littéraires, Liège, 1839, p. 336, prétendait que le nom de Bassenge était repris dans des "listes de bons patriotes" découvertes dans les papiers de Robespierre et reprises dans le rapport de Courtois présenté à la Convention en brumaire an III.

28 Cité par A. BORGNET, op. cit., t. II, p. 361.

29 M. WOLFF, op. cit., p. 447.

30 A. BORGNET, op. cit., t. II, p. 390.

31 Cf. R. J. LEMOINE, "Classes sociales et attitudes révolutionnaires. Quelques réflexions sur un chapitre d’histoire belge", dans Annales d'histoire économique et sociale, 1935, t. VII, p. 166 : "Comme son collègue démocrate, il reçut une solide formation juridique et devint avocat renommé près de juridictions seigneuriales et ecclésiastiques. Profondément intègres l’un et l'autre, ils sont devenus révolutionnaires après l'échec des idées réformistes qu'ils chérissaient. Seulement, plus radicales que celles du modeste Vonck. Tous deux, insistons là-dessus, sont toujours restés d'intègres bourgeois, aussi adversaires l'un que l'autre de l'esprit antireligieux et des "lois agraires".

32 Et dont nous avons développé les résultats dans notre thèse de doctorat récemment défendue, et intitulée La référence à la Révolution française de 1789 en Belgique (1830-1914). Le cas particulier de Liège.

33 Et aussi la polémique autour de l'érection d'une statue de Robespierre à Paris, dans la cour de l'Assomption, et qui eut des répercussions dans la presse liégeoise ; cf. "La statue de Robespierre", dans Gazette de Liège, 24 juillet 1891, p. 1, col. 1-2.

34 Le 20 novembre 1830, le député Rodenbach résume la pensée de la grande majorité de ses collègues : "Messieurs, il me semble que ce mot "République" soit une dénomination sur laquelle personne ne puisse s'entendre, et qui ne rappelle à la mémoire des membres de cette assemblée que les massacres et les horreurs de "quatre-vingt-treize" ; E. HUYTTENS, Discussion du Congrès national de Belgique 1830-31, Bruxelles, 1844-45, t. I, p. 222.

35 Ce que traduit par exemple l'historien catholique Ch. POLLET, La Belgique sous la domination étrangère depuis Joseph II jusqu'en 1830, Bruxelles, 1867, p. 93-94, dans la disposition même de son argumentation : citant d'abord un extrait d'un discours sur Robespierre dans le procès de Louis XVI, il achève l'extrait et pousuit : "En conséquence, ce malheureux prince se vit condamné par ses propres sujets, et sa tête roula sur l'échafaud au milieu de la consternation générale. Ce crime affreux remplit toute l'Europe d'horreur pour les principes révolutionnaires et mit la France au ban des nations civilisées. C'est dans un pareil moment que la Belgique tombait sous la domination de ces féroces démocrates !".

36 Cité par J. KUYPERS, "Les Egalitaires en Belgique. Buonarotti et ses sociétés secrètes d'après des documents inédits (1824-1836)", dans Cahiers bruxellois, 1959, t. IV, p. 54.

37 Voir A GALANTE GARRONE, "Buonarotti en Belgique et la propagande égalitaire", dans Colloque international de Stockolm. Babeuf et les problèmes du babouvisme, Paris, 1963, p. 216-225.

38 Cf. G. DE FROIDCOURT, Les conventionnels régicides réfugiés à Liège sous la Restauration, Liège, 1956 ; et H. HEUSE, "La petite histoire : régicides et proscrits à Liège sous la Restauration", dans La Vie wallonne, 1930-31, t. XI, p. 301-307 et p. 521-525. Thuriot écrira, dans une lettre datée de Liège du 3 juin 1828 à Félix Desportes, ancien membre du Corps législatif : "Le neuf thermidor j'ai puissamment contribué à sauver la vie et la fortune de bien des personnes vous le savez, c'est moy (sic) qui ai présidé le matin et le soir. C'est moy (sic) qui le soir ai conçu et fait exécuter le plan d'après lequel on a enveloppé l'hôtel de ville et saisi les conjurés" ; cité par G. DE FROIDCOURT, Les conventionnels…, p. 111.

39 Cité par J. KUYPERS, op. cit., p. 36.

40 Cf. A. MATHIEZ, "La politique de Robespierre et le 9 thermidor expliqués par Buonarotti", dans Annales révolutionnaires, 1910, t. III, p. 484.

41 J. KUYPERS, op. cit., p. 150 : "la tendance jacobine a marqué le socialisme belge à ses débuts d'une empreinte indélébile".

42 Cité par J. KUYPERS, op. cit., p. 74.

43 G. PEETER, Alexandre Delhasse…, p. 105.

44 Sur Fourdrin, voir E. DE QUATREBARDES, "Fourdrin, professeur liégeois et conspirateur français", dans Bulletin de la Société royale "Le Vieux-Liège", 1979, t. IX, p. 416-420.

45 Notons qu'à la même époque, le poète romantique Edouard Wacken (né à Liège en 1819) avait déjà présenté au théâtre royal de Bruxelles le 28 février 1844, et à Liège l'hiver suivant, son drame en trois actes et en vers intitulé André Chénier, paru en 1844 et 1845, dans lequel Chénier subit un interrogatoire en règle dont les animateurs sont Saint-Just et Robespierre, scène qui "est l'une des plus belles et des plus vigoureusement écrites" dira L. HUMBLET, "Edouard Wacken", dans La Belgique contemporaine, mai 1861, t. 1, p. 271, qui ajoute p. 273 : "Robespierre nous apparaît avec toute son implacable rigueur mais aussi avec son incorruptible désintéressement, et sa conviction sincère de travailler au bien du peuple et à l'avènement de la liberté (…). Le personnage de Robespierre inspira de l’effroi et non de l'horreur".

46 On notera que la scène IV de l'acte 2 est entièrement consacrée à un dialogue entre Maximilien et Eléonore.

47 Adelson Castiau (1804-1879), député libéral à partir de 1843.Il vécut à Paris après 1848.

48 A. CASTIAU, "Essai historique sur la démocratie en Belgique", dans Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, 1832, t. II, p. 265.

49 Baron DE REIFFENBERG, Notice biographique sur Jos. -Bos. -Bern. Van Praet, Bruxelles, 1840, p. 12 ; Cf. E. VAN BEMMEL, "Essai & notices. Ressouvenir historiques. Le 9 thermidor", dans Revue de Belgique, 1876, t. XXIV, p. 106. Voir aussi Th. JUSTE, Galerie historique. Robespierre, Verviers, 1887. Voir surtout R. DEVLEESHOUWER. "Note sur Robespierre dans l'historiographie belge", dans Actes du Colloque Robespierre. XIIe Congrès international des Sciences historiques, Paris, 1967, p. 205-206.

50 "A propos du suffrage", dans Gazette de Liège, 30 juin 1870, p. 2, col. 1-2.

51 Archives de la Ville de Liège, Ordre public, XLIII A 436.

52 J. BOSMANT, Discours maçonnique, Liège, 1960, p. 44.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteur

Aspirant F.N.R.S.-Université de Liège

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540