Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre : la guerre et les soldats

Alan Forrest

Texte intégral

  • 1 H. MORSE STEPHENS, Orators of the French Revolution, 2 tomes, Oxford, 1894, t. 2, p. 276 et sq.

1Si Robespierre s'est trouvé à la tête de son pays pendant une période de guerre, on peut dire que ce fut malgré lui. Jamais, pendant les mois inquiets de paix qui précédèrent la déclaration de la guerre, il ne s'exprima clairement en faveur de l'ouverture des hostilités. Jamais il ne fit passer les intérêts extérieurs de la France avant ceux de la sécurité intérieure. Une fois la guerre déclarée et les soldats français plongés dans un conflit souvent désespérant, il dut, bien entendu, leur prêter soutien tout en glorifiant la cause pour laquelle ils se sacrifiaient. Mais la guerre n'avait jamais été le but principal de sa politique ; il est à noter qu'il ne remplit aucune mission auprès des armées et qu'il préféra laisser aux autres, à Carnot et à Saint-Just surtout, les dossiers de caractère militaire. Lui-même donnait toujours priorité aux questions politiques, aux séances des Jacobins, aux débats à la Convention. Ses amitiés reflétaient cette priorité ; son soutien pour un Bouchotte ou pour un Lavalette avait ses racines dans une forte affinité politique et non pas dans des considérations techniques ou stratégiques. Bref, ses attitudes et réactions, même en temps de guerre, restaient celles d'un politicien, d'un homme qui respirait la politique et qui en comprenait bien les dangers. Il dénonça les Brissotins pour avoir soutenu une politique guerrière où il ne voyait que les intrigues perfides de la cour et de la contre-révolution. Son patriotisme, insista-t-il, était des plus brûlants ; mais en quoi consistait le patriotisme en temps de révolution ? Quelle était la qualité du patriotisme républicain ? Son discours du 2 janvier 1792 contre Brissot figure parmi ses allocutions les plus importantes, car il s'y déclarait partisan d'une certaine sorte de guerre, d'une guerre "entreprise pour étendre le règne de la liberté". Mais la situation présente de la France ne lui semblait pas propice. "Dans les circonstances où je trouve mon pays, insistait-il, je jette un regard inquiet autour de moi, et je me demande qui la propose, comment, dans quelles circonstances, et pourquoi ? […] C'est là, c'est dans notre situation tout extraordinaire que réside toute la question"1.

  • 2 E. LEONARD, L'armée et ses problèmes au dix-huitième siècle, Paris, 1958, p. 43 et sq.

2Mentalité qui pouvait, suppose-t-on, mettre en jeu ses rapports avec ceux qui se battaient au nom de la Patrie. En temps de guerre il est généralement vrai que les troupes comptent sur l'aide et les sympathies de leurs chefs, chefs civils autant que militaires. Robespierre risquait d'être mal jugé pour s'être trop adonné intégré au monde de Paris et de la politique, trop dépourvu d'un militarisme classique. Mais rien n'est moins sûr car dans son idéologie égalitaire, il y avait un fort élément de populisme qui faisait un appel direct et souvent exprès au soldat. Robespierre était fréquemment cité, par ses ennemis et par ses proches, et les citations qu'on pouvait en tirer sur le sujet de l'armée tenaient toujours compte des sensibilités des troupes. Il leur parlait sans l'intermédiaire des officiers avec une franchise et une sympathie qui leur étaient inaccoutumées. Et il répétait à maintes reprises sa conviction que le soldat était, comme le peuple dont il était issu, bon et patriote, digne de la confiance de tous et dévoué à la chose publique. Pour le commun soldat, accoutumé sous l'Ancien Régime à être dénoncé et injurié comme le plus abject des vauriens, ce nouveau discours constituait une véritable révélation2.

  • 3 Oeuvres complètes, t. 6, p. 357.
  • 4 Ibid., t. 7, p. 261.
  • 5 Ibid., t. 7, p. 263.
  • 6 M. OZOUF, "La Révolution française et l'idée de 'l'homme nouveau", dans C. LUCAS, sous la dir. de,(...)
  • 7 Oeuvres complètes, t. 7, p. 266.

3La dignité que Robespierre attribuait au soldat est étroitement liée à l'idée même d'une garde nationale apte à la défense d'un peuple libre. Il s'exprima dès le début en faveur d'une armée vraiment nationale, armée où tous auraient les mêmes droits et les mêmes obligations, armée, d'ailleurs, qui avait comme mission principale la défense du peuple et de la liberté. Il avait toujours traité avec un certain dédain les revendications du pouvoir exécutif en matière de guerre. Dans l'attribution au seul roi du droit de faire la guerre et la paix, il voyait une atteinte aux droits du peuple. Il le dit très directement dans le débat du 15 mai 1790 où il insista sur le fait qu'il était imprudent de laisser la défense de la Nation entre les mains d'un ministre reflet des désirs de l'exécutif3. En avril 1791, quand l'état de guerre fut devenu réalité, il revint sur ce thème avec une vigueur renouvelée. "L'organisation de la force d'une grande Nation, dit-il, est sans contredit la plus périlleuse opération que puissent faire des législateurs… et si elle n'est pas le plus ferme appui de la liberté, elle est le plus terrible instrument du despotisme"4. A son avis, ces dangers devaient être évidents à tous, c'est pourquoi il insistait pour que le caractère de la nouvelle garde nationale soit maintenu et sauvegardé, et que le pouvoir exécutif soit contrôlé et surveillé. Il proposa en particulier, que le roi ne nomme plus les officiers de la garde nationale, que les chefs des troupes de ligne ne soient pas nommés à la nouvelle garde, et que le roi ne dispose pas de l'autorité d'avancer, de récompenser ou de punir les hommes dans ces nouvelles unités. "Enfin, messieurs, déclara-t-il à l'Assemblée, évitez soigneusement tout ce qui pourrait allumer dans l'âme des citoyens-soldats cet esprit militaire qui isole les soldats des citoyens et qui attache sa gloire et son intérêt personnel à des objets différents qui font la ruine des citoyens"5. Si ces dangers étaient évités, le soldat deviendrait le modèle de l'homme nouveau que voulait créer la Révolution, l'homme régénéré, produit d'une société d'hommes libres6. Robespierre n'y voit pas d'inconvénients. Si on laisse évoluer une organisation naturelle pour les gardes nationales, libérée des contraintes et des servitudes de l'Ancien Régime, le peuple est gagnant, pour la très bonne raison qu'une force née du peuple partage ses aspirations et se bat pour les mêmes causes. "Il est impossible, insiste Robespierre, que les gardes nationales deviennent d'elles-mêmes dangereuses pour la liberté, puisqu'il est contradictoire que la nation veuille s'opprimer elle-même"7.

  • 8 Ibid., t. 8, p. 117.

4Féroce dans son opposition au privilège sous toutes ses formes, Robespierre s'avéra vite le champion du soldat ordinaire, de celui qui faisait partie de la masse. Il insista sur cette masse, sur la qualité nationale de l'armée. Il mit même en équation les idées de masse et de patriotisme, croyant que dans le patriotisme de la troupe résidait la première condition de la victoire. En janvier 1792, répondant à ceux qui voulaient retenir une unité de chasseurs volontaires au sein de la garde nationale, Robespierre exprima l'opinion que la question était plus large, que l'existence de compagnies distinctes de l'ensemble de la Nation armée posait un danger pour la liberté de tous. C'était un des principes les plus fondamentaux du nouvel ordre qui était en jeu. "On était convenu dans l'Assemblée nationale constituante que la liberté était perdue si la garde nationale n'était autre chose que la Nation armée, dit-il, mais dans l'Assemblée constituante on en est venu à ce point de perversité d'établir une multitude de corps privilégiés, dans la garde nationale"8.

  • 9 Ibid., t. 6, p. 611.
  • 10 Ibid., t. 5, p. 282.

5Pour résister au privilège des autres, il fallait créer une armée neuve et égalitaire, armée qui perdrait toutes les associations péjoratives des armées traditionnelles. Robespierre refusa toute distinction entre citoyens, rejetant la notion que les bourgeois, les gens bien, pouvaient jouir de privilèges qui étaient niés aux autres. Dès 1790 il exprima son désir que tous fussent admis dans la garde nationale. Minoritaire comme il l'était fréquemment dans cette première phase de la Révolution, il insista sur le principe de la sainte égalité qui permet à chaque citoyen de s'armer pour sa propre sûreté et pour la sûreté commune9. En 1792, face à la réalité de la guerre et aux besoins de la défense nationale, il s'exprima même plus carrément. L'idée d'une armée composée de volontaires avait échoué ; et l'extension de la guerre en 1793 nécessita la mobilisation d'un très grand nombre de jeunes. Les députés voulaient imposer des quotas sur les départements et les districts pour trouver les "volontaires" nécessaires, et dès février 1793, les communes se livraient au tirage au sort ou aux nombreuses versions du "scrutin républicain". Le résultat en était une inégalité visible. Partout, les fils des familles aisées cherchaient leur salut par l'achat d'un remplaçant, tandis que les fils des pauvres se trouvaient contraints de s'offrir. Robespierre se rangea parmi ceux qui se disaient dégoûtés par l'hypocrisie de ces mesures. "Dans un état républicain, dit-il, et dans l'état républicain seul, chaque citoyen naît soldat. Le métier pénible de la guerre n'est pas le lot d'une classe ou d'une portion de citoyens destinés à aller exclusivement affronter les dangers des combats, tandis que les autres auraient toujours les honneurs et les avantages de l'administration ou de la législation, ou de l'enseignement, tandis que les autres jouiraient de toutes les douceurs de la vie domestique et liraient paisiblement, dans leurs foyers, les résultats heureux ou malheureux des campagnes"10. Verdict idéologique, sans doute, mais qui trouvait un écho quasi-universel parmi ceux qui avaient déjà été incorporés dans les bataillons.

  • 11 S.A. SCOTT, The Response of the Royal Army to the French Revolution, Oxford, 1978, p. 109.

6Robespierre voulait se présenter comme le champion du soldat ordinaire, répondant à ses besoins et reflétant ses griefs. Son soutien, il est vrai, était souvent masqué sous un discours parallèle, celui de la méfiance pour tous ceux qui occupaient une position de privilège dans l'ancienne armée. Le même républicain qui trouvait le soldat bon et patriote, traitait avec un dédain mal déguisé les prétentions des officiers, surtout de ceux qui avaient servi dans les anciens régiments. S'il existait dans les bataillons de 1792 et de l'an II des traîtres et des scélérats - et dans la démonologie robespierriste, on en rencontrait partout - ils étaient à trouver parmi les officiers et dans le sein de l'État-Major. Plus on jouissait de rang, de prestige et d'autorité, plus on avait l'opportunité de trahir, plus donc on était enclin à la trahison. Ce point de vue n'était pas sans fondement : l'historien américain Sam Scott a montré que le tiers des officiers de l'ancienne armée de ligne choisirent la désertion ou la démission ; entre mi-septembre et les premiers jours de décembre 1791, le nombre d'officiers qui optèrent pour l'abandon de leur pays et pour une vie en émigration fut de 216011. Dans quelle mesure les autres, ceux qui restaient, mais dont les opinions étaient inconnues, pouvaient-ils être dignes de foi ? Quelle garantie de patriotisme, d'amour pour la République offraient-ils ?

  • 12 Oeuvres complètes, t. 8, p. 101.
  • 13 Ibid., t. 9, p. 313.

7Pour Robespierre, le premier des anti-nationaux était le chef du pouvoir exécutif, Louis XVI lui-même, et tous ceux qui se voulaient avant tout loyaux à l'égard du roi ne pouvaient que rester suspects. Les généraux étaient à comprendre dans cette catégorie, elle-même beaucoup plus large ; elle comprenait nécessairement toute la classe politique de la France monarchienne. Aux yeux de Robespierre, toute victoire pour cette classe et pour ses valeurs était une défaite pour la Révolution et - c'est plus significatif - pour le peuple français. "La violation des principes sur lesquels la liberté repose, dit-il le 11 janvier 1792, la décadence de l'esprit public, sont des calamités plus terribles que la perte d'une bataille". Pour souligner son point de vue, il chercha à se dissocier des buts de la faction guerrière de la Cour. "Dans les conditions actuelles, insistait-il, les victoires mêmes de nos généraux seraient plus funestes que nos défaites mêmes"12. Plus d'un an plus tard, le 10 mars 1793, il tenait toujours le même discours. Dans une intervention où il donnait son explication des désastres militaires en Belgique, Robespierre terminait avec cet avertissement : "Je dis que le salut de la Patrie périclitera tant que la Convention n'aura pas assuré l'intérêt public, et que nous irons toujours de troubles en troubles"13.

  • 14 Ibid., t. 5, p. 39.
  • 15 Ibid., t. 9, p. 332.

8Robespierre représentait les soldats comme des innocents, des trahis, des patriotes traînés vers l'humiliation et la destruction par les défauts des autres. Bref, il les représentait comme des victimes, victimes en premier lieu de leurs chefs, contre lesquels ils étaient impuissants dans une armée réglée par une discipline imposée. A maintes reprises, Robespierre fit part de sa conviction que le code pénal devait être équitable pour tous, sans égards au rang ou à la position sociale. C'était là la première faute des codes disciplinaires de l'Ancien Régime : les autorités couvraient les officiers de louanges, tandis que les punitions, souvent physiques et avilissantes, étaient réservées à la troupe ? Sous la Révolution, il exigeait un nouveau code plus égalitaire, mais il notait que la nouvelle classe politique restait très conservatrice à cet égard. Face à la conduite étrange du Général Dillon en 1792 - le général avait écrit directement au Landgrave de Hesse et semblait prêt à entrer en négociations avec celui - les députés restaient réticents, ne voulant pas le condamner. Mais Robespierre était convaincu que le général devait être poursuivi, car "la première règle de la politique des représentants du peuple doit être de surveiller, avec une juste sévérité, la conduite des chefs de la force armée, et de les contenir dans les véritables limites de leur pouvoir"14. Le seul fait qu'il avait le rang de général ne devait pas le protéger des conséquences de ses crimes. De même, il devait exiger en mars 1793 que le général Maracé, accusé de trahison après sa défaite face aux Vendéens, fût envoyé devant une cour martiale à La Rochelle. Mais pour Robespierre cette solution ne suffisait point. "Les principes veulent, dit-il, que le général Marcé soit jugé, qu'il ne soit pas réputé soldat infidèle, mais un général coupable du crime de lése-nation, un citoyen traître envers la Patrie, traître envers la liberté"15.

  • 16 Ibid., t. 6, p. 538.
  • 17 Ibid., t. 6, p. 507.

9Robespierre estimait insupportable qu'un régime qui se proclamait révolutionnaire et qui se disait garant des droits de l'homme continuât à juger différemment les délits des officiers et ceux des soldats ; de ce fait, il attachait une importance cruciale au renouvellement du code pénal. Le 14 septembre 1790, soutenant l'idée que dans l'application des peines le soldat devait être traité comme l'officier, Robespierre insista sur le fait que "les sentiments d'honneur sont les mêmes dans l'un et l'autre grade"16. Dans le débat du mois précédent sur le code pénal de la Marine, il avait développé le même argument, demandant que l'officier et le marin fussent sujets aux mêmes punitions. Pour la Gazette de Paris, c'était encore un exemple de son goût pour la popularité à tout prix. Le journal présenta une parodie sarcastique et incrédule de sa position et nota qu'il s'attaquait à la stabilité de l'ordre social. "Il voulait, dit la Gazette, que tous les officiers de la Marine, sans distinction, fussent attachés au cabestan, pour y recevoir des coups de corde, courussent la bouline, etc. Il a osé proposer qu'ils fussent envoyés aux galères pour les mêmes cas qui feraient que les matelots et les soldats y seraient envoyés". Le rapport conclut : "On peut juger combien de pareilles propositions étaient faites pour révolter ceux des membres à qui la fureur des innovations et l'adulation pour le peuple n'ont point fait oublier les véritables principes de l'ordre social"17.

  • 18 Ibid., t. 7, p. 681.

10Peut-être ! Mais pour Robespierre le vrai révolutionnaire devait accepter les droits de l'homme dans tous les contextes, y compris celui de l'armée. Les distinctions d'ordre social ne devaient plus compter ; ce qui importait, c'était l'esprit de l'individu, son patriotisme, sa qualité de citoyen. Selon ces critères, le soldat devait être jugé de la même manière que ses supérieurs et si le soldat, jeune et d'un niveau d'instruction assez modeste, pouvait dire qu'il avait été égaré par des hommes plus astucieux ou plus instruits, l'officier ne pouvait guère présenter la même excuse. Il avait, de l'avis de Robespierre, bénéficié de tous les privilèges de l'ancienne France et il devait désormais accepter ses responsabilités civiques. En plus, il n'avait que rarement les penchants pour la démocratie qui caractérisait le fusilier de base. A Arras, en 1791, quand on proposa de punir près de trois cents soldats accusés d'une faute contre la discipline militaire, Robespierre s'obstina à ne voir dans l'incident qu'un conflit entre des officiers conservateurs et une armée patriotique. Il affirma que la cause de cette indiscipline était à trouver, non pas dans les conditions du service, mais dans le patriotisme des hommes, dans "l'obstination de tous les soldats à vouloir conserver le ruban patriotique qui leur avait été donné par les citoyens de la ville où ils avaient débarqué en revenant d'Amérique, et que les officiers voulaient leur faire quitter". Robespierre conclut par l'explication la plus favorable aux troupes : "Il est possible que cette cause ait poussé les soldats à parler irrespectueusement à leurs officiers, à donner des marques d'impatience qui passent pour indiscipline ou insubordination ; mais il n'en est pas moins vrai que la cause n'est pas de celles qui peuvent alarmer sur le salut public"18. Il cherchait à protéger les soldats contre les conséquences de leurs actions, et encore une fois il se trouva à peu près isolé dans l'Assemblée, où la plupart des députés, soit par crainte soit par respect pour les institutions, penchaient en faveur de la sauvegarde de l'autorité des officiers.

  • 19 Ibid., t. 6, p. 372.
  • 20 Ibid., t. 6, p. 656.
  • 21 Ibid., t. 6, p. 530.

11L'exemple le plus frappant de cet isolement, et de sa défense acharnée des droits des hommes de ligne, concerne les mutineries de 1789 et de 1790. Dans l'affaire du Régiment de Lorraine à Tarascon, par exemple, les députés acceptaient sans réserve que les trois dragons dénoncés pour avoir causé les troubles fussent sévèrement punis. Mais Robespierre mit ailleurs la responsabilité du désordre, insistant sur le fait que "les marques d'insubordination des soldats tenaient plutôt de la faute des chefs que de celles des soldats"19. Dans l'affaire du régiment de Royal-Champagne à Hesdin (Pas-de-Calais), il observa que la troupe et la garde nationale avaient soutenu la cause de la Révolution, que c'étaient les officiers et la municipalité qui s'y étaient opposés. Cependant, les punitions avaient été réservées aux seuls soldats. Robespierre s'en indigna, notant que ces punitions avaient été "prononcées sans jugement, donc il y a de l'arbitraire, de l'oppression"20. A Nancy, sa réaction fut identique : si une grande partie de l'Assemblée se déclarait pour des représailles immédiates contre les présumés coupables, Robespierre s'opposa à toute précipitation. Il parla des droits des mutins, de leurs intérêts, de leur patriotisme et il refusa de croire aux accusations lancées par Bouillé et les chefs des régiments impliqués. Avec Barnave, il milita contre toute intervention militaire, contre l'anéantissement de la mutinerie par la force armée. Il admit que Bouillé pût avoir raison, mais demanda à l'Assemblée d'écouter des commissaires venus exprès de Nancy. Encore une fois, il prit position pour les soldats et contre leurs officiers. "D'après les faits qui vous ont été dénoncés, dit-il le 31 août, ne voyez-vous pas que les officiers ont cherché à séduire les troupes ? Et c'est contre ces soldats trompés, contre ces soldats dont le patriotisme a fait l'erreur, qu'on veut envoyer d'autres soldats ! Il arrivera peut-être que vous verrez d'un côté tous les soldats patriotes, et dans l'armée de M. Bouillé tous ceux que le despotisme et l'aristocratie auraient soudoyés"21.

  • 22 Ibid, t. 5, p. 282.

12Pour Robespierre, le soldat est un citoyen à part entière ; s'il doit renoncer à une partie de ses droits naturels pour bien effectuer son service, il le fait de bon gré, sciemment, et y consent en homme libre. Par conséquent, les autres citoyens et surtout les chefs politiques ont un devoir de veiller à la protection de ses intérêts pendant les années passées sous les drapeaux. Ce faisant, Robespierre ne se comptait pas parmi ceux qui cherchaient à toute occasion de donner un aspect glorieux et irréaliste à la vie militaire. Il tenait compte d'une autre vision de la guerre, celle que connaissaient beaucoup de soldats, vision dominée par la peur et le sang, par les cris pitoyables des mourants, les bruits effrayants de la bataille, l'odeur nauséabonde de la mort. Il reconnaissait, plus que la plupart de ses collègues, ces réalités peu héroïques de ce qu'il appelait, comme nous l'avons vu, "le pénible métier de la guerre"22. Autrement dit, il essayait de voir l'expérience concrète des soldats, de reconnaître les grands sacrifices qu'elle cachait et d'assurer les hommes et leurs familles de son soutien et de sa compréhension. Si Robespierre était populiste dans le discours qu'il tenait envers les armées, son populisme n'était pas vide de tout sens ; au contraire, il était étroitement en harmonie avec sa politique sociale et avec les réalités d'un pays condamné à de longues années de guerre.

  • 23 A. FORREST, The Soldiers of the French Revolution, Durham, N.C., 1990, p. 155 et sq.
  • 24 Oeuvres complètes, t. 7, p. 39.
  • 25 Ibid., t. 9, p. 164.
  • 26 Ibid., t. 9, p. 246.

13Il n'oubliait jamais l'aspect matériel qui, si l'on en juge par le ton et le contenu des lettres qu'envoyaient les soldats à leurs parents dans les villages de la France profonde, comptait le plus dans leur idée du bien-être quotidien23. Sans doute, Robespierre reste-t-il pour nous l'idéologue républicain par excellence : il y a des moments où son discours peut parfois sembler froid, dénué de cette compréhension de la misère et de la privation qui identifie le véritable homme du peuple dans un monde surpeuplé d'intellectuels. Mais aux yeux de la troupe, il existait un autre Robespierre qui était capable de se présenter comme un de leurs proches. Toute idéologie mise à part, il offrait aux soldats les assurances matérielles qu'ils demandaient et qui leur faisaient défaut - les fusils et les vivres nécessaires à la prochaine campagne, les secours aux mutilés, les crédits pour le soutien des veuves et des familles. Face à un manque sérieux d'armes et de poudre en janvier 1791, c'est Robespierre qui dit que la priorité absolue était de les fournir aux soldats et qui refusa toute motion de compromis. "Je demande, dit-il, que l'exportation des armes soit défendue jusqu'à ce que nos gardes nationales soient complètement armées", point de vue largement applaudi dans les bataillons24. C'est encore lui qu'on trouve déplorer la négligence du gouvernement à l'égard des soldats blessés et des mères et des pères privés par une guerre cruelle des services et du soutien de leur fils25. On le trouve même, le 20 janvier 1793, déplorer les blessures d'un jeune guerrier de l'Armée du Nord, l'accueillir en héros dans le sein de la Convention et demander une collecte en faveur du jeune homme et de sa mère26. S'il ne s'agissait que d'un geste, c'était un geste qu'il savait de nature à soulever un accueil enthousiaste dans les régiments.

  • 27 M. OZOUF, "La révolution française et l'idée de l'homme nouveau", dans C. LUCAS, sous la dir. de,,(...)
  • 28 J.-P. BERTAUD, La révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, 1979, (...)

14Mais sa contribution n'était pas limitée au symbolique. Dans son attitude envers les armées, il affichait à tout moment les préoccupations d'un homme politique inquiet face aux mentalités des régiments d'Ancien Régime et attiré par le rêve des jacobins les plus avancés. A cet égard l'armée n'était que l'instrument d'une politique plus large, qui servirait à créer dans la France du XVIIIe siècle une société patriotique et régénérée, société vouée à l'idéal de l'homme nouveau27. Mais c'était un instrument privilégié, car c'était dans les régiments que le gouvernement pouvait espérer former les jeunes, les entraîner bien sûr, mais aussi les instruire dans les premiers principes de la citoyenneté. Robespierre comprenait la valeur des camps comme écoles de jacobinisme et il partageait la vision de Bouchotte au Ministère de la Guerre, qui visait à remanier les armées héritées des Bourbons et à faire des militaires un atout révolutionnaire. Cette politique impliquait, bien entendu, un fort élément de propagande. Soutenus et encouragés par Bouchotte, les jacobins et les sans-culottes parisiens maintenaient dans les armées une surveillance continuelle, fournissant aux soldats des cartes de civisme et transmettant aux autorités et aux comités des informations sur leur patriotisme et leur esprit public. Dans le Nord, on formait des clubs au sein des régiments, on s'attaquait aux supposés modérés dans les administrations, on distribuait le Père Duchesne et la presse radicale de la capitale. Quant aux soldats eux-mêmes, ils profitaient de ce climat de complaisance, si l'on en croit les accusations girondines, pour dénoncer sans retenue leurs officiers28. Ils apprenaient vite leurs nouvelles leçons civiques.

  • 29 J.-P. BERTAUD, op. cit., p. 210.

15Mais il serait naïf de présenter ces réformes comme de simples mesures de police ; leur but principal était la création d'une force fidèle, cohérente et victorieuse. Robespierre lui-même n'acceptait jamais la force de la distinction entre le matériel et l'idéologie ; tous les deux étaient pour lui des aspects du même combat. Donc, la décision de prêcher dans les armées le culte de l'Être suprême ne fut pas prise au hasard. Robespierre reconnut qu'il avait pour les militaires une valeur spéciale, valeur à la fois symbolique et réelle. D'une part les fêtes servaient à souligner l'unité essentielle entre les soldats et le peuple, d'autre part pour des hommes prêts à se sacrifier pour la Patrie en danger, la nouvelle religion civique avait une valeur beaucoup plus profonde : elle rassurait et promettait l'éternité. Comme nous l'explique Jean-Paul Bertaud : "Ce culte des martyrs naquit spontanément au sein des unités"29. De la même façon, les réformes des structures militaires, comme l'amalgame et la formation des demi-brigades, doivent être perçues comme liées à une idéologie républicaine. Le soldat, selon Robespierre, serait plus performant s'il se battait dans une armée de citoyens pour une cause qui était la sienne. Il n'y avait aucune contradiction entre idéologie et compétence, entre démocratie et efficacité ; tout était à comprendre dans un cadre qui était prioritairement politique.

  • 30 Oeuvres complètes, t. 8, p. 250-51.

16Robespierre voulait que les soldats le reconnussent comme l'un des leurs. Il s'intéressait donc à leur confort, il manifestait de l'inquiétude pour leurs parents âgés et pour les enfants qu'ils avaient laissés au village. Mais même dans ses sentiments d'humanité, Robespierre cachait un élément de discrimination : il faisait rarement mention des officiers, réservant sa pitié aux plus méritoires, aux parents des volontaires, aux orphelins pleurés par des femmes du peuple. En effet, dans chacune des interventions, on peut lire la même tendance égalitaire qui inspirait sa politique, le désir de rectifier les injustices sociales, même au sein de l'armée, même en plein état de guerre. Et s'il s'occupait de la condition matérielle du soldat et de ses soucis légitimes à l'égard de sa famille, il cherchait également à maintenir son moral, à lui montrer combien le gouvernement, et avec lui le peuple français, étaient fiers de lui et de son sacrifice. Cela ne veut pas dire, bien sûr, qu'il hésitait à réprouver les délits comme le pillage ou la désertion ; en matière de discipline il était capable de la même rigueur que Saint-Just, Lebas ou les autres jacobins envoyés en mission aux frontières. Mais le soldat manifestant sens de l'égalité ou goût de la liberté personnelle pouvait compter sur ses sympathies. Et il hésitait, comme nous l'avons vu, à punir ceux qui s'étaient donnés à la mutinerie contre des officiers jugés tyranniques. En 1792, Robespierre fut l'un des premiers à demander que les soldats de Châteauvieux, si brutalement punis à la suite de leur insurrection, soient honorés comme héros. S'adressant à l'Assemblée, il soutint la fête nationale qu'on proposait en leur honneur et demanda qu'une souscription soit ouverte pour les survivants et pour leurs familles. Pour Robespierre, cette fête était doublement symbolique. C'était, bien sûr, une célébration de la Liberté et de la liberté du peuple. Mais en honorant les galériens, les mutins de Châteauvieux, elle devait également honorer le soldat, le moyen fusilier des armées révolutionnaires, son courage et sa sagesse30. La fête était le meilleur moyen de restaurer l'amour-propre du soldat et d'affirmer sans ambiguïté la confiance qui lui était due. Nancy n'était plus un délit contre le code militaire ; avec la consécration officielle de la fête, la mutinerie était déjà passée dans la légende révolutionnaire.

Notes

1 H. MORSE STEPHENS, Orators of the French Revolution, 2 tomes, Oxford, 1894, t. 2, p. 276 et sq.

2 E. LEONARD, L'armée et ses problèmes au dix-huitième siècle, Paris, 1958, p. 43 et sq.

3 Oeuvres complètes, t. 6, p. 357.

4 Ibid., t. 7, p. 261.

5 Ibid., t. 7, p. 263.

6 M. OZOUF, "La Révolution française et l'idée de 'l'homme nouveau", dans C. LUCAS, sous la dir. de, The political culture of the French Revolution, Oxford, 1988, p. 228-30.

7 Oeuvres complètes, t. 7, p. 266.

8 Ibid., t. 8, p. 117.

9 Ibid., t. 6, p. 611.

10 Ibid., t. 5, p. 282.

11 S.A. SCOTT, The Response of the Royal Army to the French Revolution, Oxford, 1978, p. 109.

12 Oeuvres complètes, t. 8, p. 101.

13 Ibid., t. 9, p. 313.

14 Ibid., t. 5, p. 39.

15 Ibid., t. 9, p. 332.

16 Ibid., t. 6, p. 538.

17 Ibid., t. 6, p. 507.

18 Ibid., t. 7, p. 681.

19 Ibid., t. 6, p. 372.

20 Ibid., t. 6, p. 656.

21 Ibid., t. 6, p. 530.

22 Ibid, t. 5, p. 282.

23 A. FORREST, The Soldiers of the French Revolution, Durham, N.C., 1990, p. 155 et sq.

24 Oeuvres complètes, t. 7, p. 39.

25 Ibid., t. 9, p. 164.

26 Ibid., t. 9, p. 246.

27 M. OZOUF, "La révolution française et l'idée de l'homme nouveau", dans C. LUCAS, sous la dir. de,, The political culture of the French Revolution, Oxford, 1988, p. 213-232.

28 J.-P. BERTAUD, La révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, 1979, p. 144-146.

29 J.-P. BERTAUD, op. cit., p. 210.

30 Oeuvres complètes, t. 8, p. 250-51.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteur

Université de York

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540