Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

1788/1789 en Artois : un candidat en campagne électorale, Maximilien de Robespierre

Bruno Decriem

Texte intégral

1Toute élection provoque fièvre et polémique. Celle de Robespierre aux États généraux n'échappe pas à la règle. Ernest Hamel, le fougueux hagiographe de Robespierre, nous parle d'une élection presque assurée dès le début eu égard à la grande réputation de Robespierre. C'est loin d'être certain. Dans une biographie un peu datée, son biographe-psychologue Max Gallo nous semble beaucoup plus proche de la réalité lorsqu'il écrit :

"Il lui faut réussir, il le sait. Il est des moments où un homme devine que toute sa vie se joue, qu'il est le dos au gouffre. Pour Maximilien c'est soit l'échec définitif de ses ambitions soit un nouveau, un vrai départ. Il brûle ses vaisseaux : il ne faut plus plaire à tous, il faut être élu, seulement cela".

2Et certes, on le sait, son élection ne fut pas une formalité, loin de là. Sur les huit députés du Tiers, il ne sera que le cinquième élu après un échec précédent, battu après ballottage pour le poste de quatrième député contre le modeste Vaillant.

3La réaction thermidorienne en a fait un intrigant, prêt à tout pour être élu, et notamment à des compromissions avec les grands personnages influents de l'Artois (citons les frères Lameth : Alexandre et Charles ainsi que Briois de Beaumetz). Les biographes forts nombreux de l'incorruptible, même ceux qui lui sont le plus favorables ont repris cette thèse du "jeune loup aux dents longues" prêt à tout pour se faire élire. C'est l'abbé Proyart dans ses classiques : La vie et les crimes de Robespierre (1795) réédité par son neveu et publié en 1850 à Arras qui fait référence en la matière :

"Mais quels furent l'étonnement et la douleur de Robespierre, lorsque, tout étant ainsi disposé, au lieu de se voir nommer en tête et par acclamation, comme sa vanité s'en était laissé flatter, il vit successivement sortir les noms de plusieurs députés et le sien toujours oublié, quelquefois même repoussé avec mépris ! C'est alors que, le désespoir dans le cœur, il court dans une maison que fréquentait sa sœur raconter son humiliation et ses chagrins. Une personne présente à son récit l'exhorte à ne point perdre courage tant qu'il restera une place à remplir. Là se trouvait aussi un député déjà nommé, M. Briois de Beaumetz. On l'invite, on le presse de faire quelque chose pour Robespierre. Celui-ci s'y refuse d'abord ; mais voyant Robespierre à ses pieds, qui lui jure qu'il ne fera rien que par ses avis dans les États généraux, M. de Beaumetz consent à lui prêter son crédit auprès des votants. Fort de cette ressource, Robespierre entrevoit une lueur d'espérance. Son ambition se ranime ; il tient conseil, il passe en revue divers expédients, et s'en tient à celui de faire une dernière tentative auprès des campagnards, par un discours qu'il croit propre à les séduire. Cependant il fait écrire sur le champ son nom sur quatre cents morceaux de papier qu'il remet à ses affidés avec injonction de les distribuer aux paysans de l'assemblée au moment précis où ils s'apercevront que sa harangue fera impression sur eux".

4Malgré toute la mauvaise foi de ce récit, il n'en reste pas moins que l'élection de Robespierre fut houleuse. Lui-même rappela les conditions difficiles de son obtention lors d'une réponse aux Girondins Guadet et Brissot à la tribune des Jacobins le 28 mars 1792 :

"J'ai fait, dès la première aurore de la Révolution, au-delà de laquelle vous vous plaisez à remonter pour y chercher à vos amis des titres de confiance, ce que je n'ai jamais daigné dire, mais ce que mes compatriotes s'empresseraient de vous rappeler à ma place, dans ce moment où l'on met en question si je suis un ennemi de la patrie et s'il est utile à sa cause de me sacrifier : ils vous diraient qu'à l'époque des premières assemblées, je les déterminai moi seul non pas à réclamer, mais à exercer, les droits du souverain. Ils vous diraient qu'ils ne voulurent pas être présidés par ceux que le despotisme avait désignés pour exercer cette fonction, mais par les citoyens qu'ils choisirent librement. Ils vous diraient que, tandis qu'ailleurs le Tiers État remerciait humblement les nobles de leur prétendue renonciation à des privilèges pécuniaires, je les engageais à déclarer pour toute réponse à la noblesse artésienne que nul n'avait droit de faire don au peuple de ce qui lui appartenait ; ils vous rappelleraient avec quelle hauteur ils repoussèrent le lendemain un courtisan fameux, gouverneur de la province et président des trois ordres, qui les honora de sa visite pour les ramener à des procédés plus polis ; ils vous diraient que je déterminais l'assemblée électorale, représentative d'une province importante, à annuler des actes illégaux et concussionnaires que les États de la province et l'intendant avaient osé se permettre ; ils vous diraient qu'alors comme aujourd'hui en butte à la rage de toutes les puissances conjurées contre moi, menacé d'un procès criminel, le peuple m'arracha à la persécution pour me porter dans le sein de l'Assemblée nationale ; tant la nature m'avait fait pour jouer le rôle d'un tribun ambitieux et d'un dangereux agitateur du peuple !".

5Une élection difficile alliée à la volonté tenace de Robespierre de représenter le Tiers État aux États généraux dès l'annonce officieuse de la convocation. Dans une lettre personnelle adressée à Dubois de Fosseux, directeur de l'Académie d'Arras et datée - notons-le bien - du 8 janvier 1789, Robespierre affirme : "Oui, je compte me rendre à l'Assemblée, j'ai même commencé ce matin un petit discours relatif aux circonstances".

6C'est dans ce cadre très précis d'effervescence électorale et pamphlétaire qu'il faut considérer l'Adresse à la Nation artésienne, discours de circonstance et aussi en même temps discours-programme qui prend date.

7 L'Adresse à la Nation artésienne sur la nécessité de réformer les États d'Artois tient donc lieu de programme électoral du candidat Maximilien Robespierre. Déjà élaborée et publiée en 1788, elle fut éditée à nouveau en février 1789 "considérablement augmentée de nouveaux faits, recueillis depuis la première". Ce pamphlet de circonstance, destiné à faire connaître très largement les positions de l'avocat d'Arras sur la situation économique et politique de l'Artois, n'en reste pas moins remarquable. On y discerne peut-être pour l'une des premières fois le Robespierre constituant, celui qui élabore une ligne de conduite révolutionnaire. De nombreux biographes de Robespierre l'affirment avec force (Hamel, Walter, Matrat, Stil, Korngold, Croquez-Loublié, Mornand, Lenôtre, d'autres encore...). L'ouvrage (nous étudierons la nouvelle édition, celle de février 1789) se compose de 83 pages sans chapitre. Il est non signé, mais personne ne peut s'y tromper.

8On peut le diviser en huit thèmes principaux distincts qui forment le tout de la pensée robespierriste de cette époque électorale :

  • une dénonciation de la dilapidation des deniers publics par les États d'Artois ;
  • une énormité injustifiée des contributions ;
  • une injuste répartition inégalitaire de l'imposition en général ;
  • l'inégalité des ordres en particulier ;
  • la volonté des États d'Artois de supprimer les avantages de la province suite à son statut particulier (édit de 1569) ;
  • les méfaits des États d'Artois sur les campagnes et les atteintes aux droits de l'homme ;
  • les pressions électorales inadmissibles exercées sur les Artésiens pour diriger les futurs électeurs ;
  • et enfin pour finir, l'annonce par Robespierre d'un réveil nécessaire du peuple artésien en préconisant le "bon choix", celui de la vertu et du courage.

9On le voit, il s'agit ici d'un ambitieux programme très nettement affiché de rupture avec la structure de l'Ancien Régime.

10Reprenons un peu tous ces thèmes électoraux pour comprendre la pensée de Robespierre à la veille des États généraux. Pour lui, tout d'abord, l'annonce des élections c'est avant tout une chance historique à saisir pour le peuple tout entier :

"Nous touchons au moment qui doit décider à jamais de notre liberté ou de notre servitude, de notre bonheur ou de notre misère. Cette alternative dépend absolument du caractère et des principes des représentants, à qui nous confierons le soin de régler nos destinées dans l'Assemblée générale de la Nation, et du zèle que nous montrerons pour recouvrer les droits sacrés et imprescriptibles dont nous avons été dépouillés".

11Cette chance unique à saisir, il y revient plus loin :

"Ah ! Saisissons plutôt l'unique moment que la Providence nous ait réservé dans l'espace des siècles, pour y recouvrer ces droits imprescriptibles et sacrés, dont la perte est à la fois une opprobre et une source de calamités".

12Le peuple artésien gémit depuis trop longtemps dans les fers. Il doit briser ses chaînes. En disciple rousseauiste, Robespierre insiste beaucoup sur ce peuple enchaîné, endormi, qu'il est temps de réveiller. C'est, parallèlement aux abus multiples dont il est la victime, le fil conducteur de sa pensée :

"Eh ! Pourquoi balancerais-je à le dire ? Tandis que les ennemis dangereux que cette province renferme dans son sein veillent pour assurer la perpétuité de leur empire, nous dormons encore sous le poids des chaînes qu'ils nous ont données. Il est temps d'avertir la Nation artésienne des pièges funestes dont on l'environne ; il est temps de l'inviter à réfléchir sur les objets qui intéressent le plus essentiellement son bonheur". Et vers la fin du pamphlet : "Le moment est arrivé où des étincelles de feu sacré doivent nous rendre la vie, le courage et le bonheur... Le premier signe de cette heureuse régénération sera le mouvement généreux qui nous forcera à rougir des chaînes déshonorantes que nous portons".

13Pour Robespierre, la réforme révolutionnaire s'impose comme une nécessité. "Adoptons, dit-il, de sages mesures pour parvenir à cette réforme salutaire".

14A la même époque du fameux Qu'est-ce que le Tiers Etat ? de Sieyès, Robespierre s'interroge lui aussi sur le pouvoir local. A la question Qu'est-ce que des États provinciaux ? il répond :

"C'est l'Assemblée des représentants de tous les ordres des citoyens chargés de leurs pouvoirs, pour veiller, en leur nom, au maintien de leurs droits, et pour présider à l'administration de la chose publique".

15Mais entre l'idéal et la réalité, il y a une énorme distance et Robespierre met en cause la composition des États d'Artois dans toutes ses composantes. Les droits du peuple sont bafoués car la démocratie électorale et politique n'existe pas dans la désignation des membres des États :

"Ne voyez-vous pas d'abord que la seule composition de ces dernières doit être le principe de tous les abus ? Puisque ce n'est point le suffrage des peuples qui en ouvre l'entrée, mais la faveur des personnages qui en sont membres et surtout des hommes puissants qui les dominent ; il s'ensuit que cet honneur sera le prix de l'intrigue et de la complaisance avec laquelle on sacrifiera les intérêts des peuples à celui des grands. Ainsi tandis que des hommes nuls brigueront à l'envie les charges publiques, par ces moyens odieux, les citoyens distingués par leurs lumières et par leur intégrité les fuiront, en gémissant sur les malheurs et sur la honte de la Patrie, ils laisseront une libre carrière à l'ambition de quelques aristocrates".

16La composition des trois ordres dans ces États d'Artois est fortement critiquée par Robespierre qui remet en cause la représentativité réelle de ces institutions. Après avoir rappelé que "la première source des malheurs d'un peuple, ce sont les vices de son gouvernement" idée promise à un bel avenir, il exécute d'une formule lapidaire la représentativité cléricale :

"Qu'est-ce que la chambre du clergé ? Un comité où assistent deux évêques, les abbés réguliers des monastères, les députés des chapitres. Les évêques ne représentent personne, parce que personne ne les a choisis".

17Comme à de nombreuses reprises sous la Constituante et même plus tard, sous la Convention, Robespierre va prendre la défense du bas-clergé, celui des petits curés des paroisses : son éloquence est sans ambiguïté :

"Mais il résulte en général, de tout ce que nous venons de dire, que les membres du clergé qui prennent séance aux États, ne représentent en aucune manière l'ordre du clergé ! Et de quel droit a-t-on exclu les curés, et tous les autres ecclésiastiques, la classe sans contredit, la plus nombreuse, la plus utile de ce corps, la plus précieuse par ces rapports touchants qui l'unissent aux besoins et aux intérêts du peuple ?"

18Les ministres sont au centre de tous les complots. Ce sont eux qui couvrent les exactions des États d'Artois. Ce sont eux les principaux responsables de la situation catastrophique. Cet avis quasi-général, Robespierre le partage : il en accuse deux nominalement : l'abbé Terray "ministre abhorré" et "d'affreuse mémoire" et Calonne. Évidemment, et c'est toujours dans l'air du temps, un seul trouve grâce à ses yeux, c'est naturellement Necker qui a décidé le roi à convoquer les États généraux. Son éloge final mérite d'être cité. Il montre la popularité sans égale qui était celle du ministre suisse :

"Secondons les sublimes desseins de ce ministre, dont le génie et la vertu sont nécessaires à notre salut ; mais qui a lui-même besoin d'être soutenu par notre courage et par notre patriotisme, pour triompher de cette funeste conspiration, que tous les ennemis de l'État ont formée contre le salut de la France".

19Revenant à des problèmes plus artésiens, Robespierre dénonce l'imposition excessive que subit la province artésienne :

"Si le marquis de Mirabeau écrivait en 1757 qu'on reculerait de frayeur, en songeant à la masse des impôts que payait alors le bon peuple d'Artois, que dirait-il donc aujourd'hui où ils sont portés à une somme infiniment plus considérable ? Voulez-vous en avoir une idée assez juste, songez seulement à cette dette de huit millions cent vingt et un mille livres, dont les intérêts doivent être ajoutés à la masse énorme de ces charges qui l'ont nécessitée ?"

20Et l'Adresse à la Nation artésienne fourmille d'exemples d'injustes et de coûteuses impositions qui s'abattent sur le peuple seul. Citons pêle-mêle : les droits de traites de toute espèce, sur tous les produits possibles, et sur une "foule de brigandages que le fisc a exercés parmi nous, sous mille formes différentes" "et toutes ces exactions par lesquelles nos villes sont rançonnées en particulier de tant de manières".

21Devant ce que Robespierre appelle "cette légèreté incroyable avec laquelle on se joue des finances de la province", la corruption et l'intrigue apparaissent. Très tôt donc, Robespierre a pris conscience du pouvoir dévorant et corrupteur de l'argent et la richesse. Il le dénoncera toute sa vie. Son grand titre de gloire aux yeux de la postérité (celui d'incorruptibilité), il se le forge dès avant la Révolution. Il a conscience qu'on cherche à dissimuler toutes les transactions secrètes de la haute finance :

"Au reste, observez que ce tableau affligeant de nos impositions et de nos charges est encore incomplet ; et que, pour les exposer toutes, il faudrait des recherches profondes, il faudrait être à portée de lever le voile mystérieux qui couvre la marche de notre administration".

22Face aux intrigues corruptrices de l'argent se met en place ce fameux complot aristocratique qui deviendra l'obsession de générations de révolutionnaires. Robespierre en prend toute la mesure. Il le dénonce d'une manière d'autant plus véhémente que son action se fonde complètement sur l'exploitation de la misère du peuple, ce que Robespierre ne peut accepter :

"Et que leur importe que le peuple meure de faim ; pourvu que nos aristocrates soient riches ou puissants, ou accrédités ; qu'importe que le désespoir des citoyens les accuse, si les courtisans ou les ministres les protègent ; Et quel peut être en effet l'objet constant d'un corps constitué comme nos États, si ce n'est de trafiquer avec le gouvernement des droits de leur pays, à condition de jouir eux-mêmes du pouvoir de l'asservir et de le rançonner impunément". "Cette province n'est-elle pas leur proie, leur empire, leur patrimoine ?"

23La corruption du complot aristocratique est perçue dans ses moindres détails par l'auteur de l'adresse qui déjà dénonce ceux qui considèrent le pays comme un butin à se partager :

"Mais continuons de tracer le tableau imparfait de leurs déprédations : puisque cette province était devenue en quelque sorte leur patrimoine, il était assez naturel, qu'ils se permissent de le distribuer quelquefois en présents, ou de l'employer à des actes d'ostentation, conformes aux vues de leur intérêt personnel".

24Et Robespierre, de dresser une longue liste de toutes ces dilapidations des richesses !

25En face de ces riches corrompus, Robespierre se dresse et prend la défense des pauvres. Il devient l'avocat des humbles, celui des savetiers mineurs d'Arras, celui du peuple entier. Il est du peuple. C'est ce qu'il dit avec force aux Girondins Brissot et Guadet en 1792. Et effectivement, quelle émotion, quelle sincérité ne trouve-t-il pas lorsqu'il évoque les indigents, les petits cultivateurs d'Arras, de Saint-Omer, de toute la province artésienne en attendant de ceux de la Nation entière :

"Rapprochez de ces gratifications, devenues des appointements perpétuels, celle qu'on trouve écrite sur la même feuille, et que les mêmes Etats destinent aussi chaque année aux pauvres des villes d'Arras et de Saint-Omer, 400 livres. Pauvres ! Si cette somme ne suffit point à vos besoins, gardez-vous bien de murmurer ; avant de les soulager, ne fallait-il pas que vos tuteurs prélevassent sur votre patrimoine de quoi faire éclater leur zèle envers les riches et les grands ! Malheureux cultivateurs, si l'on dépouille quelquefois vos chaumières du chétif mobilier qu'elles renferment, pour payer votre dette envers le fisc, consolez-vous, puisqu'après tout, votre contribution sera consacrée à un si digne usage".

26Et Robespierre - déjà - se pose en porte-parole du peuple, celui qui réclamera ses droits volés. C'est peut-être le meilleur morceau d'éloquence de son texte :

"La plus grand partie des hommes qui habitent nos villes et nos campagnes, sont abaissés par l'indigence, à ce dernier degré de l'avilissement où l'homme, absorbé tout entier par les soins qu'exige la conservation de son existence, est incapable de réfléchir sur les causes de ses malheurs, et de connaître les droits que la nature lui a donnés ;... et nous trouvons encore des sommes immenses pour fournir aux vaines dépenses du luxe, et à des largesses aussi indécentes que ridicules ! Et je pourrais contenir la douleur qu'un tel spectacle doit exciter dans l'âme de toutes les honnêtes gens ! Et tandis que les ennemis des peuples ont assez d'audace pour se jouer de l'humanité, je manquerais du courage nécessaire pour réclamer ses droits ! Et je garderais devant eux un lâche et coupable silence, dans le seul moment où, depuis tant de siècles, la voix de la vérité a pu se faire entendre avec empire ; dans le moment où le vice, armé d'un injuste pouvoir, doit apprendre lui-même à trembler devant la justice et la raison triomphantes !... Ah ! Continuons plutôt de prouver la nécessité de nous affranchir du joug qu'ils nous imposent, en montrant, par de nouveaux faits, tout le mépris que les peuples doivent attendre de toute aristocratie inconstitutionnelle, à laquelle ils permettent d'usurper leur pouvoir".

27Et, plus loin encore, Robespierre dénonce la justice complice du riche, celle qui écrase toujours le pauvre, celle qui est "juge et partie" :

"Est-il moins vrai qu'il est une multitude de pères de famille, à qui cette injustice enlève le pain nécessaire pour nourrir leurs nombreux enfants ? Et comment le cœur de ces infortunés ne serait-il pas rempli d'un sentiment amer, lorsqu'ils songent que les réclamations qu'ils pourraient former contre cet affreux désordre, seront soumises à la décision de ce même subalterne qui l'a causé ; lorsqu'ils savent qu'auprès de ce subalterne, la richesse, le pouvoir, l'amitié, la connaissance, les présents triomphent toujours de la justice et de l'indigence ?"

28Après avoir dénoncé le poids de l'imposition, Robespierre va s'attaquer à l'exemption des deux ordres privilégiés, exemption aberrante que Robespierre considère, preuves historiques à l'appui, comme une gigantesque fraude. Sa condamnation est sans réserve :

"Ce que je viens de dire de l'inégale répartition des impôts me conduit naturellement à parler de ces privilèges iniques, que les nobles et le clergé d'Artois se sont attribués pour se décharger sur le peuple d'une partie des contributions qu'ils devaient supporter".

29Tous ces impôts incombent au seul Tiers État comme l'impopulaire corvée imposée par les États d'Artois. La corvée est d'ailleurs souvent utilisée à des travaux routiers créés en dépit du bon sens et surtout pour des intérêts particuliers (comme la route Arras-Frévent qui double la route de Saint-Pol-sur-Ternoise afin de faciliter l'accès à un château ou encore le grand chemin Arras-Saint-Quentin). Face à toute la très complexe réglementation des droits de passage de l'Ancien Régime, Robespierre réaffirme l'attachement des patriotes à la liberté du commerce et du droit imprescriptible de la propriété. Son évolution sur ce point sera, comme on le sait depuis Albert Mathiez, tardive et en fonction des circonstances. Il dénonce aussi les atteintes inadmissibles aux droits de l'homme, la généralisation de l'embastillement et se pose donc résolument en défenseur des droits de l'homme.

"Encore si contents de prodiguer ou de dévorer nos propriétés, ils voulaient consentir à respecter notre liberté, et à reconnaître en nous les droits de l'homme et du citoyen ; mais, quelle est l'espèce d'outrages qu'ils nous ont épargnée ? Dites-nous le, citoyens de toutes les classes, qui avez eu quelque intérêt à démêler avec notre administration, sans avoir les ressources nécessaires pour lui en imposer. Oui, ils ont trouvé le moyen d'enchérir, et sur les horreurs de l'inquisition, et sur l'abominable système des lettres de cachet, et sur tous les excès du despotisme. Les États d'Artois ont leurs archers, leur prison ; au milieu de nos murs s'élève un monument odieux que l'on pouvait appeler la Bastille des États d'Artois ; c'est là que tous les jours, le caprice d'un député plongeait naguère plusieurs citoyens".

30Les dix dernières pages de l'Appel sont consacrées à la campagne électorale proprement dite. Robespierre craint bien évidemment la mainmise des hommes en place sur l'élection. Il détaille leur programme en dénonçant les fausses promesses et finalement l'aspect de la continuité des abus, ce qui est bien conservateur :

"J'ouvre le recueil imprimé de leurs arrêtés pris dans leur Assemblée du mois de Janvier dernier, et je trouve qu'il est infiniment intéressant pour nous de lire leur profession de foi, clairement exprimée dans ces écrits. Les trois ordres réclament le maintien de la constitution des États, la conservation de leurs droits et usages, confirmés par les capitulations ; comme si les titres mêmes destinés à assurer les libertés de la province, n'étaient faits que pour l'assujettir aux individus qui composent le corps des États, et pour lui ravir les droits éternels qui appartiennent à tous les peuples de révoquer les mandataires qui tiennent d'eux leur pouvoir, ou pour reprendre l'autorité des mains de ceux qui s'en sont emparé, sans leur aveu".

31Et Robespierre met en garde ses compatriotes des manifestations électorales des hommes en place, qui profitent complètement de leur situation de quasi-monopole sur la vie publique artésienne :

"Mais nos aristocrates savent si peu calculer les progrès de l'opinion publique qu'ils ont osé nous dire encore que tous les membres des États se montreront toujours jaloux du privilège d'administrer la province ; qu'ils le conserveront dans toute son intégrité, et qu'ils ne feront que le communiquer en partie à leurs concitoyens, en les admettant à concourir, avec eux seulement, pour la nomination des députés aux États généraux. En effet, ils ont tout prévu, et pour conserver plus sûrement cette domination si douce, à laquelle ils sont accoutumés, ils se sont avisés de régler eux-mêmes la forme de notre convocation aux États généraux du royaume, et le choix des personnages qui seront chargés de défendre nos intérêts, dans cette auguste assemblée. Après avoir rendu un hommage hypocrite aux principes éternels de la justice, qui assurent à tous les citoyens le droit de nommer librement leurs défenseurs et leurs représentants, ils n'ont pas craint de vouloir ouvertement nous imposer la loi de leur donner à eux-mêmes notre confiance et nos suffrages".

32Devant ce péril, Robespierre qui risque d'en devenir la première victime, en appelle au peuple et dresse le portrait idéal du futur élu du Tiers aux États généraux, celui qui sera le sien en tous les cas, s'il réussit à être élu. Écoutons l'appel au peuple tout d'abord :

"Peuples ! Voilà les défenseurs que vous donne la constitution de vos États actuels ; c'est à vous de décider si vous voulez qu'elle soit changée, c'est à vous de déclarer si vous voulez être libres ou esclaves, heureux ou opprimés, triomphants ou méprisés".

33Le portrait du député incorruptible-modèle est brassé habilement :

"Des représentants que nous aurons nous-mêmes choisis, avec une entière liberté ; et puisque cette heureuse révolution et la fin de tous les maux qui nous accablent, dépendent de la vertu (le mot préféré de Robespierre), du courage et des sentiments de ceux à qui nous confierons le redoutable honneur de défendre nos intérêts dans l'Assemblée de la Nation ; nous éviterons avec soin, dans ce choix important, tous les écueils que l'intrigue et l'ambition vont semer sous nos pas ; nous n'irons pas surtout nous reposer de la réforme des abus, sur le zèle de ceux qui sont intéressés à les conserver par les plus puissants de tous les mobiles, l'intérêt personnel, l'esprit de corps, l'amour et l'habitude de la domination. Songez à ce que vous pouvez attendre de ceux qui n'ont pu cacher leurs vues ambitieuses, même sous le masque du patriotisme et du désintéressement dont l'opinion publique les forçait à imiter quelquefois le langage ; gardez-vous donc bien de vous livrer, avec une stupide crédulité, à ces hommes petits et superbes, qui osent regarder les peuples comme de vils marchepieds, d'où ils s'efforcent d'atteindre sans cesse à l'objet de leur ambition ; ni à ces aristocrates subalternes, à qui il est bien plus commode de devoir leur élévation à leurs complaisances et leur soumission envers les premiers, que d'être obligés de mériter vos suffrages par des vertus semblables à ces Romains qui formaient des vœux pour Tarquin, parce que la faveur d'un despote leur permettait des avantages qu'ils ne pouvaient attendre des suffrages d'un peuple libre, la réforme de votre constitution vicieuse n'est pour eux qu'un objet d'inquiétude et de terreur".

34Tout Robespierre se trouve déjà là, attentif à démasquer les aristocrates et les députés véreux.

35Face à la royauté, Robespierre est fidèle à sa ligne de conduite. S'il critique fortement les anciens despotes absolus et notamment Louis XIV "le monarque le plus absolu qui ait régné sur la France", il n'en oublie pas l'éloge traditionnel du bon roi Louis XVI, chapitre obligé de toute contribution en 1789 : "Écoutons, dit-il, la voix auguste et touchante de notre roi, qui nous offre le bonheur et la liberté".

36Finalement, face à la léthargie du peuple artésien (son sommeil dira Robespierre), c'est au réveil que l'incitait l'auteur, et à reprendre ses droits démocratiques si longtemps confisqués :

"Cependant, tandis que nous continuons de dormir dans une profonde sécurité, ceux qui nous ont asservi jusqu'à ce moment font mouvoir tous les ressorts secrets de l'intrigue, pour nous ôter tous les moyens de secouer leur joug honteux. Le dirai-je ? Ils osent prétendre encore à maîtriser nos suffrages jusque dans le choix des défenseurs qui doivent décider à jamais de notre sort et de celui de toute notre postérité. Déjà ils ont tout arrangé, pour appeler à ce redoutable honneur ceux qui conviennent à leurs vues particulières, et pour écarter les citoyens dont ils redoutent l'énergie et le patriotisme. Ils comptent encore aujourd'hui, oui ils comptent sur cette longue patience dont nous avons fait preuve, sur cette fatale indifférence pour l'intérêt public, qui fut l'effet inévitable du régime despotique, auquel nous avons été soumis jusqu'à ce moment. Réveillons-nous, il en est temps, de ce profond sommeil".

37La toute dernière phrase de son adresse est un véritable appel à voter pour lui et les véritables patriotes artésiens : "N'allons pas du moins nous trahir nous-mêmes, en abandonnant nos intérêts à des hommes suspects".

38D'autres brochures comme "Les Ennemis de la Patrie démasqués par le récit de ce qui s'est passé dans les assemblées du Tiers État de la ville d'Arras" ou sa plaidoirie de février sur l'affaire Dupond contribuent à préciser davantage ses idées, et à le poser comme candidat crédible, populaire et déjà incorruptible.

39Robespierre va aussi - et l'épisode est suffisamment célèbre - rédiger le cahier de doléances des savetiers mineurs d'Arras, particulièrement appauvris depuis la signature du traité commercial de 1786 avec l'Angleterre. Le cahier tient dans quatre revendications centrales :

  • on remet en cause leur "statut" par la concurrence sauvage déloyale ;
  • la hausse considérable du prix des cuirs occasionnée par le traité de commerce conclu avec l'Angleterre, "traité fatal" qui "ôte la subsistance" ;
  • les tracasseries administratives qui se développent ;
  • l'atteinte à la dignité, aux droits de l'homme dans le cadre de leur corporation.

40Et Robespierre de dénoncer violemment :

"Cet usage trop commun [la prison] ne peut qu'avilir le peuple qu'on méprise ; au lieu que le premier devoir de ceux qui le gouvernent est d'élever, autant qu'il est en eux, son caractère, pour lui inspirer le courage et les vertus qui sont la source du bonheur social. On n'oserait adresser ces outrages aux citoyens de la classe la plus aisée ; de quel droit les prodigue-t-on aux citoyens pauvres ? Ils sont précisément ceux à qui les magistrats doivent le plus de protection, d'intérêt et de respect".

41Nous ne relaterons pas ici les nombreuses péripéties de la campagne électorale artésienne. Le sujet a déjà été traité par Paris : La jeunesse de Robespierre et la convocation des Etats généraux en Artois, ouvrage qui est la référence en la matière (publié en 1870).

42Nous nous bornerons à rappeler la difficile élection de Maximilien comme cinquième député du Tiers après celles de Payen, fermier de Boiry-Becquerelle, Brassait, avocat d'Arras, Fleury, fermier à Coupelle-Vieille et Vaillant, garde des sceaux honoraire au Conseil d'Artois. Il devance tout de même trois autres élus : Petit, fermier à Magnicourt-sur-Canche, Boucher, négociant arrageois et Dubuisson, fermier à Inchy.

43Mais comme le dira lui-même Robespierre en avril 1792 : "J'ai mieux aimé souvent exciter des murmures honorables que d'obtenir de honteux applaudissements". Le 26 avril 1789, le député Robespierre peut préparer son départ (avec l'aide de Madame Marchand ou celle de Joseph Fouché, comme l'on veut).

44Prenant conscience de sa responsabilité de représentant du peuple dans cette phase pré-révolutionnaire, jugeant la période qui s'ouvre comme "une révolution inouïe" traversée des "plus grands événements qui aient jamais agité le monde", "assistant à l'agonie du despotisme et au réveil de la véritable souveraineté", "près de voir éclater des orages amoncelés de toutes parts", Robespierre rédige la fameuse dédicace aux mânes de Jean-Jacques Rousseau, "l'homme divin ! le Citoyen de Genève, le plus éloquent et le plus vertueux des hommes, l'âme la plus pure". L'affiliation rousseauiste est ici portée au degré extrême d'exaltation. Robespierre, un Rousseau qui agit ? C'est l'intéressé lui-même qui l'affirme :

"Ton exemple est là, devant mes yeux ... Je veux suivre ta trace vénérée. Je reste constamment fidèle aux inspirations que j'ai puisées dans tes écrits".

45Robespierre a fait le sacrifice de sa personne à la Révolution. Il connaît le prix à payer. Il peut être cher : "le trépas prématuré". Mais la mort ne l'effraie pas, ni la perspective de ne pas être populaire : "Dussé-je ne laisser qu'un nom dont les siècles à venir ne s'informeront pas". Seul lui importera ce qu'il nomme "une noble vie qui se dévoue au culte de la vérité". Il précise déjà sa future tâche de député du peuple, une définition nettement plus actuelle :

"Je devrai bientôt à mes concitoyens compte de mes pensées et de mes actes".

46Et finalement, toute la ligne de Robespierre-législateur ne se situe-t-elle pas dans cette remarque qui illustrera bien ses prises de position contre les puissants du moment : "Je n'ai jamais encensé les vivants".

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

A.R.B.R.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540