Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Hirsch
, 
Gilles Deregnaucourt
, 
et al.

Introduction

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Notre idée d'un colloque Robespierre anticipa le Bicentenaire de 1789. Sa réalisation lui fut postérieure. Il faut d'emblée dire quelques mots de la genèse du projet. Celui-ci fut esquissé lors d'une rencontre en 1987, entre des historiens ou élus arrageois animateurs de l'association Arras 89 et des chercheurs de l'Université de Lille III, membres du groupe Révolution du Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest. L'idée prit véritablement corps lorsque le bilan du Bicentenaire de 1789 imposa la constatation que les célébrations, les rencontres scientifiques et les publications avaient permis la redécouverte de certains acteurs de la Révolution, en avaient promu quelques autres, mais avaient négligé Robespierre. Cette observation nous renforça dans l'idée de dépasser cette mise à l'écart due autant à l'image peu consensuelle du personnage qu'à la conviction très partagée selon laquelle tout avait été trouvé et dit sur l'incorruptible.

2Nos intentions n'étaient ni d'organiser une célébration, ni d'instruire un procès. Une synthèse supplémentaire de travaux anciens n'étaient pas davantage souhaitable. Nous étions en revanche convaincus du caractère complexe de la Révolution française, irréductible à une explication unique, et ce postulat nous paraissait de nature à permettre un progrès tant dans la compréhension de l'itinéraire personnel de Robespierre que dans celui de la dynamique et des enjeux de la Révolution. Sur ces bases, nous avons énoncé des lignes directrices que je dois rappeler ici car j'y vois le fil d'Ariane au travers des actes que nous présentons à présent aux lecteurs, et le moyen le plus simple pour que chacun puisse juger du chemin parcouru :

3"Les recherches récentes consacrées à la France de la fin du XVIIIe siècle imposent de nouvelles interrogations sur la politisation des sujets promus citoyens, les conceptions et les pratiques économiques et sociales, l'impact de la Révolution dans le monde et les fluctuations de son image depuis deux cents ans. Ces questions nous renvoient à celles que l'Europe d'aujourd'hui nous pose. Elles concernent la démocratie, le rôle de l'homme d'État, la politique et la morale, l'économie de marché, les rapports entre les nations. L'objectif du colloque d'Arras est de tenter une approche plus exploratoire de Robespierre, fondée sur des interrogations délibérément circonscrites, suscitées par la convergence de ce renouvellement de l'histoire et des interpellations contemporaines".

4Dans ces perspectives trois thèmes ont été privilégiés :

  • Le premier est celui d'un itinéraire qui conduisit Robespierre de la députation artésienne à la Convention, de la province en révolution à la Révolution. Ce thème éclaire la formation de l'individu, la stratégie et les convictions d'un candidat en pour les États généraux, l'émergence du constituant, mais aussi la permanence et les ruptures dans les enracinements provinciaux, la relation entre les enjeux locaux et la politique nationale, le fonctionnement et le rôle des réseaux relationnels dans la dynamique des sociétés politiques et dans celle du gouvernement révolutionnaire, l'influence de ces réseaux dans le recrutement des personnels “d'en haut”, leur impact sur la politisation "en bas".
  • Les choix économiques et sociaux constituent le second thème qui impose une réflexion sur les rôles de la théorie et de la conjoncture dans la question des subsistances, la liberté et la réglementation comme facteurs de régulation du marché, sur les facteurs économiques ou politiques qui concoururent à l'établissement du maximum, sur la question agraireet celle du statut de la priorité.
  • Avec le troisième thème s'impose un cheminement qui conduit du sort des minorités aux relations entre nations, de la notion du droit des gens à celle de la citoyenneté universelle. Quelle fut l'attitude du défenseur des droits face à l'esclavage et à la question coloniale, du jacobin face aux cultures provinciales, à celles des minorités et et à l'affirmation d'une culture nationale ? Quelles furent, dans la dialectique de la Nation et de l'Europe, ses motivations à faire la guerre à la guerre, puis, alors que la guerre faisait rage, ses évolutions dans sa vision des relations entre nations ?

5Aux trois thèmes résumés ci-dessus sont venus s'ajouter une table ronde sur "La politique, la morale et le sacré", ainsi qu'une conférence publique consacrée à "Robespierre posthume, le mythe et le symbole".

  • 1 Je tiens à cette occasion à rendre hommage à la mémoire de G. R. Ikni et de L. Trénard qui avaient (...)

6L'appel à communications qui fut lancé sur ces bases fut large et sans exclusive, à la seule réserve que les propositions s'inscrivissent dans les thèmes proposés ; trente-cinq interventions furent programmées, de la façon la plus équilibrée possible, même s'il est vrai que le premier thème a suscité davantage de participations ; de même, si la sensibilité dite jacobine paraît plus fortement représentée, ce n'est là que le résultat d'une inégale répartition dans les propositions d'interventions ou les disponibilités1.

7Les actes que nous présentons à l'issue de ce colloque se conforment à l'économie générale qui vient d'être énoncée. Entre cent et deux-cents personnes ont assisté aux séances ; les débats ont donc été animés même s'ils durent parfois être écourtés. Nous avons voulu restituer une part de leur richesse, mais il était impossible de les transcrire intégralement. Les synthèses que nous en proposons espèrent rester aussi fidèles que possible à l'esprit des interventions et nous assumons la responsabilité d'éventuelles mésinterprétations.

8Il me reste à remercier, au nom du Centre d'Histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest, maître d'œuvre de l'entreprise, tous les organismes et toutes les personnes qui ont permis la tenue de ce colloque et cette publication. Je ne fus dans cette opération que le coordinateur et je tiens à souligner qu'elle fut rendue possible et agréable grâce à la prise en charge, par une équipe organisatrice unie, de tâches qui furent toujours partagées et assumées. Aux fidèles de tous les moments qui ont mené à bien l'organisation et l'édition, j'associerai aussi F. Brunei, A. Crépin, M. Dorigny, F. Gauthier, F. Hincker, M. Vovelle, F. Wartelle qui ont non seulement participé au colloque et pris diverses responsabilités, mais aussi apporté leurs conseils au cours de plusieurs réunions préparatoires.

9Je remercie aussi les professeurs qui ont accordé leur caution scientifique en présidant des séances et en proposant diverses contributions : M. Agulhon, B. Alluin, J. P. Bertaud, R. Dupuy, J. Sys, A. Lottin, C. Lucas, C. Mazauric, B. Ménager, B. Plongeron, P. Viola.

10Les communicants et les intervenants dans les débats méritent évidemment notre gratitude particulière pour avoir accepté les contraintes inhérentes à tout colloque.

11Enfin, ni le colloque ni l'accueil convivial des participants venus de France, de Belgique, de Grande-Bretagne, d'Italie et des États-Unis n'eussent été possibles sans l'aide matérielle de plusieurs organismes dont les responsables et les personnels méritent toute notre reconnaissance. Nous sommes particulièrement redevables à la ville d'Arras, au Conseil général du Pas-de-Calais, au Conseil régional Nord/Pas-de-Calais, au Crédit foncier de France, mais aussi aux Archives départementales du Pas-de-Calais, à l'Université d'Artois, à l'I.U.F.M. des Templiers, à l'Institut d'Histoire de la Révolution française, à la Société des Amis de Robespierre et à l'U.R.A.-C.N.R.S. 1020.

Notes

1 Je tiens à cette occasion à rendre hommage à la mémoire de G. R. Ikni et de L. Trénard qui avaient prévu de participer au colloque, en ont été empêchés et sont décédés depuis. J'en profite aussi pour dire notre regret que T. Tackett, qui nous avait fait l'amitié de proposer une communication, se soit, en dernière minute, trouvé dans l'impossibilité de nous rejoindre. Enfin, il faut signaler que R. Badinter, F. Furet, M. Ozouf ont fait part de leur indisponibilité et se sont excusés.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540