Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

1. Entre Provinces et Paris, les enjeux locaux et la Révolution

Le mythe de la rencontre avec Rousseau dans la formation du jeune Robespierre

Nathalie-Barbara Robisco

Texte intégral

1Comment se sont-ils rencontrés ? Personne ne le sait vraiment. Comment s'appelaient-ils ? Jean-Jacques Rousseau, Maximilien de Robespierre. D'où venaient-ils ? De Genève, et d'Arras. Où allaient-ils ? Dans le premier mystère. Que disaient-ils ?

2Robespierre disait que cette rencontre avait bouleversé sa vie, et que Rousseau lui avait légué une sorte de testament politique.

3Seule la Dédicace aux mânes de J.-J. Rousseau témoigne de cette rencontre, et d'emblée, à la lecture de ce texte, les difficultés s'accumulent pour en planter le décor. L'authenticité de la Dédicace a été contestée, celle de la rencontre qu'elle relate le fut également ; de plus, comment dater ce texte ? Où et quand situer cette rencontre ?

  • 1 1ère partie, Robespierre à Arras, t. 1, Œuvres littéraires.
  • 2 Lettre 8091 de la Correspondance complète de J.-J. Rousseau, vol. 46, 1987.

4En 1912, Émile Lesueur, dans son édition des Œuvres complètes de Maximilien Robespierre1 l'emprunte à des Mémoires authentiques de Maximilien Robespierre, parues en 1830 - texte apocryphe ; seules ces quelques pages sont authentiques. Le critique peut juger de ce débat sur le statut du texte grâce au témoignage de Charlotte Robespierre ; sœur du conventionnel, Charlotte établit que les prétendus Mémoires attribués à Maximilien sont faux, les juge un tissu de mensonges destiné à accréditer une fois encore les anecdotes les plus morbides et les plus sanglantes sur l'incorruptible, mais, en revanche, elle authentifie la rencontre de son frère avec Rousseau et le texte de la Dédicace. C'est d'ailleurs d'après les Mémoires de Charlotte que R. A. Leigh reproduit le texte de la Dédicace2.

5Mais le témoignage de Charlotte n'éclaire pas beaucoup le débat ; en effet, dans ses Mémoires, elle écrit :

  • 3 Présence de la Révolution, 1987, p. 35.

"Je ne sais à quelle occasion mon frère se rencontra avec Jean-Jacques Rousseau ; mais ce qu'il y a de certain, c'est qu'il eut une entrevue avec lui. J'ignorerais entièrement cette circonstance de la vie de Maximilien sans une dédicace qu'il adressa aux mânes du philosophe de Genève"3.

6Le "je ne sais à quelle occasion" de Charlotte est lourd de questions. D'autre part, la sœur de Maximilien établit une sorte de circularité : si la rencontre est vraie, c'est parce que Maximilien l'écrit ; or, si Charlotte écrit ses Mémoires, c'est dans une perspective polémique, pour prendre la défense de ses frères devant la postérité, et affirmer qu'ils ont toujours écrit ou dit le vrai. Charlotte témoigne pour Maximilien, qui lui-même en appelle au témoignage de Rousseau - en prenant à partie ses "mânes". Le mystère s'épaissit, et le texte s'entoure d'un halo mythique.

7Le texte de Maximilien est difficile à dater. R. A. Leigh rappelle brièvement les termes du débat, et lui-même incline pour la "fin septembre 1791", avec une mise entre crochets et un point d'interrogation très révélateur. Émile Lesueur s'était concentré sur le problème de l'authenticité, délaissant celui de la date. Gérard Walter le date de 1789, et en fait l'œuvre du jeune député aux États généraux. R.A. Leigh opte pour une date plus tardive, en raison des nombreuses allusions que fait Robespierre à son "destin" politique : un jeune homme venant tout juste d'être élu dans une assemblée pouvait-il être déjà conscient à ce point des enjeux de la Révolution et du rôle qu'il serait amené à y tenir ? Pour R. A. Leigh, ce texte, qui concilie profession de foi politique et "testament" est plutôt une fin de mandat - le bilan que Robespierre dresse pour se justifier devant ses contemporains à la fin de la Constituante. Dans tous les cas, il faut écarter l'hypothèse d'un texte de jeunesse, écrit par le jeune avocat, avant la Révolution : sinon, que voudraient dire, dans cette Dédicace, des phrases telles que "le vieil édifice s'est écroulé : le portique d'un édifice nouveau s'est élevé sur ses décombres", ou des allusions de plus en plus précises aux événements révolutionnaires, comme "l'agonie du despotisme et (le) réveil de la véritable souveraineté", les "orages amoncelés de toutes parts, et dont nulle intelligence humaine ne peut deviner tous les résultats ?" La fin du texte conclut même à "la périlleuse carrière qu'une révolution inouïe vient d'ouvrir devant nous" : aussi est-il contestable de situer ce texte dans les écrits de "Robespierre à Arras", comme le faisait Émile Lesueur, si ce n'est pour une raison de commodité qui amena ce dernier à classer les œuvres de Robespierre en Œuvres littéraires, juridiques, politiques : la Dédicace est alors classée avec les œuvres littéraires, par opposition avec les journaux et les discours de la période révolutionnaire. Il est difficile d'envisager que Robespierre se soit vu, entre 1783 et 1789, environné de tant d'orages - même si la première plaidoirie couronnée de succès du jeune avocat est en faveur du paratonnerre, récemment inventé par Franklin…

8Ni Maximilien ni sa sœur ne nous en apprennent davantage sur la date de cette rencontre avec Rousseau. Bien sûr, la concordance des faits et gestes rend possible cette rencontre : Robespierre fait ses études de droit à Paris à un moment où Rousseau y séjourne encore, et il est même possible qu'il ait vu Jean-Jacques "dans ses derniers jours" au sens le plus strict de l'expression, c'est-à-dire qu'il ait fait un pèlerinage à Ermenonville. Walter opte pour Ermenonville et une vraie "rencontre", Leigh pour Paris, et le regard furtif et plein d'admiration d'un jeune étudiant apercevant, au détour d'une rue, le promeneur solitaire.

9Par delà l'anecdote, l'enjeu est réel, et il est précisément celui que Robespierre a en vue dans sa Dédicace : si Robespierre peut se réclamer d'une vraie "rencontre" avec Rousseau, d'un dialogue avec le philosophe de Genève, il peut se présenter à ses contemporains comme le dépositaire d'un bien précieux entre tous - le bénéficiaire de la pensée de Rousseau, sur le plan tant moral que politique. Quelle plus belle caution de vertu ?

10Car ce que décrit ici Robespierre, c'est un Rousseau victime du despotisme, un Rousseau en butte aux "noirs chagrins" résultant des "injustices des hommes". C'est un Rousseau du souvenir, un portrait "de mémoire", mais c'est un portrait - moral, mais aussi physique puisque Maximilien écrit : "J'ai contemplé tes traits augustes". La rencontre avec Rousseau, c'est d'abord celle d'un visage, sur lequel se lit, dans les rides, le récit d'une vie et le caractère d'une âme.

11En fait, c'est le prétexte d'un double portrait : derrière celui de Rousseau, il y a celui de Robespierre, et la Dédicace est construite autour de formules qui se répondent en écho. Rousseau est le "plus éloquent et (le) plus vertueux des hommes", et il est invoqué par Robespierre dans des circonstances où "aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin d'éloquence et de vertu". Rousseau est l'éloquence qui inspire l'amour de la vertu.

12La rencontre est située alors que Robespierre était encore "bien jeune" - il est vrai qu'il a vingt ans quand meurt Rousseau - et elle est transmission d'un message, d'une connaissance : c'est Rousseau précepteur qui s'impose comme figure dominante du texte ; c'est aussi et peut-être surtout un précepteur inspiré - un "homme divin", auquel on peut rendre un hommage unique : celui de la vertu à la vertu, du disciple au maître – "Reçois donc mon hommage ; tout faible qu'il est, il doit te plaire : je n'ai jamais encensé les vivants". Rousseau modèle de probité et de vertu témoigne pour la probité et la vertu de Robespierre : Rousseau, c'est bien connu, détestait les courtisans en tous genres ; il a donc pu faire confiance à Robespierre, puisque celui-ci n'a pas l'âme d'un courtisan.

13La perspective d'un plaidoyer politique - la nécessité affirmée de "rendre compte"-, qui est celle de Robespierre dans ce texte, ne doit pas nous faire oublier que la seule œuvre de Rousseau explicitement citée soit les Confessions - pour le reste, Robespierre se contente d'évoquer, en conclusion, "tes écrits", sans autre précision. Cette allusion aux Confessions est révélatrice : nous avons vu précédemment Robespierre faire le portrait de Rousseau ; de même, il évoque "toutes les peines d'une noble vie qui se dévoue au culte de la vérité" - c'est indiquer assez nettement les Confessions comme source de cette connaissance et de la "noble vie", et des "peines", car si Robespierre a "rencontré" Rousseau - à Paris ou à Ermenonville-, on imagine mal Rousseau faisant un long récit de sa vie à un jeune homme inconnu. D'autre part, le dévouement "au culte de la vérité" est la reprise littérale de la devise de Rousseau, "Vitam impendere vero". Enfin, ce qui est intéressant, c'est que Robespierre ne retienne de la vie de Rousseau que ce qui est "noble" : tandis que Rousseau invitait son lecteur à "gémir de ses misères" et à "rougir de (ses) indignités", dans le préambule des Confessions. Robespierre semble n'y voir qu'un "prodige de vertu". L'entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur" voit sa valeur morale privilégiée par rapport à sa valeur esthétique.

14Ainsi tout l'enseignement de Rousseau est-il englobé sous cette vision mythique d'un individu exceptionnel : c'est pourquoi l'homme des Confessions est si important, et c'est pour cette raison que Robespierre peut écrire qu'il a "rencontré" Rousseau. Par sa vie, Rousseau, présent par l'ensemble de ses écrits, peut alors jouer le rôle du précepteur d'Émile : et si Émile, ici, était Maximilien ? Tout le contexte politique, religieux, moral, s'organise autour de cette figure d'un Rousseau "rencontré", et l'analyse précise des termes qui qualifient Rousseau ainsi que l'héritage qu'il a transmis à Robespierre, permet de dégager la richesse mythique du personnage de Jean-Jacques.

15Au terme de sa vie, Rousseau est le "citoyen de Genève" qui "fait apprécier la dignité de ma nature et réfléchir aux grands principes de l'ordre social". Les "grands principes de l'ordre social" sont très clairement les "principes du droit politique" définis par le Contrat social : la Révolution, en renversant le despotisme, soumet "l'ordre social" à des "principes", au règne du droit ; c'est une constante de la pensée de Robespierre, déjà formulée ici, et que l'on retrouvera chez lui jusque dans le discours du 8 thermidor.

16"La dignité de ma nature" renvoie à la démarche de connaissance de l'homme qui est celle de Rousseau dans tous ses écrits et plus particulièrement, dans ce texte, des Confessions ; Jean-Jacques est "l'homme dans la vérité de la nature", et contre tout ce qui défigure l'homme dans le despotisme, il rétablit la "dignité" humaine, son élévation à la vertu. De même que les traits marqués par la persécution avaient gardé chez Rousseau un caractère "auguste", l'homme défiguré par le despotisme retrouve, grâce à cet examen autobiographique, la trace d'aptitude naturelle à la vertu qui persiste en lui en dépit du monde extérieur. La dignité de la nature peut alors être conjointe aux "grands principes de l'ordre social", parce que les deux sont complémentaires : "l'édifice nouveau" est fondé sur cette complémentarité, alors que "le vieil édifice" est fondé sur la complémentarité entre despotisme, défiguration de l'homme, et persécution de la vertu.

17La personne de Jean-Jacques persécuté sert alors de révélateur de la corruption de son temps. La "rencontre" avec Rousseau est confrontation avec l'injustice de l'Ancien Régime, et pressentiment d'un "destin" de Robespierre, sur les traces de celui de Rousseau. En dépit du bouleversement révolutionnaire, Robespierre maintient l'équivalence entre vertu et persécution, ce qui est d'ailleurs une marque supplémentaire de l'importance des Confessions : la genèse des grandes œuvres de Rousseau, de celle où il révèle "la dignité de (la) nature" et "les grands principes de l'ordre social", coïncide, dans la vie de Jean-Jacques, avec les années de la persécution ; la condamnation de l'Émile ou du Contrat sont largement évoquées par les Confessions ; d'autre part, cette figure de Rousseau persécuté tend à invalider la thèse selon laquelle Robespierre aurait écrit sa Dédicace dans ses années de jeunesse, ou au tout début de 1789 : c'est à partir du Livre VI des Confessions que Jean-Jacques relate "l'œuvre de ténèbres" qu'est le complot, et la période à la fois la plus féconde sur le plan de l'œuvre et la plus sombre en ce qui concerne son existence. Or, la seconde partie des Confessions n'est publiée, précisément, qu'en 1789.

18Le caractère exceptionnel de la vertu dans le monde - que Robespierre réaffirmera constamment - est un thème qui apparaît déjà ici, et qui, déjà, est lié à la personne de Rousseau et à une sorte d'identification de Robespierre à Rousseau. Face à la progression des événements révolutionnaires, ce thème, comme nous le verrons, se dramatise de plus en plus : la "secte" encyclopédiste, qui n'est pas explicitement nommée dans ce texte, sera par la suite désignée comme celle des persécuteurs de la vertu en la personne de Jean-Jacques, dans un parallèle avec, successivement, le parti des "aristocrates", des Girondins, de ceux qui veulent arrêter la Révolution, parti des persécuteurs de la vertu en la personne de Robespierre. C'est un lien d'individu à individu que crée la vertu entre Rousseau et Robespierre, lien si exceptionnel qu'il ne peut naître que d'une "rencontre", d'un rapport privilégié dont s'exclut le reste du monde : dans la foule des rues de Paris, dans le "désert" d'Ermenonville, ou dans son bureau en compagnie des Confessions - "là devant moi", comme l'écrit Robespierre - quels que soient le lieu et la date, Rousseau, dans cette perspective, est toujours "rencontré".

19Solitude radicale de Rousseau devant les hommes, due au message exceptionnel qu'il transmet : c'est la condition essentielle pour que se produise une "rencontre" avec lui, et c'est un trait particulier, propre à Rousseau. Rousseau est l'homme de la vertu, l'homme des principes, celui qui se soucie des peuples avant tout, et c'est pour cela qu'il ne peut bénéficier d'aucune gloire de son vivant, mais seulement d'une gloire posthume : seul avec sa conscience pendant toute sa vie, il ne reçoit que l'hommage des "peuples", à titre posthume - à la différence des courtisans, ceux qui encensent et sont encensés. Sur le point de rendre "compte de (ses) pensées et de (ses) actes", Robespierre dramatise le parallèle entre son portrait et celui de Rousseau : rendre compte de (ses) pensées et de (ses) actes, c'est suivre la trace des Confessions - c'est d'ailleurs à ce moment de la Dédicace qu'intervient la référence aux Confessions ; comme Rousseau, Robespierre dressera un bilan de ses actes ; la seule différence, c'est que les Confessions "iront à la postérité", alors que Robespierre y renonce, pour mieux mettre ses pas dans ceux de Rousseau : "Je veux suivre ta trace vénérée, dussé-je ne laisser qu'un nom dont les siècles ne s'informeront pas".

20La Dédicace énonce sur le mode de la "rencontre" les traits les plus caractéristiques du portrait de Rousseau constamment dressé par Robespierre : l'homme exceptionnel qui osa affirmer les droits du peuple et le primat de la vertu contre les préjugés de ses contemporains, y compris ceux d'entre eux qui se prétendaient "éclairés" et qui formèrent autour de lui une "œuvre de ténèbres". Lumière de Rousseau, ténèbres des Lumières ; solitude de "l'homme divin" ; parti de l'athéisme ; vertu du peuple, corruption des gouvernants et des aristocrates. Le premier numéro du Défenseur de la Constitution contient un portrait de Rousseau fidèle, trait pour trait, à celui de la Dédicace ; dans un texte public, Robespierre reprend ce qu'il affirme dans un écrit à caractère plus intime - un écrit, osons le dire, de confession.

21Dans le numéro du Défenseur de la Constitution, c'est aussi une présence de Rousseau qui est affirmée : Robespierre " (aperçoit) ici l'image sacrée" de Jean-Jacques, dont il contemplait les traits et les Confessions dans la Dédicace ; appelé systématiquement par son prénom, et non plus interpellé comme "citoyen de Genève", Rousseau est "l'auteur du Contrat social", plus celui des Confessions - tout au moins c'est ce qui ressort à la première lecture ; il y est toujours cité pour son éloquence et sa défense de la dignité humaine, puisqu'il est le "plus éloquent défenseur de l'humanité".

22Pourtant, si les Confessions ne sont pas explicitement nommées dans ce texte, ce sont bien elles qui l'organisent et lui donnent sa cohérence et ses articulations. Car c'est le thème de la persécution qui est central, ici comme dans la Dédicace ; mais le Défenseur de la Constitution développe plus longuement l'opposition entre Rousseau et ses contemporains, et il nomme les persécuteurs de Jean-Jacques. Le caractère exceptionnel de Rousseau est réaffirmé, puisque Rousseau est "ce vrai philosophe qui seul, à mon avis, entre tous les hommes célèbres de ce temps-là, mérita ces honneurs publics prostitués depuis par l'intrigue à des charlatans politiques et à de méprisables héros". Tous les philosophes des Lumières sont rejetés de la gratitude publique, en tant que complices du despotisme et persécuteurs de Rousseau : "Croyez que jamais les honnêtes gens qui ont une âme et un caractère, ne trouveront grâce aux yeux des ambitieux et des hommes de parti ; pour quelle autre raison penser que Jean-Jacques lui-même ait été persécuté avec tant d'acharnement par tous les intrigants hypocrites de son temps, par les Diderot. les d'Alembert. les Voltaire même, et par tous leurs amis et leurs protégés ? Et vous aussi, Condorcet, n'étiez-vous point membre de cette confédération philosophique, qui dénonçait à l'opinion publique, l'auteur du Contrat social, comme un fou orgueilleux et même comme un vil hypocrite ; qui armait contre ce grand homme, la puissance des grands, et la vengeance des ministres, et le despotisme des rois ?" Tous les persécuteurs de Rousseau ne sont pas morts, et le règlement de comptes n'est pas entre défunts : Condorcet, lui aussi, a rencontré Rousseau, et Condorcet a assisté à l'écroulement de l'Ancien Régime.

23Mais la rencontre de Condorcet et de Rousseau est l'exact opposé de celle de Robespierre et de Rousseau ; elle en est comme le négatif. Alors que les hommages à Rousseau se succèdent, il faut discerner parmi les thuriféraires ceux qui n'ont jamais encensé les vivants et ceux qui les ont persécutés. La formule de la Dédicace, "Je n'ai jamais encensé les vivants", reçoit ici un écho dans celle que lance Robespierre à l'adresse de ses contemporains qui ont connu Rousseau, et, vraisemblablement, de Condorcet, qui semble l'un des premiers visés par cette accusation : "Vous pouvez bien consentir à voir jeter aujourd'hui quelques fleurs sur la tombe du plus éloquent défenseur de l'humanité ; mais vous l'avez persécuté vivant, et à côté des monuments que la patrie lui doit, vous verriez peut-être, sans répugnance, élever des statues à la gloire des hommes qui lui ressemblent le moins, et que vous avez tant célébrés". Si l'hommage à Rousseau doit être unique, c'est parce qu'il fut un homme unique, et cet hommage ne doit pas être le fait de ceux qui ne l'ont rencontré que pour le combattre. Caractère unique de Rousseau, lien presque de cause à conséquence entre vertu et persécution : le Défenseur de la Constitution réaffirme ces acquis de la Dédicace ; mais il y ajoute un trait supplémentaire et qui n'est pas sans importance : la rencontre de Rousseau et de Robespierre est unique ; des individus comme Condorcet ne peuvent prétendre avoir rencontré Rousseau, parce qu'ils ne l'ont pas compris, parce qu'ils sont des "charlatans philosophes et politiques" qui ne peuvent comprendre ce qu'est la vertu. Ils sont du côté des persécuteurs, et même s'ils sont engagés dans la Révolution, ils appartiennent encore, par leur caractère, au despotisme.

24Enfin, c'est parce que Rousseau, seul en son temps, se montra le défenseur de la religion, qu'il bénéficie de ce caractère exceptionnel et qu'il fut persécuté. On pourrait débattre sur le fait que l'idée "sociale et républicaine" de l'Être suprême se trouve ou non dans l'œuvre de Rousseau, rappeler la critique du christianisme dans le Contrat social, la comparer avec la Profession de foi du Vicaire savoyard, mais là n'est pas l'enjeu de la déclaration de Robespierre dans le discours du 18 floréal an II, discours qui nous semble être l'achèvement du portrait de Rousseau amorcé par la Dédicace. Cette fois, l'enseignement de Rousseau prend une portée universelle : la Dédicace relatait la prise de conscience d'un adolescent, le premier numéro du Défenseur de la Constitution rendait plus polémique la différence entre Rousseau et ses contemporains, en lui donnant pour arrière-plan une polémique entre Robespierre et Condorcet ; le discours du 18 floréal fait de Rousseau le "précepteur du genre humain" - après avoir été le guide de Maximilien - en dramatisant davantage la persécution de Rousseau par la "secte" encyclopédiste, dramatisation centrée sur une opposition entre vertu fondée sur la reconnaissance de l'Être suprême et vice fondé sur l'athéisme. Rousseau ici n'est pas nommé, mais le contexte le désigne ; tous les traits constitutifs de son portrait sont présents, avec, en outre, une allusion au débat sur le transfert de son corps au Panthéon - transfert que Robespierre considère comme un acquis, même si le débat ne prendra fin sur un "accord" de Girardin qu'après le 9 thermidor. Mais Robespierre emprunte ici nettement à Rousseau ces "dogmes consolateurs" qui, à défaut d'être ceux de la "religion civile" du Contrat, sont ceux du Vicaire savoyard - ce Vicaire qui, dans l'Émile, parle pour un jeune homme désemparé, en quête de vérité ; aussi Rousseau peut-il être, le 18 floréal an II, cet homme qui, "par l'élévation de son âme et par la grandeur de son caractère, se montra digne du ministère de précepteur du genre humain. Il attaqua la tyrannie avec franchise ; il parla avec enthousiasme de la divinité ; son éloquence mâle et probe peignit en traits de flamme les charmes de la vertu ; elle défendit ces dogmes consolateurs que la raison donne pour appui au cœur humain. La pureté de sa doctrine, puisée dans la nature et dans la haine profonde du vice, autant que son mépris invincible pour les sophistes intrigants qui usurpaient le nom de philosophes, lui attira la haine et la persécution de ses rivaux et de ses faux amis. Ah ! S'il avait été témoin de cette Révolution dont il fut le précurseur, et qui l'a porté au Panthéon, qui peut douter que son âme généreuse eût embrassé avec transport la cause de la justice et de l'égalité !"

25Ici, la figure mythique de Rousseau est définitivement constituée : Rousseau ne rencontre plus seulement le jeune Robespierre, ou ses adversaires comme Condorcet ; il rencontre la Révolution et, par delà celle-ci, le "genre humain".

26Reste alors à constituer en mythe ce moment de la rencontre de Rousseau et du jeune Robespierre, moment fondateur mais entouré de tant d'incertitudes. Le roman d'Henri Béraud, Mon ami Robespierre, en 1925, est le lieu où ce mythe personnel se fait mythe littéraire. Dans les blancs de l'Histoire, le romancier imagine tous les détails de cette rencontre - racontée par Maximilien lui-même au narrateur. Il est intéressant de s'attarder un peu sur ce roman, car l'auteur y témoigne de sa connaissance du texte de la Dédicace, dont il cite des extraits, et s'il suit Maximilien du moment de son adolescence aux quelques jours précédant sa mort, c'est à chaque fois pour préciser les circonstances de cette rencontre, et insister sur l'influence marquante de celle-ci sur la personne de Robespierre - sur ses principes et sur son éloquence.

  • 4 H. BÉRAUD, Mon Ami Robespierre, 1925, p. 23.

27Tandis que les deux protagonistes - Robespierre et le narrateur - sont encore très jeunes, l'ami de Maximilien souligne son étonnante connaissance des œuvres de Rousseau, parce que "c'était alors un auteur discrédité et mal connu que ce Jean-Jacques"4. Déjà à cette date, le collégien est capable de réciter par cœur "de longs passages" de l'Émile ou du Contrat, de disserter sur eux, dans un style complètement imprégné par celui de Rousseau. C'est la première étape de la rencontre : une rencontre livresque, mais qui dès cet instant façonne la personnalité de Maximilien.

28Mais c'est lors du séjour de Robespierre à Paris, où il fait ses études de droit, que se produit la vraie rencontre, après une attente aux effets savamment ménagés par le romancier : plusieurs fois la rencontre va se produire, elle est présentée comme imminente - tant attendue par Maximilien, qui guette les allées et venues de Rousseau - et plusieurs fois elle est repoussée, avant de se produire enfin, et d'être une véritable révélation.

  • 5 H. BÉRAUD, Ibid., p. 38.

29De sa conversation avec Rousseau, Maximilien ne dit rien, sauf que le vieil homme lui "avait remis le bien le plus précieux : une définition de la vertu... "5.

  • 6 H. BÉRAUD, Ibid., p. 39.
  • 7 H. BÉRAUD, Ibid., p. 237.

30Mais le romancier s'aventure sur le terrain de l'Histoire : cet entretien, Robespierre va, selon lui, le célébrer à la veille de la fête de l'Être suprême, et c'est sous les ombrages du parc d'Ermenonville qu'il écrit le discours du 18 floréal, et l'apologie de Rousseau que ce texte contient est une offrande de Robespierre, un "suprême pèlerinage", alors qu'il est déjà conscient de son destin. En outre, dans ce roman, c'est aussi auprès de Rousseau que Robespierre se réfugie le 5 thermidor : après avoir dédié "aux mânes"6 de Rousseau le discours du 18 floréal, Robespierre va "demander conseil aux mânes de Rousseau"7, au terme de sa vie. L'expression "mânes de Rousseau", témoigne de la postérité de la Dédicace. Mais cette fois, c'est à Montmorency que va Robespierre, et le roman comporte ici une sorte de "télescopage" assez étrange, puisque son auteur écrit que Robespierre va se recueillir à l'endroit même où Rousseau lui avait parlé - or, cet endroit, c'était Ermenonville.

31Rue Plâtrière, Ermenonville, Montmorency - les deux derniers endroits plus ou moins confondus par l'auteur - tels sont les lieux où successivement Robespierre rencontre Rousseau : à Arras, les œuvres d'un auteur frappé d'interdit ; à Paris, la fenêtre d'une chambre guettée dans l'ombre ; à Ermenonville, le moment tant attendu du dialogue, et du message dont Robespierre n'a jamais rien voulu dire, même dans ses papiers personnels ; à Montmorency, ou à Ermenonville - mais le lieu semble déjà ne plus avoir d'importance - dans le pressentiment de la mort. Seul un roman peut se permettre autant de détails et d'imprécisions à la fois, mais après tout l'œuvre de Béraud remplit son rôle de roman : dans les marges de la Dédicace, elle écrit une histoire dans l'Histoire, des deux protagonistes elle ne dit que ce qu'elle sait, et peut-être était-il écrit là-haut que l'on ne saurait jamais ce que fut cette rencontre.

Notes

1 1ère partie, Robespierre à Arras, t. 1, Œuvres littéraires.

2 Lettre 8091 de la Correspondance complète de J.-J. Rousseau, vol. 46, 1987.

3 Présence de la Révolution, 1987, p. 35.

4 H. BÉRAUD, Mon Ami Robespierre, 1925, p. 23.

5 H. BÉRAUD, Ibid., p. 38.

6 H. BÉRAUD, Ibid., p. 39.

7 H. BÉRAUD, Ibid., p. 237.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

Auteur

I.H.R.F. Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540