Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème III. Du sort des minorités aux relations entre nations : Robespierre, le droit des gens, la citoyenneté universelle

Robespierre et la guerre de conquête

Marc Bélissa

Texte intégral

Introduction

  • 1 J. MICHELET, Histoire de la Révolution française, réed. Paris, 1979, p. 663.

1L'opposition de Robespierre à la guerre de conquête a toujours provoqué une certaine incompréhension chez les historiens. La campagne menée à l'hiver 91/92 aux Jacobins a été dans la plupart des cas expliquée par des motifs tactiques d'opposition au roi ou encore par des considérations psychologiques faisant de Robespierre un "aigri" face aux Brissotins ou aux enthousiastes de la libération universelle. Michelet n'hésitait pas à invoquer la pression des spéculateurs et des gros acheteurs de biens nationaux sur Robespierre1. Certains ont même manié l'anachronisme en faisant de lui un "pacifiste" en 91 ou un "jusqu'au-boutiste" en l'an II. Il nous semble que si les considérations tactiques jouent un rôle certain dans l'action politique de Robespierre, ce sont avant tout ses principes, sa philosophie en action qui sont le moteur de ses interventions. Ses ennemis les plus acharnés lui reconnaissaient d'ailleurs cette rectitude, cette raideur disaient certains.

  • 2 G.B. de MABLY, "Entretiens de Phocion”, dans Oeuvres complètes, Paris, An III.

2Sur quels principes Robespierre s'appuie-t-il à l'hiver 91/92 ? Quelle est sa conception de la guerre et des rapports entre les peuples ? En étudiant ses discours, nous avons découvert que le rejet de la guerre de conquête et l'exigence d'un nouveau droit des peuples étaient une constante, un fil conducteur dans sa pensée et son action politique de 1790 jusqu'à Thermidor. Le cadre philosophique dans lequel s'élaborent ses principes est celui du "droit des gens", qui n'est autre que le droit naturel appliqué aux relations entre les peuples. Les philosophes des Lumières avaient discuté pendant tout le siècle de la nature du droit des nations à opposer aux pratiques diplomatiques des monarques de l'Ancien Régime. Montesquieu, Vattel ou Mably avaient vivement critiqué les fondateurs du droit des gens comme Grotius et Pufendorf ainsi que les jurisconsultes qui ne fondaient le droit que sur les traités et les usages internationaux. Mably en particulier avait développé la nécessité d'un droit des gens fondé sur l'égalité juridique des peuples et sur le respect de la souveraineté d'autrui2.

  • 3 Cité par J. GAUMIER, L'idéologue Volney, p. 185.

3Ainsi pour les patriotes qui s'assemblaient en 1789, la question des relations extérieures n'étaient pas une inconnue. Volney par exemple traçait dès le 29 décembre 1789 le programme politique des patriotes. Il appelait les députés à montrer à tous les peuples "que ces mêmes règles de justice que vous avez reconnues dans les particuliers existent aussi dans les nations : que dans la grande société du genre humain, les peuples ne sont que des individus qui, doués des mêmes facultés et investis des mêmes droits, doivent être soumis à des lois semblables"3. Comment Robespierre mit-il ce programme en œuvre ? Quatre phases peuvent être grossièrement délimitées dans ce combat politique. Ainsi à la Constituante, Robespierre ne cesse de réclamer l'ouverture d'un débat de fond sur les relations que la France régénérée doit entretenir avec les autres peuples, il développe une conception globale des droits des nations et exige la rupture avec la diplomatie de l'Ancien Régime. La deuxième phase de ce combat se mène sur la base des mêmes principes, c'est la campagne de l'hiver 91/92 contre les bellicistes. Mais une fois la guerre déclarée, Robespierre ne se contente pas d'appeler à la faire, il se bat pour en changer la nature ; et c'est ici la troisième phase de ce combat. Enfin, à partir d'avril 93, il synthétise ses principes de fraternité dans le projet de déclaration des droits et il tente d'imposer au Comité de Salut public une nouvelle diplomatie révolutionnaire au service de la guerre défensive.

1. Le combat pour une déclaration du droit des gens

"C'est au sujet de cette discussion (sur les princes d'Alsace N.D.R.) que M. Robespierre est monté à la tribune (…) on a fermé la discussion sans qu'il ait pu parler et il a repris sa place (…) MM. de Liancourt et de La Rochefoucauld lui témoignèrent leur étonnement de ce qu'il se hasardait de parler sur une question de ce genre sans avoir jamais rien lu, rien appris : "Mais connaissez-vous au moins le traité de Ryswick ? Non – Avez-vous étudié le droit public de l’Allemagne ? - Non, il ne s'agit ici ni de droit public, ni de traité, mais de droit des gens". Le droit des gens ! et M. Robespierre en parle !"
Journal de Duquesnoy, t. II, p. 379.

  • 4 M. BÉLISSA, Le droit des gens dans les discours sur la paix et la guerre, Paris I, Mémoire de D.E. (...)
  • 5 Moniteur, no 136, p. 373.
  • 6 Oeuvres complètes, t. 6, p. 368.
  • 7 Ibid., t. 3, p. 85.
  • 8 Voir son intervention du 24 mai, Ibid., t. 6, p. 372.
  • 9 Ibid., p. 526-527.
  • 10 Ibid., t. 7, p. 107.
  • 11 Ibid., t. 6, p. 332-333.
  • 12 A. P., t. 20, p. 521-534.
  • 13 Ibid.

4En effet, Robespierre en parlait, et l'ironie des journalistes ne l'empêchait pas d'intervenir dans le débat sur le droit de guerre et de paix déclenché par l'incident de la baie de Nootka. Ce débat capital a été méconnu par l'historiographie qui n'y a souvent vu que le problème institutionnel de la délégation du droit de faire la guerre. En fait, il posait nettement toute la question des relations entre les peuples4. Le côté gauche de l'Assemblée s'engagea dans la discussion avec pour objectif le vote d'une déclaration du droit des gens, complètement nécessaire à celle des droits de l'homme. Comme l'avait bien remarqué le rédacteur du Journal de Duquesnoy, Robespierre ne s'appuyait ni sur les traités ni sur le droit public dans ses trois interventions des 15, 18 et 24 mai 1790. Il se place sur le terrain du droit naturel des gens pour appeler l'Assemblée à proclamer aux peuples que "la nation française, contente d'être libre, ne veut s'engager dans aucune guerre et veut vivre avec toutes les nations dans cette fraternité qu'avait recommandée la Nature"5. Selon lui, l'esprit de conquête dégrade les peuples et il faut se méfier de toutes les manœuvres ministérielles qui pourraient entraîner les nations dans une guerre. Dans sa deuxième intervention, il se livre à une critique en règle de la situation diplomatique de l'Europe et des traités existants. Une déclaration de fraternité est nécessaire pour armer "l'opinion publique des nations contre les cabinets qui voudraient se servir de la guerre pour opprimer la liberté des hommes"6. C'est Volney qui synthétisa la position du côté gauche en proposant un décret qui proclamait l'universalité du genre humain et la réciprocité du droit naturel des gens. La conséquence de ces deux postulats était le rejet de toute conquête comme contraire au droit naturel des nations. Mais l'Assemblée adoptait le projet de décret de Mirabeau et rejetait celui de Volney. Malgré ses défauts, le décret adopté le 22 mai suscita l'enthousiasme populaire en France et en Europe mais tous les députés n'en étaient pas satisfaits. D'après Desmoulins, Robespierre était de ceux-là7. En effet, le côté gauche avait subi une demi-défaite, il n'avait pas réussi à imposer la déclaration formelle réclamée par Volney et Robespierre ; le décret laissait en outre une grande latitude au pouvoir exécutif en matière de politique étrangère et surtout, il ne touchait pas aux traités de la monarchie. Robespierre intervint de nouveau contre Mirabeau pour demander qu'on étudie leur compatibilité avec la Déclaration des droits dans le comité de Constitution8. Mais il n'avait pas renoncé à un grand débat sur les relations entre les peuples. Il s'opposa avec acharnement à toutes les demandes d'armements émanant du pouvoir exécutif et susceptibles de déclencher une guerre en réclamant l'ouverture de la discussion sur les "rapports politiques avec les nations étrangères". Il essaya de nouveau de le provoquer lors de la discussion sur le Pacte de famille les 25 et 26 août mais, une fois de plus, Mirabeau faisait fermer la discussion9. Le 5 mai 1791, il regrette à nouveau que l'Assemblée n'ait pas encore discuté des "droits et des devoirs réciproques des nations" ni de la "juridiction formelle des sociétés sur les individus de l'espèce humaine", c'est-à-dire de la "grande question du droit des gens"10. En effet, pour Robespierre, il y a urgence car des questions pratiques se posent. La première est celle de la Corse. Rejetant la conception coloniale du lien entre le peuple corse et le peuple français, Robespierre défendait le 26 avril 90 aux Jacobins l'idée d'une association, d'une confédération entre les deux peuples, qui respecterait la réciprocité de leur souveraineté, cette association devant devenir le noyau d'une "sainte confédération" des peuples d'Europe à construire11. N'ayant pas pu obtenir un vrai débat sur les droits des peuples, Robespierre se saisissait de la question d'Avignon pour exposer ses conceptions. Tous les observateurs, et les Avignonnais en particulier, remarquèrent l'enjeu de la discussion. Pour Robespierre, ce n'est pas sur l'étendue du territoire avignonnais que se mesure le problème mais "sur la hauteur des principes qui garantissent les droits des hommes et des nations. La cause d'Avignon est celle de l'univers ; elle est celle de la liberté"12. Il refuse la hiérarchie des peuples selon leur puissance. "Ne serions-nous hospitaliers qu'avec les peuples dont la population suppose une grande force ?" disait-il à l'Assemblée le 26 juin 90. Le droit des nations s'exerce quel qu'en soit l'objet. Pourquoi l'Assemblée doit-elle voter la "réunion" réclamée par la députation d'Avignon ? Tout d'abord parce que la souveraineté est inaliénable et indivisible ; que le peuple avignonnais ait été détaché de la France au Moyen Age ou qu'on le considère comme étranger, il a le droit de disposer de lui-même. Ce ne sont pas les arguments historiques et les traités qui fondent le droit. Il n'existe pas de "nation pontificale", les États du Pape regroupent plusieurs peuples souverains, le peuple avignonnais peut donc légitimement s'en séparer car le Pape n'a aucun droit de propriété sur les hommes13. Il est révélateur que Robespierre ne se serve pas d'arguments fondés sur les intérêts nationaux, commerciaux ou fiscaux de la France mais sur la nécessité morale de soutenir un peuple en révolution. En votant la "réunion", la France n'annexe pas unilatéralement un peuple car la question de la "réunion" touche au pacte social des nations. Les relations entre les peuples ne relèvent pas de la diplomatie et du pouvoir exécutif mais du droit des gens et du pouvoir constituant. Les principes développés par Robespierre sont les fondements du droit naturel des gens : égalité juridique des peuples, réciprocité de la souveraineté, primauté du droit naturel sur le droit positif des conventions et des traités. Ce sont ces mêmes principes qui sont à l'œuvre dans le combat politique contre la guerre de l'hiver 91/92.

2. "Personne n'aime les missionnaires armés"

  • 14 Voir son intervention du 5 juillet 90 in Oeuvres complètes, t. 6, p. 43.
  • 15 Oeuvres choisies, Paris, 1974, t. 1, p. 114.
  • 16 Oeuvres complètes, t. 8, p. 81-82.
  • 17 Ibid., t. 1, p. 124.
  • 18 Ibid., t. 1, p. 121.
  • 19 Ibid., t. 8, p. 95 et sqq.
  • 20 Ibid, t. 8, p. 40.

5Dès 1790, Robespierre s'oppose à toutes les manoeuvres du pouvoir exécutif pour se réapproprier les moyens de la subversion militaire. Or dans ses interventions aux Jacobins en décembre 92, il en fait sa cible principale. Le titre de son discours du 18 décembre est, à l'égard, révélateur : "Sur le parti que l'Assemblée nationale doit prendre relativement à la proposition de guerre annoncée par le pouvoir exécutif'. Il ne s'agit pas seulement d'une opposition tactique au roi et à ses ministres mais bien d'une opposition de principe. Le pouvoir exécutif est par essence toujours tenté de dériver vers le despotisme que sa forme soit royale ou non et la guerre est le moyen par excellence de la construction de ce despotisme. Il y a donc une grande continuité dans l'action de Robespierre entre le combat contre les armements de 179014 et celui de 91/92 pour empêcher la guerre extérieure sous direction ministérielle. Cette vigilance vis-à-vis du pouvoir exécutif répondait d'ailleurs au mot d'ordre des Brissotins et de Narbonne qui martelaient la nécessité de la confiance dans l'exécutif en fustigeant "la défiance, cet état affreux !". Non seulement la guerre permet de faire reculer la Révolution en France par l'extension des prérogatives du pouvoir exécutif, mais la première conséquence de cette guerre peut être le recul de la Révolution universelle et non son extension. En la déclenchant, dit Robespierre, "vous mettez toutes les puissances ennemies dans la position la plus favorable pour vous la faire"15 car le développement révolutionnaire en Europe est inégal : "Il est de la nature des choses que la marche de la raison soit lentement progressive" et "la Déclaration des droits n'est point la lumière qui éclaire au même instant tous les hommes"16. Déclarer la guerre serait aider les despotes à écraser les révolutions qui s'amorcent chez tous les peuples. Ceux qui comme Cloots veulent "départementaliser l'univers" font fi de la souveraineté des peuples : "La plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d'un politique, est de croire qu'il suffise à un peuple d'entrer à main armée chez un peuple étranger, pour lui faire adopter ses lois et sa Constitution. Personne n'aime les missionnaires armés ; et le premier conseil que donnent la nature et la prudence, c'est de les repousser comme des ennemis"17. On a accusé Robespierre d'avoir une approche réduite, mesquine de la Révolution ; d'être opposé à son extension. C'est un contresens formidable. Pour lui, la Révolution est le processus de reconquête des droits de l'homme. Ce processus est universel et non "français". Il s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur de l'intervention révolutionnaire mais aux côtés de peuples déjà entrés en Révolution (les Avignonnais ou les Liégeois par exemple)18. Il n'essaie pas de circonscrire la Révolution à la France, il espère au contraire que la reconquête des droits va s'étendre mais la libération universelle promise par les bellicistes ne peut se réaliser par des méthodes contraires au droit naturel et sous la direction d'un exécutif qui a prouvé son amour des peuples en laissant écraser les Liégeois et les Brabançons19. Robespierre pose donc la question de la nature de la guerre. Vous voulez la guerre ?, dit-il aux bellicistes, mais vous l'avez déjà ! "C'est la guerre de tous les ennemis de la constitution, contre la Révolution française"20. L'ennemi est aux Tuileries et non en Allemagne. La guerre proposée, c'est celle de l'exécutif contre les peuples, c'est la guerre de conquête contre la souveraineté.

3. Changer la nature de la guerre

  • 21 Ibid., t. 4, p. 15.
  • 22 Ibid, t. 4, p. 16.

6Le combat politique de Robespierre ne s'arrête pas le 20 avril 1792, il se poursuit d'une autre manière. Il faut changer la nature de la guerre : "Il ne nous reste plus qu'à prendre les précautions nécessaires pour la faire tourner au profit de la Révolution. Faisons la guerre des peuples contre la tyrannie"21. Pour cela, il faut une véritable guerre de propagande et informer les peuples de son enjeu. "Qu'a-t-on fait pour éveiller et pour seconder l'ardeur des patriotes belges et liégeois ?(…) Pourquoi des manifestes destinés à développer les droits du peuple et les principes de la liberté n'ont-ils pas été traduits par les soins du gouvernement ?"22. Le parti populaire en Belgique doit être soutenu par une déclaration sans ambiguïté ; il faut surtout proclamer que la souveraineté des peuples sera respectée : "Il fallait dès l'origine, il faut encore maintenant, déclarer solennellement que les Français n'useront de leurs forces et de leurs avantages, que pour laisser à ce peuple, la liberté de se donner la Constitution qui leur paraîtra la plus convenable". Les Français, et en particulier les soldats, ne doivent jamais oublier la nature de cette guerre : "Ne voyons partout que la patrie et l'humanité. Portons nos regards vers le dénouement et vers le résultat : demandons-nous sans cesse quel sera le terme de la guerre et son influence sur le sort de la liberté".

7Dans le numéro huit du Défenseur de la Constitution, un important article intitulé "Réflexions sur la manière dont on fait la guerre" revient sur cette question. Selon Robespierre, rien n'a été fait depuis trois mois pour concrétiser cette guerre de la liberté. Luckner a fait mouvement vers la Belgique et le peuple belge l'a acclamé mais il a reçu l'ordre de se replier, et, dans ce mouvement, le général Jary a fait incendier les faubourgs de Courtrai. Est-ce comme cela que l'on se concilie l'amour des peuples ? Robespierre s'adresse directement à eux dans un vibrant appel à la solidarité face à leurs communs oppresseurs parmi lesquels les généraux français eux-mêmes :

  • 23 Ibid., t. 4, p. 229-232.

"Malheureux Brabançons, et vous tous, peuples de l'Europe, qui fondiez sur notre exemple l'espoir de votre liberté, ne vous découragez pas ; gardez-vous de seconder les vues abominables des ennemis de l'humanité, en désespérant de la révolution universelle ; et surtout en nous imputant des crimes, commis en notre nom (…). Non, ce n'est pas le peuple français qui a refusé de tendre une main secourable aux infortunés Liégeois (…). Ce n'est pas lui qui a conçu l'affreux projet de cimenter la servitude des Belges en paroissant les défendre (…). Hélas ! ils ont voulu accabler pour jamais la cause de la liberté, en rendant exécrable, aux yeux des nations, le nom du peuple français (…). Français, Belges, Allemands, esclaves malheureux des tyrans qui se sont partagé le genre humain, comme de vils troupeaux, vous serez libres ; gardez-vous d'en douter : je le jure par l'incendie de Courtrai (…) je le jure par la Déclaration des droits de l'homme"23.

  • 24 Ibid., t. 5, p. 37.
  • 25 Ibid., t. 5, p. 60.
  • 26 Ibid., t. 5, p. 271.
  • 27 Ibid., t. 5, p. 271.

8La chute de la royauté change les conditions de la guerre mais pas sa nature. Robespierre le rappelle dans le premier numéro des Lettres à ses commettans : "Cette guerre ne ressemble à aucune autre. La République ne peut voir dans les rois conjurés contre elle des ennemis ordinaires, mais des assassins de l'humanité, des brigands révoltés contre la souveraineté des nations"24. Il faut donc punir les rois et achever rapidement la guerre. Contre les partisans girondins et montagnards de la guerre de conquête, il affirme la nécessité de "borner nos entreprises militaires". La tâche à l'ordre du jour n'est pas de jouer les "Don Quichotte du genre humain", c'est au contraire "d'aider nos plus proches voisins à secouer le joug du despotisme (…) et de nous hâter d'appliquer toutes nos ressources et toutes nos énergies à nos affaires domestiques, pour fixer enfin au milieu de nous la liberté, la paix, l'abondance et les lois"25. En effet, la dérive conquérante de la politique extérieure de la République l'inquiète, il a pu observer l'opposition des Belges aux décrets des 15 et 17 décembre 92, décret que Couthon qualifiait de "liberticide et attentatoire à la souveraineté". Robespierre s'en explique dans un article intitulé : "Examen de la situation politique après la déclaration de guerre à l'Angleterre". C’est une critique en règle de la politique extérieure de la Convention. L'application des décrets du 15 décembre risque d'attenter à la souveraineté des peuples délivrés. Il avertit : "Si nous violons ce principe, sous le prétexte de hâter les progrès de la liberté nous courons le risque de les aliéner, de fortifier le parti aristocratique (…). On peut aider la liberté ; jamais la fonder sur les armes"26. La Convention doit mener une politique prudente vis-à-vis des peuples : "Tout ce que nous avons à faire pour le moment, c'est de foudroyer les tyrans qui nous font la guerre et de nous unir aux peuples contre eux ; le temps, la raison, notre exemple, et la paix feront le reste (…). Remettons entre les mains des peuples leurs propres destinées. Proclamons chez eux la Déclaration des droits et la souveraineté des nations ; qu'ils s'assemblent sous ces auspices : mais qu'ils règlent ensuite la forme de leur gouvernement"27. Il propose donc que les décrets soient considérés comme invitatoires plutôt que comme coactifs. De fait, comme l'avait annoncé Robespierre, les Belges et les Rhénans se soulevèrent contre les exactions dans les pays occupés, précipitant la débâcle des troupes françaises au printemps 93.

4. Pour un nouveau droit des gens en pratique

9Dès le mois d'avril 93, un tournant s'opère dans la politique extérieure de la Convention. C'est à ce moment que Robespierre présente son projet de Déclaration des droits. Il consacre un important développement à la définition des relations entre les peuples. Citons Fl. Gauthier qui analyse ce texte :

  • 28 Fl. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, P.U.F., 1992, p. 138-140.

"Le genre humain est le souverain de la terre et les ennemis définis dans les articles 37 et 38 sont tous ceux qui s'opposent par différents moyens (mépris, oppression nationale, conquête, despotisme) au processus de reconquête des droits naturels. (…) La constitution d'une société de droit naturel implique par là même des relations entre les peuples.
Robespierre s'appuie ici sur le droit civique et le droit des gens pour régir les relations entre les peuples. L'article 35 rappelle l'interdit de conquête et de l'oppression nationale en vertu du droit naturel qui implique le droit des peuples à disposer librement de leur souveraineté. Mais Robespierre exprime une autre relation entre les hommes en affirmant l'universalité du genre humain et de la citoyenneté. La fraternité crée un devoir d'entraide entre les hommes et/ou les peuples, pour œuvrer en commun à leur libération sur la base, non de l'annexion, mais de la libre détermination. (…) Ainsi, la théorie du droit naturel moderne affirme-t-elle une idée nouvelle en politique : une société politique ne peut se constituer isolément sur un coin du globe, mais doit nécessairement, pour établir un état de paix à l'échelle mondiale, constituer conjointement une société particulière et les bases pratiques de ses relations avec les autres peuples"28.

10Robespierre n'était pas le seul à se poser le problème du droit des gens. Ainsi, Grégoire présentait son projet de déclaration du droit des gens le 18 juin 93 et Wandelaincourt, un proche de Grégoire, critiquait la guerre de conquête dans un texte sur la Constitution.

11Entré au Comité de Salut public, Robespierre se bat pour mettre en pratique une nouvelle diplomatie révolutionnaire au service de la guerre défensive. Dans son rapport du 27 brumaire an II, il nie l'idée que la guerre et surtout le rejet de la Révolution par les peuples étaient inéluctables. Comme en février 93, il fixe deux tâches au Comité de Salut public et à la Convention : la recherche des alliances permettant de briser l'isolement et l'instruction des peuples pour en finir au plus vite avec la guerre.

  • 29 Oeuvres complètes, t. 5, p. 344-345.
  • 30 Ibid., p. 154.

12Ce tournant politique est-il chauvin et xénophobe ? Certains historiens l'ont estimé en s'appuyant sur les diatribes de Robespierre contre les Anglais. Le problème nous semble plus complexe. Robespierre ne rejette pas l'idée de la solidarité avec les peuples qui se libèrent. Dans son intervention du 9 pluviôse an II aux Jacobins, il rappelle la nécessité d'éclairer le peuple anglais sur son gouvernement mais il pense que seule la défaite de l'Angleterre pourrait précipiter la Révolution à Londres car "les tyrans ont élevé entre les peuples une barrière morale qui est la calomnie"29. En fait, il s'oppose à ceux qui espèrent un compromis avec l'Angleterre. Certes, il affirme : "En qualité de Français, de représentant du peuple, je déclare que je hais le peuple anglais" mais il ajoute aussitôt qu'il s'y intéresse en tant qu'homme. D'ailleurs, le 16 octobre 93, il refuse de distinguer les Anglais des autres peuples : "Je ne connais pas cet orgueil national dont on a parlé. Je ne vois, au contraire, dans les Anglais que des chaînes plus honteuses que celles des autres peuples, et plus difficiles à briser. C'est une chimère que cet orgueil qu'on leur suppose, et qu'ils tireraient des crimes d'un gouvernement le plus machiavélique qui ait existé. S'il est des philosophes, amis de l'humanité, il s'en trouve ailleurs comme en Angleterre"30. Pour Robespierre, la guerre sans merci menée par le gouvernement et le peuple anglais fait d'eux les ennemis du genre humain. Ils ont violé tous les principes du droit des gens (affaires de Gênes, violation du droit des neutres etc.). En tant qu'Anglais, ils sont dénaturés, mais en tant qu'hommes, ils sont toujours dignes de sollicitude.

13Il est certain que l'opposition de Robespierre à la guerre de conquête a joué un rôle important dans les conflits au sein du Comité de Salut public à la veille de Thermidor. Les divergences étaient notoires entre Carnot et Robespierre. Carnot avait d'ailleurs noué des relations politiques avec les réfugiés belges et hollandais qui, pris entre leurs aspirations et l'inachèvement du processus révolutionnaire chez eux, ne voyaient d'issue que dans la conquête française. Les succès militaires laissaient entrevoir la fin rapide des hostilités mais la victoire elle-même recelait ses propres dangers.

  • 31 Ibid., p. 568.

14Le 8 thermidor, Robespierre tentait une dernière fois de s'opposer à la guerre de conquête dont la reprise s'annonçait depuis Fleurus. Il appelait la Convention à mettre fin à la guerre car ce ne sont ni les "phrases de rhéteur" ni les "exploits guerriers" qui fondent la grandeur mais la sagesse des lois. L'amour de l'humanité est une valeur plus sublime encore que l'amour sacré de la patrie. Or, au lieu de faire "tourner nos succès militaires au profit de nos principes" et de "cueillir les fruits de la victoire, on s'amuse à planter des arbres stériles de la liberté sur un sol ennemi"31. Les robespierristes éliminés, les partisans de l'expansion territoriale de la "Grande Nation" imposaient alors leur ligne politique à la Convention préparant la conquête de l'Europe.

Conclusion

15Une remarquable continuité se révèle donc dans les positions de Robespierre sur les relations entre les peuples et la guerre. L'égalité juridique des nations implique le respect mutuel de la souveraineté populaire mais Robespierre comme Grégoire ajoute un nouvel élément déjà entrevu par Mably mais défini plus formellement entre 1789 et 1794. La souveraineté n'est pas illimitée car si le genre humain est le souverain de la terre, alors l'exercice de la souveraineté particulière est borné par le droit qui régit les rapports des hommes indépendamment de la société dont ils font partie. L'exercice de la souveraineté nationale est donc soumis au respect du droit naturel des gens. Mais cette continuité dans l'élaboration des principes ne doit pas masquer les ruptures nées du processus révolutionnaire. L'enlisement de la guerre et surtout l'isolement de la France en 93 changent les données du problème. En 1790-1792, Robespierre espère encore que la France, avant-garde du mouvement universel de reconquête des droits, pourra compter sur la solidarité active des peuples. Il est obligé de constater en 93 que la dérive conquérante de la République et les "calomnies" des despotes interdisent provisoirement tout mouvement d'ensemble. C'est d'abord la victoire de la guerre défensive qui peut permettre le passage au "règne des lois". La révolution universelle passe par la victoire de la France et la défaite des despotes.

  • 32 Moniteur, no 342 et 343, p. 587, p. 602.

16Robespierre ne se contente pas de 1790 à 1794 des "lieux communs de la morale" mais il agit pour imposer un nouveau droit des gens en pratique à chaque étape du processus révolutionnaire. La défaite du projet politique robespierriste coïncide avec l'affirmation au premier plan d'une nouvelle théorie : celle de l'intérêt national étroit. Boissy d'Anglas pouvait alors affirmer le 12 pluviôse an III : "Les français ont été trompés longtemps par les erreurs d'une philanthropie exagérée et d'une théorie impolitique". Heureusement, ces temps étaient révolus ! car "c'est depuis le 9 thermidor, c'est depuis ce jour que la République a fait ses plus belles et ses plus précieuses conquêtes"32.

Notes

1 J. MICHELET, Histoire de la Révolution française, réed. Paris, 1979, p. 663.

2 G.B. de MABLY, "Entretiens de Phocion”, dans Oeuvres complètes, Paris, An III.

3 Cité par J. GAUMIER, L'idéologue Volney, p. 185.

4 M. BÉLISSA, Le droit des gens dans les discours sur la paix et la guerre, Paris I, Mémoire de D.E.A., 1991, p. 47-73.

5 Moniteur, no 136, p. 373.

6 Oeuvres complètes, t. 6, p. 368.

7 Ibid., t. 3, p. 85.

8 Voir son intervention du 24 mai, Ibid., t. 6, p. 372.

9 Ibid., p. 526-527.

10 Ibid., t. 7, p. 107.

11 Ibid., t. 6, p. 332-333.

12 A. P., t. 20, p. 521-534.

13 Ibid.

14 Voir son intervention du 5 juillet 90 in Oeuvres complètes, t. 6, p. 43.

15 Oeuvres choisies, Paris, 1974, t. 1, p. 114.

16 Oeuvres complètes, t. 8, p. 81-82.

17 Ibid., t. 1, p. 124.

18 Ibid., t. 1, p. 121.

19 Ibid., t. 8, p. 95 et sqq.

20 Ibid, t. 8, p. 40.

21 Ibid., t. 4, p. 15.

22 Ibid, t. 4, p. 16.

23 Ibid., t. 4, p. 229-232.

24 Ibid., t. 5, p. 37.

25 Ibid., t. 5, p. 60.

26 Ibid., t. 5, p. 271.

27 Ibid., t. 5, p. 271.

28 Fl. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, P.U.F., 1992, p. 138-140.

29 Oeuvres complètes, t. 5, p. 344-345.

30 Ibid., p. 154.

31 Ibid., p. 568.

32 Moniteur, no 342 et 343, p. 587, p. 602.

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540