Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème I. De la députation artésienne à la Convention, itinéraire personnel, provinces et Révolution

Les enjeux artésiens ou l'inévitable prise de distance

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Aux élections à la Convention de septembre 1792, tandis que Pétion, maire de Paris doit aller se faire élire dans son Eure-et-Loir natal, Robespierre, majoritaire dès le premier tour chez les électeurs parisiens, préfère ce mandat à celui que lui a accordé l'assemblée électorale du Pas-de-Calais. Le député artésien semble ainsi avoir pris définitivement ses distances avec sa province d'origine.

2Ce choix constitue bien davantage qu'un simple épisode dans un itinéraire personnel, bien plus qu'une composante parmi d'autres du mélange de reconnaissance et de rejet qui caractérise la relation entre l'Artois et l'incorruptible. Sa démarche nous situe en fait au cœur des questions dont nous avons voulu qu'elles sous-tendent le premier thème de ce colloque. Il s'agit de substituer à une lecture linéaire et univoque de l'itinéraire de Robespierre une perspective intégrant la double dialectique entre d'une part ses conceptions de la citoyenneté et les exigences des luttes pour le pouvoir, d'autre part l'action au cœur des instances législatives nationales et les enracinements provinciaux. Cette dialectique suggère plusieurs interrogations : la prise de distance résulte-t-elle d'un choix politique ou d'une marginalisation ? Constitue-t-elle une rupture réelle ou la mise en œuvre d'une autre pratique induite par l'évolution d'un système de pouvoirs en complète recomposition ? L'homme public Robespierre reste-t-il effectivement en prise avec les forces politiques et sociales "en bas" ?

3La préparation des États généraux, les combats sur la citoyenneté et la liquidation du système seigneurial en 1789-1790, l'affirmation ensuite de Robespierre en tant que porte-parole démocrate constituent les trois étapes d'une prise de distance qui est aussi une redéfinition des enjeux et des moyens mis en œuvre pour les assumer.

En 1789, les exigences d'une élection : entre principes et stratégie

4La situation artésienne illustre à sa manière l'intense fermentation politique évoquée par R. Dupuy. La préparation des États généraux provoque un redéploiement des trois cercles de pouvoirs qui coexistent depuis l'intégration de la province d'Artois à l'État monarchique, à savoir les États provinciaux, les échevinages et les communautés rurales.

  • 1 Avis de la commission du Tiers Étal d'Artois nommée par les résolutions de ce corps, du 21 janvier (...)

5Les États provinciaux, composés d'ecclésiastiques appartenant au haut clergé, de nobles anciens et, au nom des villes, de magistrats, pour certains anoblis, sont très majoritairement composés de privilégiés et le Tiers rural est exclu. Les membres de cette institution traditionnelle prétendent au monopole de la représentation de l'Artois aux États généraux, mais dès l'automne 1788, trois attaques convergentes contre cette prétention se développent ; elles viennent du bas clergé, de la noblesse récente et d'une large fraction de la bourgeoisie patriote, notamment arrageoise. La brochure de Robespierre A la nation artésienne sur la nécessité de réformer les États, publiée en janvier 1789, n'est qu'un des nombreux textes écrits à ce sujet ; le projet de règlement sur le mode d'établissement de la députation artésienne, rédigé par une commission de six hommes de loi arrageois - sans Robespierre - et rendue publique le 21 janvier en offre une synthèse significative1. De toute évidence, les rapports de forces sont alors très fluides et beaucoup de personnalités locales peuvent prétendre au rôle de porte-parole du Tiers.

  • 2 Sur les significations ambiguës du combat autour des Etats provinciaux, voir l'article important d (...)

6Dans le débat, deux enjeux se chevauchent donc : le premier rassemble la très grande majorité de ces personnalités qui œuvrent pour faire sauter le verrou du recrutement limitatif des États ; elles puisent leurs arguments autant dans les traditions provinciales que dans les références aux thèmes nationaux2. Le second enjeu met les personnalités locales en concurrence pour la reconnaissance comme candidats plausibles à la députation artésienne. L'issue de la lutte d'influences ainsi déclenchée dépend inévitablement du positionnement de chacun par rapport aux deux autres cercles de pouvoir.

  • 3 Ph. MARCHAND, "Le collège d'Arras 1763-1793", Arras à la veille de la Révolution, Mémoire de l'Aca (...)

7L'échevinage d'Arras est composé pour un tiers de nobles d'épée, pour un autre d'avocats et d'hommes de loi et pour le dernier de négociants. Les interventions monarchiques ont contribué à renforcer le caractère oligarchique de cet échevinage par ailleurs mis en cause dans plusieurs affaires concernant, par exemple, la gestion et les pratiques fiscales ou l'administration du collège3. Une partie de la bourgeoisie arrageoise et plusieurs communautés de métiers contestent donc la légitimité du corps de ville. Pour être spécifiques, les luttes dans le cercle du pouvoir urbain n'en sont pas moins liées à l'évolution du pouvoir au village.

8En effet, la question de la place à faire aux ruraux dans la députation aux États généraux et aux États provinciaux est au cœur des débats ; par ailleurs, les grands fermiers, souvent locataires des vastes blocs fonciers possédés par les privilégiés, entretiennent des relations non négligeables avec la bourgeoisie urbaine ; ces relations et les fonctions que la plupart de ces fermiers exercent dans les villages leur confèrent un rôle décisif d'intermédiaires entre les collectivités locales et les instances provinciales d'une part, entre les communautés d'habitants et un système seigneurial largement contesté d'autre part. Le basculement du groupe dominant rural en faveur des uns ou des autres pèsera inévitablement très lourd dans les élections provinciales.

9Or les décisions royales donnent à ces luttes un tour nouveau. Le 7 mars 1789, le roi arrête que l'Artois procédera à la formation de sa députation selon les mêmes règles que l'ensemble du royaume. Malgré d'ultimes et confuses tentatives pour sauvegarder la spécificité artésienne, les États provinciaux cessent donc de pouvoir prétendre jouer un rôle représentatif. Dès lors, deux questions dominent la formation de la députation du Tiers : qui composera les délégations respectives des villes et des villages ? Comment s'effectuera entre eux la répartition des huit postes pour Versailles ?

10B. Decriem reviendra sur les étapes de l'élection de Robespierre ; je me bornerai donc à resituer sa démarche par rapport à des enjeux provinciaux qui ne sont pas seulement affaires de conflits locaux et personnels, mais qui posent le problème des appuis et de la légitimité dont pourront se prévaloir les futurs constituants.

  • 4 A. D. Pas-de-Calais, 2 B 882, procès-verbal de l'assemblée "des représentants et bourgeois d'Arras (...)

11En se faisant le porte-parole des métiers les plus modestes, les savetiers en particulier, Robespierre concilie ses convictions sur la nécessité d'une réelle expression populaire, sa volonté d'abattre l'oligarchie échevinale et l'exigence tactique de pouvoir compter sur des soutiens dans l'assemblée de ville. Celle-ci, réunie le 26 mars, écarte en effet d'emblée la tentative des échevins pour diriger les débats4 et Robespierre est élu en 12e position parmi les 24 représentants d'Arras à l'assemblée de la gouvernance.

  • 5 Les principales étapes de ces élections et les interventions de Robespierre qui les accompagnent s (...)
  • 6 Cette installation est évoquée par G. WALTER, Robespierre, Paris, 1961, 2 vol., t. 1, p. 73.

12Au cours de cette assemblée réunie le 30 mars, puis dans celle de la province, le 20 avril, Robespierre fonde sa stratégie sur un appui des délégations villageoises composées à plus des deux tiers par les grands fermiers, stratégie payante puisqu'il est élu en 5e position5. Il fera donc partie d'une députation composée de quatre hommes de loi arrageois et de quatre fermiers. C'est avec ces derniers que Robespierre s'installe dans un hôtel versaillais6. Ces éléments sont connus, mais les biographes du député artésien se sont, à mon sens, trop attachés à la question un peu vaine des motivations du candidat à la députation - le calcul politique et le combat pour les principes sont inéluctablement mêlés - et pas assez aux conséquences de sa démarche sur son positionnement vis à vis des forces locales.

13Cette démarche repose sur une distorsion entre le rapport que Robespierre entretient avec le pouvoir urbain et le regard qu'il jette sur la société rurale. Il ne se départ pas de son engagement en faveur des droits du peuple urbain contre l'hégémonie de l'oligarchie citadine. Celle-ci rejette évidemment le renégat qui ne trouve que des soutiens isolés dans son milieu d'hommes de loi. Les démêlés avec Dubois de Fosseux, les dénonciations, dans la brochure Les ennemis de la patrie démasquée que publie Robespierre en mars 1789, des membres de l'Assemblée de ville qui se sont laissé influencer par "le babil complimenteur", le portrait satirique de Maximilien brossé par les Affiches d'Artois, témoignent de la marginalisation de Robespierre dans l'élite arrageoise.

14Cette position de combat tranche avec sa vision très unifiante d'un Tiers rural perçu comme un tout socialement homogène. Aussi bien dans les textes du début de 1789 que dans les correspondances et les discours des mois qui suivent, Robespierre évoque toujours "le peuple des campagnes", "les habitants des campagnes", "les communautés". Ils sont décrits comme passifs ou victimes, dignes de compassion et devant être défendus. L'alliance scellée avec les députés ruraux s'en trouve implicitement justifiée. Pourtant la société n'est pas moins hétérogène à la campagne qu'à la ville et la domination des grands exploitants est notoirement hégémonique.

15Quand vient le temps de la mise en place d'un nouvel ordre, après août 1789, ces paradoxes influent sur l'action politique de Robespierre.

Le rétrécissement de la base sociale d'une action politique au nom du plus grand nombre

16De toute évidence, Robespierre s'implique peu dans les débats sur le découpage départemental et sur l'attribution des chefs-lieux ; jusqu'au printemps 1790, ses interventions et sa correspondance s'attachent à la situation provinciale dans deux domaines : l'esprit public et l'exercice de la citoyenneté d'une part, la liquidation du système seigneurial d'autre part.

  • 7 Œuvres complètes, t. 6, p. 217-218.
  • 8 G. MICHON (éd.) Correspondance de Robespierre, Paris, 1926, p. 66.

17Très logiquement, ses combats d'avocat autant que l'appui recherché auprès des députés des campagnes le conduisent à intervenir sur la question des communaux. Dans les cahiers de doléances, la majorité des communautés en demandaient le maintien et dénonçaient les usurpations seigneuriales. Dès mai 1789, Robespierre avait rédigé un texte à ce sujet et, en février 1790, il imprime à ses frais une motion en faveur "de la restitution des communaux usurpés par les seigneurs". Un long argumentaire l'amène à dénoncer dans le triage "un attentat à la propriété et aux droits inviolables des citoyens"7. Par la même occasion, il renouvelle ses attaques contre les États d'Artois accusés d'avoir favorisé une application outrancière des ordonnances royales. Il intervient à plusieurs reprises dans le débat législatif du 3 mars 1789 et s'oppose notamment au paiement par les communautés d'une indemnité aux seigneurs contraints de rendre les communaux. L'Assemblée ayant voté la restitution, le lendemain, Robespierre écrit sa satisfaction à son ami, l'avocat arrageois Buissart8.

  • 9 On relève en avril une intervention contre des dispositions qui réserveraient le droit de chasse a (...)

18Sur cette question, où la défense des usages communautaires coïncide parfaitement avec la vision unifiante appliquée aux collectivités villageoises, le député semble parfaitement en phase avec l'opinion rurale majoritaire. Pourtant, après cette affaire, ses interventions sur les questions agraires deviennent exceptionnelles9. Faut-il voir dans cette abstention l'effet-écran d'une vision unifiante de la société rurale qui entraînerait une incapacité à concevoir une politique agraire ? Est-ce le signe d'une hésitation entre la défense des droits collectifs et la promotion de la petite propriété ? Les débats consacrés aux choix économiques aborderont ces questions. Toujours est-il que, dès lors, les problèmes sociaux des campagnes semblent passer au second plan des préoccupations robespierristes.

19En fait la question politique de l'exercice de la citoyenneté est au cœur du combat du constituant alors qu'il apparaît de plus en plus comme le porte-parole des démocrates. Plusieurs communications reviendront sur ses conceptions de la souveraineté et du droit de vote. Je voudrais pour ma part insister sur le piège politique que recèle le décalage entre le combat de Robespierre pour la citoyenneté universelle et le système de pouvoirs locaux mis en place à la faveur de l'application des lois de novembre et décembre 1789.

  • 10 Œuvres complètes, t. 6, p. 243.

20Pour Robespierre, la dénonciation du suffrage censitaire, la lutte contre l'aristocratie et - on l'oublie trop souvent - pour l'autonomie administrative des municipalités ne font qu'un. En février 1790, intervenant à l'Assemblée contre le projet d'envoi des troupes pour réprimer les troubles ruraux du Quercy, il déclare : "Ne voyez-vous pas deux partis : celui du peuple et celui de l'aristocratie et du despotisme ? Espérons que la Constitution sera solidement affermie, mais reconnaissons qu'il reste encore à faire : grâce au zèle avec lequel on a égaré le peuple et déguisé les décrets, l'esprit public n'a pas encore pris l'ascendant nécessaire... Ce qui formera l'esprit public et qui déterminera s'il doit pencher vers la liberté ou se reporter vers le despotisme, ce sera l'établissement des assemblées administratives"10. Dans une vision toujours globalisante du peuple des campagnes, Robespierre considère donc les instances locales comme le premier fondement de l'espace démocratique en construction et, en mars 1791, il s'oppose encore à un projet de renforcement du contrôle des municipalités. L'espérance civique mise dans les municipalités et dans les administrations de district ou de département est-elle compatible avec le résultat des élections locales de 1790, notamment en Artois ?

  • 11 P. BOUGARD, dir., Histoire d'Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, Ch. X, J.-P. JESSENNE, "De (...)
  • 12 J.-P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution, Artois, 1760-1848, Lille, P.U.L, 1987 et “De la (...)

21En ville, à Arras en particulier, les élections municipales de janvier-février 1790 sont marquées par un fort taux d'abstention et par la formation d'une municipalité qui semble effacer les luttes antérieures en amalgamant des membres libéraux de l'oligarchie échevinale et des nouveaux venus issus de la bourgeoisie négociante et juridique11. Dans les villages, la participation de plus des deux tiers des citoyens actifs consacre l'hégémonie des fermiers associés aux couches moyennes des laboureurs et des artisans. Les élections des administrations de district et de département confirment l'investissement des fonctions intermédiaires dans la pyramide des pouvoirs par la fermocratie et par l'oligarchie urbaine12.

22Les interventions successives de Robespierre contre le cens et pour l'égalité politique de tous les citoyens ont-elles alors une chance d'être reçues dans sa province d'origine ? En ville peut-être, où le fort taux d'abstention peut s'interpréter comme un désaveu populaire à l'égard d'une forme renouvelée de monopole du pouvoir ; beaucoup moins sûrement à la campagne où la hiérarchisation des responsabilités coïncide trop avec les relations de dépendance et avec la tradition unitaire de la communauté villageoise.

23Dans ces conditions les adversaires artésiens de Robespierre ont beau jeu de détourner ses interventions des premiers mois de 1790 contre le cens. L'orateur y fondait son argumentation sur le fait qu'en Artois, le système fiscal en vigueur entraînait une réduction drastique du corps électoral - ce en quoi il exagérait d'ailleurs grossièrement. Une version déformée transmise par Briois de Beaumetz, député de la noblesse, est diffusée ; elle laisse croire que Robespierre a proposé une augmentation des impôts.

  • 13 G. MICHON, éd., Correspondance..., op. cit., p. 73.

24Dans ses lettres à son frère, Augustin décrit les effets désastreux de cette désinformation dans l'opinion rurale : "Nos villageois sont affreusement crédules ; en vain ils connaissent ce que tu as fait pour eux"13. Cette affaire et l'insistance d'Augustin, dans plusieurs courriers, sur l'intensité des menées contrerévolutionnaires fomentées dans les abbayes ou sur les "municipalités indifférentes" s'ajoutent à la représentation d'un "peuple des campagnes" voué à la soumission et contribuent à orienter davantage l'action de Robespierre vers la lutte contre l'aristocratie ; l'inflexion intervient au moment où son combat prend de nouvelles dimensions qui impliquent un enracinement au-delà de l'Artois.

Le porte-parole démocrate, l'enracinement parisien et la voie étroite de l'action locale

  • 14 Cité par G. WALTER, op.cit., 1961, p. 144.

25De l'automne 1790 à la séparation de la Constituante en septembre 1791, Robespierre acquiert les dimensions d'un homme public de premier plan à la fois par ses interventions à l'Assemblée dans les grands débats et par les liens qu'il noue avec les Jacobins - dénomination qu'il rejette d'ailleurs - de Lille, Châlons-sur-Marne, Avignon, Marseille ou Toulon. Son élection comme juge du tribunal de district de Versailles en octobre 1790 montre son influence. C. Desmoulins résume la signification politique du glissement des fonctions artésiennes vers un enracinement en région parisienne : "Les Artésiens avaient voulu se porter à des excès contre lui... Les patriotes de Versailles se sont empressés de la ravir à une ville si peu digne de le posséder"14. L'analyse est en fait un peu sommaire et Robespierre n'a pas renoncé à jouer un rôle à Arras, mais celui-ci ne sera plus forcément direct et personnel.

26La Société des Amis de la Constitution créée en avril 1790, largement animée par Augustin, devient un intermédiaire essentiel. Mais ce sont les rapports de forces qui s'établissent localement de juin à octobre 1791 qui vont fixer les stratégies des uns et des autres.

  • 15 G. MICHON, éd., op. cit., p. 121.

27En juin-juillet, la Société arrageoise semble hésitante : face à la fuite du roi, elle adopte une position avancée qui équivaut à revendiquer la destitution ; en revanche, la scission des Feuillants le 16 juillet sème apparemment le trouble puisque Maximilien écrit dans les jours qui suivent une lettre où il reproche d'avoir penché en faveur de ses adversaires. Le 18 août, Guffroy annonce qu'après une longue séance, la société a décidé de "rester invariablement attachée aux Jacobins"15. Elle ne varie effectivement plus et constitue un instrument de lutte politique et de conquête du pouvoir face à des autorités constituées minoritairement favorables.

  • 16 Histoire d'Arras, op. cit., 1988, p. 197-199.

28L'administration du district d'Arras semble précocement gagnée. En revanche le directoire du département reste profondément hostile et la protestation énoncée après le 20 juin contre l'affront fait au roi révélera l'antagonisme. Par ailleurs, l'assemblée des électeurs du Pas-de-Calais réunie en septembre 1791, désigne une majorité de députés feuillants et écarte les candidatures d'Augustin Robespierre et de Guffroy. Les municipalités rurales, quant à elles, sont très peu renouvelées. La municipalité d'Arras enfin semble tiraillée entre des influences contradictoires : les élections d'octobre 1791 renforcent le rôle de la moyenne bourgeoisie ; Buissart est élu maire, mais la majorité des membres campent sur des positions anti-jacobines16.

  • 17 G. MICHON, éd., op. cit., p. 124 et suivantes.

29C'est dans ce contexte, en novembre 1791, qu'a lieu le fameux ultime retour de Robespierre à Arras. Il révèle clairement les rapports de forces locaux et dévoile à la fois la logique et la relativité de la prise de distance. Les récits de la presse et les lettres de Maximilien à Duplay montrent le décalage entre l'accueil chaleureux des partisans, la passivité hostile d'une partie de la population et l'attitude ambiguë des autorités. Robespierre y trouve de bonnes raisons pour fortifier son analyse de l'opinion publique : il dénonce tantôt "l'aristocratie ministérielle", tantôt "les insinuations dangereuses des réfractaires" ; il s'inquiète de "la multitude des émigrants" ; il pourfend "l'intrigue et la tyrannie" qui "[...] font un mal incalculable"17. L'observation de l'opinion publique dans sa province s'inscrit alors en négatif dans une mise en garde globale contre le complot qui gangrène l'Assemblée législative et tout l'édifice administratif et, en positif, dans le combat pour une authentique vie démocratique. Dans ce contexte, les sociétés politiques sont érigées en contre-pouvoirs seuls capables d'assurer la défense et l'élargissement d'un espace civique menacé. Ce n'est pas un hasard si, au cours de son séjour et en plus de ses interventions à la société arrageoise des Amis de la Constitution, Robespierre se rend à Béthune et Lille où l'accueillent des sociétés avec lesquelles il était en contact.

30Très logiquement, il va alors situer son combat au cœur du dispositif de vigilance révolutionnaire à la Société des Amis de la Constitution de Paris qui, en l'absence de Couthon, l'élit président extraordinaire le jour de son retour définitif dans la capitale, le 28 novembre 1791. Après le 10 août 1792, son élection à la Commune, sur laquelle reviendra R. Monnier, puis le choix du mandat parisien ne seront que l'aboutissement d'une démarche où la défense de grands principes s'était accompagnée d'un rétrécissement progressif de la base politique et sociale locale. Il restera un militantisme avant tout urbain sous la conduite d'une société populaire largement appuyée sur des relations personnelles.

31L'étude du devenir des liens entre Robespierre et l'Artois au temps de la Convention et plus spécifiquement de la Terreur dépasse les objectifs de cette intervention introductive. En l'absence de communication sur ce sujet et notamment sur le rôle éventuel des réseaux politiques, je me hasarderai à trois remarques qui pourront peut-être amorcer une réflexion sur les conséquences d'une stratégie adoptée pour combler le décalage entre l'idéal politique d'une part, l'état de l'opinion publique, les forces sociales et le système local des pouvoirs d'autre part.

32L'activité de la Société populaire d'Arras entraîne la conquête de la municipalité à l'automne 1792 et l'implantation précoce sur place des organes révolutionnaires parfois en anticipant sur les mesures nationales.

33Jusqu'à l'automne 1793, l'écart ne cesse de se creuser entre des centres d'impulsion jacobine comme Arras, Béthune ou Saint-Pol et les campagnes environnantes. Une politique volontariste est alors plus systématiquement appliquée.

34Des personnels artésiens sont aspirés vers des fonctions au sein du gouvernement révolutionnaire tandis que les agents locaux de celui-ci restent en place pour une durée exceptionnelle et avec une marge d'initiative importante.

35Ce sont, me semble-t-il, des éléments qu'il faudrait mettre en relation pour mieux comprendre la dynamique entre le local et le national qui continue de se développer selon des cas de figure variés sous la Terreur. Il resterait alors à définir si Robespierre exerce une influence directe dans cette dynamique.

  • 18 Ces débats ont fait l'objet de plusieurs ouvrages, mais ils ont été en majeure partie repris dans (...)

36En définitive, cet itinéraire de Robespierre invite à intégrer à l'étude des pratiques politiques, au-delà des affrontements d'idéaux et des combats d'assemblée, l'articulation entre les engagements nationaux et les stratégies locales. Non seulement cette dimension contribue à expliquer certains choix ou rapports de forces, mais elle éclaire le débat toujours ouvert sur les relations entre les différents moments révolutionnaires. F. Furet et K. Baker ont réactualisé la thèse selon laquelle la Terreur était contenue dans les conceptions de la souveraineté et de la régénération nationales développées par les constituants en 1789. T. Tackett, dans plusieurs travaux récents, insiste au contraire sur le fait que "les choix idéologiques spécifiques furent opérés et se consolidèrent après coup sous l'effet des contingences politiques, des relations dans l'assemblée et des interactions entre celles-ci et la population"18. L'itinéraire de Robespierre par rapport à l'Artois plaide indéniablement dans ce sens et invite même à une dialectique élargie intégrant dans une interaction permanente les conceptions politiques, les conditions et les différents niveaux des luttes pour le pouvoir, la capacité des élus à garder une assise réelle parmi les citoyens et les moyens mis en œuvre pour y parvenir.

  • 19 WOLOCH, "The contraction and expansion of democratic space during the period of the Terror", dans (...)

37Fondamentalement, le problème de la pratique démocratique se trouve posé ; dans une étude récente I. Woloch soulignait qu'au cours de la Révolution, la construction de l'espace démocratique oscille sans cesse entre élargissement et contraction19. Nul doute que l'évolution dramatique de cette oscillation fut le défi majeur auquel Robespierre se trouva confronté. La stratégie d'un enracinement parisien d'une part justifié par l'idéal du député du peuple, d'autre part dicté par les luttes au sommet de l'État et le jeu des sociétés-relais, enfin imposé par la marginalisation dans les rapports de forces provinciaux ne condamnait-elle pas Robespierre à l'isolement dans un espace démocratique fictif et coupé de la majeure partie des citoyens davantage influencés par les pratiques concrètes du pouvoir local ?

Notes

1 Avis de la commission du Tiers Étal d'Artois nommée par les résolutions de ce corps, du 21 janvier 1789, Affiches d'Artois, I, 218, repris et développé le 12 février, ibid., I, 225.

2 Sur les significations ambiguës du combat autour des Etats provinciaux, voir l'article important de R. GREVET, "L'histoire et le pouvoir au XVIIIe siècle. Le discours politique provincial", Revue du Nord, t. 72, octobre-décembre 1990, p. 757-788.

3 Ph. MARCHAND, "Le collège d'Arras 1763-1793", Arras à la veille de la Révolution, Mémoire de l'Académie d'Arras, Arras, 1990, p. 165-181.

4 A. D. Pas-de-Calais, 2 B 882, procès-verbal de l'assemblée "des représentants et bourgeois d'Arras, des corporations et confréries" du 26 mars 1789.

5 Les principales étapes de ces élections et les interventions de Robespierre qui les accompagnent sont reprises dans Œuvres complètes, t. 6, p. 10-21.

6 Cette installation est évoquée par G. WALTER, Robespierre, Paris, 1961, 2 vol., t. 1, p. 73.

7 Œuvres complètes, t. 6, p. 217-218.

8 G. MICHON (éd.) Correspondance de Robespierre, Paris, 1926, p. 66.

9 On relève en avril une intervention contre des dispositions qui réserveraient le droit de chasse aux propriétaires (Œuvres complètes, t. 6, p. 324, discours du 20 avril 1790) et des lettres de juin 1790 au curé de Bomy où Robespierre conseille de respecter la loi sur le rachat des droits réels (Correspondance citée p. 85 et A. D. Pas-de-Calais, dossiers de procédure du tribunal criminel, liasse 3, lettre du 18 juin précisant que le droit de plantis n'a pas été encore explicitement supprimé - document aimablement signalé par P. Brémeersch).

10 Œuvres complètes, t. 6, p. 243.

11 P. BOUGARD, dir., Histoire d'Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, Ch. X, J.-P. JESSENNE, "De la ville des États à la ville d'État, 1789-1815", p. 183-217 et annexes p. 377.

12 J.-P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution, Artois, 1760-1848, Lille, P.U.L, 1987 et “De la citoyenneté proclamée à la citoyenneté appliquée : l'exercice du droit de vote dans le district d'Arras en 1790”, Revue du Nord, t. 72, Octobre-décembre 1990, p. 789-839.

13 G. MICHON, éd., Correspondance..., op. cit., p. 73.

14 Cité par G. WALTER, op.cit., 1961, p. 144.

15 G. MICHON, éd., op. cit., p. 121.

16 Histoire d'Arras, op. cit., 1988, p. 197-199.

17 G. MICHON, éd., op. cit., p. 124 et suivantes.

18 Ces débats ont fait l'objet de plusieurs ouvrages, mais ils ont été en majeure partie repris dans les tomes 2, 3 et 4 de The French Revolution and the Modernisation of political Culture, publiés sous la dir. de K. BAKER, F. FURET, C. LUCAS, Pergamon Press, 1988 - 1994.

19 WOLOCH, "The contraction and expansion of democratic space during the period of the Terror", dans The French Révolution...,op. cit., t. 4.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III / C.H.R.N.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540