Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

La perception de Robespierre dans les clubs de Jacobins de Champagne et de Picardie (1791-1795)

Jacques Bernet

Texte intégral

1A l'annonce des événements parisiens des 9 et 10 thermidor, la plupart des sociétés jacobines de Champagne et de Picardie, à l'instar de leurs consœurs du reste de la France, réagirent avec une surprenante unanimité : stupeur, puis indignation au récit de la "conspiration” du "nouveau Catilina", du "moderne Cromwell" et de ses "monstrueux complices", dont on s'empressa d'applaudir le "juste châtiment", brûlant avec un zèle étonnant les idoles adorées la veille.

  • 1 B. M. Amiens, archives communales déposées, 2 1 4, V, délibérations de la société populaire d'Amie (...)
  • 2 A. C. Reims, délibérations de la société populaire, registre 15, 16 ventôse an II - 23 pluviôse an (...)

2La nouvelle était parvenue en province à partir du 11 thermidor, par la presse et les courriers des députés correspondants attitrés des clubs, tels Danjou à Beauvais, Isoré à Clermont-de-l'Oise, Thuriot à Sézanne, Calon à Grandvilliers. La société d'Amiens reçut trois missives simultanées de Gérard Scellier, son interlocuteur habituel, Jean-Baptiste Délécloy et même André Dumont, avec qui elle était pourtant en froid1. A Reims, les clubistes assemblés le 11 thermidor, accueillirent la lettre de leur compatriote Armonville par "un silence profond", puis "frémirent d'indignation" en découvrant "la conduite criminelle de Robespierre qui, loin d'être l'ami du peuple comme il le disait tous les jours, en était l'assassin"2.

  • 3 A. P. t. 94, 15 thermidor an II ; t. 89, 29 germinal an II.
  • 4 A. D. Oise, L 4 - 251, délibérations de la société populaire de Compiègne, 3 frimaire - 19 thermid (...)

3Maints clubs avouèrent leur surprise. "Eh, quoi, toujours des conspirateurs !", s'exclamèrent les Jacobins (conformistes) de Nogent-sur-Seine, qui s'étaient déjà ébahis, en germinal, de la chute des "factions" : "qui eût pu croire, législateurs, que ses plus grands ennemis se fussent trouvés en son sein "3. On fit d'ailleurs le rapprochement entre les "conspirations" successives : Sézanne assimila Robespierre à Hébert ; Compiègne entendit, le 13 thermidor, après les "détails des crimes de Robespierre et de ses complices" une "diatribe contre les Brissot, les Danton, les Hébert, corrupteurs de la morale"4.

  • 5 B. BACZKO, "Robespierre - roi ou comment sortir de la terreur", Le Débat, no 39, 1986, p. 104-122.
  • 6 Délibérations de la société populaire d'Amiens, 13 fructidor an II ; A.DAisne, L 2118* ; délibérat (...)

4Mais, si quelques clubs eurent un moment de flottement, comme à Châlons-sur-Marne, ou parurent un temps ignorer l'événement, en gardant une prudente réserve, aucun, à notre connaissance, n'osa mettre en doute la matérialité du prétendu "complot". Plusieurs se firent même l'écho de cette fable énorme, forgée par Vadier, d'un Maximilien briguant la couronne royale5 : "Robespierre aspirait à la monarchie, nous détestons les Rois" (Amiens, 13 fructidor) ; "Un despote sous le masque populaire voulait s'asseoir sur le trône que nous avions détruit. Rétablir le despotisme royal était digne de ce Catilina et de ses complices", assurèrent les Jacobins de Chauny qui, pour des raisons compréhensibles, s'en prirent autant à leur compatriote, "l'infâme Saint-Just qui nous avait tous abusés sur son compte et futur Roi du Nord"6.

  • 7 A. P., t. 94, 17 et 19 thermidor an II ; délibérations de la société populaire d'Amiens, 13 fructi (...)

5L'accusation de "tyrannie" fut de loin le premier grief. Peu de sociétés, même modérées, mirent tout de suite en cause le gouvernement révolutionnaire et sa force coactive, la Terreur : "la France est enfin libre", (Bourmont, Haute-Marne, 14 thermidor) ; "Que maintenant la justice soit à l'ordre du jour", (Vervins, 16 thermidor) ; "Il faisait couler à flot le sang des patriotes", (Amiens), mais cette dernière adresse, d'un club très mesuré en l'an II, était déjà bien plus tardive (13 fructidor)7.

  • 8 A. P., t. 94, 4 vendémiaire an III.
  • 9 A. D. Haute-Marne, L 2014 *, délibérations de la société populaire de Chaumont, 11 brumaire - 14 f (...)
  • 10 A.D. Haute-Marne, L 2216 *, délibérations de la société populaire de Bourmont, 11 septembre 1793 - (...)

6Pour justifier pareil retournement, les sociétés ne pouvaient invoquer que la trahison, et le double jeu des "conspirateurs" : explication sommaire, déjà fabriquée contre Hébert et Danton, qui correspondait bien à la psychose de complot de la période ; le gouvernement révolutionnaire en avait lui-même usé et abusé, et la machine se retournait contre lui. Le thème du "faux patriotisme" fut donc amplement décliné dans les clubs, au lendemain de la chute du "monstrueux triumvirat", commode bouc émissaire : Mézières (Ardennes) stigmatisa "les scélérats qui méditaient l'infortune du peuple en affectant de se montrer les plus intrépides défenseurs de ses droits"8 ; Chaumont (Haute-Marne) invita, le 12 thermidor, à "surveiller les individus des différentes autorités constituées qui veulent seuls se montrer et capter l'esprit public" et mit en garde "contre le faux et trop ardent patriotisme" (12 fructidor)9 ; Bourmont, invoquant celui "qui ne parlait que de vertu et de probité, mais qui est le premier qui les a foulées au pied", exprima, dans son adresse du 12 thermidor, "l'étonnement, l'indignation et la douleur qu'a causés à l'assemblée la noire perfidie de ce Robespierre vomi du sein de la patrie" comme de "ceux qui prennent tous les masques"10.

  • 11 A.D. Oise, L 4 - 282, délibérations de la société populaire de Senlis, 3 frimaire an II - 14 nivôs (...)
  • 12 A.D. Haute-Marne, L 1853 *, Langres, registre du comité de surveillance de la section du Midy, 12 (...)

7La victoire de la Convention et la punition du "tyran" hypocrite, furent aussi interprétées comme une intervention providentielle de cet Être suprême, dont l'incorruptible avait pourtant été salué, en prairial, comme le restaurateur : "Un être tutélaire a préservé la capitale contre une guerre civile. Ils sont justement punis, les traîtres, et ont expié leurs forfaits" (Senlis, 14 thermidor)11 ; une section de Langres félicita la Convention, de "la protection que lui avait accordée l'Être suprême"12.

  • 13 Après son rappel de mission dans la Somme et dans l'Oise, en floréal an II, André Dumont était res (...)
  • 14 A.D. Oise, L 4 - 251, Délibérations de la société populaire de Compiègne, registre cité.

8Cependant des clubs mieux informés, surent prendre d'emblée la mesure de l'événement, comme celui de Compiègne, très lié au représentant André Dumont13 : le 11 thermidor, "la société réunie extraordinairement" manifesta "la plus juste et la plus violente indignation en apprenant les crimes horribles des Robespierre, Saint-Just, Le Bas et de leurs complices", rédigea, avec les autorités constituées, une adresse signée de plus de 500 citoyens, arrêta la prestation d'un nouveau serment de fidélité à la Convention, et "en outre que ces mots 9 thermidor, l'an 2e de la République française une et indivisible seraient sur le champ à la diligence des secrétaires écrits sur le mur de la salle comme unes des époques les plus mémorables de la Révolution"14.

  • 15 A.D. Haute-Marne, L 2019 *, délibérations de la société de Saint-Dizier, 23 thermidor an II ; A.C. (...)

9Saint-Dizier, Crépy-en-Valois, Creil, Nantheuil (Oise) ou Abbeville célébrèrent, le 10 août ou le 30 thermidor, tant les victoires militaires de la République que celle remportée à l'intérieur sur la "tyrannie" ; Courcelles-Saint-Loup (près de Langres) fit même un autodafé des discours de Robespierre, comme Chauny et Beauvais l'avaient fait en germinal, avec le Père Duchesne et des effigies des chefs hébertistes15.

  • 16 A. P., t. 94, 17 thermidor an II.
  • 17 A. P., t.. 95, 15 thermidor, adresse de la société de Nogent-sur-Seine ; délibérations du club d'Am (...)

10Mais la chute de Robespierre rendit aussi les clubs orphelins, entraîna une crise de confiance à l'égard de dirigeants révolutionnaires, pour lesquels il y avait eu un réel investissement politique et affectif. D'où l'expression fréquente d'une amère désillusion : "Nous ne jurons plus de fixer notre attention sur tel ou tel individu, car hélas ! trop de fois nous avons été trompés", concluaient les rédacteurs de l'adresse du petit club d'Hargicourt (près de Saint-Quentin)16 ; "Nous ne connaissons que le peuple et la Convention nationale, non les individus" (Nogent-sur-Seine, 11 thermidor) ; "Ne voir que la Convention, et ne point idolâtrer les hommes" (Amiens, 19 thermidor). Cette idée fut développée par le conventionnel montagnard Nicolas Maure, devant la société de Provins, le 26 thermidor : "Aucune réputation ne peut tenir lieu de vérité, (…) il fallait s'attacher aux principes et non aux hommes"17.

11Robespierre jouissait en effet, à la veille du 9 thermidor, d'une bonne image dans les clubs. Ce qui n'avait pas toujours été le cas, car cette "réputation" de l'homme était le résultat d'une évolution complexe, dont nous tenterons de retracer les principaux moments, de 1791 à 1794.

12Nous sommes loin de connaître le détail des délibérations des quelque 450 clubs identifiés en Champagne et en Picardie, surtout dans les années initiales, où les fonds des premières sociétés, encore peu nombreuses, ont été rarement conservés. Nos sources sont un peu moins fragmentaires en 1793-1794, mais les registres accessibles des clubs se comptent à peine sur les doigts des deux mains, et il faut recourir, avec précaution, à d'autres références, comme les nombreuses adresses reproduites dans les Archives parlementaires.

13À l'instar de Marat, Robespierre fut, dès les premières années de la Révolution, une des personnalités révolutionnaires bien en vue, mais aussi des plus controversées, en particulier dans les clubs, où il se fit connaître au double titre d'animateur de la société mère parisienne et de député patriote à la Constituante. A travers les allusions favorables ou hostiles, les silences éloquents, et non sans fluctuations, on vit donc s'affirmer progressivement dans l'opinion jacobine une figure révolutionnaire, qui ne fut sans doute jamais aussi bien établie qu'à la veille de sa chute.

  • 18 A. BABEAU, Histoire de Troyes pendant la Révolution, t. 1, ch. XX, Paris, 1873.

14On aimerait connaître les motivations exactes de la société des Amis de la Constitution de Troyes qui, dès le 25 avril 1791, proposa à la municipalité d'honorer par le nom d'une rue Mirabeau, Barnave, Lameth et Robespierre. Associé à Jérôme Pétion, l'incorruptible devait recevoir un nouvel hommage du président du club troyen, le 15 septembre 179118.

  • 19 A. D. Oise, L 4 - 230 et 231, délibérations de la société des Amis de la Constitution de Beauvais, (...)

15Les Jacobins de Beauvais exprimèrent aussi, à la même époque, leur attachement pour ces deux vertueux représentants, leaders de l'aile avancée du parti patriote à la Constituante. Dans le cas du chef-lieu de l'Oise, le registre du club, heureusement conservé, y atteste l'existence d'un actif noyau robespierriste, affirmé depuis la crise de Varennes. Ce groupe, animé notamment par des vicaires épiscopaux de l'évêque constitutionnel, avait proposé à la société, le 25 juin 1791, une motion quasiment républicaine, puis mené victorieusement campagne pour le maintien de l'affiliation aux Jacobins de Paris, en se réclamant nommément de Robespierre, à qui le club écrivit le 28 août 1791, "pour le féliciter de son patriotisme courageux, de ce zèle ardent et infatigable avec lequel il défend constamment les droits sacrés de l'homme"19.

  • 20 V. DALINE, G. Babeuf à la veille et pendant la Grande Révolution française (1785-1794), ch. IX., M (...)

16On connaît trop mal l'opinion du club de Noyon, dirigé par le futur député montagnard Coupé, où Babeuf aurait vainement proposé une adresse antimonarchique, au lendemain de la fuite manquée de Louis XVI20.

  • 21 M.L. KENNEDY, The Jacobins clubs during the French Revolution, t. 2, p. 278, adresse de la société (...)

17À Reims, le 23 juin 1791, à Sézanne, sous l'influence de Thuriot, en Haute-Marne surtout, les sociétés de Bourbonne et de Bourmont, sinon de Langres, exprimèrent sous le feu de l'événement leur défiance à l'égard du "Roi parjure", qui avait "trahi et déserté sa patrie", proposant un pouvoir exécutif "électif et amovible"21.

  • 22 A. AULARD, op. cit., t. III ; délibérations des Jacobins de Reims, registres 12 et 13 ; délibérati (...)

18Toutefois ces positions radicales, remises en cause au cours de l'été, demeurèrent minoritaires dans les clubs champenois et picards, largement dominés par des modérés. Tous se rallièrent, avec plus ou moins d'enthousiasme, à la version officielle de "l'enlèvement de Louis XVI" et approuvèrent la Constitution de 1791, avec le suffrage censitaire, contesté seulement à Beauvais. Certes la majorité des clubs rescapés, après avoir souhaité leur réconciliation avec les Feuillants, restèrent fidèles aux Jacobins, qui bénéficièrent de leur légitimité historique ; mais ils étaient loin de partager les positions de Robespierre, contesté par les Jacobins de Reims, et même ignoré dans les délibérations des sociétés de Compiègne et de Senlis jusqu'en 179322.

  • 23 A. C. Reims, délibérations de la société de Reims, registre 13. Le club rémois pétitionna en faveu (...)
  • 24 A. D. Oise, L 4-231, délibérations des Jacobins de Beauvais. Le 9 février 1792, le club avait enga (...)

19Sous la Législative, l'isolement de l'incorruptible parut encore plus grand dans le débat sur la guerre, où les clubs adoptèrent le plus souvent les positions de Brissot et Vergniaud. Ainsi sous l'impulsion d'un réfugié liégeois, devenu procureur de la commune, les Jacobins de Reims prêchèrent en faveur d'une croisade révolutionnaire en Europe, ce qui les amena à combattre nommément, le 1er février 1792, la position de Robespierre ; et l'on ne s'étonne guère que, proposant de nouveaux noms de rues pour la ville, ils lui aient préféré Pétion, aux côtés de Franklin et Mirabeau (3 avril 1792)23. L'ancien député d'Arras garda tout de même des partisans : à Beauvais, où le club, dans sa séance du 13 mars 1792, approuva son discours du 12 février, également à Bourbonne, où un miroitier défendit sa position, à contre-courant de l'opinion de la société24.

  • 25 M.L. KENNEDY, op. cit., t. 2, p. 251, 256, 260, 264, 270.

20Mais c'est surtout la société de Langres, dont les registres ont malheureusement disparu, qui devint, au tournant de l'hiver 1791-1792, un solide bastion du jacobinisme avancé et, par la suite, un fief montagnard. L'historien américain M.L. Kennedy a souligné l'influence nationale de la pétition langroise de décembre 1791 contre Louis XVI : "Si le Roi se place lui-même à la tête d'une armée et en dirige les forces contre la nation… il sera censé avoir abdiqué de son trône". Au printemps 1792 le club, adoptant le point de vue de Robespierre, dénonça auprès des Jacobins de Paris la formation du ministère girondin comme une ruse royale et attribua les premières défaites au "comité autrichien". Combattant le veto, il proposa, dans son adresse du 13 juillet, un conseil exécutif provisoire, présidé par le roi mais responsable devant la nation. Il désavoua les adresses anti-jacobines du département et des modérés, au lendemain de la journée parisienne du 20 juin contre Louis XVI, dont il vota la déchéance, dès avant l'insurrection du 10 août. Les Jacobins de Reims et de Sézanne, ralliés pour les premiers en juin 1792 à la pétition de Langres, devaient aussi souscrire à la déchéance de Louis XVI, fin juillet25.

21La chute de la monarchie, qui surprit maintes sociétés de la première génération, inaugura une nouvelle étape de l'histoire jacobine en nos régions : résurrection de clubs mis en sommeil, comme à Compiègne, nouvel essor du réseau des sociétés "républicaines" et "d'Amis de la Liberté et de l'Égalité", renouvellement de leur composition et radicalisation de leurs positions politiques.

  • 26 DOYEN, Histoire de Beauvais, t. 2, 1842 et A. D. Oise, L 4 - 187, dossier Michel Ticquet, qui cite (...)
  • 27 L'adresse d'Amiens lut dénoncée à la Convention le 24 mars 1793 (A. P).

22Alors que la condamnation de Louis XVI, formellement approuvée par les clubs, n'y entraîna guère de débats, les Jacobins picards et champenois se trouvèrent vite confrontés au conflit Gironde/Montagne, qui amena de spectaculaires reclassements, voire des renversements de position. Ainsi la société de Beauvais, dont les principaux animateurs étaient partis voler au secours de la patrie en danger, interrompit, en octobre 1792, sa correspondance avec les Jacobins de Paris, "tant que Marat, Danton et Robespierre étaient parmi eux". Une rupture complètement consommée en janvier 179326. Suite aux troubles de subsistances de mars 1793 dans la capitale, la société d'Amiens réclama l'arrestation de Marat, Robespierre et Danton, des poursuites contre les responsables des massacres de septembre 1792 ; visitant le club en avril, le député amiénois Saladin le déclara "infecté par le poison de Gorsas"27.

23Les Jacobins de Compiègne étaient bien trop prudents pour adopter un point de vue aussi tranché : après réflexion, ils refusèrent de rejoindre la société de Libourne, qui avait rompu son affiliation aux Jacobins de Paris, "tant qu'ils ne cesseront d'avoir part aux agitations" (janvier 1793) ; mais, de l'automne 1792 au printemps 1793, leurs auteurs de référence furent Roland, Vergniaud, Brissot, Condorcet, Sieyès, Carra … et une affaire locale révèle leurs préférences politiques. On arrêta en avril 1793, comme calomniateur du club et des autorités constituées, un dénommé Bussa, Jacobin compiégnois de la première heure, dont Marat avait publié anonymement dans son Publiciste une dénonciation ainsi conclue :

  • 28 A. SOREL, Le département de l'Oise, Compiègne et Marat, Beauvais, 1865 ; délibérations de la socié (...)

"Je suis forcé, citoyen, pour vous faire parvenir ma lettre, de l'adresser à une personne sûre, car ici, on est tellement dans l'erreur sur vos sentiments et vos principes, qui me sont bien connus, qu'à peine osé-je vous défendre, même parmi les patriotes ; je ne connais qu'un seul homme vraiment républicain,… avec qui je puisse librement développer ma façon de penser sur vous, Robespierre et autres de la Montagne"28.

  • 29 Délibérations des Jacobins de Reims, registre 13. À Langres, en revanche, le club, "ne reconnaissa (...)

24Si les sociétés de Senlis et de Bourbonne furent longtemps tout aussi progirondines, à l'inverse un bastion montagnard s'établit en Champagne, de Langres à Sézanne, en passant par Arcis-sur-Aube, patrie de Danton. Le cas de Reims est plus complexe. La ville, menacée d'invasion et de disette, connut des troubles populaires au lendemain de la chute de la monarchie. Le club se radicalisa sous la Convention "girondine" : il estima "imprudent et impolitique" d'annexer la Savoie en octobre 1792, dénonça Roland et maintint sa correspondance avec les Jacobins de Paris en janvier 1793. Thuriot lui trouva un "bon esprit" lors de son passage en mars, mais le 31, on y proposa une adresse invitant la Convention "à réunir les deux partis qui sont bien caractérisés, et à sauver la patrie qui est en grand danger". Deux mois plus tard une motion du club pressait l'Assemblée d'adopter promptement une Constitution, ajoutant que "dorénavant tous les représentants du peuple ne seraient plus désignés par une dénomination de Montagne, de Plaine et de marest… "29.

25Les Jacobins de Reims paraissent à cet égard représentatifs de l'opinion moyenne des sociétés patriotiques champenoises et picardes, qui ne souhaitaient probablement pas la rupture ni l'amputation de la Convention, au moment des journées des 31 mai - 2 juin 1793. Pourtant à l'initiative de quelques clubs influents, comme celui de Langres, de personnalités ayant senti tourner le vent, tels Danjou à Beauvais, Bertrand à Compiègne, Quint à Senlis… les Jacobins de nos régions se rallièrent à la Convention montagnarde au cours du mois de juin, contribuant efficacement à contenir les velléités fédéralistes des administrations départementales, dénoncées à Amiens, Chaumont, Châlons-sur-Marne, Mézières ou Beauvais. La métamorphose d'une société modérée comme celle de Compiègne, devenue maratiste, au lendemain de la mort de l'Ami du peuple, la (re)création d'un club à Bar-sur-Aube, sous le nom de société anti-fédéraliste, le 6 juin 1793, illustrent l'évolution et le rôle des clubs au cours de cette crise, où la Champagne et la Picardie restées loyales, grand arrière du front tenu par les armées du Nord et de Moselle, représentèrent un glacis protecteur pour le pouvoir central parisien.

  • 30 M. L. KENNEDY, op. cit., t. 2.

26Le ralliement général des clubs au nouveau cours montagnard inaugura, à partir de l'été 1793 et jusqu'à la chute de Robespierre, une nouvelle période de relations entre le dirigeant Jacobin, devenu une des têtes politiques du gouvernement révolutionnaire, et le réseau largement multiplié des sociétés populaires de 1793-1794. Devenues en l'an II de véritables institutions révolutionnaires, elles avaient plus que jamais un rôle de formation de l'esprit public ; la lecture des journaux patriotiques, mais aussi des discours et rapports des dirigeants Jacobins et montagnards, était un des premiers instruments de cette éducation politique, confondue avec la propagande du gouvernement. Une entreprise, certes peu conforme à nos actuelles normes démocratiques, que le club de Langres avait hardiment anticipée dès juin 1792, en demandant à la Législative de publier une sorte de journal officiel, "écrit dans un style vigoureux mais simple, qui imposerait une opinion uniforme à tout l'empire"30.

  • 31 A. D. Oise, L 4 - 283, Registre de la société de Senlis.

27Si les délibérations des clubs confirment la popularité du Père Duchesne jusqu'à sa chute, en ventôse, Robespierre est de loin l'auteur le plus cité, devant Saint-Just, Couthon, Barère, Billaud-Varennes et plus rarement Danton. Pour éviter une liste fastidieuse, limitons-nous à l'exemple du club de Senlis : un discours de Danton y est lu le 8 septembre 1793 ; le 9 nivôse, on applaudit un texte de Robespierre "sur le code révolutionnaire" ; le 23 pluviôse son rapport "sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention dans l'administration de la République" remporte un vif succès et on le reprend durant trois décades ; ventôse et germinal sont les grands mois de Saint-Just (décrets du 13 ventôse, rapports sur les conspirations des factions ; le 20 floréal le club salue son "énergique discours" sur la police générale) ; le 27 floréal, "lecture d'un grand et beau discours du représentant du peuple Robespierre à la Convention sur l'existence de l'Être suprême et de l'immortalité de l'âme et sur les fêtes décadaires. Il est couvert d'applaudissements" - on devait le redire à plusieurs séances ; le 10 prairial, on entendit le discours du 6 "sur les nouveaux crimes des tyrans" ; le 24 prairial, rapport de Couthon "sur l'organisation du tribunal révolutionnaire" et de Barère "sur les faux nouvellistes" ; enfin, le 7 messidor, réfutation par Robespierre de la proclamation du duc d'York31.

  • 32 A. P., t. 88, 18 germinal (Avize et Chauny) ; 21 germinal (Beauvais) ; 22 germinal (Arcis-sur-Aube (...)

28Sorte de répétition générale du 9 thermidor, la prétendue "conspiration" des factions, dantoniste et surtout hébertiste, mobilisa les clubs, nombreux à envoyer des adresses, dont le contenu et le ton annonçaient celles de l'été 1794 : "Lancez la foudre contre les Catilinas modernes" (Avize, 18 germinal). Qualifiant les Hébertistes de "charlatans du patriotisme", Senlis, le 27 ventôse, dénonçait déjà le "complot tendant à rétablir la royauté et à dissoudre la Convention nationale". Si Arcis-sur-Aube adhéra le 22 germinal, avec un zèle suspect, à la chute de "la tête de Danton et de ses complices", les clubs furent surtout frappés par la "trahison" des Exagérés : "Ne pas se fier aux grands aboyeurs qui ont le masque du patriotisme" (Chauny, 18 germinal) ; "Voyez, nous disent-ils, à qui se fier maintenant ? " (Beauvais, 21 germinal). À Robespierre, si l'on en croit les Jacobins de Saint-Quentin, dans leur adresse du 22 germinal, qui firent l'éloge de l'incorruptible en même temps qu'ils approuvaient le châtiment des "conspirateurs"32.

  • 33 cf. J. BERNET, Portée et limites de l'Etre suprême, l'exemple oisien, Colloque Religion et Révolut (...)
  • 34 "Les conspirateurs hypocrites qui, sous prétexte de détruire d'anciens préjugés, veulent démoralis (...)
  • 35 R. LEGRAND, Les fêtes civiques à Abbeville, op. cit. ; A. P., t. 91, 13 prairial an II, adresse de (...)

29Mais l'inflexion sensible vers ce qu'il faut bien appeler un culte de la personnalité de Robespierre, nous paraît se situer au tournant des mois de floréal et prairial, à la réception par les clubs du rapport sur l'Être suprême, l'immortalité de l'âme et les fêtes nationales. Déjà, en nivôse, quelques sociétés, comme à Crépy-en-Valois ou Bar-sur-Seine, s'étaient appuyées sur les interventions de Maximilien à la Convention en faveur de la liberté des cultes, pour tenter de freiner une défanatisation en effet bien "impolitique". En vain. Le décret du 18 floréal eut, certes, une lecture variable, qu'il fût apprécié avec soulagement, comme un retour de la religion, ou qu'on y vît le triomphe d'un culte civique national, propre à chasser définitivement le vieux "fanatisme"33. Mais le retour de la Divinité, souvent mis en relation avec la punition des conspirateurs, accusés d'athéisme34, eut d'autant plus de retentissement que l'on organisa, sous la houlette du conventionnel beauvaisien Jean-Pierre Danjou, une véritable campagne nationale d'adhésion, en sollicitant les adresses des sociétés populaires et des autorités locales. Le discours et le décret furent lus et relus en séance, réimprimés (à 400 exemplaires à Reims), largement diffusés dans le public, suscitant la verve poétique des auteurs locaux de "prières à l'Éternel". Cette initiative déboucha sur la grandiose cérémonie du 20 prairial, organisée dans la moindre commune, avec un succès semble-t-il appréciable, sorte d'apothéose pour l'incorruptible, qui présida à la fête parisienne, non sans porter ombrage à certains de ses collègues. À Abbeville la célébration comporta d'ailleurs un pompeux éloge de Robespierre et son nom fut, d'une manière générale, associé à la volonté de régénération religieuse et morale de la nation, "à la doctrine de la vertu" (Chaumont-en-Véxin)35.

  • 36 A. D. Oise, L 4 - 282, Délibérations de la société de Senlis, 7 prairial an II.

30Un événement devait bientôt contribuer à concrétiser cette idolâtrie, l'affaire des "attentats", celui, plus sérieux, de L'Admirai contre Collot d'Herbois, l'autre, tentative d'assassinat, qu'aurait "projeté une seconde Corday sur l'incorruptible Robespierre", selon la version de la société de Senlis36.

31Cet épisode subalterne suscita de la part des clubs un incroyable flux d'adresses à la Convention, ou de lettres flagorneuses envoyées aux représentants concernés.

32Compiègne, 6 prairial :

"Un sentiment d'indignation a succédé au calme et tous les assistants, sans distinction d'âge ni de sexe, ont frémi au récit des dangers auxquels les deux représentants du peuple ont été exposés et dont Collot, surtout, n'est échappé que par le génie tutélaire de la République".

  • 37 Dans la Marne, Dormans cite le "décret sur les indigents" ; Vienne-le-Château, l'intitule "sur la (...)

33Cette idée du "Génie de la France" (Bourmont), de "la Providence" (Avize) sauvant la vie des deux conventionnels, se retrouve dans un grand nombre de textes, combinant opportunément l'adhésion à l'Être suprême et l'indignation contre les attentats. Quelques clubs ajoutèrent une dimension sociale, avec le décret sur les secours aux indigents37. Cette vague littéraire se prolongea jusqu'en messidor, parfois même un peu tard : rédigée le 20 messidor, l'adresse du club de Wassigny (Ardennes), faisant l'éloge de Robespierre, ne parvint que le 30 thermidor à la Convention…

  • 38 À Lévignen, dans l'Oise, on arrêta, le 14 thermidor, une marchande "qui a dit avoir des relations (...)
  • 39 Le prétendu complot politico-religieux des Carmélites de Compiègne fut explicitement mis en relati (...)
  • 40 Délibérations communales de Bar-sur-Seine, d'Essoyes (Aube) et de Châteauvillain (Haute-Marne) en (...)

34À la veille de sa chute, Robespierre jouissait, auprès de l'opinion jacobine et sans doute plus largement38, d'une solide réputation politique et personnelle, exerçait un véritable magistère moral, étant désormais entouré d'une sorte de halo religieux, source de jalousies - voir les sarcasmes d'un Vadier, qui monta en épingle l'affaire Catherine Théot, pour le discréditer. (On en observe quelques échos dans les clubs, notamment à Compiègne, où cet épisode devait entraîner indirectement la condamnation des célèbres Carmélites)39. Nous avons aussi trouvé trace, en Champagne du Sud, d'un bobard diffusé au début de l'été 1794, attribuant à un prisonnier autrichien mourant de prétendues révélations, quant à la connivence de Robespierre avec l'étranger et les émigrés40.

35C'est donc dans un climat quelque peu irrationnel, où la hantise du complot rivalisait avec l'attente d'interventions de la Providence, qu'intervint le coup de théâtre du 9 thermidor : mise en scène dramatique, où les acteurs, en prétendant "déchirer le voile", ne firent que reproduire un schéma déjà bien rôdé. Son efficacité en thermidor ne témoigne pas seulement de la crédulité apparente ou de l'opportunisme des clubs ; on peut y voir aussi un reflet des conditions politiques, de l'ambiance et des mentalités de la période.

36Nous avons largement évoqué la réception immédiate de l'événement dans les sociétés champenoises et picardes. Son vrai sens n'apparut qu'avec le démantèlement du gouvernement révolutionnaire et la fin de la Terreur, qui réjouit les clubs modérés et démocratiques, et provoqua bientôt des tensions, des luttes de pouvoir chez ceux qui avait été plus sectaires et radicaux. Tandis que Chaumont (Haute-Marne) répudiait toute référence à la Montagne (12 fructidor), maintes sociétés déploraient indirectement les effets du 9 thermidor :

"La société de Mézières applaudit à la chute de Robespierre. Elle annonce que les aristocrates s'efforcent de proscrire les patriotes. Que la loi du maximum n'est pas observée et que le fanatisme relève la tête". (adresse reçue le 26 septembre 1794 par les Jacobins de Paris).

  • 41 La frontière ardennaise fut la seule région champenoise à connaître une véritable terreur en l'an (...)

37De Sedan à Langres, en passant par Troyes ou Sézanne, de Beauvais à Chauny, de Chaumont-en-Véxin à Compiègne, des hommes au pouvoir en l'an II furent mis en cause, bien qu'ils s'en défendent, comme "partisans de Robespierre", accusés d'abus de pouvoir sinon de crimes, tel le chef des Jacobins de Givet, Délécolle, qui aurait été en relation directe avec l'incorruptible, et devait être condamné à mort au terme d'un retentissant procès des "terroristes ardennais", en prairial an III41.

  • 42 Cité par A. AULARD, Les Jacobins, t. VI, p. 430.
  • 43 A. D. Haute-Marne, L 2213, correspondance de la société de Bourbonne-les-Bains, rapport du 30 vendé (...)

38De ces règlements de compte thermidoriens, prolongés jusqu'au printemps 1795, l'image de Robespierre sortit durablement ternie. Alors que tous les clubs avaient fait son éloge en l'an II, il était devenu en l'an III un commode bouc émissaire : "Les patriotes accusés d'être les complices d'Hébert et de Ronsin, en ce moment on les dénonce comme les partisans de Robespierre", déplorèrent les Jacobins de Mouzon (Ardennes), début septembre 179442. Le 30 vendémiaire an III, la société modérée de Bourbonne-les-Bains, débattant de l'approvisionnement des marchés, mit la disette sur le compte de Robespierre et de l'économie dirigée de l'an II. Tout en avançant une interprétation morale ("la Révolution n'a présenté jusqu'alors que la lutte des vertus du peuple avec les crimes des factions", - de La Fayette à Robespierre-, le club suggéra un projet social derrière l'intrigue politique : paralyser le commerce intérieur en stockant les denrées excédant les besoins de l'armée et "livrer une guerre à mort aux riches propriétaires et aux commerçants pour se partager les dépouilles"43.

39A contrario, l'assemblée populaire de Vendeuil, (district de Breteuil, Oise), le 16 thermidor an II, sans allusion explicite à la chute de Robespierre (le texte se limite à stigmatiser vaguement "tous les tyrans de la terre"), fit l'éloge de la politique sociale montagnarde :

  • 44 A. P., t. 96, 10 fructidor an II.

"Les habitants … jouissant des bienfaits de la Liberté et de l'Égalité sont au comble de leur joie de voir disparaître de chez eux la misère et ses fléaux … Ils ont reçu et reçoivent journellement les secours que la patrie accorde à ses enfants… Étrangers à la terre avant la Révolution, ils vont jouir du fruit de leurs travaux dans la portion dont la patrie les a faits propriétaires depuis le 10 juin dernier (style esclave) ; … une récolte abondante en légumes de toute espèce, grains de toute nature, sera cette année les effets de cet heureux partage … ; nous bénissons aussi, Augustes Législateurs, votre décret qui nous rappelle l'existence de l'Etre suprême et de l'immortalité de l'âme … Les campagnes, troublées un instant par les athéistes, embrassent la vraie religion d'un gouvernement élevé au-dessus des préjugés religieux jadis enfantés par les prêtres"44.

40Mais les clubs se risquèrent rarement à ce type de lecture sociale ; ils privilégièrent les aspects politiques, moraux ou religieux, mettant d'ailleurs sur le compte de Robespierre les persécutions anti-catholiques, qu'il avait pourtant combattues. Au printemps 1795, les partisans du régime l'an II, s'ils ne s'étaient pas reconvertis, avaient été pour l'essentiel éliminés des clubs rescapés et des administrations épurées. Les disettes et les graves troubles sociaux de l'an III servirent plutôt, en nos régions, un retour royaliste, qui accompagna le large mouvement en faveur du rétablissement de l'ancien culte. Le réseau des clubs, décapité depuis la fermeture des Jacobins de Paris, plus vite disparu dans les campagnes, s'était étiolé dans les villes, jusqu'à son interdiction complète à la fin de la Convention.

  • 45 Si l'on excepte quelques rares cas, comme celui de Langres, où le club, tenu par les nostalgiques (...)

41Robespierre était alors au plus bas de sa popularité et ses rares partisans réfugiés dans la clandestinité45. Il faudra attendre la sociabilité néo-jacobine du Directoire, et surtout le travail des courants politiques et des historiens révolutionnaires du XIXe siècle, pour reconstruire, avec plus de recul, une image un peu moins schématique du personnage passé, en l'espace d'une Révolution, d'une notoriété controversée à une idolâtrie excessive, puis tombé dans un discrédit non moins exagéré.

Notes

1 B. M. Amiens, archives communales déposées, 2 1 4, V, délibérations de la société populaire d'Amiens, 8 prairial an II - 2 brumaire an III.

2 A. C. Reims, délibérations de la société populaire, registre 15, 16 ventôse an II - 23 pluviôse an III. (non coté)

3 A. P. t. 94, 15 thermidor an II ; t. 89, 29 germinal an II.

4 A. D. Oise, L 4 - 251, délibérations de la société populaire de Compiègne, 3 frimaire - 19 thermidor an II.

5 B. BACZKO, "Robespierre - roi ou comment sortir de la terreur", Le Débat, no 39, 1986, p. 104-122.

6 Délibérations de la société populaire d'Amiens, 13 fructidor an II ; A.DAisne, L 2118* ; délibérations de la société populaire de Chauny, 6 ventôse an II - 23 frimaire an III (séance du 12 thermidor an II).

7 A. P., t. 94, 17 et 19 thermidor an II ; délibérations de la société populaire d'Amiens, 13 fructidor an II.

8 A. P., t. 94, 4 vendémiaire an III.

9 A. D. Haute-Marne, L 2014 *, délibérations de la société populaire de Chaumont, 11 brumaire - 14 fructidor an II.

10 A.D. Haute-Marne, L 2216 *, délibérations de la société populaire de Bourmont, 11 septembre 1793 - 26 brumaire an III.

11 A.D. Oise, L 4 - 282, délibérations de la société populaire de Senlis, 3 frimaire an II - 14 nivôse an III.

12 A.D. Haute-Marne, L 1853 *, Langres, registre du comité de surveillance de la section du Midy, 12 thermidor an II.

13 Après son rappel de mission dans la Somme et dans l'Oise, en floréal an II, André Dumont était resté en relations avec l'agent national du district de Compiègne Bertrand, qui lui faisait d'ailleurs parvenir du ravitaillement à Paris.

14 A.D. Oise, L 4 - 251, Délibérations de la société populaire de Compiègne, registre cité.

15 A.D. Haute-Marne, L 2019 *, délibérations de la société de Saint-Dizier, 23 thermidor an II ; A.C. de Crépy-en-Valois, second registre de délibérations du club, 16 thermidor an II ; la municipalité de Creil célébra, le 23 thermidor, une cérémonie au Temple de la Raison, "à la gloire de la victoire que les patriotes ont remportée le 10 contre les tyrans" (cité par la S.P. de Senlis) ; délibérations communales de Nantheuil-le-Haudouin, 23 thermidor ; R. LEGRAND, Les fêtes révolutionnaires à Abbeville, 1978 ; A.D. Haute-Marne, L 1802, comité de surveillance de Courcelles-Saint-Loup, 30 thermidor an II. Délibérations du club de Chauny, 27 ventôse an II ; A. P., t. 87, 13 germinal an II, adresse de la société de Beauvais.

16 A. P., t. 94, 17 thermidor an II.

17 A. P., t.. 95, 15 thermidor, adresse de la société de Nogent-sur-Seine ; délibérations du club d'Amiens ; B. M. Provins, second registre de la société populaire de Provins, 26 thermidor an II.

18 A. BABEAU, Histoire de Troyes pendant la Révolution, t. 1, ch. XX, Paris, 1873.

19 A. D. Oise, L 4 - 230 et 231, délibérations de la société des Amis de la Constitution de Beauvais, 2 juillet 1790 - 14 septembre 1792.

20 V. DALINE, G. Babeuf à la veille et pendant la Grande Révolution française (1785-1794), ch. IX., Moscou, 1976.

21 M.L. KENNEDY, The Jacobins clubs during the French Revolution, t. 2, p. 278, adresse de la société de Sézanne ;A. D. Haute-Marne, L 2212 *, délibérations de la société des Amis de la Liberté et de l'Ordre Public de Bourbonne-les-Bains, septembre 1790 - octobre 1793 ; A. AULARD, Les Jacobins, t. III, p. 92, adresse de la société de Bourmont.

22 A. AULARD, op. cit., t. III ; délibérations des Jacobins de Reims, registres 12 et 13 ; délibérations des sociétés de Compiègne et de Senlis, A. D. Oise.

23 A. C. Reims, délibérations de la société de Reims, registre 13. Le club rémois pétitionna en faveur d'une alliance avec les Provinces-Unies et l'Angleterre (19 février 1792), écrivit aux sociétés d'Amis de la Révolution de Londres et Philadelphie, puis, aux cantons suisses, le 22 avril, après avoir félicité l'Assemblée de la déclaration de guerre.

24 A. D. Oise, L 4-231, délibérations des Jacobins de Beauvais. Le 9 février 1792, le club avait engagé la société de Noyon à "employer tous les moyens de pacification afin d'apaiser les troubles survenus dans ce pays", à propos de l'arrêt des bateaux de grains sur l'Oise, mouvement populaire ayant porté atteinte à la libre circulation des grains.

25 M.L. KENNEDY, op. cit., t. 2, p. 251, 256, 260, 264, 270.

26 DOYEN, Histoire de Beauvais, t. 2, 1842 et A. D. Oise, L 4 - 187, dossier Michel Ticquet, qui cite la lettre aux Jacobins de Paris d'octobre 1792, ajoutant, dans ce témoignage de septembre 1793, "s'il fallait punir tous ceux qui n'ont pas toujours été de la Montagne, les 7/8e des républicains de cette ville le seraient".

27 L'adresse d'Amiens lut dénoncée à la Convention le 24 mars 1793 (A. P).

28 A. SOREL, Le département de l'Oise, Compiègne et Marat, Beauvais, 1865 ; délibérations de la société de Compiègne, 11-18 avril 1793 ; délibérations municipales de Compiègne (A. C).

29 Délibérations des Jacobins de Reims, registre 13. À Langres, en revanche, le club, "ne reconnaissant que la Montagne, demande des mesures définitives contre les membres corrompus de la Convention", mai 1793 (cité par M L. KENNEDY, op. cit., t. 2, p. 356).

30 M. L. KENNEDY, op. cit., t. 2.

31 A. D. Oise, L 4 - 283, Registre de la société de Senlis.

32 A. P., t. 88, 18 germinal (Avize et Chauny) ; 21 germinal (Beauvais) ; 22 germinal (Arcis-sur-Aube, Saint-Quentin). Délibérations du club de Senlis, 27 ventôse an II.

33 cf. J. BERNET, Portée et limites de l'Etre suprême, l'exemple oisien, Colloque Religion et Révolution, Chantilly, 1986, Actes, p. 387 - 394.

34 "Les conspirateurs hypocrites qui, sous prétexte de détruire d'anciens préjugés, veulent démoraliser le peuple en sapant les principes de la morale universelle". A. P., t. 92, 21 messidor, adresse de la société de La Neuville-au-Pont (Marne).

35 R. LEGRAND, Les fêtes civiques à Abbeville, op. cit. ; A. P., t. 91, 13 prairial an II, adresse de la société de Chaumont-en-Vexin (Oise) sur l'Être Suprême.

36 A. D. Oise, L 4 - 282, Délibérations de la société de Senlis, 7 prairial an II.

37 Dans la Marne, Dormans cite le "décret sur les indigents" ; Vienne-le-Château, l'intitule "sur la mendicité" (A. P., 13 prairial et 21 messidor an II).

38 À Lévignen, dans l'Oise, on arrêta, le 14 thermidor, une marchande "qui a dit avoir des relations avec l'infâme Robespierre, qui souvent parlait de lui et se flattait de manger avec lui" ; elle fut disculpée 10 jours plus tard : "Elle n'a jamais eu de relations avec le scélérat Robespierre et elle en imposait quand plusieurs fois elle a dit qu'elle le connaissait". (A. D. Oise, L 4 - 262, comité de surveillance de Crépyen-Valois).

39 Le prétendu complot politico-religieux des Carmélites de Compiègne fut explicitement mis en relations avec l'affaire Catherine Théot, également citée dans le club d'Amiens, le 10 messidor ; J. BERNET, Les Carmélites de Compiègne, Encyclopédie de la sainteté chrétienne, t. IX, 1984).

40 Délibérations communales de Bar-sur-Seine, d'Essoyes (Aube) et de Châteauvillain (Haute-Marne) en messidor an II.

41 La frontière ardennaise fut la seule région champenoise à connaître une véritable terreur en l'an II, en raison, sans doute, de la proximité du front, par crainte de "trahison" des administrations modérées, dont certaines avaient soutenu La Fayette en août 1792. D'où la réputation terroriste des noyaux dirigeants des clubs de Givet, Mézières, Charleville, Sedan, Mouzon, qui subirent en contre-coup une forte réaction thermidorienne en l'an III.

42 Cité par A. AULARD, Les Jacobins, t. VI, p. 430.

43 A. D. Haute-Marne, L 2213, correspondance de la société de Bourbonne-les-Bains, rapport du 30 vendémiaire an III.

44 A. P., t. 96, 10 fructidor an II.

45 Si l'on excepte quelques rares cas, comme celui de Langres, où le club, tenu par les nostalgiques de l'an II jusqu'à la fin de la Convention, fut reconstitué, après sa fermeture officielle, sous la forme d'une société littéraire, en floréal an V, puis, après le coup d'État du 18 fructidor, comme cercle constitutionnel.

Auteur

Compïègne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540