Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème II. Les choix économiques et sociaux : « force des choses », libéralismes, droit à l'existence

Robespierre critique de l'économie politique tyrannique et théoricien de l'économie politique populaire

Florence Gauthier

Texte intégral

"Les mots, quoi qu'en disent les réalistes, sont plus têtus que les faits" J. RANCIÈRE, Les mots de l'histoire, Paris, Seuil, 1992, p. 195.

  • 1 Discours sur le Constitution, Convention, 10 mai 1793 dans les Œuvres complètes, t. 9, p. 507. Le (...)

1Pour mieux saisir Robespierre en tant que théoricien de "l'économie politique populaire", il semble nécessaire d'approfondir l'étude d'une pensée économique critique de ce que l'on appelle couramment "libéralisme économique". L'expression même d'économie politique populaire utilisée par Robespierre le 10 mai 1793, invite à cet approfondissement1. Or nous savons qu'il ne fut ni le seul, ni le premier, à concevoir un tel projet.

2Rappelons que les travaux de S. Meyssonnier ont déjà attiré l'attention d'une part sur la présence d'un courant d'économistes "libéraux égalitaires" en France, antérieur au mouvement des physiocrates et des économistes, et qui poursuivit d'autre part sa réflexion dans la seconde moitié du siècle, révélant ainsi la double origine du libéralisme au XVIIIe siècle.

  • 2 S. MEYSSONNIER, La balance et l'horloge. Genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, (...)

3S. Meyssonnier a montré comment les "libéraux égalitaires", autour de Vincent de Gournay, analysaient le lien social entretenu par les échanges marchands dans l'interdépendance des besoins économiques et dans l'égalité des intérêts, selon une chaîne des intérêts réciproques. Dans un article récent, S. Meyssonnier a rappelé l'analyse que l'abbé Morellet faisait des déséquilibres créés par l'inégalité2.

4Morellet comprit que la concentration des propriétés rompait la chaîne des intérêts réciproques, d'une part à cause d'une inégalité de concurrence, d'autre part à cause d'une inégalité dans l'urgence des besoins. Les denrées et l'argent, notait-il, sont dans les mains d'un petit nombre qui n'est pas dans le besoin pressant de les échanger contre du travail. Tandis que le travail à vendre est dans les mains d'un grand nombre qui a un besoin pressant de denrées ou d'argent. Cette inégalité de la concurrence entraîne un déséquilibre des prix et des denrées par rapport aux salaires : l'équilibre du circuit est alors rompu. Morellet démontre que l'équilibre du circuit ne peut se conserver dans un système capitaliste inégalitaire d'accumulation et de concentration des propriétés.

5Cependant, malgré son intelligence de la réalité économique, Morellet estimait que la liberté et les droits individuels, tels qu'il les concevait, interdisaient à l'instance politique une quelconque intervention. Il considérait même qu'il fallait laisser se produire l'affrontement des forces, celui que mènent les propriétaires contre les non-propriétaires. Morellet rejoignit alors les choix politiques de Turgot et abandonna l'idée et l'objectif de réalisation des intérêts réciproques. Il prenait ici une position philosophique et politique qu'il exprima à nouveau en 1792, dans un texte dirigé contre les adversaires de la liberté illimitée du commerce. Ces adversaires sont nommés : Brissot (il s'agit du Brissot de 1780 qui écrivait De la propriété et du vol) Robespierre, Mably, Garat, Sieyès, etc.

6L'étude de S. Meyssonnier a permis de saisir la capacité qu'avait Morellet d'analyser le réel, mais aussi le fait que ses choix philosophiques et politiques pouvaient être en opposition avec les résultats de son analyse économique.

  • 3 MABLY, "Doutes proposés aux philosophes économistes sur l'ordre naturel des sociétés", 1768 ; "Du (...)

7Rappelons qu'à la différence de Morellet, certains économistes de cette époque n'étaient pas en état de distinguer l'analyse de la rupture de l'équilibre et de ses causes, de leurs choix philosophiques personnels. Turgot par exemple dont l'incapacité exprime une faiblesse théorique que Mably avait perçue en mettant en lumière le dogmatisme de sa position au sujet du commerce des grains, en 17753.

  • 4 S. MEYSSONNIER, art. cit., p. 120.

8Or, Morellet, Turgot ou Mably, pour ne citer qu'eux, sont tous trois des libéraux, mais leurs conceptions de la liberté et des droits de la personne ne sont pas seulement divergentes : elles expriment des politiques économiques contradictoires, et même en opposition. C'est ce point précis que l'historiographie semble avoir tant de difficultés à percevoir en réduisant le large éventail des politiques économiques libérales à une seule, celle des partisans de la liberté illimitée du commerce : ce qui conduit à confondre le niveau de l'analyse économique avec celui des choix philosophiques et politiques. L'analyse de S. Meyssonnier permet d'éclairer la nature de cette confusion en rappelant que l'ordre économique n'est pas forcément, encore moins directement, un ordre social, ni un ordre politique : "L'économique écrit-elle, est un sous-ensemble du social et du politique, car il est bien évident que, dans sa complexité, l'homme ne peut être réduit au matériel"4.

9Nous avons rappelé que Morellet, conscient du déséquilibre du circuit économique créé par l'inégalité, estimait qu'il fallait laisser l'affrontement des forces se produire, y compris jusqu'à l'injustice, sans répondre aux cris des pauvres et sans assurer leur existence. L'Assemblée constituante adopta ce choix philosophique et politique et instaura la liberté illimitée du commerce le 19 août 1789, puis la loi martiale pour réprimer les troubles que cette politique devait susciter, le 21 octobre suivant.

10Remarquons que la main invisible, mais bien célèbre, d'Adam Smith était devenue la main très visible de la loi martiale dans l'histoire des affrontements entre politiques économiques divergentes, à l'époque révolutionnaire.

11Rien de plus visible que la main armée de la loi martiale, et pourtant, curieusement, l'historiographie ne semble pas l'apercevoir et son silence à son endroit est inquiétant. Une politique économique menée par la loi martiale peut-elle être présentée sous l'aimable qualificatif de "libérale" ? Est-elle compatible avec la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ? Ce ne fut pas le point de vue de Robespierre comme nous le verrons.

  • 5 Voir G. LEFEBVRE, "Sur la pensée politique de Robespierre", 1933 ; "La Révolution française et les (...)

12On admet ordinairement que Robespierre n'aurait pas eu de pensée économique et qu'il aurait ignoré les questions agraires en particulier5. C'est peut-être aller un peu vite.

13Robespierre, comme bien d'autres pendant la Révolution, a observé le déséquilibre créé par l'inégalité, et l'accélération de ce déséquilibre sous l'effet de la politique de liberté illimitée du commerce. La loi martiale fut complétée en mars 1790, juillet 1791, puis provisoirement suspendue suite à la Révolution du 10 août 1792, elle fut rétablie par la Convention girondine en décembre 1792.

14Robespierre établit un lien direct entre le système de liberté illimitée du commerce et la loi martiale, qu'il présenta comme une politique dans son intervention du 2 décembre 1792, à la Convention :

  • 6 Discours du 2 décembre 1792 à la Convention dans Œuvres complètes, t. 9, p. 111. Sur Robespierre, (...)

"La liberté illimitée du commerce, et des baïonnettes pour calmer les alarmes ou pour apaiser la faim, telle fut la politique vantée de nos premiers législateurs"6.

15Robespierre montra aussi que le système de liberté illimitée du commerce, loin de réaliser la libre circulation des denrées, l'entravait.

16Les pratiques d'achat en gros des denrées de première nécessité, les pratiques de stockage, d'accaparement, permettaient aux négociants de contrôler la fourniture des marchés et d'imposer les prix.

17Son analyse développée de la non-circulation des denrées et de ses causes, montre sa connaissance approfondie du fonctionnement du marché de gros de son temps. Poussant plus avant son analyse des causes du déséquilibre du circuit économique, Robespierre a, lui aussi, saisi que le système de liberté illimitée repose sur la concurrence inégale entre les intérêts des propriétaires et des négociants, et les besoins des salariés. Il formula une critique de fond de ce système en montrant que ce dernier spéculait sur les besoins sociaux précisément parce que le marché des denrées vitales n'est pas élastique :

  • 7 Discoure du 2 décembre 1792, Œuvres complètes, t. 9, p. 111.

"Les auteurs de la théorie n'ont considéré les denrées les plus nécessaires à la vie que comme une marchandise ordinaire, et n'ont mis aucune différence entre le commerce du blé, par exemple, et celui de l'indigo … Il n'est pas nécessaire que je puisse acheter de brillantes étoffes, mais il faut que je sois assez riche pour acheter du pain pour moi et mes enfants. Le négociant peut bien garder dans ses magasins les marchandises que le luxe et la vanité convoitent jusqu'à ce qu'il trouve le moment de les vendre au plus haut prix possible"7.

18La pertinence de cette analyse révèle une fois encore sa connaissance et sa capacité à comprendre le fonctionnement du système de production et d'échange de son temps.

19L'objectif proposé par Robespierre était de rééquilibrer le circuit économique entre le secteur de la production, celui des échanges, les intérêts des producteurs, des commerçants et des consommateurs, et les besoins sociaux. En voici une formulation :

  • 8 Ibid., p. 113.

"Quel est le problème à résoudre en matière de législation sur les subsistances ? Le voici : assurer à tous les membres de la société la jouissance de la portion des fruits de la terre qui est nécessaire à leur existence, aux propriétaires et aux cultivateurs le prix de leur industrie et livrer le superflu à la liberté du commerce"8.

20C'est bien du circuit économique dont il est question. Robespierre proposa un nouvel équilibre du circuit centré très précisément sur la réciprocité des besoins. Pour y parvenir, Robespierre montra la nécessité de reconnaître :

  • la réalité de la crise et la nature du déséquilibre économique ;
  • le principe du droit à l'existence ;
  • la différence entre les denrées de première nécessité et celles qui ne le sont pas ;
  • la limitation de l'exercice du droit de propriété (production, commerce, argent, offre de travail) sur le secteur des denrées de première nécessité.
  • 9 Discours du 17 juin 1793, Ibid., t. 9, p. 576.

21Examinons à présent les choix philosophiques et politiques de Robespierre. En analysant le caractère tyrannique du pouvoir économique de son époque, Robespierre a montré que la politique de liberté illimitée et de loi martiale contribua elle-même à renforcer le déséquilibre économique. Il montra une fois de plus le caractère de classe de cette politique et estima que ses conséquences seraient très graves pour la liberté et l'égalité. Voici les termes dans lesquels il a exprimé ce danger, le 17 juin 1793, à la Société des Amis de la Liberté et de l'Égalité : si l'aristocratie des riches l'emportait, "il s'établirait une classe de prolétaires… et l'égalité et la liberté périraient pour jamais"9.

22Ce danger présent et futur est exprimé par Robespierre en terme d'assassinat, de politique humanicide, instaurant un état de guerre, une lutte des possédants contre les non-possédants :

"Mais s'il est vrai que l'avarice peut spéculer sur la misère… pourquoi les lois ne réprimeraient-elles pas ces abus ? Pourquoi n'arrêteraient-elles pas la main homicide du monopoleur comme celle de l'assassin ordinaire ?".

23Robespierre montra aussi les tentatives faites par les partisans des économistes pour imposer leur point de vue, empêcher que l'on puisse même en douter et en débattre, et présenter leur système comme un bienfait pour l'humanité :

  • 10 Discours du 2 décembre 1792, Ibid., p. 113 et 115.

"Tel est le degré de perfection auquel cette théorie a été portée qu'il est presqu'établi que les accapareurs sont impeccables ; que les monopoleurs sont les bienfaiteurs de l'humanité ; que dans les querelles qui s'élèvent entre eux et le peuple, c'est le peuple qui a toujours tort"10.

24Il est vrai que Robespierre n'avait guère confiance dans les promesses faites par les partisans des économistes. On notera toutefois qu'il les avait jugés sur pièces. Il est vrai encore qu'il ne faisait pas davantage confiance à la forme de lutte des classes prônée par les économistes, et il exprima la crainte que les faibles soient affaiblis et même battus dans cette lutte, et non l'inverse.

25Robespierre n'a pas eu confiance non plus dans un système capitaliste et a estimé qu'il fallait de toute urgence arrêter ce système de déséquilibre économique croissant. L'enjeu de l'établissement de la République des droits de l'homme et du citoyen était bien, pour Robespierre, de mettre fin à cet état de guerre que la politique des économistes provoqua, puis aggrava.

26Au sujet des cris du peuple, on peut poser les questions suivantes : les économistes les entendaient-ils ? Pouvaient-ils les entendre ? Devaient-ils les entendre ? Certains d'entre eux croyaient de bonne foi aux bienfaits dans le futur - à défaut du présent - de leur système. Rappelons que l'abbé Morellet, lui, était moins croyant, qu'il était parfaitement conscient de la violence faite aux pauvres, et qu'il conseillait, en prônant la lutte des possédants contre les non-possédants, de ne pas entendre les cris de ces derniers.

27Robespierre a entendu les cris du peuple, ses paroles et ses actes. Il a estimé que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen devait exprimer les questions de fond de son temps. Ainsi a-t-il formulé que les principaux droits de l'homme sont le droit à l'existence et la liberté (liberté personnelle, liberté en société ou citoyenneté).

28Le droit à l'existence n'est pas seulement un moyen mais bien une fin comme l'exprime l'article premier du Projet de Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de Robespierre :

  • 11 Projet de déclaration des droits de l'homme et du citoyen, Convention, 24 avril 1793, Ibid., t. 9, (...)

"Le but de toute association politique est le maintien des droits naturels et imprescriptibles de l'homme et le développement de toutes ses facultés. Les principaux droits de l'homme sont celui de pourvoir à la conservation de son existence et de sa liberté.
Ces droits appartiennent également à tous les hommes, quelle que soit la différence de leurs forces physiques et morales.
L'égalité des droits est établie par la nature : la société, loin d'y porter atteinte, ne fait que la garantir contre l'abus de la force qui la rend illusoire"11.

29On le voit, le droit à l'existence, en tant que droit social et droit économique est bien une fin, la citoyenneté en est le moyen (en tant que participation à l'élaboration de la loi).

30Robespierre a ainsi exprimé les droits économiques, sociaux et politiques menacés par les formes capitalistes de son temps. Il a analysé avec clairvoyance l'état de guerre intérieure, ou les luttes de classes si l'on préfère, de cette époque. Il a fait avancer la théorie des droits de l'homme et du citoyen en proposant une solution pour résoudre la contradiction interne du concept de droit naturel hérité de Locke (vie, liberté, fortunes). Robespierre a en effet défini comme droit naturel les droits à la vie, à l'existence et la liberté.

31Le droit naturel est conçu chez lui comme un droit attaché à la personne, parce qu'elle appartient à l'espèce humaine, et ce droit est par conséquent universel au genre humain, c'est-à-dire réciproque.

  • 12 On trouvera la même idée, exprimée plus tard, chez K. MARX, en particulier Sur la question juive, (...)

32Par contre, le droit de propriété des biens matériels n'est pas conçu, chez Robespierre, comme un droit naturel, étant donné qu'il n'est pas universel et ne peut rentrer dans la catégorie de ce qui est propre à l'espèce humaine. Robespierre théorisait ici que ce n'étaient pas les propriétés des biens matériels qui devaient être libérées, mais les personnes ; que le but de la société n'était pas l'établissement de la propriété indéfinie, mais la réalisation de la liberté des êtres humains et de leur droit à l'existence12.

33Le droit de propriété des biens matériels n'étant pas un droit naturel, Robespierre proposait d'en limiter l'exercice. Que signifie cette limitation ?

  • 13 Discours du 2 décembre 1792, Œuvres complètes, t. 9, p. 113.

34Robespierre avait noté que des économistes eux-mêmes pouvaient concevoir une limitation à l'exercice du droit de propriété des biens matériels. Ainsi en venaient-ils à prohiber l'exportation de grains à l'étranger toutes les fois que l'abondance n'était point assurée à l'intérieur. Ils en étaient aussi venus à fixer le prix de certains produits, comme la viande13.

35Précisons que des économistes concevaient également une limite morale à l'exercice du droit de propriété, en ce qui concerne l'esclavage des hommes par exemple. D'autres encore, convaincus de la bonté du système de liberté illimitée, convenaient toutefois qu'il pouvait exister des abus à l'exercice de cette liberté sans frein, et proposaient des limitations pour les corriger.

36On notera que leur capacité théorique se réduisait ici à l'idée de corriger les excès criants du système ; en même temps, il s'agit d'un aveu intéressant de leur part ; le système produit des abus, il a besoin d'être limité. C'est très précisément ce point que Robespierre explora : quel est le critère objectif qui doit permettre d'établir les limites du système ?

37Or, et nous insistons sur ce point, Robespierre ne propose pas seulement une limitation à l'exercice du droit de propriété dans le but de corriger les excès criants du système. C'est le système lui-même qui lui paraît devoir être empêché. Nous avons vu qu'il l'analysait comme se nourrissant du déséquilibre économique, et aggravant ce dernier. Sa réponse est celle d'un théoricien du droit naturel moderne : le critère objectif qui permet d'établir les limites du système est celui du droit à l'existence de tous les membres du corps social, et à la liberté des personnes. Robespierre théorisait la nécessité de subordonner le pouvoir économique (c'est-à-dire toutes les formes d'exercice du droit de propriété) aux droits naturels à l'existence et à la liberté, dans tous les cas où ce pouvoir entrerait en contradiction avec ces droits naturels.

  • 14 Notons qu'une hiérarchisation des droits économiques et sociaux au détriment des droits de l'homme (...)

38On ne trouvera pas chez Robespierre une séparation entre les droits de l'homme, les droits civils et les droits politiques, à la différence des Constitutions de 1791 et de 1795. On ne trouvera pas non plus de hiérarchisation entre ces droits et les droits économiques et sociaux14. Ici, les droits de la personne, les droits-participation et les droits économiques et sociaux forment un tout homogène dont les parties se complètent sans hiérarchisation, dans le but d'être réalisés.

39Nous pensons avoir montré que Robespierre avait non seulement des idées (même pertinentes) sur la question économique, en particulier sur le secteur retenu ici, celui des denrées de première nécessité, mais aussi une pensée. Ses conceptions philosophiques, sociales et politiques lui ont permis d'approfondir la théorie des droits de l'homme et du citoyen en introduisant la question sociale au cœur de la liberté humaine et de l'équilibre des sociétés. Pour conclure nous poserons deux questions concernant certaines interprétations de sa politique économique.

40On a tenté d'enfermer la pensée sociale de Robespierre dans les limites étroites d'un mode de production, ou plutôt d'une forme de production spécifique. On a ainsi voulu historiciser sa pensée dans une forme de production qualifiée de "petite bourgeoise", ou de "petit capitalisme", ou encore l'impossible utopie. Cette interprétation peut paraître bizarre dans la mesure où elle semble indiquer un sens à l'histoire, et ici un sens unique : ne serait pensable et possible que le mode de production capitaliste, et toute critique ne serait alors que vaine et illusoire utopie. L'idée même de résistance n'aurait pas lieu d'être. Serait-elle devenue indécente ?

  • 15 Nous avons longuement développé le projet d'ensemble d'économie politique populaire de Robespierre (...)

41Il est donc nécessaire de préciser que la pensée économique de Robespierre n'ouvre pas sur un "petit capitalisme", ni sur une généralisation de la petite production, car il ne semble pas qu'un "petit capitalisme" ait jamais existé ; de plus, cette catégorie imaginaire a été forgée ultérieurement. La pensée robespierriste ouvrait sur un libéralisme égalitaire dans le sens où elle affirmait la nécessité de rééquilibrer le circuit économique ; l'idée centrale était de contrôler, par la démocratie y compris dans sa dimension communale et décentralisée, l'exercice du pouvoir économique. Robespierre n'a pas ouvert car les libéraux égalitaires du XVIIIe siècle l'avaient déjà fait mais approfondi la réflexion sur la dangerosité du pouvoir économique en particulier, et sur les moyens très pratiques d'empêcher ce despotisme nouveau15.

42Que le pouvoir économique tende à l'autonomie est un fait palpable, et personne n'en disconviendra. Qu'il faille le subordonner au politique et à l'éthique, même des libéraux économistes illimités l'admettaient dans certains cas. Robespierre a été plus précis en cherchant à établir un critère objectif permettant à la société d'apprécier les cas et les situations dans lesquelles il fallait que les lois interviennent pour modifier une évolution négative nouvelle. Si l'on veut bien prendre ce critère objectif au sérieux, on apercevra que cette démarche présente une indéniable actualité.

43Précisons encore, en dépit du mythe de l'État libéral - non-interventionniste, que la loi martiale est une intervention politique (et militaire) bien réelle. Cette même loi martiale tente même d'interdire toute expression critique de la loi et de la politique. Robespierre, et il ne fut pas le seul, réclamait la libre discussion dans la société, à travers les institutions démocratiques mises en place dans la période révolutionnaire, des principes objectifs fondant les droits de l'homme et du citoyen, dans le but d'élaborer une politique économique conforme à ces principes.

44D'où l'importance de l'élaboration théorique en cette matière. Robespierre a nommé l'ensemble de son projet économie politique populaire. Il semble difficile alors de ne pas entendre ces mots qui indiquent, en tous cas, qu'il avait, pour le moins, une pensée de l'économie politique populaire.

  • 16 La loi martiale fut supprimée sur vote de la Convention le 23 juin 1793. Elle sera rétablie dans l (...)

45Rappelons que le jour même du vote de la Déclaration des droits et de la Constitution de 1793, la loi martiale fut supprimée. Ce qui n'était pas une mince avancée des droits de l'homme et du citoyen16.

46La pensée de Robespierre est-elle extrémiste ? La question mérite d'être posée, car c'est le dernier raffinement des despotismes doctrinaux que de renvoyer leurs adversaires dans l'extrémisme.

47Un droit naturel peut-il être interprété comme extrémiste ? La raison s'étonne d'une telle formulation : un droit ne peut être qu'universel, sinon ce n'est pas un droit mais un privilège.

48Universel, tel est le caractère du droit à l'existence et de la liberté chez Robespierre, théoricien des droits naturels de l'homme et du citoyen de son temps, capable de faire avancer la théorie d'un libéralisme humaniste.

Notes

1 Discours sur le Constitution, Convention, 10 mai 1793 dans les Œuvres complètes, t. 9, p. 507. Le lecteur ne trouvera pas le concept d'économie politique à cause d'une coquille. Il apparaît dans la réédition de J. POPEREN, Robespierre. Textes choisis, Paris, Éd. sociales, t. 2, p. 155, mais le titre original du discours a été transformé par l'éditeur. Le mieux est de se reporter à l'original : B.N., Lb 40 753, 1793.

2 S. MEYSSONNIER, La balance et l'horloge. Genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, Éd. de la Passion, 1989 ; "Deux économistes libéraux sous la Révolution : Véron de Forbonnais et l'abbé Morellet" dans Colloque de Vieille. La pensée économique pendant la Révolution française, Grenoble, P.U.G., 1990, p. 109-121.

3 MABLY, "Doutes proposés aux philosophes économistes sur l'ordre naturel des sociétés", 1768 ; "Du commerce des grains", 1775, dans Œuvres complètes, Desbrières, Paris, 1794, t. 11 et 13. Voir aussi Colloque Mably, Vizille, 1991, à paraître.

4 S. MEYSSONNIER, art. cit., p. 120.

5 Voir G. LEFEBVRE, "Sur la pensée politique de Robespierre", 1933 ; "La Révolution française et les paysans", 1932, réed. dans Etudes sur la Révolution française, Paris, P.U.F., 1963, p. 144-148 et 359. Les interprétations de G. Lefebvre ont été reprises ultérieurement sans pour autant être vérifiées ; voir en particulier J. MASSIN, Robespierre, Paris, 1956 ; J POPEREN, dans son édition des textes choisis de Robespierre, op. cit. Toutefois le développement des études agraires et des troubles de subsistance a permis de nuancer ces points de vue. La bibliographie est fort riche, nous nous limiterons à renvoyer à F. GAUTHIER, G.R. IKNI, sous la dir., La guerre du blé au XVIIIe siècle, Paris, Éd. de la Passion, 1988.

6 Discours du 2 décembre 1792 à la Convention dans Œuvres complètes, t. 9, p. 111. Sur Robespierre, la question économique et la loi martiale, voir F. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, P.U.F., 1992.

7 Discoure du 2 décembre 1792, Œuvres complètes, t. 9, p. 111.

8 Ibid., p. 113.

9 Discours du 17 juin 1793, Ibid., t. 9, p. 576.

10 Discours du 2 décembre 1792, Ibid., p. 113 et 115.

11 Projet de déclaration des droits de l'homme et du citoyen, Convention, 24 avril 1793, Ibid., t. 9, p. 464. Pour sa part, F. HINCKER interprète le droit à l'existence chez Robespierre non comme une fin, mais comme un simple moyen, voir "Y eut-il une pensée économique de la Montagne ?" dans Colloque de Vizille. La pensée économique pendant la Révolution, op. cit., p. 213 : c'est toutefois une erreur, car il s'agit bien d'une fin chez Robespierre.

12 On trouvera la même idée, exprimée plus tard, chez K. MARX, en particulier Sur la question juive, trad.
J. M. Palmier, Paris, 1968.

13 Discours du 2 décembre 1792, Œuvres complètes, t. 9, p. 113.

14 Notons qu'une hiérarchisation des droits économiques et sociaux au détriment des droits de l'homme et du citoyen a été introduite, mais plus tard, dans la seconde moitié du XIXe siècle, par des courants nettement économistes. Cette hiérarchisation représente une rupture - mais aussi une régression - par rapport aux théories des droits de l'homme et du citoyen et de la démocratie, élaborées au XVIIIe siècle.

15 Nous avons longuement développé le projet d'ensemble d'économie politique populaire de Robespierre. Nous nous limitons ici à préciser sa signification sur le plan théorique. Voir nos travaux cités infra.

16 La loi martiale fut supprimée sur vote de la Convention le 23 juin 1793. Elle sera rétablie dans le texte même de la Constitution de 1795, à la suite de l'échec de l'expérience d'économie politique populaire de l'an II. Cette dernière ne fut cependant pas complètement détruite. Sur la loi martiale, voir Fl. GAUTHIER, Triomphe et mort du droit naturel en révolution, op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Auteur

Paris VII - I.H.R.F.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540