Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Marat et Robespierre : la rencontre de deux politiques révolutionnaires

Olivier Coquard

Texte intégral

Introduction

1Marat et Robespierre sont deux des trois membres du "triumvirat" dénoncé par les Girondins le 25 septembre 1792 à la Convention. Avec Danton, ils sont accusés de vouloir la dictature et d'avoir orchestré les massacres de Septembre. Leurs noms sont souvent associés par leurs contemporains comme le 16 septembre 1792, au moment même où Marat entre sous le applaudissements au club des Jacobins :

  • 1 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. 4, p. 586.

"Un secrétaire lisait une adresse de la Société de Châtellerault, dans laquelle on demandait de chasser de leur sein Marat et Robespierre"1.

2Robespierre lui-même reconnaît la puissance du lien qui retient son nom prisonnier de celui de Marat ; à une accusation de Louvet, il répond le 5 novembre 1792 :

  • 2 Œuvres Complètes, t. 9, p. 80.

"Un des reproches les plus terribles qu'on m'a faits, je ne le dissimule pas, c'est le nom de Marat"2.

3L'image si prégnante qui associe immédiatement Marat et Robespierre et celle du triumvirat Montagnard hantent la littérature et l'historiographie du XIXe siècle : l'extraordinaire scène du cabaret de la rue du Paon dans Quatre-vingt treize ou l'article "psychologie des chefs Jacobins" publié par Taine dans la Revue des Deux Mondes sont deux des piliers de la tradition triumvirale.

4En fait, les études des parcours individuels de Danton, Marat et Robespierre - comme celles des autres "chefs Jacobins" - ont depuis longtemps fait justice de cette image monolithique. La Montagne, loin d'être un parti homogène, est plutôt un pôle de convergence momentanée pour des individus et des convictions souvent très différents.

5Emblématique des tensions qui ont sans cesse fragilisé la Montagne, est la relation entre Marat et Robespierre. De 1789 à la mort de l'Ami du peuple, elle n'a cessé d'être placée sous le triple signe d'une indifférence personnelle proche de la froideur, d'un désaccord philosophique proche de l'incompréhension et d'une pourtant très réelle solidarité révolutionnaire. Au-delà de la simple description d'une étrange rencontre, il s'agit de poser le plus ample problème de la constitution des alliances politiques.

1. La rencontre de janvier 1792

1. Les faits

6Robespierre, dans son discours du 5 novembre, décrit ainsi sa première rencontre avec Marat :

  • 3 Ibid., p. 80-81.

"Au mois de janvier 1792, Marat vint me voir. Jusques-là, je n'avais eu avec lui aucune espèce de relations directes ni indirectes. La conversation roula sur les affaires publiques, dont il me parla avec désespoir. Je lui dis, moi, tout ce que les patriotes, même les plus ardents, pensoient de lui, savoir qu'il avoit mis lui-même un obstacle au bien que pouvoient produire les vérités utiles développées dans ses écrits, en s'obstinant à revenir sur des propositions extraordinaires et violentes (telles que celle de faire tomber cinq à six cent têtes coupables), qui révoltoient les amis de la liberté autant que les partisans de l'aristocratie. Il défendit son opinion ; je persistai dans la mienne, et je dois avouer qu'il trouva mes vues politiques tellement étroites que quelques tems après, (…) il écrivit en toutes lettres, qu'il m'avoit quitté, parfaitement convaincu que je n'avais ni les vues, ni l'audace d'un homme d'État (…). Depuis cette première et unique visite de Marat, je l'ai retrouvé à l'Assemblée nationale"3.

7La narration de Marat parue dans L'Ami du peuple no 648 du 3 mai 1792, confirme que la rencontre a été plutôt froide :

"Je ne l'ai jamais vu de nos jour qu'une seule fois ; encore cette fois-là notre entretien servit-il à faire naître des idées et à manifester des sentiments diamétralement opposés à ceux que Guadet et sa clique nous prêtent. Le premier mot que Robespierre m'adressa fut d'avoir en partie détruit moi-même la prodigieuse influence qu'avoit ma feuille sur la Révolution en trempant ma plume dans le sang des ennemis de la liberté, en parlant de sac, de corde, sans doute contre mon cœur, car il aimait à se persuader que ce n'étoit là que des paroles en l'air dictées par les circonstances".

8Marat, immédiatement, démontre à Robespierre que ce "scandale" est un choix politique délibéré qu'il est totalement prêt à assumer et à faire passer dans la réalité :

"Robespierre m'écoutoit avec effroi, il pâlit, et garda quelque temps le silence. Cette entrevue me confirma dans l'opinion que j'avois toujours eu de lui ; qu'il réunissait aux lumières d'un sage sénateur l'intégrité d'un véritable homme de bien et le zèle d'un vrai patriote, mais qu'il manquait également et de vues et de l'audace d'un homme d'État".

  • 4 Jacques Roux à Marat, imp. de la Société typographique, Paris 1793, p. 2, B.N. (Ln 27/18057).

9Cette entrevue a donc eu lieu chez les Duplay : ceux-ci sont presque les voisins des sœurs Évrard qui hébergent Marat depuis le mois de décembre 1791, au 243 de la rue Saint-Honoré. Celui-ci, à peu près ruiné, a à ce moment abandonné son journal. Il tente de sortir de son isolement et profite des bons offices de Jacques Roux qu'il charge d'une lettre pour Robespierre4.

2. Les causes

10Marat veut à ce moment-là obtenir du club des Jacobins une aide pour relancer son quotidien ; il a entrepris, par le même canal de Jacques Roux, une démarche similaire auprès du club des Cordeliers. La rencontre de Marat et Robespierre est donc une initiative intéressée de l'Ami du peuple qui espère obtenir le soutien de l'incorruptible aux Jacobins.

11L'enjeu est capital pour l'action politique de Marat ; son journal est sa seule arme. S'il ne trouve pas le soutien des organisations patriotes, c'en est fini de son rôle révolutionnaire. En sortant de chez les sœurs Évrard, il prend d'ailleurs un risque réel puisque la police est toujours à ses trousses ; il adopte selon Jacques Roux le pseudonyme de "M. Legros".

12Robespierre subit plus qu'il ne la souhaite cette rencontre : les narrations s'accordent sur son laconisme face au long plaidoyer de Marat. Il est en train d'imposer son point de vue sur la guerre au sein du club des Jacobins (ses deux discours du 2 et du 11 janvier ont sérieusement affaibli le camp Brissotin). Refusant, dans ce débat dramatique, de suivre Brissot sur le plan économique, il n'a aucun intérêt à s'allier de quelque manière que ce soit avec Marat qui dénonce surtout la guerre comme l'escroquerie des pauvres par les aristocrates. Ainsi, alors que l'accord est évident sur le fond (il faut à tout prix éviter la guerre), la divergence d'analyse rend impossible le rapprochement souhaité par Marat. Celui-ci est, dans le combat mené alors par Robespierre, tout simplement inutile et encombrant.

3. Les résultats immédiats d'une rencontre manquée

13Les Jacobins restent donc insensibles aux arguments de Marat et, sans doute, la fâcheuse impression laissée à Robespierre par son entrevue avec lui n'a-t-elle pas peu contribué à l'échec de sa démarche. En revanche, le club des Cordeliers apporte au mois de mars son soutien enthousiaste à l'Ami du Peuple, dont le journal paraît de nouveau le 12 avril.

  • 5 L’Ami du peuple, no 648, 3 mai 1792.
  • 6 Publié dans Ch. VELLAY, Les pamphlets de Marat, Fasquelle, Paris, 1911, p. 305-308.

14Marat conserve jusqu'à la Convention une solide rancœur à l'égard des Jacobins en général. Mais Robespierre échappe à ce ressentiment : la narration de leur entrevue s'inscrit en conclusion d'un long article destiné à défendre Robespierre contre les offensives de Guadet et Brissot au Club, "tourbillon d'intrigans qu'il avoit la bonhomie de regarder comme de vrais amis de la liberté"5. Que Robespierre soit demeuré dans ce panier de crabes, n'est pour Marat qu'une illustration de son manque de sens politique. La rencontre ne diminue pas l'admiration de Marat pour Robespierre - elle la relativise ; la candidature de Robespierre à la Convention est vigoureusement soutenue par Marat dans son placard Marat l'Ami du peuple aux Amis de la Patrie6 affiché le 30 août 1792.

15Il ne semple pas que cette rencontre ait laissé à Robespierre autre chose qu'un souvenir un peu désagréable. Marat disparaît de son champ de préoccupations jusqu'aux élections à la Convention : alors, sans daigner citer le nom de Marat, Robespierre fait comprendre aux Jacobins qu'il souhaite que Marat soit élu plutôt que Priestley. Le soutien discret mais efficace apporté au club des Jacobins par Robespierre est immédiatement relayé par Chabot qui présente un plaidoyer en faveur de Marat : celui-ci est alors élu le 9 septembre. Malgré leurs divergences et leur antipathie, les deux révolutionnaires se sont épaulés et siègent tous deux avec la Montagne à la nouvelle assemblée. Entre eux, existe, fragile et incontestable désormais, comme une froide solidarité.

2. Les origines d'une froide solidarité

16De cette froide solidarité, les regards croisés des deux hommes rendent compte. Celui de Marat, observateur professionnel des hommes politiques dès le mois de septembre 1789, décèle et définit rapidement le patriotisme de Robespierre, sa grandeur et - plus tardivement - ses limites. Le regard de Robespierre ne se pose sur Marat qu'à partir de 1792. Ce regard reste méfiant, souvent un peu effaré devant la vigueur des propositions révolutionnaires de l'Ami du peuple. Deux regards croisés, donc deux regards différents, surtout, et les fondements politiques de cette différence devront être analysées.

1. Le regard de Marat

17La première mention de "M. de Robers-pierre" intervient le 14 septembre 1789, dès le n° 4 du Publiciste parisien :

"M. de Robers-pierre a ajouté que de courtes législatures auraient l'avantage que le peuple feroit plus souvent l'exercice de ses droits".

  • 7 L’Ami du peuple no 121, 02/06/1790. Voir aussi le Junius français no 1, 02/06/1790 : "M. Robespier (...)
  • 8 A. P., no 139, 20/06/1790, p. 3, no 1 : "La vraie Assemblée nationale se trouve uniquement dans le (...)

18Marat attire ainsi pour la première fois l'attention de ses lecteurs sur ce député, déjà isolé depuis le 26 août à l'Assemblée nationale, mais dont les prises de position sont celles d'un vrai patriote. Le nom de Robespierre ne réapparaît que le 29 décembre sous la plume de Marat qui signale l'intervention du 28 au cours de laquelle le député "a demandé qu'on forçât les intendants, subdélégués et autres comptables à revenir sur les dix derniers comptes" ; mais, par rapport au veto, à la loi martiale, voire au problème de la citoyenneté des comédiens et des juifs, les positions prises par Robespierre à l'Assemblée et par Marat dans son Ami du peuple se rejoignent sans cesse. Parfois, les appréciations divergent - ainsi, l'Ami du peuple no 104 du 21 janvier 1790 évoque-t-il des "arguments plus ou moins solides" développés le 18 janvier par Robespierre pour empêcher que le traitement des ecclésiastiques soit trop élevé. En revanche, il signale son intervention du 31 mai contre le maintien des évêchés inutiles7. Les mentions de Robespierre, dans ce mois de juin où sont débattus la Constitution civile du clergé et le problème de la guerre, se font plus nombreuses : le 7 juin, Marat le mentionne parmi les "patriotes judicieux" avec Duport, d'Aiguillon, Lameth, Pétion et Barnave. A partir de ce moment, Robespierre est constamment cité en exemple parmi les "dignes chefs" du parti patriotique8. Dans L'Ami du peuple du 7 juillet se trouve le premier éloge individuel de Robespierre, dont le "cinglant persiflage sur le prétendu patriotisme de cet odieux personnage" qu'est Albert de Rioms - et Marat est un connaisseur - et dont la tentative pour empêcher l'armement des vaisseaux français sont salués ; il est désormais le "sage Robespierre". Cet hommage est d'ailleurs récompensé : le 2 août, Robespierre tente d'empêcher la condamnation du pamphlet de Marat C'en est fait de nous au nom de la liberté de la presse. Un long éloge de Robespierre encore le 23 mars 1791 : en effet, il est incontestablement devenu, aux yeux de Marat, le plus pur des patriotes. Son discours du 10 juin à l'Assemblée nationale sur les officiers des troupes de lignes n'est soutenu ni par Pétion, ni par Buzot - mais Marat en publie l'essentiel dans L'Ami du peuple du 13 juin. Et lorsque, le 21 au soir, Robespierre fait au club des Jacobins "le procès à toute l'Assemblée nationale" après la fuite du roi, Marat croit avoir trouvé une seconde voix, au point qu'il présente ainsi son numéro du 9 juillet :

"Tourmenté d'une migraine violente qui m'ôte la faculté de penser, je prends le parti de mettre aujourd'hui sous vos yeux le superbe discours de Robespierre à la tribune des Jacobins le surlendemain de la fuite des Capets".

  • 9 A.P. no 565, 03/10/1791.
  • 10 A. P. no 589, 03/11/1791, p. 7.

19En Robespierre, Marat a reconnu un autre grand dénonciateur de traîtres et de comploteurs, soupçonnant leur présence jusque dans les rangs des plus chauds patriotes. Il est heureux d'entendre les bravos que lui adresse le peuple lorsque se clôt la dernière séance de l'Assemblée nationale constituante9. Lorsque la Législative se réunit, il en scrute les orateurs et présente fièrement Isnard comme "le Robespierre de cette législature"10.

20Le patriote intransigeant, le brillant orateur, le défenseur de la liberté de la presse, le pourfendeur des traîtres et des corrompus, celui qui a su gagner la confiance du peuple, telles sont les facettes du Robespierre que Marat souhaite enfin rencontrer au mois de janvier 1792.

2. Le regard de Robespierre

21Robespierre de son côté n'a guère évoqué Marat qu'à deux reprises à ce moment : le 2 août 1790 à l'Assemblée et le 2 février 1791 au club des Jacobins. Dans les deux cas, il s'agit de défendre non pas Marat mais bien la liberté de la presse. Le 2 août, Robespierre tente de s'opposer à l'interdiction du C'en est fait de nous, pamphlet réclamant violemment une épuration des administrations et des comités : le 2 février, Voidel, jacobin auteur d'un rapport au Comité des recherches contre un article de Marat, doit subir les assauts successifs de Lameth et Legendre avant que Robespierre ne prenne la parole, ici rapportée dans les Révolutions de France et de Brabant :

  • 11 Révolutions de France et de Brabant, no 63, p. 484.

"Robespierre, seul membre de l'Assemblée nationale, à qui le sévère Marat n'eût point donné la poule (boule, sans doute ?) noire, prit aussi sa défense. Il a fait sentir l'absurdité du crime que le président des recherches imputoit à Marat, de s'entendre avec les Anglois (…) ét puis il y avoit en faveur de Marat, ce moyen qui milite si fortement pour tous les écrivains patriotiques : si l'Ami du peuple est extrême et colérique, au moins c'est dans le sens de la Révolution"11.

22Dans sa narration de la rencontre de janvier 1792, Robespierre rappelle le pamphlet C'en est fait de nous dans lequel Marat réclame effectivement cinq à six cents têtes. En fait, il reconnaît dès 1791 le patriotisme de Marat, mais ne saurait souscrire à ses appels à l'insurrection et à l'exécution des ennemis du peuple. En même temps, il reconnaît l'utilité révolutionnaire de Marat, dans le discours rapporté par Desmoulins comme dans la narration de sa rencontre avec Marat. Il y a donc un regard ambigu de Robespierre sur Marat : pour lui, l'Ami du peuple est un journaliste révolutionnaire incontestable, dont l'audience est "prodigieuse" et donc utile ; en même temps, il est aussi un danger politique à la fois sur le plan de l'image et sur le plan du programme.

23Robespierre ne peut donc accepter de rencontrer le regard de Marat que par nécessité politique. Une nécessité plus forte que ses convictions.

3. La nécessité contre les convictions

24Robespierre a présenté sa vision de la Révolution à de nombreuses reprises après la mort de Marat, alors qu'il est au cœur de la lutte contre les Indulgents, il l'expose par exemple le 17 pluviôse à la Convention.

"Quel est le but où nous tendons ? La jouissance paisible de la liberté et de l'égalité ; le règne de cette justice éternelle, dont les lois ont été gravées, non sur le marbre et sur la pierre, mais dans les cœurs de tous les hommes, même dans le cœur de l'esclave qui les oublie et dans celui du tyran qui les nie".

25Robespierre décrit ensuite cet homme idéal qui peuple la France régénérée. La cité idéale de Robespierre se nourrit du Contrat social, de Montesquieu et d'une lecture attentive des jusnaturalistes. Elle se constitue au cours de la Révolution - Robespierre n'y arrive pas, comme Marat, avec "des idées toutes faites" - et n'est souvent exposée que comme une explication politique à des mesures répressives ; le 17 pluviôse, il s'agit de la lutte contre les Indulgents.

  • 12 O. COQUARD, "La politique de Marat", A.H.R.F., 1991/3, p. 325-351.

26Or, alors que ces mesures sont en pleine harmonie avec les thèses maratistes de la pratique révolutionnaire, Marat n'inscrit jamais aussi nettement cette pratique dans une perspective téléologique. La Révolution n'a pas de fin selon Marat puisque la liberté ne sort que "des feux de la sédition". Les mesures extrêmes auxquelles se résout Robespierre sont, chez Marat, la condition de la liberté. La cité idéale de Marat n'est pas un type de gouvernement précis : elle est un type de relation sociale et de contrôle politique, susceptibles d'exister dans une monarchie comme dans une république12. Ainsi, ce qui est moyen politique et triste nécessité pour Robespierre, est principe vital chez Marat. D'où sans doute l'ambiguïté de leur alliance politique.

27Ce qui rend celle-ci également ambiguë, c'est le décalage entre les valeurs défendues par les deux hommes. Dès 1789 avec le Projet de Constitution juste, sage et libre, Marat pose clairement la question sociale. Beaucoup plus que Robespierre sans doute, il est attentif aux réalités des exigences très matérielles du peuple. Le droit à la subsistance est pour lui l'un des droits naturels de l'homme, droit supérieur à celui de propriété par rapport auquel il reste discret tout au long de sa carrière. Robespierre place son combat politique sur un terrain beaucoup plus moral que Marat. Ce grand rapport du 17 pluviôse n'évoque absolument pas la question sociale, sinon pour dénoncer la manipulation des plus misérables par les contre-révolutionnaires. Jean Massin a fort bien perçu cette divergence de fond entre les deux hommes.

28Leur alliance n'est donc qu'une alliance imposée par la nécessité révolutionnaire. L'Ami du peuple, pour Robespierre, peut être une arme utile pour imposer la cité idéale qu'il appelle de ses vœux ; L'Incorruptible, pour Marat, est un modèle de vertu et de rectitude politique.

3. Le moment conventionnel

29La Convention et le club des Jacobins sont, à partir de septembre 1792, les lieux essentiels de leur combat commun. Ils luttent côte à côte contre les mêmes ennemis, sans que jamais leur relation devienne une fraternité d'armes.

1. La froideur de l'incorruptible

30Cette froideur constante se manifeste à de nombreuses reprises. La séance du 25 septembre 1792 en est un exemple célèbre : Robespierre, à cette occasion, après Danton, laisse la colère des Girondins se porter sur le seul Marat qui sait, à la fois par son extraordinaire aplomb et par son sens du théâtre, échapper aux foudres des Girondins. Le texte dans lequel Robespierre raconte son entrevue avec Marat est un autre exemple de la distance qu'il tient à conserver vis-à-vis de l'Ami du peuple. Le 13 avril 1793, à l'initiative de Camille Desmoulins, une cinquantaine de députés montagnards se lève et vient signer par solidarité l'adresse des Jacobins qui a permis de faire décréter Marat d'accusation. Robespierre se lève aussi, se ravise et revient à sa place. Enfin, à la mort de l'Ami du peuple, Chabot peut accuser l'incorruptible d'être jaloux des mesures décidées pour honorer la mémoire du tribun - en particulier la panthéonisation - car Robespierre, effectivement, montre à l'égard de ces mesures une bien étrange réserve.

31Aux Jacobins, les relations ne sont pas plus qu'à la Convention exemptes de tensions ; ainsi, le 26 avril 1793, alors que Basire vient de proposer que la Société demande aux ministres la liste des commis des bureaux ministériels, a lieu l'échange suivant :

  • 13 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. 5, p. 155.

"ROBESPIERRE. Je dis qu'il est des ministères avec lesquels la Société ne doit avoir aucun commerce, aucune correspondance. On peut obtenir cette liste par le canal des employés patriotes qui sont dans les bureaux. J'ajouterai une observation décisive, c'est que la réforme des employés suspects dépend du Comité de Salut public, car son premier soin doit être d'épurer toutes les administrations.
MARAT. Le motif que le préopinant vient d'alléguer me paraît frivole, car un patriote pur pourrait communiquer avec le diable. Nous dirons aux ministres : "Nous vous demandons la liste de tous les employés pour être à portée de vous indiquer quels sont ceux que l'intérêt public vous permet de conserver.
ROBESPIERRE. Je réponds à cela qu'on peut prendre cette mesure avec les ministres reconnus patriotes : quant aux autres, il faut commencer par les chasser, au lieu de correspondre avec eux.
(La proposition de Marat, avec l'amendement de Robespierre, est adoptée.)"13.

32Marat a donc, au sein du club, acquis une autorité suffisante pour pouvoir imposer son point de vue malgré l'opposition de Robespierre. Certes, il vient d'être porté en triomphe à la Convention ; certes aussi, il a été juste auparavant président du club. Mais ce sont précisément ces éléments qui permettent de comprendre partiellement les réticences de Robespierre : il craint sans doute que Marat ne le déborde. L'ambition personnelle est moins importante pour expliquer cette crainte que le désaccord fondamental entre les deux hommes sur les objectifs de la Révolution.

33Pourtant, à l'épreuve de la Convention, Marat constitue autour de lui un groupe d'amis qui sont aussi, souvent, ceux de Robespierre. Augustin, sans faire de reproche à son frère, ne tarit pas d'éloges sur Marat qui vient d'être assassiné. Desmoulins lui-même, dès le mois de novembre 1792, reconnaît que "Marat croît chaque jour en sagesse et en modération". Le nombre et l'influence de ces intermédiaires montrent que non seulement la rumeur malveillante, mais aussi le militantisme révolutionnaire, imposent le rapprochement politique - sinon humain - entre les deux hommes.

2. Des combats communs

34Plus nombreux que les moments où se manifestent leurs divergences ont en effet été leurs combats communs. Ils ont associé leur influence pour combattre trois ennemis : le roi, les Girondins et les Enragés.

35Au cours du procès du roi, l'intervention principale de Marat a imposé aux conventionnels le vote personnel de la sentence. Il y a comme un partage tacite des tâches entre Marat, Robespierre et Saint-Just : à Marat revient le contrôle technique de la procédure, une mission dont il s'acquitte avec scrupule, de l'ouverture de l'armoire de fer à l'organisation des votes ; Robespierre et Saint-Just se chargent des questions théoriques et du fond du dossier d'accusation. Premier combat commun, qui permet la condamnation et l'exécution de Louis XVI en même temps qu'il constitue la première lourde défaite des Girondins à la Convention.

36Les Girondins : se sont les ennemis contre lesquels Marat bataille tout le temps qu'il siège à la Convention. Dans cette lutte, Robespierre épaule parfois Marat. L'action des deux hommes est particulièrement coordonnée au moment du 2 juin, qui consacre la victoire de la Montagne.

  • 14 A. SOBOUL, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II (1793-1794), Paris, éd. (...)
  • 15 Je renvoie, pour ceci, à ma thèse, Marat, biographie d’un homme des Lumières devenu l’Ami du peupl (...)

37Plus significatif encore, leur combat commun en février et en juillet 1793 contre les Enragés. Albert Soboul a montré dans sa thèse comment l'alliance, cette fois réelle et sans doute concertée, des deux tribuns a privé l'initiative des "Jacqueroutins" de toute légitimité révolutionnaire14. En février 1793, Robespierre et Marat vont ensemble imposer aux pétitionnaires refoulés de la Convention le retour au calme. En juillet, Robespierre bloque complètement Jacques Roux aux Jacobins tandis que Marat le dénonce au peuple, dans le Publiciste de la République française, comme un agent de la contre-révolution15. Si l'hostilité de Robespierre se comprend sans peine, le revirement de Marat à l'égard de Jacques Roux, qui a hébergé Marat et se surnomme le "petit Marat", est beaucoup plus surprenante. Dans cet hallali contre les Enragés, c'est Marat qui donne le "coup de grâce", laissant par sa maladie qui le cloue chez lui et par sa mort quelques jours après, le champ libre au pouvoir de l'incorruptible.

3. L'Incorruptible et l'Ami du Peuple

38En conclusion, il apparaît que la rencontre, puis la route commune un moment empruntée par Marat et Robespierre, fut bien celle de deux conceptions très différentes de la Révolution, autant que celle de deux personnalités parfaitement inconciliables. En même temps, l'association d'un homme de plume remarquablement lucide et méfiant et d'un tribun à l'influence exceptionnelle fut celle de deux forces complémentaires. C'est à Victor Hugo qu'appartient sans doute, en revenant dans cette optique sur l'image fantastique du triumvirat Robespierre-Danton-Marat, le mot de la fin :

  • 16 Reliquat de Quatre-vingt treize, t. 9 de la série Romans des Œuvres Complètes, Paris, Imprimerie N (...)

"Pourquoi de tels hommes ?
Pourquoi Robespierre, Danton et Marat ?
Certaines heures veulent certains hommes. En 93, il y avait trois courants ; il y avait trois peuples dans le peuple : le peuple qui suivait Robespierre, le peuple qui suivait Danton, le peuple qui suivait Marat.
Le peuple qui suivait Robespierre, c'était le peuple. Robespierre incarnait l'être abstrait, le Peuple, créé par la Révolution en regard de l'être vivant, l'Homme. (…) Le peuple portait dans ses entrailles ce fœtus, l'avenir. Robespierre était son précurseur. Il aima Robespierre comme le matin aime son étoile. (…) Le peuple qui suivait Marat, c'était la populace.
La populace. Création difforme de la société. Fille sourde de cette mère aveugle. Lie de ce pressoir.
Tous les êtres frappés de la damnation sociale, toutes les faiblesses ayant sur leur chair une meurtrissure d'inégalité, toutes les misères d'invention humaine, (…) tout cela suivait Marat. Tout cela grondait quand Marat sifflait, haïssait quand il dénonçait, et, quand Marat tonnait, foudroyait. Tout cela, tant que Marat vécut, le fit infernal, et quand il fut mort, le déclara divin"16.

39L'alliance de la misère et de l'utopie - n'est-ce pas là l'un des ressorts de la Révolution ?

Notes

1 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. 4, p. 586.

2 Œuvres Complètes, t. 9, p. 80.

3 Ibid., p. 80-81.

4 Jacques Roux à Marat, imp. de la Société typographique, Paris 1793, p. 2, B.N. (Ln 27/18057).

5 L’Ami du peuple, no 648, 3 mai 1792.

6 Publié dans Ch. VELLAY, Les pamphlets de Marat, Fasquelle, Paris, 1911, p. 305-308.

7 L’Ami du peuple no 121, 02/06/1790. Voir aussi le Junius français no 1, 02/06/1790 : "M. Robespierre a demandé la suppression des archevêques et des cardinaux, l’élection des curés et des vicaires par le peuple, le mariage des prêtres et le traitement des curés et vicaires conformément au plan de M. l’abbé d’Expilly".

8 A. P., no 139, 20/06/1790, p. 3, no 1 : "La vraie Assemblée nationale se trouve uniquement dans le parti patriotique, dont les Lameth, les Barnave, les Robespierre, les d’Aiguillon, les Duport, les Pétion de Villeneuve, etc., se sont montrés jusqu’ici les dignes chefs". Robespierre se trouve en troisième position dans cette liste, alors que, le 7 juin, il n’était placé qu’au 5e rang. Le reclassement n’est peut-être pas sans signification.

9 A.P. no 565, 03/10/1791.

10 A. P. no 589, 03/11/1791, p. 7.

11 Révolutions de France et de Brabant, no 63, p. 484.

12 O. COQUARD, "La politique de Marat", A.H.R.F., 1991/3, p. 325-351.

13 A. AULARD, La Société des Jacobins, t. 5, p. 155.

14 A. SOBOUL, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II (1793-1794), Paris, éd. abrégée Flammarion, 1972.

15 Je renvoie, pour ceci, à ma thèse, Marat, biographie d’un homme des Lumières devenu l’Ami du peuple, Université de Paris 1, 1993, chap. X.

16 Reliquat de Quatre-vingt treize, t. 9 de la série Romans des Œuvres Complètes, Paris, Imprimerie Nationale, 1924, p. 401-403.

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540