Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

Le maximum, politique économique ou politique sociale ?

Dominique Margairaz

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet S. KAPLAN, Le pain, le peuple et le Roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV,(...)
  • 2 On renvoie sur ce point à deux communications : D. MARGAIRAZ, "Le Maximum, une grande illusion lib (...)
  • 3 Voir par exemple les interventions de Fabre à l'Assemblée le 3 novembre 1792, dénonçant les "anarc (...)
  • 4 On sait au reste que pour certains auteurs, les préoccupations politiques et stratégiques demeurèr (...)
  • 5 Sur la critique du premier maximum et le projet de ventôse, on renvoie à la communication citée pl (...)

1Nulle politique économique qui ne soit soutenue par une dynamique sociale et qui soit dénuée de portée sur la société. Cette remarque initiale en introduit une autre : le thème de la "taxe des denrées" s'inscrit au dix-huitième siècle dans des pratiques populaires ou gouvernementales qui relèvent davantage de l'univers de la "police des grains" que de celui des politiques économiques au sens contemporain du terme. Dans l'application par les autorités locales ou dans la revendication par les masses populaires d'un "juste prix", la dimension morale et politique l'emporte sur la réflexion économique, quel que soit par ailleurs l'enracinement culturel du discours déployé par les différents acteurs qui concourent au débat avant la Révolution, théologie chrétienne ou droits naturels1. Cependant, le maximum général dans ses variantes de septembre 1793 et ventôse an II, comme mesure de taxation globale propre à réguler l'ensemble du marché des marchandises et du travail, relève bien de la définition d'une politique économique. Par ailleurs, les représentations, les concepts, les métaphores qui nourrissent les analyses ou les justifications des rapporteurs successifs de la loi appartiennent pour une large part au registre du discours de l'économie politique tel qu'il s'est construit au dix-huitième siècle, en particulier autour de la question du commerce des grains2. La rupture opérée par la radicalité et la centralité du projet ne doit pourtant pas masquer la diversité des présupposés de ceux qui ont contribué à le mener à son terme. Si le point commun des partisans d'une intervention de l'État réside dans un souci partagé de répondre aux revendications populaires par d'autres voies que la répression, les différents orateurs ne développent pas la même analyse, ni la même logique argumentative. Jusqu'au mois d'avril 1793, les aspects politiques l'emportent, et la condamnation de la liberté illimitée du commerce des subsistances s'articule sur la mise en évidence des dangers politiques liés aux perturbations du marché et au mécontentement populaire. Le couple anarchie/tyrannie se profile derrière la dénonciation des agitateurs et des démagogues3, contribuant à précipiter le ralliement à des mesures interventionnistes dont les contours demeurent longtemps indécis. En ce sens le contenu social de la loi sur le maximum général, qui prévoit en particulier un réajustement prix/salaires favorable à ces derniers, est loin d'être assumé également par ceux qui, décidément acquis ou timidement ralliés, ont finalement voté le texte4. A cette absence d'homogénéité des bases d'adhésion au projet taxateur répond la pluralité des dispositifs imaginés successivement. Entre le 4 mai, le 29 septembre et ventôse an II, on passe de la conception d'une intervention ponctuelle sur les grains, pour obtenir un déstockage des approvisionnements, à celle d'un rééquilibrage général par l'intermédiaire d'une action sur le prix des denrées vitales et des salaires, puis, enfin, à la mise en œuvre d'un vaste projet régénérateur au contenu économique et social ambitieux, induisant la transformation à moyen et long terme des comportements individuels. En ventôse, Barère entreprend de fédérer autour d'une loi hautement discutée les opinions jusque-là très nuancées5. Il y parvient au moyen d'une construction intellectuelle complexe, mobilisant des représentations conformes à l'idéal d'une économie de la circulation, et par un détour politique qui le conduit à affirmer pleinement l'impératif d'intégration de l'ensemble des citoyens aux circuits d'échanges.

  • 6 Le discours du 2 décembre figure dans les A. P., t. 54, p. 45-47. Le discours du 24 avril est repr (...)
  • 7 Sur ce déplacement fondamental opéré par Necker, voir J.-C. PERROT, "L'analyse dynamique des crise (...)

2Peut-on situer la position de Robespierre ? Celui-ci n'a pas pris une part directe au débat sur le maximum : aucune intervention lors des discussions qui précèdent les votes du 4 mai, du 29 septembre, ou des 11 brumaire et 4 ventôse. Seuls les discours du 2 septembre 1792, moment où la taxe n'est pas encore à l'ordre du jour, et celui du 24 avril sur la propriété, prononcé dans le contexte de l'examen du projet de constitution girondine, permettent d'approcher sa position et sa sensibilité6. L'analyse de la crise de l'automne 1792 est sans ambiguïté : la responsabilité en incombe aux "monopoleurs", auteurs de la "disette factice". L'accaparement est à l'origine d'une cherté artificielle. En revanche la désignation des victimes de la crise est plus floue. S'il faut à ses yeux "assurer à tous les membres de la société la jouissance de la portion des fruits de la terre qui est nécessaire à leur existence", les "indigents" et les "citoyens nécessiteux" constituent sa cible privilégiée. Le "peuple" apparaît tantôt comme une catégorie sociale, opposée aux riches, aux possédants, tantôt comme une catégorie politique : il s'agit alors de l'acteur central de la Révolution. Le rapport salarial, dans sa spécificité, n'est pas évoqué. Robespierre se préoccupe de principes, non de conjoncture. Ceux-ci justifient la rupture avec le dogme libéral imposé par la Constituante et la limitation de la liberté du commerce des grains. Ils peuvent être résumés de la façon suivante : le blé est une denrée spécifique, irréductible à toute autre catégorie de marchandises, dans la mesure où son approvisionnement détermine la survie même des individus. Mably, Galiani, Linguet, Necker avaient déjà longuement argumenté ce postulat. C'est à Necker que Robespierre doit l'énoncé du deuxième axe fort de sa démonstration : l'inégalité fondamentale des positions dans l'échange, entre celui qui est contraint d'acheter, et celui qui peut différer la vente, entre celui qui dispose des informations et celui qui ne peut être que le jouet de ses "alarmes"7. Il s'ensuit donc que la propriété, comme la liberté, trouve ses limites dans les droits d'autrui à la sûreté, c'està-dire à la conservation de sa propre existence. Là réside sans doute l'innovation et la radicalité du propos robespierriste : le droit à l'existence ne justifie pas seulement l'intervention de la main visible du gouvernement révolutionnaire, il la commande. Cette intervention n'offre d'ailleurs rien d'original : déclaration des récoltes et contrôle des quantités produites, vente sur les marchés publics, interdiction des transports de nuit. La loi doit imposer la transparence que brouille le secret des échanges. Pour Robespierre, l'objectif prioritaire est bien la lutte contre l'accaparement. "C'est précisément du défaut de circulation que je me plains" affirme-t-il, avant de préconiser les mesures de "police générale" propres selon lui à rétablir la fluidité du marché.

3Le dispositif qui ordonne le discours de Robespierre suggère trois commentaires : si l'affirmation de l'inégalité fondamentale entre producteurs et consommateurs rattache son analyse à la sphère de l'économie politique, dans la mesure où elle procède d'une réflexion sur l'opposition entre la concentration de l'offre et la dispersion de la demande, les présupposés de Robespierre n'en demeurent pas moins essentiellement moraux. Propriétaires, producteurs, vendeurs ne sont pas désignés comme responsables en raison de leur position dans le circuit de production et de distribution, (il entend "non seulement plaider la cause des indigents mais aussi celle des propriétaires et des commerçants"), mais parce qu'ils sont cupides. Les procédés rhétoriques qu'il mobilise opposent riches et pauvres, cupidité et vertu, égoïsme et fraternité. "Si la société était vertueuse, affirme-t-il, le riche se déclarerait comme le frère du pauvre".

4La proclamation du droit à l'existence ne remet donc pas en cause les fondements socio-économiques de la société, en particulier la propriété, mais seulement l'excessive disparité des fortunes et l'usage despotique qui en est fait. Ecartant sans ambiguïté ce qu'il appelle le 24 avril "le fantôme de la loi agraire, créé par des fripons pour épouvanter les imbéciles", Robespierre se déclare "convaincu que l'égalité des biens est une chimère. Pour moi, ajoute-t-il, je la crois moins nécessaire encore au bonheur privé qu'à la félicité publique".

  • 8 Je ne retiendrai pas pour ma part le concept "d'économie politique populaire" avancé par Fl. GAUTH (...)

5Il s'agit donc pour lui "bien plus de rendre la pauvreté honorable que de prescrire l'opulence", de moraliser la propriété "qui ne reposait dans l'Ancien Régime sur aucun principe de morale", d'affirmer "le droit des hommes à une mutuelle assistance". Non d'anéantir la liberté du commerce, mais d'en corriger les abus imputables aux vices et aux passions. La rupture essentielle à l'égard des discours concurrents qui s'affrontent alors réside non dans l'acceptation de mesures cœrcitives dont bien des Montagnards (et des Girondins avant la rupture des 31 mai - 2 juin), acceptaient l'éventualité, mais dans l'affirmation du droit à une mutuelle assistance et du devoir de recourir à la contrainte pour corriger les excès du marché. En ce sens le discours moral de Robespierre est aussi un discours politique puisque la proclamation des droits des citoyens fonde et légitime l'obligation d'intervention de l'État dans la sphère du commerce privé, comme dans la gestion de la question sociale. Ne déplaçant en rien les postulats selon lesquels l'intérêt privé commande la dynamique économique, il pose ainsi les bases non d'une "économie politique populaire", mais de la politique économique et sociale du gouvernement révolutionnaire8.

  • 9 Cité par A. MATHIEZ, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Payot, 1927, rééd. 1973, (...)
  • 10 RAFFRON, Discours sur les subsistances à l'Assemblée, 31 août 1793, A. P., t. 73, p. 258-259. La f (...)

6Dans ces conditions, peut-on avancer quelques hypothèses sur les bases de ralliement de Robespierre au maximum ; non douteux, mais enveloppé d'un certain mystère ? Qu'entendait-il lorsqu'il suggérait à l'Assemblée le 31 juillet de remplacer la loi du 4 mai par des "dispositions plus sages" ou lorsqu'il prophétisait aux Jacobins le 4 septembre "des lois sages mais terribles"9 ? Faut-il penser, comme le suggère A. Mathiez, qu'il reprit à son compte le programme de taxation et de réquisition des Enragés pour mieux assurer leur élimination politique ? Se reconnaît-il dans le discours de Raffron le 31 août pour qui "les denrées de première nécessité forment une propriété publique à laquelle tout membre de la société a droit à raison de son travail" et pour qui la taxe des denrées est "strictement juste et conforme à l'économie sociale"10 ? Ou faut-il déduire du silence qu'il observe dans les journées décisives du 5 au 29 septembre une réserve à l'égard des modalités taxatrices, la conviction peut-être que les mesures contre l'accaparement étaient préférables et moins hasardeuses ?

  • 11 "Que la circulation dans toute l'étendue de la République, soit protégée… Favorisez donc la libre (...)
  • 12 BARRÈRE, Rapport du 3 ventôse, Moniteur, no 155, 5 ventôse an II, reprint, t. 18, p. 535.

7Il existe en tout cas certaines convergences entre l'esprit et la lettre du dispositif du maximum et les préoccupations de Robespierre telles que nous les avons approchées. Présenté comme un projet global propre à rétablir un équilibre général, articulant à la fois le souci de soulager les victimes de l'inflation (indigents, pauvres mais aussi désormais la grande masse des salariés) et celui de permettre à l'ensemble des agents économiques de tirer une juste rémunération du capital et du travail investis, le maximum rejoint l'idéal de Robespierre qui, pour mettre en avant le droit à l'existence, n'en inscrit pas moins des références non négligeables à une économie de la circulation11. Formulé comme une tentative de remise à niveau de l'ensemble des prix des denrées, des marchandises, du travail et des services, le maximum répond à l'exigence de justice sociale que la République ne peut plus assurer par la voie des traditionnels secours aux indigents. Proposant l'éradication de toute possibilité de spéculation, il apparaît aussi comme une formule équitable susceptible de revivifier le marché et de proscrire le monopole, objectif prioritaire de Robespierre. Dans sa version de ventôse, le vaste projet régénérateur exposé par Barère au nom du Comité de Salut public épouse peut-être de plus près encore les représentations que nous avons esquissées. La loi du maximum, universalisée, radicalisée, rationalisée selon l'inspiration d'une "économie politique pratique", prétend alors immerger l'ensemble des acteurs dans un champ de transparence et porter les transactions devant le tribunal de l'opinion. Le "réverbère placé au dessus du commerce pour en éclairer toutes les ruses et tous les profits" n'apporte-t-il pas la réponse appropriée à la dénonciation du secret et des ténèbres développée par Robespierre en décembre12 ? Ni fin en soi, ni palliatif circonstanciel, la loi s'énonce alors comme le prélude à une régénération des acteurs, à une moralisation du commerce que celui-ci appelle précisément de ses vœux. Si la mesure elle-même pouvait susciter de sa part des réticences, l'enveloppe rhétorique dont elle était assortie rejoignait sans aucun doute ses propres représentations. Son contenu social élargi, qui semblait promettre à l'ensemble des salariés la restauration de leur niveau de vie, répondait à sa véhémente interpellation de la conscience révolutionnaire.

  • 13 La Commission des subsistances et approvisionnements est créée le 22 octobre 1793. Elle a pour mis (...)
  • 14 Voir la correspondance active du Bureau du maximum, A. N., F 12/183.

8Quoi qu'il en soit, la détermination du Comité de Salut public à faire appliquer la loi après le vote du 29 septembre ne semble pas douteuse. La mise en place de la Commission permanente des subsistances et le choix de ses membres, partisans convaincus du maximum, l'énergie dépensée pour réaliser le Recueil général du maximum entre brumaire et ventôse témoignent de la vigoureuse impulsion donnée au projet par le pouvoir central en dépit des premières déconvenues13. Jusqu'en thermidor an II, les employés du Bureau du maximum s'emploient sans relâche à obtenir des agents nationaux la stricte application de la loi, les correctifs nécessaires sur les tableaux, le calcul rigoureux des marges et des coûts de transport14.

  • 15 L'enquête est ordonnée par une circulaire du 11 juin 1793. Les réponses des départements s'échelon (...)
  • 16 Sur les bases de cette évaluation, voir l'article cité plus haut paru dans Etat, finances et écono (...)
  • 17 Voir G. POSTEL-VINAY, "A la recherche de la Révolution économique dans les campagnes (1789-1815)",(...)

9Pourtant, est-il certain que les modalités d'application de la loi aient été favorables aux salariés ? Evaluée à partir de l'enquête de Garat15, la perte de pouvoir d'achat, au demeurant inégale selon les départements et selon les qualifications, atteint à l'été 1793 un peu moins de 15 % par rapport à 179016. En fait les salaires agricoles semblent avoir bien résisté - ou même progressé selon le déflateur utilisé, les salaires urbains ou les salaires non qualifiés du secteur industriel ou artisanal subissant une réelle érosion17. Plus que le froment, sucre, café, Villes indice du salaire journalier Campagnes indice du salaire journalier indice des prix 242 263 262 beurre, chandelle pèsent sur l'indice des prix. Ces deux constatations introduisent une remarque : le maximum est bien une mesure qui vise en priorité le peuple des villes, et la taxation générale répond à la hausse de l'ensemble des denrées de première nécessité.

  • 18 Certains tableaux sont cependant publiés encore en frimaire comme dans l'Ariège (18 frimaire) ou d (...)
  • 19 D'après Y. CREBOUW, Salaires et salariés agricoles en France des débuts de la Révolution aux appro (...)
  • 20 A. N., F 12/1544/43, "Maximum du prix des gages, salaires, main d'œuvre et journées des ouvriers d (...)

10Si l'on envisage le principe de taxation retenu pour la fixation du maximum du 29 septembre (prix de 1790 + 1/3, salaires de 1790 + 1/2), le gain de pouvoir d'achat est patent : + 15 % par rapport à 1790, rattrapage et progression des salaires réels par rapport à l'été 1793, sans entamer les avantages acquis par les travailleurs des campagnes. Pourtant le problème se pose de savoir sur quelle base ont été calculés les tarifs de la taxe, dont l'exécution est alors confiée aux districts. La comparaison entre les références de l'enquête de Garat et celles du maximum est délicate du fait du petit nombre de tableaux complets dont nous disposons. L'application du premier maximum général a duré en réalité à peu près un mois, puisqu'elle est remise en question dès le vote du 11 brumaire18. Cependant, on peut noter que les prix indiqués pour 1790 sont la plupart du temps plus élevés dans les tableaux que dans l'enquête : la livre de bœuf par exemple y est appréciée en moyenne entre 3 deniers et 3 sous et 2 deniers de plus. La peur de la pénurie a sans doute incité les administrateurs à surévaluer les prix. En revanche les journées de salaire sont plutôt sous-évaluées. La différence provient peut-être de ce que l'enquête prenait en compte les taux du chef-lieu, alors que les administrations de district retiennent les taux locaux19. Certains districts, comme celui de Provins, distinguèrent au moins les tarifs des "communes des campagnes", unifiés au nom de l'égalité, de ceux des "grandes communes", i.e. des chefs-lieux de canton. Mais la multiplicité des qualifications retenues rend délicate, là encore, la comparaison avec les données de l'enquête Garat. Pourtant, le salaire du journalier non qualifié et non nourri y était évalué à 16 sous, contre 11 à 1 livre 4 sous dans les tableaux de l'enquête20. Par le biais des salaires ou par celui des prix, le gain théorique de pouvoir d'achat se trouvait réduit, voir annulé dans un grand nombre de cas par les modalités de mise en œuvre de la taxe.

  • 21 Les différents tableaux du maximum figurent dans A. N., F 12/1516 à 1544/55, classement départemen (...)

11La centralisation, qui marque le processus de détermination du maximum tel qu'il est défini en brumaire et mis en œuvre en ventôse tendait-elle à un plus grand respect de l'intention affichée de revaloriser les salaires réels ? Le rapprochement des bases de taxation n'est désormais plus possible, puisque le Recueil général du maximum collecte des prix à la production. Mais qu'en est-il des prix taxés ? Là encore, peu d'éléments de comparaison, obscurcis de surcroît par l'emploi fréquent des mesures locales dans les premiers tableaux. Cependant les observations portant sur des notations comparables sont sans appel : la taxe de ventôse revalorise nettement les prix taxés précédemment. Un simple coup d'œil au Recueil général prouve que les prix à la production augmentés du tiers sont souvent déjà supérieurs aux prix de détail fixés dans les premiers tableaux. Encore fallait-il ajouter les coûts de transport, les bénéfices du grossiste et du détaillant. Dans l'Aisne, par exemple, le prix de la livre de bœuf aurait évolué de la façon suivante :21

Prix de district d'après la loi du 29 septembre

Prix de détail fixés par district d'après le Recueil général

Laon

8 sous

9 sous 3 deniers

Soissons

9 sous

9 sous 8 deniers

Saint-Quentin

8 sous

12 sous 4 deniers

Vervins

8 sous

13 sous

Chauny

7 sous 9 deniers

11 sous 9 deniers

Château-Thierry

9 sous 8 deniers

11 sous 1 denier

  • 22 Pour les tableaux du maximum parisien, voir A. N., F 12/1544/30 et A.D. XI 75.

12Même constat à Paris, où l'on peut mesurer ainsi l'écart entre le tarif d'octobre et celui de germinal22 :

Livre de bœuf

+ 3 sous

Livre de veau

+ 3 sous 7 deniers

Livre de mouton

+ 1 sou 3 deniers

Livre de lard salé

+ 2 sous

Livre de beurre frais

+ 5 sous à + 16 sous

Livre de beurre fondu

+ 14 sous

Livre de sucre en pain

+ 7 sous

Livre de cassonade

+ 13 sous 9 deniers

Livre d'huile d'olive

+ 9 sous 8 deniers

Livre de savon blanc

+ 3 deniers

Livre de chandelle

+ 2 sous 10 deniers

Le cent d'œufs

+ 4 livres 9 sous

13Les mêmes disparités se retrouvent dans les districts de Bourg-la-Reine et de Franciade.

14On sait qu'à Paris le maximum des salaires ne fut publié que le 5 thermidor. Ailleurs, les villes se hâtèrent plus que les districts ruraux de publier les tarifs. Deux éventualités se présentent : dans le cas où ceux-ci étaient rentrés en vigueur après le 29 septembre, ils ne furent pas retouchés, et la moins-value déjà évoquée se trouva encore accentuée par l'application du deuxième maximum. Dans les autres cas on peut seulement observer les variations dans les bases de références par rapport à l'enquête de Garat, et elles jouent dans tous les sens, sans doute liées à des rapports de forces locaux. On peut remarquer qu'à Paris le tarif de thermidor était loin d'être défavorable aux salariés : les augmentations appliquées furent la plupart du temps supérieures à 50 % du salaire de 1790 : + 80 % pour les charpentiers, + 88 % à +100 % pour les tailleurs de pierre… À supposer qu'il pût s'approvisionner au prix de la taxe, ce qui était posé par hypothèse, l'ouvrier était gagnant par rapport à la situation de 1790.

  • 23 L'expression "théâtre statistique" est empruntée à J.-C. PERROT qui l'emploie à propos des tableau (...)
  • 24 Le différentiel en faveur des salaires n'a jamais été précisément justifié. Barère est le premier (...)
  • 25 La correspondance active du Bureau du maximum confirme cette hypothèse. La plupart des réponses co (...)

15La plongée dans ce "théâtre statistique" n'a bien sûr pas pour objectif de saisir une réalité économique dont on sait qu'elle échappait pour partie au cadre rigoureux de la taxe23. Mais d'approcher à travers les modalités de mise en œuvre de la loi les distorsions qui éloignaient le dispositif concret d'un schéma théorique au demeurant jamais clairement explicité24. La dimension sociale du projet taxateur qui instaurait idéalement une nouvelle répartition des profits entre capital et travail se trouvait entamée dans les faits par les manipulations successives, qu'elles fussent contrôlées localement ou depuis Paris. Plus encore que le premier dispositif, largement décentralisé, celui de ventôse aboutissait à raboter les avantages que les termes de la loi accordaient aux salaires. À ce moment, l'amélioration ou la sauvegarde du pouvoir d'achat des salariés semble s'effacer devant deux autres paramètres de "l'équilibre général" tant recherché : le blocage des prix, essentiel à l'approvisionnement de l'armée ; la restauration des marges de la distribution, en particulier des détaillants, en voie d'asphyxie après le premier maximum25.

  • 26 Les sources sont indiquées en annexe.

16Cependant, l'hypothèse la plus vraisemblable, confirmée par les plaintes des agents nationaux comme par les réclamations des particuliers, est que le maximum fut très imparfaitement respecté. Selon quels schémas, prix et salaires ont-ils pu alors évoluer en marge du cadre légal ? Le maximum n'a-t-il pas engendré des effets pervers pires que la liberté économique, et laminé en fin de compte ceux-là mêmes qu'on entendait préserver par la taxe ? Examinons quelques cas de figure, à partir des rares séries continues dont nous pouvons disposer26. Trop parisiennes, elles n'ont pas de valeur représentative pour l'ensemble du territoire. Elles permettent tout de même d'envisager des configurations qui, dans la réalité, ont cœxisté, et de circonscrire le champ des hypothèses et des interprétations.

  • 27 A. SOBOUL et G.-RUDÉ, "Le maximum des salaires parisiens et le 9 thermidor", A. H. R. F., 1954, no(...)

17Envisageons d'abord l'évolution des salaires. Les séries relevées par A. Soboul et G. Rudé témoignent de leur niveau en ventôse et messidor an II. Celui-ci accuse une hausse naturellement très forte par rapport à 1790, comprise entre + 188 et + 275 %, selon les secteurs et les qualifications27. Cependant le plus gros de cette revalorisation paraît acquise dès septembre 1793, bien que les salaires restent libres à Paris jusqu'en thermidor. Si l'on suit les séries continues, il semble que les hausses interviennent autour de février 1794, puis à la fin du printemps de l'an II, autour de prairial et messidor. On peut retenir par exemple l'évolution du salaire journalier non qualifié distribué à la maison Pochard, dans la mesure où les données hebdomadaires nous permettent de le suivre avec précision :

Graphique : Salaire journalier distribué à la maison Pochard

Graphique : Salaire journalier distribué à la maison Pochard
  • 28 Sur le fonctionnement de cet établissement, voir M. FOSSEYEUX, La Maison Scipion, boulangerie des (...)

18Entre septembre 1793 et floréal an II, le salaire journalier a augmenté de 20 %, contre 60 % acquis au printemps de 1793. À la maison Scipion, gérée à partir de septembre 1792 par la Commission des subsistances et approvisionnements de la municipalité de Paris, les boulangers et bouchers dont les salaires n'avaient pas bougé depuis 1790 obtiennent une augmentation substantielle à partir de décembre 1793, comprise entre + 25 % pour les pétrisseurs et + 100 % pour le maître boulanger28. Ils resteront stables jusqu'en vendémiaire an III. Pour les ouvriers extérieurs, payés à la journée, les hausses sont intervenues plus précocement, entre octobre 1792 et avril 1793 : + 40 à 65 %. Dans tous les cas, un point commun : les bas salaires sont loin d'être privilégiés, et le maître boulanger obtient plus que le remueur de farine. Les augmentations semblent davantage liées au statut ou à l'individu qu'à des considérations d'ordre économique ou social. Par ailleurs, certaines revalorisations doivent être regardées avec prudence : les émouleurs des Quinze-Vingt, qui fabriquent des baïonnettes, voient leur journée passer de 5 livres en ventôse an II à 8 livres 14 sous dans la troisième décade de germinal, pour atteindre 10 livres 18 sous en fructidor. En fait, la variation tient au nombre de baïonnettes fabriquées, et les ouvriers sont rétribués invariablement à raison de 14 sous par pièce. Dans le même temps, la journée des "tournerons", ouvriers tourneurs de roues, demeure fixée à 3 livres.

  • 29 Sur les "salariés publics", voir V. AZIMI, "Heur et malheur des "salariés publics" sous la Révolut (...)

19Qu'en est-il des "salariés publics", dont les traitements ne sont pas encore inscrits dans une grille rigoureuse ? Dans les services centraux des ministères, "les ministres demeurent maîtres de la répartition des traitements avec pour seule contrainte de respecter le maximum" de 8000 livres fixé par le décret du 1er juin 179229. Depuis 1793 et pendant l'an II, les pétitions témoignent des revendications salariales des garçons de bureau, des guichetiers ou gardiens de prison, des copistes ou des expéditionnaires des administrations départementales. Dans le cadre encore incertain des rémunérations publiques, on ne décèle aucune tendance nette en faveur des salariés, et plus particulièrement des moins favorisés, dont certains - balayeurs, portiers-, ne reçoivent pas plus de 300 livres par an. Au Muséum par exemple, où les salaires restent bloqués de juillet 1793 à vendémiaire an III, aucun effort n'est consenti pour les garçons jardiniers qui touchent 1 livre 13 sous par jour, la balayeuse (5 sous 6 deniers par jour) ou le compagnon menuisier (2 livres 10 sols par jour).

20Fréquemment les salaires, réévalués au 1er vendémiaire an II, sont restés bloqués jusqu'en brumaire an III, voir pluviôse pour les administrations départementales. Pourtant certains bureaux ou certains établissements font exception : quelques employés de la Commission des Arts et de l'Agriculture voient leurs salaires relevés en fructidor an II, avant une augmentation générale en frimaire an III, dont seuls sont exclus les garçons de bureau, qui ont pourtant les plus bas salaires (1400 livres par an). Les employés du Bureau pour la consultation des Arts et Métiers voient pour leur part leur traitement relevé en germinal de 25 à 33 %, puis de nouveau en thermidor (+ 25 à 50 %), à l'exception de deux d'entre eux : l'imprimeur et le portier, qui touchent respectivement 800 et 300 livres par an. Dans les deux cas les augmentations les plus faibles affectent les plus faibles rémunérations. À l'inverse, à Sainte-Pélagie et à la Grande-Force, le salaire des garçons de guichet passe de 600 à 900 livres pour le quartier de germinal, celui des gardiens de 1200 à 1500 livres. Pourtant le grand gagnant reste le concierge, dont le traitement est modulé sur le nombre des détenus !

  • 30 "Tarif du maximum des salaires… remis au Comité de Salut public le 22 thermidor", A. N., F/12/1544 (...)

21On observe donc de grandes disparités dans l'évolution des rémunérations. Mais à l'évidence, on ne perçoit pas l'ébauche d'une politique salariale. Ni blocage rigoureux ni sensibilité particulière aux situations les plus précaires, qui ferait écho aux préoccupations sociales exprimées ou présupposées par l'énoncé de la loi du 29 septembre. La fiction de la taxe sur les denrées pouvait légitimer une telle indifférence. Dans l'hypothèse d'une application stricte, les ouvriers rémunérés aux tarifs recensés par le Bureau du maximum en fructidor an II auraient été largement favorisés : peu de journées inférieures à 3 livres 10 sous, fréquence des journées à 4 ou 5 livres30. Examinons donc les indices dont nous disposons sur les prix.

  • 31 J.-C. PERROT avait suggéré la piste des archives hospitalières ("Voies nouvelles…", art. cit., p.  (...)
  • 32 Le tarif du maximum porte que la corde est taxée à 42 livres, et la corde égale deux voies.

22Il faut se tourner pour cela vers les archives hospitalières, celles des grandes institutions, ou vers des livres de comptes privés31. Dans tous les cas retenus, collectivités ou particuliers s'approvisionnent auprès de marchands de la halle, du marché, ou venant des environs de Paris (pour la farine en particulier). Première constatation, générale : on paye le pain au prix de la taxe : 4 sous 3 deniers la livre. Il n'en va pas de même de la farine. Au Collège de l'Égalité, où l'on fabrique le pain consommé, le prix du sac de 325 livres accuse une baisse sensible après le 29 septembre puisqu'il passe de 60 à 52 livres. Mais dès janvier 1794, le sac est remonté à 73 livres. Deuxième constatation : la viande, le beurre, les œufs, l'huile d'olive sont achetés à des prix proches de la taxe jusque vers messidor an II. Quelques sous d'écart qui ne représentent pas plus de 12 % par rapport au tarif. En revanche les prix du café, du sucre, de la chandelle, du tabac, du bois à brûler et du charbon s'en éloignent plus franchement, et plus souvent : signe de pénurie sans doute, on va jusqu'à payer 50 sols le tabac en poudre taxé à 36 sous, 45 sous l'huile à brûler taxée à 27, 6 livres la voie de charbon maximée à 4 livres, 27 livres la voie de bois à brûler fixée à 21 livres32. Mais en réalité ce sont surtout les prix des façons, des voitures, des habits et des souliers qui semblent s'envoler à l'été de l'an II. Dès prairial, le coût d'une paire de souliers pour enfant dépasse de 30 à 40 % le prix taxé d'une paire pour adulte. A la fin de l'été, le doublement est atteint. La façon d'une redingote ou d'un habit a doublé en fructidor an II par rapport à son prix de septembre 1793 (respectivement 11 à 20 livres, et 9 à 18 livres) quoi que l'aune de tissu de doublure ne soit passée que de 5 à 6 livres dans le même temps. Le transport et le sciage d'une voie de bois qui s'étaient élevés jusqu'à 8 et 4 livres en février 1794 se trouvent momentanément ramenés autour de 2 livres 3 sous et 1 livre 5 sous après la publication du tarif de germinal, mais remontent dès thermidor. Il en coûte respectivement 21 livres et 10 livres avant la suppression du maximum. Ces exemples, trop dispersés mais convergents, semblent bien confirmer en tout cas les témoignages produits à l'Assemblée ou dans la correspondance du Bureau du maximum, d'une forte pression sur les prix des services, qui avaient justement fait l'objet d'une attention particulière du législateur, notamment en ventôse. Une dernière remarque pour finir : les prix relevés dans les comptabilités des collectivités sont plutôt plus proches de la taxe que ceux acquittés par les particuliers pour lesquels la fraude est probablement plus facile, le rapport de force dans l'échange moins favorable.

23Ainsi, la vie a sans doute été dure pour les salariés dont la rémunération fut strictement tenue, ce qui est le cas des "salariés publics" plus que des ouvriers ou des journaliers. Si les consommations de base demeurent à un taux proportionné par l'application de la taxe, le superflu devient probablement rapidement inaccessible. Pour les autres, portés à la fois par l'absence de tarif parisien et par la pénurie de main d'œuvre, l'évolution des salaires a compensé, voir anticipé celle des prix.

24Cependant, quelle est la portée de cet acquis relatif si les marchés cessent d'être approvisionnés ? La pénurie n'-a-t-elle pas remplacé la cherté ? Il faut examiner maintenant le problème des approvisionnements.

25Première hypothèse : la pression sur les prix n'aurait-elle pas été plus vive encore si le ravitaillement avait brutalement cessé d'être assuré avec une certaine régularité ? Sans évoquer les émeutes qu'une pénurie absolue auraient à coup sûr suscitées. La menace des réquisitions (elles sont rares pour les civils) a certainement atténué les abstentions de vente, et l'organisation des aires urbaines d'approvisionnement a sans doute reporté vers les zones rurales ou sur les petites villes les effets de la taxation sur les quantités commercialisables. Il est de toute façon difficile de faire la part entre les perturbations consécutives à l'état de guerre, aux contraintes de l'approvisionnement militaire, et celles qui sont imputables à la taxe proprement dite.

  • 33 On dispose pour chaque mois du nombre de journées de malades, et de la dépense totale pour chaque (...)

26Voyons donc ce qu'il en est des quantités achetées. Les données sont plus significatives pour les institutions, dont on connaît le nombre de rationnaires, que pour les particuliers. La régularité des occurrences peut néanmoins être retenue comme l'indice d'une certaine fluidité du marché. A cet effet, il semble que les fournitures de pain et de farine ne subissent pas d'aléas sensibles : au Collège de l'Égalité, les livraisons décadaires se poursuivent régulièrement jusqu'à l'été. A l'Hospice de l'Ouest, on fournit pendant toute la durée du maximum un peu moins d'une livre de pain par jour à chaque pensionnaire33, de même qu'à l'atelier des Jacobins, les ouvrières nourries reçoivent une ration constante - indéterminée-, au moins jusqu'en thermidor.

  • 34 Voir M.-C. HAMCHARI, "Le maximum du prix du bétail", État, finances et économies pendant la Révolu (...)

27Les achats de viande sont en revanche plus difficiles à partir du printemps de l'an II. Un décret du 23 octobre avait prévu que "les ventes et achats de bétail sur pied continueraient à se faire de gré à gré", exceptant ainsi légalement du maximum les prix à la production tout en maintenant le contrôle en aval. En dépit des interventions de la Commission des subsistances, les prix du bétail continuèrent à échapper à la taxation. Il ne pouvait en résulter qu'une forte pression inflationniste, ou une pénurie aiguë, d'autant que beaucoup de producteurs, en particulier des métayers, en profitèrent pour vendre leurs bêtes - notamment à l'armée - à un prix avantageux et rembourser le propriétaire en assignats dévalués sur la base des estimations portées dans les baux34. De fait, dès l'hiver de l'an II, les mentions de viande sont plus rares et plus irrégulières dans les comptes des particuliers. On achète aussi en plus petites quantités, on paie comptant alors qu'on payait encore naguère au mois. Pourtant le Collège de l'Égalité maintient des approvisionnements équivalents jusqu'au printemps de l'an II, et le lard comme les saucisses figurent encore aux menus. A l'Hôpital Général, les quantités reçues évoluent même de façon positive :

Quantités moyennes/mois de mars 93 à germinal an II

Quantités livrées en floréal an II

Bœuf

78 097 livres

94 928 livres

Veau

2 473 livres

2 441 livres

Mouton

3 007 livres

4 004 livres

  • 35 A. N. T/528, "Rapport de l'inspecteur de la boucherie et du dépensier de l'hôpital de l'Humanité a (...)
  • 36 Pâques tombe le 20 avril, le Carême commence donc le 15 ventôse.

28La hausse des quantités tient bien sûr à celle du nombre de pensionnaires. Mais l'important est que l'hôpital semble pouvoir y faire face, sans diminuer considérablement la ration individuelle. Dès le 18 frimaire an II, l'inspecteur des boucheries notait d'ailleurs l'augmentation de la consommation de viande "causée par le grand nombre de citoyens malades et particulièrement de militaires, par leur indiscipline et par la diminution des jours maigres"35. A cette occasion, il demandait que les incurables soient désormais fournis par un autre circuit, afin d'alléger en particulier la consommation de l'Hôtel-Dieu de 600 à 700 livres de viande par jour. L'Hospice de l'Ouest, ex-fondation Necker, semble éprouver de plus vives difficultés. Dès pluviôse an II, le quotient jours maigres / jours gras établi à partir du coût des journées s'élève de façon significative, devançant d'un mois le carême36 (encore bien repérable dans les consommations de l'année précédente). Cependant ce carême-là sera long : le quotient, qui oscille entre 0,03 et 0,07 jusqu'en janvier 1794, s'élève alors brutalement à 0,32 (contre 0,27 l'année précédente), pour atteindre 0,74 en ventôse. Il ne redescendra pas au dessous de 0,62 avant thermidor (il atteint de nouveau 0,98 en pluviôse an III). Dans le même temps, le coût de la journée en viande diminue. Comme l'hypothèse d'une baisse des prix est exclue, c'est bien la difficulté d'approvisionnement que traduit cette abstinence prolongée.

29Au reste les denrées de substitution sont-elles plus accessibles ? Au Collège de l'Égalité, les livraisons de quinzaine passent de 500 à 200 œufs entre nivôse et la fin de ventôse, alors que celles de beurre frais, assurées par les mêmes marchands de la halle, se maintiennent à un rythme de 46 à 48 livres par semaine, contredisant l'hypothèse d'une baisse brutale du nombre d'élèves.

30Pourtant, avec le sucre et le café, dont les mentions sont plus irrégulières, c'est bien la viande qui semble avoir posé les plus graves difficultés. L'huile, la chandelle continuent à être achetées au même rythme. Dans le Paris de la Terreur, on éclaire une table assurément moins riche, et d'une qualité sans doute altérée. On note soigneusement l'achat d'un jambon ou d'une once de sucre, on se contente d'une collation frugale et on use ses souliers un peu plus longtemps, mais on mange. Même au plus fort des privations, ce régime Spartiate et républicain souffre-t-il la comparaison avec les temps, pas si lointains de vraie disette ? En tout cas, les épreuves les plus dures étaient encore à venir.

  • 37 Il faut néanmoins souligner là encore l'exception des salaires journaliers agricoles, qui résisten (...)

31L'évocation rapide de la situation à l'automne et à l'hiver de l'an III nous conduira à la conclusion. L'enquête dont les réponses s'échelonnent entre janvier et avril 1795 le prouve : au lendemain de la suppression du maximum, déjà bien mis à mal depuis thermidor, l'inflation des prix devance largement celle des salaires37. L'observation des séries utilisées ici corrobore amplement les témoignages verbaux d'une accélération de la hausse des denrées, qui ne tarde pas à connaître un rythme hyper inflationniste. "Si vous ôtez le maximum, nous paieront cher ; mais si vous le gardez, nous mourrons de faim", affirmait Echassériaux dans la séance du 3 nivôse. En fait, la liberté des prix ne ramena pas l'abondance. En prairial an III, le carême de l'Hospice de l'Ouest se poursuit encore, et les approvisionnements paraissent encore plus perturbés. Les comptes des particuliers deviennent très lacunaires, les séries institutionnelles s'interrompent, ou mentionnent leurs livraisons de façon discontinue. Il faut attendre l'an IV pour voir remonter sensiblement les quantités qui entrent à l'Hospice de l'Ouest, alors que les pétitions des salariés publics se multiplient, et que leurs salaires ou les indemnités arrachées à l'administration courent derrière le coût de la vie. La pénurie par la cherté s'avère pire que la pénurie par la taxe.

32Par comparaison, que conclure sur le maximum ? En tant qu'ambitieux programme régénérateur tel que Barère en avait énoncé les perspectives en ventôse, il avait certainement échoué. Aucune modification profonde des comportements et des représentations du marché n'en était issue. Mais si l'enjeu était de préserver dans l'urgence de l'an II les fractions les plus démunies et les plus vulnérables de la population, d'épargner à la nation un déchirement irréparable, l'objectif avait été atteint, même au prix d'une altération des qualités, d'une perturbation des circuits de distribution de toute manière déjà bien atteints par la guerre. En dépit des réactions négatives des producteurs agricoles, le potentiel productif n'était pas atteint profondément et l'essor des années à venir devait en administrer la preuve. En tant que politique sociale, le maximum a fonctionné, jusqu'à ce que soient ouvertes les premières brèches dans lesquelles s'engouffrent les acteurs d'une spéculation effrénée.

***

Annexes

ANNEXE

Salaires

Les séries que nous avons constituées sont des séries de salaires, gages ou traitements effectivement versés. Elles sont dressées à partir d'états récapitulatifs ou d'attestations de versements pour le secteur public, de livres de raisons, de comptabilités ou de factures pour le secteur privé. Les relevés sont nominaux, pour éliminer toute variation exogène, car le traitement ou le montant d'une journée de salaire peut varier pour une même qualification, d'un individu à l'autre. On suit ainsi 102 individus sur l'ensemble de la période considérée, 1790 ou 1792/an III. Les sources sont les suivantes :

* aux Archives Nationales : Traitements des employés de la Compagnie des Indes : 8/AQ/330 ; Appointements des personnels des prisons : F/16/101/1, F/16/101/6, F/16/595, F/16/603 ; Appointements des personnels du ministère de l'Intérieur : F/1b/I/2, F/1b/I/15 ; Traitements des personnels du Muséum : AJ/15/150 ; Salaires des fonctionnaires de l'Institut des aveugles-nés et de l'Institut des sourds-muets : F/12/2570 et F/12/2592 ; Appointements des employés de l'Hospice de l'Ouest : F/15/244 ; Traitements administratifs départementaux : F/5/II/19-23 ; Journées d'ouvriers tailleurs de pierre employés aux bâtiments civils : F/13/901, complétés ponctuellement par les données relevées dans F/13/1526/A ; Salaires des ouvriers de l'atelier de filature Saint-Jacques : F/15/3611 ; Salaires des ouvriers de l'atelier des Quinze-Vingt : T/1164/1. On a en outre eu recours aux données figurant dans le "Tarif du Maximum des salaires, façons, gages, main d'œuvre, journées de travail dans l'étendue de la commune de Paris" du 24 thermidor an II, qui donne une évaluation des salaires moyens à cette date. Il peut être complété par l'enquête faite auprès d'artisans pour la rectification des tarifs des journées dressée par la commune de Paris le 5 thermidor, datée du 15. A. N., F/12/1544/30.

* aux Archives de l'Assistance publique : Journées des ouvriers de la ville remplaçant ceux de la Maison Scipion : Fossoyeux 105/16 ; Salaires et gages des ouvriers et employés de la Maison Scipion : Foss. 105/16 registres 3 et 4.

Prix

Séries conservées aux Archives Nationales :

État des dépenses du Collège de l'Égalité : H/3/2545 ; État des dépenses de l'Hospice de l'Ouest : F/15/245 ; Fournitures de viande pour l'Hôpital général : T/528 ;

Papiers Pochard : comptes personnels et correspondance, 5/AQ/I, Papiers de comptabilité, 1788-93 : 5/AQ/16, 1793 - an XIII : 5/AQ17, Journal des dépenses 1789-1804 : 5/AQ/25 à 29 ;

Papiers Briansiaux : Facturier 1792 - ventôse an V : 3/AQ/109*/B ; Comptes courants mars 1793 - an VIII : 3/AQ/96*/B, registre A ; Registres d'achats et de ventes 1792-1807 : 3/AQ/144 ;

Papiers Girard : T/747. Papiers Ginet : T/748.

Notes

1 Voir à ce sujet S. KAPLAN, Le pain, le peuple et le Roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, trad. Perrin, 1976 ; et sur les revendications ou les interventions populaires en faveur d'un maximum du prix du pain, les contributions de E. P. THOMPSON, "L'économie morale de la foule dans l'Angleterre du XVIIIe siècle" et de F. GAUTHIER, "De Mably à Robespierre" dans La guerre du blé au XVIIIe siècle, Éd. de la Passion, 1988, ainsi que l'introduction du livre de Fl. GAUTHIER et G.-R. IKNI.

2 On renvoie sur ce point à deux communications : D. MARGAIRAZ, "Le Maximum, une grande illusion libérale", État, finances et économie pendant la Révolution française, Comité pour l'histoire économique et financière, Paris, 1989, p. 399-427 et "Les institutions économiques de la République jacobine ou la résolution utopique", Actes du colloque Révolution et République. L'exception française, I.H.R.F., 1992, à paraître.

3 Voir par exemple les interventions de Fabre à l'Assemblée le 3 novembre 1792, dénonçant les "anarchistes par calcul" ; de Chabot : "La famine est un moyen d'oppression sur le peuple" ; de Serre le 2 décembre : "Le peuple est poussé aux troubles pour mieux rétablir la tyrannie" ; de Beffroy le 8 décembre : "La disette est la source de la dictature" ou de Tallien le 25 août encore pour qui on excite le peuple pour mieux le soulever contre le gouvernement.

4 On sait au reste que pour certains auteurs, les préoccupations politiques et stratégiques demeurèrent dominantes, voire exclusives. Tel est le cas par exemple de M. MARION, "Le Maximum mai 1793 - nivôse an III", Revue des Études historiques, juil. - sept. 1917, p. 319-356, ou plus récemment, de F. AFTALION, L'économie de la Révolution française, Pluriel - Hachette, 1987.

5 Sur la critique du premier maximum et le projet de ventôse, on renvoie à la communication citée plus haut, à paraître dans les Actes du colloque République et Révolution.

6 Le discours du 2 décembre figure dans les A. P., t. 54, p. 45-47. Le discours du 24 avril est reproduit intégralement dans les Textes choisis présentés par J. POPEREN, Éditions sociales, 1973, p. 133-140.

7 Sur ce déplacement fondamental opéré par Necker, voir J.-C. PERROT, "L'analyse dynamique des crises", article repris dans Une histoire intellectuelle de l'économie politique, EHESS, 1992, p. 275-284.

8 Je ne retiendrai pas pour ma part le concept "d'économie politique populaire" avancé par Fl. GAUTHIER (voir note 1) et "De Mably à Robespierre. Un programme économique égalitaire 1775-1793", A. H. R. F., juil. - sept. 1985, p. 265-289, ou Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, P.U.F., 1992, en particulier, p. 66-95. L'expression qui apparaît une fois dans le discours du 10 mai sur le gouvernement représentatif s'applique aux conditions de la participation du peuple aux assemblées primaires. Elle doit être entendue à mon sens comme l'économie générale d'un système représentatif populaire, garantissant au peuple l'intégralité de ses droits participatifs. Reprenons la citation, relative à la tenue des assemblées primaires : "…Qu'aucune autorité constituée surtout ne se mêle jamais ni de sa police ni de ses délibérations. Par là vous aurez résolu le problème, encore indécis de l'économie politique populaire : de placer dans la vertu du peuple et dans l'autorité du souverain le contrepoids nécessaire des passions du magistrat et de la tendance du gouvernement à la tyrannie". Robespierre, Textes choisis, Éditions sociales, t. 2, p. 155. Il n'est à aucun moment question d'économie ou de subsistances dans le discours. Plus fondamentalement, la démarche de Robespierre ne déplace pas les postulats sur lesquels s'est construite l'économie politique du siècle, qui se donne pour objet la recherche des lois de composition des intérêts privés, la mise en évidence des mécanismes de reproduction et de distribution des richesses. Le fait qu'il se range parmi ceux qui pensent que l'harmonisation optimale ne peut être obtenue que par une intervention volontariste, fût-elle dictée par l'impératif catégorique du droit à l'existence, ne change rien à l'objet même de la science économique. Sa portée se situe en revanche en aval, dans la sphère des politiques économiques. Voir sur ce point J.-C. PERROT, op. cit., l'article "Économie politique", p. 63-95, qui renvoie à tous les ouvrages fondamentaux d'E. Halévy, A.O. Hirschman, L. Dumont ou P. Rosenvallon.

9 Cité par A. MATHIEZ, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Payot, 1927, rééd. 1973, t. 1, p. 249 et 318.

10 RAFFRON, Discours sur les subsistances à l'Assemblée, 31 août 1793, A. P., t. 73, p. 258-259. La formule de Robespierre dans le discours du 2 décembre 1792 était : "Les aliments nécessaires à l'homme sont aussi sacrés que la vie elle-même. Tout ce qui est nécessaire pour la conserver est une propriété commune à la société entière"… Il faut donc "assurer à tous les membres de la société la portion des fruits de la terre qui est nécessaire à leur subsistance".

11 "Que la circulation dans toute l'étendue de la République, soit protégée… Favorisez donc la libre circulation des grains, en empêchant tous les engorgements funestes… Je demande la priorité pour les projets qui proposent des précautions contre le monopole…" Discours du 2 décembre, A. P., t. 54, p. 46-47.

12 BARRÈRE, Rapport du 3 ventôse, Moniteur, no 155, 5 ventôse an II, reprint, t. 18, p. 535.

13 La Commission des subsistances et approvisionnements est créée le 22 octobre 1793. Elle a pour mission de suivre et de stimuler l'application des mesures relatives aux subsistances. Elle est composée de Goujon, Brunet et Raisson, qui avaient tous préconisé le recours à la taxe dès l'automne 1792 ou le printemps 1793. Elle est confiée à la surveillance de Lindet. Voir A. MATHIEZ, op. cit., t. II, p. 57-69 et P. CARON, La Commission des subsistances en l'an II, Collection des documents inédits sur l'histoire de la Révolution, Paris, 1925, Introduction, p. VII-LXIII. La création du Bureau du maximum qui réalisa les tableaux du Recueil général date du 21 novembre.

14 Voir la correspondance active du Bureau du maximum, A. N., F 12/183.

15 L'enquête est ordonnée par une circulaire du 11 juin 1793. Les réponses des départements s'échelonnent entre juin et juillet 1793. Elles figurent aux A. N., F 11/215 et F 12/1547 C pour cinquante et un départements.

16 Sur les bases de cette évaluation, voir l'article cité plus haut paru dans Etat, finances et économie pendant la Révolution française, Imp. Nat., 1991, p. 402 et 415-417.

17 Voir G. POSTEL-VINAY, "A la recherche de la Révolution économique dans les campagnes (1789-1815)", Révolution de 1789. Guerres et croissances économiques", Revue économique, no 6, nov. 1989, p. 1025 et 1031. L'auteur conclut à une progression du salaire réel du journalier des campagnes de l'ordre de 10 à 20 % en utilisant comme déflateur le cœfficient de dépréciation de l'assignat. En reprenant les indices du salaire nominal qu'il retient rapportés à l'indice des prix (tirés de la même enquête de Garat) on constate le maintien du pouvoir d'achat du salaire journalier des campagnes, et une légère régression en ce qui concerne les journaliers des villes :
Image
L'indice global du salaire nominal calculé par nous à partir de l'ensemble des prix de journées (homme des villes, homme des campagnes, tisseur en toile, en drap, serrurier, maçon, charpentier) égale 229,63 (base 100 : 1790), soit une régression du pouvoir d'achat de 12 % à 13 %. (229,63 : 262, 71 = 0,8740)

18 Certains tableaux sont cependant publiés encore en frimaire comme dans l'Ariège (18 frimaire) ou dans la Creuse par exemple (11 frimaire). Dans le cas du district de Saint-Girons, on a même un deuxième tableau imprimé, certifié le 23 frimaire par trois administrateurs différents de ceux qui figurent sur le tableau du 18, et portant des tarifs inégalement relevés : chandelle : + 1 sous ; sucre : + 18 sous ; beurre : + 2 sous la livre.

19 D'après Y. CREBOUW, Salaires et salariés agricoles en France des débuts de la Révolution aux approches du XXe siècle. Thèse multigraphiée, Université de Paris I, 1986. Dans quelques districts, de l'Aisne, de l'Ariège, du Puy de Dôme par exemple le tarif des salaires est imprimé sur le même document que celui des denrées maximées. Mais dans beaucoup de cas, le contrôle du prix du travail fut abandonné à la responsabilité des administrations municipales, conformément à ce qui s'était passé lors de la fixation indicative des taux de journées pour l'établissement des listes de citoyens actifs, (voir les tableaux qui figurent dans A. N., F 20/299, 319, 378). Ainsi dans le district de Soissons par exemple : "Le prix de la journée de l'homme variant tant à raison des localités qu'à raison des différents genres de travaux, l'administration de district laisse aux conseils généraux des communes à le fixer dans leurs ressorts respectifs en leur observant de se conformer à cet égard à l'article 8 du décret du 29 septembre", A. N., F/12/1517. Pour une première approche, les tableaux de salaires publiés par Léon BIOLLAY, Les prix en 1790, Paris, 1880 permettent de se rendre compte des écarts à la baisse entre les bases d'évaluation Garat et celles du Maximum.

20 A. N., F 12/1544/43, "Maximum du prix des gages, salaires, main d'œuvre et journées des ouvriers des communes du district de Provins", extrait du registre des délibérations du Conseil permanent du district de Provins, 1er germinal an II.

21 Les différents tableaux du maximum figurent dans A. N., F 12/1516 à 1544/55, classement départemental. Aisne : F 12/1517. Le Recueil général du maximum dans A.D. XI 75, et B. N., Lb 41/3725.

22 Pour les tableaux du maximum parisien, voir A. N., F 12/1544/30 et A.D. XI 75.

23 L'expression "théâtre statistique" est empruntée à J.-C. PERROT qui l'emploie à propos des tableaux de dépréciation du papier monnaie, "Voies nouvelles pour l'histoire économique de la Révolution", A. H. R. F., no 219, 1975, p. 51.

24 Le différentiel en faveur des salaires n'a jamais été précisément justifié. Barère est le premier à l'évoquer, d'ailleurs brièvement, dans son rapport du 3 ventôse an II. Voir sur ce point notre contribution au colloque Révolution et République, op. cit., à paraître.

25 La correspondance active du Bureau du maximum confirme cette hypothèse. La plupart des réponses concernent le respect rigoureux des prix des denrées, et, à cet effet, celui des règles de calcul des coûts de transport et des marges du grossiste et du détaillant. Le rapport de Barère des 3 et 4 ventôse comprend de larges développements sur la nécessité d'offrir un ballon d'oxygène aux détaillants, pris en tenailles entre les prix à la production, libres, et les prix taxés à la consommation. Le 14 ventôse il revient à l'Assemblée sur "la nécessité de guérir le commerce, et non de le tuer".

26 Les sources sont indiquées en annexe.

27 A. SOBOUL et G.-RUDÉ, "Le maximum des salaires parisiens et le 9 thermidor", A. H. R. F., 1954, no 1, p. 1-20. Les tableaux figurent p. 13.

28 Sur le fonctionnement de cet établissement, voir M. FOSSEYEUX, La Maison Scipion, boulangerie des hôpitaux de Paris sous la Révolution, Paris, 1912, 31 p. Elle emploie, en 1790, 24 boulangers, 4 garçons bouchers, 4 ouvriers fabriquant de la chandelle à partir du suif.

29 Sur les "salariés publics", voir V. AZIMI, "Heur et malheur des "salariés publics" sous la Révolution", Etat, finances et économie pendant la Révolution, op. cit., p. 159-200. Les guillemets sont de l'auteur. La citation est extraite de la page 184.

30 "Tarif du maximum des salaires… remis au Comité de Salut public le 22 thermidor", A. N., F/12/1544/30.

31 J.-C. PERROT avait suggéré la piste des archives hospitalières ("Voies nouvelles…", art. cit., p. 51). En fait, beaucoup de comptabilités sont interrompues précisément pendant la période qui nous intéresse, et les bornes chronologiques indiquées par les inventaires se révèlent souvent trompeuses. Par ailleurs des données agrégées ne servent à rien : un tel relevé requiert la mention du produit, de la quantité achetée, et du prix.

32 Le tarif du maximum porte que la corde est taxée à 42 livres, et la corde égale deux voies.

33 On dispose pour chaque mois du nombre de journées de malades, et de la dépense totale pour chaque type de denrée. Connaissant par ailleurs le prix de la livre de pain et de viande, on peut en déduire les quantités journalières attribuées à chaque rationnaire. Le coût moyen de la journée de pain oscille ainsi autour de 3 sous 6 deniers pendant la période, ce qui représente un peu moins d'une livre de pain par jour. A. N., F 15/244.

34 Voir M.-C. HAMCHARI, "Le maximum du prix du bétail", État, finances et économies pendant la Révolution française, op. cit., p. 487-493.

35 A. N. T/528, "Rapport de l'inspecteur de la boucherie et du dépensier de l'hôpital de l'Humanité aux citoyens administrateurs".

36 Pâques tombe le 20 avril, le Carême commence donc le 15 ventôse.

37 Il faut néanmoins souligner là encore l'exception des salaires journaliers agricoles, qui résistent et même progressent. Voir sur ce point la contribution de G. POSTEL-VINAY, Revue économique, op. cit., p. 1025. Si l'on considère en revanche l'ensemble des qualifications retenues par l'enquête, intégrant en particulier les tisserands, les portefaix, les artisans urbains, l'évolution du salaire réel apparaît négative. L'indice des salaires calculé sur la base 100 = 1793 (enquête Garat) atteindrait alors 308, et celui des denrées intégrant notamment la viande, le beurre, l'huile, le savon : 498. L'enquête porte sur une soixantaine de districts, mais le recoupement avec l'enquête Garart ne peut être fait que pour 17 départements.

Table des illustrations

Titre Graphique : Salaire journalier distribué à la maison Pochard
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540