Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

Paine et Robespierre : propriété, vertu et Révolution

Yannick Bosc

Texte intégral

1En 1792, Paine est élu député dans quatre départements. Il opte pour le Pas-de-Calais. En dehors d'une conjonction géographique, pourquoi associer ici Paine et Robespierre ?

2Le point de départ de notre communication est un article que Jean-Baptiste Louvet publie dans son journal, La sentinelle, du 1er thermidor an III (no 26, p. 103) :

"La même opinion politique, écrit-il, peut être défendue par un philosophe et par un tribun ; Payne et Robespierre peuvent être quelquefois d'un même avis ; et ce n'est pas là le plus étonnant phénomène que présentent les révolutions. Mais alors même que le langage est de part et d'autre presque semblable, les intentions du moins sont faciles à distinguer".

3A ceux qui associent les deux hommes, Louvet oppose les intentions et illustre son propos en rappelant le passé de Paine, victime de la Terreur :

"Thomas Payne, nous le répétons, n'a pu être outragé que par ceux qui sont bien déterminés à reverser sur les amis les plus purs de la liberté l'opprobre dont on a dû couvrir les promoteurs de la licence. Peu importe, aux yeux de l'aristocratie, que l'on ait été le complice ou la victime de la tyrannie décemvirale, si avant le 31 mai ou depuis le 9 thermidor on s'est montré républicain".

4En mettant en avant les intentions et le passé de Paine, Louvet défend un homme dont il a été proche. Quoiqu'il insiste longuement sur ce point, il ne nie pas la proximité des opinions politiques de Paine et de Robespierre. Il a même à cœur, pour cette raison, de se désolidariser véhémentement des principes dont on fait grief à Paine :

"Le système de Thomas Payne, quoiqu'il ait été défendu par quelques hommes éclairés et de bonne foi, n'a cependant jamais produit, au sein des états, que des agitations calamiteuses. Dès que ce système s'établit, ou même dès qu'on le proclame, à l'instant même l'ordre social est altéré, le gouvernement s'énerve et l'anarchie commence. Cette doctrine a toujours été le signal des incendies politiques, de ces crises lamentables où le farouche despotisme de la multitude brise tous les ressorts de la société. Il n'y a point d'opinion plus condamnée par l'expérience, plus réprouvée par les bonnes et durables législations, que celle dont Thomas Payne a été parmi nous l'organe"..

  • 1 La gazette de Louvet, financée par la Convention, est lancée à cette occasion. Louvet est membre d (...)

5"Agitations", "anarchie", "despotisme de la multitude". Nous retrouvons sous la plume de quelqu'un qui défend Paine, tout en l'accablant, les qualificatifs que les partisans d'une rupture avec la Déclaration et la Constitution de 1793 réservent, en l'an III, à ce texte. Pour Louvet, ils caractérisent les conséquences des idées de Paine et de Robespierre, ils justifient le rapprochement établi entre les principes des deux révolutionnaires. Louvet, qui occupe une place stratégique dans le débat politique de l'an III - comme propagandiste de la nouvelle constitution1 - et qui intervient pour soutenir Paine, n'hésite pas à le condamner par ailleurs en confirmant la parenté de son "système" politique avec celui de Robespierre.

6A travers le discours de Paine en 1795, il nous paraît donc légitime de rechercher ce qui, à cette date, est perçu par les contemporains comme spécifique de la pensée politique de Robespierre. Le cas de Paine est d'autant plus intéressant que le voile de l'activité politique pendant la Terreur est ici évacué - comme le rappelle Louvet. Il ne peut pas masquer les signes distinctifs de cette pensée : ici rien n'interfère avec les principes dans le jugement qui identifie Paine et Robespierre.

7Quels sont les principes défendus par Paine, et pourquoi Paine et Robespierre sont-ils, en l'an III, l'objet de critiques similaires de la part de ceux qui veulent établir une nouvelle constitution ?

8Que faire, dans ces conditions, du jugement traditionnel suivant lequel Paine et Robespierre sont des archétypes qui résument et dissocient les fondements des révolutions américaine et française, où les principes politiques, la conception de l'organisation des sociétés défendus par les deux hommes seraient inconciliables ?

9Le 19 messidor an III (7 juillet 1795), 14 jours après que le discours introductif de Boissy d'Anglas a lancé le débat, la Convention passe du projet de Déclaration à celui de constitution. C'est le moment choisi par Paine pour rappeler le lien qui doit unir ces deux parties du projet.

  • 2 Le Moniteur, réimpr., t. XXV, p. 171-173.
  • 3 THIBAUDEAU, Mémoires sur la Convention et le Directoire, Paris, Baudouin frères, 1824, t. 1, p. 11 (...)
  • 4 Paris, impr. de la rue de Vaugirard (B.H.V.P. 954 262), 36 pages signées du 5 messidor an III - 23 (...)

10L'intervention de Paine du 19 messidor2 est l'objet de l'article de Louvet. Celle-ci a été préparée par deux textes : une lettre à Thibaudeau (18 prairial an III - 6 juin 1795)3 et la Dissertation sur les premiers principes de gouvernement4. Cette dernière a été distribuée aux conventionnels. Si nous excluons la lettre, en l'an III, les principes dont se réclame Paine sont connus par la Dissertation et le discours du 19.

  • 5 Ibid., p. 24.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 28.
  • 9 Discours du 19 messidor, op. cit., p. 172.

11Ces deux textes sont une critique du rétablissement du suffrage censitaire. Cette critique s'appuie sur le décalage entre le projet de Déclaration et celui de constitution : La Déclaration inscrit l'égalité parmi les droits que le gouvernement a pour fonction de garantir et rappelle que le but de la société est le bonheur commun, alors que la constitution limite la citoyenneté. Ce faisant, elle institue un gouvernement qui garantit les droits d'une partie à l'exclusion du reste, qui assure "non pas le bonheur commun ou le bonheur de tous, mais le bonheur partiel ou le bonheur d'une partie seulement" (discours du 19 messidor). Paine conclut que le projet politique que veut établir la Convention thermidorienne en soumettant la citoyenneté à la propriété, est fondé sur "un usage criminel de la propriété". La propriété est au cœur de la Dissertation dont Paine reprend les grandes lignes le 19 messidor : il en étudie la place dans l'organisation des sociétés humaines et les principes qui doivent la régir. Sur la propriété, notons qu'il n'y a pas de réflexion équivalente dans les écrits de Paine avant l'an III, quoique les Droits de l'homme (1791-1792) en ouvre la voie. Dans sa Dissertation Paine distingue les types de propriétés et note l'oubli dans lequel les conventionnels tiennent les propriétés qui ne sont pas "ostensibles" : "la faculté d'exercer un travail ou un service quelconque, qui assure à un individu sa subsistance, ou qui l'aide à faire vivre sa famille, est une nature de propriété. C'est la propriété de cet individu, il l'a acquise, et elle est pour lui un objet tout aussi digne de protection qu'une propriété ostensible acquise indépendamment de cette faculté peut l'être pour une autre personne"5. Nous trouvons ici la source de la démonstration lockienne sur l'origine de la "propriété des choses" qui commence par la propriété de soi : la propriété matérielle a pour fonction de garantir la propriété de la vie, la première des propriétés dont découle la propriété du travail et de ses fruits. Ainsi pour Paine, quelle que soit l'étendue que l'on confère à la propriété matérielle, elle ne doit pas masquer la propriété de la vie qui en est l'origine. "De toutes les sortes de droits (…), celui d'acquérir et de posséder des propriétés n'est qu'une seule branche, et pas même de la nature la plus intéressante ; car la sûreté des personnes est plus sacrée que leurs propriétés"6. Toute organisation sociale doit donc être construite sur la sûreté des personnes et non sur celle des biens : de la garantie de la sûreté des personnes suivra celle des biens alors que l'inverse n'est pas vrai. De plus, asseoir l'organisation sociale sur la propriété pour garantir l'ordre et les propriétés est un leurre : "Lorsqu'on fait servir les propriétés de prétexte à l'admission de droits inégaux ou exclusifs, la conservation des propriétés devient précaire, l'indignation s'agite et entraîne le désordre ; car il n'est pas raisonnable d'espérer que les propriétés resteront intactes sous la protection d'une masse d'individus dépouillés de leurs droits naturels par l'influence de ces propriétés"7. L'ordre ne peut être assuré que par le respect de l'égalité des droits. La stabilisation de l'état social sur la propriété est donc, pour Paine, illusoire et illégitime. Par une telle conception du politique, la Convention thermidorienne non seulement nie l'égalité, mais encore dénature le principe de liberté en le mesurant à l'aune de la propriété matérielle : "Quel est le principe (…) qui distinguera parmi les habitants du même pays, les hommes qui doivent être libres, de ceux qui ne doivent pas l'être ? Si on prend la propriété pour mesure, on s'éloigne absolument de tous les principes moraux de la liberté, en attachant le droit à un objet purement matériel, et en faisant de l'homme l'agent de ce même objet"8. Si la propriété matérielle doit être soumise aux droits de la personne c'est, in fine, parce que la propriété est étrangère au fondement du droit qui est purement moral et qui ne tire son autorité que par ce fait-là même. En glissant du droit personnel au droit matériel, la Convention thermidorienne rompt avec le processus ouvert en 1789. Elle forge un nouveau régime sur une assise historique - six années qui ont duré six siècles dit Boissy d'Anglas -, sur "l'expérience" (Louvet), mais un régime qui n'est pas fondé en droit. La Révolution qui est l'enthousiasme pour le droit s'en trouve tarie à sa source : "Mon propre jugement, écrit Paine, m'a convaincu que, si vous faites tourner la base de la Révolution des principes à la propriété, vous éteindrez tout l'enthousiasme qui a jusqu'à présent soutenu la Révolution, et vous mettrez à sa place rien que le froid motif du bas intérêt personnel, incapable d'animer, qui se fanera encore et dégénérera en une insipide inactivité"9.

12Le noyau de l'argumentation de Paine peut donc se résumer à une série de propositions qui sont liées : l'état social ne doit pas être construit sur la propriété mais sur la sûreté des personnes. Le droit matériel est soumis au droit personnel. Le fondement du droit est purement moral. Le droit personnel est au cœur de la dynamique révolutionnaire. L'ordre social est assuré par la garantie des droits naturels, donc il est inconcevable de limiter la citoyenneté.

  • 10 "Sur la nécessité de révoquer les décrets qui attachent l'exercice des droits du citoyen à la cont (...)
  • 11 Fl. GAUTHIER, "L'idée générale de propriété dans la philosophie du droit naturel et la contradicti (...)

13En l'an III, nous l'avons dit, ces éléments sont perçus comme une des caractéristiques des opinions politiques de Robespierre. Il est aisé de se rapporter aux textes pour vérifier ; par exemple au discours "sur l'organisation des gardes nationales" (18 décembre 1790) ou au discours sur le marc d'argent (20 avril 1791) puisque nous avons là les premières réflexions de Robespierre sur le rapport liberté/propriété, systématisées à partir de la critique de la limitation de la citoyenneté. Comme Paine le fera en l'an III, Robespierre appuie son rejet du suffrage censitaire sur les principes de la Déclaration votée par l'Assemblée, ce qui lui permet d'affirmer l'illégalité de ce mode de suffrage (dans la lettre de Paine à Thibaudeau, ce thème de l'illégalité est développé à partir du même canevas théorique). Il aboutit à une réflexion sur la propriété dans laquelle il oppose ce qu'il nomme "la propriété des riches" - c'est-à-dire "les terres, les châteaux, les équipages" - aux biens de la personne que sont "ma liberté, ma vie, le droit d'obtenir sûreté ou vengeance pour moi et pour ceux qui me sont chers, le droit de repousser l'oppression, celui d'exercer librement toutes les facultés de mon esprit et de mon cœur"10. Il conclut que la citoyenneté ne peut pas être limitée puisqu'elle n'est pas autre chose que le moyen donné aux hommes pour garantir ces "biens" attachés à la personne, c'est-à-dire les droits inhérents aux hommes, ou droits naturels. Toute cette réflexion sera systématisée dans son projet de Déclaration des droits11.

  • 12 Fl. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, PUF, 1992 ; Y. BOSC, "Le dro (...)

14En l'an III, la lisibilité du lien entre Paine et Robespierre est d'autant accrue que les principes qu'ils défendent sont évacués de la nouvelle constitution12. Dans ce contexte, ce ne sont pas les différences, mais les points communs qui affleurent dans la critique commune dont Paine et Robespierre sont l'objet. Tous deux établissent leur théorie à partir d'une pratique politique et d'une référence constante à la philosophie du droit naturel, en particulier à Locke ; tous deux soumettent la propriété au droit à la vie et font de l'amour de l'égalité (la vertu selon Montesquieu) le premier constituant de la Révolution ; dans les deux cas le terme de citoyen prend son sens dans l'enthousiasme pour le droit qui bâtit une esthétique politique.

15L'association de Paine et de Robespierre rend visible le commun système adverse qu'ils combattent. On peut donc admettre qu'à travers Paine, une pensée du politique est désignée et condamnée parce qu'elle est fondamentalement opposée au dessein de la Convention thermidorienne en 1795. Si Paine égale Robespierre, c'est cette pensée qui est battue le 9 thermidor, et c'est elle dont on étouffe les résurgences à partir de cette date. Il y a là un des enjeux de la chute des robespierristes. Le rapport entre propriété et liberté est une des lignes de front qui partage la Révolution et nous voyons que Paine et Robespierre sont du même côté. Mais cela ne signifie nullement qu'il n'existe pas de différences entre les deux hommes dans les modalités d'application d'un même principe : chez Robespierre l'économie politique populaire dont le Maximum est l'une des branches ; chez Paine une redistribution des richesses pour compenser l'appropriation primitive d'une terre qui est initialement la propriété commune de l'espèce humaine (voir son "plan d'amélioration du sort des hommes", La justice agraire, qu'il rédige pendant l'hiver 1795-96, et qu'il présente comme le prolongement de la critique menée en l'an III). Nous pourrions également citer Babeuf qui tient un discours similaire à celui de Paine - et de Robespierre - c'est-à-dire qui met en œuvre les mêmes principes fondamentaux, mais qui propose la loi agraire, solution condamnée par Paine dans La justice agraire.

  • 13 Œuvres complètes, t. 7, p. 746.
  • 14 Dissertation, p. 18.

16De même, si Paine et Robespierre réfèrent constamment leurs arguments aux principes du droit naturel, la question de la réalisation de ces principes dans l'état social montre des divergences. "La Révolution, dit Robespierre, n'est autre chose que les efforts de la nation pour conserver ou pour conquérir la liberté - discours du 29 septembre 1791"13. Pour Robespierre, la révolution est le mouvement qui tend vers la réalisation des droits naturels des hommes. Le moteur de cette dynamique, ce qui fait agir, est l'amour de l'égalité, la vertu, notion centrale du discours de Robespierre. Chez Paine, la vertu est également présente, c'est elle qui produit l'enthousiasme qui porte la Révolution. Pourtant Paine ne relie pas la vertu à la réalisation du droit naturel, réalisation qu'il place en l'homme, comme élément donné par sa nature humaine elle-même, ainsi il écrit : "Dans l'examen du gouvernement par élection et représentation, nous ne nous avilirons point à chercher où, comment, et de quel droit il a commencé. Son origine est toujours en vue ; l'homme est lui même l'origine et la preuve de sa représentation, elle lui appartient en vertu de son existence, et sa personne est un titre de contrat suffisant"14.

  • 15 Trad. de G. RAULET, Paris, Payot, 1975.
  • 16 Ibid., p. 115
  • 17 Fl. GAUTHIER et G.-R. IKNI (dir), La guerre du blé au XVIIIe siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, (...)
  • 18 Op. cit., p. 113.

17Ces différences signalent la diversité des conceptions au sein de projets politiques dont on a noté la proximité. Cependant, à trop appuyer sur les dissemblances, on masque ce qui rassemble, donc dans le cas Paine-Robespierre, ce qui domine et qui est signalé par les contemporains de l'action. Or, c'est la différence qui est généralement considérée. Jurgen Habermas, par exemple, dans le deuxième chapitre du t. 1 de Théorie et pratique intitulé "droit naturel et révolution"15, étudie les Déclarations américaines et la Déclaration des droits française de 1789 pour montrer ce qui les oppose dans l'utilisation des principes du droit naturel moderne. Pour l'Amérique, le principe de Déclaration est la confirmation de décisions fermes et communes - expression du common sense - alors qu'en France, la tâche "ne consiste pas à mettre en œuvre la vérité mais à la mettre en lumière, à l'éclairer, à la déclarer"16. Ce tableau du dévoilement des connaissances de quelques-uns qui mènent aux connaissances de la majorité ignore la conscience et la pratique du droit dans les communautés paysannes depuis le Moyen Age17, et le fait que c'est sur cette pratique populaire que Robespierre s'appuie. D'autre part Habermas oppose Paine et Robespierre en en faisant les symboles du modèle américain et du modèle français. Deux critères sont notamment mis en avant : l'absence de la tradition lockienne chez Robespierre, le fait que la vertu est absente de la pensée de Paine. Ces deux critères, nous l'avons vu, ne séparent pas Paine et Robespierre. 11 semble donc que le choix de Paine et Robespierre n'est pas pertinent pour caractériser les révolutions française et américaine. Louvet note que "les Américains ont respecté les talents et les vertus de Thomas Payne, et n'ont point adopté son système d'égalité politique"18.

18Ainsi, lorsqu'on confronte Paine et Robespierre, ils apparaissent comme deux libéraux qui fondent leur conception de la liberté sur l'égalité et qui s'opposent à une conception de la liberté centrée sur la propriété, c'est-à-dire où l'état social est construit su la propriété ; où le droit personnel est soumis au droit matériel ; où l'ordre social est assuré par une limitation de la citoyenneté. Ce sont ces propositions qui organisent la Constitution de 1795, d'où l'hostilité de Louvet au "système d'égalité politique" de Paine. C'est la propriété qui, très tôt dans la Révolution, structure la pensée politique de Robespierre ; c'est la réflexion sur la propriété qui, en l'an III, met en cohérence les principes énoncés par Paine, notamment dans les Droits de l'homme.

  • 19 Conspiration pour l'égalité dite de Babeuf, 1828, rééd., Paris, Éditions sociales, 1957, t. 1, p.  (...)

19Paine et Robespierre d'un côté, Louvet et la majorité de la Convention thermidorienne de l'autre, sont ici les représentants de deux libéralismes qui se révèlent parfaitement antagonistes lorsqu'on les passe au crible du droit naturel, c'est-à-dire par la référence fondamentale qui articule les droits personnels dans une société politique. Libéralisme, mais aussi républicanisme, puisqu'ils s'affrontent sur des questions politiques et économiques liées au type de société qu'ils désirent construire, soit deux conceptions de la république. Buonarroti écrira : "C'est ainsi que tant de prétendus législateurs ont cru avoir fondé une république, par cela seul qu'ils avaient condamné un roi et substitué l'autorité de plusieurs à celle d'un seul"19. Paine identifié à Robespierre en l'an III : ce n'est pas la dictature d'un homme que l'on craint, mais celle de la "multitude", celle des "chimères philosophiques", celle du droit.

Notes

1 La gazette de Louvet, financée par la Convention, est lancée à cette occasion. Louvet est membre de la Commission des Onze, chargée de rédiger le projet de Déclaration et de constitution.

2 Le Moniteur, réimpr., t. XXV, p. 171-173.

3 THIBAUDEAU, Mémoires sur la Convention et le Directoire, Paris, Baudouin frères, 1824, t. 1, p. 113-116.

4 Paris, impr. de la rue de Vaugirard (B.H.V.P. 954 262), 36 pages signées du 5 messidor an III - 23 juin 1795, date du discours de Boissy d'Anglas.

5 Ibid., p. 24.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 28.

9 Discours du 19 messidor, op. cit., p. 172.

10 "Sur la nécessité de révoquer les décrets qui attachent l'exercice des droits du citoyen à la contribution du marc d'argent, ou d'un nombre déterminé de journées d'ouvriers", Œuvres complètes, Paris, Société des Études Robespierristes, 1912-1967, t. 7, p. 164-165.

11 Fl. GAUTHIER, "L'idée générale de propriété dans la philosophie du droit naturel et la contradiction entre liberté politique et liberté économique", dans La Révolution et l'ordre juridique privé - rationalité ou scandale ? Actes du colloque d'Orléans (sept. 1986), Paris, PUF, 1988, t. 1, p. 161-171 ; Y. BOSC, La pensée politique de Robespierre et les principes du droit naturel, Université de Paris VII, 1985 (dont les conclusions sont reprises dans "La conspiration du droit", dans Espaces Temps, no 38-39, p. 101-106).

12 Fl. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, PUF, 1992 ; Y. BOSC, "Le droit naturel : enjeux d'une référence dans le débat sur la Déclaration de l'an III", dans Langages de la Révolution française, actes du colloque INALF/CNRS (sept.1991) à paraître.

13 Œuvres complètes, t. 7, p. 746.

14 Dissertation, p. 18.

15 Trad. de G. RAULET, Paris, Payot, 1975.

16 Ibid., p. 115

17 Fl. GAUTHIER et G.-R. IKNI (dir), La guerre du blé au XVIIIe siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988.

18 Op. cit., p. 113.

19 Conspiration pour l'égalité dite de Babeuf, 1828, rééd., Paris, Éditions sociales, 1957, t. 1, p. 23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540