Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

III. Église et armée

Lobby et réseau d'espionnage vénitiens à Constantinople au milieu du xvie siècle

Bruno Simon

Texte intégral

1Un lobby politique et un réseau d'espionnage en pays étranger constituent deux types de clientélisme bien particulier. A leur origine, pas de solidarités familiales, de clan ou de classe, mais une sympathie bien entretenue, l'intérêt financier, la nostalgie de la mère-patrie, et aussi le "patriotisme" si on peut employer ce terme sans anachronisme pour la Venise du XVIe

  • 1 A. da MOSTO, l'Archivio di Stato di Venezia, Rome, 1937, vol. I. Le Collegio, assemblée de 26 membr (...)
  • 2 Il s'agit d'une longue période de paix. Le traité d'Istanbul du 2 octobre 1540, qui met fin à la gu (...)
  • 3 La majeure partie des correspondances subsistantes a été déchiffrée à la fin du siècle dernier par (...)

2Bien entendu, lorsqu'il s'agit d'affaires aussi délicates, les documents, presque toujours issus des organismes les plus secrets de l’État, sont à la fois rares et partiels. La collection de ceux-ci sur une trentaine d'années permet cependant de reconstituer dans ses grandes lignes ce que pouvaient être le réseau de renseignements et le groupe de pression vénitiens dans l'Empire ottoman et en particulier dans sa capitale. La majeure partie des documents cités provient des différents fonds du Conseil des Dix (lettres des ambassadeurs, recteurs et provéditeurs aux chefs du Conseil ; registres des décisions secrètes ; etc.) mais aussi de la correspondance plus officielle des bayles - c'est le titre que portent les ambassadeurs résidents de Venise à Constantinople - avec le Sénat. Rappelons que cette correspondance était, à son arrivée à Venise, examinée en premier lieu par le Collegio, qui décidait de ce qui devait échapper à la connaissance des Sénateurs1. La majeure partie des informations que nous avons recueillies pour la période qui va de la paix vénétoturque du 2 octobre 1540 à la mort de Soliman le Magnifique (1566)2 provient de documents rédigés en écriture chiffrée3.

  • 4 Parmi les "amis" et "très affectionnés" (ainsi que les dépêches les désignent) de la Seigneurie, Fe (...)

3Le lobby vénitien dans l'Empire ottoman est constitué presqu'uniquement de personnalités politiques de haut rang4, qui, dans leur domaine de responsabilité, ont le pouvoir d'infléchir la politique ottomane, soit provisoirement, soit durablement, dans le sens des intérêts vénitiens. Bien entendu, à côté de l'influence qu'ils exercent parfois en faveur de la Sérénissime, il faut tenir compte des informations qu'ils lui transmettent. En ce sens, ils peuvent être considérés comme la frange la plus illustre du réseau vénitien de renseignements.

  • 5 C'est le terme employé pour définir chaque colonie étrangère, c'est aussi celui que les Ottomans em (...)
  • 6 ASV, C.C.X., D.A.C. 2 (1551-1532), f° 3,22 mai 1551.
  • 7 Personnage important, très engagé sur le marché ottoman, il sera longtemps l’un des fermiers de l'a (...)

4Celui-ci, dirigé à Constantinople par le bayle en personne, recrute dans tous les milieux. D'abord parmi les sujets de la Sérénissime et les "Francs", c'est-à-dire les Occidentaux que les Turcs désignent génériquement sous les termes de firenk et efrendji. Tout sujet vénitien, qu’il réside dans l'Empire ou qu’il soit de passage, est censé collaborer à la défense des intérêts de la "nation"5, et naturellement en informateur de la République. Ainsi, l'un des plus importants marchands vénitiens de Constantinople, Antonio de Priuli fo Hieronymo6 a pour "ami" sur la flotte qui se rend à Tripoli en 1551 l'interprète du grand amiral, le kapudan pasa Sinan, et transmet les informations qu'il reçoit de ce dernier au bayle et aux chefs du Conseil des Dix7. Le cas n'est pas isolé. Les sujets de Venise, toutes origines sociales et ethniques confondues, sont mis à contribution et constituent la source privilégiée d'information des consuls dans les capitales commerciales de l'Empire : Alep et les échelles de Syrie, Alexandrie - Le Caire, Salonique, Rhodes, etc.

  • 8 ASV, C.C.X., D.P.R.T.M. 285 (Candia), f° 65,22 novembre 1546, dépêche de Dionisio Contarini, duc de (...)
  • 9 ASV, S.S., D.AC., AP C. 5, f° 60, 27 octobre 1551, dépêche de Bemardo Navagero, bayle, aux Chefs du (...)
  • 10 Ibid., Filza 1 A, dépêche no 35,18 mars 1555, d'Antonio Erizzo, bayle.

5Dans la capitale de l'Empire, "La Bien Gardée", les sources sont plus variées. A côté des sujets de la République en situation régulière vis-à-vis de Venise, on rencontre aussi une foule interlope comprenant des ouvriers, des marins et des soldats attirés par le travail et les hauts salaires versés par la Porte (soit bannis, soit chassés de chez eux par la misère, c'est souvent le cas des Grecs du Stato da Mar), des marchands qui se sont installés sur place et y ont fondé une seconde famille (devenant par là tributaires du Grand Seigneur malgré les interdictions vénitiennes) et des esclaves dont le bayle tente d'acheter la libération ou d'organiser la fuite. On pourrait citer le cas de plusieurs charpentiers et artilleurs de l'arsenal de Constantinople, dont certains sont des bannis8 ; d'un barbier d'origine vénitienne, ex-esclave de Barberousse, et qui compte Dragut parmi ses clients en 15519 ; etc. Le bayle dispose à leur endroit de suffisamment de moyens de pression pour obtenir les renseignements qu'il désire. Ainsi le bayle Antonio Erizzo dressa, à la demande du Conseil des Dix en mars 1555, une liste des marchands et facteurs qui vivaient en concubinage avec des tributaires ou qui étaient des tributaires eux-mêmes, ce qui était le moyen le plus simple d'avoir accès à la Mer Noire, dans le but d'exercer des pressions sur eux ou sur leurs familles demeurées en métropole10.

  • 11 Marin Cavalli "il vecchio", L'informatione dell'offitio dell'ambasciatore, 1560-1561, éd T. BERTELE (...)
  • 12 ASV, D.AC. 1, f° 180-181, 25 août 1545, dépêche de Stefano Tiepolo, ambassadeur extraordinaire : il (...)

6Enfin, il faut signaler, parmi les informateurs institutionnels, tout le personnel du baylat : les cuisiniers et valets chargés de fréquenter les tavernes et autres mauvais lieux qui pullulent à Péra ; les interprètes (drogmans), particulièrement bien placés par les négociations qu'ils conduisent à l'échelle de Péra ou à Constantinople (libération des esclaves, négociations avec la Porte, etc.) et par leur connaissance des langues locales et de la société stambouliote ; l'entourage vénitien du bayle, du chapelain aux gentilshommes qui l'accompagnent pour le voyage11, avec ses fils parfois, occasion pour ces derniers de se rendre à Jérusalem. Le bayle lui-même, est le premier à tenter de faire parler ses interlocuteurs aussi bien Turcs qu'Occidentaux, à l'occasion de réceptions, de visites protocolaires, ou de voyages en compagnie d'autres diplomates12.

  • 13 A l'exception de Ferhat Aga qui s'y rend au vu et au su de tous, en particulier lors des banquets o (...)
  • 14 Kiahya, kethüda ou kaspi kethüdasi, représentent les intérêts de leur maître dans la capitale ou y (...)
  • 15 Le terme désigne la levée des enfants chrétiens dans certaines provinces de l'Empire, à intervalles (...)
  • 16 Transfuges ou captifs (de la guerre ou de la course), ils sont souvent d'origine aristocratique ou (...)
  • 17 C'est le cas de Murat Bey Sebenzano (donc de Sibenic), qui négocie en 1538 le cessez-le-feu en Dalm (...)
  • 18 En tant que kapici basi (voir note 4), il accompagne le sultan partout et fait partie de ses intime (...)
  • 19 S'il est l'interprète des désirs de la Seigneurie auprès de Soliman (tant en ce qui concerne les af (...)
  • 20 Haydar Bey, drogman de la Porte, ex-véronais Hieronymo Zaccaretti (ASV, C.C.X., D.AC. 2, f° 82, 18 (...)

7A côté de la nation vénitienne au sens large, Venise recrute des informateurs parmi les sujets du Grand Seigneur ou ceux d'autres souverains. En ce qui concerne les sujets ottomans, il faut préciser qu'il est de tradition que le baylat tienne table ouverte en faveur des membres de l'administration ottomane, des esclaves de la Porte (les kapi kullari). S'il est assez rare que des officiels de très haut rang se rendent en personne au baylat13, s'y pressent en revanche leurs émissaires, les messagers de la Porte (les çavus), dont certains sont d'ailleurs envoyés en ambassade en Occident et, dans le cas des gouverneurs de province, les intendants de leurs domaines ou leurs représentants à la Porte14 Ces "amis" de la Seigneurie, qui dispensent informations et conseils, ne sont presque jamais des musulmans de naissance ; ils font partie de l'administration, y ont été recrutés parfois par le devsirme15, mais plus souvent encore après reniement à un âge plus avancé16. Ces nouveaux convertis sont rarement des fanatiques, à la différence des recrues habituelles du devsirme. En revanche, ils sont souvent d'origine vénéto-grecque ou italienne et sont demeurés proches de Venise par nostalgie, ou parce qu'ils ont conservé des liens avec leur famille d'origine17. Le plus important d'entre eux est sans aucun doute Ferhat Aga, ancien sujet de la Sérénissime, ancien esclave de Barberousse, qui soutint pendant vingt ans les intérêts vénitiens à la Porte (1547-1567), avec assez de discrétion et de duplicité pour accomplir parallèlement une belle carrière politique, puisque, durant les dix dernières années du règne de Soli man, il est l'un de ses intimes18. Son rôle d'intermédiaire direct entre le bayle et le sultan devient peu à peu officiel, au point que les grands vizirs, Ali Pasa Semiz, puis Sokullu Mehmet Pasa, en montrent quelque déplaisir. Ses interventions en faveur de la Seigneurie sont d'autant plus efficaces que Soliman le Magnifique sait avoir peu à redouter d'elle, et que Ferhat Aga pratique à l'évidence le double-jeu et parfois même la désinformation19. Il intervient aussi auprès de ses alliés au sein de l'institution du pouvoir, cette vaste classe administrative et militaire déchirée déjà par les rivalités de clientèles. Il en est d'autres, originaires de Sibenic, Parga, Corfu, Crète, et même Vérone, mais aussi Rome, Naples, Bologne20.

8Le plus important de ces personnages qui gravitent autour du pouvoir est Ali Pasa Semiz, que l'on peut considérer comme le véritable chef du lobby vénitien à la Porte, de son retour du gouvernement d’Égypte en 1556 à sa mort en 1565. De nombreux arguments jouent en faveur de cette hypothèse même si les circonstances et sa situation personnelle le contraignirent à avancer masqué, et si l'ingratitude (avarice) des Vénitiens refroidit son ardeur. Il faut aussi souligner qu'Ali Pasa est avant tout un pacifiste et que son gouvernement (il est sadrazam de 1561 à 1565) se signale par le rétablissement de bonnes relations entre la Porte et la plupart de ses voisins.

  • 21 Plaintes de Tiepolo contre Hasan Bey : ASV, D.A.C., AP.C. 3, dépêche no 5, f° 6 v° à 11 r°, 24 août (...)
  • 22 AS.V., S.S., D.A.C., Filza 2B, dépêche no 90, f° 214,13 décembre 1559.
  • 23 Josef MATUZ, "Die Pfortendolmetscher zur Herrschaftszieit Süleymans des Prächtigen", dans Südostfor (...)
  • 24 ASV, S.S., DAC., A.P.C. 4, dépêche no 45, 12 mai 1546 : Alessandro Contarini transmet une copie de (...)
  • 25 Collegio "Pandette", Esposizioni Principi, 3 registres de 1552 à 1570.
  • 26 A.S.V., S.S., D.A.C., A.P.C. 5, dépêche no 96, 10 mai 1552. Avant son départ pour Venise comme amba (...)

9Bien que n'exerçant pas officiellement un pouvoir politique, mais jouissant d'une influence considérable, et en contact direct avec les informations de première main, les drogmans de la Porte, toujours des renégats, rarement incorruptibles, figurent souvent au premier rang des sources de renseignement vénitienne. Ils fournissent aux bayles contre argent comptant les copies des documents qui passent entre leurs mains, rapportant les négociations auxquelles ils ont assisté ou prodiguent des conseils. Ce sont des personnages puissants, dangereux et avides. Ainsi, en décembre 1545, le bayle Alessandro Contarini et l'ambassadeur extraordinaire Stefano Tieopolo se réjouissent dans une dépêche au Sénat du décès du drogman Hasan Bey, d'origine génoise et grand ennemi des chrétiens en général et des Vénitiens en particulier, et le traitent de gran ribaldo21. Le bayle Marin Cavalli se félicite en revanche en décembre 1559 d'avoir discrètement soutenu la candidature au poste de drogman en grec de la Porte d'un renégat corfïote de la famille Quartana, dont il attend les plus grands services22 Les cas les plus célèbres et les plus exemplaires sont ceux des deux grands drogmans de la Porte qui se succèdent à la fin du règne de Soliman : Jonus Bey jusqu'en 1551, puis Ibrahim Bey jusqu'en 1568. Ils parviennent à bâtir en l'espace de quelques années des fortunes considérables, notamment en vendant aux ambassadeurs occidentaux les copies des documents qu'ils traduisent. Le cas d'ibrahim Bey, aristocrate hongrois capturé en 1537, a été étudié par Josef Matuz et Michel Lesure23. Avant même de remplacer Jonus Bey en 1551, il apparaît dans les documents vénitiens dès mai 1546, à l'occasion de l'envoi à Venise d'une copie d'une lettre de Ferdinand à Soliman24. Jusqu'à sa mort en 1568, à l'exception d'une période de disgrâce de mai 1558 à novembre 1559, il transmet, contre des sommes de plus en plus considérables, les lettres de l'empereur, du Roi Très Chrétien, du Roi Catholique et du sultan, mais aussi du vayvode de Transylvanie. Ces lettres constituent le noyau de la collection recueillie à partir de 1552 dans les fonds secrets du Collegio sous le nom de pandette25. Il reçoit d'ailleurs pensions et cadeaux pour des services identiques, des ambassadeurs autrichiens et français, et du bayle florentin26.

10Le problème de la trahison ou de la corruption des drogmans ne concerne pas seulement les interprètes de la Porte, aussi tenterons-nous d'aborder la question du fonctionnement de ce réseau pour achever par quelques exemples de ses réussites et de ses échecs.

11Pour ce qui est du fonctionnement de ce réseau de renseignements, on peut distinguer trois aspects de ses activités : le recueil des informations, leur transmission et la rémunération des services.

  • 27 Pour la Porte, les informations reçues de la Seigneurie sont les plus fiables de celles transmises (...)

12Nous aborderons succinctement les deux premiers aspects car ils touchent de moins près les relations de clientèle. Pour ce qui est du recueil des informations, il convient de signaler dès l'abord un certain nombre d'éléments caractéristiques. Si tout ou presque intéresse Venise, les domaines particulièrement sensibles demeurent cependant les intentions de la Porte à son égard, et particulièrement les mouvements de la flotte, puis tout ce qui concerne la politique extérieure et les luttes politiques internes, enfin un certain nombre de questions économiques considérées comme stratégiques, avant tout, ce qui a trait au marché du blé turc et des épices levantines. Il faut évoquer aussi la question de la fiabilité de l'information : les bayles ne manquent jamais de préciser si leurs informations sont confirmées, s'ils ont quelques doutes ou s'il s'agit de rumeurs à vérifier. Ayant presque toujours une longue carrière diplomatique derrière eux, ils ont l'habitude de faire la part du vrai et celle du faux, d'autant plus que traditionnellement ils transmettent tout à fait officiellement à la Porte des avis d'Occident envoyés par la Seigneurie, subtilement accommodés dans un sens qui ne nuit pas aux intérêts vénitiens27 De même, plus le lieu d'où provient l'information est éloigné de la capitale ou des villes où réside un consul, plus cette information est dans un premier temps sujette à caution.

  • 28 Les marchands vénitiens qui fournissent en numéraire l'ambassadeur impérial (ASV, S.S., D.A.C., Fil (...)
  • 29 ASV, S.S., D.A.C., A.P.C. 5, dépêche no 31, 22 mai 1551.

13Enfin, tous les moyens sont utilisés, en particulier dans la capitale, pour se procurer des informations, non seulement sur la Porte, mais aussi sur les autres ambassades étrangères, en utilisant dans ce dernier cas les complaisances des médecins, changeurs, ou des personnes dont l'activité professionnelle est considérée comme moins respectable28. Le bayle lui-même monte parfois au créneau : ainsi Bernardo Navagero, juché sur la terrasse d'une villa des Vignes de Péra, compte-t-il une à une, en mars 1551, les galères de la flotte qui quittent Besktas pour la campagne de Tripoli29.

14Pour ce qui est de la transmission, je serai plus bref encore : je signalerai les problèmes soulevés par le fonctionnement de la poste, un réseau organisé par la Sérénissime, avec en principe un voyage dans chaque sens tous les quinze jours : Constantinople-Cattaro par voie de terre, Cattaro-Venise par les galiotes de la flotte vénitienne. L'utilisation générale du chiffre pour les informations sensibles n'empêche pas que les courriers soient parfois arrêtés, dévalisés et même tués, et que ce service, ouvert aussi aux marchands vénitiens en échange d’une participation aux frais, fonctionne en réalité au profit de tous. Sous couvert de marchands vénitiens ou de leurs facteurs, beaucoup de lettres commerciales ou politiques, parfois de la plus haute importance transitent. Après avoir longtemps hésité entre la limitation de l'accès au service postal et un certain laxisme qui risquait de provoquer la mé fiance et l'irritation des Turcs, le Conseil des Dix finit par adopter au début des années 1560 une conduite lui permettant de tirer le meilleur profit d'une situation de toutes façons très difficilement contrôlable. D'une part le Conseil proclama régulièrement l'interdiction faite aux étrangers d'utiliser la poste, et d'autre part institua des cabinets noirs à chaque extrémité du voyage, qui fonctionnèrent irrégulièrement en temps normal, et systématiquement en période de tension. Dans ce domaine comme dans d'autres, la désinformation est courante : certaines lettres sont écrites pour être interceptées par les autorités vénitiennes ou ottomanes. En ce qui concerne enfin la communication officielle des informations, le moment le plus délicat est celui de la traduction, soit des documents issus de la Porte pour Venise, soit des informations vénitiennes à destination de la Porte. On s'aperçoit très vite que, grâce aux traducteurs de la Porte, les informations confidentielles deviennent des secrets de Polichinelle ; c'est la raison pour laquelle la Seigneurie crée en 1551 l'institution des giovani di lingua (jeunes de langue) qui commencera à être vraiment efficace à la fin des années 1550.

15La rémunération des services nous ramène davantage au clientélisme : elle est fonction de la personnalité et de la situation sociale des informateurs.

  • 30 Alessandro Contarini intervient auprès du Conseil des Dix à la demande de Mehmet, kapudan posa (le (...)
  • 31 ASV, C.X., Parti secrete, reg. 7, f° 145 v°, 21 janvier 1563-1564 : dépêche au bayle Daniele Barban (...)

16Au sommet de l'échelle sociale, on trouve les membres de l'administration ottomane, dont les bonnes dispositions sont entretenues soit par des cadeaux d'objets rares ou de marchandises de luxe (tissus de prix, horloges, pièces d'orfèvrerie... et même des remèdes), soit par des démonstrations de bonne volonté de la Seigneurie à leur égard, comme la libération à leur demande de galériens à la chaîne ou la levée de bans30. On citera en exemple la remise à Ferhat Aga en 1564 d'une cassette de cristal d'une valeur de 1.600 sequins (qui a d'ailleurs déjà toute une histoire à elle seule), maladroitement entreposée au baylat, et qu'il convoitait depuis longtemps. Le Conseil des Dix ne peut d'ailleurs s'empêcher de témoigner de sa mauvaise humeur de s'être laissé forcer la main en décrétant, le jour même où il accorde la cassette à Ferhat Aga, l'interdiction d'exporter de Venise des cassettes d'une valeur de plus de deux cent sequins, et, dans un second temps, de les fabriquer31. On pourrait aussi évoquer la concession d'un bénéfice ecclésiastique au frère, demeuré sujet vénitien, de Murat Bey Sebenzano.

  • 32 Voir note 26. Les paiements sont d'abord assez irréguliers, même si l'on tient compte des lacunes d (...)
  • 33 ASV, S.S., D.A.C., F 1 A, dépêche no 49, 21 juin 1555, d'Antonio Erizzo : sont incluses des copies (...)

17Lorsque l'on passe aux drogmans de la Porte ou à des grades inférieurs de l'administration ottomane, la rémunération devient plus triviale et plus discrète : il s'agit généralement d'argent comptant et parfois d'exemptions de taxes d'exportation au départ de Venise. Quelques notations permettent de se faire une idée des frais engagés : en général moins de cinq cents sequins par an, dont trois cents pour Ibrahim Bey32. De 1554 à 1556, durant le baylat d'Antonio Erizzo, qui sera d'ailleurs poursuivi à son retour pour sa gestion dispendieuse, ces dépenses atteignent 5.200 sequins, mais pas une lettre étrangère adressée au sultan n'échappe à la connaissance des autorités vénitiennes durant sa mission33.

18Pour les sujets vénitiens, il n'y a pas de rémunération en espèces envisagée. En revanche, les grâces sont assez nombreuses : essentiellement la levée du ban pour les sujets en délicatesse avec la justice métropolitaine lorsqu'ils ont su se rendre utiles, ou la concession de petits offices ou de rentes viagères soit pour eux, soit pour leurs parents. Pour le personnel du baylat enfin, l'assurance de poursuivre leur carrière avec la buona gratia de la Seigneurie, c'est-à-dire de monter en grade à leur retour. Pour les drogmans de Venise enfin, espionner fait partie intégrante de leurs obligations, dans un métier parfois dangereux certes, difficile, mais aussi très rémunérateur.

  • 34 ASV, C.C.X., D.P.R.T.M 280, f° 60, 21 mars 1560, dépêche de Paolo Marcello, comte et capitaine de S (...)
  • 35 Entre 1555 et 1566, Venise fait échec, souvent avec l'aide des Français, aux tentatives de Ferrare, (...)
  • 36 ASV, C.C.X., D.A.C. 2, f° 138-139, 11 février 1559-1560, dépêche de Marin Cavalli et ASV, S.S., D. (...)
  • 37 Michel LESCURE, op. cit.
  • 38 ASV, C.C.X., D.A.C. 3, f° 55-56,12 mai 1566, Vettor Bragadin demande d'urgence un nouveau chiffre.

19Il nous faut conclure sur l'efficacité de cette structure patiemment mise en place et constamment renouvelée par les bayles qui se succèdent sur la Corne d'Or. Sur une période d'une trentaine d'années, on peut dire que succès et échecs s'équilibrent. C'est en effet grâce à son réseau d'informateurs et d'amis que Venise parvient à déjouer plusieurs complots contre ses villes dalmates, Corfu et Chypre34, et à provoquer l'échec des tentatives d'autres États italiens de s'implanter politiquement et économiquement dans l'Empire ottoman35, mais, en même temps, elle est beaucoup moins heureuse dans le choix de certains de ses drogmans. Zanesin Salvego, son grand drogman jusqu'en 1559, date de sa mort, semble avoir été particulièrement avide et corrompu36 ; son successeur jusqu'en 1563, Michel Cernoviç, est un agent de l'empereur Ferdinand37 ; et l'un des jeunes de langue, Hieronymo Colombina, entrera en 1565 au service du grand vizir Sokullu Mehmet Pasa avec pour charge de décrypter les chiffres occidentaux, ce en quoi il montrera bien des dispositions38

  • 39 ASV, S.S., D.A.C. F 4 D, dépêche no 113, f° 294-296, 29 novembre 1564 : Ferhat Aga assure des excel (...)

20Le baylat est ainsi périodiquement secoué par ces scandales où la trahison d'un sujet de la Sérénissime ou d'un hôte du bayle éclate au grand jour, avec des conséquences parfois graves, en particulier lors de l'affaire Cernoviç. Aussi le bilan de ces services annexes et indispensables dans toute ambassade résidente est-il mitigé. Au jeu de l'illusion et de la tromperie, il n'est pas certain que les Vénitiens, pourtant vieux routiers de la diplomatie et du Levant, sortent vainqueurs. Malgré de nombreuses mises en garde de dignitaires ottomans dès la fin du règne de Soliman au sujet des visées du sehzâde (prince héritier) Sélim et de son entourage sur Chypre, la Sérénissime sera incapable d'empêcher le débarquement de 157039.

Notes

1 A. da MOSTO, l'Archivio di Stato di Venezia, Rome, 1937, vol. I. Le Collegio, assemblée de 26 membres (le doge, ses six conseillers, les trois chefs des tribunaux de la Quarantia, ensemble qui forme la Seigneurie ; et les trois commissions de "sages" issues du Sénat ; les six Savii Grandi, exécuteurs des décisions du Sénat, les cinq Savii di Terra Ferma et les cinq Savii agli ordini) prépare les travaux législatifs et décisionnels du Grand Conseil et du Sénat, expédie et reçoit toute la correspondance officielle (hors celle qui est adressée directement au Conseil des Dix), et décide de ce qui doit être tenu secret dans cette correspondance.
Pour les mots turcs, nous utilisons l'orthographe du turc contemporain : le c se prononce dj, le ç = tch, le s cédille = ch, le i sans point = eu, le u = ou.

2 Il s'agit d'une longue période de paix. Le traité d'Istanbul du 2 octobre 1540, qui met fin à la guerre dite de Corfu (assiégée en vain par Soliman le Magnifique de juillet à septembre 1537) se solde pour Venise par des pertes territoriales (Napoli di Remania - Navplion, Malvasia - Monemvasia), le passage des Sporades et des Cyclades (Tinos exclue) de la suzeraineté vénitienne à la suzeraineté ottomane, et par le paiement d'une indemnité de guerre de 300.000 sequins. Les capitulations sont rétablies et même élargies. Malgré des incidents sporadiques, la paix sera maintenue jusqu'à ce que Sélim II exige la cession de Chypre au printemps 1570.

3 La majeure partie des correspondances subsistantes a été déchiffrée à la fin du siècle dernier par l'archiviste Luigi Pasini et ses disciples, voir Luigi PASINI, "Delle scritture in cifra usate dalla Republica di Venezia", dans Il Regio Archivio Generale di Venezia, Venise, 1873, pp. 283-327. Récemment, une précieuse contribution à l'étude de ces écritures chiffrées a été apportée par Christiane VILLAINGANDOSSI, "Les dépêches chiffrées de Vettor Bragadin, bayle à Constantinople, 12 juillet 1564 - 15 juin 1566", dans Turcica, 1978, t. IX/2-X, pp. 52-106.

4 Parmi les "amis" et "très affectionnés" (ainsi que les dépêches les désignent) de la Seigneurie, Ferhat Aga, kapici basi (chef de la garde du palais et grand chambellan) à partir de 1556, Pertev Pasa quatrième puis troisième vizir entre 1555 et 1566, Kara Ahmet Pasa, sadrazam (grand vizir) de 1553 à 1555, Ali Pasa Semiz, sadrazam de 1561 à 1565, Ali Portuk, amiral (dont le nom indique qu'il est un renégat portugais), etc.

5 C'est le terme employé pour définir chaque colonie étrangère, c'est aussi celui que les Ottomans emploient pour désigner les différentes confessions jouissant de l'autonomie interne (orthodoxes, juifs, bientôt arméniens, les millet). Les millet autochtones sont organisés autour de leurs chefs religieux ; voir Histoire de l'Empire Ottoman, éd. Robert MANTRAN, Paris, Fayard, 1989, pp. 298-300 (chap. 9, "Les provinces balkaniques", par Gilles VEINSTEIN).

6 ASV, C.C.X., D.A.C. 2 (1551-1532), f° 3,22 mai 1551.

7 Personnage important, très engagé sur le marché ottoman, il sera longtemps l’un des fermiers de l'alun de Phocée, contrat qu'il abandonnera sur ordre des autorités vénitiennes, et grand négociant en blé : à sa mort en 1557, il laisse des affaires extrêmement embrouillées, et en particulier des dettes importantes à l'égard du trésor impérial (le hazine, ou casna des Vénitiens), qui seront pendant longtemps un facteur de tension entre les deux gouvernements.

8 ASV, C.C.X., D.P.R.T.M. 285 (Candia), f° 65,22 novembre 1546, dépêche de Dionisio Contarini, duc de Crète. Il transmet les informations d'un charpentier (marangon) de l'arsenal de Constantinople, neveu du proto (du grec protos = chef, directeur) de l'arsenal de Candie, car elles sont différentes de celles qu'il a reçues du bayle sur l'armement de la flotte ottomane. ASV, C.C.X., D.AC. 1 (1537-1550), f° 219, 8 juillet 1550, dépêche d'Alvise Renier, bayle, qui conjure le Conseil des Dix de lever le ban de Domenego Albano, ancien artilleur et maître charpentier de l'arsenal de Venise, auquel l'arsenal de Constantinople a fait une proposition alléchante. ASV, S.S., D.AC., Filza 1 A, dépêche no 45, 17 mai 1555, du bayle Antonio Erizzo : ses informations les plus sûres concernant la flotte proviennent d'un martre charpentier vénitien de l'arsenal de Kasim Pasa.

9 ASV, S.S., D.AC., AP C. 5, f° 60, 27 octobre 1551, dépêche de Bemardo Navagero, bayle, aux Chefs du Conseil des Dix.

10 Ibid., Filza 1 A, dépêche no 35,18 mars 1555, d'Antonio Erizzo, bayle.

11 Marin Cavalli "il vecchio", L'informatione dell'offitio dell'ambasciatore, 1560-1561, éd T. BERTELE, Florence, 1935. L'auteur insiste particulièrement, pp. 78-79, sur les devoirs de ces gentilshommes.

12 ASV, D.AC. 1, f° 180-181, 25 août 1545, dépêche de Stefano Tiepolo, ambassadeur extraordinaire : il espionne les ambassadeurs de Raguse pendant le voyage qu'ils effectuent de concert vers Istanbul, et, arrivé dans la capitale, il tente de soustraire des informations à Hayrettin Barberousse et à Kara Ahmed Pasa. ASV, D.A.C., A.P.C. 4, dépêches no 9, 13 septembre 1545 et no 11, 30 septembre 1545, d'Alessandro Contarini, bayle : rentré d'Andrinople (Edime) à Constantinople en compagnie de Beltrame Sacchia (l'auteur du coup de main sur Maran en 1542), il tente en vain de le faire parler (passim).

13 A l'exception de Ferhat Aga qui s'y rend au vu et au su de tous, en particulier lors des banquets offerts par les bayles pour fêter certains grands événements comme le retour du sultan dans la capitale, le bayram ou l'inauguration d'un monument public.

14 Kiahya, kethüda ou kaspi kethüdasi, représentent les intérêts de leur maître dans la capitale ou y figurent comme leur homme de confiance (lorsqu'il s'agit de dignitaires en poste dans la capitale) : c'est avec eux en particulier que se négocient secrètement à partir de 1555 les exportations clandestines de blé des hass (revenus souvent agricoles) des "Grandi della Porta". Les textes vénitiens les nomment "chiecaga" (prononcer kiyékaga).

15 Le terme désigne la levée des enfants chrétiens dans certaines provinces de l'Empire, à intervalles à peu près réguliers et avec des conditions bien particulières, pour les besoins du renouvellement de la classe administrative, dont ils constitueront une part importante : convertis à l'Islam, sélectionnés et éduqués suivant leurs capacités intellectuelles et physiques, les "esclaves de la Porte" (kapikulu) forment le noyau de la haute administration et les corps d'élite de l'armée régulière (en particulier les janissaires).

16 Transfuges ou captifs (de la guerre ou de la course), ils sont souvent d'origine aristocratique ou bourgeoise, et, après leur conversion plus ou moins volontaire, intégrés directement dans les écoles du palais et promis à une carrière administrative. Par exemple, en 1561, le galion du corsaire-aristocrate génois Visconte Cicala s'échoue en face de file d'Eubée, le fils de Cicala, Scipione, capturé, est intégré à l'école du palais de Topkapi, et sera à la fin du XVIe siècle sadrazam sous le nom de Cicalazâde (fils de Cicala) Sinan Pasa.

17 C'est le cas de Murat Bey Sebenzano (donc de Sibenic), qui négocie en 1538 le cessez-le-feu en Dalmatie avec... son frère, abbé de Sibenic ; c'est aussi le cas de son fils Mehmet Bey qui fait avertir le Conseil des Dix d'un complot pour livrer la ville aux Turcs en 1560 (ASV, C.C.X., D.P.R.T.M 280, f° 60, dépêche de Paolo Marcello, comte et capitaine de Sibenic aux C.C.X. ; de Skender Quartana, issu de la famille corfiote du même nom, etc.)

18 En tant que kapici basi (voir note 4), il accompagne le sultan partout et fait partie de ses intimes. A partir de juillet 1563, il cumule cette charge avec celle d'imrahor basi, grand maître des écuries impériales (emir-i, akhor-i bozorg) voir ASV, S.S., D.A.G., Filza 4 D, dépêche no 23, 4 juillet 1563, f° 106-111. Avoir l'oreille du sultan lui assure une influence considérable jusqu'à la mort de ce dernier.

19 S'il est l'interprète des désirs de la Seigneurie auprès de Soliman (tant en ce qui concerne les affaires de piraterie que les tentatives d'autres États italiens, Gènes en particulier, de s'implanter à Constantinople), il transmet aussi, toujours en évitant l'intermédiaire du grand vizir, les volontés du sultan. En septembre 1564, il confirme avec tant d'insistance en si grand secret que l'expédition navale qui se prépare à Istanbul sera contre Malte, que Vettor Bragadin, bayle fraîchement arrivé, en est persuadé qu'il s'agira en fait d'Oran, soupçon renforcé en décembre par les "confidences" de Mustafa Bey, un renégat romain, et en février par les hésitations de Ferhat Aga, qui semble sur le point de désigner un autre but, mais se ravise et nomme Malte (ASV, S.S., D.AC., Filza 4 D, dépêche no 104, f° 258-261, 25 septembre 1564, ASV, C.C.X., D.AC. 3, f° 43-44, 29 décembre 1564 ; et ibid. Filza 4 D dépêche no 123, f° 315, 5 février 1564-1565).

20 Haydar Bey, drogman de la Porte, ex-véronais Hieronymo Zaccaretti (ASV, C.C.X., D.AC. 2, f° 82, 18 janvier 1555-1556, dépêche d'Antonio Erizzo). Ramazan Bey, page de la chambre du sultan, ex-Alexandro Orsini de Cavallaris, ancien officier de Valerio Orsini, utilisé par Stefano Tiepolo, ambassadeur extraordinaire, qui l'avait connu à Corfu (ASV, C.C.X., D.A.C. 1, f° 173-174, 10 février 1544-1545), passim.

21 Plaintes de Tiepolo contre Hasan Bey : ASV, D.A.C., AP.C. 3, dépêche no 5, f° 6 v° à 11 r°, 24 août 1545/décès d'Hasan Bey ; idbid., ASV, AP.C., dépêche no 16, f° 16 v° à 20 r°, 4 décembre 1545.

22 AS.V., S.S., D.A.C., Filza 2B, dépêche no 90, f° 214,13 décembre 1559.

23 Josef MATUZ, "Die Pfortendolmetscher zur Herrschaftszieit Süleymans des Prächtigen", dans Südostfortschungen, 1975, t. XXXIV, pp. 26-60 ; Michel LESURE, "Michel Cemoviç "explorator secretus" à Constantinople (1556-1563)", dans Turcica, 1983, t. XV, pp. 126-154.

24 ASV, S.S., DAC., A.P.C. 4, dépêche no 45, 12 mai 1546 : Alessandro Contarini transmet une copie de la lettre de Ferdinand à Soliman et un rapport sur les instructions de l'ambassadeur impérial.

25 Collegio "Pandette", Esposizioni Principi, 3 registres de 1552 à 1570.

26 A.S.V., S.S., D.A.C., A.P.C. 5, dépêche no 96, 10 mai 1552. Avant son départ pour Venise comme ambassadeur extraordinaire en 1554, il vend à Antonio Erizzo une copie de ses instructions (ASV, D.A.C. 2, f° 46-47, 3 novembre 1554). Il reçoit à cette époque trois cents sequins par an des Français, et davantage des Autrichiens, et les trois cent sequins versés par la Seigneurie ne suffisent plus (ibid., f° 70, 18 décembre 1555, passim).

27 Pour la Porte, les informations reçues de la Seigneurie sont les plus fiables de celles transmises par les amis et alliés (l'Empire dispose lui-même d'un excellent réseau de renseignements, et peut compter aussi sur les services de Raguse et de Chio), et en particulier par les Français. Ne pouvant courir le risque d'être accusée de mensonge, la Seigneurie a souvent recours à des détails interminables ou à des informations très sommaires pour ne pas paraître trahir la cause de la Chrétienté. La Porte s'en étonne et s'en plaint souvent, en particulier lorsqu'elle prépare une expédition navale. Daniele Barbarigo écrit ainsi au Sénat : "Il Magnifico Bassa disse che noi, corne vengono lettere da Venetia, tenemo quelle che fanno per noi, et le altre le butiamo in acqua..." (ASV, S.S., D.A.C., Filza 4 D, f° 136-139 (chiffre), 26 février 1563-1564.

28 Les marchands vénitiens qui fournissent en numéraire l'ambassadeur impérial (ASV, S.S., D.A.C., Filza 2 B, dépêche no 51, f° 127-128, 24 janvier 1558-1559, Marin Cavalli ; ibid., Filza 4 D, dépêche no 53, f° 201-206, 19 novembre 1563, Daniele Barberigo). L'un d'entre eux, Francesco Licini, est soupçonné dès septembre 1563 de pratiquer le double jeu avec les Impénaux, ibid., dépêche no 41, f° 172-175, 29 septembre 1563). Les médecins en particulier, qui fréquentent sérails et ambassades, sont très sollicités (voir le rôle de Salomon Achkenazi dans les négociations entre le grand vizir et le bayle Marcantonio Barbaro à la fin de la guerre de Chypre).

29 ASV, S.S., D.A.C., A.P.C. 5, dépêche no 31, 22 mai 1551.

30 Alessandro Contarini intervient auprès du Conseil des Dix à la demande de Mehmet, kapudan posa (le futur sadrazam de Soliman, Sélim II et Murat III), en faveur de la levée du ban de Marco Vitiç, dit Buro d'Antivari (A.S.V., D.D.X., D.A.C. l, f° 197, 20 octobre 1547), passim.

31 ASV, C.X., Parti secrete, reg. 7, f° 145 v°, 21 janvier 1563-1564 : dépêche au bayle Daniele Barbango.

32 Voir note 26. Les paiements sont d'abord assez irréguliers, même si l'on tient compte des lacunes de la documentaticn : 5 mai 1547,6 juin 1549,6 mai 1551,19 octobre 1551 ; après la mort de Jonus Bey, ils font partie des dépenses ordinaires de la caisse du Conseil des Dix.

33 ASV, S.S., D.A.C., F 1 A, dépêche no 49, 21 juin 1555, d'Antonio Erizzo : sont incluses des copies des lettres de Soliman à Ferdinand, Jean Sigismond, et Henri II ; ibid., dépêche no 51, 7 juillet 1555, copies des lettres de Henri II à Soliman et à Kara Ahmed Pasa ; ibid., no 66, 4 septembre 1555, réponse de Soliman à Henri II, passim.

34 ASV, C.C.X., D.P.R.T.M 280, f° 60, 21 mars 1560, dépêche de Paolo Marcello, comte et capitaine de Sibenic et ASV, C.X., Parti secrete, reg. 7, f° 50 r°-v°, 7 juillet 1561, au bayle Hieronymo Ferro (récompense à Mehmet Bey Sebenzano) ; ASV, C.C.X., D.A.C. 3, f° 21-22, découverte d'un complot gréco-franc pour rétablir un descendant des Lusignan en Chypre, passim.

35 Entre 1555 et 1566, Venise fait échec, souvent avec l'aide des Français, aux tentatives de Ferrare, Urbino, Lucques et Gênes (en 1558 et en 1563 pour cette dernière) d'obtenir des capitulations du sultan.

36 ASV, C.C.X., D.A.C. 2, f° 138-139, 11 février 1559-1560, dépêche de Marin Cavalli et ASV, S.S., D. Constantinopoli 1, f° 148 r°v°, 18 janvier 1559-1560, le Sénat au bayle.

37 Michel LESCURE, op. cit.

38 ASV, C.C.X., D.A.C. 3, f° 55-56,12 mai 1566, Vettor Bragadin demande d'urgence un nouveau chiffre.

39 ASV, S.S., D.A.C. F 4 D, dépêche no 113, f° 294-296, 29 novembre 1564 : Ferhat Aga assure des excellentes dispositions de Soliman envers Venise, mais ajoute que de nombreux "grands", en particulier dans l'entourage de Sélim, lui sont très hostiles, qu'il est nécessaire de se concilier les bannes grâces du prince héritier par des cadeaux... que la Seigneurie ne fera pas.

Auteur

Université de Saint-Etienne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540