Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

II. Villes et provinces

Clientèle et confiance

Les conflits entre le gouvernement central et les élites urbaines à Turin aux xviie et xviiie siècles

Simona Cerutti

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse des analyses historiques consacrées aux systèmes de clientèle je renvoie à Claudi (...)

1L'idée que les rapports de clientèle et de patronage caractérisent les sociétés où le développement de l’État et du marché est imparfait et inachevé est très répandue parmi les historiens de l'Ancien Régime, aussi bien que parmi les anthropologues des sociétés complexes1. État et clientélisme se situeraient dans un rapport de "continuité inverse", car le caractère impersonnel des institutions est censé se substituer inexorablement au tissu dense des loyautés individuelles. C'est pourquoi l'on s'attend toujours à voir disparaître de telles relations, et en même temps l'on s'étonne de les retrouver à des époques diverses. Ainsi, en ce qui concerne les États européens des XVIIe et XVIIIe siècles, les rapports de patronage sont souvent traités comme des vestiges du passé, comme des résistances contradictoires avec la progressive pénétration de l’État.

2Une telle attitude semble se fonder, plutôt que sur des évidences historiques, sur des modèles sociologiques mis en oeuvre d'une façon presque irréfléchie, qui proposent toute une série d'oppositions binaires caractérisant les sociétés traditionnelles d'une part, les sociétés modernes de l'autre. Et donc, fragmentation du tissu social opposée à une plus grande uniformité de la population ; fragmentation institutionnelle opposée à une plus forte concentration ; poids des relations personnelles pour l'accès aux ressources opposé à des mécanismes relativement impersonnels.

  • 2 En particulier les travaux de Robert HARDING, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of (...)

3En réalité, beaucoup d'évidences invitent à réfléchir avec plus d'attention au rapport existant entre la diffusion de relations de patronage et de clientèle et le développement de l’État à l'époque moderne. D'une part, le constat de la vitalité de ces rapports dans des situations variées, à des niveaux différents d'intégration étatique, fait basculer toute hypothèse d'évolution linéaire. De l'autre, des études récentes, consacrées notamment aux relations entre les communautés locales et les gouvernements centraux à l'époque moderne nous ont montré à quel point la création de centres administratifs, judiciaires, politiques... engendra des problèmes de médiation et de représentation des instances périphériques qui se traduisirent souvent en des systèmes formalisés de patronage2.

  • 3 Trust. Making and breaking cooperative relations, ed. D. GAMBETTA, New-York, 1988.
  • 4 Pour cette acception du concept de "confiance" cf. en outre L. GRAZIANO, Clientelismo e sistema pol (...)
  • 5 Antony PADGEN, "The Destruction of Trust and its Economic Consequences in the case of Eighteenth-Ce (...)

4Au niveau de la société urbaine, ces processus ont été beaucoup moins explorés. Pourtant, un certain nombre de recherches récentes a mis l'accent sur quelques conditions favorables à l'établissement de rapports de clientèle, qui invitent à y réfléchir d'une façon plus approfondie. D'après les sociologues, les anthropologues et les historiens qui ont participé à ce projet3, des fonctions formalisées de médiation et de patronage se rendent nécessaires dans des sociétés où la population se présente fragmentée en une pluralité de formations sociales ; où le degré de spécialisation est très fort. Ces caractères - la fragmentation et la spécialisation - rendent improbable l'existence d'une "confiance" diffuse, où le terme renvoie moins à un sentiment personnel qu'à une large circulation d'information entre les groupes sociaux4. L'absence de "confiance", qui entraîne un fort degré d'incertitude dans les relations sociales, sollicite la demande de protection et de création de rapports de clientèle. A partir de ces suggestions, Antony Padgen, dans son essai sur la société napolitaine du XVIIIe siècle, a analysé de façon approfondie les stratégies adoptées par le gouvernement espagnol vis-à-vis de la circulation d'informations (le degré de "confiance") entre les groupes sociaux5.

5A travers ma propre recherche, je voudrais poursuivre dans cette même direction et, par là, avancer quelques hypothèses sur les rapports existants entre "confiance" et clientélisme ; ce qui revient à s'interroger, plus généralement, sur le rapport entre l'affirmation d'un gouvernement central et l'instauration de relations de clientèle dans le tissu social. Dans la situation que j'ai analysée - la ville de Turin aux XVIIe et XVIIIe siècles - l'affirmation de l’État savoyard ne se réalisa pas à travers la suppression ou la simple substitution des réseaux de clientèle et de patronage qui avaient été instaurés par les élites locales ; les instruments politiques mis en oeuvre par le gouvernement central furent empruntés à la création “systématique” de ce genre de relations. La fragmentation de la population urbaine en une pluralité de groupes d'intérêts, qui fut encouragée par les politiques étatiques, eut pour effet, dans un premier temps, de légitimer un rôle de patronage dont s'investit le duc de Savoie lui-même ; dans un deuxième temps, de déléguer cette même fonction à un groupe social spécifique, celui des officiers ducaux. Les tentatives, de la part du gouvernement central, de s'affirmer sur le territoire - et notamment sur la capitale - s'appuyèrent sur une stratégie d'affaiblissement de la "confiance" (c'est-à-dire de la communication entre les groupes sociaux), qui multiplia et légitima les demandes de patronage et de protection.

6On analysera ce processus à partir d'un observatoire particulier, qui me semble le plus apte à en mettre au jour toutes les implications : celui de la Municipalité de Turin, l'opposition officielle au gouvernement central au XVIe et au XVIIe siècle. En analysant et en comparant les propositions idéologiques des deux antagonistes et les différentes politiques qu'ils réalisèrent à Turin, nous pourrons évaluer le poids des modifications du tissu social proposées par le gouvernement central.

  • 6 Mon étude s'appuie sur le dépouillement des cahiers-journaux de la Municipalité, (ACT, Ordinati) à (...)

7Dès le milieu du XVIe siècle, quand la cour du duc de Savoie fait son retour à Turin, les rapports entre cette dernière et l'élite proposée au gouvernement urbain deviennent très difficiles. Les conflits entre les fonctionnaires ducaux et la Municipalité sont presque quotidiens au moins jusqu'à la moitié du siècle suivant. La période qui nous occupera ici est celle où cette conflictualité fut plus intense : les années 1620-1630. Commençons donc par considérer les revendications de l'élite municipale et le langage utilisé dans le conflit6.

8Deux topoi, en particulier, furent revendiqués avec insistance et ténacité : d'abord, la capacité de la Municipalité à incarner et à représenter la population toute entière. Les conseillers parlent au nom de tous les habitants, se font les interprètes d'une "unité urbaine" qui est revendiquée par delà les distinctions de rang, de profession, de statut. Ce langage n’exprime pas une simple velléité : la Municipalité réussit en effet, pendant longtemps, à se faire la représentante de toute la population. Un indice spectaculaire de son succès nous vient, par exemple, des rituels urbains. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, dans toutes les occasions où la ville est appelée à donner une image d'elle-même, la Municipalité garde une place centrale : l'armée, les hautes magistratures, la haute noblesse, constituent l'élite urbaine, tandis que le gros de la population est représentée par le seul corps des conseillers de la ville. A côté de la Municipalité, seuls des femmes et des jeunes gens se manifestent dans les cérémonies.

9Cette capacité de représenter la population urbaine se fonde aussi, dans le discours des conseillers, sur la cohésion à l'intérieur du conseil et sur l'unité en son sein. C'est là le deuxième topos du discours municipal : la cohésion à l'intérieur du conseil et en même temps son autonomie par rapport à la cour. Le corps des conseillers se présente uni dans son opposition au gouvernement central, et ses représentants déclarent appartenir à des milieux totalement indépendants de lui : c'est pourquoi ils peuvent revendiquer une autonomie de gouvernement, des systèmes d'autorité et des hiérarchies parallèles et non subordonnées.

10Nous avons donc affaire à deux ordres de revendications : l'une qui renvoie au consensus que l'élite arriva à maintenir avec la population urbaine : l'autre qui a à faire à la composition du conseil et aux comportements de ses membres. Nous analyserons ces deux moments séparément, en commençant par le second, mais on reconnaîtra bientôt qu'ils sont étroitement liés et que, ensemble, ils peuvent éclairer les enjeux du conflit avec le gouvernement central.

  • 7 La Municipalité prévoit la présence de soixante et un conseillers répartis en deux classes (la prem (...)
  • 8 Les mécanismes de la finance extraordinaire ont été analysés en particulier par Françoise BAYARD, F (...)

11Dans la période 1620-1629, 77 personnes participèrent au conseil municipal7, dont 28 hommes de loi ; 15 marchands ; 7 financiers ; 8 fonctionnaires ; 8 nobles et 5 sénateurs. La composition de la Municipalité est donc apparemment hétérogène ; mais si nous considérons les parcours individuels et familiaux de ses membres, une pluralité de liens se manifeste. Tout d'abord, la distinction entre marchands, financiers et fonctionnaires ne signale pas l'appartenance à des univers sociaux étrangers les uns par rapport aux autres ; les différentes désignations correspondent au contraire à des étapes d'une même carrière. En effet, entre marchands et financiers, le clivage ne concerne que les niveaux de richesse, et n'exprime pas des distances en ce qui concerne l'origine sociale ou le "style de vie". D'autre part, nombre de fonctionnaires sont à l'origine des marchands : il s'agit en effet de maîtres auditeurs de la chambre des comptes, qui doivent leur charge au succès de leur activité marchande puis financière. Ce parcours est très fréquent parmi les grands marchands turinois au cours de ces décennies. Les larges possibilités d'accès aux offices sont étroitement liées à l'évolution des finances du duc de Savoie à cette époque ; surtout aux nombreux impôts extraordinaires levés par Carlo Emanuele I, tout au long de la décennie, sous la pression d'urgents besoins d'argent en raison des opérations militaires. Ces impôts pèsent surtout sur les communautés, et ils sont souvent confiés à des receveurs qui avancent l'argent au duc et perçoivent directement les sommes dues8. Le rôle de délégué ducal est acquis donc directement par ceux qui disposent de capitaux importants ; mais en 1623, avec la création de la magistrature pour les finances extraordinaires, des possibilités plus importantes s'offrent à des nombreux marchands turinois d'accéder à une institution qui non seulement leur donne du pouvoir, mais aussi les assimile aux magistrats siégeant à la chambre des comptes.

12Ce nouveau statut peut donc fournir une première explication de la relative cohésion des groupes sociaux et professionnels au sein du conseil au cours des années 1620 que l'on peut vérifier à travers l'examen des liens de parenté des membres de la Municipalité.

13Tout d'abord, parmi ces 77 personnes, 13 partagent le même nom de famille et appartiennent à la même souche familiale ; en outre, 40 sont liées par des rapports de parenté acquis par le mariage. Ce pourcentage, déjà élevé, s'accroît encore si l'on considère une durée plus longue, dépassant les années 1620. Ce qui est le plus intéressant pour nous, est de considérer que ces mariages entrecroisent les différents groupes présents dans la Municipalité, en rapprochant une partie au moins de l'ancienne aristocratie turinoise et les sénateurs, des financiers, des maîtres auditeurs et même des marchands présents dans le conseil. Ce qui rapproche des familles aux origines si différentes - au delà de situations patrimoniales similaires - c'est la direction des investissements financiers : un noyau solidaire se forme à la Municipalité, dont les membres ont tous investi dans la finance extraordinaire qui marque le règne de Carlo Emanuele I. Les familles des sénateurs, des hommes de loi, des aristocrates qui se lient aux financiers et aux marchands, partagent avec eux le même rapport avec les communautés de l’État.

14C'est justement ce rapport particulier avec les communautés qui distingue ce réseau d'autres circuits sociaux présents à l'intérieur du corps municipal, avec lesquels les conflits - que je ne pourrai pas analyser au cours de ces pages - seront continuels.

15La présence des fonctionnaires à la Municipalité et leurs liens avec les autres membres du conseil montrent à quel point l'incompatibilité déclarée entre l'institution urbaine et la cour ne se fonde pas sur l'existence de milieux sociaux étanches, et n'exprime pas, non plus, des divisions de classes. Nous faut-il en déduire, à ce point, qu'elle est le fruit d'une pure manipulation orientée à des fins précises ? Je crois, au contraire, qu'il est nécessaire d'en rechercher les raisons plus en profondeur, mais sans pour autant abandonner l'analyse des comportements sociaux. Il convient plutôt de considérer de plus près certaines implications inhérentes aux alliances entre individus et groupes différents au sein du conseil.

16Les alliances entre différents groupes sociaux peuvent expliquer tout d'abord l'un des problèmes les plus intéressants et qui n'a pas manqué d'embarrasser les historiens de la Municipalité de Turin : c'est-à-dire la résistance des conseillers à une distribution régulière entre les deux classes entre lesquelles le conseil se partage formellement, la première étant réservée au membres les plus prestigieux et titrés. En dehors d'une allusion isolée dans une ordonnance ducale de 1585, il n'est pas fait mention de cette division avant les années 1670.

17Parallèlement, les configurations familiales que nous avons tracées contribuent à expliquer la faible importance qu'eurent, sur la scène urbaine au cours de ces années, les organisations professionnelles auxquelles pourtant appartenaient bien des conseillers : la corporation des marchands, le collège des avocats et celui des jurisconsultes. Ces corps - qui s'étaient formés entre le XVe et le XVIe siècle - ne semblent pas constituer de lieux d'investissement durables pour les marchands et les hommes de loi, et ils ne furent activés que sporadiquement. De façon évidente, les liens entre les groupes professionnels sont trop nombreux et trop forts, et leur intégration dans la Municipalité trop intense, pour que des institutions aussi spécialisées puissent être perçues comme des sources d'identité sociale. D'autre part, en particulier dans le cas des marchands, les superpositions entre la corporation et la Municipalité sont si fréquentes qu'elles rendent improbable une vie autonome du corps : les syndics de la corporation siègent au conseil, et la coïncidence de personne entre le juge de la ville et le juge particulier n'est pas rare.

18Cette vaste représentation de l'élite urbaine - c'est-à-dire la participation au gouvernement municipal d'un large éventail de groupes sociaux - et, en même temps, son intégration à travers un réseau de liens matrimoniaux, permettent donc à la Municipalité de se poser en organe d'expression politique et symbolique de la population toute entière. Quand elle se déclare, en particulier dans les rapports avec la cour, l'interprète et le représentant des intérêts des différentes composantes de la population turinoise, elle exprime une position de principe, qui se fonde cependant sur l'expérience quotidienne de ses membres. En somme, l'idée d'une cohésion devait légitimer ce rôle aux yeux des conseillers.

19Or, c'est précisément cette idée de cohésion qui paraît intéressante : nous sommes accoutumés à penser à la cohésion d'un groupe social comme étant le résultat d'une "homogénéité" de ses membres, provenant elle-même d'une communauté de conditions sociales, ou d'une forte cohérence idéologique et culturelle. Les conseillers municipaux ne semblent pouvoir se reconnaître pleinement dans aucune de ces conditions : leurs traditions familiales, leur culture, leurs manières de vivre sont différentes, et ne constituent pas les fondements d'une cohésion interne.

20Pourtant, une "confiance" réciproque a dû s'instaurer à la Municipalité : le mot est utilisé parfois par les conseillers eux-mêmes, mais nous pourrons maintenant essayer d'en comprendre les enjeux. Le large rayonnement des informations réciproques, créé par le réseau des liens tissés au sein du conseil, a pu constituer la base d'un contrôle réciproque entre ses membres ; la quantité des informations échangées constitue précisément l'un des présupposés de la "confiance" à l'intérieur de petits groupes. En somme, la possibilité de contrôler mais aussi de prévoir les comportements des autres membres du conseil peut avoir créé l'idée d'une "cohésion", en l'absence d'une "homogénéité" sociale et idéologique. Les deux termes ne doivent pas nécessairement être identifiés l'un à l'autre pour que l'on puisse parler d'une solidarité à l'intérieur d'un groupe. Ce type de solidarité non élective mais cependant réelle a dû justifier, aux yeux des conseillers, leur prétention à incarner "l'unité urbaine" dans sa globalité. Elle nous permet de comprendre les ambitieuses revendications de représentation sociale d'une petite élite et de ne pas sous-estimer ses motivations en les qualifiant de manipulatrices.

21Mais quel rapport existait entre cette unité à l'intérieur du conseil et la capacité de la Municipalité à représenter “toute” la population urbaine ? Si nous connaissons maintenant les raisons qui rendirent possible et défendable cette unité aux yeux des conseillers, il faut nous interroger sur les motifs de son succès. En somme, qu'est-ce qui fut proposé à travers l'unité urbaine, et à quoi la population turinoise consentait-elle ?

22Les significations et les messages furent multiples, tout comme les raisons du consensus. Un premier niveau d'explication est à rechercher - je crois - dans les caractéristiques mêmes de la composition de la Municipalité, à savoir dans la large représentation des groupes urbains et dans leur intégration. Les motifs de la "confiance" qui liait réciproquement les membres de la Municipalité et créait, somme toute, l'unité en son sein, devaient fonctionner aussi à des niveaux et sur des échelles différents. Dans ce cas également, la présence d'individus d'extraction sociale différente et ayant des activités différentes devait assurer une communication - probablement effective, mais aussi, et de manière non marginale, idéale - entre les membres du gouvernement urbain et la population. Et puis, si la "confiance" est liée à la possibilité de disposer d'informations sur les autres et donc, en quelques sorte, à une réduction de l'incertitude quant à leurs comportements possibles, la présence dans le corps municipal de marchands, d'hommes de loi, de nobles, de fonctionnaires etc., pouvait rassure chacun de ces groupes sociaux et professionnels. Elle laissait la porte ouverte à la possibilité, même indirecte, de contrôler ou de prévoir le comportement des conseillers, car chacun possédait certains fils qui pouvaient le rattacher à eux. La large représentation des différents groupes sociaux à la Municipalité put donc constituer un des motifs du consensus que celle-ci obtint. Il n'est pas toujours nécessaire de recourir à l'idée de charisme ou de clientèle par exemple pour en justifier l'existence ; les différents aspects présents dans l'entrecroisement des rapports sociaux peuvent fournir, dans ce cas du moins, des explications plus proches de l'expérience des contemporains.

23Mais l’unité urbaine se nourrissait aussi d'autres messages et d'autres contenus plus vastes qui, se sédimentant, la rendaient certainement plus solide encore. Voyons-en un autre aspect important, qui s'exprima justement dans les cérémonies urbaines. Nous savons que la Municipalité conserva, pendant une bonne partie du XVIIe siècle, un rôle central dans les rituels. C'est le corps municipal qui accueille, à côté de la cour, des officiers de l’État, de l'armée et des hautes magistratures, les grands personnages en visite à Turin, tout comme les ducs eux-mêmes : et cela en tant que représentant de la population turinoise tout entière. Les corps de métier sont faiblement représentés dans les rituels. Au contraire, les descriptions mettent l'accent sur les femmes et les jeunes gens qui, richement vêtus, défilent et se disposent devant les échoppes.

24Des femmes et des jeunes gens : l'image est fréquente dans les rituels de l'Ancien Régime, et constante dans les cahiers-journaux de la Municipalité depuis au moins le milieu du XVIe siècle. Les formes du cérémonial plongent donc leurs racines dans un passé relativement lointain. Essayons de comprendre à quelles significations cela pouvait renvoyer.

  • 9 Le thème a été traité en particulier par Richard C. TREXLER, Public Life in Renaissance Florence, N (...)

25Ce qui rapproche les femmes et les jeunes gens dans les statuts - pas seulement turinois - de la fin du Moyen Âge et dans les nombreux traités juridiques du XVIe siècle, c'est une faiblesse reconnue, qui ne provient pas nécessairement de l'indigence, mais de la fragilité juridique de leur condition9. Fragilité face à la loi, dans les possibilités de transmettre et de recevoir le patrimoine et, pour les femmes surtout, fragilité et menace sociale dans la perte éventuelle de leur honneur. Les femmes et les jeunes gens sont donc les composantes les plus faibles de la population urbaine. Dans la tradition juridique du XVIe siècle surtout, la référence aux femmes et aux jeunes gens tendait à définir l'existence et les limites de la protection de la ville par rapport à ses habitants. Les longs passages consacrés à leur condition se préoccupaient de définir les droits que l'appartenance au groupe des "citoyens" pouvait assurer. Le recours à ces catégories renvoyait donc à la définition de la ville de Turin et à celle du statut juridique et des privilège de ses habitants. Ces problèmes paraissaient d'autant plus urgents, à la fin du XVIe siècle, au moment de la création de Turin comme capitale, face à une cour à peine installée.

26De nombreux juristes concoururent activement à la construction de l'identité urbaine. Mais celle-ci se construisit également au fur et à mesure des conflits avec la cour à la fin du XVIe siècle. Si l'on analyse ces conflits à travers les comptes-rendus des cahiers-journaux, les caractéristiques de ce que l'on entendait par "citadin de Turin" émergent. En 1580 les citoyens de Turin sont déclarés non seulement exemptés de l'impôt sur les propriétés et des charges personnelles, mais également du logement des soldats ; en 1589 ils ne peuvent pas être emprisonnés chez eux pour dettes civiles ; en 1594 ils sont exemptés de l'obligation de la garde des portes ; en 1597 ils sont soumis à la seule juridiction du vicaire de Turin pour la première et la deuxième instance ; enfin, en 1597 ils obtiennent le droit de ne pas subir des peines corporelles pour cause de dettes civiles.

  • 10 Pour une analyse des significations contenues dans le droit de cité cf. Robert DESCIMON, Qui étaien (...)

27Si l'on essaie de renverser le sens de cette liste et de lire les exemptions demandées - avec succès - comme des obligations, on obtient l'image de toutes les autres villes et communautés du pays. La création de Turin comme capitale, et de ses habitants comme des citadins privilégiés, est en effet le résultat d'un processus de distinction par rapport aux autres villes et villages. Le critère de définition du droit de cité est un critère essentiel, qui sert de préalable, à la fin du XVIe siècle, à toute analyse possible de la stratification interne de la ville. Bien que chargé de colorations fiscales - ou à cause de cela justement - c'est un langage essentiellement juridique10. A Turin, "la citoyenneté" est le fondement de tout droit reconnu ; elle est à même de modifier la gravité des crimes et elle influence fortement la nature des peines infligées ; elle facilite les transactions économiques puisqu'elle constitue une garantie indiscutée et universellement reconnue ; elle détermine la possibilité d'accéder aux ressources urbaines, à la charité et à l'assistance par exemple. Tout au long du XVIIe siècle encore, l'appartenance à la ville constitue le premier critère permettant de recourir à l'assistance institutionnelle ; la possession d'attestations de résidence fait figure, aux yeux des administrateurs, de critère de priorité absolue, même par rapport au degré réel de misère et de besoin. En ce sens, la "citoyenneté" est un critère de distinction extrêmement fort auquel la population turinoise demeura particulièrement attachée. C'est donc à ces prérogatives que la population de Turin donna son consensus ; c'est la force du droit de cité qui était en jeu. Ce langage devait avoir également d'autres caractéristiques qui le rendaient essentiel pour l'élite des années 1620. Par l'importance fondamentale que revêt la "citoyenneté", on peut mesurer le pouvoir et le prestige de ceux qui en contrôlent l'attribution : les conseillers municipaux, qui comptent parmi leurs prérogatives l'examen des demandes d'accès à ces droits. C'est là évidemment une ressource politique centrale, qui permet d'exercer des faveurs et des exclusions. En outre, le pouvoir des conseillers ne s'arrête pas au choix des nouvelles admissions ; en tant que "citoyens de Turin par excellence", ils seront appelés comme garants dans les tribunaux, pour attester de l'ancienneté de la résidence des contractants et de leur bonne réputation ; ou encore, il ne sera pas rare de les retrouver dans le rôle informel d'arbitres et de médiateurs dans les querelles urbaines.

28Enfin, et surtout peut-être, l'accent mis sur la citoyenneté, sur ses prérogatives et sur sa primauté par rapport aux communautés de l’État devait prendre une coloration bien actuelle pour cette génération des membres de la Municipalité. Au moment même où une grande partie de l'élite turinoise est en train d'imposer des liens si forts de dépendance à un grand nombre de communautés, on ne pourrait guère imaginer quelque chose de plus cohérent que l'affirmation de la différence radicale de la capitale. Les rentes hypothécaires et les prêts aux communautés, qui constituent le patrimoine d'une bonne partie des conseillers, légitiment plus fortement encore la revendication d'une supériorité et d'une situation privilégiée pour Turin.

29Or, une fois esquissée la proposition idéologique et politique de la municipalité, une fois esquissée ce qu’était l'unité urbaine vécue par les membres de l'élite et proposée à la population à travers le droit de cité, il faut revenir au conflit avec la cour qui marqua toutes ces années. Si l'on considère avec attention les points sur lesquels éclata la conflictualité, on s'aperçoit que les efforts de pénétration du gouvernement central en ville s'appuyaient sur une tentative "programmatique" de destruction de cette "unité urbaine", sur laquelle se fondait la force de la Municipalité. On assiste, dans cette période, à des tentatives d'institutionnalisation de corps sociaux qui devraient exprimer des intérêts communs à des segments de la population ; des corps sociaux qui, en devenant des interlocuteurs privilégiés du gouvernement central, auraient soustrait le monopole de cette communication à l'élite municipale.

30Pour appréhender ce processus il faut donc, encore une fois, assumer le point de vue de la Municipalité et analyser de près les domaines où éclata la conflictualité ; cette perspective peut nous permettre de relier à un même processus des phénomènes apparemment très différents les uns des autres.

31Entre 1580 et 1620, le gouvernement central procéda à trois entreprises importantes : la constitution d'une milice territoriale ; la réintroduction des corps de métier ; la création d'un nouveau grand quartier de la ville. Il s'agit de projets qui concernent des champs fort divers mais dont on saisira, au contraire, les liens réciproques.

  • 11 .ACT, Ordini politici, no 3236, 1586. Les édits sur la créations des soldats se trouvent dans F. A (...)

32En 1580, une série d'édits est promulguée, qui amène à la constitution officielle du corps des soldats. Les guerres continuelles semblent rendre nécessaire aux yeux du duc la constitution d'une milice territoriale. La physionomie de cette nouvelle figure sociale est dessinée à travers une série de privilèges qui lui est attribuée. Comme "serviteurs particuliers" du duc, les soldats seront placés, ainsi que leurs familles, sous sa "protection et sauvegarde spéciales" ; ce qui signifie leur exonération des charges personnelles, la jouissance du droit de port d'armes, la possibilité d'échapper aux poursuites pour dettes etc. Surtout, à parti de ce moment, en ce qui concerne les affaires de nature militaire, ils ne seront pas soumis à l'autorité du juge et du vicaire - c'est-à-dire de la magistrature urbaine - et ne devront rendre compte qu'à l'auditeur général de milice. La formule ne se prête apparemment à aucune ambiguïté ; mais, en réalité, si l'on considère plus largement les sources, on s'aperçoit très aisément que ces privilèges sont revendiqués par les soldats pour toute sorte de causes civiles. A partir de la fin du XVIe siècle, nous apprenons l'existence des soldats surtout à cause des accrochages entre ces derniers et les magistrats urbains, qui se font presque quotidiens. L'enjeu est, justement, leur prétention de ne pas être soumis au contrôle de la municipalité, en particulier en ce qui concerne la vente des produits alimentaires. Des centaines de suppliques, par exemple, sont adressées au duc par des soldats de sa milice et par les "domestiques" de sa Maison afin que, éludant les normes municipales, il leur confère des privilèges particuliers de commerce. Le phénomène est très répandu, et les protestations des maires sont constantes, depuis la fin du XVIe siècle, contre ceux "qui contreviennent aux ordres de police de cette ville, se faisant ou feignant d'être soldats de milice pour éviter toute amende, ce qui ne devrait avoir lieu, sauf pour les choses militaires" ; et d'autres également qui, "sous le nom de fournisseurs de Son Altesse, achètent et vendent, tenant commerce en public". On demande au duc de faire observer les réglementations de police aux contrevenants, "soldats de milice, fournisseurs et autres, malgré leurs privilèges"11.

33Or, nous l'avons vu, en principe les privilèges attribués aux soldats sont beaucoup plus restreints. Mais, à y regarder de plus près, c'est la normative même qui offre toute possibilité de manipulation de son contenu ; pas un seul passage des édits ducaux concernant les privilèges accordés aux soldats envisage, de façon positive, la possibilité de la part du tribunal ordinaire de poursuivre en justice les hommes du duc de Savoie. Au contraire, la menace adressée aux procureurs qui instruisent des plaintes contre les soldats, ignorant par là leurs privilèges, est explicite : ils devront payer tous les dommages et frais.

  • 12 Ibid. vol. XVIII, pp. 66 ss.

34Mais les soldats ne sont pas les seuls à jouir de traitements spéciaux faisant exception à la norme commune. A partir, une fois encore, de la fin du XVIe siècle, les artisans et tous ceux qui dépendent de la Maison ducale obtiennent des privilèges analogues. Les causes qui les concernent relèvent en effet de la compétence de l'auditeur de cour, lequel "aura connaissance de tous les crimes et manquements des personnes employées et serviteur [...] et de tous les différends qui naîtrons avec les marchands à cause des marchandises, ou de toutes autres choses vendue pour le service de notre Maison"12.

35De nouveaux éléments viennent donc contribuer à la construction de corps sociaux séparés, qui se soustraient ainsi aux juridictions communes ; et l'existence d'un système de privilège où le pouvoir se fonde sur la possibilité de contourner et d'éluder des systèmes normatifs antagonistes se dessine nettement. La création d'un cercle de consensus autour de la cour ducale passe en somme par l'attribution d'une protection particulière à des groupes sociaux spécifiques.

36Au moins tout au long du XVIIe siècle, le gouvernement central ne pourra s'appuyer, pour ses campagnes militaires, sur une milice stable, et le recours sera continu aux troupes mercenaires. Mais il ne me semble pas correct d'interpréter cette donnée comme le signal d'une faillite, car l'intention qui avait guidé la création d'une milice n'était pas d'ordre strictement militaire. Les soldats, les artisans et les fournisseurs ducaux émergeaient maintenant au sein de la population urbaine comme autant de groupes doués d'une protection particulière.

37Mais la Municipalité manifesta la même agressivité envers un tout autre type d'organisation sociale : les corporations de métier. Essayons d'en comprendre les motifs.

  • 13 La reconstruction de la chronologie de la naissance des corps et de leurs activités a comporté le d (...)

38En 1582 (quelques mois après la même initiative prise par Henri III en France), Carlo Emanuele I rétablit officiellement un système corporatif en Piémont (où, même à l'époque médiévale, les corporations avaient été très faibles). On doit procéder à l'enregistrement de tous les métiers et à leurs transformation en corps. Quelques décennies plus tard, en 1619, le même projet est avancé avec une plus grande urgence et une plus grande détermination. Toutefois, au cours de la majeure partie du XVIIe siècle, rares furent les métiers qui se constituèrent en corps, et, surtout, il ne semblèrent pas agir en tant qu'institutions de réglementation de la production. En effet, si l'on considère leurs activité, on s'aperçoit qu'elle se réduit essentiellement à la rédaction de leurs statuts, et surtout à la définition, en leur sein, de ces clauses qui établissent le statut formel des membres13. Les cordonniers, les tailleurs, les orfèvres (les premiers corps à se créer) attribuent une large place au problème des magistrats qui seront délégués au règlement des querelles concernant le métier. Au moment de leur constitution, il obtiennent du duc de Savoie, soit de pouvoir résoudre les querelles dans le cadre de la corporation, soit de nommer un magistrat spécialement délégué à leur métier, dont l'autorité et les sentences ne pourront être contrecarrées par aucun juge ordinaire. Il s'agit donc de l'attribution d'une authentique autonomie juridique. Dans le cas des tailleurs par exemple, il est prévu de manière explicite que le jugement du magistrat particulier sera formulé après consultation des syndics de la corporation ; par conséquent, cette dernière non seulement choisit le magistrat, mais elle en contrôle aussi directement les agissements. D'autre part, le juge des orfèvres, élu par eux, devra "connaître les causes qui naîtront entre les orfèvres et les autres pour ce qui concerne l'art, et vis-à-vis des dépendants, interdisant à tout autre juge ou magistrat de se mêler des causes aussi bien criminelles que civiles, qui dépendent de l'art". Les officiers des cordonniers devront donner directement "prompte exécution" aux sentences, "sans autre forme de procès".

39De cette manière, ces corps de métier peuvent s'affirmer formellement comme des organismes séparés, qui jouissent d'une autonomie juridique effective, en vertu de laquelle ils peuvent se soustraire légalement à la juridiction des magistratures municipales.

40En ce sens, il n'est donc pas étonnant que les premiers métiers à se constituer en corporations aient été justement ceux plus directement soumis au contrôle de la Municipalité, comme les cordonniers, les tailleurs et les orfèvres, des métiers qui étaient nommés expressément dans les règlements de police de Turin, qui protégeaient les acquéreurs en cas de fraude. Que la formation des corps ait eu des implications directes sur les pouvoirs de la Municipalité est parfois explicite. Dans le cas des orfèvres, par exemple, la constitution en corps, est-il déclaré, est sollicitée par suite des trop nombreux et trop fréquents conflits avec les magistrats ordinaires et par leur dépendance envers les ordres politiques de la ville qui "n'étaient pas nécessaires".

  • 14 C'est une interprétation que partagent tous les ouvrages "classiques'’sur les corporaticns, de E. M (...)

41Ce qui est donc offert en 1582 aux artisans et aux marchands turinois, avec la création des corporations, est somme toute une autonomie juridique, qui peut leur permettre de se soustraire aux normes communes. Cette interprétation contraste avec les analyses les plus répandues sur les caractères des corporations à l'époque moderne. L'historiographie a été unanime à souligner le caractère centralisateur des mesures prises à la fin du XVIe siècle, qui soumettraient, de fait, les corps de métier au pouvoir ducal, les privant de toute autonomie économique et politique14. En réalité, à la fin du XVIe siècle, au moment où le gouvernement central propose la création des corporations au Piémont, ce dernier ne prévoit nulle forme centralisée de contrôle. Plutôt que de parler de mainmise violente sur les corporations de la part du gouvernement, il convient de parler, dans le cas de Turin, d'une "offre" d'autonomie, par rapport au contrôle du gouvernement local.

42Les quelques occasions où, au cours de ces années, les corps de métier rompent le silence dans lequel ils ont plongé, correspondent à des moments de tension avec la Municipalité, à des querelles concernant le statut juridique de leurs membres. Ce n'est pas un hasard si la Municipalité fut, avec cohérence, hostile à ces institutions, se battant pour les libertés des métiers contre toute forme de privilège et de monopole. Elle se rangea en faveur du travail "libre" et elle n'hésita pas à exprimer son hostilité envers les "monopoles [...] qui créent des préjudices à de nombreux ouvriers et commerçants" et le public qui voit les prix augmenter.

43Comme déjà dans le cas des soldats, qui ne remplirent pas leur fonction officielle, les corporations n'eurent pas une vraie vie interne. Elles se définirent surtout à travers la création de frontières par rapport à l'extérieur, de limites statutaires et de prérogatives particulières.

44Or, chacune de ces considérations nous ramène à ce mouvement de création des corps privilégiés dont on a parlé en retraçant la physionomie des soldats du duc et des artisans de la cour. La naissance de ces derniers, ainsi que celle des corporations, s’inscrive dans un même processus : celui de prolifération des corps sociaux sollicité par Carlo Emanuele I tout au long de son règne.

45Ce processus connaît encore, aux alentours des années vingt du XVIIe siècle, une nouvelle étape, importante, moins évidente que les précédentes cependant, puisqu'elle semble concerner un autre ordre de problèmes dans la vie de la ville, liés cette fois à son image architecturale.

  • 15 Les principaux documents qui concernent la ville nouvelle se trouvent dans ACT, Ordinati, 1621, cc. (...)

46En 1619, au coeur d'une crise aux dimensions européennes, Turin est l'une des rares villes d'Italie qui connaisse une remarquable extension de son périmètre ; ses murs d'enceinte sont abattus, et un nouvel et vaste espace est crée dans la zone sud orientale, la "ville nouvelle" (città nuova)15. Ce phénomène a attiré l'attention des historiens de l'urbanisme, des géographes et des démographes, par sa particularité ; il a été interprété comme le symptôme de nouvelles préoccupations d'ordre militaire, et surtout comme le signe d'une expansion démographique de la ville. Un effet de pression : Turin explose, et il faut donc créer un espace supplémentaire pour contenir une population plus nombreuse. Mais l'analyse des documents concernant la ville nouvelle amène à d'autres résultats. L'agrandissement de Turin semble devancer la croissance démographique plutôt qu'être une réponse visant à l'organiser ; et en effet, la ville nouvelle demeurera faiblement habitée, au moins jusqu'au milieu du XVIIe siècle, quand commence la vraie croissance démographique de Turin. En outre, loin d'être l'image d’un réceptacle pour un excédent de population, l'installation dans la ville nouvelle fait l'objet, à plusieurs reprises, de pressions du duc à travers une série de privilèges et d'immunités en faveur de ses habitants : les étrangers qui y prendront leur résidence jouiront immédiatement du privilège de naturalité ; ses habitants ne pourront pas être importunés pour dettes, et, à cet effet, il est interdit "à tous les magistrats, juges, ministres et à quiconque de faire expédient d'accorder des saisies ni de commander des arrestations à ces personnes" ; mais surtout, tous les marchands et artisans résidant dans la ville nouvelle pourront tenir boutique et négocier librement, sans être soumis au contrôle du magistrat municipal. A la suite d'une décision qui sera contrecarrée à plusieurs reprises par la Municipalité, la ville nouvelle sera même dotée d'un abattoir, qui privera la ville d'une partie importante de ses revenus et entamera explicitement ses monopoles. Avec le temps, les marchands et les artisans de la ville nouvelle s'arrogeront également une immunité totale par rapport aux gabelles et aux droits urbains.

47Les habitants de la ville nouvelle sont donc de fait exemptés du contrôle de la Municipalité et de ses officiers qui dispensent les licences de travail et de commerce, et ils parviennent en outre à se soustraire à sa fiscalité. Cet espace, à l'intérieur duquel seront installés les principaux marchés alimentaires de Turin, se présente donc comme une aire autonome par rapport au reste de la ville, qui sera occupée en grande partie par des magasins et des boutiques, peuplée d'artisans et de marchands protégés par le duc, et fournisseurs privilégiés de sa Maison. Une fois encore, les implications d'un tel processus apparaîtront clairement aux officiers municipaux qui, avec régularité et avec un succès toujours moindre, tenteront de s'opposer à une limitation aussi manifeste de leur juridiction et de leur contrôle économique et politique.

48Le tableau retrouve maintenant sa cohérence : les soldats, les corporations de métier, la ville nouvelle, constituent une réalité indivisible. Ils expriment des tentatives de fragmentation du corps social urbain, à l'initiative d'un gouvernement central à peine constitué, et en quête de consensus et de loyautés : l'offre de privilèges et d'immunités qui découpent la population vise bien à la création de liens et de fidélités particulières. En même temps, ces prérogatives tendent à affaiblir le front des institutions urbaines qui s'oppose de manière compacte à la cour, en lui soustrayant des possibilités de contrôle ; et surtout, elles menacent la source principale de sa force, c'est-à-dire sa capacité à représenter la population toute entière.

49En ce sens, la politique du gouvernement central ne consiste pas - comme une vaste littérature historiographique nous a habitués à le penser - à rationaliser une société fragmentée, à ordonner une pluralité de situations irréductibles. Au contraire, elle produisit et encouragea une fragmentation du tissu urbain, une prolifération de corps sociaux qui exprimaient des intérêts particuliers et qui ne pouvaient plus être ramenés globalement aux institutions locales.

50Cette fragmentation était, évidemment, la menace la plus directe à la "confiance", qui constituait "l’unité urbaine". L'opposition qu'on a retourné continuellement dans les sources entre, d'une part, le langage unitaire de la Municipalité et, de l'autre, le langage "des corps et des professions" du duc exprime bien ce conflit sur la stratification sociale.

51La fragmentation du tissu social ne se réalisa que très tard à Turin ; un indice important nous vient de la chronologie du succès des corporations de métier qui est très décalée par rapport à celle des autres villes européennes.

52Vers le milieu du XVIIIe siècle, enfin, la ville se trouve profondément changée : elle n'est plus peuplée par des "citoyens", mais par des groupes d'artisans, de marchands, de soldats... qui ne se reconnaissent plus dans une institution commune. La fragmentation, enfin, s'est réalisée. C'est à ce moment qu'on voit apparaître, dans le scénario politique, de nouvelles figures de "médiateurs", qui assurent la communication entre des groupes sociaux qui paraissent bien plus étanches qu'ils ne l'étaient auparavant.

53En ce sens, la croissance de la bureaucratie de l’État et son développement dans les premières décennies du XVIIIe siècle peuvent être lus, je crois, comme les signaux du succès de ce projet spécifique de fragmentation sociale. Une fois détruite l'unité urbaine et avec elle la "confiance" qui liait les habitants de Turin, s'accroît la demande de médiateurs officiels et de patrons qui puissent assurer la communication dans un tissu social dominé par l'incertitude. Au XVIIIe siècle, la Municipalité sera encore un centre crucial dans la ville, mais dans un sens très différent par rapport à son histoire précédente. Elle ne pourra plus prétendre à incarner l'unité urbaine, car sa composition est devenue totalement homogène : le conseil en fait ne sera peuplé que par des magistrats, ayant des charges dans les institutions de l’État. Mais chacun de ces officiers se fera le porte-parole, le patron et le protecteur, des différents groupes sociaux et professionnels qui peuplaient la ville de Turin.

Notes

1 Pour une synthèse des analyses historiques consacrées aux systèmes de clientèle je renvoie à Claudio ROSSO, "Stato e clientele nella Francia della prima età moderna", Studi Storici, t. I, 1987 ; en ce qui concerne les études anthropologiques, je renvoie en particulier aux travaux classiques de E. WOLF, "Kinship, Friendship and Patron-Client Relations in Complex Societies", dans The Social Anthropology of Complex Societies, ed. Michael P. BANTON, Londres, Tavistock publications, 1969; Jeremy BOISSEVAIN, Friends of Friends. Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, Blackwell, 1974; Ernest GELLNER et John WATERBURY, eds, Patrons and Clients in Mediterranean Societies, Londres, G. Duckworth, 1977.

2 En particulier les travaux de Robert HARDING, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modem France, New Haven-London, Yale University Press, 1978; William BEIK, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France. State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

3 Trust. Making and breaking cooperative relations, ed. D. GAMBETTA, New-York, 1988.

4 Pour cette acception du concept de "confiance" cf. en outre L. GRAZIANO, Clientelismo e sistema politico. Il caso dell'Italia, Milano, 1980, pp. 35 ss.

5 Antony PADGEN, "The Destruction of Trust and its Economic Consequences in the case of Eighteenth-Century Naples", dans D. GAMBETTA, op. cit.

6 Mon étude s'appuie sur le dépouillement des cahiers-journaux de la Municipalité, (ACT, Ordinati) à partir de 1580 jusqu’à 1750 et sur la reconstitution des parcours biographiques de conseillers à travers les actes notariés (reconstitution facilitée, dans le cas turinois, par l'existence de l'Insinuazione, l'enregistrement centralisé de tous les actes notariés rédigés à partir de 1611, déposée à l'Archivio di Stato di Torino (AST, Sez. Riunite). L'analyse esquisée ici a été développée dans Simona CERUTTI, La ville et les métiers. Naissance d'un langage corporatif (Turin, 17e-18e siècle), Paris, Ed. EHESS, 1990, auquel je renvoie pour de plus ponctuelles références d'archives.

7 La Municipalité prévoit la présence de soixante et un conseillers répartis en deux classes (la première étant composée des membres plus prestigieux) dont chacune était représentée par un maire élu pour un an. Le recrutement des nouveaux conseillers s'effectuait sur la proposition de quatre membres du conseil, les chiavari. Ceux-ci étaient nommés pour un an par le juge et le vicaire, qui représentaient les deux principales magistratures urbaines. Au delà du gouvernement politique et économique de la ville, la Municipalité contrôle aussi les principales sources de l'assistance et de la charité urbaines.

8 Les mécanismes de la finance extraordinaire ont été analysés en particulier par Françoise BAYARD, Finances et financiers en France dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.

9 Le thème a été traité en particulier par Richard C. TREXLER, Public Life in Renaissance Florence, New York, Academic Press, 1980 et E. GRENDI, "Ideologia della carità e sociét à indisciplinata", dans G. POLITI, M. ROSA, F. DELIA PERUTA, éds., Timore e carità. I poveri nell'Italia moderna, Cremona, 1982.

10 Pour une analyse des significations contenues dans le droit de cité cf. Robert DESCIMON, Qui étaient les Seize ? : mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris, Klincsieck, 1983 ; J. DI CORCIA "Bourg, bourgeois, bourgeois de Paris fromthe eleventh to the eighteenth century", Journal of Modem History, t. I, 1978.

11 .ACT, Ordini politici, no 3236, 1586. Les édits sur la créations des soldats se trouvent dans F. A DUBOIN, Raccolta per ordine delle leggi cioé editti, patenti..., Turin, 1818-1869, vol. XXVIII, pp. 793-801,818-820.

12 Ibid. vol. XVIII, pp. 66 ss.

13 La reconstruction de la chronologie de la naissance des corps et de leurs activités a comporté le dépouillement des fonds "Materie eccnomiche" de l'AST, Sez I ; "Consolato di Commercio", "Archivi delle Regie Finanze”, ibid, Sez. Riunite, aussi bien que le "Fondo Ghigliossi", Biblioteca Reale, et les archives privées des corporations actuellement déposées à l'AST, Sez. I

14 C'est une interprétation que partagent tous les ouvrages "classiques'’sur les corporaticns, de E. MARTIN SAINT-LÉON à H. HAUSER, L. LEVASSEUR, O. MARTIN, E. COORNAERT.

15 Les principaux documents qui concernent la ville nouvelle se trouvent dans ACT, Ordinati, 1621, cc. 69, 92,94 v° ; 1635, cc 3, 4, 6 ; 1650, cc. 362, 372.

Auteur

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540