Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

L'affrontement Cambon-Robespierre le huit thermidor

François Hincker

Texte intégral

"Il était assez habile à Robespierre de se faire l'écho des rentiers" (MICHELET, La Révolution, livre XXI, chapitre 3).

1Il est bien connu que le 8 thermidor ce fut Cambon qui, le premier, désigna nommément Robespierre à la vindicte de la Convention et ouvrit ainsi les vannes à l'offensive que l'on sait.

"Il est temps de dire la vérité tout entière : un seul paralysait la volonté de la Convention nationale ; cet homme est celui qui vient de faire le discours, c'est Robespierre ; ainsi jugez".

2Il est déjà moins connu, quoiqu'il suffise pourtant de lire le discours de Robespierre et les Archives parlementaires, que cette sortie de Cambon se situe non pas à la fin mais au milieu, car, on va le voir, Robespierre répliqua. Rappelons les étapes de cet affrontement personnel entre les deux hommes.

3Au premier quart de son discours, Robespierre a déclaré :

"Des projets de finance destructeurs menaçaient toutes les fortunes modiques et portaient le désespoir dans une multitude innombrable de familles attachées à la Révolution".

4Vers la fin il a repris :

"La contre-révolution est dans l'administration des finances. Elle porte sur un système d'innovation contre-révolutionnaire déguisé sous les dehors du patriotisme. Elle a pour but de fomenter l'agiotage, d'ébranler le crédit public en déshonorant la loyauté française, de favoriser les riches créanciers, de ruiner et de désespérer les pauvres, de multiplier les mécontents, de dépouiller le peuple des biens nationaux et d'amener insensiblement la ruine de la fortune publique.
Quels sont les administrateurs suprêmes de nos finances ? Des brissotins, des aristocrates et des fripons connus : ce sont les Cambon, les Mallarmé, les Ramel, ce sont les compagnons et les successeurs de Chabot, de Fabre et de Jullien.
Pour pallier leurs pernicieux desseins, ils se sont avisés dans les derniers temps de prendre l'attache du Comité de Salut public, parce qu'on ne doutait pas que ce comité, distrait par tant et de si grands travaux, adopterait de confiance, comme il est arrivé quelquefois, tous les projets de Cambon".

5Notons que le paragraphe citant les noms des "fripons connus" n'a pas été prononcé à la tribune.

6Après le discours de Robespierre, Lecointre, Barère et Couthon demandent l'impression ; Bourdon s'y oppose ; Vadier intervient pour défendre son fameux rapport sur l'affaire Catherine Théot. C'est alors que Cambon demande la parole et conclut par l'accusation évoquée plus haut.

7Mais qu'a-t-il dit dans son intervention ? Elle porte sur une question financière très précise :

"Robespierre vient de dire que le dernier décret sur les finances avait été calculé de manière à augmenter le nombre des mécontents ; il serait peut-être facile de le faire convenir qu'il n'a rien fait pour connaître ces calculs (…) mais je répondrai par des faits. Le décret sur le viager respecte les rentes depuis 1500 livres jusqu'à 10 500 livres, relativement aux âges ; il ne prive donc point du revenu nécessaire à tout âge ; nous nous sommes donc bornés à réformer les abus. Je sais que les agioteurs ont intérêt à attaquer cette opération. Il est prouvé, par un tableau que je mettrai sous les yeux de l'assemblée, que l'agiotage y est intéressé pour 22 millions de rentes et c'est lui seul que nous avons voulu attaquer. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait cherché un appui pour éviter la réforme ; les agioteurs pourront même fournir des matériaux pour faire des discours ; mais, ferme à mon poste, j'aurai toujours le courage de dénoncer tout ce qui me paraîtrait contraire à l'intérêt national".

8Robespierre réplique sur le même terrain :

"Cambon prétend que je paralyse la volonté de la Convention en matière de finance. S'il est quelque chose qui ne soit pas en mon pouvoir, c'est de paralyser la Convention et surtout en fait de finance. Jamais je me ne suis mêlé de cette partie ; mais par des considérations générales sur les principes, j'ai cru apercevoir que les idées de Cambon en finance ne sont pas aussi favorables au succès de la Révolution qu'il le pense. Cambon dit que son décret a été attaqué par des agioteurs ; cela peut être vrai ; je ne sais pas quel parti ils en pourraient tirer, je ne m'en occupe pas. Mais sans attaquer les intentions de Cambon, je persiste à dire que tel est le résultat de son décret qu'il désole les citoyens pauvres".

9Et Cambon de reprendre à nouveau la parole :

  • 1 A. P., t. 93, p. 533.

"Cela est faux. Nous avons déjà reçu 65 000 titres et on a payé en un mois et demi 25 millions de rentes"1.

10Nous sommes le 8 thermidor. Ce n'est pas seulement parce que nous savons, nous, ce qui se passera le lendemain, qu'on peut considérer comme certain que tous les protagonistes connaissent parfaitement l'enjeu de leurs propos ; or, ce jour-là, il est ainsi longuement question d'un décret portant sur les rentes viagères.

  • 2 M. MARION, Histoire financière de la France, 1927, t. 3, p. 188-193.
  • 3 F. BORNAREL, Cambon et la Révolution française, 1905 ; R. ARNAUD. Le débat financier de la Révolut (...)

11Il est étrange que, à l'exception de Michelet, sur lequel je reviendrai, de Marcel Marion dans son Histoire financière de la France2, et des biographes, souvent médiocres, de Cambon3, l'historiographie produite par les historiens, si je puis dire généralistes, de la Révolution, ait oublié le contenu précis de l'affrontement Cambon-Robespierre, pour le noyer dans l'interprétation de la signification politique de thermidor. Je vais tenter au contraire de montrer que ce contenu précis, cette affaire des rentes viagères, s'ils sont bien compris, enrichissent au contraire le débat sur thermidor.

12Certes, par la suite, Cambon lui-même et plusieurs conventionnels qui furent amenés à évoquer son rôle le 8 thermidor, firent silence sur cet aspect de choses et sont à l'origine d'une interprétation purement politique de son attitude.

13Le 6 germinal an III, huit jours avant son exclusion du Comité des Finances, Cambon, de plus en plus isolé et attaqué au sein de la Convention thermidorienne depuis le procès Carrier, tenta de donner des gages d'orthodoxie thermidorienne :

  • 4 Réédition de l'ancien Moniteur, 1854, t. 24, p. 74.

"Deux mois avant le 7 thermidor, je préparais un acte d'accusation contre Robespierre. Johannot, Ramel et d'autres membres du Comité des Finances m'empêchèrent de le présenter en disant que je courais à ma perte ; nous demandâmes, Moyse Bayle et moi, aux membres du Comité de Salut public, s'ils voulaient que ce projet de décret (il s'agit d'un projet de décret tendant à la suppression du Bureau de Police générale auprès du Comité de Salut Public.) fût proposé en leur nom. Ils nous répondirent que le Bureau de Police générale les offusquait encore plus que nous, mais qu'il ne fallait pas imprudemment attaquer Robespierre (…) Je crus être trompé par les membres des deux comités lorsque, le 7 thermidor, j'entendis Barère faire à la tribune un éloge pompeux de Robespierre. Je le dis à Moyse Bayle qui me répondit : C'est un encens meurtrier que nous brûlons à Robespierre"4.

14Cambon se présente ainsi rétrospectivement comme un participant, mieux comme un précurseur du "complot" thermidorien, bien qu'au même moment, au témoignage de Baudot, il se prenne à déplorer, à l'instar de Billaud-Varenne, de Collot d'Herbois et de Vadier, les conséquences de son succès :

  • 5 M. A. BAUDOT, Notes historiques sur la Convention nationale, le Directoire, l'Empire, l'exil des v (...)

"Cambon avait aidé prodigieusement à renverser Robespierre, bien plus même que Tallien, quoi qu'il en ait dit. Lorsque Cambon vit les massacres de la réaction et le triomphe de la corruption et des pervers, son âme toute républicaine ne put y tenir. Il s'écria un jour chez Doyen, fameux restaurateur du temps aux Champs-Elyséés : oui, j'aurais dû me faire guillotiner ce jour-là plutôt que de me trouver aujourd'hui l'appui d'une journée qui amena tant de forfaits"5.

  • 6 Notes de la "Réponse de Barère, Billaud-Varenne, Collot d'Herbois, Vadier aux imputations de Laure (...)
  • 7 A. P., t. 53, p. 55.

15Précisément, on trouve dans la réponse, il est vrai peu fiable, des trois ci-devant membres des comités cités à l'instant, faite "aux imputations de Lecointre"6 dans les premiers jours de l'an III, une allusion à une prétendue note de la main de Robespierre, saisie à l'Hôtel de Ville dans la nuit du 9 au 10 thermidor : une liste de noms, Billaud, Barère, Collot, Bourdon, Javogues, Thuriot, Bentabole, Paris, Cambon, et après ce dernier nom, la phrase "Les dictateurs ne périront que de ma main" ; ce qui aurait donc été une réminiscence vengeresse de l'interjection de Cambon à l'adresse de Robespierre lors de la séance du 29 octobre 1792 où Louvet avait tenté de rallier la Convention à son accusation de dictature proférée à l'égard de l'incorruptible : "Misérable, voilà l'arrêt de mort des dictateurs"7.

  • 8 J. DUVAL-JOUVE, Montpellier pendant la Révolution, 2 vol., 1879-1881, t. 2. p. 188.

16Au même dossier des interprétations du conflit du 8 thermidor par l'animosité personnelle, certes bien réelle, opposant les deux hommes, on peut aussi verser le témoignage, non moins sujet à caution, de l'érudit montpelliérain Duval-Jouve8, qui déclare avoir vu un descendant de Cambon lui montrer un exemplaire du Moniteur daté du 8 thermidor et envoyé, comme tous les jours, par Cambon à son père ; sur cette feuille, il y aurait eu, écrit de la main du conventionnel : "Demain, de Robespierre ou de moi, l'un d'eux sera mort".

17Enfin Gaudin expliquera plus tard la haine de Robespierre à l'égard de Cambon par les interventions de ce dernier pour sauver les quarante-huit ci-devant receveurs généraux des Finances, et par l'état d'esprit "aristocratique" qui régnait à la Trésorerie dont Cambon avait la surveillance. Il semble en effet que Cambon ait fait délivrer des certificats de civisme à des fonctionnaires des finances venus de l'Ancien Régime et qu'il estimait compétents.

18Dans tout cela, rien sur la question des rentes.

19Au XIXe siècle, celle-ci apparaît cependant chez les quelques historiens (Michelet, Louis Blanc) cherchant à comprendre les raisons du choix fait par Robespierre le 8 thermidor de prendre plus particulièrement pour cible l'administration des Finances et Cambon. Leur réponse est alors la suivante : au printemps de l'an II, Cambon, jusque-là respecté par la grande majorité de la Montagne pour sa politique financière et pour l'appui qu'il apporta à l'élimination des factions, commence à être isolé en raison du mécontentement que suscite le décret sur les rentes viagères. Robespierre, qui lui, détesta toujours Cambon (on retrouve le thème de l'animosité personnelle), en profite pour tenter de s'en débarrasser. C'est donc la thèse du prétexte. Au cours de ce siècle, Cambon est unanimement loué par l'historiographie républicaine, toutes tendances confondues. Quand elle a des sympathies robespierristes, le conflit entre Cambon et Robespierre est incompréhensible. Quand elle n'en a pas, il est imputable à la malveillance de Robespierre. Dans les deux cas, il est tenu pour acquis que celui-ci n'a aucun intérêt pour les questions financières. Au XXe siècle, sauf chez Marion et le récent biographe de Cambon, Clovis Séné, il n'y a plus de référence à la question des rentes ; Cambon est par ailleurs tenu pour intègre mais profondément conservateur (c'est l'esprit qui anime Jean Massin, parlant longuement de la position de Cambon avant le 9 thermidor, mais ne disant rien du décret sur les rentes) : Robespierre aurait donc exagéré en traitant Cambon de fripon, mais non en le traitant d'aristocrate.

20Aujourd'hui, nous n'avons plus de goût pour les épithètes. Examinons les faits : qu'est-ce donc que cette affaire des rentes viagères ?

21Tout de suite saute aux yeux son importance considérable : entre le 1er germinal et le 8 messidor, elle fait l'objet de trois longs rapports de Cambon et de Barère, donne lieu à trois décrets, le tout occupant 153 pages des Archives parlementaires, dans leur présentation actuelle.

22Il est vrai que le plus grand nombre de ces pages ont un caractère technique rebutant : il s'agit de calculs de taux actuariels, d'espérance de vie. Admirons, soit dit en passant, le travail, sinon de la Convention (car l'intégralité des rapports n'a matériellement pas pu être lue à la tribune), du moins du Comité des Finances et du Comité de Salut public, dans un contexte général qui chronologiquement va de la chute des factions à Fleuras…

23Les titres de rentes viagères émises par des caisses publiques (État, États provinciaux) ou devenues publiques par la sécularisation des biens du clergé (chapitres, maisons religieuses) et l'abolition des corporations de judicature et des offices ministériels, avaient été exclus provisoirement du mécanisme enclenché par la création du Grand Livre de la Dette publique car il s'agissait selon Cambon d'un "chaos". Celui-ci reprenait par ailleurs l'observation contenue dans un rapport de la Législative sur l'état de la trésorerie, en date du 1er avril 1792 : il fallait faire une opération générale sur les rentes viagères "ruineuses, impolitiques, immorales et particulièrement propices à l'agiotage".

  • 9 A. P., t. 87, p. 76-91 et 117-237.

24Cambon fit donc procéder à une très longue investigation tendant à débrouiller ce "chaos" et il en apporta les conclusions dans un immense rapport déposé et résumé le 2 germinal an II9. C'était un travail absolument remarquable témoignant de l'acculturation à la mathématique sociale qui, comme on le sait, était en vogue depuis une quarantaine d'années. Cambon s'appuyait sur l'Essai sur la probabilité de la durée de la vie humaine de Parcieux (1746) et sur les travaux sur les rentes de Duvillard produits entre 1776 et 1780 et approuvés par Condorcet et Laplace dont les écrits probabilistes avaient fourni l'appareil conceptuel et mathématique de la démarche.

25En effet, montrait Cambon, les rentes, les rentes viagères, qui pour l'essentiel remontaient au premier ministère Necker, imité par ses successeurs, avaient été émises sans considération aucune du calcul de l'espérance de vie des "têtes", comme on disait alors, sur lesquelles elles reposaient. Des compagnies financières, des "agioteurs" donc selon le vocabulaire du temps, qui employaient quant à elles des arithméticiens et des démographes, s'étaient engouffrées dans la faille ainsi béante, et avaient proposé au public, jusqu'au printemps 1793, des placements attrayants, gardant pour elles des titres et prélevant sur les autres un courtage. Pour comprendre le mécanisme, il faut savoir que le versement de la rente au rentier n'était pas limité dans le temps à la mort de celui-ci comme aujourd'hui, mais à celle de la tête qu'il avait choisie comme prête-nom. La rente était ainsi transmissible aux héritiers. L'astuce consista donc pour les compagnies financières à constituer un stock de jeunes têtes dont on espérait une vie particulièrement longue : ce fut en particulier le cas de soixante jeunes filles de Genève, car les études démographiques avait démontré que la longévité des demoiselles de la bourgeoisie de cette ville battait tous les records. On ajoutera pour l'anecdote, évidemment scandaleuse en l'an II, que des compagnies avaient choisi le Dauphin pour être le support d'une rente … L'intérêt versé était uniformément de 10 % du capital chaque année. On imagine la charge pour le Trésor quand la tête choisie avait 6 ans…

26Bref, Cambon estimait à 148 000 le nombre des rentiers, à 600 millions de livres le capital des rentes viagères, la charge annuelle pour le Trésor à 100 millions.

  • 10 A. P., t. 90, p. 246.
  • 11 Ibid., p. 536-541.

27Il proposait une vaste opération de liquidation des rentes viagères qui fera l'objet d'un décret discuté les 22 floréal10 et 3 prairial11 et adopté ce même jour. Dès le 2 germinal, la Convention avait adopté à titre conservatoire son titre II portant interdiction de "négocier, vendre, céder, transporter, partager aucun titre de créance viagère".

28Le décret du 3 prairial stipulait donc :

  1. Tous les propriétaires de rentes viagères devaient présenter leurs titres au Trésor d'ici la fin de l'an II, accompagnés des certificats de vie et des actes de naissance des têtes sur lesquelles elles reposaient, et de leur propre acte de naissance.
  2. Les arrérages dus seront payés.
  3. Le capital des rentes viagères sera converti en rentes perpétuelles à 5 % inscrites au Grand Livre de la rente viagère, en quelque sorte tome second du Grand Livre de la Dette publique.
  4. Cependant une partie du capital pourra être conservée en rentes viagères jusqu'à la mort du rentier : le plafond de cette partie était de valeur progressive en fonction de l'âge, 1000 livres si le rentier a moins de 30 ans, 10 000 livres s'il a plus de 90 ans.
  5. Les compagnies financières propriétaires de rentes ne pourront pas jouir de cette dernière faculté.

29L'opération était légitime à tous égards : financièrement à coup sûr, moralement sans doute, si tant est que la morale ait quelque chose à voir là-dedans (mais les révolutionnaires, y compris Cambon, le pensaient).

30Seulement elle était impolitique. Et c'est là que nous commençons à comprendre Robespierre.

31Les rentes viagères étaient en effet un placement particulièrement favorable aux intérêts des petites gens, en raison de leur rendement et de leur sécurité. Au fond, pour les vieillards, la rente viagère était une sorte de retraite par capitalisation. Cambon en était d'ailleurs conscient et avait donc proposé les facilités énoncées à l'instant au point 4 de la présentation que nous avons faite du décret du 3 prairial.

32Mais d'une part cette condamnation à mort de la rente viagère, cette incontestable remise en cause des avantages acquis, inquiétèrent tous les rentiers y compris ceux qui pouvaient prétendre à ces facilités. D'autre part, il était impossible de faire le départ entre titres dont les compagnies financières étaient propriétaires, et titres appartenant aux particuliers : ceux-ci avaient en main des titres initialement libellés au nom d'un mandataire d'une compagnie financière mais endossés après leur revente, à tel point que, le 2 floréal, Cambon lui-même proposa de suspendre l'exécution du point 5 :

"La difficulté de cette question vient de ce que les compagnies, par une émission d'actions au porteur, ont associé à leur fortune un grand nombre de citoyens indigents sur lesquels il serait à craindre que la rigueur de la loi ne portât".

33Enfin, on imagine la difficulté pour les rentiers à se procurer les pièces d'état civil…

  • 12 A. P., t. 91, p. 552-557.

34De fait, bien que nous n'en ayons aucun reflet dans les adresses à la Convention, ni dans la presse, ni dans les quelques pétitions au Comité des Finances qui subsistait dans les minuscules épaves des archives de celui-ci (disparues comme on sait en mai 1871), il est certain que l'émotion fut grande. Le 24 prairial, dans un rapport au nom du Comité de Salut public, sur lequel nous allons revenir, Barère reconnaît d'emblée12 :

"Le Comité de Salut public en suivant les intentions de la Convention nationale ne peut être étranger à aucun genre de réclamations de la part des citoyens. Il s'aperçut depuis quelques jours que l'objet des sollicitations et des plaintes était le décret rendu sur les rentes viagères".

35A la date où il écrit, Michelet a pu avoir connaissance des archives du Comité des Finances, ce qui lui permet de peindre dans son style habituel :

  • 13 MICHELET, Histoire de la Révolution, éd. 1868, t. 9. p. 285.

"La Trésorerie littéralement assiégée par d'énormes légions de vieillards, d'infirmes, pauvres diables d'invalides, toussant, souffreteux, cacochymes, plusieurs demi-paralytiques qui venaient se traîner là … Ils devaient apporter leurs titres, les voir brûler, remplacer par une inscription au Grand Livre. Cela les épouvantait. En voyant passer dans les flammes ces sales et vieux papiers si chers, avec qui ils avaient vécu, ils croyaient mourir eux-mêmes"13.

36Barère, comme Michelet, dénonçait la manipulation des petits par les gros :

"Ils font exaspérer le peuple, exagèrent les craintes des citoyens, effraient la médiocrité des fortunes viagères, inquiètent le créancier des modiques rentes en lui disant que cette loi est trop formaliste, trop longue dans son exécution et retarde volontairement l'acquittement d'une dette sacrée".

37Côtoyons pour une fois l'anachronisme, mais une analogie peut faire comprendre l'enjeu de la question : comme la rente viagère à la fin de l'Ancien Régime, le placement en SICAV monétaires associe aujourd'hui inextricablement la haute spéculation et la petite épargne…

38Le 24 prairial donc, Barère dut tenter longuement de dissiper les craintes de l'opinion des rentiers, annonça la suspension de l'exécution du décret du 3 prairial et esquissa les grandes lignes d'un décret nouveau.

  1. Toute rente jusqu'à 2000 livres continue à être versée comme précédemment sans diminution ;
  2. Si la jeune tête meurt, contre toute attente, avant le bénéficiaire de la rente, celui-ci continuera de la percevoir.
  3. Un acte de notoriété délivré par les juges de paix pourra remplacer les certificats de vie et les actes de naissance des souscripteurs.
  • 14 A. P., t. 92, p. 204-205.
  • 15 Ibid., p. 52.

39Le 2 messidor, Cambon se plaint devant la Convention du retard apporté à la publication du décret14. Le 8 du même mois, Barère fait enfin adopter une modification considérable du décret du 3 prairial ; il n'est plus question pour l'instant de conversion des rentes viagères en rentes perpétuelles. On se borne à confirmer et à préciser les principes et les modalités du paiement des rentes dans les limites (relevées) des plafonds assignées aux différentes tranches d'âge15. Ce paiement peut immédiatement commencer, ce qui permit à Cambon de se défendre le 8 thermidor : nous avons reçu 65 000 titres et payons depuis un mois et demi 25 millions de rentes.

40De l'architecture initiale du projet de Cambon, il ne reste que des morceaux désarticulés et une incontestable spoliation des rentiers.

41Si Robespierre n'a pas tort le 8 thermidor d'affirmer que le Comité des Finances s'est efforcé de prendre l'attache du Comité de Salut public - on a vu que celui-ci fut effectivement contraint d'intervenir dans cette affaire - les faits démentent son assertion selon laquelle il aurait adopté de confiance les projets de Cambon. Bien au contraire, le Comité de Salut public n'a cessé d'éteindre par des mesures prises en catastrophe l'incendie allumé.

42Prenons pour conclure quelque hauteur et réinsérons l'affaire dans le jeu politique du printemps de l'an II et de la séance du 8 thermidor elle-même.

43Il y eut incontestablement de la part de Robespierre une contradiction entre la stratégie et la tactique à l'œuvre dans le discours de ce jour-là. Il est acquis que l'incorruptible cherchait à isoler les "exagérés". Pourquoi s'en prit-il alors à Cambon, jouissant d'une grande sympathie dans la Plaine et dans la Montagne modérée ? Parce que, pensons nous, pour Robespierre, l'affaire des rentes viagères avaient des effets analogues à la déchristianisation de naguère, à l'ultra-terrorisme du moment : elle dressait de bons patriotes contre le gouvernement révolutionnaire.

44C'est ainsi que l'on doit comprendre "les considérations générales sur les principes" par lesquelles Robespierre a "cru apprécier les idées de Cambon en finances". Celles-ci sont celles d'un technicien qui, dans son ordre, a raison ; les principes de Robespierre sont ceux d'un politique pour qui la préservation d'un rapport de force et d'une alliance sociale l'emporte sur tout.

45D'où l'apparente indifférence qu'affiche Robespierre à l'égard des "matières de finances". Comme il l'a fait pendant l'hiver 1792 à propos de la monnaie et de la circulation des marchandises, il n'intervient en ce domaine que lorsque ces "principes" sont en jeu. Il faut apprécier qu'il estima donc que l'affaire des rentes méritait une telle intervention.

46Cela dit, constatons que Robespierre ne manifesta pas la même indignation civique et morale que Cambon à l'égard de la pratique de la rente viagère. Si l'idéal social de Robespierre est celui de l'indépendance et de la liberté de la personne obtenue par les fruits du travail, pourquoi pas la rente viagère, si celle-ci permet à l'honnête patriote parvenu à la vieillesse de vivre modestement mais sûrement ?

Notes

1 A. P., t. 93, p. 533.

2 M. MARION, Histoire financière de la France, 1927, t. 3, p. 188-193.

3 F. BORNAREL, Cambon et la Révolution française, 1905 ; R. ARNAUD. Le débat financier de la Révolution. Cambon (1756-1820), 1920 ; C. SÉNÉ. Cambon (1756-1820), le financier de la Révolution, 1987.

4 Réédition de l'ancien Moniteur, 1854, t. 24, p. 74.

5 M. A. BAUDOT, Notes historiques sur la Convention nationale, le Directoire, l'Empire, l'exil des votants, 1893, p. 65.

6 Notes de la "Réponse de Barère, Billaud-Varenne, Collot d'Herbois, Vadier aux imputations de Laurent Lecointre", La Révolution française, 14 janvier 1898, p. 66.

7 A. P., t. 53, p. 55.

8 J. DUVAL-JOUVE, Montpellier pendant la Révolution, 2 vol., 1879-1881, t. 2. p. 188.

9 A. P., t. 87, p. 76-91 et 117-237.

10 A. P., t. 90, p. 246.

11 Ibid., p. 536-541.

12 A. P., t. 91, p. 552-557.

13 MICHELET, Histoire de la Révolution, éd. 1868, t. 9. p. 285.

14 A. P., t. 92, p. 204-205.

15 Ibid., p. 52.

Auteur

Université Paris I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540