Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Thème I. De la députation artésienne à la Convention, itinéraire personnel, provinces et Révolution

Le local et le national dans la dynamique politique révolutionnaire

Roger Dupuy

Texte intégral

1Poser la question des rapports du "local" et du "national" dans la dynamique révolutionnaire implique une foule de considérations et de définitions préalables concernant chacune des notions utilisées dans cet énoncé ; nous nous bornerons à l'essentiel en nous interrogeant sur le sens de l'adjectif substantivé "national" et sur les lieux successifs de l'initiative révolutionnaire.

2Les réponses à ces deux questions dépendent évidemment du moment où on les pose car leur contenu varie en fonction de cette même dynamique révolutionnaire. Il faut donc tenter de restituer les étapes de la conjoncture politique pour localiser à chaque moment l'initiative révolutionnaire et identifier ceux qui en sont à l'origine. Autrement dit, constate-t-on une simple intensification périodique de conflits toujours identiques ou bien s'agit-il d'une radicalisation liée à des changements de protagonistes et de lieux ?

3La convocation des Etats généraux provoque dans le royaume une intense fermentation politique comme en témoignent, dès juillet 1788, l'assemblée de Vizille et, six mois plus tard, les affrontements de Rennes des 26 et 27 juillet 1789. C'est en province que le débat suscite les prises de position les plus spectaculaires et la rédaction des cahiers de doléances renforce cette prépondérance du local. Des provinces, la tension politique se transporte à Versailles où les conflits prennent une dimension "nationale" dans la mesure où ils concernent désormais la représentation des trois ordres de la totalité du royaume. Les conflits aboutissent, au mois de juin, à un changement de nature de l'Assemblée qui, de simple représentation des trois ordres convoqués par le roi pour l'aider à élaborer et imposer une réforme fiscale, se mue, par la volonté du seul Tiers État, en une Assemblée qui se dit "nationale" et décide de substituer sa propre souveraineté à celle du roi. La dite Assemblée est donc "nationale" à deux titres : parce qu'elle représente l'ensemble des citoyens français mais aussi parce qu'elle incarne le principe d'autorité suprême qui remplace le bon plaisir du seul monarque absolu. En ce début de l'été 1789, représentation nationale et légitimité révolutionnaire ne font qu'un, même si l'ensemble des députés n'est pas unanime sur l'ampleur du changement institutionnel souhaité.

4Durant l'été, l'anéantissement de l'administration royale crée un vide qui facilite la propagation de la Grande Peur pour aboutir à la nuit du 4 août. Une fois encore, l'initiative révolutionnaire est partie des campagnes et a été relayée par le Club breton et l'Assemblée nationale constituante qui utilisent les violences paysannes pour abolir la pyramide des privilèges et amoindrir, par la même occasion, les ressources du parti aristocratique. Parallèlement, les événements de la première quinzaine de juillet ont consacré le rôle de Paris comme sauveur de la représentation nationale en empêchant le coup de force militaire organisé par la Cour. Les faubourgs populaires de l'est de la ville et la population dense et plus mêlée socialement du centre de Paris sont devenus des protagonistes actifs du débat politique. Fonction confirmée en octobre lorsque ce même peuple de Paris arrache le roi et sa famille des tentations autoritaires du milieu versaillais pour le placer sous sa sauvegarde et pour en faire un souverain sous surveillance. Paris est redevenue capitale mais pas à l'initiative de la représentation nationale qui a dû accepter de s'y installer et qui s'interroge sur les conséquences politiques de ce transfert. D'où l'importance du contrôle de la Garde nationale dans la capitale car elle est garante de la liberté des délibérations. Pour limiter le poids excessif des miséreux que l'on dit asservis à ceux qui les paient, l'Assemblée constituante décide de créer une citoyenneté à deux vitesses, réservant la participation aux élections et à la Garde nationale aux seuls citoyens actifs acquittant comme impôt direct l'équivalent de trois journées de salaire d'un manœuvre.

5On assiste donc, à la fin de l'année 1789 et dans les premiers mois de 1790, à la mise en place d'un nouveau paysage politique dont les traits dominants vont perdurer jusqu'à l'invasion de l'été 1792 et qui est comme le négatif du moment révolutionnaire précédent. Localement, les élections pour les assemblées départementales et les municipalités des villes les plus importantes amènent au pouvoir des notables plutôt modérés tandis qu'à Paris se développe un fort courant démocratique qui proteste contre l'éviction des citoyens "passifs" et conteste une constitution qui rejette la plupart des vainqueurs de la Bastille et n'aurait pas voulu de Jean-Jacques Rousseau comme citoyen ! Une presse véhémente, comme les journaux de Marat et Camille Desmoulins, dénonce les ambitions de La Fayette ou de Bailly et les machinations du côté droit de l'Assemblée constituante.

6La modération des départements, confirmée par les manifestations de loyalisme monarchique de plusieurs de leurs délégations de gardes nationaux lors de la fête de la Fédération et la dévotion pour La Fayette qui s'y prodigua, se mue en réprobation latente après l'approbation de la Constitution civile du clergé, dans le second semestre de 1790. Le revirement d'une moitié du bas-clergé, jusque-là chaleureusement patriote, provoque le raidissement idéologique des patriotes regroupés au sein des Sociétés des Amis de la constitution qui se multiplient dans les départements, surtout dans la France méridionale, et réclament toutes leur affiliation aux Jacobins de Paris. On en reçoit mots d'ordre, arguments et surtout un brevet d'authenticité patriotique qui vous hisse à la hauteur de la Révolution. Le réseau ainsi constitué contribue à élaborer une sorte d'opinion "nationale" considérée par les patriotes de la totalité du royaume comme la vulgate dont l'orthodoxie est garantie par le label d'origine. Cette notoriété accrue s'accompagne d'une autonomie croissante à l'égard de la représentation nationale. A l'origine, le club des Jacobins, via le Club breton, était l'émanation de la minorité des députés les plus patriotes des États généraux mués en Assemblée constituante et il est parvenu à faire prévaloir sa ligne politique. Mais en 1790, la critique d'une citoyenneté censitaire, la défiance à l'encontre de Mirabeau et de La Fayette, la dénonciation permanente des décisions des ministres éloignent du Club tous ceux qui veulent arrêter la Révolution, et qui en font l'un des responsables d'une intolérable surenchère révolutionnaire.

7La Constituante n'ose pas, dans la foulée de la répression démocratique qui suit le massacre du Champ de Mars, fermer les Jacobins, mais va tenter de lui substituer les Feuillants, c'est-à-dire un nouveau club délivré de l'influence nocive de Robespierre et de ses amis ainsi que de la pression populaire des tribunes. La majorité des députés déserte la rue Saint-Honoré mais Robespierre en restant dans la "vieille maison" réussit une véritable refondation politique qui l'identifie à l'institution et constitue l'étape majeure de son destin politique. L'immense majorité des clubs des départements se rallie à sa volonté unitaire de nécessaire alliance avec la plèbe parisienne et affirme solennellement son affiliation à la maison mère. Le flot des pétitions militantes des départements s'oppose spectaculairement à la crispation inquiète des constituants, confirmant et légitimant la vocation des Jacobins à parler au nom du patriotisme véritable et de la Révolution menacée.

8La fiction grotesque de l'enlèvement du roi prouve que l'État, en France, ne peut guère se penser en dehors de la monarchie et donc l'élimination de Louis XVI supposerait son remplacement et toute condamnation trop véhémente des agissements du roi ranime la menace du complot orléaniste ou la crainte de la dictature populaire et sanglante réclamée par l'Ami du Peuple. La nouvelle Assemblée élue selon le système abhorré de la double citoyenneté reste donc a priori suspecte à la sans-culotterie parisienne et ne peut prétendre s'identifier à l'intérêt national véritable. L'attitude du roi n'arrange guère les choses, d'où l'inconfort de la position des Girondins, c'est-à-dire de ceux qui tout en suspectant le roi s'interrogent sur son possible remplacement et craignent que la République qu'ils souhaitent ne puissent désormais qu'amener la dictature populaire du triumvirat imposé par les Cordeliers et les Jacobins, c'est-à-dire Danton, Marat et Robespierre. Pour sortir de cette impasse, ils choisissent la guerre, car ils savent que les modérés et les royalistes la veulent aussi et qu'ainsi ils l'obtiendront. Elle permettra d'imposer de nouvelles priorités "nationales" et de faire prévaloir un nécessaire consensus patriotique qui pourra se substituer à l'égalitarisme civique et aux exigences alimentaires du peuple de Paris. Le roi devra s'y soumettre et les départements y trouveront l'occasion de ravir à la capitale la palme du dévouement patriotique.

9La guerre impose effectivement sa conjoncture tragique et le "national" s'identifie désormais et prioritairement à la défense de l'intégrité du territoire. Les échecs initiaux ne tardent pas à renforcer l'influence du courant démocratique et celui des jacobins qui, tous deux, dénoncent la trahison du roi et de ses ministres, celle des officiers aristocrates et s'interrogent sur la volonté des Girondins de se donner les moyens de la victoire. L'assaut donné aux Tuileries, en exécution de l'ultimatum posé au roi et à l'Assemblée législative, fait à nouveau du peuple parisien insurgé l'interprète de l'intérêt suprême de la Nation et la présence efficace des Fédérés marseillais et finistériens confirme la légitimité de l'insurrection. Légitimité contestée dans beaucoup de départements qui s'inquiètent du vide politique créé par la déposition du roi et que les massacres de septembre ne vont pas rassurer. Mais l'invasion menace et fait taire partiellement les critiques.

10Le suffrage universel a aboli enfin la distinction entre citoyens actifs et passifs mais demeure et s'accentue l'opposition, surtout dans les campagnes, de tous ceux qui constituent ce que Michel Vovelle appelle la France du refus. Les autorités, souvent des municipalités rurales, inquiètes de la montée des résistances ou acquises à la protestation, y dénoncent les excès de la chasse aux prêtres réfractaires, déplorent les arrestations illégales décidées par les districts ou les municipalités urbaines, refusent le cours forcé des assignats et se lamentent de l'accroissement brutal des impôts. Et si la barrière du cens fiscal a été abolie, les conditions légales du scrutin (prestation d'un serment de loyauté à l'égard du régime, service effectif dans la Garde nationale, paiement des impôts…) écartent de fait la plupart des mécontents et dans certains districts (Ouest et Sud du territoire) les électeurs, qui ne sont qu'une poignée, ne peuvent prétendre représenter effectivement la population. La Convention n'a donc été élue que par une minorité de "patriotes" mais n'accepte pas pour autant l'hégémonie politique de la sans-culotterie parisienne ; elle soupçonne les Jacobins et la Commune insurrectionnelle de Paris de vouloir lui imposer la dictature du triumvirat dominant la députation de Paris : Marat, Danton et Robespierre. Symétriquement, la sans-culotterie se méfie spontanément de la nouvelle représentation des départements qu'elle soupçonne de ne pas être à la hauteur des circonstances et, aux Jacobins, de nombreux orateurs exigent de la soumettre à un scrutin épuratoire. Les massacres de septembre et le procès du roi ne contribuent guère à atténuer les préventions réciproques.

11Mais aux antagonismes internes, la guerre superpose ses propres urgences qui semblent justifier le radicalisme des sans-culottes et la mystique, proclamée par les Montagnards, de la nécessaire et indéfectible unité de tous les patriotes. La nouvelle menace des coalisés après Wattignies, la trahison de Dumouriez relancent la pression populaire et imposent la création du Tribunal révolutionnaire puis du Comité de salut public. La Gironde, qui n'a pu faire condamner Marat, est présentée par la plupart des Montagnards comme faisant systématiquement obstacle à l'union sacrée des patriotes. Une fois de plus, la représentation nationale doit accepter le coup de force populaire, et, le 2 juin 1793, entériner l'arrestation, sous la menace, de 22 députés girondins, et donc subir le scrutin épuratoire dont on la menaçait depuis septembre 1792. Au nom du salut public, la sans-culotterie impose à l'Assemblée le gouvernement révolutionnaire et la Terreur mais permet du même coup, à l'Assemblée de ressaisir, via les comités et au nom de l'efficacité gouvernementale, une part importante de son pouvoir. Robespierre, en éliminant les factions hébertiste et dantoniste, au printemps de 1794, sera l'artisan inévitable de cette récupération.

12Désormais l'intérêt national ne peut plus être défini par la sans-culotterie trompée par ses leaders, tous accusés d'être de fieffés contre-révolutionnaires, mais par le Comité de Salut public et les Jacobins, c'est-à-dire par Robespierre et ses amis, présents dans les deux instances et donc capables d'imposer une ligne d'autant plus nécessaire et impérieuse qu'elle a exigé la tête de Danton ! La ligne politique n'est plus l'expression spontanée de la pression populaire mais celle qu'impose la vertu sanctionnée par l'Être suprême. Le "national" en vient à se confondre avec la conviction des Robespierristes, ce que la Convention n'accepte plus car elle les voit abandonnés par une partie de la Montagne elle-même, qui se sait accusée d'une déchristianisation dangereuse et d'autres excès dans les départements, par le Comité de Sûreté générale, menacé dans ses prérogatives, enfin par une partie des sans-culottes, les plus actifs, qui ne lui ont pas pardonné la liquidation d'Hébert et des Dantonistes.

13Thermidor apparaît pour la Convention, par delà la victoire des modérés et des corrompus sur les exigences de la vertu robespierriste, comme l'aboutissement d'une politique de récupération de la totalité de ses pouvoirs en faisant du Comité de Salut public l'émanation de sa seule volonté et non plus l'organe de la démocratie selon Robespierre.

14Du 10 août 1792 à juillet 1794, la dialectique du local et du national avait abouti, via le Gouvernement révolutionnaire et ses représentants en mission, à faire prévaloir le radicalisme populaire de la sans-culotterie parisienne aboutissant à la Terreur que Robespierre retournera contre les débordements des Enragés et des Hébertistes. Cette dialectique semble donc compléter la justification classique du recours à la Terreur par les circonstances, en fait elle lui superpose aussi la nécessaire et permanente définition de l'intérêt national, autrement dit elle pose la question fondamentale, à laquelle même un gouvernement révolutionnaire ne peut échapper, celle de sa légitimité.

15La légitimité du pouvoir révolutionnaire est remise en cause dès novembre 1789 par une partie du Tiers État qui dénonce, surtout à Paris, l'éviction légale des pauvres, mués en citoyens passifs, hors d'une vie politique qu'ils avaient contribué à fonder. L'opinion démocratique parisienne n'accepte pas une constitution qui apparaît comme l'expression de la prépondérance des seuls notables et propose de lui substituer une légitimité nouvelle, celle de l'unité d'action avec les forces populaires de la sans-culotterie. La guerre permet à cette ligne démocratique de s'imposer par le biais des journées révolutionnaires qui instaurent le règne de la démocratie directe et une politique de salut public. Le Comité, instauré à cet effet, et Robespierre vont opposer la continuité et l'efficacité de cette politique aux impatiences et aux priorités de la sans-culotterie, du coup la légitimité révolutionnaire ne s'identifie plus à l'insurrection populaire mais à la ligne proposée par le Comité de Salut public, et la Terreur se retourne contre ceux qui l'avaient préconisée. La perte de sa caution populaire affaiblit Robespierre et les divisions internes du Comité de Salut public l'empêchent, lui aussi, de prétendre exprimer la légitimité révolutionnaire et l'intérêt supérieur de la Nation.

16La liquidation des Robespierristes ne résout pas le problème de la légitimité dans la mesure où la Convention, élue par une minorité de patriotes convaincus, s'est discréditée par ses palinodies successives. L'insurrection populaire parisienne le prouve au printemps de 1795 et le décret des deux tiers le confirme provoquant le soulèvement de l'autre moitié de Paris. Chaque fois l'armée a contribué à écraser la révolte et la période directoriale va la conforter dans cette fonction d'arbitre. C'est-à-dire qu'elle bénéficie d'un véritable transfert de légitimité, réalisant à sa manière l'indispensable fusion du local et du national.

Auteur

I.R.H.I.S.O. Université de Rennes II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540