Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

2. Un législateur dans la Révolution : principes et stratégies

Poursuivre la Révolution : Robespierre et ses amis à la Constituante

Edna Hindie Lemay

Texte intégral

  • 1 A. P., t. 28, p. 243.

1Le 13 juillet 1791, quelques députés à l'extrémité gauche de l'Assemblée nationale se distinguent de leurs collègues du même côté par leurs applaudissements particulièrement enthousiastes. Ce sont les "factieux" qu'un député noble d'Aix-en-Provence accuse d'être "des gens sans talent qui attaquent notre Constitution"1. André avait tort, car leurs chefs, Robespierre et Pétion, se sont forgé des rôles politiques importants ayant compris, depuis un certain temps, qu'il fallait poursuivre la Révolution si l'on voulait rester fidèle aux principes proclamés deux ans plus tôt.

  • 2 A. P., t. 8, p. 29-30.

2N'est-ce pas Malouet qui, dans la chambre des communes le 7 mai 1789, avait choqué son auditoire en disant : "Les représentants des ordres privilégiés ne sont-ils pas les premiers en rang dans l'ordre de nos députations, comme dans la hiérarchie nationale que nous avons tous l'obligation de maintenir ?"2. Cet esprit de complaisance envers la noblesse, aussi justifié qu'il puisse paraître au député à la poursuite de la conciliation des ordres, ne lui sera jamais pardonné. En effet, s'il est vrai que de nombreux députés, ceux que les biographes appellent la "majorité obscure", acceptent une certaine hiérarchie, sans laquelle toute vie en société serait impossible, ils la voulaient fondée sur le mérite et non sur la naissance. Les autres, plus radicaux, rêvent d'une république d'égaux.

3Réunir les trois ordres, sans détruire toutes les barrières sociales héritées du passé, était en grande partie le dilemme de la Révolution de 1789. Les députés du Tiers État ont réussi la première étape en juin ; puis en août, l'Assemblée nationale a supprimé les privilèges du passé et déclaré les droits de l'homme. Mais la suite, élaborer la nouvelle constitution, sous laquelle tous (anciens privilégiés et nouveaux citoyens) devaient vivre en liberté et en égalité, posait des questions plus complexes. On ne renverse pas d'un jour à l'autre les habitudes des siècles au cours desquels les nobles n'étaient pas tous riches et dominants, et les membres du Tiers État n'étaient pas tous pauvres et maltraités. Le va-et-vient entre les ordres avait eu lieu et des amitiés particulières avaient lié les divers groupes.

4Ce commerce entre les ordres continue pendant les premiers mois de la Constituante quand les députés s'appliquent au long et minutieux travail constitutionnel sous la présidence, le plus souvent, des anciens ordres privilégiés : plus de la moitié des présidents de l'Assemblée sont des nobles. La convocation à Versailles permet l'éclosion d'un patriotisme national au sein du Tiers État devenu conscient de sa force : le déplacement à Paris bouscule les premières habitudes prises et soumet les députés à des nouvelles influences. Non seulement la capitale récupère son roi, le dépouillant du faste royal de Versailles, mais le peuple surveille de plus près les travaux parlementaires, les journaux rapportent plus rapidement les dernières informations, et les cafés et autres lieux de rassemblement permettent de nouvelles rencontres entre les députés et les citoyens. A la longue, Paris démocratise la Révolution commencée à Versailles.

5Au cours de la Constituante, il y avait une présence quotidienne d'environ 700 personnes sur les 1200 convoqués. Selon le comptage des votes, les listes des députés de droite et des clubs, on peut avancer le chiffre moyen de 280 députés dans la minorité et 420 dans la majorité. Chaque vote divisait l'Assemblée en deux, mais cachait les véritables différences d'opinion, ainsi que les noms des votants, sous le prétexte de montrer une seule façade au public : celle de l'unanimité.

  • 3 E. H. LEMAY, "Pourquoi le Club breton au printemps 1789 ?" Région, Nation, Europe, Unité et divers (...)
  • 4 D. L. WICK, A Conspiracy of well-intentioneld men, the Society of Thirty and the French Revolution(...)

6À défaut de partis politiques dans le sens moderne du terme, avec un programme défini d'avance, beaucoup de groupes se rencontrent dès la convocation des États généraux. Après la déclaration du parlement de Paris, le 25 septembre 1788, demandant des États généraux dans les formes de 1614, deux groupes de personnes se rassemblent, soit pour mener un combat politique contre les ordres privilégiés, soit réfléchir sérieusement sur l'avenir politique du pays. Le premier groupe, ce sont les membres du Tiers État breton dont l'expérience militante, pendant l'automne et l'hiver 1788-89, les prépare pour la lutte politique à Versailles où ils ont la consigne de continuer à se réunir3. Le second groupe comporte environ une cinquantaine des membres de la noblesse libérale et quelques membres du Tiers État se réunissant chez Adrien Duport dans le Marais à partir du mois de novembre 1788. Ils examinent des projets de réforme politique et, grâce à un réseau de correspondance avec des sympathisants en province, essaient de promouvoir leurs idées4. A Versailles, les membres de ces deux groupes se rencontrent au club Breton, futur club des Jacobins, qui établira son propre réseau de correspondance.

  • 5 Parcourons cette dissolution dans les écrits de l’époque. Le 7 mai 1789, Nairac écrit : "les propo (...)
  • 6 Ami des Patriotes, vol. I, no 11 du 4 décembre 1790, p. 21-46.

7Les Jacobins représentent environ la moitié (212) des députés de la majorité à la fin de 1790 ; lors du schisme en juillet 1791, trois quarts (176) de ces députés passent aux Feuillants où leur nombre double (351). Cette augmentation montre que les tensions étaient vives au sein de la majorité, les plus radicaux se distinguant des plus nombreux modérés. Depuis un an, la lutte entre la droite et la gauche (essentiellement noblesse vs Tiers État) était moins importante pour la Révolution en cours que la lente dissolution de l'unanimité au sein de la majorité5. L'Assemblée est divisée en plusieurs groupes extrémistes et centristes, reflétant l'image politique de la capitale. En décembre 1790, L'Ami des Patriotes décrit deux groupes dans la "minorité" et trois groupes dans la "majorité" : les Jacobins, les membres de la Société de 1789 et la "véritable" majorité (ceux n'appartenant à aucun club)6. À partir du printemps 1791, le bureau des Jacobins passe des mains de la noblesse libérale et du Tiers État modéré, cherchant à stabiliser la Révolution, aux mains d'un groupe voulant consolider le pouvoir législatif (Gaultier-Biauzat, Prieur, Royer, Pétion, Roederer).

8Paris donne sa chance à Robespierre. Pourtant, il parcourt un long chemin avant de devenir l'homme politique le plus important et, sans doute, le plus subversif, à la fin de la Constituante. En sortant de la salle du Manège après la clôture de l'Assemblée nationale, le 30 septembre 1791, les parisiens ont acclamé "leurs héros" : Pétion et Robespierre. Qu'ont-ils compris, ces deux Constituants et leurs amis proches, Buzot et Prieur, que n'ont pas compris les autres députés ? Est-ce qu'une monarchie "républicaine" n'est pas viable en France à la fin du siècle des Lumières ? Ou les idées abstraites soulèvent-elles plus facilement l'enthousiasme des peuples que les projets de réforme des structures gouvernementales ? Ou, tout simplement, sont-ils contre toute forme d'élitisme, qu'elle soit des riches, des intellectuels de l'époque ou même des groupes dominants au sein de l'Assemblée nationale ?

  • 7 J. M. THOMPSON, Robespierre, Blackwell, 1988, (1ère édition 1935), p. 125: The despatches of Earl (...)

9Lord Gower, l'ambassadeur anglais en poste à Paris, a peut-être deviné juste lorsqu'il écrit qu'un petit groupe de quatre députés était en train de comploter en vue de "l'annihilation totale de la monarchie, aussi limitée qu'elle soit" les quatre nommés sont : Robespierre, Pétion, Buzot et Prieur ; la dépêche était daté du 15 avril 17917.

Les hommes

  • 8 Lors des élections en 1789, Briois de Beaumetz adopte une position conservatrice et, pendant la pr (...)

10Robespierre arrive aux États généraux après une expérience de sept ans comme avocat à Arras. Il avait gagné des procès pour Buissart, chez qui il travaillait. Il avait aussi subi des revers : au début de 1787, le conseil d'Artois lui infligea un blâme humiliant et, en 1788, Briois de Beaumetz,8 président du conseil d'Artois, ne l'invita pas aux réunions hebdomadaires d'avocats discutant des projets de réforme. La réputation acquise par Robespierre avant son départ d'Arras était fondée sur sa dénonciation des États d'Artois, luttant pour conserver leurs privilèges, et sur sa défense des plus vulnérables. En 1789, il avait publié A la nation artésienne, sur la nécessité de réformer les Etats d'Artois et rédigé le cahier de doléances des savetiers mineurs, la corporation la plus pauvre de la ville.

11À Versailles, Robespierre descend à l'hôtel du Renard avec trois collègues cultivateurs. Élu 5e sur 8 députés, il est le benjamin de la députation du Tiers État du bailliage d'Arras, qui comprend aussi un fermier, un négociant-banquier, un avocat et un greffier. Aucun de ces sept députés n'a joué le moindre rôle dans les discussions parlementaires, contrairement aux deux nobles qui, comme Robespierre, sont parmi les grands et les plus jeunes orateurs de la Constituante : Briois de Beaumetz et Charles de Lameth. Un troisième jeune collègue, le marquis de Croix, joue un rôle assez actif pendant les débats, dans un cas soutenant une motion de Robespierre pour libérer les prisonniers détenus par lettres de cachet. En raison de ses talents professionnels et de sa conscience des injustices de l'époque, Robespierre aurait pu et aurait dû collaborer avec ses collègues nobles et réformistes. La seule amitié, contractée peut-être pendant les premiers mois, est avec Charles de Lameth, qui le soutient souvent dans les débats.

  • 9 Ils iront à l’hôtel de Berlin, 6 rue Saint-Guillaume dans le faubourg Saint-Honoré.
  • 10 Cette solution était aussi la moins chère, car à présent, il envoie presque la moitié de son trait (...)

12À Versailles, le café Amaury est à mi-chemin entre les logements de Robespierre et de Mirabeau. Dès le 28 avril 1789, c'est le lieu de rendez-vous des nombreux députés bretons ainsi que d'autres que Robespierre rencontre. En octobre, il profite du transfert à Paris pour se séparer de ses collègues cultivateurs9 et se rendre seul à la rue de Saintonge, dans le Marais où il prend un petit logement au 3e étage10.

  • 11 Environ 300, dont nous connaissons les noms.
  • 12 A 23 ans en 1781.
  • 13 Barère, Bergasse, Boissy d’Anglas, Démeunier, Dupont de Nemours, Malouet, Pétion, Roederer, Sieyès

13Robespierre est un des nombreux députés11 ayant fréquenté la capitale avant 1789 ; dans son cas, pour faire des études grâce à une bourse. Toutefois, il avait quitté Paris très jeune,12 et contrairement à d'autres députés actifs à l'Assemblée nationale,13 il n'a pas eu l'occasion ou les moyens de fréquenter des salons, loges maçonniques ou clubs parisiens où l'on discute des projets de réforme. Ainsi, il ne semble pas avoir fait des connaissances profitables, qui l'auraient préparé à son futur rôle politique, sauf la rencontre avec Camille Desmoulins au collège Louis-le-Grand. Grâce à cet ami et à son journal, Robespierre deviendra tôt le héros du peuple, défendant sa cause dans tous ses discours.

  • 14 A. P., t. 17, p. 41, 10 juillet 1790 : la parole lui est coupée lorsqu’il insiste à parler après l (...)
  • 15 E. H. LEMAY, Dictionnaire des Constituants 1789-1791, avec la collaboration de C. FAVRELEJEUNE, la (...)

14À l'Assemblé nationale, il fallait qu'il soit convaincu de sa "mission" comme député, redresseur des torts de l'Ancien Régime, pour s'affirmer comme orateur vis-à-vis des vedettes douées et très tôt remarquées, comme Barnave et Mirabeau. "Tribune du peuple" est l'épithète qu'on lui accorde et plusieurs fois, l'Assemblée refuse de l'écouter ou lui coupe la parole14. Dans l'ensemble, toutefois, cette insistance à parler est payante. Robespierre réussit à faire partie, non seulement des 149 orateurs qui interviennent "souvent", mais à l'intérieur de ce groupe, il est un des 53 orateurs qui parlent "très souvent"15.

  • 16 Sauf exception. Creuzé-Latouche raconte (16 juin 1789) que Robespierre "s’est récrié sur ce que, d (...)
  • 17 F. A AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889, t. I, p. 188, "Trahison contre l’Etat ou les Ja (...)
  • 18 P. L. ROEDERER, "Portrait de Robespierre", Oeuvres, t. 3. Paris, 1854, p. 267-271.

15Pendant les premiers mois, son nom est rarement mentionné de façon significative dans les correspondances de ses collègues ou les journaux16. En juin 1790, dans un pamphlet très anti-Jacobin, son nom ne figure pas parmi "les ennemis de tout ordre"17. A la fin de la Constituante, il est franchement détesté par des députés modérés, mais moins importants tels que Bouchette et Maupetit. Robespierre dérange les hommes d'une certaine maturité (les deux députés ayant plus de 45 ans), assurés d'une place dans la société. Dans l'Assemblée, il n'est secrétaire qu'une fois (26 juin 1790), jamais président et n'entre dans aucun comité : pourquoi ? Les autres députés n'ont-ils pas voulu de lui ? ou est-ce lui qui aurait voulu rester en dehors du travail législatif en groupes restreints pour mieux le critiquer en assemblée générale, comme il le fera pendant le dernier semestre de la Constituante ? Dans le portrait peu flatteur (et sans doute très exagéré) de Robespierre, brossé des années plus tard, Roederer écrit : "Il est de fait que jamais il ne se mesura avec personne, que toujours il se tenait à côté de la question, et ne s'attachait qu'à l'adversaire"18.

  • 19 E. H. LEMAY, "Le prosélytisme de Robespierre", A. H. R. F., juil. - sept. 1981. p. 390-404.
  • 20 P. L. ROEDERER, op. cit., p. 269.
  • 21 J. S. LOYSEAU, Avis fraternel à M. Robespierre, Paris, 1792, 22 p., B.N. Lb39/5919, p. 6.

16L'Ancien Régime s'était maintenu jusque-là en permettant aux diverses couches sociales de viser à une petite amélioration de leur sort ; pour assurer la survie de la Révolution, il fallait que le nouveau régime promette plus. En faisant constamment appel au "peuple", aux couches sociales les plus défavorisées, Robespierre montre qu'il n'y a pas de fin à une révolution sociale. "Voix dissonante" de l'Assemblée constituante,19 son activité principale était la préparation des discours, laissant le travail proprement parlementaire des comités à ses collègues. Si au début, c'était par pur accident qu'on ne faisait pas appel à sa collaboration aux comités, par la suite on n'osait plus car sa place était à la tribune : "Jamais il n'aurait fixé l'attention de l'Assemblée s'il n'eût fixé celle des tribunes ; et jamais il n'eût obtenu celle-ci sans la jonglerie du prophétisme…"20. Roederer écrivait des années plus tard. Un autre contemporain, Jacobin aussi, lui fit le même reproche dans une lettre publiée le 12 mai 1792 : "Vous êtes arrivé au point de tout dire, de tout faire, de tout oser sans rien craindre, parce que vous avez la multitude en votre faveur"21.

17Buzot, Prieur et Pétion semblent avoir eu une jeunesse moins solitaire que Robespierre. Ils ont fait leurs études de collège en province avant de partir à Paris, soit pour faire du droit, soit pour effectuer un stage ou prêter le serment d'avocat. De deux ans plus âgé que Robespierre, Pétion est un des 18 députés du Tiers État ayant une expérience au service du gouvernement comme subdélégué de l'intendant à Chartres. Cette fonction ne l'empêche pas de fréquenter la capitale, y rencontrant son ancien ami de collège, Brissot. Il défendra les idées de ce dernier à l'Assemblée nationale, notamment comme membre de la société des Amis des Noirs. Brissot le fera connaître auprès du public parisien par les nombreuses mentions de ses discours dans Le Patriote Français.

  • 22 G. LAURENT, Notes et souvenirs inédits de Prieur de la Marne, Paris, 1912, vol. I.
  • 23 J. HERISSAY, Un Girondin, François Buzot. Paris, 1907, p. 40.

18Du même âge que Pétion, Prieur avait fait son droit à Reims (1772-1775) où il a probablement rencontré Brissot et Condorcet, ainsi que des futurs Constituants tels que Dubois-Crancé et Guillotin. Il se rend à Paris en 1776 pour son serment d'avocat22. Le benjamin des quatre députés, Buzot, est d'un milieu aisé. Il fait son droit à Paris (1782) où il plaide pendant quelque temps avant de revenir, poursuivre sa carrière à Evreux (1784) où il est élu échevin (1787). Sa femme est riche et attachée à la famille du garde des sceaux, Barentin, à qui elle annonce l'élection de son mari comme député. Ainsi, les Buzot ont une introduction à la société de Versailles lors de leur arrivée en 178923.

  • 24 A. P., t. 8, p. 146.

19Aux États généraux, contrairement à Robespierre, les trois députés occupent des fonctions dans les bureaux. Noté dès les premiers jours pour l'éloquence de son discours par son aîné, Gaultier-Biauzat, Buzot est rapporteur du 2e bureau. Après le 3 juillet, Pétion est secrétaire du 5e bureau et Prieur du 23e, présidé par le duc d'Orléans. Buzot et Pétion se manifestent dès la fin de la séance royale du 23 juin, quand, avec Garat aîné et Grégoire, ils appuient la déclaration de Sieyès : "Messieurs, nous sommes aujourd'hui ce que nous étions hier. Délibérons"24.

20Les trois députés sont parmi ceux qui siègent dans plusieurs comités (en dépit du règlement) : Buzot dans trois, Prieur dans quatre et Pétion dans cinq. Ils entrent, dès le 19 juin 1789, chacun dans un des deux comités s'occupant de l'organisation du travail parlementaire (Rédaction et Vérification), l'élection se faisant par l'intermédiaire des 20 bureaux dans lesquels la chambre des communes est divisée. Pétion est au premier comité de Constitution (6-14 juillet 1789) ; lui et Buzot sont au comité des Recherches, et Prieur au comité des Rapports (1789-1790). Ainsi, les trois sont peut-être mieux informés que Robespierre de l'esprit public de cette première année de la Révolution. En 1790, Pétion siège au comité d'Avignon (adjoint le 7 août) ; Prieur fait partie des comités de Mendicité (21 octobre 1790) et des Monnaies (1 août 1791) : des comités spécialisés mais de moindre importance politique. Buzot et Pétion sont adjoints (23 septembre 1790) au comité de Constitution pour la Révision, le plus important des comités à la fin de la Constituante.

  • 25 Demeunier, Fréteau, Le Chapelier, Rabaut Saint-Etienne, Talleyrand et Target passent du secrétaria (...)
  • 26 M. R. MAUPETIT, "Lettres", Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, (E (...)

21Au bureau de l'Assemblée nationale, le rôle de Pétion est plus important que celui de Buzot ou de Prieur. Il est élu secrétaire le 3 août 1789 et président en décembre 1790, bien que d'autres députés passent du secrétariat à la présidence plus rapidement25. On peut expliquer ce retard par des raisons politiques : peut-être qu'il faisait peur à la majorité modérée, un député comme Maupetit le décrivant comme "presque toujours frondeur de tout ce qu'il n'a pas fait ou conseillé"26. Néanmoins, il est réélu au secrétariat le 14 février 1791. Buzot n'entre jamais dans le bureau ; Prieur est secrétaire à la fin de mai 1790 et Robespierre le mois suivant.

  • 27 AULARD, op. cit., t. I, p. 402, 30 novembre 1790, extrait de L’Orateur du peuple, t. III, 475.
  • 28 AULARD, op. cit., t. VI, p. 714.
  • 29 C. P. MILES, Correspondence of W.A. Miles on the French Revolution, 1789-1817, Londres, 1890, 2 vo (...)
  • 30 Les réunions chez Mme Roland ont lieu quatre fois par semaine, après la séance de l’Assemblée nati (...)

22À l'extérieur de l'Assemblée nationale, le principal lieu de rencontre est au club des Jacobins, où le nom de Robespierre est cité pour la première fois à la fin de novembre 1790, lié avec celui des Lameth, d'Aiguillon, La Fayette et Mirabeau dans une libelle27. Pourtant Robespierre avait présidé le club au mois d'avril 179028. A partir de janvier 1791, son nom figure timidement dans les comptes rendus et plus fréquemment à partir d'avril 1791 quand, avec Prieur et Pétion, les trois députés interviennent sur les projets du comité de Constitution. C'est à cette époque que l'agent anglais, Miles, mentionne Robespierre pour la première fois comme un "bona fide républicain"29. Aux Jacobins, comme à l'Assemblée nationale, Prieur et Pétion assument des rôles plus actifs que Robespierre. Prieur est secrétaire en avril et président en mai ; Pétion est président en août 1791 après avoir vainement essayé d'éviter la scission du mois de juillet. Un autre lieu de rencontre au printemps 1791 est le salon de Mme Roland que fréquentent Buzot, Pétion et Robespierre, grâce à l'amitié de Brissot30.

  • 31 Aiguillon, Duport, La Fayette les deux Lameth, La Rochefoucauld, Mirabeau (brièvement) et Sieyès a (...)
  • 32 F. A. AULARD, op. cit., t. I, p. 714 ; Le Chapelier avait connu Sieyès - membre du club des Trente (...)
  • 33 Barnave, ami des Lameth, dont il avait fait connaissance à Versailles ; à Paris, il demeure chez A (...)
  • 34 Seulement quatre députés, membres du Tiers État n’ayant pas fréquenté le club des Trente, pénètren (...)

23Le comportement des quatre députés aux diverses étapes de la Constituante n'est pas toujours différent de celui des libéraux (nobles, en voie d'anoblissement ou amis des nobles) jusqu'au printemps 1791. Pour mieux comprendre le chemin parcouru par Robespierre et ses amis afin de dominer les Jacobins et l'Assemblée nationale à la fin de la session, jetons un coup d'oeil sur l'itinéraire des "chefs" précédents, qui avaient tous fréquenté le club des Trente chez Duport et, certains parmi eux, la Société française des Amis des Noirs31. Une année plus tard, leurs noms figurent au bureau des Jacobins (soit comme présidents, soit comme secrétaires) : Aiguillon, Duport, A. de Lameth, Noailles, Roederer, Target et Mirabeau (président à la fin de 1790) ou bien ce sont les noms de leurs amis, comme Le Chapelier, élu premier président dès l'automne 1789,32 ou Barnave,33 responsable du règlement du club34.

  • 35 Fondé le 11 février 1789 au Palais Royal et patronné par le duc d’Orléans, A. CHALLAMEL, Les Clubs (...)
  • 36 Fondé en 1790 par Sieyès et La Fayette, eux-mêmes provisoirement en désaccord avec les Jacobins, A (...)

24Après avoir fréquenté le club des Trente, puis le club de Valois,35 on retrouve quelques "chefs" à la Société de 178936. Ainsi, selon les listes des membres de ces clubs, les trois sont fréquentés par le petit noyau de députés qui penchent, du point de vue politique, du côté libéral d'avant 1789 en faveur de la réforme : Biron-Lauzun, Castellane, La Fayette, le duc de La Rochefoucauld, La Rochefoucauld-Liancourt, Sieyès et Talleyrand. D'autres députés fréquentent les deux premiers clubs et non le troisième, soit parce qu'ils sont des Monarchiens, soit parce qu'ils restent fidèles aux Jacobins à cette époque (Aiguillon, Duport, les deux Lameth, Noailles et Target). Un dernier cas est celui de Roederer : il fréquente le club des Trente, puis la Société de 1789, mais reste fidèle aux Jacobins pendant la crise de 1791. Tous ces députés (à l'exception de Biron-Lauzun) font partie du groupe des grands orateurs de la Constituante. La plupart sont aussi très actifs dans les comités où ils entrent, chacun dans plusieurs à la fois.

25Ainsi, malgré leur influence à travers la plus grande partie de la Constituante, ces députés dirigeants de la majorité libérale et modérée se verront éliminés du pouvoir parlementaire par le triomphe final de Robespierre et Pétion, acclamés par le peuple de Paris.

Les débats

26Très tôt, les députés aux États généraux comprennent qu'ils sont en train d'inaugurer une nouvelle époque de l'histoire. Une autre autorité, celle de la volonté du peuple, remplace l'ancienne volonté des rois. En cours de route, si quelques émeutes et massacres sont inévitables, cela fait partie des bouleversements périodiques de l'histoire. Toutefois, il est important de ne pas tomber dans l'anarchie et, dans la mesure du possible, effectuer le changement en douceur. C'est ainsi que les députés sont souvent déchirés entre l'attachement aux principes de la déclaration des droits de l'homme et l'affrontement aux problèmes de la vie courante, que ce soit sur des questions de libertés individuelles, de justice, de contribution au financement de l'Etat, d'organisation de l'armée et de la marine, de droits des gens de couleur libres dans les colonies, etc.

  • 37 Journal de la Ville et des Provinces ou le Modérateur, par une société de gens de lettres, rédigé (...)

27Robespierre et ses amis se distinguent de la majorité des Constituants par la fidélité aux principes énoncés. Ils cherchent moins à comprendre l'origine des abus du passé qu'à les condamner en bloc, réagissant contre le laxisme dans l'effort révolutionnaire, tel qu'il a été noté par un journaliste en mars 1790 : "L'Assemblée nationale doit son existence et sa force à la liberté… ; cependant on peut observer que, sans manquer à ce qu'elle lui doit, elle a depuis quelque temps respecté davantage l'ordre déjà établi. Les décrets rendus par nos colonies en sont une preuve évidente ; il a paru dangereux à l'Assemblée d'apporter une constitution, fruit des lumières, dans un pays où les lumières ne peuvent être généralement répandues"37. Le journal approuve le rapport de Barnave et le "sage décret" adopté par l'Assemblée. Mais la faillite de la Constituante, à court terme, est peut-être due à l'acceptation trop tôt de ces demi-mesures, aussi "sages" qu'elles aient pu paraître dans l'immédiat.

  • 38 Point du Jour, t. 2, no 63, 25 août 1789, p. 208.
  • 39 433 votes contre 570, le 4 août 1789, matin, A. P., t. 8, p. 341.

28Tout au long des séances, Robespierre assume le rôle de chef spirituel de la Révolution, rappelant aux fidèles moins les objectifs à atteindre que les principes à suivre. Lors de la discussion de la déclaration des droits de l'homme, Barère note : "Robespierre se rapprochait beaucoup plus de l'énergie et de la pureté du principe, en proposant un article conforme à l'esprit qui a dicté les constitutions d'Amérique"38. Cet attachement aux principes n'est pas toujours apprécié des collègues préoccupés des difficultés pratiques de l'application de la constitution. Nombreux étaient ceux qui avaient voté en faveur d'une déclaration des "devoirs" (proposé par Camus) lors du débat sur les "droits" de l'homme39. Mais les principes inspirent les plus militants et expliquent le dévouement à Robespierre de la part de ses collaborateurs et du peuple à l'écoute dans les tribunes.

  • 40 A. P., t. 8, p. 253.
  • 41 Buzot, A. P., t. 8, p. 254.
  • 42 9 février 1790, A. P., t. 11, p. 538.

29Le 20 juillet 1789, la proposition de Lally-Tolendal pour réprimer les émeutes est d'abord bien accueillie, mais devient impopulaire dès que la question de "principe" est abordée par Robespierre dans son premier discours : "Il faut aimer la paix, mais aussi il faut aimer la liberté"40. Lui et Buzot rappellent aux députés les dangers pour la Révolution en cours si désormais l'on conclut que le despotisme a été vaincu et qu'on punisse "comme factieux tout homme qui, usant des droits de la nature, défend sa vie, ses biens et sa liberté"41. Une révolution ne s'achève pas sans désordre ; partout où les troubles éclatent, Robespierre défend le peuple, ces hommes "égarés par le souvenir de leurs malheurs"42.

  • 43 13-16 mars 1790, A. P., t. 12, p. 161, 202.
  • 44 31 mai 1790, A. P., t. 16, p. 3.
  • 45 16-18 novembre 1790, A. P., t. 20, p. 474-481, 525.

30Dans la discussion sur les lettres de cachet, Robespierre revient aux principes pour dénoncer les "actes de despotisme" du passé et déplorer "l'acte illégal" qui a privé des victimes de leur liberté. Pétion se limite à des propositions brèves et concrètes pour modifier la situation43. Dans la constitution civile du clergé, Robespierre souligne le "bonheur de la société", qui exige la fin des bénéfices et des établissements inutiles, le droit du peuple de nommer ses prêtres et de leur accorder des traitements justes. Camus examine point par point le rapport du comité44. Le contraste entre les deux députés est flagrant : mais les deux approches sont essentielles pour réussir une révolution. Pétion parle en faveur d'Avignon sur la base des "droits naturels et imprescriptibles des peuples" ; Robespierre mesure l'importance de l'affaire par "la hauteur des principes qui garantissent les droits des hommes et des nations" car "la cause d'Avignon est celle de l'univers", elle est "celle de la liberté"45.

  • 46 A. P., t. 8, p. 671.
  • 47 30 septembre 1789, A. P., t. 9, p. 226.
  • 48 25 mai 1790, A. P., t. 15, p. 670-671.
  • 49 A. P., t. 16, p. 156.

31À d'autres occasions, le peuple est une entité abstraite, la volonté nationale, qui s'exprime à travers les représentants dans la législature. Le 12 septembre 1789, il appuie la motion de Le Peletier de Saint-Fargeau en faveur de législatures annuelles pour que "le peuple" puisse s'exprimer en nommant fréquemment ses représentants46. Empêché d'intervenir sur la sanction royale, 80 orateurs étant inscrits, Robespierre affirme, le 21 septembre 1789 dans un discours publié, que la "volonté nationale" étant au-dessus de la "volonté particulière", il était impossible d'accorder au roi le moindre veto. Buzot et Pétion ne cessent d'insister, avec le comité de Constitution, sur la nécessité de renforcer le pouvoir législatif dans la confection et l'interprétation des lois47 ; Robespierre le répète plus tard, lors de l'organisation du tribunal de cassation48, le 9 juin 1790, il défend l'élection des évêques par le peuple, "en qui réside la souveraineté" et dont la "moralité" est hors de doute49. Pourquoi ? Le "peuple", ne devient-il pas une sorte d'emblème sacré pour ce "tribun du peuple" ? N'assiste-t-on pas déjà à une sorte d'intolérance fanatique pour tout ce qui est du passé dans la société de son temps ?

  • 50 9 décembre 1789, A. P., t. 10, p. 485-489.
  • 51 19 février 1790, A. P., t. 11, p. 648.

32Le peuple, ce sont aussi les plus humbles et les victimes des préjugés et de l'ignorance. Robespierre en défend les intérêts et le "bonheur de l'humanité" dans une motion en faveur de la restitution des bien communaux50. Il demande un traitement juste pour les ordres religieux les plus pauvres car "les besoins sont alors les mêmes pour tous les hommes, et ces besoins sont ceux de la nature"51. Les opinions de Robespierre sont partagées par la majorité des députés, mais lui seul les exprime avec autant de vigueur. Ses discours sont souvent répétés au club des Cordeliers ou reproduits dans Le Point du Jour.

  • 52 28 avril 1790, A. P., t. 15, p. 317.
  • 53 A. P., t. 15, p. 380-381.
  • 54 A. P., t. 18, p. 164.

33A la suite de sa présidence des Jacobins en avril 1790, les interventions de Robespierre augmentent en nombre et en longueur par rapport à ses trois collègues. Vu l'opposition des intérêts entre soldats et officiers, il insiste, avec A. de Lameth, que "désormais le conseil de guerre soit composé d'un nombre égal" de membres des deux partis52. Le 3 mai 1790, voulant conserver les assemblées primaires dans la ville de Paris, il plaide en faveur de la poursuite de la Révolution. Très applaudi dans les tribunes, il continue : "Vous avez beaucoup fait" mais "vous n'avez pas tout fait encore". Mirabeau, qui n'est pas de son avis, l'accuse d'un zèle "plus patriotique que réfléchi"53. Le 19 août, il réclame l'égalité des peines dans la marine, soulevant la colère d'Aubergeon de Murinais : "On ne doit pas souffrir de factieux dans la tribune. Je demande que ce tribun du peuple soit rappelé à l'ordre"54. Defermon parle de l'honneur blessé des officiers punis : Robespierre se bat pour l'honneur des simples soldats.

  • 55 5 décembre 1790, A. P., t. 21, p. 238-250.

34Empêché de parler sur l'organisation de la "force publique", Robespierre fait imprimer et distribuer son discours où l'on retrouve ses idées, si souvent répétées : la conversion des "soldats du despotisme" en "soldats de la liberté" ; la "force constante" qui sert de garantie contre l'oppression ; "le peuple est bon, patient, généreux" et les riches sont "affamés de distinctions, de trésors, de voluptés" et des références à son auteur préféré, Rousseau, pour réclamer le droits de tous les citoyens (passifs inclus) de concourir à la force publique55.

35Pétion s'intéresse de plus près au travail parlementaire et constitutionnel, propose des solutions pratiques aux problèmes soulevés et fait confiance à l'intelligence du peuple. Sa première intervention concerne la stratégie des débats. L'Assemblée travaillait en 30 bureaux de 40 membres chacun, une procédure lourde et encombrante, permettant aux plus obscurs de collaborer. Pour faciliter l'objectif du premier comité de Constitution (30 membres), Pétion propose un comité de huit, chargé d'un plan qui serait soumis à l'Assemblée pour discussion (14 juillet 1789). Il est soutenu par le comte de Crillon, Barère Le Chapelier et Buzot, tous estimant plus efficace le travail en groupe restreint. Malgré l'opposition de Mounier, le nouveau comité est formé, sans Pétion, mais avec Le Chapelier et Sieyès. Éventuellement, tous les travaux de l'Assemblée se feront en comités spécialisés qui, nous l'avons vu plus haut, sont en grande partie dominés par un petit nombre de députés.

  • 56 5 septembre 1789, A. P., t. 8, p. 584.
  • 57 5 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 343-345.

36Fin août 1789, le débat sur les pouvoirs législatif et exécutif commence. Thouret est pour une chambre et le veto suspensif, comme le sont Salle, Rabaut Saint-Étienne et Pétion. Ce dernier, toutefois, préconise la consultation du "peuple" par la convocation des assemblées primaires chaque fois que le roi opposerait son veto à une nouvelle loi. Pétion craint qu'une assemblée législative assume trop de pouvoirs en interprétant la "volonté générale". Contrairement à Sieyès, en faveur des professionnels de la politique, Pétion se fie au peuple : "Il est étonnant combien depuis quelques années la lumière s'est répandue jusque dans les classes inférieures de la société, et ces progrès ne peuvent aller qu'en augmentant"56. Il refuse l'idée d'un "contrat social entre le roi et la nation", le rôle du roi étant de "gouverner suivant les lois que la nation lui présente"57. Partisan d'un pouvoir législatif fort, Pétion est aussi méfiant du pouvoir exécutif en septembre 1789 qu'après la fuite du roi en 1791, quand il souhaite voir la mise en jugement de Louis XVI.

  • 58 27 novembre 1789, A. P., t. 10, p. 281.
  • 59 27 mars 1790, A. P., t. 12, p. 368-372.

37Pétion s'intéresse aux finances. Lors de la proposition de Necker de convertir la caisse d'escompte en banque nationale, il demande au préalable un état actuel de la situation58. Il veut connaître les détails du projet du comité des Finances pour remplacer la gabelle (13 mars 1790). Pour résoudre les problèmes financiers du pays, il propose des caisses territoriales, alimentées par les contribuables et fournissant des emprunts aux particuliers, le bénéfice allant au profit de la nation59.

  • 60 10 avril 1790, A. P., t. 12, p. 661.
  • 61 16 avril 1790, A. P., t. 13, p. 79-84
  • 62 Le vote par appel nominal est de 508 voix contre 423, essentiellement le tiers état contre les ord (...)

38Prieur intervient souvent mais en général brièvement avec des remarques percutantes qui révèlent un député convaincu des valeurs de la Révolution débutante et qu'il faut poursuivre au-delà de la Constituante. Avec Pétion, il défend les assignats comme aidant la Révolution en cours, car l'opération permettra à la France de "changer de face" dans un temps record60 ; il est soutenu par Barnave, Fréteau et La Rochefoucauld. Pétion voit la possibilité pour les "classes utiles et laborieuses" de jouir de plus de moyens grâce au numéraire ainsi mis en circulation et ceci malgré les craintes exprimées par Necker et les banquiers. Après discussion, l'Assemblée décide qu'ils auront cours de monnaie dans toute l'étendue du royaume, et "seront reçus comme espèces sonnantes dans les différentes caisses publiques et privées"61. La question des assignats revient au mois de septembre quand l'assemblée est non seulement coupée en droite et gauche par le vote du 29, mais se divise au sein de la majorité où des députés les opposent62.

  • 63 15 novembre 1790, A. P., t. 20, p. 441-443.

39Avec d'autres députés de la noblesse libérale et des membres du Tiers État venant des provinces frontalières et des ports. Pétion parle en faveur de la culture libre du tabac63. Le débat a lieu, avec des interruptions, pendant presque un an. Les pragmatistes comme Dupont de Nemours, Delay d'Agier et Mirabeau défendent le monopole du gouvernement. Finalement, le tabac est aboli par 372 votes contre 360 à la suite d'un discours de Roederer (12 février 1791). La majorité de 12 voix révèle que les députés sont partagés entre l'adhésion aux valeurs nouvelles et des considérations pratiques qui entourent tout changement. Vingt ans plus tard, le monopole est rétabli par Napoléon en quête des fonds pour le trésor public.

40Dans quelques grands débats, Robespierre et Pétion luttent ensemble pour leurs idées : le marc d'argent, la guerre et la paix, les colonies, la non-rééligibilité, la peine de mort.

  • 64 22 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 479.
  • 65 29 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 598-600.

41Les conditions d'éligibilité aux assemblées municipales sont critiquées par Grégoire, Duport et Defermon comme contraires à la déclaration des droits de l'homme et conduisant à une "aristocratie des riches". Robespierre est de leur avis et demande la fin de toute distinction de fortune64. Malgré ces objections, l'Assemblée adopte le paiement d'un impôt équivalent à trois jours de travail. La semaine suivante, le comité augmente les conditions d'éligibilité à l'Assemblée nationale : la contribution d'un marc d'argent. Pétion prend la parole ; il accepte certaines conditions pour être électeur, mais demande que le choix des candidats reste libre. Target s'oppose au marc d'argent qui serait responsable de l'exclusion de la participation électorale des 19/20es de la population ; Barère propose des variations du marc d'argent ; Prieur (appuyé par Mirabeau) propose de substituer la confiance au marc. Néanmoins, non seulement l'exigence du marc est adoptée, mais aussi une "propriété foncière quelconque". L'opposition devient houleuse et Mirabeau se lève, accusant le président (Camus) d'avoir fait "une mauvaise loi, par la manière de poser la question". Plusieurs députés (Target, Grégoire, Barère, Prieur et Robespierre, tous Jacobins) sont du même avis et protestent contre le décret, mais la parole leur est refusée65.

  • 66 Ou seulement 6 voix, selon le Courrier de Provence, no 74, 2-3. décembre 1789 ; selon A. P., t. 10 (...)
  • 67 A. P., t. 10 p. 414.
  • 68 25 janvier 1790, A. P., t. 11, p. 319.
  • 69 J. DELAVILLE-LEROULX, op. cit., note 4 ci-dessus.
  • 70 Sur toute cette question, en plus grand détail, cf. O. LE COUR GRANDMAISON, Les Citoyennetés en Ré (...)

42En effet, le décret du marc d'argent a dû passer de justesse car le 3 décembre, les journaux de Normandie et des députés d'Anjou rapportent que par une majorité de 11 voix66, obtenue par un second vote sur appel nominal, fait à la demande d'A. de Lameth, l'opposition ne réussit toujours pas à "adoucir" l'effet du marc d'argent. Elle rencontre le même échec le 7 décembre, quand sa proposition est rejetée par 453 voix contre 443, malgré le discours de Roederer expliquant que l'exigence du marc d'argent conduirait à l'exclusion des hommes à talents67. Outre une forte présence dans la salle, le vote montre que les opposants au marc d'argent sont nombreux. La question revient à diverses occasions quand le décret est combattu, par Robespierre en particulier, mais aussi par d'autres, tels que Charles de Lameth68. La majorité modérée est divisée sur l'issue, sachant que selon les "principes" elle a tort. Par la suite, on prend l'excuse qu'il ne faut pas changer un décret adopté, comme le révèle la lettre de Delaville-Leroulx à Lorient69 pour raconter les tentatives de Robespierre : "Vous savez que j'ai gémi du décret qui éloignait de la représentation les talents et les vertus dénués d'une certaine fortune. Mais je vois un grand danger à revenir sur nos pas…" (8 février 1790). En août 1791, lors de la révision de la constitution, quand Robespierre, Pétion et Buzot interviennent, le marc d'argent et la propriété foncière sont abolis, mais les conditions d'éligibilité aux assemblées municipales sont renforcées70.

  • 71 17 mai 1790, A. P., t. 15, p. 536.
  • 72 18 mai 1790, A. P., t. 15, p. 559.

43Dans le débat sur la guerre et la paix (16-22 mai 1790), Pétion et Robespierre soutiennent les chefs jacobins (A. de Lameth, Barnave, Aiguillon, Broglie) qui proposent de dépouiller le roi de ses droits dans ce domaine. Voulant renforcer la compétence du corps législatif, Pétion envisage ce dernier en tant que nation assemblée décidant des intérêts généraux de tous les Français et non seulement des intérêts particuliers de la monarchie71. Il propose de renoncer à toute guerre offensive. Robespierre le soutient et, sans apporter de nouveaux arguments au débat, profite de l'occasion pour recommander "de commencer cette grande Révolution qui s'étendra sur toutes les parties du monde" et pour réduire le rôle du roi à celui de "commis", chargé d'exécuter la "volonté générale"72.

  • 73 15 mai 1791, AP., t. 26, p. 92.

44Lors du débat sur les colonies (11-15 mai 1791), Pétion et Robespierre figurent parmi les 27 députés qui parlent en faveur des gens de couleur libres : Dupont de Nemours, La Fayette, Sieyès et Tracy (tous anciens membres du club des Trente) ; Grégoire soutenu par Louis Monneron de Pondichery, et 19 autres membres du Tiers État, tels que Barère, Lanjuinais et Reubell. Ce dernier accuse Barnave d'être "l'apôtre du despotisme des colons blancs" et emporte le vote en faveur des gens de couleur libres73 : succès de courte durée car Barnave réussit à faire révoquer le décret le 24 septembre suivant.

  • 74 A. P., t. 26, p. 123-126.

45Le 16 mai 1791, Robespierre propose que "les membres de l'Assemblée actuelle ne pourront être membres de la prochaine législature" : une manière d'apaiser de nombreux députés, accusés d'avoir des ambitions politiques, et de satisfaire d'autres, fatigués par les séances. Néanmoins, quelques députés ont vu le danger pour la constitution : Thouret, Le Chapelier, Garat aîné ; et Merlin demande "Pourquoi vous priver de la puissance morale de la réélection ? " Soutenu par Pétion, Robespierre réussit à faire adopter sa motion presque à l'unanimité, après un long discours interrompu par des applaudissements74.

  • 75 Le projet est inséré au milieu du rapport sur le code pénal, distribué le 23 mai et discuté le 30 (...)
  • 76 A. P., t. 26, p. 329.
  • 77 30 mai 1791, A. P., t. 26, p. 622, 642.

46Dans le projet présenté par Le Peletier Saint-Fargeau pour abolir la peine de mort75, il n'y a qu'une exception admise : "C'est à l'occasion du chef de parti déclaré rebelle par un décret du Corps législatif. Ce citoyen doit cesser de vivre, moins pour expier son crime que pour la sûreté de l'État…"76. Robespierre s'avère plus dogmatique lorsqu'il souligne que la peine de mort est essentiellement injuste et ne diminue pas le nombre de crimes. Pétion se réclame de Beccaria pour la dénoncer et ajoute "Montrez-vous humain, c'est la première vertu des législateurs"77. Leurs opinions sont défendues par Jallet et Duport. Les autres orateurs, membres du Tiers État, sont contre l'abolition et gagnent le vote, marquant ainsi un grand échec pour les députés "progressistes". Des quatre députés ici étudiés, Robespierre et Prieur voteront la mort du roi ; Pétion et Buzot seront contre.

  • 78 26 mars 1790, A. P., t. 12, p. 361.

47Buzot parle sur des questions de fond concernant la distribution des pouvoirs, l'organisation judiciaire et d'autres problèmes plus directement liés aux intérêts du peuple. Avec Pétion et Prieur, il est souvent en accord avec la majorité réformiste, par exemple, pour s'opposer à rendre obligatoire la contribution patriotique78. En règle générale, les trois députés se limitent à de petites interventions en vue d'améliorer la rentrée des impôts, la situation des mendiants, l'élection des curés, la portion congrue, etc. Robespierre ramène le débat toujours aux principes politiques qui doivent les guider, n'oubliant jamais qu'ils sont en période de révolution.

  • 79 7 avril 1790, A. P., t. 12, p. 574-578.
  • 80 3, 4, 27 mai 1790, A. P., t. 15, p. 370, 383, 688.
  • 81 1 avril 1790, A.P., t. 15, p. 353.

48Lors du débat sur l'organisation du pouvoir judiciaire, Robespierre tend à se montrer plus propagandiste de la cause du peuple qu'intéressé dans une véritable réforme. Il divise la nation en deux : d'un côté, les pauvres, les moins puissants et de l'autre côté, la foule "d'ambitieux" voulant profiter des circonstances. Il critique le comité pour son esprit d'imitation de l'Angleterre et son oubli de "la hauteur où notre Révolution nous a placés" ; il propose son propre plan, plus près de "ces vérités éternelles de la morale publique qui doivent être la base de toutes les sociétés humaines"79. Buzot, Prieur, Rabaut et Roederer sont franchement en faveur du plan Sieyès instituant des jurés au civil et au criminel. L'Assemblée, toutefois, adopte le projet modéré de Thouret : les jurés au criminel seulement. Buzot intervient sur la durée des fonctions des juges et les différentes sortes de tribunaux auxquels ils sont affectés80. Pétion s'oppose aux tribunaux d'appel comme favorisant les riches par les frais supplémentaires entraînés81. Pour le bon fonctionnement du nouveau régime, la Constituante doit régler tous ces problèmes, soit par la réconciliation immédiate des diverses opinions, soit par le renvoi aux comités pour trouver un terrain d'entente.

  • 82 AULARD, op. cit., t. II, p. 103-104 : Prieur, Robespierre et Vernier, Merlin, Muguet et Reubell.
  • 83 Ibid, t. II, p. 152.

49À partir de 1791, les rumeurs et les alarmes, alimentées par la presse et les difficultés soulevées par le serment exigé du clergé, se multiplient à Paris. Le 28 février, aux Jacobins, A. de Lameth dénonce ceux qui essaient de soulever Paris contre le club. Il fait la distinction entre les Jacobins et non-Jacobins à l'Assemblée nationale. Prieur et Robespierre sont parmi les premiers : les patriotes qui n'ont jamais trahi les intérêts du peuple82. Quelques jours plus tard, Gaultier-Biauzat, qui préside, défend Lameth et tous ceux qui "comme lui, ont commencé la Révolution et l'ont soutenue sans varier"83. Le 20 mars, le bref pontifical arrive, condamnant la constitution civile du clergé. A présent, les disputes entre Barnave et Robespierre s'aggravent et l'extrême gauche se démarque de plus en plus.

  • 84 Ibid., t. VI, p. 714 : Reubell en février, suivi par Gaultier-Biauzat, A. de Beauharnais, Goupil-P (...)
  • 85 Duport, élu le 14 février 1791, suivi par Noailles, en avril Reubell, en juin A. de Beauhamais, su (...)
  • 86 Dauchy, tiers état (Clermont-en-Beauvaisis), membre de 4 comités, secrétaire le 30 août 1790, est (...)

50Depuis février le club est présidé par des membres du Tiers Etat, sauf une exception en avril84. Est-ce que la mort de Mirabeau (2 avril) peut expliquer la disparition des libéraux nobles comme Duport et A. de Lameth ou. Aiguillon et Noailles (des anciens du club des Trente) de la présidence des Jacobins ? Pendant ce temps, cette même noblesse continue à dominer la présidence à l'Assemblée nationale85, sauf exception quand Dauchy86 est élu le 4 juin en dépit du vote la veille aux Jacobins (présidés par Prieur) en faveur de Robespierre. L'élection des présidents dans les deux assemblées a sans doute donné lieu à des affrontements entre les divers partis voulant dominer la scène nationale pendant ces mois dramatiques de la Constituante finissante.

  • 87 Le comité de Constitution (12 septembre 1789) comprend : Démeunier, Le Chapelier, Rabaut SaintÉtie (...)
  • 88 7 avril 1791, A. P., t. 24, p. 606-607.
  • 89 9-11 avril 1791, A. P., t. 24, p. 662,697.
  • 90 14 avril 1791, A. P., t. 25, p. 68.
  • 91 A. P., t. 25, p. 207-208.

51À partir du printemps 1791, le comité de Constitution bifurque vers un renforcement des pouvoirs de l'exécutif87. De nombreux députés s'opposent au rapporteur, Démeunier, sur l'organisation ministérielle. Barère, soutenu par Barnave et Mirabeau, critique le "pouvoir énorme" accordé à l'exécutif. Robespierre s'oppose à l'aspect "improviste" du rapport et "l'esprit qui préside depuis quelque temps" aux délibérations sous le prétexte qu'il faut "accélérer" les travaux. Le Chapelier accuse l'opposition, venant à présent du côté gauche, de vouloir établir une république ; Pétion le nie. Prieur soutient la proposition de Buzot permettant au législatif de déclarer au roi que ses ministres ont perdu la confiance (adoptée par le comité)88. Applaudi par les tribunes, Robespierre exprime son étonnement lorsque Démeunier propose de mettre les juges élus par le peuple sous la surveillance du ministère : ce serait "la ruine de la liberté et une contre-révolution écrite". Deux jours plus tard, le comité est tellement critiqué que Démeunier lance : "Suivant M. Robespierre, tout ce que présente le comité est immoral ou impolitique"89. Enfin, l'opposition continue à une telle cadence que Démeunier demande aux deux comités (Constitution et Révision) de travailler ensemble. Malgré le fait que Pétion et Buzot sont au comité de Révision, Démeunier se plaint qu'ils ne cessent de contester les projets présentés à l'Assemblée90. Mais il ne dit pas que les deux amis de Robespierre siègent en face de députés voulant sauver le pouvoir exécutif. Le 19 avril, Robespierre est applaudi par l'extrême gauche lorsqu'il accuse les comités Diplomatique et Militaire de ne pas prendre toutes les mesures nécessaires pour la défense du pays ; André répond à ces critiques, accusant Robespierre de "légèreté" dans ses dénonciations91.

  • 92 27 avril 1791, A. P., t. 25, p. 366-373.
  • 93 28 avril 1791, A. P., t. 26, p. 381-394.

52L'atmosphère est encore plus envenimée quand l'organisation de la garde nationale est à l'ordre du jour. Robespierre intervient brillamment en faveur du peuple entier défendant la patrie. Ne siégeant dans aucun comité, il se permet de critiquer sévèrement ceux qui, "après avoir préparé les délibérations, préparent encore les moyens nécessaires pour faire adopter presque de confiance toutes ses dispositions, toutes ses idées de règlement"92. Pétion adopte une attitude moins agressive envers le comité en proposant de ne pas exclure explicitement les citoyens passifs de la possibilité de s'inscrire à la garde nationale. Pour Buzot, la distinction proposée est "dangereuse" car il importe de rattacher les citoyens passifs "à l'ordre public en les incorporant aux gardes nationales". Ch. de Lameth intervient en faveur de l'égalité politique de tous les citoyens. Prieur et Noailles expriment les mêmes idées, mais le projet du comité est adopté par la majorité, sous prétexte qu'il ne fallait rien changer aux décrets précédemment adoptés93. L'infidélité aux principes de 1789, la première grande erreur de la part des modérés, leur fait le plus grand tort dans l'opinion publique jusqu'à la fin de la Constituante.

  • 94 Le 17 juillet 1791, les députés suivants ne quittent pas les Jacobins : CLERGÉ - 2 (Royer et Sauri (...)

53La crise ouverte par la fuite du roi désole la majorité modérée et libérale de l'Assemblée nationale, sous la présidence alors de Beauharnais (18 juin) et Ch. de Lameth (2 juillet), la coupant complètement de l'extrémité gauche. Si Robespierre et ses amis se défendent aux Jacobins d'être des républicains, c'est par fidélité à la constitution. Mais ils ne peuvent pas (et surtout Robespierre) nier les principes adoptés en 1789 et exigent que le roi soit mis en jugement. Ils perdent au vote (15 juillet 1791) et aux Jacobins où la plupart des députés les quittent (17 juillet 1791). Robespierre s'y trouve presque seul, entouré de quelque fidèles (entre 20 et 33 députés au maximum)94 dont aucun collègue d'Arras.

  • 95 8 août 1791, A. P., t. 29, p. 271-274.

54La lutte politique passe ensuite des Jacobins à l'Assemblée nationale où l'extrême gauche continue, comme avant la fuite à Varennes, à s'opposer aux plus modérés pendant la révision de la constitution, sous la présidence encore de Beauharnais (30 juillet) et de Broglie (13 août). Lorsque Buzot et Pétion demandent une meilleure protection des droits civils et naturels des citoyens, Duport répond qu'ils auraient dû se rendre aux comités, dont ils sont membres, pour donner leur avis ; il les prie "de venir ce soir, y apporter leurs réflexions afin de prévenir des débats inutiles et prolongés dans l'Assemblée"95. Mais aux deux comités, tant qu'ils ne sont que deux contre treize représentant l'opinion majoritaire, Buzot et Pétion sont peut-être écoutés pour la forme, mais pas entendus. En outre, depuis le 3 août Pétion préside le club des Jacobins où les fidèles qui restent se réunissent avec Brissot et Condorcet pour préparer les séances du lendemain à l'Assemblée nationale.

55La constitution de 1791, votée par l'Assemblée et acceptée par Louis XVI, est condamnée d'avance. Robespierre et ses amis ont préparé son échec et faisant voter la non-rééligibilité, en acquérant le soutien des Parisiens grâce à une presse favorable (Desmoulins, Brissot, Marat), et en adoptant une idée plus démocratique des principes énoncés en 1789. En renonçant à la révolution dirigée par des élites de l'Ancien Régime, ils ont choisi l'aventure : une révolution menée par une nouvelle couche sociale, se réclamant comme plus près du peuple.

Notes

1 A. P., t. 28, p. 243.

2 A. P., t. 8, p. 29-30.

3 E. H. LEMAY, "Pourquoi le Club breton au printemps 1789 ?" Région, Nation, Europe, Unité et diversité des processus sociaux et culturels de la Révolution française, colloque international, 25-27 nov. 1987 (Besançon), p. 475-483.

4 D. L. WICK, A Conspiracy of well-intentioneld men, the Society of Thirty and the French Revolution, New York, 1987, p. 292-293.

5 Parcourons cette dissolution dans les écrits de l’époque. Le 7 mai 1789, Nairac écrit : "les propos de Malouet ne sont pas bien vus", mais l’assemblée, fatiguée de ses irrésolutions, décide de "se partager en sorte que ceux qui seraient de l’avis de Malouet passeraient à droite, et ceux qui préféreraient la motion de Mirabeau se rangeraient à gauche." Le plus grand nombre passe à droite et la députation vers les ordres privilégiés est adoptée, c.a.d. l’avis de Malouet (Pierre-Paul Nairac, Journal, A. D. Eure, VF 63). Le journaliste du Moniteur (28-31 août 1789, no 48, p. 393) remarque que, dès avant la réunion des ordres, "dans la chambre même du tiers, l’Assemblée était divisée en deux section séparées l’une de l’autre par le bureau du président ; et soit, effet du hasard, soit que l’identité de sentiments engageât les amis du peuple à se rapprocher entre eux et à s’éloigner de ceux qui ne partageaient pas leurs opinions, on s’aperçut qu’ils affectionnaient le côté gauche de la salle, et qu’ils ne manquaient jamais de s’y réunir. Les habitués du côté droit s’attachèrent à les discréditer et à les entacher du titre de factieux ; ils donnèrent le nom de coin du Palais-Royal à la partie de la salle qu’ils avaient adoptée, et comme les députés de Bretagne y paraissaient les plus assidus, les mesures vigoureuses et les projets républicains furent appelés arrêtés bretons." Après la réunion des ordres, cette division continue avec 150 membres du clergé, 150 membres de la noblesse et 80 membres du tiers état se mettant à droite du président, comme le note le Baron de Gauville le 29 août 1789 (Journal…. 4 mars 1789-ler juillet 1790, Barthélémy, éd., Paris 1864). Le 18 septembre 1789, Delaville-Leroulx se plaint qu’il y a "près de 100 membres des Communes qui sont toujours de l’avis du clergé et la noblesse" (Correspondance, 30 avril 1789-25 août 1790, A. D. Morbihan, BB 12-13). Le 18 septembre 1790, A. de Lameth insiste à recevoir les insurgés liégeois, estimant que la "minorité" (le côté droit) ne doit pas s’opposer à la "volonté de l’Assemblée nationale", "expression de la volonté générale" (le côté gauche) (A. P., t. 19, p. 63-64)

6 Ami des Patriotes, vol. I, no 11 du 4 décembre 1790, p. 21-46.

7 J. M. THOMPSON, Robespierre, Blackwell, 1988, (1ère édition 1935), p. 125: The despatches of Earl Gower, English Ambassador at Paris from June 1790 to August 1792, Cambridge, 1885, p. 79.

8 Lors des élections en 1789, Briois de Beaumetz adopte une position conservatrice et, pendant la première année de l’Assemblée constituante, fait circuler une brochure anonyme, diffamatoire à l’égard de Robespierre. Il siège dans 4 comités, vote pour les assignats et contre le rattachement d’Avignon, figure sur la liste de gauche, au club des Jacobins, au club de 1789 et puis aux Feuillants.

9 Ils iront à l’hôtel de Berlin, 6 rue Saint-Guillaume dans le faubourg Saint-Honoré.

10 Cette solution était aussi la moins chère, car à présent, il envoie presque la moitié de son traitement à sa soeur Charlotte.

11 Environ 300, dont nous connaissons les noms.

12 A 23 ans en 1781.

13 Barère, Bergasse, Boissy d’Anglas, Démeunier, Dupont de Nemours, Malouet, Pétion, Roederer, Sieyès.

14 A. P., t. 17, p. 41, 10 juillet 1790 : la parole lui est coupée lorsqu’il insiste à parler après l’adresse de l’Américain Paul Jones.

15 E. H. LEMAY, Dictionnaire des Constituants 1789-1791, avec la collaboration de C. FAVRELEJEUNE, la participation de Y. FAUCHOIS, J. FELIX, M.-L. NETTER, J.-L. ORMIÈRES et l’assistance d’A PATRICK, préface de F. Furet, Voltaire Foundation-Oxford, Universitas-Paris, 1991 : vol. II, app. V, "Les grands orateurs", p. 996-997.

16 Sauf exception. Creuzé-Latouche raconte (16 juin 1789) que Robespierre "s’est récrié sur ce que, dans nos discussions, l’on s’occupait souvent de ce que penseraient les ministres, de ce qu’ils feraient, de ce que disait le Roi ; que ces vaines considérations portaient atteinte à la liberté de l’Assemblée, que nous ne devions pas nous en occuper, puisque nous n’étions réunis que pour ressaisir tous les droits de la nation", Journal des États généraux, 18 mai-29 juillet 1789, (Marchand, J., éd), Paris, 1949. Il est noté (sans aucun commentaire), pour la première fois, par Gorsas dans le Courrier de Versailles, 2 juillet 1789 ; dans La Correspondance des députés d’Anjou, 20 octobre 1789. Il est noté, avec qualification, par Desmoulins, Révolutions de France et de Brabant, 19 décembre 1789 ; par Brissot, Le Patriote Français, 19 et 26 mai 1790 ; et d’une façon générale dans les autres journaux, à partir de 1790.

17 F. A AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889, t. I, p. 188, "Trahison contre l’Etat ou les Jacobins dévoilés", réponse aux nos des 18 et 20 juin 1790 ; de l’Ami du Peuple (Paris, 1790, 16 p.), donne les noms de "l’orgueilleux Le Chapelier, Barnave le sanguinaire, l’inconséquent Lameth, l’ambitieux, infâme et avide Mirabeau, Thouret, l’évêque d’Autun, Target, Sieyès, Démeunier et tant d’autres plus odieux encore…".

18 P. L. ROEDERER, "Portrait de Robespierre", Oeuvres, t. 3. Paris, 1854, p. 267-271.

19 E. H. LEMAY, "Le prosélytisme de Robespierre", A. H. R. F., juil. - sept. 1981. p. 390-404.

20 P. L. ROEDERER, op. cit., p. 269.

21 J. S. LOYSEAU, Avis fraternel à M. Robespierre, Paris, 1792, 22 p., B.N. Lb39/5919, p. 6.

22 G. LAURENT, Notes et souvenirs inédits de Prieur de la Marne, Paris, 1912, vol. I.

23 J. HERISSAY, Un Girondin, François Buzot. Paris, 1907, p. 40.

24 A. P., t. 8, p. 146.

25 Demeunier, Fréteau, Le Chapelier, Rabaut Saint-Etienne, Talleyrand et Target passent du secrétariat à la présidence dans l’intervalle d’un à six mois ; et Thouret immédiatement.

26 M. R. MAUPETIT, "Lettres", Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, (E. Queruau-Lamerie, éd.) : il écrit le 18 décembre 1790, que Pétion "ne sait pas conduire une assemblée" et "la laisse dans le désordre".

27 AULARD, op. cit., t. I, p. 402, 30 novembre 1790, extrait de L’Orateur du peuple, t. III, 475.

28 AULARD, op. cit., t. VI, p. 714.

29 C. P. MILES, Correspondence of W.A. Miles on the French Revolution, 1789-1817, Londres, 1890, 2 vols. Lettre du 1er mars 1791, t. I, p. 245.

30 Les réunions chez Mme Roland ont lieu quatre fois par semaine, après la séance de l’Assemblée nationale et avant celle des Jacobins. Dans une lettre à Bancal (15 mars 1791), elle mentionne Robespierre pour la première fois ; à Brissot (28 avril 1791), elle décrit son "bon ami Pétion, le vigoureux Robespierre et le sage Buzot". C. PERROUD, Lettres de Mme Roland, Paris, 1900-1915, t. II, p. 247, 258, 268.

31 Aiguillon, Duport, La Fayette les deux Lameth, La Rochefoucauld, Mirabeau (brièvement) et Sieyès appartiennent au club des Trente et à la Société des Amis des Noirs. Cl. PERROUD, "La Société française des Amis des Noirs", La Révolution française, no 69, 1916, p. 122-177.

32 F. A. AULARD, op. cit., t. I, p. 714 ; Le Chapelier avait connu Sieyès - membre du club des Trente - dès 1786 quand les deux hommes se sont rencontrés aux Etats de Bretagne.

33 Barnave, ami des Lameth, dont il avait fait connaissance à Versailles ; à Paris, il demeure chez Alexandre de Lameth, au cul-de-sac de Notre-Dame des Champs.

34 Seulement quatre députés, membres du Tiers État n’ayant pas fréquenté le club des Trente, pénètrent le bureau des Jacobins : Dubois-Crancé comme secrétaire à la fin de 1789, Lapoule et le curé Thibault en février 1790, et Robespierre, président en avril 1790.

35 Fondé le 11 février 1789 au Palais Royal et patronné par le duc d’Orléans, A. CHALLAMEL, Les Clubs contre-révolutionnaires Paris, 1895.

36 Fondé en 1790 par Sieyès et La Fayette, eux-mêmes provisoirement en désaccord avec les Jacobins, A. CHALLAMEL, ibid. Notons ici qu’un non-constituant, Condorcet, est membre des trois clubs : Trente, Valois et "1789".

37 Journal de la Ville et des Provinces ou le Modérateur, par une société de gens de lettres, rédigé par un M. de Fontanes, vol. II, 8 mars 1790.

38 Point du Jour, t. 2, no 63, 25 août 1789, p. 208.

39 433 votes contre 570, le 4 août 1789, matin, A. P., t. 8, p. 341.

40 A. P., t. 8, p. 253.

41 Buzot, A. P., t. 8, p. 254.

42 9 février 1790, A. P., t. 11, p. 538.

43 13-16 mars 1790, A. P., t. 12, p. 161, 202.

44 31 mai 1790, A. P., t. 16, p. 3.

45 16-18 novembre 1790, A. P., t. 20, p. 474-481, 525.

46 A. P., t. 8, p. 671.

47 30 septembre 1789, A. P., t. 9, p. 226.

48 25 mai 1790, A. P., t. 15, p. 670-671.

49 A. P., t. 16, p. 156.

50 9 décembre 1789, A. P., t. 10, p. 485-489.

51 19 février 1790, A. P., t. 11, p. 648.

52 28 avril 1790, A. P., t. 15, p. 317.

53 A. P., t. 15, p. 380-381.

54 A. P., t. 18, p. 164.

55 5 décembre 1790, A. P., t. 21, p. 238-250.

56 5 septembre 1789, A. P., t. 8, p. 584.

57 5 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 343-345.

58 27 novembre 1789, A. P., t. 10, p. 281.

59 27 mars 1790, A. P., t. 12, p. 368-372.

60 10 avril 1790, A. P., t. 12, p. 661.

61 16 avril 1790, A. P., t. 13, p. 79-84

62 Le vote par appel nominal est de 508 voix contre 423, essentiellement le tiers état contre les ordres privilégiés ; mais au sein de la majorité, des 36 nobles libéraux, 18 votent contre et, dans le tiers état, des députés censés avoir une certaine expérience comme Boissy d’Anglas, Dupont de Nemours, Lebrun de Grillon et Roederer votent contre sur le principe que les assignats conduiraient à l’inflation.

63 15 novembre 1790, A. P., t. 20, p. 441-443.

64 22 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 479.

65 29 octobre 1789, A. P., t. 9, p. 598-600.

66 Ou seulement 6 voix, selon le Courrier de Provence, no 74, 2-3. décembre 1789 ; selon A. P., t. 10, p. 359, 3 décembre 1789 : 439 voix contre 428.

67 A. P., t. 10 p. 414.

68 25 janvier 1790, A. P., t. 11, p. 319.

69 J. DELAVILLE-LEROULX, op. cit., note 4 ci-dessus.

70 Sur toute cette question, en plus grand détail, cf. O. LE COUR GRANDMAISON, Les Citoyennetés en Révolution (1789-1794), P.U.F., Paris, 1992 ; Ière partie : "La Citoyenneté à l’époque de la Constituante (1789-1794)".

71 17 mai 1790, A. P., t. 15, p. 536.

72 18 mai 1790, A. P., t. 15, p. 559.

73 15 mai 1791, AP., t. 26, p. 92.

74 A. P., t. 26, p. 123-126.

75 Le projet est inséré au milieu du rapport sur le code pénal, distribué le 23 mai et discuté le 30 mai 1791. Les membres du comité de Législation criminelle sont six nobles : Briois-Beaumetz, Chabrol, Duport, Fréteau Saint-Just, La Rochefoucauld et Le Peletier Saint-Fargeau, et un membre du tiers état, Dinochau. Cf. E.H. LEMAY, "Rousseau et la peine de mort à l’Assemblée constituante", Études sur le Contrat social (éd. Guy Lafrance), Pensée libre, no 2, Ottawa 1989, p. 29-37.

76 A. P., t. 26, p. 329.

77 30 mai 1791, A. P., t. 26, p. 622, 642.

78 26 mars 1790, A. P., t. 12, p. 361.

79 7 avril 1790, A. P., t. 12, p. 574-578.

80 3, 4, 27 mai 1790, A. P., t. 15, p. 370, 383, 688.

81 1 avril 1790, A.P., t. 15, p. 353.

82 AULARD, op. cit., t. II, p. 103-104 : Prieur, Robespierre et Vernier, Merlin, Muguet et Reubell.

83 Ibid, t. II, p. 152.

84 Ibid., t. VI, p. 714 : Reubell en février, suivi par Gaultier-Biauzat, A. de Beauharnais, Goupil-Préfelne, Prieur, Bouche, Pétion et enfin Roederer.

85 Duport, élu le 14 février 1791, suivi par Noailles, en avril Reubell, en juin A. de Beauhamais, suivi par Ch. de Lameth en juillet, et encore A. de Beauhamais et Broglie du 30 juillet au 27 août (pendant la révision de la constitution).

86 Dauchy, tiers état (Clermont-en-Beauvaisis), membre de 4 comités, secrétaire le 30 août 1790, est un des 96 orateurs ayant parlé souvent.

87 Le comité de Constitution (12 septembre 1789) comprend : Démeunier, Le Chapelier, Rabaut SaintÉtienne, Sieyès, Target, Thouret et Tronchet. Le comité de Révision de la Constitution, créé par le comité de Constitution (23 septembre 1790) comprend : Buzot, Pétion, Barnave, Duport, A. de Lameth ; Briois-Beaumetz, Clermont-Tonnerre.

88 7 avril 1791, A. P., t. 24, p. 606-607.

89 9-11 avril 1791, A. P., t. 24, p. 662,697.

90 14 avril 1791, A. P., t. 25, p. 68.

91 A. P., t. 25, p. 207-208.

92 27 avril 1791, A. P., t. 25, p. 366-373.

93 28 avril 1791, A. P., t. 26, p. 381-394.

94 Le 17 juillet 1791, les députés suivants ne quittent pas les Jacobins : CLERGÉ - 2 (Royer et Saurine) à 5 des 19 députés Jacobins ; NOBLES - 2 des 22 députés Jacobins ; TIERS ÉTAT - 16 (dont les 2 frères Monneron des colonies) à 26 des 171 députés Jacobins. Rappelons, toutefois, que deux mois plus tard, 76 députés seront de retour : CLERGÉ - 7 ; NOBLES-6 ; TIERS ÉTAT - 63.

95 8 août 1791, A. P., t. 29, p. 271-274.

Auteur

E.H.E.S.S. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540