Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

I. Cour et bureaucratie

Entre clientèles ancienne et nouvelle : les financiers français du xviie siècle

Françoise Bayard

Texte intégral

1Que le sens des mots clientèle et client ait évolué au cours des siècles peut difficilement être contesté. Confronter les définitions données par différents dictionnaires le fait paraître aisément.

2Au XVIIe siècle, le terme s'emploie uniquement selon son acception antique. Pour Furetière, en 1690, la clientèle est "la protection que les grands seigneurs de Rome donnaient aux pauvres citoyens". Quatre ans plus tard, le premier Dictionnaire de l'Académie française ne lui donne que ce seul sens et conclut "il n'a presque aucun autre usage". Cette première signification est étendue par Furetière, à la rubrique client, aux "vassaux à l'égard des seigneurs qu'on nommait leurs patrons comme témoigne Budée et aussi leurs Escuyers et leurs courtisans et on appelait clientelle toute leur famille et domestiques". Toutefois, le vocable client s'utilise aussi pour définir les relations liant un homme de loi et le justiciable qu'il représente. Cette dernière explication est la seule fournie par l'Académie : "celuy ou celle qui a chargé de sa cause un avocat. Il ne se dit proprement que des parties à l'égard de leurs Avocats, mais quelquefois des parties à l'égard de leurs Juges". Furetière place cette définition en troisième position mais dix ans plus tôt, Richelet trouvait cette utilisation désuète : "ce mot est un peu vieux et en sa place on dit partie qui signifie celui qu'on défend en justice". Autrement dit, au grand siècle on entend avant tout le mot clientèle aux sens de "l'ensemble des personnes protégées par un homme puissant, un parti ou un gouvernement" et de "l'état des relations entre client et patron, protecteur et protégé, maître et disciple" comme le rappelle le Dictionnaire de la langue française (Larousse 1972). La deuxième acception actuelle du terme : "ensemble des personnes qui recourent régulièrement et moyennant paiement aux services de la même personne ou du même établissement" (Larousse 1972), ne concerne alors que le monde judiciaire.

  • 1 Pour l'ensemble de cette introduction, on renvoie aux articles "clientèle" et "client" des Dictionn (...)

3Il faut attendre le XIXe siècle pour voir ce mot s'étendre à l'ensemble des relations de type commercial liant des acheteurs à des vendeurs. D'après le Dictionnaire de la langue française de Robert (édition de 1985) c'est en 1832 que cette signification se serait établie tandis que le mot client aux sens de "qui achète, consomme dans un lieu public" et "qui se sert toujours au même endroit" serait apparu en 1826 et 1832. Littré est cependant moins expéditif. Si, en 1877, il ajoute deux nouvelles définitions au terme clientèle - "l'ensemble des malades d'un médecin considéré alors comme une sorte de patron de ses malades et, par extension, l'ensemble des pratiques, des chalands, en parlant de ceux qui fréquentent un magasin, une boutique, un établissement ouvert au public" - il se refuse, au contraire, à interpréter de même le mot client. Son commentaire est net : "ce néologisme n'est pas bon. Un médecin a des malades, un marchand a des pratiques et non des clients. C'est à tort que de clientèle on a conclu à client". La même année, les rédacteurs du Dictionnaire de l'Académie française confirment ces réticences : clientèle, "se dit abusivement pour chalandise, pratique" ; client, "se dit encore mais abusivement pour pratique en parlant des personnes qui achètent habituellement chez un marchand, qui emploient habituellement un artisan". Ce n'est guère que dans l'édition de 1932 que le quai de Conti admet définitivement l'acception commerciale du terme1.

  • 2 Jacques SAVARY, Le parfait négociant, 1675, 2 vol. 
  • 3 Id., ibid., vol. l, pp. 61 et sq., pp. 245 et sq.

4Pourtant, on n'a pas attendu, en France, la Troisième République pour faire des échanges et si le mot clientèle ne figure pas dans le vocabulaire de Savary2, tous les conseils qu'il dispense aux apprentis marchands et aux négociants confirmés visent à "fidéliser" leur pratique3. Dans ces conditions, il a paru intéressant de montrer comment un milieu bien spécifique de professionnels - celui des financiers de la première moitié du XVIIe siècle - pouvait, pour exercer convenablement son activité, entrer dans le jeu des clientèles traditionnelles et créer ses propres réseaux selon des conceptions probablement plus commerciales que sociales.

1. Les financiers dans les clientèles princières et gouvernementales

  • 4 On mentionnera seulement de Roland MOUSNIER, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, P (...)

5Tous les contemporains l'ont dit : les financiers de la première moitié du XVIIe siècle ne seraient rien sans la protection des Grands. Ils s'insèrent donc dans leurs clientèles et ont à leur égard les rapports de fidélité décrits par Roland Mousnier et ses disciples4

  • 5 Pierre de L'ESTOILE, Mémoires et journal, règne de Henri IV, roy de France et de Navarre, dans Mémo (...)
  • 6 Cardinal de RICHELIEU, Mémoires sur le règne de Louis XIII depuis 1610 jusqu’à 1638, dans Mémoires (...)
  • 7 Duc de ROHAN, Mémoires sur les choses advenues en France depuis la mort de Henri le Grand jusques à (...)
  • 8 François TALLEMANT des REAUX, Historiettes, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 19 (...)
  • 9 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol. I, p. 538.
  • 10 Obvier LEFEBVRE d'ORMESSON, Journal, collection des documents inédits sur l'histoire de France, tro (...)
  • 11 Cardinal de RETZ, Mémoires, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1949, pp. 657, 447 (...)
  • 12 Mémoires de l'abbé Arnauld contenant quelques anecdotes de la cour de France depuis 1634 jusqu'à 16 (...)
  • 13 Cardinal de RETZ, La conjuration du comte de Fiesque - Pamphlets, Paris, Gallimard (coll. Bibliothè (...)
  • 14 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol I, pp. 305-306.
  • 15 Maréchal d'ESTREES, Mémoires contenant les choses les plus remarquables arrivées sous la régence de (...)
  • 16 Xavier BERGER de XIVREY, Recueil de lettres missives de Henri IV, Paris, vol. V, pp. 84, 506 ; vol  (...)
  • 17 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol I, p. 342.
  • 18 Pierre CLÉMENT, éd., Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1861-1882, 10 vol. , vol. (...)
  • 19 Jean HERAULT de GOURVILLE, Mémoires concernant les affaires auxquelles il a été employé par la cour (...)

6Les mémorialistes se sont plus à montrer les liens unissant nobles et financiers. Pierre de L'Estoile veut-il faire embrasser la carrière à un de ses fils ? Il s'adresse à son cousin de la Guierche "qui a promis de s'y emploier tout à fait et lequel gouverne toute ceste maison de Montpensier et Joieuse par son crédit, le pourra placer en bon lieu, l'avancer, et quelques-uns, possible de ses frères avec lui"5 Selon Richelieu, si le procès de Moisset est arrêté, c'est après l'intervention des ducs de Guise et d’Épernon6. La promotion à l'intendance des finances de Déagent, commis de Barbin, ex-contrôleur général, s'éclaire, d'après Rohan et Phelypeaux de Pontchartrain7 par ses relations avec Luynes. François Tallemant des Réaux explique l'ascension de Puget de Montauron par "quelques petites affaires" qu'il fit "pour Madame, la duchesse de Beaufort"8 et celle de Castille par les faveurs de la princesse de Conti chez qui "il faisait tout"9 Olivier Lefebvre d'Ormesson souligne la collusion du duc d'Orléans et de ses amis, d'Estrées et de Guiche, avec Puget de Montauron qui les nourrit et leur ouvre ses tables de jeu10. Retz montre la connivence de Boyslève et de Mazarin, de Perrault d'Angerville et de Condé, de Lozière et de Retz11. Les soutiens des financiers peuvent également être des ministres ou des grands commis de l’État. L'abbé Arnauld déplore la disgrâce conjointe de Fouquet et de son frère qui lui était lié12 ; Retz justifie la fortune de Chavigny par sa docilité envers Richelieu13 et Olivier Lefebvre d'Ormesson, la promotion de Payen par son alliance avec Lyonne, lequel "était" à Monsieur le Cardinal14. La famille royale, elle-même, pousse l'un ou l'autre. De l'avis de Marillac et d'Estrées, Barbin était protégé par la régente Marie de Médicis15. L'amitié de Henri IV n'a jamais manqué à Sébastien Zamet16. Montauron savait séduire Louis XIII en consommant les petits pois qu'il produisait17 et les Tallemant cajolaient Anne d'Autriche en lui offrant les premières oranges du Portugal18. Jean Hérault de Gourville, qui décrit son ascension dans ses Mémoires, la relie à l'influence de ses maîtres successifs, le duc de La Rochefoucauld, le prince de Conti, le surintendant Fouquet et le premier ministre Mazarin19.

  • 20 Paul PHELYPEAUX de PONTCHARTRAIN, op. cit., p. 321.
  • 21 Maréchal de BASSOMPIERRE, Mémoires, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième séri (...)
  • 22 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol. I, pp. 355, 648, 555.

7Les contemporains ont également mis en scène la lutte des différents clans ainsi constitués. Phelypeaux de Pontchartrain soupçonne "le prince de Condé, le duc de Mayenne, le marquis d'Ancre et leurs adhérents" d'avoir tramé l'emprisonnement de Moisset, de "M. de Montauban, gouverneur de Bourgogne et M. de Bellegarde, grand écuyer de France" "pour obtenir la confiscation des biens de l'un et les emplois des deux autres"20. Bassompierre démontre comment La Vieuville réussit, en 1622, après une campagne d'intoxication auprès du roi, à évincer Schomberg21. Olivier Lefebvre d'Ormesson accuse Particelli d'Emery de "remplir les finances de toutes ses créatures" et le président Viole, le commandeur de Jars, le maréchal d'Estrées et Bautru-Senneterre qui défendent le surintendant d'avoir eu "le plus de commerce avec les traitants" et d'être "intéressés beaucoup dans les prêts"22.

  • 23 AN, E249 C, f  506,20 décembre 1651.
  • 24 AN, E90 B, f° 229,23 février 1627.
  • 25 AN, E55 A, f° 46,12 janvier 1617 ; E88 B, f” 279, 30 septembre 1626.
  • 26 AN, E69 A, f° 299,17 novembre 1621.
  • 27 AN, E251 A, f° 193, 13 avril 1652.
  • 28 AN, E106 B - 107 A, f° 127, 17 juillet 1631.
  • 29 AN, E251 B, f° 216,20 juin 1652.
  • 30 Henri GERMAIN-MARTIN et Marcel BEZANCON, Histoire du crédit en France sous le règne de Louis XIV, V (...)

8Tant de convergences confortent la réalité : dans leurs vies professionnelle et privée, les financiers ne pouvaient négliger de s'immiscer dans des réseaux nobiliaires. Dans le cadre de leurs activités, trois raisons les incitaient à une telle intervention. En premier lieu, les financiers sont des donneurs d'avis : ils proposent au Conseil du roi des procédés qui lui permettront, dans un délai plus ou moins bref, de trouver des fonds plus ou moins importants. Ces moyens sont examinés par les conseillers, qui décident, s'ils sont raisonnables, de les mettre en application sous forme de partis et octroient aux inventeurs un droit d'avis plus ou moins conforme à celui qu'ils ont demandé. On conçoit donc tout l'intérêt qu'avaient les financiers à bénéficier d'appuis au Conseil. On comprend aisément que ces soutiens avaient d'autant plus de chance de se faire entendre qu'ils étaient plus puissants. Ainsi peut-on expliquer que la duchesse de Guise et de Joyeuse23, la duchesse d'Ornano24, le prince don Christofle de Portugal25, et le sieur de La Terrade, général et grand-maître de l'ordre et milice du Saint-Esprit26 - entre autres - aient pu présenter des avis émanant d'un groupe financier qui les met en avant. La duchesse de Guise déclare, en effet, qu'elle a appris que Pierre Courtot, Julien Bonnet et consorts ont découvert un fonds de 1.135.104 livres appartenant au roi27 et La Terrade rappelle que l'idée qu'il propose est de Pierre Chalas, Daniel Forestier et autres28. Tout travail méritant salaire, ces intercesseurs sont rétribués. Ainsi la duchesse empoche-t-elle les 4/8 du huitième dévolu à ses collaborateurs et attend-elle deux autres huitièmes d'une seconde affaire où l'inventeur ne touchera qu'un huitième29. On retrouve ici le "climat d'affairisme" décelé par Henri Germain-Martin et Marcel Bezançon à la cour de Louis XIV30.

  • 31 AN, G1-6, dossier 3.

9En second lieu, les financiers sont des fermiers et des traitants. Les fermes et les traités sont adjugés, aux enchères, au Conseil du roi. Le lieu et le jour de l'adjudication sont précisés par voie d'affiche, mais peu de temps est laissé aux enchérisseurs virtuels : c'est le 8 mars 1646 que sont fixés les placards annonçant la publication de la ferme générale des gabelles pour le 1031. Comme l'attribution d'une telle activité nécessite ensuite, dans les délais les plus brefs, de présenter une caution et souvent des certificateurs, de verser une avance au Trésor et, à des termes plus éloignés, fixés par les baux, de payer des sommes régulières, on perçoit facilement que plus tôt on est informé de ce qui va se produire, mieux on peut se préparer, trouver de l'argent, des associés et des collaborateurs et décider avec eux d'une tactique pour la journée des enchères. En conséquence, bénéficier d'informateurs dans l'entourage du roi ou, à défaut, de quelqu'un susceptible de contacter un ou plusieurs membres des aréopages gouvernementaux ne peut qu'être profitable.

  • 32 Françoise BAYARD, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988, pp. 176, 237.
  • 33 AN, M.C., CXII, 124, 5 mars 1668, cotes 6, 10 et 11.

10En troisième lieu, les fonds manipulés par les financiers sont considérables : sur les 1.161 traités signés entre 1598 et 1653 et dont les valeurs sont connues, 6 (0,51 %) s'élèvent à moins de 10.000 livres, 213 (18,34 %) oscillent entre 10.000 et 100.000 livres, 454 (39,10 %) entre 100.000 et 500.000 livres, 208 (17,91 %) entre 500.000 et 1.000.000 livres, 275 (23,68 %) entre 1 et 10.000.000 livres et 5 (0,43 %) dépassent 10 millions de livres. Entre 1619 et 1626 et entre 1637 et 1650 le montant moyen de chaque prêt s'établit à 400.000 livres32. Il est donc clair que les financiers n'engagent pas leurs seules fortunes. Il leur est nécessaire d'emprunter auprès des personnes riches du royaume. Ainsi dans les papiers de Pierre Mérault, fermier des gabelles, retrouve-t-on "cent quarante huit billets et rescriptions signés Huguet des sommes reçues par les intéressés provenant des deniers qu'ils ont empruntés de plusieurs particuliers en 1647", "cent quatre vingts billets et récépissés signés Huguet des sommes reçues de plusieurs particuliers qui avaient prêté les sommes contenues au bail sous le nom de Datin en 1645 et 1646" et "cinquante trois récépissés de divers particuliers en 1648"33. On conçoit que l'appartenance à la clientèle d'une personnalité aisée de haut rang facilitait d'éventuels emprunts.

  • 34 AN, El 36 A, f° 403,31 mars 1637.
  • 35 AN, P.O., 1719, dossier 39919, f°6,18 janvier 1608.
  • 36 AN, M.C., LI 109, 29 juillet 1636.
  • 37 AN, M.C., LI 32, 6 août 1611. LI 40, 8 mai 1614.
  • 38 AN, M.C., LI 90, 17 mars 1629.
  • 39 AN, M.C., LI 69, 16 septembre 1622.
  • 40 AN, M.C., LI 74, 23 septembre 1623.
  • 41 AN, M.C., XVI 366, 19 septembre 1642.
  • 42 AN, M.C., LI 39, 27 janvier 1614.
  • 43 AN, M.C., VI 21, 9 novembre 1632.
  • 44 AN, MC., LII 48, 23 novembre 1655, cotes 9 et 426.
  • 45 Pierre GOUBERT, L'Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1969-1973,2 vol. , vol. I, p. 180.
  • 46 AN, MC., LI 42, 14 février 1615.
  • 47 AN, E202 B, f° 446, 27 mai 1645.

11Les financiers ont vite compris les avantages d'une telle infiltration. Beaucoup commencent leur carrière en s'engageant auprès d'un noble chez qui ils exercent des activités variées : secrétariat - tel Claude Cartier auprès du duc d’Épernon34 ; comptabilité - ainsi Pierre Lignage chez le duc de Nevers35 ; service de la chambre - à l'instar de Philbert Chaqueneau chez le prince de Condé36 ; acquisition des denrées alimentaires - comme Mathurin Nozereau chez l'archevêque de Reims et le duc de Montmorency37 ; intendance en général - par exemple Daniel Ferry pour l'ambassadeur extraordinaire à Rome, de Béthune38. La plupart, cependant, sont employés dans la perception des revenus, rentes - ainsi Richelieu utilise-t-il les compétences de Jean-Baptiste Scarron39, Jean Béraud40, Pierre et Nicolas Rambouillet41 pour faire la recette des revenus de l'abbaye de Cluny ; ou aides - comme Simon Alix le fait pour Robert de La Vieuville42. Ce sont leurs hommes de confiance - ainsi s'exprime Apollo d'Albret sur Jean Lescuyer43 - ou d'affaires - terme appliqué par Madame d'Elbene à Zanobi Leony44 Outre l'avantage de gérer une grande fortune et celui de se constituer sans grand peine un pécule plus ou moins élevé, comme l'a montré Pierre Goubert45, en servant ces familles, ils participent à leur poids et à leur prestige ; ils côtoient journellement ce que la France compte de plus fortuné, de plus puissant et de plus influent et trouvent là leurs futurs soutiens financiers. L'importance d'une telle activité est attestée par Claude Chariot. Avant d'entrer dans la finance, il a longtemps été intendant du Comte et de la Comtesse de Saint-Paul46. En 1645, il est en faillite déclarée. Espérant améliorer sa situation, il devient procureur fiscal de la duchesse d'Elbeuf, en Champagne47

  • 48 Maréchal de BASSOMPIERRE, op. cit., p. 231.
  • 49 AN, Y181, f° 102, 13 décembre 1640 ; MC., XXXVI 166, f° 629, 13 décembre 1640.
  • 50 AN, M.C., V98, f° 129,16 juilet 1644.

12L'appartenance à la clientèle d'un puissant n'a pas que des avantages professionnels. Elle permet aussi, leur richesse assurée, leur promotion sociale. Pour la réaliser, les financiers misent avant tout sur l’État et achètent des offices. 330 (92,70 %) des 356 personnages dont on connaît l'état acquièrent une charge. La plupart sont officiers de finance (95 - 28,79 %) ou secrétaires (115 - 34,84 %). Ces postes sont éminemment stratégiques. Aux finances, ils perçoivent les deniers de l’État et peuvent, éventuellement, en disposer. Comme secrétaires du roi, ils savent quelles affaires se font et quels sont les besoins du pays. De telles fonctions sont donc très convoitées. Aussi, entre acheteurs potentiels de niveau économique semblable s'ouvrent d'âpres compétitions. Selon Bassompierre, quand, dans les années 1620, on instaure six directeurs des finances, leur nomination donne lieu à des luttes d'influence. M. de Caumartin "nous pria... qu'un sien neveu qu'il avoit fait conseiller d’État, de procureur général de la cour des aides qu'il étoit auparavant, nommé Tonnelier pût être un de ces six, par notre moyen, nous assurant de sa probité et d'une entière suffisance"48. Leurs mariages et surtout ceux de leurs filles (qui se font à 92,57 % avec des nobles) sont également l'occasion d'avancée sociale. Ils ne peuvent qu'être facilités, en dehors des superbes dots offertes, par les liens précédemment établis. Richelieu et le chancelier Seguier sont présents à la signature du contrat de François Sabathier avec Marie-Lucie Chasteignier de la RochePosay49. Claude Le Ragois prie, entre autres, Charles de Schomberg, pair et maréchal de France, Le Tellier, secrétaire des commandements du roi et Alexandre Le Rebours, président à la cour des aides, d'honorer les épousailles de sa fille Marie Le Ragois avec Louis de Bailleul. Y assistent aussi le cardinal Mazarin, le prince et la princesse de Condé, Henri d'Estrées, François de Bassompierre et Claude Bouthillier, ministre d’État. Louis XIV et Anne d'Autriche ont approuvé l'union de la fille du financier et du fils du ministre50.

13Ainsi l'appartenance aux clientèles princières et gouvernementales est-elle gage à la fois d'efficacité professionnelle et d'ascension sociale. Nécessaire, elle n'est cependant pas suffisante. Pour exercer convenablement leur fonction, ils doivent aussi mettre en place leurs propres réseaux.

2. Les financiers créateurs de leur propre clientèle

  • 51 AN, El79 C, f° 212, 27 mai 1643 ; E247 B, f° 97, 1er juin 1651.
  • 52 AN, E128 C, f° 471, 21 février 1636 ; AN, E161 B f° 197, 22 mai 1641 ; BN, Cinq-Cents, Colbert 233, (...)
  • 53 AN, M.C., LXH 184, 12 janvier 1661.
  • 54 BM, Melun, Ms. 88, 23 novembre 1633 ; BM, Melun, Ms. 88,6 avril 1641 ; AN, E193 A, f° 198,3 août 16 (...)

14Trois pratiques du métier les y conduisent presque obligatoirement. La première est le secret des affaires. Tout acte financier est accompli par des prête-noms. En 1642, le véritable fermier des cinq grosses fermes n'est pas le signataire du bail, Toussaint de La Ruelle, mais Pierre Gargan, Charles Lumague, Jean Doublet, Olivier Bidé, Gabriel Dumas et Charles Gendrault51 qui n'apparaissent ni dans les tractations ni dans le contrat. Ce système présente le double avantage de ne pas exciter la méfiance d'éventuels rivaux envers des inconnus et, en cas de difficulté, de pouvoir déclarer n'être pour rien dans l'opération. Ces prête-noms sont généralement des serviteurs des financiers. Ainsi en va-t-il d'Hector Thomas chargé, en 1636, du traité des taxes mises sur les maîtres des postes du royaume afin qu'ils puissent bénéficier de l'exemption totale des tailles et, en 1641 et 1642, de celui des taxes supplémentaires frappant les maîtres des courriers, les contrôleurs provinciaux des postes et messagers du royaume52. Ses cautions sont, en 1636, Arnoul de Nouveau et en 1641 et 1642, son fils Jérôme. Ce sont aussi ses maîtres : il vit et décède à leur domicile53. Ces domestiques sont souvent avancés ensuite dans les finances par leurs patrons : Alexandre Vaillant, prête-nom de Pierre Malo en 1633 est trésorier des ponts et chaussées en 1641 et caution de quatre traités entre 1641 et 164554. La carrière de nombreux financiers commence ainsi au service d'autres praticiens plus vieux et plus puissants, par un apprentissage progressif des tâches du métier.

  • 55 AN, MC., LX 49, 1er octobre 1666, cote 315.
  • 56 AN, MC., LI 262,6 octobre 1646, f° 30v°.
  • 57 AN, MC., XVI 369, 2 septembre 1643.
  • 58 AN, MC., XIV 62 bis, 4 décembre 1646, cotes 59 et 64 ; LIX 131,23 mai 1689, cotes 100,51 et 130.
  • 59 AN, MC., LIX 131, 23 mai 1689, cotes 97, 98, 99, 83, et 102.
  • 60 AN, M.C., U 526, 15 mars 1653.
  • 61 AN, MC., CXV 125, 11 janvier 1654.
  • 62 AN, Y 167, f° 84,12 mai 1627.
  • 63 AN, MC., XIV 63, 23 juin 1647.
  • 64 AN, MC., LXVIII 161,15 février 1654.

15Le second procédé qui mène à la constitution de clientèles est l'association. En s'alliant, les financiers disposent de davantage d'intelligence, de plus de capitaux et de réseaux plus étendus. Toutes les affaires de finances sont donc divisées en parts, dont l'ensemble forme vingt sols, prises chacune par un ou plusieurs individus. Ainsi, dans le traité de la coupe de cinq cents arpents de bois dans la forêt de Guise, Guillaume Languet et Etienne Charmolue possèdent chacun six sols et Cousturier, huit sols55. Chaque associé est libre de scinder sa participation. Le 9 mars 1641, Bénigne Le Ragois, François Tardif, Simon-François de La Garde, Alexandre Vaillant et Bénigne Tisserand s'unissent pour mettre en place des offices créés au parlement et à la cour des aides de Rouen. Quelque temps plus tard, Le Ragois cède neuf deniers de sa part à François Sayboué56. Ainsi se constituent des groupes aux ramifications multiples. Chacun comprend que ces partenaires doivent être choisis soigneusement. Un rapprochement hâtif ou maladroit peut conduire à la faillite du système et, par voie de conséquence, à celle du financier. On prend donc ses associés parmi ceux dont on partage les idées - les protestants se regroupent toujours pour prendre une ferme ou un traité, ainsi Henri de Louvigny et Olivier Bidé d'Aganry pour les devoirs de Bretagne en 163857 - et parmi les membres de sa famille. Les deux frères Denis et François Marin travaillent avec Pierre de La Croix, leur cousin germain58. A son tour, de La Croix fait appel à son neveu Claude Coquille59. Souvent, des proches finissent par entrer dans la famille. Catherine Pavillon, fille du financier Etienne I épouse Bonaventure Quentin60 ; Paul Chaudesolle convole avec Marie Gon61 et Guillaume Cornuel avec Anne Bigot62. Ce sont alors deux clans financiers qui s'accouplent avec les jeunes gens. Le prouve le mariage de Charles Bonneau, fils du célèbre partisan Thomas Bonneau, et d'Anne Pallu, avec Jacqueline Marin, fille de Denis Marin et de Marie Daurat. Aux côtés du marié, les Bonneau ont invité les membres de leur famille, les Robin, les Fleuriau, les Pallu, tous ancrés dans la finance, et les amis des gabelles Pierre Mérault, Bonaventure Quentin, Pierre Aubert, Antoine Scarron et Germain Rolland. Aux côtés de la jeune fille sont présents, les familles Daurat, Le Vasseur et Marin ainsi que Pierre de La Croix, Jacques Galland, Jean Fabry et la femme de Jean Tubeuf, tous financiers63. Ces unions permettent aussi l'accession à des groupes financiers plus puissants. Ainsi en va-t-il lors des épousailles de Pierre Gruyn et d'Anne Doublet. Le jeune époux est receveur général des finances à Lyon. Il est entouré uniquement de ses deux frères Rolland, receveur général des finances en Champagne et Charles, commissaire général de la cavalerie légère de France. Sa future femme est la fille de Nicolas Doublet, avocat au parlement, fermier et prêteur célèbre. Elle vient avec ses frères - dont l'un est trésorier de France à Paris - ses cousins Sevin et Feydeau, issus de familles de financiers et les amis de son père parmi lesquels Nicolas Lambert de Thorigny, Jacques Esmery, Jean de Fourcy, Henri et Claude de Guénégaud et Nicolas Potier dont les carrières ont commencé dans les finances64. Ainsi les clientèles des financiers s'ajoutent-elles les unes aux autres pour former, progressivement des groupes de plus en plus considérables.

  • 65 AN, E65B, f° 438, 439, 442, 444, 445, 31 décembre 1620.
  • 66 AN, AD, IX 413, p. 84, 11 juin 1632.
  • 67 AN, E64 A f° 314, 18 août 1620.

16La troisième raison qui pousse les financiers à engendrer leurs propres fidèles résulte de la mise en oeuvre des fermes et des traités. Chaque fermier ou traitant quadrille la nation ou la région où il doit opérer par un réseau de bureaux à la tête desquels se trouvent des sous-fermiers ou des sous-traitants responsables dans leur secteur de l'exécution de la ferme ou du traité. Un sous-bail, rédigé devant notaire, mentionne avec précision les limites de la circonscription, le montant du forfait et les termes auxquels il doit être versé. Des cautions et éventuellement des certificateurs garantissent l'exécution de la sous-ferme ou du sous-traité. Ainsi Antoine Feydeau, fermier des aides distribue-t-il les aides de la ville de Troyes à Hubert Le Tourtat, et celles de l'élection d'Orléans à Claude Coquin65. Chaque sous-fermier ou sous-traitant passe, s'il le souhaite, des sous-fermes ou sous-traités pour des portions de leur territoire : Gervais Riottier obtient d'Etienne Briois les aides de la généralité de Tours ; il confie celles de l'élection du Mans et de la ville de Château-du-Loir à Philippe Troisvarletz66. Toute une cascade de subdivisions en découle. Du choix de chacun de ces titulaires dépend le bon ou le mauvais fonctionnement de l'affaire. Le financier a donc intérêt à se constituer une clientèle de collaborateurs qu'il substitue, selon un véritable système de dépouilles, à celle de son prédécesseur. Le bail de Jean de La Grange, fermier des Cinq Grosses Fermes de France, mentionne ainsi expressément qu'il peut "entretenir ou révoquer" les baux particuliers qu'avait signés le précédent fermier Pierre de La Sablière, ce qui n'est pas sans poser un certain nombre de difficultés dans la généralité de Champagne67.

  • 68 Yves DURAND, "Clientèles et fidélités dans le temps et l'espace", dans Hommage à Roland Mousnier... (...)

17On le voit donc, l'exercice même de leur métier introduit les financiers dans la clientèle des Grands et leur en fait créer une autre. Toutefois, on est en droit de s'interroger sur la nature exacte des liens qu'ils établissent. Sont-ils bien "le dévouement total d'un groupe d'hommes pour un autre"68 ou relèvent-ils de rapports strictement commerciaux ?

3. De la nature exacte de la notion de clientèle chez les financiers

  • 69 AN, M.C., LI72, 26 avril 1623
  • 70 AN, E259 A, F 336 et v°, 13 août 1653.
  • 71 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 795, f° 214, Etat auquel étaient les finances quand Monsie (...)
  • 72 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 892, f° 126, 18 janvier 1653.

18La conduite des financiers s'explique surtout par leur souci d'être constamment en mesure de fournir les espèces que réclame le souverain, car l’essentiel de leur activité est là : ils sont des entrepreneurs privés intermédiaires entre l’Etat et les riches du royaume. Ce n'est pas à la monarchie qu'on prête mais à des hommes. Charles Bouquet, contrôleur général provincial des guerres à Metz, Toul, Verdun et pays messin, le rappelle lorsqu'il prête 6.000 livres à Jean et Edouard de Ligny, trésoriers des parties casuelles : "non pour le service de Sa Majesté... parce qu'aultrement ledit sieur créancier ne leur eust fait ledit prest"69. Les financiers investissent ensuite l'épargne ainsi rassemblée dans les affaires du roi comme l'explique Thomas Bonneau : "Comme dieu luy a faict la Grace de sestre tousjours conduit avec honneur probité et bonnefoy son credict estoit tellement estably que les bources des subjects de sadicte majesté luy ont esté librement ouvertes et lont mis en estat de rendre a sadicte majesté des assistances signalées"70. Le plus important pour eux est donc d'avoir "du crédit", notion qui revient sans cesse dans la bouche ou sous la plume de ceux qui sont intéressés aux finances monarchiques : en 1626, d'Effiat déplore qu'il ait "fallu passer à la merci de tous les comptables et traitants qui ont fait des gains extraordinaires sans leur pouvoir demander compte de peur de les offenser et perdre leur crédit"71 ; en 1653, Le Tellier remarque qu"'il n'y a rien à attendre de Messieurs les directeurs (des finances) qui n'ont aucun crédit"72. Or, trouver "du crédit" est une opération banalement commerciale. Les financiers attirent l'argent des riches en leur offrant des conditions qu'ils doivent présenter comme les meilleures possibles. Ils le font, dans la première moitié du XVIIe siècle comme s'ils avaient assimilé les meilleurs manuels de marketing du XXe siècle.

  • 73 Pierre LECLERC, Les clientèles attachées à la personne, Paris, 1965, pp. 12-28.
  • 74 Jean-Louis CANALES, Vendez plus : techniques, méthodes et recettes pour vous guider vers le succès,(...)
  • 75 Ibid., p. 54.

19Comme n'importe quel vendeur, les financiers doivent séduire les clients puis faire en sorte de conserver leur pratique car toute clientèle commerciale repose sur deux notions : la confiance et l'habitude73. Pour gagner la première, il est nécessaire d'avoir de bons produits. Mais à marchandise équivalente, la qualité du vendeur prime. "Le client n'acceptera le produit qu'après avoir accepté le vendeur, jamais avant"74. Dès lors la personnalité du vendeur est fondamentale : il faut "montrer au vendeur qu'il doit investir dans la plus importante des affaires qu'il aura jamais à traiter : sa propre personnalité ! Il n'y a rien qui puisse être plus rentable". Il doit "Soigner son image de façon à ce qu'elle apparaisse comme le reflet du succès", "car c'est à ce niveau là que se situe la différence fondamentale entre ceux qui sont éclairés par la fortune et ceux qui sont gommés par la médiocrité". Mais façonner son "look" n'est pas suffisant, il faut aussi polir sa réputation : "chaque vendeur se compose de deux facettes différentes. La première correspond à sa personnalité propre, à son réel pouvoir de persuasion et à son intégrité professionnelle. L'autre représente sa réputation, la bonne renommée de son efficacité et l'image qu'il donne en tant que représentant d'une ou de plusieurs entreprises. La première est sa valeur réelle, l'autre est celle que les gens pensent qu'il possède. Avant qu'un vendeur ait le temps et les moyens de montrer sa véritable valeur, il faut qu'il obtienne que son nom et lui-même soient acceptés par les clients éventuels avec toute la considération due à la dignité professionnelle"75.

  • 76 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 801, f° 304.
  • 77 Testament politique de Messire Jean-Baptiste Colbert, ministre et secrétaire d'Etat où Ton voit tou (...)
  • 78 Nicolas FOUQUET, Les œuvres de M. Fouquet, ministre d'Etat, contenant son accusation, son procès et (...)
  • 79 Françoise BAYARD, op. cit., pp. 390-420.

20Sans avoir jamais été entendue (et pour cause !), cette première leçon a été bien comprise. Les financiers savent que pour être considérés ils doivent être "considérables" et que pour attirer l'argent il faut en avoir ou paraître en avoir. "L'expérience a fait connaître... combien il est nécessaire de faire tenir les officiers en quelque considération eu égard au moins au service d'argent comptant que Sa Majesté en a souvent reçu par le moyen de la créance qu'ils avaient dans les meilleures et plus riches familles du royaume" dit-on dès 163176. Et Colbert d'expliquer : "Il faut s'il (le Roi) veut que les compagnies trouvent de quoi faire leurs avances que le public soit persuadé qu'elles n'ont que de bonnes affaires ; car s'il se laissait une fois prévenir du contraire, chacun fermerait sa bourse et n'aurait garde de donner un sol à des gens qu'on croirait à la veille d'être ruinés"77. Et Fouquet de plaider "les dépenses de l’État n'eussent pu être faites ni les deniers fournis à temps pour les besoins et nécessités plus urgentes, si je ne les eusse fait fournir ; et je n'eusse pas pu les faire fournir si l'apparence de mon bien, la dépense, l'éclat, la libéralité, joints à l'observation inviolable de mes paroles ne m'en eussent donné le crédit"78. Ainsi se comprennent les dépenses somptueuses des financiers qui achètent ou font construire hôtels et châteaux, roulent carrosse, s'habillent d'étoffes fastueuses et colorées, entretiennent un personnel nombreux, acquièrent des meubles et objets luxueux et à la mode et jouent volontiers aux mécènes79 : elles sont les apparences de la richesse, fascinent les clients désormais confiants.

  • 80 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 31.
  • 81 Ibid, p. 110.
  • 82 Gérard LEBRUN, Réussir la vente, 60 conseils faciles à mémoriser, faciles à appliquer, Paris, Ed. d (...)
  • 83 Gérard NIERENBERG et Gerhard GSCHWANDTNER, Lisez dans vos clients à livre ouvert, Paris, Businessma (...)
  • 84 Georges LEBRUN, op. cit., p. 37
  • 85 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 30
  • 86 Gérard LEBRUN, op. cit., p. 37.
  • 87 Jean-Louis CANALES, op. cit., pp. 110-116.

21A cette conception globale du métier, les bons vendeurs doivent ajouter des qualités particulières. Il leur faut être patients - "savoir faire antichambre sans que la personnalité du vendeur soit marquée par le dédain apparent ou le peu de cas que certains clients pourront faire de lui"80 - et persévérants - "de nombreux vendeurs échouent, ils refusent d'affronter les difficultés par absence de volonté, de persévérance"81. Ils doivent comprendre leurs interlocuteurs, s'intéresser à eux82, les "décoder comme des feux de signalisation"83 en sachant que le corps a un langage aussi important que la parole"84 Leur conversation doit être courtoise : "il faut réussir à apporter une touche d'aménité à l'entretien pour impressionner ainsi favorablement le client qui se rappellera alors toujours du vendeur. Que la vente ait été conclue ou non à cette occasion n'a aucune importance. Le vendeur aux mille clients sera le plus riche, même s'il ne réalise qu'une opération par semaine... Il est fondamental de se rappeler qu'il vaut mieux se gagner un client qu'une simple vente"85 Sachant s'exprimer et même bien parler, il contrôle méthodiquement la portée de chaque argument. Mais il joue sur les cinq sens et non sur le seul verbe et sait aussi se taire86. Enfin, "comme il se situe parmi le petit nombre de professionnels qui doivent être très attentifs au niveau d'énergie qui fait agir leur corps", il lui faut adopter une hygiène de vie équilibrée : "si l'on ne se distrait pas, si l'on ne s'amuse pas, on ne peut pas travailler dans de bonnes conditions"87.

  • 88 Emile MAGNE, Bourgeois et financiers du XVIIe siècle. La joyeuse jeunesse de Tallemant des Réaux d' (...)
  • 89 Françoise BAYARD, op. cit., pp. 420-430.
  • 90 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol. I, pp. 286, 387, 216, 382.
  • 91 Maximilien de BETHUNE, duc de SULLY, Mémoires des sages et royales oeconomies d'Estat, domestiques, (...)
  • 92 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol. II, p. 541.

22Ces recommandations ont été fortement intégrées par les financiers. Ils vont à la campagne, comme les Bigot chez qui "presque chaque semaine, la porte cochère laissait passer des carrossées joyeuses de jeunes gens qui prenaient la route d'Arpajon"88 Beaucoup s'adonnent aux plaisirs du jardinage. Nombreux sont ceux qui jouent au tric-trac, au trou-madame, au billard, aux dames, aux échecs ou aux palets. Ils ne dédaignent pas la musique que dispensent les clavecins, luths, violes, violons, orgues, guitares et tambours de leurs demeures. Ils collectionnent avec passion tapisseries, tableaux, sculptures, faïences et autres objets extraordinaires. Ils lisent. Ils tiennent salons89. L'art des visites et des conservations ne leur est pas inconnu. Olivier Lefebvre d'Ormesson se rend chez de Maisons, Tallemant et Guénégaud ; avec Collanges, il va au Palais Royal90. Henri IV se promène souvent avec Zamet91. L'accueil de Montauron est chaleureux : "on a toujours fait bonne chère" chez lui, même en son absence92. Quant à la patience, elle leur est consubstantielle : constituer des réseaux, s'informer, rechercher de l'argent ne peut se faire dans l'instant.

  • 93 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 180.
  • 94 AN, M.C., II 208, 18 novembre 1658, cote 100.
  • 95 Nicolas FOUQUET, op. cit., vol. II, pp. 75-76.

23Enfin, tout vendeur doit pratiquer "l'art d'offrir". Le cadeau "est une excellente façon de s'assurer sa fidélité commerciale pour le produit" qu'on représente. "Qui ne serait pas ravi de ressortir d'une boutique où il est entré pour acheter un costume en emportant non seulement le costume mais aussi une chemise, une paire de chaussettes ou même un mouchoir, sans bourse délier. En réalité, dans ce geste, ce n'est pas tant la valeur de l'article ou l'économie réalisée qui touche le plus mais plutôt le fait d'être reconnu comme un personnage important estimé digne des meilleures attentions du magasin et de son personnel. Dans le cas du vendeur qui prend les cadeaux à sa charge pour promouvoir son produit, la technique du cadeau est un peu différente. En effet, le vendeur entretient avec ses clients des relations plus amicales puisqu'il a souvent affaire à eux. Des contacts plus personnels apparaissent forcément. En outre, le cadeau peut également se révéler très efficace pour ouvrir certaines portes"93. Cette consigne a été semblablement adoptée par les financiers. Germain Rolland n'obtient les Cinq Grosses Fermes qu'en versant un pot de vin à Claude Bullion94. Mazarin en a fait une véritable institution : "Je ne parle point", dit Fouquet "des pensions et gratifications qu'il voulait être négociées quelquefois sur des fermes, traités et affaires particulières quand il trouvait quelque apparence ou prétexte ; ni des pots de vin que lui portaient annuellement les fermiers au renouvellement des fermes dont il faisait au roi la part qu'il lui plaisait"95.

  • 96 Jean-Pierre LEHNISCH et Max de MENDEZ, Comment vendre plus et mieux, les atouts du marketing direct (...)
  • 97 AN, M.C., LI 577, 4 juin 1674, cote 104.
  • 98 AN, MC., LIV 494, 5 décembre 1619, cotes 44 et 268.
  • 99 AN, MC., CXII 30, 16 novembre 1637.
  • 100 AN, MC., CXH 124, 5 mars 1668.
  • 101 AN, MC., LXXXVI. 318,13 juin 1639.
  • 102 AN, MC., LI 86, 14 janvier 1627 ; LI 88, 24 juin 1628 ; LI 90, 26 février 1629 ; LI 93, 23 janvier (...)
  • 103 AN, MC., CXH 47, 26 février 1646 ; CXII 53, 28 mai 1649.
  • 104 AN, MC., CXH 49, 29 avril 1647 ; CXH 50, 2 septembre 1647 ; CXH 51, 20 juin 1648.
  • 105 AN, M.C., XXX 61, 26 janvier 1663, cote 419.

24La confiance obtenue, il convient de s'assurer de la fidélité du client. Nos contemporains soulignent la nécessité de constituer "des fichiers de personnes, réunions physiques d'informations de même nature présentées sous une forme identique en vue d'utilisations ultérieures" et de les "relancer" en leur rappelant les conditions offertes96. Force est de reconnaître que l'on n'a rien retrouvé de semblable dans les papiers des financiers du XVIIe siècle. Toutefois, beaucoup sont des modèles d'ordre et établissent des mémoires pour toutes choses. Guillaume Lamy rédige un "livre de dépenses journalières"97 ; Jean de Ligny établit un état de ses revenus et biens et tient un registre des fonds qu'il a empruntés98. Jean-André Lumague inscrit dans un carnet le "bilan en abrégé des facultés que Notre Seigneur (lui) a données et qu'il doit"99. Pierre Mérault, comme bien d'autres, classe à part les dossiers familiaux et d'affaires100. Chez Pierre Sainctot les documents sont si remarquablement ordonnés que le notaire procédant à l'inventaire des papiers n'a qu'à sortir contrats de mariage, documents relatifs aux affaires, papiers attestant l'acquisition des biens fonciers et mobiliers et règlements de successions échues101. Dans ces conditions, il peut se faire que des fichiers (qui ne portaient pas ce nom là) aient existé et n'aient pas été inventoriés. En tous cas, les résultats sont là : nombre de prêteurs des financiers leur apportent régulièrement leur argent. Ainsi Jean-Louis de Lespinette Le Mairat, chevalier, baron de Lustrac fournit-il, à partir de 1627, des sommes importantes à Martin Lyonne102. Jean Auget, bourgeois de Paris, engage par deux fois entre 1642 et 1646, des sommes non négligeables (165.000 et 73.665 livres) auprès des fermiers des aides103. Guillaume Bidé de La Bidière verse aux mêmes financiers entre avril 1647 et juin 1648, 118.750 livres, 34.948 livres et 18.750 livres104. Le "registre des deniers empruntés par Messieurs Aubert, Rolland, Chastellain et Thomas Bonneau pour employer à la ferme générale des gabelles qui commençait au premier janvier 1656" révèle la fidélité de onze de leurs cinquante-cinq prêteurs. Huit, comme l'évêque de Mâcon, Lingendre, ont consenti deux avances ; deux Louis de la Trémoille, comte d'Olonne et Claude Bonneau, veuve Chauvelin - en ont fait trois. En offrant 108.000 livres le 22 janvier 1660, 28.350 livres le 5 août 1660, 162.000 livres le 29 avril 1661 et 150.000 livres le 11 décembre 1661, le président Tambonneau est, sans conteste le client le plus assidu et le plus conséquent des fermiers105.

  • 106 SULLY, op. cit., vol. II, p. 372.
  • 107 Cardinal de RICHELIEU, Testament politique, Paris, Foncemagne, 1764,2 vol., vol. I, pp. 222-223.
  • 108 Manuel du bon citoyen ou Bouclier de défense légitime contre les assauts de l'ennemi, 22 mars 1649, (...)
  • 109 Françoise BAYARD, "Du rôle exact de l'argent dans le déclenchement de la Fronde", dans La Fronde en (...)

25Ainsi, bien des comportements des financiers s'expliquent-ils par les seules nécessités commerciales théorisées et formulées ultérieurement. Certes, elles ne peuvent rendre compte de l'ensemble de leurs attitudes. De tels rapports de marchands à clients n'auraient pu conduire, dans la France du XVIIe siècle, leurs familles à des ascensions aussi considérables que celles qu'elles ont connues. Ils ont forcément dû s'inscrire dans les clientèles patriciennes de leur temps. Mais leur irruption, avec cette double mentalité dans les hautes sphères de la société ne pouvait qu'y apporter de profonds bouleversements. Bien des observateurs de l'époque, qui l'avaient parfaitement compris, ont sévèrement jugé ces alliances. Pour Sully, "le seul exemple de telles gens introduisoit à la ruine de la vraie et ancienne noblesse acquise par les armes"106. Pour Richelieu, "l'or et l'argent dont ils regorgent leur donnent l'alliance des meilleures Maisons du Royaume qui s'abatardissent par ce moyen et ne produisent plus que des hommes aussi éloignés de la générosité de leurs ancêtres qu'ils le sont souvent de la ressemblance de leurs visages"107. Pour l'auteur de la Mazarinade Manuel du bon citoyen, "au temps passé ainsi que nous l'avons appris des vieilles gens, l'alliance de ces gens-là estoit prise pour une pollution et une dérogation à la noblesse ; maintenant on en fait le soustien des maisons et de leur argent on en repare les familles ruineuses et délabrées. Dieu sçait quelle postérité il en réussit"108. Sans envisager le sort de leurs descendants, au moins peut-on souligner la perturbation qu'amène une fortune vite gagnée selon les techniques du commerce dans une société d'ordres. Si les discours que prononcent nombre de parlementaires et de nobles au début de la Fronde attestent bien l'état de schizophrénie dans lequel se trouvaient ces individus vis-à-vis de l'argent109, l'attitude des financiers en face de leurs clients commerciaux qui sont aussi leurs patrons sociaux devait aussi être bien délicate. La crise du milieu du XVIIe siècle s'explique mieux, semble-t-il, si l'on tient compte du "mal de vivre" des élites prises entre deux conceptions politiques, économiques et sociales.

Notes

1 Pour l'ensemble de cette introduction, on renvoie aux articles "clientèle" et "client" des Dictionnaires de Richelet (1680 ; reprint Slatkine, Genève, 1970), Furetière (1690), Littré (1877), Larousse, Dictionnaire de la langue française, 1972 et aux éditions 1694, 1823, 1877 et 1932 du Dictionnaire de l'Académie française.

2 Jacques SAVARY, Le parfait négociant, 1675, 2 vol. 

3 Id., ibid., vol. l, pp. 61 et sq., pp. 245 et sq.

4 On mentionnera seulement de Roland MOUSNIER, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, P.U.F., 1969 ; "les concepts d'ordre, d'états de fidélité et de monarchie absolue en France, fin XVe-fin XVIIe siècles", Revue Historique, 1972, pp. 289-312 ; Les institutions de la France sous la Monarchie absolue 1598-1789, Paris, P.U.F., 1974-1980, 2 vol. ; « Les fidélités et les clientèles en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles" dans Histoire sociale, Ottawa, 1982, t. XV, pp. 35-16 ; et de ses disciples : Hommage à Roland Mousnier, Clientèles et fidélités en Europe à l'époque moderne, éd. Yves DURAND, Paris, P.U.F., 1981 ; Fidélité, solidarités et clientèles, Nantes, 1985 ; Yves DURAND, Les solidarités dans les sociétés humaines, Paris, P.U.F., 1987.

5 Pierre de L'ESTOILE, Mémoires et journal, règne de Henri IV, roy de France et de Navarre, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série, vol. I, Paris, 1837, p. 513.

6 Cardinal de RICHELIEU, Mémoires sur le règne de Louis XIII depuis 1610 jusqu’à 1638, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série, vol. VII-IX, Paris, 1837, vol. VII, p. 52.

7 Duc de ROHAN, Mémoires sur les choses advenues en France depuis la mort de Henri le Grand jusques à la paix faite avec les réformés au mois de juin 1629, dans. Mémoires pour servir à lhistoire de France, deuxième série, vol. V, Paris, 1837, pp. 485-674, p. 511 ; Paul PHELYPEAUX de PONT CHARTRAIN, Mémoires concernant les affaires de France sous la régence de Marie de Médicis contenant un détail exact des intrigues de la cour, des désordres et guerres dans le royaume et de tout ce qui s’y est passé de remarquable depuis 1610, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série, vol. V., Paris, 1837, pp. 293-416, p. 391.

8 François TALLEMANT des REAUX, Historiettes, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1967, 2 vol. , vol. II, pp. 530-531.

9 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol. I, p. 538.

10 Obvier LEFEBVRE d'ORMESSON, Journal, collection des documents inédits sur l'histoire de France, troisième série, Histoire politique, Paris, 1860-1861, 2 vol., vol. I, p. 68.

11 Cardinal de RETZ, Mémoires, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1949, pp. 657, 447, 326

12 Mémoires de l'abbé Arnauld contenant quelques anecdotes de la cour de France depuis 1634 jusqu'à 1674, dans Mémoires pour servir à lhistoire de France, deuxième série, vol. IX, Paris, 1838, pp. 475-556, pp. 540-541.

13 Cardinal de RETZ, La conjuration du comte de Fiesque - Pamphlets, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1968, p. 948.

14 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol I, pp. 305-306.

15 Maréchal d'ESTREES, Mémoires contenant les choses les plus remarquables arrivées sous la régence de Marie de Médicis et le règne de Louis XIII, Paris, 1837, vol. VI, pp. 369-448, p. 13, (Coll. Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série) ; attribué à MARILLAC, Relation exacte de tout ce qui s'est passé à la mort du Maréchal d'Ancre, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série, vol. V, Paris, 1837, pp. 447-485, p. 473.

16 Xavier BERGER de XIVREY, Recueil de lettres missives de Henri IV, Paris, vol. V, pp. 84, 506 ; vol VII, pp. 190, 381, 699, 897 ; vol. VHI, pp. 907, 924 ; AD Rhône, 3E 259, f°111, 4 février 1602 ; BN, Fr. 15900, f° 461 et 568, 24 juin 1603, 15 juillet 1604 ; BN, Fr. 5809, f° 118 v ; BN, Fr. 4810, P 129 v, 27 janvier 1600.

17 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol I, p. 342.

18 Pierre CLÉMENT, éd., Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1861-1882, 10 vol. , vol. I, pp. 426-427, 6 mars 1660.

19 Jean HERAULT de GOURVILLE, Mémoires concernant les affaires auxquelles il a été employé par la cour depuis 1642 jusqu'à 1698, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, Troisième série, vol. V, Paris, 1838, pp. 487-593, 492-550.

20 Paul PHELYPEAUX de PONTCHARTRAIN, op. cit., p. 321.

21 Maréchal de BASSOMPIERRE, Mémoires, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième série, vol. VI, Paris, 1837, pp. 1-368, p. 232.

22 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol. I, pp. 355, 648, 555.

23 AN, E249 C, f  506,20 décembre 1651.

24 AN, E90 B, f° 229,23 février 1627.

25 AN, E55 A, f° 46,12 janvier 1617 ; E88 B, f” 279, 30 septembre 1626.

26 AN, E69 A, f° 299,17 novembre 1621.

27 AN, E251 A, f° 193, 13 avril 1652.

28 AN, E106 B - 107 A, f° 127, 17 juillet 1631.

29 AN, E251 B, f° 216,20 juin 1652.

30 Henri GERMAIN-MARTIN et Marcel BEZANCON, Histoire du crédit en France sous le règne de Louis XIV, Vol I : Le crédit public, Paris, 1913, pp. 203-207.

31 AN, G1-6, dossier 3.

32 Françoise BAYARD, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988, pp. 176, 237.

33 AN, M.C., CXII, 124, 5 mars 1668, cotes 6, 10 et 11.

34 AN, El 36 A, f° 403,31 mars 1637.

35 AN, P.O., 1719, dossier 39919, f°6,18 janvier 1608.

36 AN, M.C., LI 109, 29 juillet 1636.

37 AN, M.C., LI 32, 6 août 1611. LI 40, 8 mai 1614.

38 AN, M.C., LI 90, 17 mars 1629.

39 AN, M.C., LI 69, 16 septembre 1622.

40 AN, M.C., LI 74, 23 septembre 1623.

41 AN, M.C., XVI 366, 19 septembre 1642.

42 AN, M.C., LI 39, 27 janvier 1614.

43 AN, M.C., VI 21, 9 novembre 1632.

44 AN, MC., LII 48, 23 novembre 1655, cotes 9 et 426.

45 Pierre GOUBERT, L'Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1969-1973,2 vol. , vol. I, p. 180.

46 AN, MC., LI 42, 14 février 1615.

47 AN, E202 B, f° 446, 27 mai 1645.

48 Maréchal de BASSOMPIERRE, op. cit., p. 231.

49 AN, Y181, f° 102, 13 décembre 1640 ; MC., XXXVI 166, f° 629, 13 décembre 1640.

50 AN, M.C., V98, f° 129,16 juilet 1644.

51 AN, El79 C, f° 212, 27 mai 1643 ; E247 B, f° 97, 1er juin 1651.

52 AN, E128 C, f° 471, 21 février 1636 ; AN, E161 B f° 197, 22 mai 1641 ; BN, Cinq-Cents, Colbert 233, f° 31, 1642.

53 AN, M.C., LXH 184, 12 janvier 1661.

54 BM, Melun, Ms. 88, 23 novembre 1633 ; BM, Melun, Ms. 88,6 avril 1641 ; AN, E193 A, f° 198,3 août 1644 ; BM Melun, Ms. 88, 9 septembre 1645.

55 AN, MC., LX 49, 1er octobre 1666, cote 315.

56 AN, MC., LI 262,6 octobre 1646, f° 30v°.

57 AN, MC., XVI 369, 2 septembre 1643.

58 AN, MC., XIV 62 bis, 4 décembre 1646, cotes 59 et 64 ; LIX 131,23 mai 1689, cotes 100,51 et 130.

59 AN, MC., LIX 131, 23 mai 1689, cotes 97, 98, 99, 83, et 102.

60 AN, M.C., U 526, 15 mars 1653.

61 AN, MC., CXV 125, 11 janvier 1654.

62 AN, Y 167, f° 84,12 mai 1627.

63 AN, MC., XIV 63, 23 juin 1647.

64 AN, MC., LXVIII 161,15 février 1654.

65 AN, E65B, f° 438, 439, 442, 444, 445, 31 décembre 1620.

66 AN, AD, IX 413, p. 84, 11 juin 1632.

67 AN, E64 A f° 314, 18 août 1620.

68 Yves DURAND, "Clientèles et fidélités dans le temps et l'espace", dans Hommage à Roland Mousnier......, op. cit., pp. 3-24.

69 AN, M.C., LI72, 26 avril 1623

70 AN, E259 A, F 336 et v°, 13 août 1653.

71 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 795, f° 214, Etat auquel étaient les finances quand Monsieur d'Effiat entra en charge, 1626.

72 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 892, f° 126, 18 janvier 1653.

73 Pierre LECLERC, Les clientèles attachées à la personne, Paris, 1965, pp. 12-28.

74 Jean-Louis CANALES, Vendez plus : techniques, méthodes et recettes pour vous guider vers le succès, Milan-Paris, trad. 1987, De Vecchi, p. 30.

75 Ibid., p. 54.

76 AAE, Mémoires et documents. Fonds France 801, f° 304.

77 Testament politique de Messire Jean-Baptiste Colbert, ministre et secrétaire d'Etat où Ton voit tout ce qui s'est passé sous le règne de Louis le Grand jusqu'en Tannée 1684 avec des remarques sur le gouvernement du royaume, La Haye, H. Van Bulderen 1 693, pp. 485-486.

78 Nicolas FOUQUET, Les œuvres de M. Fouquet, ministre d'Etat, contenant son accusation, son procès et ses défenses contre Louis XIV roy de France, Paris, 1696,16 vol., vol. II, p. 324.

79 Françoise BAYARD, op. cit., pp. 390-420.

80 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 31.

81 Ibid, p. 110.

82 Gérard LEBRUN, Réussir la vente, 60 conseils faciles à mémoriser, faciles à appliquer, Paris, Ed. d'Organisation, 1988, p. 37.

83 Gérard NIERENBERG et Gerhard GSCHWANDTNER, Lisez dans vos clients à livre ouvert, Paris, Businessman First, trad 1989, p. 10.

84 Georges LEBRUN, op. cit., p. 37

85 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 30

86 Gérard LEBRUN, op. cit., p. 37.

87 Jean-Louis CANALES, op. cit., pp. 110-116.

88 Emile MAGNE, Bourgeois et financiers du XVIIe siècle. La joyeuse jeunesse de Tallemant des Réaux d'après des documents inédits, Paris, Emile-Paul Frères, 1921, p. 196.

89 Françoise BAYARD, op. cit., pp. 420-430.

90 Olivier LEFEBVRE d'ORMESSON, op. cit., vol. I, pp. 286, 387, 216, 382.

91 Maximilien de BETHUNE, duc de SULLY, Mémoires des sages et royales oeconomies d'Estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, deuxième partie, Vol. II, Paris, 1837, p. 317.

92 François TALLEMANT des REAUX, op. cit., vol. II, p. 541.

93 Jean-Louis CANALES, op. cit., p. 180.

94 AN, M.C., II 208, 18 novembre 1658, cote 100.

95 Nicolas FOUQUET, op. cit., vol. II, pp. 75-76.

96 Jean-Pierre LEHNISCH et Max de MENDEZ, Comment vendre plus et mieux, les atouts du marketing direct, Paris, Entreprise moderne d’édition, 1987, p. 43 ; Guy BOBICHON, Trente recettes pour réussir vos ventes, Paris, Hommes et Techniques, 1985.

97 AN, M.C., LI 577, 4 juin 1674, cote 104.

98 AN, MC., LIV 494, 5 décembre 1619, cotes 44 et 268.

99 AN, MC., CXII 30, 16 novembre 1637.

100 AN, MC., CXH 124, 5 mars 1668.

101 AN, MC., LXXXVI. 318,13 juin 1639.

102 AN, MC., LI 86, 14 janvier 1627 ; LI 88, 24 juin 1628 ; LI 90, 26 février 1629 ; LI 93, 23 janvier 630 ; LI 95, 9 juillet 1630.

103 AN, MC., CXH 47, 26 février 1646 ; CXII 53, 28 mai 1649.

104 AN, MC., CXH 49, 29 avril 1647 ; CXH 50, 2 septembre 1647 ; CXH 51, 20 juin 1648.

105 AN, M.C., XXX 61, 26 janvier 1663, cote 419.

106 SULLY, op. cit., vol. II, p. 372.

107 Cardinal de RICHELIEU, Testament politique, Paris, Foncemagne, 1764,2 vol., vol. I, pp. 222-223.

108 Manuel du bon citoyen ou Bouclier de défense légitime contre les assauts de l'ennemi, 22 mars 1649, éd. Célestin MOREAU dans Choix de Mazarinades, Paris, J. Renouard, 1853, 2 vol. , pp. 437-469, pp. 461462.

109 Françoise BAYARD, "Du rôle exact de l'argent dans le déclenchement de la Fronde", dans La Fronde en questions, Actes du XVIIIe colloque du Centre méridional de rencontres sur le XVIIe siècle, pp. 73-84.

Auteur

Université Lumière-Lyon 2

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540